Intégration pédagogique des TIC   dans l’école au Cameroun
La dimension innovante du projet• La nouveauté du projet: 2002-2013  o Une innovation est « n’importe quel idée, pratique ...
La dimension innovante du projet  o Pour Baba Wamé (2005), l’on serait au stade de    l’enthousiasme phase à laquelle devr...
La dimension innovante du projet• Une réponse à une situation pédagogique  jugée insatisfaisante (Le Guen, 2002)  o …que l...
Comment caractériser l’innovation     par rapport à ce projet?• Une innovation axée sur l’action de la  technique chez les...
L’innovation et ses acteurs• L’initiateur  o L’État camerounais, via ses ministères en charge    de l’éducation: volonté d...
L’innovation et ses acteurso Les organismes internationaux : Banque  mondiale, Microsoft Afrique, etc. qui apportent un  a...
L’innovation et ses acteurs   o Les structures de formation des enseignants qui     fournissent un appui humain et pédagog...
L’innovation et ses acteurs• Les acteurs intermédiaires qui relaient l’innovation   o Les services déconcentrés des minist...
L’innovation et ses acteurs• Les actants  o Les outils informatiques (ordinateurs, Internet,    imprimantes, scanners, etc...
Ma positionUn observateur qui regarde de l’extérieur et quisuis comment l’innovation est appropriée par lesprincipaux acte...
L’innovation est-elle partagée?• Entre les acteurs institutionnels (gouvernement, AN,  ANTIC, partenaires, organismes et e...
Comment l’innovation s’implémente-      t-elle sur le terrain ?• Élaboration d’un programme d’informatique• Création d’une...
Les points de passage obligésLe point de passage obligé qui est le fruit desnégociations et le point de départ de la colla...
Les facteurs facilitateurs• Un partenariat multiple• Un réseau africain de chercheurs appuyé par le CRDI• Une diversité d’...
Des facteurs qui bloquent• Une mauvaise gestion des investissements financiers  et technologiques destinés à l’innovation•...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Beche analyse d'une innovation

236 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
236
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Beche analyse d'une innovation

  1. 1. Intégration pédagogique des TIC dans l’école au Cameroun
  2. 2. La dimension innovante du projet• La nouveauté du projet: 2002-2013 o Une innovation est « n’importe quel idée, pratique ou artefact matériel perçu comme nouveau pour l’unité d’analyse qui l’adopte » (Zaltman cité par Mallet, 2004). o Les comportements des acteurs de l’innovation indiquent qu’on serait aux phases des « prophéties technologiques » de la « démonstration de l’efficacité des technologies par rapport à l’enseignement conventionnel » (Baron et Bruillard, 1996).
  3. 3. La dimension innovante du projet o Pour Baba Wamé (2005), l’on serait au stade de l’enthousiasme phase à laquelle devrait succéder une phase de repli puis de banalisation des usages.• L’objectif de changement o Les discours (Mvesso, 2006; Onguéné Essono, 2009; Fonkoua, 2010) tenus, disent que l’introduction des TIC dans l’école devrait favoriser la modernisation du système éducatif, de nouvelles façons d’enseigner et d’apprendre, l’ouverture des enseignants et des apprenants au monde extérieur et la pédagogie active (approche par compétence).
  4. 4. La dimension innovante du projet• Une réponse à une situation pédagogique jugée insatisfaisante (Le Guen, 2002) o …que l’intégration des TIC dans l’école apporte des réponses aux échecs scolaires, à la gestion des effectifs pléthoriques, à la mauvaise qualité de l’éducation. o …qu’elle satisfasse les besoins d’accès à l’école, de formation des enseignants et de la professionnalisation des formations.
  5. 5. Comment caractériser l’innovation par rapport à ce projet?• Une innovation axée sur l’action de la technique chez les acteurs: un certain déterminisme technologique.• Une innovation « top-down".• Une innovation qui se met en place dans un contexte de transferts des technologies.• Une innovation qui se présente comme une action intentionnelle du Gouvernement.
  6. 6. L’innovation et ses acteurs• L’initiateur o L’État camerounais, via ses ministères en charge de l’éducation: volonté d’intégrer les TIC à l’école. o Analyse du contexte et repérage des acteurs pour son projet: partenariats, appels d’offre, etc. o Définition des rôles des différents acteurs.• Les acteurs qui appuient le projet o Les partenaires bilatéraux: France et Canada, qui viennent avec leurs technologies, financements, experts et leurs programmes (projets).
  7. 7. L’innovation et ses acteurso Les organismes internationaux : Banque mondiale, Microsoft Afrique, etc. qui apportent un appui technologique et financier.o L’Assemblée nationale qui vote la loi d’orientation de l’éducation et la politique de développement des technologies.o L’agence nationale des TIC qui élabore les programmes sectoriels de développement des TIC.o Le secteur privé, les communes et les associations des parents d’élèves : outils informatiques et contributions financières.
  8. 8. L’innovation et ses acteurs o Les structures de formation des enseignants qui fournissent un appui humain et pédagogique. o Les chercheurs et experts à qui le gouvernement demande d’étudier le projet et d’élaborer des programmes d’informatique.• Les jeux de négociations et de traductions se manifestent d’ailleurs plus entre ces acteurs institutionnels qu’avec les autres. De l’idée originelle: intégration pédagogique des TIC, l’on a convergé vers l’introduction de l’informatique dans les programmes scolaires, mêmes si dans les discours et écrits, la première idée persiste toujours.
  9. 9. L’innovation et ses acteurs• Les acteurs intermédiaires qui relaient l’innovation o Les services déconcentrés des ministères en charge de l’éducation: application de ce qui se décide au niveau des acteurs institutionnels à qui ils transmettent leurs rapports d’activités. o Les responsables des établissements scolaires.• Les utilisateurs finaux o Les enseignants o Les élèves
  10. 10. L’innovation et ses acteurs• Les actants o Les outils informatiques (ordinateurs, Internet, imprimantes, scanners, etc.) o La disponibilité de l’énergie électrique o Les centres de ressources multimédias o Les établissements pilotes o Les structures de formation o Les textes législatifs et réglementaires, les accords de partenariat, les programmes, les décrets, etc.)
  11. 11. Ma positionUn observateur qui regarde de l’extérieur et quisuis comment l’innovation est appropriée par lesprincipaux acteurs à qui elle est destinée.
  12. 12. L’innovation est-elle partagée?• Entre les acteurs institutionnels (gouvernement, AN, ANTIC, partenaires, organismes et experts), il y a un partage de l’innovation qui se traduit au niveau des négociations, des accords de partenariat, des rapports de recherche.• Entre le gouvernement et ses acteurs intermédiaires, le partage se fait en termes de transmission-réception des programmes, prescriptions ou des rapports.• Un réseau élargi des acteurs, mais insuffisamment cohérent et coordonné.
  13. 13. Comment l’innovation s’implémente- t-elle sur le terrain ?• Élaboration d’un programme d’informatique• Création d’une filière TIC et informatique dans les écoles de formation des enseignants• Mise en œuvre des établissements pilotes• Création des centres multimédias dans les lycées et collèges situés dans les zones urbaines• Inscription de l’informatique aux examens officiels• Création d’un observatoire des TIC à l’école• Décentralisation de l’innovation au niveau des collectivités territoriales.
  14. 14. Les points de passage obligésLe point de passage obligé qui est le fruit desnégociations et le point de départ de la collaborationentre les acteurs est une convergence vers l’initiation àl’informatique.En fonction de cette convergence, il y a eu uneformulation des problèmes et moyens techniques ethumains, des programmes, stratégies et planificationde l’innovation, et une mise en réseau des chercheursau niveau africain (Panaf: Agenda panafricain derecherche sur l’intégration pédagogique des TIC).
  15. 15. Les facteurs facilitateurs• Un partenariat multiple• Un réseau africain de chercheurs appuyé par le CRDI• Une diversité d’acteurs qui jouent le rôle d’appui à l’innovation• Un contexte qui devient progressivement technicisé• Des écoles de formation qui s’intéressent de plus en plus à la formation techno-pédagogique des enseignants• Une décentralisation de l’innovation quoique mal coordonnée
  16. 16. Des facteurs qui bloquent• Une mauvaise gestion des investissements financiers et technologiques destinés à l’innovation• Un réseau étendu mais mal structuré au niveau local• Le rôle des techniques est valorisé, mais leur disponibilité est insuffisante.• La délégation de rôle aux acteurs locaux est faiblement coordonnée.• Une volonté politique insuffisante d’aller de l’avant• Une formation techno-pédagogique des enseignants embryonnaire.

×