2 - Définition de la banquePar définition, une banque est unétablissement qui reçoit du public des dépôtsde fonds qu’il ré...
A) Définition juridiqueL’article 70 de l’ordonnance 2003/11 du26/08/2003 relative à la monnaie et au créditstipule que :« ...
Les opérations de banque comprennent laréception de fonds du public, les opérations decrédit ainsi que la mise à la dispos...
B) Définition économique« La banque est l’intermédiaire entre offreurs etdemandeurs de capitaux et ceci à partir de deuxpr...
Cette vocation est l’objet même de la naissancedes banques. Cependant, leur champ d’activités’est considérablement élargi ...
Ainsi, depuis de longue date, les banques sontdevenues     des   partenaires    privilégiés   desdifférents    opérateurs ...
Parfois, elles interviennent directement dansla création et le financement de celles- ci,alors   que     d’autres      foi...
des circonstances particulières pour proposeraux entreprises un appui multiforme qui estsouvent nécessaire aux entreprises...
à intervenir et à s’intéresser à tout opérateuréconomique quel que soit son statut ou sa tailleauquel elles apportent des ...
Sont appelées à assurer la continuité del’existence   de   ces   entreprises   dans    lesconditions les plus normales pos...
A cet effet, elles devront avoir une gestionrigoureuse et objective dans un secteur ou laconcurrence et la réglementation ...
3 - Rôle de la banqueLes rôles et missions de la banque dans toutesses formes sont relativement les mêmes et seprésentent ...
A) La collecte des ressources ;B) La distribution des crédits ;C) Les opérations financières ;D) les opérations de trésore...
A- La collecte des ressourcesLa banque, en offrant à ses clients une panopliede produits comme des opportunités placemente...
Activité d’allocation de capitaux qui lui estprincipale. Cette fonction de collecte deressource est indispensable pour une...
sous l’intermédiation de la banque.La recherche de créditeurs à vue et à termeauprès de sa clientèle assure à l’établissem...
La collecte de ressources s’opère généralementgrâce : Aux dépôts dans les comptes de particulierset des entreprises (comp...
   Aux souscriptions de bons de caisse avec    rémunération.sachant que la durée de détention de ces différentesressource...
B- La distribution des créditsLa loi N° 86 / 12 du 19/08/1986, définit lecrédit comme « constitue une opération decrédit a...
d’une personne morale ou physique ou contracte pourle compte de celle - ci un engagement par signature.»cette définition a...
Une avance en monnaie ;Une rémunération du créditeur ;La restitution des fonds prêtes.
Il prend trois formes :Crédits d’exploitation ;Crédits d’investissement;Crédits par signature.
En outre, il distingue traditionnellement lecrédit réel consenti en considération de lavaleur du gage offert au créancier,...
Le crédit repose en fait sur la personnalité del’emprunteur, qu’il s’agisse d’une entrepriseéconomique,        d’un     pa...
Il permet le développement économique d’unpays ou d’une branche d’activité ou d’uneentreprise ; et toute restriction volon...
Cependant, les incidents monétaires du créditne sont pas moindres.Une augmentation du volume des créditscontribue partiell...
Elle est génératrice de l’inflation ou dedéflation, de modification dans le pouvoird’achat de la monnaie.Le danger est d’a...
C- Les opérations financièresLa banque intervient souvent pour conclure desopérations financières soit pour le compte dese...
En général il est recensé les opérationsfinancières suivantes :L’émission d’obligations et leur négociation ; L’émission...
 Les opérations de placements ; La gestion et le suivi d’un portefeuille de  valeurs pour le compte de sa clientèle et/o...
D- Les opérations de trésorerieLa banque à une activité basée essentiellementsur la monnaie dont les mouvements sont depar...
Ainsi, elle se trouve sollicitée par, ses clientspour le recouvrement de valeurs au niveaunational et international, matér...
et de compensation lorsqu’il s’agit d’opérationsportant sur des valeurs négociables entredifférentes        banques    nat...
Ainsi, afin de prendre les opérations detrésorerie au sens le plus large il faut inclure lesopérations conclues par la ban...
B - La clientèle de la banque et ses     besoins de financement
Le développement économique, l’accroissementdes échanges et l’élévation du niveau de vie engénéral ont influé sur les beso...
Pour   acquérir    les   biens   durables   et/ouconsommables, les entreprises ou les particulierstentent dans la mesure d...
Pour adapter son financement, la banque examine etétudie au préalable les besoins de sa clientèle «Entreprises » ou « Part...
1 - La clientèle Entreprises et ses besoinsLes besoins d’ordre technique sont d’un purclassicisme ; les entreprises sollic...
Elles peuvent aussi trouver chez elles conseils etinformations concernant les techniques decouverture de risques de taux o...
de façon à ce que s’instaure une coopérationétroite.Les besoins ressentis par la clientèle sontgénéralement exprimés à la ...
 Besoins de conseilsLes clients de la banque recourent souvent auconseil de celle-ci, que ce soit un simpleparticulier ou...
Ce recours se justifie par la capacité de labanque à avoir des informations sures, sur uneopération , sur une activité, su...
Elle peut être sollicitée pour un conseil surl’opportunité     d’un   placement   ou     sur   lesoccasions de rémunératio...
notamment à propos des concours adéquatsqu’elles peuvent utiliser pour couvrir certainesgênes de trésorerie ou pour assure...
Conseille souvent ses clients dans leurs choixstratégiques et les aide dans leurs optionstactiques. Il est d’autant plus e...
 Besoins de financementLa principale raison de la naissance et dudéveloppement de la relation entre une banqueet un opéra...
auxquels la banque, en guise de réponse, offreune variété considérable de produits efficaces .Certaines entreprises, penda...
Celles ayant du mal à dégager leurs propresressources pour réaliser leurs projets recourentaussi à la banque pour le finan...
 Besoins d‘intermédiationDans le cadre de la réalisation d’opérations derecouvrement,    d’émission   d’obligations   oue...
Besoins de couverture de risquesLes   opérateurs   économiques     réalisant    desopérations   financières,   de   change...
ont souvent été d’un bon apport pour seprémunir de toute surprise ruineuse.2 - La clientèle Particuliers et leurs besoinsI...
 Besoins d’investissementsLes   particuliers   (ou    ménages)     au   senséconomique du terme, se proposent d’épargnere...
D’où ils tireront revenus ou plus–value.Consciemment ou non, ils désirent apporterdes capitaux permanents aux entrepreneur...
mais ont parfois des difficultés pour ajuster leursrecettes à leurs dépenses engendrées par desévénements exceptionnels : ...
La production des biens, leur circulation, leurconsommation.Le banquier participe donc à la satisfaction deces besoins en ...
1. Matériel : gestion matérielle des capitaux               (espèces et valeurs mobilières)2. Intellectuel : informations ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Définition de la banque

2 261 vues

Publié le

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 261
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
51
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Définition de la banque

  1. 1. 2 - Définition de la banquePar définition, une banque est unétablissement qui reçoit du public des dépôtsde fonds qu’il réemploi pour son proprecompte en opérations de crédits.Toutefois la définition d’une banque sous laforme juridique ou économique est reprise ci-après :
  2. 2. A) Définition juridiqueL’article 70 de l’ordonnance 2003/11 du26/08/2003 relative à la monnaie et au créditstipule que :« Seules les banques sont habilitées à effectuer àtitre de profession habituelle toutes lesopérations décrites aux articles 66 à 69 del’ordonnance 2003/11 du 26/08/2003 relative àla monnaie et au crédit »
  3. 3. Les opérations de banque comprennent laréception de fonds du public, les opérations decrédit ainsi que la mise à la disposition de laclientèle des moyens de paiements et la gestionde ceux-ci.Cette définition, bien que réunissant les qualitésde clarté et de concision, reste très juridique etse limite à l’énumération des opérations quipermettent à une entreprise les réalisantd’obtenir le statut de banque. ces différentesopérations (réception des dépots du public,octroi de crédit et mise à disposition de moyensde paiements) sont d’ailleurs explicitées.
  4. 4. B) Définition économique« La banque est l’intermédiaire entre offreurs etdemandeurs de capitaux et ceci à partir de deuxprocessus distincts :- En intercalant (interposant) son bilan entre offreurs et demandeurs de capitaux, c’est l’intermédiation bancaire ;- En mettant en relation directe offreurs et demandeurs de capitaux sur un marché de capitaux (marché financier notamment), c’est le phénomène de désintermédiation »
  5. 5. Cette vocation est l’objet même de la naissancedes banques. Cependant, leur champ d’activités’est considérablement élargi pour être de pairavec l’évolution et le développementéconomique.
  6. 6. Ainsi, depuis de longue date, les banques sontdevenues des partenaires privilégiés desdifférents opérateurs économiques enparticuliers des entreprises.En effet les banques entretiennent des rapportsde coopération, très liés avec les entreprises,fondés principalement l’allocation des capitaux.
  7. 7. Parfois, elles interviennent directement dansla création et le financement de celles- ci,alors que d’autres fois elle lesaccompagnaient dans leur activité.On se rappelle, au fil des années passées queles banques ont toujours su s’adapter à despolitiques économiques et à
  8. 8. des circonstances particulières pour proposeraux entreprises un appui multiforme qui estsouvent nécessaire aux entreprises en période debesoin.C’est pour dire que les réalités du terrain et de lavie économique, politique et sociale sur le planlocal et international ont poussé les banques
  9. 9. à intervenir et à s’intéresser à tout opérateuréconomique quel que soit son statut ou sa tailleauquel elles apportent des produits performantsen matière de financement, de placements et decouverture de risques.Les banques comme toute autre entitééconomique
  10. 10. Sont appelées à assurer la continuité del’existence de ces entreprises dans lesconditions les plus normales possibles de leuractivité.Pour cela, elles sont appelées à être rentables, àdégager des résultats profitables à leur activitéde manière assez suffisante.
  11. 11. A cet effet, elles devront avoir une gestionrigoureuse et objective dans un secteur ou laconcurrence et la réglementation de la tutellesont les principales caractéristiques.
  12. 12. 3 - Rôle de la banqueLes rôles et missions de la banque dans toutesses formes sont relativement les mêmes et seprésentent sous les principaux groupes suivants:
  13. 13. A) La collecte des ressources ;B) La distribution des crédits ;C) Les opérations financières ;D) les opérations de trésorerie.
  14. 14. A- La collecte des ressourcesLa banque, en offrant à ses clients une panopliede produits comme des opportunités placementet de rémunération des capitaux détenus à leurniveau, et ceux avec des durées et desconditions très variées, dans un souci de lesadapter aux uns et aux autres, assure pour elleune ressource nécessaire pour mener à bien son
  15. 15. Activité d’allocation de capitaux qui lui estprincipale. Cette fonction de collecte deressource est indispensable pour une banqueétant donné que l’ensemble de son activité estfondé sur la monnaie qui s’échangecontinuellement et nature très fluide entre lesdéposants et les demandeurs
  16. 16. sous l’intermédiation de la banque.La recherche de créditeurs à vue et à termeauprès de sa clientèle assure à l’établissementbancaire, outre des marges, une sécuritéappréciable puisqu’elle limite sa dépendancevis-à-vis du marché monétaire et la banqued’émission
  17. 17. La collecte de ressources s’opère généralementgrâce : Aux dépôts dans les comptes de particulierset des entreprises (comptes dechèques,comptes courants) sans rémunération ; Aux dépôts dans les comptes d’épargne avec rémunération ; Aux dépôts à terme avec rémunération ;
  18. 18.  Aux souscriptions de bons de caisse avec rémunération.sachant que la durée de détention de ces différentesressources au niveau de la banque varie selon qu’ellesont à vue ou à terme, la banque les adapte à desemplois correspondants pour les dépôts à vue elle esttenue de les restituer après en avoir assuré la gardedés présentation du déposant.Quant aux dépôts à terme, elle doit les restituer àterme (à échéance) en plus de leur rémunération.
  19. 19. B- La distribution des créditsLa loi N° 86 / 12 du 19/08/1986, définit lecrédit comme « constitue une opération decrédit au sens de la présente loi, tout acte parlequel un établissement habilité à cet effet, metou promet de mettre temporairement et à titreonéreux des fonds à la disposition
  20. 20. d’une personne morale ou physique ou contracte pourle compte de celle - ci un engagement par signature.»cette définition a été reprise par l’ ordonnance 03/11en son article 68.Sont assimilées à des opérations decrédit,les opérations de location assorties d’optionsd’achat,notamment le crédit bail.L’opération de crédit par décaissement se reconnaît
  21. 21. Une avance en monnaie ;Une rémunération du créditeur ;La restitution des fonds prêtes.
  22. 22. Il prend trois formes :Crédits d’exploitation ;Crédits d’investissement;Crédits par signature.
  23. 23. En outre, il distingue traditionnellement lecrédit réel consenti en considération de lavaleur du gage offert au créancier, du créditpersonnel accordé en considération à laconfiance qu’inspire le débiteur.
  24. 24. Le crédit repose en fait sur la personnalité del’emprunteur, qu’il s’agisse d’une entrepriseéconomique, d’un particulier ou d’unecollectivité publique.Le crédit a pour conséquence undéveloppement des investissements ou uneaccélération de la circulation des biens
  25. 25. Il permet le développement économique d’unpays ou d’une branche d’activité ou d’uneentreprise ; et toute restriction volontaire ouobligatoire de l’activité des banques concourt àune récession de la production des biens et /oudes services.
  26. 26. Cependant, les incidents monétaires du créditne sont pas moindres.Une augmentation du volume des créditscontribue partiellement à l’augmentation de lamasse monétaire susceptible d’entraîner undéséquilibre entre l’offre et la demande debiens et de services.
  27. 27. Elle est génératrice de l’inflation ou dedéflation, de modification dans le pouvoird’achat de la monnaie.Le danger est d’autant plus grand que le créditparticipe dans l’émission d’un pouvoir d’achatqui ne trouve pas sa contrepartie quasiimmédiate dans la production de biens deconsommation.
  28. 28. C- Les opérations financièresLa banque intervient souvent pour conclure desopérations financières soit pour le compte deses clients moyennant une rémunération qui estmatérialisée par des commissions surl’opération elle-même, soit pour son proprecompte
  29. 29. En général il est recensé les opérationsfinancières suivantes :L’émission d’obligations et leur négociation ; L’émission d’actions et leur négociation ; Les opérations de change entre différentes devises ;
  30. 30.  Les opérations de placements ; La gestion et le suivi d’un portefeuille de valeurs pour le compte de sa clientèle et/ou pour son propre compte.
  31. 31. D- Les opérations de trésorerieLa banque à une activité basée essentiellementsur la monnaie dont les mouvements sont depart et d’autres et dans différents sens.C’est pour ces raisons que la notion detrésorerie est fondamentale dans son activité etdans sa gestion.
  32. 32. Ainsi, elle se trouve sollicitée par, ses clientspour le recouvrement de valeurs au niveaunational et international, matérialisé par desopérations de recette ou de compensation.De recette lorsqu’il s’agit d’opérations portantsur des valeurs négociables au niveau de lamême banque,
  33. 33. et de compensation lorsqu’il s’agit d’opérationsportant sur des valeurs négociables entredifférentes banques nationales etinternationales.
  34. 34. Ainsi, afin de prendre les opérations detrésorerie au sens le plus large il faut inclure lesopérations conclues par la banque au niveau dumarché monétaire en tant que offreuse oudemandeuse de fonds, et les opérationsconclues avec l’institut d’émission en cas debesoin de trésorerie soit en compte courant(découvert) soit en utilisant le réescompte.
  35. 35. B - La clientèle de la banque et ses besoins de financement
  36. 36. Le développement économique, l’accroissementdes échanges et l’élévation du niveau de vie engénéral ont influé sur les besoins de plus en plusimportants et diversifiés des agentséconomiques.
  37. 37. Pour acquérir les biens durables et/ouconsommables, les entreprises ou les particulierstentent dans la mesure du possible de puiserdans leurs propres ressources. Mais souventfaute d’équilibre entre les ressources et lesdépenses ils recourent aux crédits bancaires.
  38. 38. Pour adapter son financement, la banque examine etétudie au préalable les besoins de sa clientèle «Entreprises » ou « Particuliers ».L’intervention de la banque peut être un conseilqu’elle donne ou par des opérations plus élaborées,menées au profit et pour le compte de ses clients. Lesbesoins de ces derniers sont à la fois objectifsautrement dit « technique » et « subjectifs »notamment au plan relationnel.
  39. 39. 1 - La clientèle Entreprises et ses besoinsLes besoins d’ordre technique sont d’un purclassicisme ; les entreprises sollicitent souventles banques pour financer leurs investissementsainsi que l’exploitation de leur activité selon desformules adaptées qualitativement etquantitativement.
  40. 40. Elles peuvent aussi trouver chez elles conseils etinformations concernant les techniques decouverture de risques de taux ou de change, surles opportunités offertes par le marché financier.Les besoins de l’entreprise sont égalementd’ordre relationnel ; souvent l’entreprise veutêtre connue de sa banque et entretenir avec elleun dialogue qui s’inscrit dans la durée
  41. 41. de façon à ce que s’instaure une coopérationétroite.Les besoins ressentis par la clientèle sontgénéralement exprimés à la banque sous quatreniveaux, à savoir :
  42. 42.  Besoins de conseilsLes clients de la banque recourent souvent auconseil de celle-ci, que ce soit un simpleparticulier ou une entreprise, pour des opérationsde placement ou de crédit, relevant de leuractivité ou autres opérations financières oucommerciales et surtout juridiques.
  43. 43. Ce recours se justifie par la capacité de labanque à avoir des informations sures, sur uneopération , sur une activité, sur un marché ouencore sur tout un marché du fait qu’elle est encontact avec une clientèle diversifiée, de parson profil et de son domaine d’intervention.
  44. 44. Elle peut être sollicitée pour un conseil surl’opportunité d’un placement ou sur lesoccasions de rémunération d’un excédent defonds détenu par un client.Elle peut l’être également pour solutionnercertaines complications ou contraintesrencontrées par les entreprises dans leur activité
  45. 45. notamment à propos des concours adéquatsqu’elles peuvent utiliser pour couvrir certainesgênes de trésorerie ou pour assurer la réalisationet la continuité de leur activité. La banque à cotéde l’expert comptable et du commissaire auxcomptes, de par sa connaissance de l’entreprise
  46. 46. Conseille souvent ses clients dans leurs choixstratégiques et les aide dans leurs optionstactiques. Il est d’autant plus efficace pourapprécier et critiquer à bon escient et de façonconstructive leurs choix dans des domainesautres que les finances sans pour autants’immiscer dans leur gestion.
  47. 47.  Besoins de financementLa principale raison de la naissance et dudéveloppement de la relation entre une banqueet un opérateur économique est toujours lebesoin de financement qui peut être justifié parle manque de ressources propres à l’exploitationet/ou à l’investissement, donc d’ordre cycliqueet structurel
  48. 48. auxquels la banque, en guise de réponse, offreune variété considérable de produits efficaces .Certaines entreprises, pendant des périodes degène de trésorerie au cours de leur cycled’exploitation font appel à la banque en vue deleur offrir des solutions adaptées à leurs besoinset à la nature de leur activité.
  49. 49. Celles ayant du mal à dégager leurs propresressources pour réaliser leurs projets recourentaussi à la banque pour le financement de sesinvestissements.
  50. 50.  Besoins d‘intermédiationDans le cadre de la réalisation d’opérations derecouvrement, d’émission d’obligations ouencore d’actions et de commerce extérieur,certains opérateurs économiques préfèrentmandater une banque ou un ensemble debanques pour assurer un succès à ces opérations
  51. 51. Besoins de couverture de risquesLes opérateurs économiques réalisant desopérations financières, de change et decommerce extérieur sont souvent confrontés àdes risques de changement de taux d’intérêts etaussi de parité de change des monnaies danslesquelles ils réalisent leur chiffre d’affaire ;dans ce cas aussi, les conseils de la banque
  52. 52. ont souvent été d’un bon apport pour seprémunir de toute surprise ruineuse.2 - La clientèle Particuliers et leurs besoinsIl en est de même en ce qui concerne lesparticuliers, lesquels ont également un doublebesoin d’investissement et de trésorerie.
  53. 53.  Besoins d’investissementsLes particuliers (ou ménages) au senséconomique du terme, se proposent d’épargneret de constituer un patrimoine ou d’augmentercelui qu’ils possédent. Apres avoir satisfait leursbesoins propres (logement,équipement) ilssouhaitent constituer un portefeuille de valeursmobilières (actions ou obligations)
  54. 54. D’où ils tireront revenus ou plus–value.Consciemment ou non, ils désirent apporterdes capitaux permanents aux entrepreneurs. Besoins de trésoreriePlus que les entrepreneurs, les ménagesdisposent de liquidités en attente d’emploi(consommation ou investissement)
  55. 55. mais ont parfois des difficultés pour ajuster leursrecettes à leurs dépenses engendrées par desévénements exceptionnels : mariage,maladie etd’autre dépenses imprévues.Ainsi les besoins de la clientèle entreprises ouparticuliers ne se limitent pas aux capitaux, ilss’étendent également aux services nécessairespour assurer une triple fonction économique
  56. 56. La production des biens, leur circulation, leurconsommation.Le banquier participe donc à la satisfaction deces besoins en mettant en présence les offres etles demandes de capitaux, et en rendant desservices d’ordre :
  57. 57. 1. Matériel : gestion matérielle des capitaux (espèces et valeurs mobilières)2. Intellectuel : informations et conseils.

×