Mars 2012                                                 N°8Le journal des écoles & programmes du groupe INSEEC à Lyon
ÉDITO                                              Olivia ROUSSET                                      Directrice déléguée...
SOMMAIREInterview   	                                                4Opération marketing                               	 ...
INTERVIEW                                  par Marina GALLIENQuelles sont vos formations ?J’ai fais une licence en Langues...
MARKETING                                              par Clément PLOTTIERCampagne de «The Artist» à l’américaineA la vei...
DON DU SANG    Le BDE ECE Lyon, en partenariat avec les Établissements Français du Sang (EFS), les Toques    Blanches et l...
TECHNOLOGIE                                                        par Gabriel MARMORATLes jeux vidéosLongtemps considéré ...
MUSIQUE    par Elodie BOUILHOT Pierre GOUMY et Thomas GOLDBERG    The Young Guns - Bones    Le second album de Young Guns ...
CULTURE par Claire MECHALI                                                                         La Commune de ParisLa C...
CINÉMA                              par Céline CORAZZISynopsis :						                                         En salle le...
FLASH INFOS                                              par Florence PIFFAUTHistoireL’obélisque de la Concorde est le plu...
SPORT par Edouard BERNARDELLI Winter X Games 2012     Du 14 au 16 mars ont lieu la 3ème édition des Winter X Games Europe....
Escale                       by Xuerou JING                                                     New York CityAs we know, N...
CUISINE                          par Bruno LYARD     Profiteroles au fromage blanc glacé     Temps de préparation : 30 min...
AGENDA AGENDA                              par Kévin BROM                                par Kévin BROM Concerts 13/03    ...
Si vous ne les avez pas encore vu, voici les nouvelles plaquettes                de l’ECE et des Masters INSEEC
ÉQUIPE DU JOURNAL           ECEBenjamin ARBORE (co-rédacteur en chef)Nicolas BLAY (co-rédacteur en chef)Edouard BERNARDELL...
Journal intrinseec n°8
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Journal intrinseec n°8

1 015 vues

Publié le

Publié dans : Industrie automobile
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 015
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Journal intrinseec n°8

  1. 1. Mars 2012 N°8Le journal des écoles & programmes du groupe INSEEC à Lyon
  2. 2. ÉDITO Olivia ROUSSET Directrice déléguée de l’ECE Lyon Un mois de mars et ça repart... même si nous sommes encore en hiver, c’est déjà bientôt le printemps ! Ecrire l’Edito du printemps est une tâche bien agréable ! Eclosion sportive, bourgeonnement musical, frétillement culinaire feront fondre les derniers relents de l’hiver. Mais j’anticipe... Le contenu de cette édition est le juste reflet de cette situation chronologique et climatologique : Père Noël, Profiteroles au fromage glacé, Winter Games ! Car oui nous sommes encore en hiver et nous devrons attendre quelques semaines pour voir disparaitre les mots « neige », « glace », « noir », « winter » de notre quotidien ! Derrière soi quand même : partiels, stages ou stages à l’international, la Semaine Européenne, les cours et autres contrôles continus, la neige, les températures incroyablement basses (les étudiants en semestre académique à Brno en République Tchèque auront même eu du – 40...) Devant soi... stages, cours, partiels et contrôles continus ! Un peu la routine, me direz-vous mais non ! Car plus de la moitié du chemin est parcouru et nous allons vers nos échéances d’un pas beaucoup plus léger !!! Devant soi donc : le Défi CREA des ECE1 le 7 avril à la Cité Internationale, les évènements des PEA : conférences, défilés, Prix Littéraire des Jeunes Européens, ... Et tout ça sous les premiers rayons du soleil. Bref, bonne fin d’hiver à tous, et bon début de printemps, à l’ECE, en Master ou à Sup de Pub ! Bonne lecture2
  3. 3. SOMMAIREInterview 4Opération marketing 5Don du sang 6 Technologie 7Musique 8Culture 9Cinéma 10Flash Infos 11Sport 12Escale 13Cuisine 14Agenda 15Les Nouvelles Plaquettes ! 16-17 3
  4. 4. INTERVIEW par Marina GALLIENQuelles sont vos formations ?J’ai fais une licence en Langues Etrangères Appliquées à l’université de Metz. J’ai mis mes Marjolaine BRIQUETétudes entre parenthèses pendant un an entre la 2ème et la 3ème année pour partir en Irlande Responsable du Développementet perfectionner mon anglais. En L3, j’ai fais un stage de 3 mois en Nouvelle-Zélande, où et des Admissionsj’ai travaillé pour un tour operator. Ensuite j’ai fais un Master en Affaires Internationalesà l’IAE où j’ai effectué des stages en Espagne et en Argentine de 6 mois. Donc, j’ai pas malvoyagé, et j’ai été ensuite embauchée à l’ICN au service Relations Internationales, c’est uneécole de commerce à Nancy, où j’étais coordinatrice pendant 3 ans. Et me voilà aujourd’huià l’ECE avec un petit passage par l’IDRAC de huit mois, à la promotion de l’école aussi.Aujourd’hui, je suis responsable du Développement et des Admissions, c’est-à-dire que jem’occupe d’encadrer toutes les actions de promotion de l’école, que ce soient les salons, lesjournées portes-ouvertes, les forums, ainsi que toute la communication auprès de la presse,sur le net...etc.Quand êtes vous arrivée à l’ECE ? Qu’ est ce qui vous a donné envie de rejoindre cegroupe?Je suis arrivée à l’ECE le 5 décembre dernier. D’un point de vue personnel, je le souhaitais,puis j’ai répondu à cette annonce pour l’ECE parce que c’est une belle école, porté parun groupe reconnu internationalement. En effet, le groupe INSEEC est un groupeconsidérable, avec un beau réseau d’universités partenaires, d’entreprises, d’anciens, etc...Une école avec une belle philosophie et un profil d’étudiants de qualité, je trouve.Personnellement, pourquoi avez-vous choisi ce poste, qu’est ce qui vous plait dans votre activité ?J’ai travaillé dans trois écoles de commerce différentes. Ma première expérience a été comme une révélation. Je travaillaisau Service des Relations Internationales et j’ai adoré le milieu de l’enseignement supérieur et de la formation, notammentpour la diversité des contacts qu’on peut avoir quand on occupe ce type de poste. Je fais allusion entres autres aux étudiants,prospects, parents, CIO, enseignants-chercheurs, chefs d’entreprises...etc. C’est surtout ça qui est très intéressant car il fauts’adapter en fonction de la personne que l’on a en face de soi, c’est enrichissant.D’une année à l’autre, modifiez-vous beaucoup de choses, améliorations, changements... ?Si vous voulez, les épreuves de concours n’ont pas été modifiées cette année. Après oui, nous avons de nouveaux contacts auniveau des jurys, de nouveaux endroits où se déroulent les concours, on essaie de trouver des lieux d’accueils assez diversifiéspour donner l’image d’une école bien intégrée dans la vie lyonnaise. Au niveau des changements, nous en attendons au niveaudu profil des étudiants (mentions au bac, filières S et ES, ...) afin d’augmenter le niveau de séléctivité.Comment se passent les admissions parallèles ?Alors, cela demande une plus grande analyse du dossier parce qu’ en Post-bac on a des étudiants de baccalauréats généraux,STG éventuellement. Là, il faut bien analyser, il y a tellement d’ origines différentes, est-ce une prépa?, une licence éco gestion?,un BTS commerce international? (parcours scolaire en deux ans visant à apprendre à l’étudiant à réaliser des opérations decommerce international notamment en améliorant son niveau d’anglais, grâce à des stages...), etc. En fonction de la provenancede l’étudiant, on va déjà savoir qui peut être admis en deuxième ou troisième année, au cas par cas, en fonction des étudiantset du profil. Mais ce sont surtout des bacheliers qui intègrent l’école.En dehors des admissions vous êtes responsable du développement, en quoi cela consiste exactement ?Cela se rattache à tout ce qui est communication et promotion. Par exemple, lorsque l’on crée un évènement type, une JPO,il faut faire en sorte que l’événement soit visible via des revues de presse, notre site internet, dans les lycées grâce à descampagnes d’affichage, la presse locale, etc. Il y a également beaucoup de logistique : réserver des salles, gérer l’encadrementétudiant, prévoir le matériel (kakemonos, stand-parapluie, brochures, guides), gérer les inscriptions des lycéens. Après laJPO, il faut suivre tous les prospects que l’on a rencontré afin de les tenir au courant de tous les événements organisés parl’école, des Prépapass à la pré-rentrée, en passant par le concours, la soirée passeport.Des choses à ajouter, au niveau de l’avenir, du développement de l’école... ?Pour nous l’objectif, c’est d’avoir de plus en plus de candidats et des étudiants de plus en plus qualifiés. Comment faire pourrecruter des étudiants provenant de nouveaux horizons, de nouvelles régions, en France mais aussi et surtout à l’international?Le groupe INSEEC ouvre cette année des bureaux à Pékin et à New York pour élargir cette stratégie de développement.4
  5. 5. MARKETING par Clément PLOTTIERCampagne de «The Artist» à l’américaineA la veille de la 84e cérémonie des Oscars, qui a récompensé le film de MichelHazanavicius à 5 reprises, L’Express était allé à la rencontre de John Anderson, célèbrecritique de cinéma aux Etats-Unis et directeur du New York Film Critics Circle. Ilavait décodé les raisons, les enjeux et la stratégie commerciale derrière l’engouementdu public américain pour The Artist.La critique de John Anderson repose sur l’analyse de l’engouement de la presseaméricaine pour The Artist.Selon lui, le raz-de-marée est autant dû au bagage culturel dont se réclame Hollywood,soulignant l’habileté du film à jouer sur plusieurs niveaux de plaisir en fonction desréférences cinématographiques de chacun, qu’à l’expertise de la campagne marketingorchestrée par Harvey Weinstein, qui a intelligemment brouillé la nationalité du film.En effet la «campagne américaine» de The Artist a été menée tambour battant depuissix mois par les frères Weinstein.Et comme le déclare le réalisateur d’OSS 117: «Lorsque les frères Weinstein s’intéressentà un film, ils le font passer à la vitesse supérieure. Dans le milieu du cinéma français,avant le festival de Cannes, certains professionnels qualifiaient The Artist de filmsourd, muet et daltonien. »Et pourtant...On vient à se demander aujourd’hui si H. Weinstein n’a pas bien fait de brouiller lespistes, laissant croire au pays de l’oncle Sam, que le film était l’un des leur. Un mensongebien récompensé. 5
  6. 6. DON DU SANG Le BDE ECE Lyon, en partenariat avec les Établissements Français du Sang (EFS), les Toques Blanches et le Rotary club sont fiers de vous inviter à la journée «Mon sang pour les autres» qui aura lieu du 14 au 16 mars a la CCI de Lyon. Venez et participez nombreux à la Journée « Mon Sang pour les Autres », qui se déroulera dans l’atrium de la Chambre de Commerce et d’industrie de Lyon, du mercredi 14 au vendredi 16 mars de 10 à 19 heures. Une collation vous sera offerte à l’issue par les Toques Blanches lyonnaises. Les Toques Blanches, pour le rappel, ont été crée par un groupe de chefs cuisinier de renom dont l’unique objectif était d’exprimer leur savoir-faire et de faire partager la passion de leur métier : la cui- sine. Le ROTARY Club est un club lyonnais composé de plusieurs «clubs» ayant chacun un but: la lutte contre l’illétrisme, la polio... Venez vous joindre aux 2500 personnes qui chaque année participent à cette action et prenez part à cette chaine humaine qui permet de sauver chaque année des milliers de personnes ! Pour s’inscrire : - contacter le BDE par mail: bde.lyon@ece-france.com - lors des permanences du BDE dans l’entrée de l’école. Horaires : 1A: le mercredi 14 mars à 10h30 et jusqu’en fin de matinée 2A: le même mercredi, durant l’après-midi6
  7. 7. TECHNOLOGIE par Gabriel MARMORATLes jeux vidéosLongtemps considéré comme réservé aux adolescents, responsable des comportements violents de cesmêmes jeunes ou encore inutile ou synonyme de pertes de temps, le secteur du jeu vidéo est aujourd’huile premier loisir des Français. Contrairement aux clichés qui le poursuivent depuis ses débuts, l’âge moyendes joueurs est de 33 ans et il est en continuelle augmentation. Les jeux vidéo seraient utilisés par 28millions de Français, dont 52% de femmes. (Source: Gfk)La manière de jouer a également évolué lors de ces dernières années : autrefois les joueurs étaient assisdans leurs canapés avec leurs manettes derrière leurs télévisions ou leurs ordinateurs. Aujourd’hui, endehors de la révolution de la Wii qui a été la première console à faire du jeu vidéo un loisir parfois«physique» (ceux qui ont déjà boxé sur Wii Sports me comprendront...), on peut également jouer dans lavoiture, dans le bus, etc... grâce aux différentes consoles portables (PSP, DS, 3DS, PS Vita) mais aussi grâceaux Smartphones et aux tablettes tactiles. Pour preuve, Angry Birds a été téléchargé plus de 350 millionsde fois, contre «seulement» 120 millions d’exemplaires vendus de la série à succès Mario depuis 30 ans.En dehors des «exergames» (jeu d’exercice physique, tel que Wii Fit, 20 millions d’exemplaires vendus),d’autres jeux grand public, les «brain trainers « (Docteur Kawashima, 19 millions d’exemplaires vendues)existent depuis ces dernières années, pour capter un public plus âgé et «réfléchi».Aujourd’hui, les jeux à grand succès sont essentiellement des séries ou des blockbusters (Call of Duty,Battlefield, The Elder Scrolls, Mario, The Legend of Zelda, Sonic, etc...). Néanmoins, des petits jeuxou jeux indépendants comme Minecraft, Bastion, Super Meat Boy, Limbo, Zuma ou encore Plants vsZombies s’offrent une place parmi les géants d’Activision, Nintendo, Electronic Arts ou Ubisoft grâce àla dématérialisation comme Steam (plateforme de Valve), le Xbox Live ou le SEN (anciennement PSN).Internet n’est pas en reste. En effet, plus de la moitié des utilisateurs de Facebook auraient déjà joué(Cityville Farmville, Poker, etc...). Il est également possible aujourd’hui de jouer directement depuis sonnavigateur internet (Google Chrome par exemple) à des jeux comme Angry Birds ou Plants vs Zombie.Vous l’aurez compris, malgré la baisse de son chiffre d’affaires en 2011, le jeu vidéo a encore de beaux joursdevant lui. 7
  8. 8. MUSIQUE par Elodie BOUILHOT Pierre GOUMY et Thomas GOLDBERG The Young Guns - Bones Le second album de Young Guns est une vraie bombe pleine d’énergie du début à la fin. Avec seulement deux opus, le groupe originaire de Londres conti- nue son ascension fulgurante. Une entrée en matière qui annonce déjà la couleur, un son limite métal sur «I Was Born, I Have Lived, I Will Surely Die». Un décollage en douceur pour ensuite planer un long moment sur le refrain de «Dearly Departed» et ses riffs aigus à la guitare ou avec «Everything Ends» où le clavier adou- cit les sonorités rock. Le titre coup de cœur, «Bones» : Une intro guitare batterie qui donne envie de bondir, une rythmique ascen- dante, un son punk rock où Gustav Wood (chant) exprime toute sa rage. On retrouve dans «Bones» l’énergie qu’avait le second album stu- dio de Paramore, «Riot!». Et en restant dans le registre des compa- raisons, on peut y ajouter une touche de You Me At Six. Amateurs du genre, ce second disque de Young Guns va définitivement vous faire décoller ! JURASSIC 5 - Feed Back Un penchant pour les sonorités Jazzy, Funky, Hip-Hop Old School ? Voilà un groupe dont la musique vous est dédié ! Jurassic 5, groupe originaire de Los Angeles, California, est fon- dé en 1993 par quatre MCs* Chali 2na, Zaakir, Akil, Marc 7even et de deux DJs : Cut Chemist et Nu-Marka. Ce groupe a, et c’est peu dire, complètement bouleversé et influen- cé le Hip-Hop américain des années 90 en réintroduisant des so- norités empreintes de styles musicaux comme la Soul, au même titre que certains de leurs acolytes tels que le Wu-Tang-Clan . Le groupe met la clé sous la porte en 2007 après le départ de leur DJ emblématique Cut Chemist en 2006. Jurassic 5 pond un dernier album à la fin de cette même année : « Feedback ». Porté par « Work It Out », un premier single particulièrement jouissif, le quatrième album du groupe californien prouve une nouvelle fois que rap/hip-hop ne rime pas forcément avec violence à outrance, bijoux clinquants, grosses cylindrées, et filles à moitié nues. Non, le rap de Jurassic 5 est intelligent, recherché et em- preint d’une diversité époustouflante, avec des touches de hip-hop old school, de reggae et même de musique brésilienne. Album loin de remettre en cause la hiérarchie du crew, de haute qualité et respectueux des traditions du genre et du groupe, « Fee- dback » hisse les Jurassic 5 au rang de groupe comme Cypress Hill dans l’esprit des accrocs du beat et des rimes. Alors n’attendez pas, ouvrez grand vos oreilles et bonne écoute !8
  9. 9. CULTURE par Claire MECHALI La Commune de ParisLa Commune de Paris, événement singulier, fut l’un des Un second siège débute mais organisé par l’armée Françaiseépisodes les plus sanglants de l’Histoire de France avec 20 000 cette fois. Les premiers conflits se déroulent le 2 avril prèsvictimes en deux mois. Par certains aspects, elle se rattache du mont Valérien. Parallèlement la Commune s’organiseaux révolutions du XIXe siècle. Par d’autres, au contraire, elle et tente de gouverner Paris laissant certains quartiersannonce les grandes révolutions du XXe siècles, qui d’ailleurs complètement autonomes. Des commissions décident des’en réclament. Marx, Lénine, Mao Zedong et Fidel Castro mesures qui ne seront jamais appliquées. Pêle-mêle sonten ont tiré leurs principes révolutionnaires. C’est à cette décidés : le plafonnement des salaires des fonctionnaires etoccasion que fut écrit le chant révolutionnaire bien connu, « l’interdiction du cumul des mandats, la saisie des biens deL’Internationale », qui sera repris dans le monde entier. l’Eglise, l’interdiction des jeux de hasard et du travail de nuit des boulangers, la fermeture des bordels. Gustave Courbet,En ce début d’année 1871, un armistice est signé avec les le peintre, prône quant à lui la destruction de la colonnePrussiens le 28 janvier. Ceux-ci avaient fait prisonnier Vendôme (qu’il devra faire reconstruire à ses frais ensuite). LaNapoléon III à Sedan et assiégé la capitale. L’armistice Commune intensifie les pouvoirs de police et édite le « décretprovoque des élections générales à Bordeaux. Adolphe des otages » le 3 avril (2 prairial An 79). L’archevêque de ParisThiers, 73 ans, est alors aux commandes du pays tandis que est fusillé ainsi que 480 autres otages.les Prussiens défilent victorieusement dans les rues de Paris.Les Parisiens, bien que libérés, se sentent abandonnés par le Le 10 mai, Adolphe Thiers qui a récupéré des soldatsgouvernement. Un jeune politique de 31 ans, maire du XVIIIe prisonniers chez les Prussiens, lance 130 000 hommes contrearrondissement, harangue la foule. C’est Georges Clemenceau la Commune de Paris. L’assaut commence le 21 mai. C’estqui attise les rancoeurs tandis qu’après le départ des Prussiens, l’époque des combats de rue et des barricades qui feront 4 000le gouvernement tarde à revenir à Paris tant les sentiments tués dont 877 chez les Versaillais. Paris brûle, de merveilleuxrépublicains et socialistes sont vindicatifs. monuments sont en feu. La « semaine sanglante » fera 20 000 victimes et 38 000 arrestations (par comparaison, ce sont àLa tension monte encore quand Adolphe Thiers, extrêmement peu près les mêmes chiffres que lors de la Révolution). 50maladroit, prend des mesures impopulaires comme 000 jugements seront prononcés jusqu’en 1877 avec 10 000notamment la suppression de l’indemnité pour la garde déportations dans les bagnes notamment de Nouvelle-nationale, celle-ci s’étant battus contre les Prussiens. Calédonie qui comptera d’ailleurs la célèbre Louise Michel. L’amnistie des « Communards » ne sera accordée que 10 ansLes émeutes se multiplient à la suite d’une décision du chef plus tard en 1881. C’est sur le lieu de la première révolte quedu gouvernement : reprendre les 227 canons parisiens payés débuta la construction, en 1873, de la célèbre basilique dupar les habitants eux-mêmes et qui les ont placés sur la butte Sacré-Cœur de Montmartre.Montmartre et celle de Belleville pour qu’ils ne soient paspris par les Allemands. Les soldats chargés de cette mission Il est à noter que la Commune de Paris eut d’immensesfuient ou se rallient au peuple. Le général Lecomte ainsi que répercussions dans le monde entier, Karl Marx la célébrantle général Clément-Thomas sont égorgés par la foule qui s’est comme un modèle. Elle fut même considérée comme unerassemblé. référence par bien des révolutionnaires, notamment par les Bolchéviques soviétiques et les révolutionnaires espagnols.Abandonnée par la République, le 28 mars «La Commune D’ailleurs, « L’Internationale », chant composé pour célébrerde Paris» est proclamée comportant 79 élus. Les Parisiens la Commune de Paris, est désormais l’hymne révolutionnairedemandent aux autres communes de France de faire de même par excellence.et de se rallier à une fédération. Le succès n’est pas au rendez-vous malgré quelques mouvements à Lyon, Marseille ouencore Toulouse. Les Parisiens traitent alors les Provinciauxde « cul-terreux » soulevant le mépris des Français. 9
  10. 10. CINÉMA par Céline CORAZZISynopsis : En salle le 14 marsArthur Kipps, jeune notaire à Londres, est obligé de se rendre dans lepetit village perdu de Crythin Gifford pour régler la succession d’unecliente récemment décédée. Dans l’impressionnant manoir de la défunte,il ne va pas tarder à découvrir d’étranges signes qui semblent renvoyer àde très sombres secrets. Face au passé enfoui des villageois, face à lamystérieuse femme en noir qui hante les lieux et s’approche chaque jourdavantage, Arthur va basculer dans le plus épouvantable des cauchemars...Si le scénario donne un goût de déjà vu, le film fait figure de doubleévènement. En effet, c’est d’une part le retour des mythiques studios LaHammer créateurs des célèbres Dracula, Frankenstein ou la Créature desmarais. Mais ce film est aussi l’occasion pour Daniel Radcliffe d’incarnerpourlapremièrefoisunpersonnageadulteetdesedétacherdurôled’HarryPotter qui lui colle tant à la peau. Et le résultat est plus ou moins réussi.Reprenant les bonnes vieilles formules des films d’épouvante, « La Dameen noir » comporte son lot de chaises qui se déplacent seules, d’ombresfurtives et objets glauques qui instaurent très vite une ambiance malsainedans la maison. Loin des films gores actuels qui ravissent le public, ce long-métrage joue avant tout avec les nerfs du spectateur en instaurant petit àpetit un environnement angoissant. On saluera ainsi le travail remarquabledu réalisateur James Watkins concernant les jeux d’ombres. et de lumièresainsi que le soin minutieux apporté au décor.Synopsis: Sortie le 24 mars 2011Woodrow et Aiden, deux amis un peu perdus et qui ne croient plus en rien,concentrent leur énergie à la confection d’un lance- flammes et d’une voiturede guerre, qu’ils nomment «la Medusa». Ils sont persuadés que l’apocalypseest proche, et s’arment pour réaliser leur fantasme de domination d’un mondeen ruine. Jusqu’à ce que Woodrow rencontre une fille... Ce qui va changer lecours de leur histoire, pour le meilleur et pour le pire. Véritable phénomènedu cinéma indépendant américain, Bellflower fait l’objet d’un incroyablesuccès depuis sa sortie cet été. Distribué au départ dans seulement 2 sallesde cinéma aux US, ce film boosté par les critiques avantageuses des plusgrands, se retrouve aujourd’hui les salles obscures du monde entier! Auteur,scénariste, réalisateur, et producteur Evan Glodell réalise un coup de maîtrepour ce premier long métrage tourné en seulement 90 jours. En plus de lacomplexité émotionnelle qui relie les personnages et le scénario ingénieuxqui conduit à une atmosphère apocalyptique, le génie du film vient aussi duvisuel. Outre, les effets spéciaux ambitieux et le tournage via une camérainventée pour l’occasion, Bellflower possède de nombreuses scènes qui ne10
  11. 11. FLASH INFOS par Florence PIFFAUTHistoireL’obélisque de la Concorde est le plus vieux monument de Paris ! Érigé en 1836 sur la place parisienne,le monolithe date du XIIIème siècle avant J-C ! Le plus ancien monument de Paris est bien loin d’êtred’origine parisienne et n’a d’ailleurs pas été construit à Paris ! Érigé sous le règne de Ramsès II pour ornerle temple de Louxor, l’obélisque de Louxor a a été offert à la France par le vice-roi d’Égype Méhémet Alien 1830. Placé au centre de la place de la Concorde à Paris, et plus communément désigné sous le nomd’obélisque de la Concorde, le monument date donc du XIIIème siècle avant J-C !L’obélisque fut embarqué sur un bateau en décembre 1831, puis arriva à Paris en août 1834. Gigantesqueavec ses 23 mètres de hauteur et ses 230 tonnes, il fallut de non moins gigantesques cabestans pour l’érigersur son piédestal, au milieu de la place de la Concorde, en octobre 1836. Méhémet Ali avait en fait offertles deux obélisques ornant le temple de Louxor. C’est Champollion qui choisit le premier monolithe àtransporter. Le second ne quitta finalement jamais l’Égypte, mais fut tout de même officiellement “rendu”par la France en 1981, sous François Mitterand.Le père Noël n’est pas né de l’imagination publicitaire de Coca-ColaContrairement à une légende urbaine, l’image du vieillard rondouillet vêtu de rouge et blanc existait bienavant que Coca-Cola ne l’utilise ! Une légende urbaine veut que Coca-Cola et sa propagande publicitairesoient à l’origine, depuis les années 1930, de la représentation du père Noël : un vieillard barbu sympathique,rondouillet et vêtu d’un costume rouge à fourrure blanche.En fait, Santa Claus, nom américain du père Noël, est lui-même inspiré du saint Nicolas européen. Unpersonnage dont la barbe est un attribut depuis bien longtemps. C’est l’illustrateur de presse new- yorkaisThomas Nast qui, dans les années 1860, semble avoir posé les bases de la représentation actuelle du pèreNoël : barbu, rond, jovial, vêtu de rouge et de fourrures...Cette image rassurante et confortable sera bien vite réappropriée par de nombreux publicitaires américainspour mettre en scène le père Noël et leurs produits, dès le tout début du XXème siècle. Victor, Colgate,Coleman, Michelin, Texaco et bien d’autres s’y sont essayé avant Coca-Cola : 11
  12. 12. SPORT par Edouard BERNARDELLI Winter X Games 2012 Du 14 au 16 mars ont lieu la 3ème édition des Winter X Games Europe. Plus de 125 athlètes, hommes et dames, en provenance des 4 coins du globe se retrouveront à Tignes pour des compétitions de snowboard et ski free-style. Au programme le SuperPipe, le Slopestyle et une démonstration de Snowmobile free- style. Lancés à Rhode Island aux Etats- Unis en 1995 par ESPN sous le nom d’Extreme Sports, les X Games sont devenus la référence en matière de sports de l’extrême. Au programme : skateboard, saut à l’élastique, roller, VTT, skysurfing et streetluge. Puis en 1997, après le succès des X Games d’été, l’événement prend ses quartiers en hiver. Au programme : cascade de glace, VTT sur neige et une épreuve crossover réunissant plusieurs sports. Cet événement obtient un tel succès qu’il devient annuel. La première édition des Winter X Games s’est déroulée à Aspen dans le Colorado en 2002. Les preuves de Slopestyle et de Superpipe font leur apparition. Ils rassemblent des milliers de fans venus assister à un show toujours plus spectaculaire. Les Winter X Games ont débarqué à Tignes en mars 2010 pour une édition européenne. C’est l’unique édition des Winter X Games à se dérouler à l’extérieur du territoire américain. Les réactions ont été unanimes : « énorme », « spectaculaire », du jamais vu en Europe ». L’engouement du public et des médias pour cet événement ne cesse de croitre. En 2010, plus de 400 journalistes et 74 500 fans étaient présents pour ces 3 jours. Beaucoup de sportifs sont attendus cette année comme les « frenchies » rois du Half Pipe qui dominent le circuit du Freestyle mondial en ski : Kevin Rolland (4 fois médaillés d’or aux X Games Aspen et Europe) et Xavier Bertoni (médaillé d’or aux X Games 2009 Aspen et à Tignes en 2010) seront au rendez- vous pour défendre leurs titres. Différents programmes sont attendus. Tout d’abord le Superpipe qui fait rêver les fans de Freestyle, d’une longueur de 220 mètres, 19 mètres de large et 7 mètres de haut. Des dimensions XXL pour permettre aux riders un maximum de vitesse et d’amplitude pour réaliser leurs figures. Il y a aussi le Slopestyle, parcours de 600 mètres jalonné d’une grande variété de modules comme des sauts, des rails etc. Trois jours à couper le souffle ! Du spectacle en perspective !12
  13. 13. Escale by Xuerou JING New York CityAs we know, New York is one of the fanciest cities in the world; it is a center for media, culture,food, fashion, art, research, finance, and trade. It has one of the largest and most famousskylines on earth, dominated by the iconic Empire State Building. As an overview to the city,let’s break it up into a few main areas. There’s the Upper West Side, Upper East Side, MidtownManhattan and Lower Manhattan. Central Park splits the Upper East and Upper West Side.The Upper East Side houses many of the city museums. Above the park is Harlem and theBronx. Midtown covers the area from Central Park South down to about 34th street. Mostof the hotels and shopping are here. The Theater District is, you guessed it, an area withinMidtown that hosts the majority of the Broadway entertainment venues. Below Midtownis the Flatiron and Gramercy park district. To the west is Chelsea formerly known as themeat packing district. When it comes to shopping in NYC, your options are all but limitless.Here you’ll find many of the best department stores in the world,including Bloomingdale’s andMacy’s NYC, and countless Fifth Avenue boutique shops, such as the quality leather goodsstore A. Testoni. You’ll also find iconic NYC specialty shops like Saks Fifth Avenue, fun openair markets like the Green Flea Market, and famous NYC toy stores like FAO Schwarz. NewYork St. Patrick’s DaySince 1762, Americans have celebrated their Irish heritage in the annual St. Patrick’s DayParade in NYC. Originally a purely Catholic holiday, St. Patrick’s Day has come to stand as thepremier Irish holiday: rivers, mustaches, and dreadlocks are dyed green and copious amountsof alcohol are consumed. In NYC, over two million people gather to watch and participate inthe parade, which marches from 44th Street and Fifth Avenue to 86th Street, 1.5 miles away. The New York St. Patrick’s Day Parade celebrated on March from 10th to 17th normally. Food Nothing differentiates New York more from other American (and European) cities than the astonishing amount of food cooked and served on the streets. Starting with the thousands of hot dog stands on almost every street corner (try Hallo Berlin on 54th and Fifth for the best rated sausages), the possibilities are endless. There is no bagel like the New York Bagel anywhere else in the world. Bagels, which are a doughnut- shaped round of boiled dough with a distinctive, chewy, sweet interior and a leathery outer crust, arrived from the old world with Jewish immigrants from Eastern Europe and have become utterly New York in character. 13
  14. 14. CUISINE par Bruno LYARD Profiteroles au fromage blanc glacé Temps de préparation : 30 min Temps de cuisson : 25 min Temps de repos : 1 h Profiteroles au fromage blanc glacé Ingrédients : Pour le fromage blanc glacé : 20 cl de lait entier 100 g de sucre glace 300 g de fromage blanc au lait de chèvre 1 jus de citron Pour la pâte à choux : 60 g de beurre 20 g de sucre 150 g de farine 4 œufs sel Pour le glaçage : 250 g de fondant 1 cuillère à soupe de cacao Préparation : Préparez le fromage blanc glacé : Profiteroles au fromage blanc glaçé Portez le lait à ébullition dans une casserole. Ajoutez le sucre et mélangez. Battez le fromage blanc dans un saladier. Incorporez le lait et le jus de citron et mélangez. Laissez refroidir et faites turbiner dans une sorbetière, puis réservez au congélateur. Préparez la pâte à choux : Versez 25 cl d’eau avec une pincée de sel dans une casserole, ajoutez le beurre en parcelles et le sucre. Portez à ébullition. Dès que l’eau bout versez la farine d’un seul coup et mélangez énergiquement jusqu’à l’obtention d’une pâte. Hors du feu, incorporez les œufs, l’un après l’autre et mélangez bien. Préchauffez le four th.7 (210°C). Tapissez la plaque du four de papier sulfurisé. Garnissez une poche munie d’une douille de pâte à chou. Faites des ronds en spirale de 4 à 5 cm de diamètre sur la plaque du four en les espaçant. Enfournez et faites cuire pendant 20 minutes en laissant la porte du four entrouverte. Puis laissez-les refroidir dans le four. Préparez le glaçage : Faites tiédir le fondant avec le cacao et une cuillère à soupe d’eau. Nappez les profiteroles du glaçage. Laissez sécher. Juste avant de servir, coupez les profiteroles en deux, remplissez la partie basse de fromage blanc glacé et recouvrez du chapeau.14
  15. 15. AGENDA AGENDA par Kévin BROM par Kévin BROM Concerts 13/03 Helmet Ninkasi Kao 20.80€ 17/03 The Prophet Ninkasi Kao 16.75€ 21/03 Le Peuple de lHerbe Transbordeur 23.80€ 05/04 Orelsan Transbordeur 25.00€ Cinéma 07/03 Hasta la Vista Comédie dramatique 07/03 John Carter Science fiction 07/03 Possessions Drame 07/03 A lAveugle Thriller 14/03 La Dame en Noir Epouvante-Horreur 14/03 Target Comédie 14/03 Projet X Comédie 14/03 Terraferma Drame 21/03 Aurora Drame 21/03 Bye Bye Blondie Drame 21/03 Hunger Games Action 28/03 La Colère des Titans Aventure 28/03 Two Days In New York Comédie Expositions Jusquau 23/03 Jacques Monory Galerie IUFM Confluence(s) Jusquau 29/04 Gourmandises Musée Gadagne 1616 15
  16. 16. Si vous ne les avez pas encore vu, voici les nouvelles plaquettes de l’ECE et des Masters INSEEC
  17. 17. ÉQUIPE DU JOURNAL ECEBenjamin ARBORE (co-rédacteur en chef)Nicolas BLAY (co-rédacteur en chef)Edouard BERNARDELLIElodie BOUILHOTKévin BROMCéline CORAZZIVincent DELVECCHIOThomas GOLDBERGPierre GOUMY RemerciementsXuerou JINGBruno LYARD Marjolaine BRIQUET (pour l’interview)Anthony KOREKI Olivia ROUSSET (pour l’édito)Gabriel MARMORAT Robin DELANOY (design de la maguette)Claire MECHALIClément PLOTTIERFlorence PIFFAUT Vous avez des questions ? N’hésitez-pas à les poser aux rédacteurs des articles concernés Vous voulez contribuer au journal ? Ce journal est aussi le votre ! Envoyez-nous vos infos à bda.lyon@ece-france.com

×