Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
Dans le débat en cours autour du syndrome métabolique, la question clé est
peut-être...
Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
Dix ans plus tard, Haller associa cette constellation de facteurs de risque à
l’athé...
Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
Selon la federation international de diabete(2005), le Syndrome
métabolique se défin...
Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
Pour NCEP/ATPIII (2001) , le Syndrome métabolique se définit par 3
des 5 critères su...
Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
.HDL-cholestérol : :
< 0,4 g/l chez les hommes,
< 0,5 g/l chez les femmes
Triglycér...
Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
L’étiologie du syndrome métabolique est une double résistance à
l’insuline et à la l...
Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
la recapture et le stockage d’acides gras libres au niveau hépatique
entretient
l’év...
Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
Plusieurs facteurs sont réputés favoriser ce syndrome :
.l’hérédité parfois (clairem...
Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
De nombreuses anomalies biologiques sont associées au syndrome
métabolique : augment...
Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
1 - Dyslipidémie et syndrome métabolique
Au-delà de l’hypertriglycéridémie et de l’h...
Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
2 - Syndrome métabolique et risque cardiovasculaire
Des études prospectives récentes...
Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
3 - Syndrome métabolique et diabète
Les patients avec un syndrome métabolique ont
un...
Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
Le syndrome métabolique représente une entité
pathologique qui concerne une fraction...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le syndrome metabolique

580 vues

Publié le

Le syndrome metabolique ou syndrome d'insulino resistance est connue responsable dans plusieurs anomalies tel que les dyslipidémies, les maladies cardio vasculaires, et le diabéte. Donc qu'est ce qu'un syndrome metabolique ? quel est son histoire ? et quels sont ses possibles complications?

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
580
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
26
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le syndrome metabolique

  1. 1. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com
  2. 2. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com Dans le débat en cours autour du syndrome métabolique, la question clé est peut-être de savoir si cet ensemble de troubles médicaux est une conséquence de l’obésité ou de l’insensibilité à l’insuline. Le manque de consensus sur le principal facteur sous-jacent du syndrome est illustré par l’histoire de son nom : ‘syndrome plurimétabolique’, ‘syndrome X’, ‘quatuor mortel’, ‘syndrome de l’insulinorésistance’ et ‘syndrome dysmétabolique’ sont quelques-unes des tentatives visant à nommer cette condition. Il y a environ 250 ans, bien avant la description du syndrome métabolique ou du syndrome de l’apnée du sommeil obstructive, le médecin et anatomiste italien Morgagni identifia l’association entre l’obésité viscérale, l’hypertension, l’athérosclérose, les taux élevés d’acide urique dans le sang et les troubles de la respiration fréquents pendant le sommeil. Au milieu du 20ème siècle, le médecin français Vague fut le premier à identifier ‘l’obésité androïde’ (adiposité de la partie supérieur du corps) comme étant la condition la plus souvent associée au diabète et aux maladies cardiovasculaires. La présence souvent simultanée de l’obésité, des taux élevés de lipides sanguins, du diabète et de l’hypertension a été mentionnée pour la première fois sous le nom de ‘syndrome plurimétabolique’ dans les années 1960,1 lorsque le risque élevé de maladie coronarienne a été décrit chez les personnes atteintes de cet ensemble de troubles métaboliques.
  3. 3. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com Dix ans plus tard, Haller associa cette constellation de facteurs de risque à l’athérosclérose. Ensuite, en 1980, la situation est devenue confuse lorsque Vague a suggéré que la masse graisseuse en ellemême avait peu d’effet sur l’évolution de l’obésité vers le diabète. Mais nous savons à présent qu’un excès de graisse au niveau de l’abdomen conduit en fait au diabète et à l’athérosclérose et que cette obésité centrale affecte la sécrétion d’insuline et de l’hormone du stress, le cortisol. Vers la fin des années 1980, l’ensemble constitué des troubles du métabolisme du glucose et de l’insuline, de l’obésité, de la dyslipidémie et de l’hypertension a reçu le nom mystérieux de ‘syndrome X’. Reaven a suggéré que l’insensibilité à l’insuline, qui provoque une forte hausse des taux d’insuline dans le sang, était responsable de cet ensemble de conditions et constituait en elle-même un important facteur de risque de maladie cardiovasculaire. Ferranini et ses collègues ont repris cette idée, confirmant que cet ensemble de conditions était provoqué par l’insensibilité à l’insuline et, après quelques années, l’ont baptisé ‘syndrome de l’insulinorésistance’.
  4. 4. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com Selon la federation international de diabete(2005), le Syndrome métabolique se définit par (tour de taille + 2 des 4 autres critères): .Obésité abdominale : > 94 cm chez les hommes, > 80 cm chez les femmes  Glycémie à jeun :  1 g/l ou traitement .Pression artérielle :  130/85 mmHg ou traitement .HDL-cholestérol : : < 0,4 g/l chez les hommes, < 0,5 g/l chez les femmes Triglycérides :  1,50 g/l ou traitement
  5. 5. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com Pour NCEP/ATPIII (2001) , le Syndrome métabolique se définit par 3 des 5 critères suivants: .Obésité abdominale : > 102 cm/hommes > 88 cm/femmes  Glycémie à jeun : > 1,1 g/L ou traitement .Pression artérielle : PAS > 130 mm Hg et/ou PAD > 85 mm Hg ou traitement
  6. 6. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com .HDL-cholestérol : : < 0,4 g/l chez les hommes, < 0,5 g/l chez les femmes Triglycérides :  1,50 g/l ou traitement
  7. 7. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com L’étiologie du syndrome métabolique est une double résistance à l’insuline et à la leptine. Si l’insulinorésistance semble au cœur des anomalies parce qu’elle prédispose au diabète de type 2, aux dyslipidémies qui lui sont associées et à un état pro-inflammatoire, elle n’est toutefois pas directement corrélée à l’hypertension. En revanche, l’obésité représente le facteur important dans l’étiologie du syndrome métabolique, contribuant à l’hyperglycémie, l’hypertension et l’hypercholestérolémie [14]. Les troubles du métabolisme des lipides sont, quant à eux, à l’origine de l’accumulation de graisse viscérale associée à un excès d’acides gras libres provenant d’une lipolyse élevée dans le tissu adipeux ;
  8. 8. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com la recapture et le stockage d’acides gras libres au niveau hépatique entretient l’évolution du syndrome métabolique en favorisant la résistance périphérique à l’insuline, la production de VLDL et la néoglucogenèse. Ces perturbations du métabolisme des acides gras provoquent également un dysfonctionnement endothélial à l’origine du processus d’athérogenèse [15]. Au-delà de ses rôles de stockage de lipides neutres et de source d’acides gras, le tissu adipeux est un organe endocrine et paracrine qui secrète de nombreuses protéines, les adipokines (TNFα, IL6, adiponectine, leptine…), qui jouent un rôle majeur dans l’homéostasie énergétique et l’inflammation vasculaire, et constituent probablement le lien moléculaire entre obésité et syndrome métabolique : un tel lien pourrait être à l’origine de nouvelles cibles thérapeutiques.
  9. 9. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com Plusieurs facteurs sont réputés favoriser ce syndrome : .l’hérédité parfois (clairement quand ce syndrome est associé à un diabète de type 2 même si les gènes responsables n'ont pas encore été identifiés ni les marqueurs correspondants) .sédentarité (mode de vie où les efforts physiques sont limités) .mauvaise alimentation (trop de sucre, viandes, alcool et de graisses, pas assez de fruits et légumes, ou boisson ou aliments contenant certains perturbateurs endocriniens), cause parfois traduite en France par la notion de « malbouffe » et qui se traduit généralement par une hypertension, hypertriglycéridémie ou hyperglycémie avec déficit de cholestérol HDL dans le sang.. .Surpoids abdominal
  10. 10. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com De nombreuses anomalies biologiques sont associées au syndrome métabolique : augmentation des protéines de l’inflammation et en particulier de la protéine C réactive mesurée par une technique ultrasensible (CRP), microalbuminurie pathologique (≥ 20 mg/L sur une miction ou 30 mg/24h sur un recueil des 24h), élévation de l’inhibiteur du plasminogène (PAI-1) responsable d’une réduction de la fibrinolyse, hyperuricémie
  11. 11. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com 1 - Dyslipidémie et syndrome métabolique Au-delà de l’hypertriglycéridémie et de l’hypo-HDLémie qui constituent des critères de définition, on observe d’autres anomalies du métabolisme des lipides : élévation de la concentration plasmatique des VLDL (very low density lipoprotein) et IDL (intermediatedensity lipoprotein), présence de LDL petites et denses. Ces anomalies expliquent au moins en partie l’augmentation du risque cardiovasculaire associé au syndrome métabolique. Les particules de LDL petites et denses sont plus facilement oxydées et sont considérées comme particulièrement athérogènes.
  12. 12. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com 2 - Syndrome métabolique et risque cardiovasculaire Des études prospectives récentes ont également mis en évidence que la présence du syndrome métabolique augmentait significativement le risque cardiovasculaire quel que soit le sexe (6, 7). Cette augmentation du risque est indépendante des facteurs de risque conventionnels comme le LDL–c, le diabète ou le tabagisme. Chez les diabétiques, la présence surajoutée d’un syndrome métabolique augmente fortement le risque d’évènements cardiovasculaires, suggérant un effet additif à celui de l’hyperglycémie isolée
  13. 13. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com 3 - Syndrome métabolique et diabète Les patients avec un syndrome métabolique ont un risque accru de présenter ultérieurement un diabète de type 2. La définition du syndrome métabolique retient la présence d’une hyperglycémie modérée à jeun (≥ 1,10 g/L et < à 1,26 g/L) qui est associée à la présence d’une insulino-résistance et qui est un facteur prédictif de survenue d’un diabète de type 2.
  14. 14. Ayoub EL KADDOURI – ayb.elk@gmail.com Le syndrome métabolique représente une entité pathologique qui concerne une fraction relativement importante de la population et qui expose les individus à un risque élevé de maladies cardiovasculaires et/ou de diabète de type 2. Le dosage des lipides plasmatiques (incluant la mesure du HDL) représente un élément incontournable pour le diagnostic et le suivi du syndrome métabolique. Faut-il envisager un dépistage, et quel type de population à haut risque métabolique (obésité, antécédents de diabète gestationnel, antécédents familiaux de diabète) convient-il de cibler?

×