Je parle avec ma correspondantefrançaise sur Skype Je parle le français tout le temps avec Sophia. On se connaît très bien...
Je parle en français avec mes amis àWarwick  Il faut pratiquer avec une personne dont il est la langue maternelle : le  me...
Je lis à haute voix Je lis les journaux et les textes littéraires à haute voix pour pratiquer ma prononciation. Je relis s...
Je voyage en Franceet dans le monde francophone Je crois que l’une des meilleures stratégies pour mieux apprendre une lang...
Si je regarde un film français, j’utiliseles sous-titres français  Je fais une pause dans le film, je répète les mots ou l...
J’écoute les podcasts•  Quand je fais de l’exercice physique j’écoute mes podcasts de langue   française pour pratiquer la...
J’essaie de dépasser la barrière de gêne  Il faut avoir une bonne dose de confiance en soi. On se gêne souvent : ce  n’est...
Les mouvements de la bouches et deslèvres Les mouvements de la bouche, des lèvres et de la langue sont très importants pou...
Décrire les mots qu’on ne connaît pas Souvent si je ne connais pas un mot en français, la solution facile c’est de dire le...
« Rectifiez mes erreurs » Je demande toujours aux gens de rectifier mes erreurs : je veux savoir si je fais une faute. Je ...
Listes / carnet de vocabulaire J’ai un carnet de vocabulaire pour les mots que je ne connais pas et une liste des mots que...
Penser en français   Peu importe l’endroit où je me trouve j’essaie de penser en français. Au   supermarché, dans le bus, ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les stratégies d'amélioration de la compréhension orale

1 418 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 418
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
26
Actions
Partages
0
Téléchargements
18
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les stratégies d'amélioration de la compréhension orale

  1. 1. Je parle avec ma correspondantefrançaise sur Skype Je parle le français tout le temps avec Sophia. On se connaît très bien et on parle deux ou trois fois par semaine, au moins deux heures chaque fois. Elle peut m’aider avec mon vocabulaire, ma prononciation et la vitesse à laquelle je parle. Un exemple récent de cette stratégie : elle m’a parlé des « embrayeurs de conversation » c’est-à-dire, les expressions de remplissages : les mots comme ‘enfin’, ‘ben écoute’, ‘bof’ et ‘bah’. Ce sont des mots ou expressions qui n’ont pas vraiment de signification au sens propre du terme mais qui ont plusieurs fonctions communicatives (maintenir la communication entre la personne qui parle et la personne qui écoute, donner à la personne qui parle le temps de réfléchir). Si on peut maîtriser ces mots, le français que l’on parle serait plus fluide. Maintenant je me sens plus confortable en utilisant ces mots parce qu’elle m’a beaucoup aidé.
  2. 2. Je parle en français avec mes amis àWarwick Il faut pratiquer avec une personne dont il est la langue maternelle : le meilleur moyen d’apprendre est de se tromper et d’être corrigé. Je parle avec mes amis parce que c’est en pratiquant le français qu’on peut progresser. On organise les petites soirées françaises où ne parle que le français entre nous, on mange de le nourriture française ou on regarde un film français. Moi j’apprends la langue si je l’entends souvent. De plus, si je fais une erreur, mes amis me corrigent. Par exemple, je confonds souvent la prononciation de ‘plus’ (on prononce le ‘s’) et plus (on ne le prononce pas) : mais grâce à mes amis, je connais la différence maintenant. J’ai au minimum une conversation par jour en français avec mes amis francophones ou mes amis qui étudient le français. Cette stratégie aide avec la confiance.
  3. 3. Je lis à haute voix Je lis les journaux et les textes littéraires à haute voix pour pratiquer ma prononciation. Je relis si je fais une erreur. J’analyse les pauses que je fais : j’essaie de mettre le doigt sur les mots difficiles et je les répète. Pour moi, les mots difficiles sont toujours ceux avec trois voyelles : accueillant, écureuil, brouillant. La différence entre mangé et mangeait est très subtile pour les anglophones. Bien qu’ils soient des mots simples la prononciation précise des mots comme tu et tous, vu et vous, est toujours difficile à perfectionner. Je répète les virelangues encore et encore pour maitriser les complexités de la prononciation dans une conversation fluide : Les chaussettes de l’archiduchesse, sont elles sèches ou archi sèches, par exemple. Le français, c’est une langue assez monotone : on n’a pas la même liberté qu’on a en anglais en ce qui concerne l’intonation. Si je lis à haute voix je peux pratiquer une intonation correcte.
  4. 4. Je voyage en Franceet dans le monde francophone Je crois que l’une des meilleures stratégies pour mieux apprendre une langue, c’est de voyager et rencontrer les gens. Au cours de l’année dernière uniquement, je suis allé à Paris, à Lyon et à Fort-de-France. Dans chaque ville j’ai parlé beaucoup de français. A Paris j’ai des amis avec lesquelles je ne parle que le français. Parfois, si je rencontre des gens dans une auberge de jeunesse, je prétends être Allemand. Comme ça, ils ne me parlent pas en anglais, donc on peut parler que le français.
  5. 5. Si je regarde un film français, j’utiliseles sous-titres français Je fais une pause dans le film, je répète les mots ou les phrases. Parfois j’enregistre ma voix, je compare ma prononciation avec celle du personnage dans le film : je répète cet exercice. Je profite de chaque occasion pour entrer en contact avec la langue même si ne ne comprends pas tout.
  6. 6. J’écoute les podcasts•  Quand je fais de l’exercice physique j’écoute mes podcasts de langue française pour pratiquer la grammaire et la prononciation. Je répète ce qu’ils disent.
  7. 7. J’essaie de dépasser la barrière de gêne Il faut avoir une bonne dose de confiance en soi. On se gêne souvent : ce n’est pas la langue maternelle. Moi j’ai peur de me tromper quand je parle le français mais on doit communiquer autant que possible. Plus on parle, plus on parlera. Cela m’est égal si je fais une erreur : je veux apprendre la langue et j’apprends de mes erreurs.
  8. 8. Les mouvements de la bouches et deslèvres Les mouvements de la bouche, des lèvres et de la langue sont très importants pour la prononciation correcte. Après avoir vécu en Allemagne je trouve que l’accent allemand est plus facile à imiter, mais avec cette stratégie, la prononciation correcte en français devient de plus en plus facile. J’observe les positionnements des lèvres des Français avec lesquels je parle : les lèvres vont légèrement vers l’avant et la bouche n’est pas grande ouverte.
  9. 9. Décrire les mots qu’on ne connaît pas Souvent si je ne connais pas un mot en français, la solution facile c’est de dire le mot en anglais. Pourtant, ce que je trouve très utile, c’est de décrire le mot, de périphraser, en utilisant les mots que je connais.
  10. 10. « Rectifiez mes erreurs » Je demande toujours aux gens de rectifier mes erreurs : je veux savoir si je fais une faute. Je veux connaître mes faiblesses quelles qu’elles soient (un mauvais accent, une faute de prononciation), pour que je puisse améliorer mon niveau de français.
  11. 11. Listes / carnet de vocabulaire J’ai un carnet de vocabulaire pour les mots que je ne connais pas et une liste des mots que j’oublie chaque fois. Comme ça je peux apprendre des nouveaux mots.
  12. 12. Penser en français Peu importe l’endroit où je me trouve j’essaie de penser en français. Au supermarché, dans le bus, chez moi, cela m’est égal. Je décris tout ce que je fais et tout ce que je vois. C’est une stratégie très utile pour moi, bien que ce soit un peu bizarre aussi.

×