UNIVERSTE D’ORAN
Faculté de Médecine
UNIVERSTE D’ORAN
Faculté de Médecine
Mouffok N
INFECTION PARINFECTION PAR
LES HERPES ...
capside
enveloppe
capsomères
tégument
glycoprotéines
ADN linéaire
fragiles et strictement
humains, se transmettent
par con...
FAMILLE DES HERPESVIRIDAE
SOUS FAMILLE Espèce
Alpha-herpesviridae Herpès simplex type 1 HHV1
Herpès simplex type 2 HHV2
Va...
Le virus peut, s/forme DNA, persister dans certaines cellules:
• HSV 1 et 2, et VZV: ganglions sensitifs
• CMV: monocytes ...
Herpès Simplex
(HHV1 et 2 ou HSV1 et 2)
Herpès simplex
HSV-1 « au-dessus de la ceinture »:
oculaire, oral, atteintes cérébrales
HSV-2 « au-dessous de la ceinture ...
HSV : Histoire naturelle
Primo infection
Latence
MOUFFOK N, herpes virus
Réactivation
Symptomatique
= récurrence
Asymptoma...
PRIMOINFECTION
Incubation 2-20j (6j): inapparente
Signes cliniques:
inapparente : souvent
vésicules: buccales (HSV1), géni...
Facteurs déclenchant récurrences herpétiques
Infections intercurrentes (boutons de fièvre)
Soleil (herpes solaire)
Menstru...
MOUFFOK N, herpes virus
HSV 2
HSV-2
– vésicules
• vulve
• col utérin• col utérin
• pénis
Herpès génital
– Femme > homme
– Âge des rapports sexuels...
MOUFFOK N, herpes virus
encéphalite aiguë temporale nécrosante
• adulte (pic 50 ans)
• mortalité 70 % si non traitée
kérat...
Herpes nouveau-né
•éruption vésiculeuse
•encéphalite
•hépatite
Contamination du nouveau né à l’accouchement
1 à 5/10 000
M...
HSV Chez Immunodéprimé
Fréquent
Récidivant
BipolaireBipolaire
Cutané
Chronique
Résistant Aciclovir
MOUFFOK N, herpes virus
Sd de Kaposi-juliusberg:
PI ou récurrence herpétique
sur dermatose préexistante (dermatite atopique)
atteinte cutanée diff...
Diagnostic
surtout clinique
Parfois:
Diagnostic direct:
Mee Ag Viraux (IFD, immuno microscopie, immunoenzymatique)Mee Ag V...
Traitement
Aciclovir ou (=Zovirax®) .
Indiqué: formes sévères
1 cp (200 mg) 5 fois/j pendant 10j
Forme grave: Aciclovir 10...
VIRUS VARICELLE ZONA
HHV3 ou VZV
- Le VZV est un virus strictement humain
- endémique dans le monde entier.
MOUFFOK N, herpes virus
Varicelle
DEFINITION :
- primo-infection du VVZ, maladie de l'enfance
- avec une éruption érythèmato vésiculeuses
- Endémo...
CLINIQUE Varicelle
Incubation :
silencieuse de 14 j
Invasion :Invasion :
très brève de 24 h,
passe inaperçue ou T° à 37,5 ...
Exanthème
macules rosées vésicules (liquide clair)
(liquide trouble) croutelles brunâtres qui tombe
vers le 8e j sans cica...
MOUFFOK N, herpes virus
Formes cliniques Varicelle
Éruption : variable en intensité
Age : l’adulte fera une forme plus sévère.
Congénitale : lésio...
MOUFFOK N, herpes virus
Complications néonatales
MOUFFOK N, herpes virus
Diagnostic
Clinique
Le virus dans les vésicules,
les anticorps antiviraux dans le sangles anticorps antiviraux dans le san...
Prurigo
MOUFFOK N, herpes virus
Variole
MOUFFOK N, herpes virus
MOUFFOK N, herpes virus
MOUFFOK N, herpes virus
PROPHYLAXIE
éviction scolaire jusqu’à guérison
non à déclaration obligatoire.
Sujet à haut risque : Ig 0,3 mg/Kg en IM dan...
Le zona
DEFINITION
Manifestation de récurrence du VVZ,
un terrain (SIDA, Hodgkin, lymphome, traitement
immunosuppresseur, ...
CLINIQUE Zona
Il n’existe pas d’incubation
Zona thoracique : le plus fréquent
débute par des brûlures unilatéral, en hémi-...
MOUFFOK N, herpes virus
Zona des nerfs crâniens :
Trijumeau : atteinte ophtalmique, risque d’atteinte
oculaire et douleur+++.
Auriculaire : érupti...
TRAITEMENT Zona
Antiseptiques locaux,
Antalgiques
neuroleptiques
antidépresseurs,
Antiviraux :Antiviraux :
Aciclovir dans ...
CMV: virus très répandu.
transmis par:
•Voie sexuelle (sperme et sécrétions cervico-vaginales infectés)
•respiratoire,
•co...
CMV Clinique
infection banale (fièvre prolongée souvent asymptomatique).
•Le virus persiste dans les lymphocytes et peut d...
Manifestations cliniques de l’infection par le CMVManifestations cliniques de l’infection par le CMV
Sujets immunocompéten...
Rétinite à CMV
MOUFFOK N, herpes virus
Fond d’œil normal
Monocytes ADN viral
Polynucléaires Virus infectieux
Antigène pp65
ADN viral
Plasma ADN viral
Diagnostic CMV
Infection
Couc...
Infection à CMV
Traitement
Ganciclovir IV 5mg/kgx2/j ( 3 à 6 S)
traitement d’entretien à demi dose (rétine ou neurologique...
HHV5 ou Epstein Barr Virus
--- Mononucléose infectieuse MNI
Transmission salivaire =>
« maladie du baiser »
MOUFFOK N, her...
PHYSIOPATHOLOGIE EBV
À l’enfance: asymptomatique
Âge plus avancés: 50% MNI
______________________________________________
...
La mononucléose infectieuse
Incubation: 1 mois
La clinique classique
Asthénie
Fièvre 38°C
Angine
Adénopathies - Splénoméga...
MNI
MOUFFOK N, herpes virus
Pas de récurrence
symptomatique chez le sujet sain
Rôle dans maladie de Hodgkin
•Lymphomes non hodgkiniens
–Sujets forteme...
Hématologie
Syndrome mononucléosique
Délai d’apparition : souvent après 2 semaines d’évolution
Lymphocytose entre 55 à 86%...
HHV-6
Roséole de la petite enfanceRoséole de la petite enfance
Exanthème subit
6ème maladie
HHV-6 : EPIDEMIOLOGIE
–Infection ubiquitaire, très répandue
–Transmission:
- par la salive (+++),
- transplacentaire, et l...
Exanthème subit
6 mois à 3 ans
fièvre élevée (40°C), persiste 1-3j
Éruption de 48h : Macules roses pâles,
Front, Cou et Tr...
Herpesvirus humain 7
(HHV-7)
HHV7
• Infection ubiquitaire
• Formes asymptomatiques
Exanthème subit (6e maladie) ?
Pytiriasis rosé de Gibert ?Pytiriasis...
HHV8
sarcome de KAPOSI
MOUFFOK N, herpes virus
MOUFFOK N, herpes virus
MOUFFOK N, herpes virus
Herpes virus
Herpes virus
Herpes virus
Herpes virus
Herpes virus
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Herpes virus

3 187 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 187
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
16
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Herpes virus

  1. 1. UNIVERSTE D’ORAN Faculté de Médecine UNIVERSTE D’ORAN Faculté de Médecine Mouffok N INFECTION PARINFECTION PAR LES HERPES VIRUSLES HERPES VIRUS
  2. 2. capside enveloppe capsomères tégument glycoprotéines ADN linéaire fragiles et strictement humains, se transmettent par contact rapproché des muqueuses (baiser, rapports sexuels, accouchement, greffes, transfusion).
  3. 3. FAMILLE DES HERPESVIRIDAE SOUS FAMILLE Espèce Alpha-herpesviridae Herpès simplex type 1 HHV1 Herpès simplex type 2 HHV2 Varicelle-zona HHV3 Beta-herpesviridae Cytomégalovirus HHV5 Herpès virus humain 6 HHV6 Herpès virus humain 7 HHV7 Gamma-herpesviridae Epstein-Barr HHV4 Herpès virus humain 8 HHV8 MOUFFOK N, herpes virus
  4. 4. Le virus peut, s/forme DNA, persister dans certaines cellules: • HSV 1 et 2, et VZV: ganglions sensitifs • CMV: monocytes et macrophages • EBV: Lymphocytes B et cellules épith. • HHV6: cellules mononuclées sg, glandes salivaires Herpès « herpein » ramper • HHV6: cellules mononuclées sg, glandes salivaires • HHV8: cellules endothéliales Des facteurs déclenchants ("stress, soleil,..) - réveil ou réactivation, souvent liée à déficit de l'immunité cellulaire. Une cancérisation cellulaire est possible. MOUFFOK N, herpes virus
  5. 5. Herpès Simplex (HHV1 et 2 ou HSV1 et 2)
  6. 6. Herpès simplex HSV-1 « au-dessus de la ceinture »: oculaire, oral, atteintes cérébrales HSV-2 « au-dessous de la ceinture »: herpès génitaux, nouveau-né MOUFFOK N, herpes virus
  7. 7. HSV : Histoire naturelle Primo infection Latence MOUFFOK N, herpes virus Réactivation Symptomatique = récurrence Asymptomatique = excretion virale
  8. 8. PRIMOINFECTION Incubation 2-20j (6j): inapparente Signes cliniques: inapparente : souvent vésicules: buccales (HSV1), génitales (HSV2). Une gingivostomatite (jeune enfant): 1-4 ans, guérison en 15j Rares mais graves: - kératoconjonctivites- kératoconjonctivites - méningoencéphalites - hépatites fulminantes. les infections congénitales: avortements, foetopathies. PHASE DE LATENCE le génome du virus persiste dans les cellules ganglionnaires (ganglion nerveux de la zone infectée) RÉACTIVATIONS bouton de fièvre. MOUFFOK N, herpes virus
  9. 9. Facteurs déclenchant récurrences herpétiques Infections intercurrentes (boutons de fièvre) Soleil (herpes solaire) Menstruations (herpes cataménial)Menstruations (herpes cataménial) Stress Fatigue Immunodépression (greffes d’organe, infection par le VIH…..) MOUFFOK N, herpes virus
  10. 10. MOUFFOK N, herpes virus
  11. 11. HSV 2 HSV-2 – vésicules • vulve • col utérin• col utérin • pénis Herpès génital – Femme > homme – Âge des rapports sexuels • Symptomatique 1/ 3 MOUFFOK N, herpes virus
  12. 12. MOUFFOK N, herpes virus encéphalite aiguë temporale nécrosante • adulte (pic 50 ans) • mortalité 70 % si non traitée kératoconjonctivite (opacité cornéenne) Première cause de cécité dans pays industriels
  13. 13. Herpes nouveau-né •éruption vésiculeuse •encéphalite •hépatite Contamination du nouveau né à l’accouchement 1 à 5/10 000 MOUFFOK N, herpes virus •hépatite •syndrome hémorragique •atteinte oculaire Urgence thérapeutique - mortalité 60 % à 80 % formes disséminées
  14. 14. HSV Chez Immunodéprimé Fréquent Récidivant BipolaireBipolaire Cutané Chronique Résistant Aciclovir MOUFFOK N, herpes virus
  15. 15. Sd de Kaposi-juliusberg: PI ou récurrence herpétique sur dermatose préexistante (dermatite atopique) atteinte cutanée diffuse, décollement, surinfection bactérienne: - fièvre à 40°C et AEG - dissémination viscérale possible MOUFFOK N, herpes virus
  16. 16. Diagnostic surtout clinique Parfois: Diagnostic direct: Mee Ag Viraux (IFD, immuno microscopie, immunoenzymatique)Mee Ag Viraux (IFD, immuno microscopie, immunoenzymatique) isolement viral Diagnostic indirect: Sérologie: ELISA, Immunoblot et western blot PCR très sensible MOUFFOK N, herpes virus
  17. 17. Traitement Aciclovir ou (=Zovirax®) . Indiqué: formes sévères 1 cp (200 mg) 5 fois/j pendant 10j Forme grave: Aciclovir 10 mg/kg/8h en perf 15-21 j, Prévention - Traitement permanent des immunodéprimés - Accouchement par césarienne: femme enceinte. Lutte contre IST MOUFFOK N, herpes virus
  18. 18. VIRUS VARICELLE ZONA HHV3 ou VZV - Le VZV est un virus strictement humain - endémique dans le monde entier.
  19. 19. MOUFFOK N, herpes virus
  20. 20. Varicelle DEFINITION : - primo-infection du VVZ, maladie de l'enfance - avec une éruption érythèmato vésiculeuses - Endémo épidémique, - elle confère une immunité solide.- elle confère une immunité solide. Âge : 2 à 10 ans, parfois chez l’adulte, rare <6 mois. Contamination : respiratoire, cutanée l’une des maladies les plus contagieuses de l’enfance; MOUFFOK N, herpes virus
  21. 21. CLINIQUE Varicelle Incubation : silencieuse de 14 j Invasion :Invasion : très brève de 24 h, passe inaperçue ou T° à 37,5 à 38°c, malaise général, parfois éruption scarlatiniforme fugace. Etat : exanthème + énanthème+Signes généraux MOUFFOK N, herpes virus
  22. 22. Exanthème macules rosées vésicules (liquide clair) (liquide trouble) croutelles brunâtres qui tombe vers le 8e j sans cicatrice. Siège : - tout le corps - ne respectant ni le visage ni le cuir chevelu ni la région palmo-- ne respectant ni le visage ni le cuir chevelu ni la région palmo- plantaire , - le prurit est intense. L’évolution: 1 à 3 poussées = éléments d’âge différents, guérison en 10 jours. Enanthème bucco pharyngé, au niveau des muqueuses la vésicule est remplacée par une érosion douloureuse. MOUFFOK N, herpes virus
  23. 23. MOUFFOK N, herpes virus
  24. 24. Formes cliniques Varicelle Éruption : variable en intensité Age : l’adulte fera une forme plus sévère. Congénitale : lésions cutanées cicatricielles, oculaires, hypoplasie des membres. Formes graves : chez les sujets à haut risque. Formes compliquées : Cutanées : surinfection. Muqueuses : stomatite, vulvite, conjonctivite, laryngite. Pulmonaires : pneumopathie du VVZ, ou de surinfection, pseudo miliaire. Neurologiques : convulsions, ataxie, encéphalite. Hématologiques : purpura thrombopénique. MOUFFOK N, herpes virus
  25. 25. MOUFFOK N, herpes virus
  26. 26. Complications néonatales
  27. 27. MOUFFOK N, herpes virus
  28. 28. Diagnostic Clinique Le virus dans les vésicules, les anticorps antiviraux dans le sangles anticorps antiviraux dans le sang MOUFFOK N, herpes virus Diagnostic différentiel -Variole -prurigo
  29. 29. Prurigo MOUFFOK N, herpes virus
  30. 30. Variole MOUFFOK N, herpes virus
  31. 31. MOUFFOK N, herpes virus
  32. 32. MOUFFOK N, herpes virus
  33. 33. PROPHYLAXIE éviction scolaire jusqu’à guérison non à déclaration obligatoire. Sujet à haut risque : Ig 0,3 mg/Kg en IM dans les 72 h du contage . un vaccin vivant (souche japonaise 1972: enfants immunodéprimés MOUFFOK N, herpes virus
  34. 34. Le zona DEFINITION Manifestation de récurrence du VVZ, un terrain (SIDA, Hodgkin, lymphome, traitement immunosuppresseur, pathologie vertébrale) Il peut se voire chez l’immunocompétent . S’observe à tout âge - l’adulte âgé - et surtout le vieillard. MOUFFOK N, herpes virus
  35. 35. CLINIQUE Zona Il n’existe pas d’incubation Zona thoracique : le plus fréquent débute par des brûlures unilatéral, en hémi-ceinture le long d’un trajet métamérique. Éruption érythémateuse rose vifs vésicules, groupées en Bulles polycyclique, se troublent vésicules, groupées en Bulles polycyclique, se troublent croutelles brunâtres qui tombent vers le 10e j - une cicatrice rosée puis blanchâtre indélébile + paresthésie. L’état général est bon (en/intensité des douleurs et l’insomnie), adénopathie satellite axillaire L’évolution: 2 ou 3 poussées en 2 à S - la guérison laissant parfois des douleurs post zostérienne. MOUFFOK N, herpes virus
  36. 36. MOUFFOK N, herpes virus
  37. 37. Zona des nerfs crâniens : Trijumeau : atteinte ophtalmique, risque d’atteinte oculaire et douleur+++. Auriculaire : éruption de la zone de Ramsay Hunt, paralysie faciale, adénopathie. Zona généralisé : chez l’immunodéprimé, atteinte viscérale, forme sévère. MOUFFOK N, herpes virus
  38. 38. TRAITEMENT Zona Antiseptiques locaux, Antalgiques neuroleptiques antidépresseurs, Antiviraux :Antiviraux : Aciclovir dans les formes sévères 10 à 15 mg/ Kg/8h en perfusion IV pendant 10 jours. Zovirax pour le zona ophtalmique et pour prévenir les douleurs post-zöstériennes 800 mg 5fois/j. Valacyclovir (Zelitrex®) : chez l’immunocompétent > 50 ans (administration précoce ds 72h) (1gx3/j- 7j) MOUFFOK N, herpes virus
  39. 39. CMV: virus très répandu. transmis par: •Voie sexuelle (sperme et sécrétions cervico-vaginales infectés) •respiratoire, •contact avec excrétions virales (urines de nouveau-nés, salive...) MOUFFOK N, herpes virus •contact avec excrétions virales (urines de nouveau-nés, salive...) •Greffe d ’organe ou moelle (cellules souches hématopoïétiques) • Transfusion sanguine • Mère au fœtus ou au nouveau-né -
  40. 40. CMV Clinique infection banale (fièvre prolongée souvent asymptomatique). •Le virus persiste dans les lymphocytes et peut donc être réactivé. MOUFFOK N, herpes virus L'infection primaire n'est grave que chez : - l'immunodéprimé (fièvre, pneumonie, atteinte oculaire...) surtout SIDA. - greffé
  41. 41. Manifestations cliniques de l’infection par le CMVManifestations cliniques de l’infection par le CMV Sujets immunocompétents: PrimoinfectionPrimoinfection • souvent asymptomatique ((symptomessymptomes << 1010 % des cas)% des cas) ou -- syndromesyndrome mononucléosidiquemononucléosidique prolongé, cytolyse hépatiqueprolongé, cytolyse hépatique Sujets immunodéprimés: primo-infection et résurgences • atteintes sévères • pneumopathies, hépatite, colite, encéphalite, rétinite MOUFFOK N, herpes virus • pneumopathies, hépatite, colite, encéphalite, rétinite TransmissionTransmission maternomaterno--fœtalefœtale -- Infection ou réactivationInfection ou réactivation -- foetopathiesfoetopathies -- maladies à inclusionmaladies à inclusion cytomégaliquescytomégaliques:: 1010%% ictère, hépatosplénomégalie, purpura thrombopénique, pneumopathie, Microcéphalie (calcifications intracrâniennes), choriorétinites -- séquelles neurologiques : surdité, retard psychomoteurséquelles neurologiques : surdité, retard psychomoteur Infection périnatale:Infection périnatale: pneumopathie interstitiellepneumopathie interstitielle
  42. 42. Rétinite à CMV MOUFFOK N, herpes virus Fond d’œil normal
  43. 43. Monocytes ADN viral Polynucléaires Virus infectieux Antigène pp65 ADN viral Plasma ADN viral Diagnostic CMV Infection Couche leucocytaire Sang totalInfection active total Sérologie CMVDétection : ELISA . IgG et IgManti-CMV: apparaîssent 10-14 j après début de l.infection . IgG persistent toute la vie Histologique avec la présence d’inclusions intranucléaires ou intracytoplasmiques
  44. 44. Infection à CMV Traitement Ganciclovir IV 5mg/kgx2/j ( 3 à 6 S) traitement d’entretien à demi dose (rétine ou neurologiques) Surveillance hématologique ++ Foscarnet (90 mg/kgx2/)j Prévention Dépistage de la rétinite par FO systématique et intérêt de la PCR CMV dans le sang prophylaxie secondaire Arrêt de la prophylaxie secondaire si CD4>100-150/mm3 depuis au moins 6 mois avec surveillance régulière du FO
  45. 45. HHV5 ou Epstein Barr Virus --- Mononucléose infectieuse MNI Transmission salivaire => « maladie du baiser » MOUFFOK N, herpes virus • MNI rare dans les PED •Sujets jeunes: ado • virus parfois associé à des cancers (pouvoir transformant)
  46. 46. PHYSIOPATHOLOGIE EBV À l’enfance: asymptomatique Âge plus avancés: 50% MNI ______________________________________________ Multiplication virus LB pharynx --- LB sang et organes à distance Stimulation LT ---- destruction LB et virus == prolifération LT == MNI MOUFFOK N, herpes virus
  47. 47. La mononucléose infectieuse Incubation: 1 mois La clinique classique Asthénie Fièvre 38°C Angine Adénopathies - SplénomégalieAdénopathies - Splénomégalie Exanthème morbilliforme (10 %) Evolution bénigne Guérison spontanée en 3 à 4 semaines Convalescence (asthénie) prolongée syndrome de fatigue chronique Les complications classiques : - Surinfection de l ’angine -Hépatite -Rupture de rate
  48. 48. MNI MOUFFOK N, herpes virus
  49. 49. Pas de récurrence symptomatique chez le sujet sain Rôle dans maladie de Hodgkin •Lymphomes non hodgkiniens –Sujets fortement immunodéprimés par VIH MOUFFOK N, herpes virus Lymphome de Burkitt
  50. 50. Hématologie Syndrome mononucléosique Délai d’apparition : souvent après 2 semaines d’évolution Lymphocytose entre 55 à 86% Lymphocytes atypiques : 12 à 55% Thrombopénie Biochimie Cytolyse hépatique (Elévation des transaminases) CONFIRMATION MNI test Réaction de Paul Bunnel et Davidson Ig M anti VCA MOUFFOK N, herpes virus
  51. 51. HHV-6 Roséole de la petite enfanceRoséole de la petite enfance Exanthème subit 6ème maladie
  52. 52. HHV-6 : EPIDEMIOLOGIE –Infection ubiquitaire, très répandue –Transmission: - par la salive (+++), - transplacentaire, et lors de la naissance ; –Transmission par le sang et les greffes d'organes ? - Primo-infection précoce dans la vie PRIMO-INFECTION: Exanthème subit (6e maladie) • MOUFFOK N, herpes virus Chez l’immunodéprimé (VIH, transplantés) – résurgence – pneumonie intersticielle – atteinte de la moelle osseuse – encéphalite
  53. 53. Exanthème subit 6 mois à 3 ans fièvre élevée (40°C), persiste 1-3j Éruption de 48h : Macules roses pâles, Front, Cou et Tronc (ø aux membres)Front, Cou et Tronc (ø aux membres) Guérison en 1 semaine sans séquelles Formes cliniques: Formes asymptomatiques, Fièvre sans éruption • Convulsions, Méningo-encéphalite • Syndrome mononucléosique • Hépatite aiguë, Insuffisance médullaire MOUFFOK N, herpes virus
  54. 54. Herpesvirus humain 7 (HHV-7)
  55. 55. HHV7 • Infection ubiquitaire • Formes asymptomatiques Exanthème subit (6e maladie) ? Pytiriasis rosé de Gibert ?Pytiriasis rosé de Gibert ? Syndrome de fatigue chronique ? MOUFFOK N, herpes virus
  56. 56. HHV8 sarcome de KAPOSI MOUFFOK N, herpes virus
  57. 57. MOUFFOK N, herpes virus
  58. 58. MOUFFOK N, herpes virus

×