Le paiement en ligne

4 914 vues

Publié le

Thèse Professionnelle Benoit Boutry 2013
MBA Marketing et Commerce sur Internet
Institut Leonard de Vinci Paris France

Le paiement sur internet a très peu évolué depuis 20 ans , le paiement par carte s'est imposé dans de nombreux pays. Pourtant les méthodes de paiement sont très différentes d'un pays à l'autre.

De nouvelles méthodes de paiements sont proposées chaque semaine tant dans le commerce sur internet que dans le commerce physique ( Brick& Mortar ).

Cette thèse dresse un panorama de la transformation du paiement en cours et des opportunités à saisir. En effet le paiement mobile s'impose et la façon de payer sera radicalement modifiée dans les cinq ans à venir.

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 914
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
143
Actions
Partages
0
Téléchargements
279
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le paiement en ligne

  1. 1. MBA Spécialisé Marketing Commerce sur Internet MCI PART TIME 2012/2013 THESE PROFESSIONNELLE Benoit Boutry Le paiement en ligne « to buy and not only to pay »
  2. 2. Benoit Boutry 2/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Sommaire Sommaire ................................................................................................................................................ 2 Remerciements........................................................................................................................................ 5 Résumé.................................................................................................................................................... 6 Summary ................................................................................................................................................. 8 Mots Clés............................................................................................................................................... 10 Recommandations ................................................................................................................................. 11 Introduction........................................................................................................................................... 14 1 – Le marché du paiement en ligne...................................................................................................... 16 1 .1 Naissance du paiement en ligne ................................................................................................. 16 1 .2 Le paiement en ligne devient cross- canal.................................................................................. 16 1.3 Les moyens de paiements aux Etats-Unis et en Europe.............................................................. 18 1.3.1 Les Etats-Unis, le laboratoire du m-paiement ...................................................................... 18 1.3.2 L’Europe, des méthodes de paiement hétéroclites ............................................................... 21 2 – Les acteurs du paiement en ligne..................................................................................................... 26 2.1 Les attentes de l’acheteur en matière de paiement ...................................................................... 26 2.1.1 La sécurité lors de l’achat sur internet.................................................................................. 26 2.1.2 La facilité et la rapidité......................................................................................................... 27 2.1.3 Le consommateur ne veut pas payer les frais liés à la transaction. ...................................... 28 2.2 Les besoins des commerçants en matière de paiement................................................................ 29 2.2.1 Le moins cher possible......................................................................................................... 29 2.2.2 La garantie de paiement........................................................................................................ 29 2.2.3 Le meilleur taux de transformation possible. ....................................................................... 30 2.3 Les Prestataires de Services de Paiements ................................................................................. 31 2.3.1 Les établissements de paiements.......................................................................................... 31 2.3.2 Les établissements de monnaie électronique........................................................................ 31 2.3.3 Les Banques ......................................................................................................................... 31 2.3.4 Les acteurs majeurs de l’internet.......................................................................................... 32 2.3.5 Les autorités de régulation.................................................................................................... 32 3. Le cadre juridique.............................................................................................................................. 34 3.1 La norme PCI-DSS...................................................................................................................... 34 3.2 La Directive sur les Services de Paiements................................................................................. 34 3.3 La protection du consommateur......................................................................................... 35 3.3.1 La contestation du paiement par le consommateur .............................................................. 35
  3. 3. Benoit Boutry 3/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne 3.3.2 Le droit de rétractation du consommateur............................................................................ 36 3.3.3 Le règlement des litiges........................................................................................................ 37 4. La lutte contre la fraude..................................................................................................................... 38 4.1 La fraude à la carte bancaire........................................................................................................ 38 4.2 Les moyens de paiements alternatifs à la carte ........................................................................... 41 5. Les monnaies complémentaires......................................................................................................... 43 5.1 Les monnaies locales complémentaires....................................................................................... 43 5.2 Les monnaies crytographiques : le Bitcoin ................................................................................. 44 6. Les modèles économiques................................................................................................................. 48 6.1 La carte Bancaire......................................................................................................................... 48 6.2 Les wallets................................................................................................................................... 51 6.2.1 Wallet : Le stockage des données du compte....................................................................... 51 6.2.2 Wallet : Le portefeuille électronique.................................................................................... 53 7. Les raisons des évolutions futures..................................................................................................... 54 7.1 Les Banques : Pourquoi ne sont-elles pas plus présentes sur le paiement mobile ?.................... 54 7.2 Les opérateurs télécom................................................................................................................ 55 7.3 Les réseaux de Cartes bancaires.................................................................................................. 56 7.4 Les Commerçants........................................................................................................................ 56 7.5 Pourquoi le développement du m-paiement est-il si lent ?.......................................................... 58 7.6 Quels ont les facteurs de réussite ?.............................................................................................. 60 8. Les méthodes de paiement alternatives............................................................................................. 61 8.1 PayPal......................................................................................................................................... 61 8.2 Amazon , Google….................................................................................................................... 64 8.2.1 Amazon ................................................................................................................................ 64 8.2.2 Google Wallet....................................................................................................................... 65 8.3 Le Virement, alternative à la carte .............................................................................................. 65 8.4 Le Prélèvement, une solution pour les paiements récurrents. ..................................................... 67 9. Quelques problématiques de paiements ............................................................................................ 69 9.1 Le paiement en mobilité........................................................................................................ 69 9.2 Le règlement des factures avec son mobile........................................................................... 75 9.3 Le paiement sur les marketplaces.......................................................................................... 75 9.4 Le paiement de gros montant sur un site de e-commerce B2B ............................................. 76 9.5 Le paiement sur facture opérateur......................................................................................... 77 9.6 Le paiement In-App sur le mobile......................................................................................... 77 9.7 Le paiement sur un site web, les prestataires de paiement « généralistes » .......................... 78 9.8 Le paiement à la livraison ..................................................................................................... 79
  4. 4. Benoit Boutry 4/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Conclusion............................................................................................................................................. 81 Bibliographie......................................................................................................................................... 83 Entretiens professionnels....................................................................................................................... 85
  5. 5. Benoit Boutry 5/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Remerciements En poste à la KBC Bank depuis 1992, et très occupé par les évolutions incessantes dans les moyens de paiements depuis le passage à l’Euro, j’ai recherché une ouverture vers le monde digital et le e- commerce que j’ai pleinement trouvée dans le cursus du MBA professionnel Commerce et Marketing sur Internet. Les premiers jours de cours m’ont bluffé, comment n’ai-je pas pris pleinement conscience depuis toutes années des évolutions du digital et de la e-transformation de la société ? Comment ai-je pu ne pas mesurer l’importance qu’a déjà pris internet dans notre quotidien ces dernières années ? J’ai aussi pu réaliser à quel point le digital est davantage présent dans la vie privée que dans les entreprises. Je tiens à remercier l’ensemble de l’équipe pédagogique pour avoir créé et dirigé depuis maintenant 15 ans ce MBA passionnant. Je remercie Vincent Montet et Alexandre Stopnicki qui nous ont communiqué leur passion, ainsi que l’ensemble des professionnels intervenants, merci à Diane Pedro et à Mathilde Hoofman pour l’organisation des cours et pour l’administration. Une mention spéciale pour l’association MBA MCI Alumni, pour les rencontres mensuelles organisées, très enrichissantes, pour les partages d’expériences, pour le réseau de grande valeur ainsi constitué, et mes remerciements aux anciens qui soutiennent toujours et encore les nouveaux étudiants, c’est une grande richesse de ce MBA MCI . Je remercie aussi les nombreux professionnels des moyens de paiements que j’ai pu interroger et qui m’ont fait partager leurs vues sur les paiements du futur. J’ai pu découvrir que les applications de demain ne naissent pas toutes aux Etats-Unis, et que nous avons de très beaux fleurons en France et en Europe.
  6. 6. Benoit Boutry 6/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Resume L’histoire du paiement en ligne est très récente, vingt ans seulement, et les méthodes de paiement en ligne n’a pas vraiment évolué pendant cette période. Le paiement par carte s’est imposé, à côté de méthodes de paiements traditionnelles encore utilisées. Pourtant, partant des Etats-Unis, des nouvelles méthodes de paiement émergent mais restent basées en général sur le paiement par carte. En Europe, l’évènement majeur reste le passage à la monnaie unique, qui facilite les échanges cross-border, et qui a été accompagné par une règlementation commune, permettant à de nouveaux acteurs d’émerger dans un cadre règlementaire unifié. Faute de standardisation, l’achat sur internet s’apparente à une course d’obstacles. L’achat facile existe, par exemple avec l’achat one-click créé par Amazon, mais le consommateur reste préoccupé par la sécurité et hors des gros sites marchands, le consommateur confie ses coordonnées bancaires à chaque achat, ce qui est à la fois fastidieux et angoissant pour une bonne partie des acheteurs. Ce contexte défavorable n’empêche pas l’expansion continue à deux chiffres du commerce par internet, boostée par la généralisation de l’accès à internet, et par la transformation des usages, notamment l’émergence du smartphone et du commerce cross-canal. Cette expansion s’accompagne d’une croissance de la fraude sur internet, qui, bien que maitrisée en pourcentage, augmente en volume. Le taux de fraude sur internet est vingt fois plus élevé qu’en commerce de proximité. Des normes existent, mais lorsqu’elles ne sont pas connues des acheteurs (PCI-DSS) , elles ne renforcent pas la confiance du consommateur. La méthode d’identification renforcée 3D Secure est un moyen efficace de diminuer la fraude, mais son utilisation est complexe, et dessert parfois le commerçant. Cette méthode est donc peu utilisée. C’est pourtant sur l’identification que les progrès doivent être faits. Le fait le plus remarquable dans ce domaine est l’adhésion des banques et des prestataires de paiements aux associations Natural Security Alliance et FIDO qui promeut les nouvelles technologies d’identification utilisant la biométrie. En effet, adopter un portefeuille électronique, communément appelé wallet, c’est d’abord confier ses moyens de paiement et ses coordonnées à un tiers de confiance. L’utilisation des wallets permet de
  7. 7. Benoit Boutry 7/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne rassurer le consommateur et de faciliter ses achats, en tout lieu, quel que soit le support ( achat sur internet chez soi, hors de chez soi avec le mobile, en magasin ). Depuis 2010, de nombreux acteurs émergent, il se crée un nouveau moyen de paiement chaque semaine, tous pensent qu’à très court terme nos habitudes de paiements vont radicalement changer et que l’usage du téléphone mobile pour le paiement va se généraliser. L’enjeu pour ces nouveaux acteurs est donc de créer l’adoption et d’avoir quelques parts de marché lorsque le marché va démarrer. Ce qui ne saurait tarder : aujourd’hui il se vend plus de smartphones que de téléphones, et l’achat d’un smartphone est souvent accompagné d’un accès au réseau internet mobile. Mais cette multitude d’acteurs crée la confusion et favorise l’émergence dans les paiements des géants américains de l’internet, tel PayPal, qui, avec les opérateurs télécom et les associations de commerçants, ont déjà cassé le monopole des banques. Le monde futur des paiements sera donc constitué de plusieurs catégories d’acteurs, qui pourraient faire face également à l’émergence de la monnaie internet, le Bitcoin, qualifié d’innovation prometteuse par le président de la Banque Centrale Américaine.
  8. 8. Benoit Boutry 8/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Summary The history of online payment is very recent, only twenty years, and online payment methods had not really evolved during this period. Card payment is now a standard option, alongside traditional methods of payments still used. However, starting in the United States, new payment methods emerge but are generally based on card payment. In Europe, the major event remains the changeover to the single currency, which facilitates cross-border buying, which was accompanied by a common regulation, allowing new players to emerge in a unified regulatory framework. Without standardization, buying on the internet is like an obstacle race. Easy purchase exists, for example with one-click buying created by Amazon, but the consumer is concerned about the safety and except on large commercial sites, the consumer communicates its bank credentials for each buying, which is both tedious and stressful for a lot of consumers. In spite of this difficult context, the e-commerce growth still shows continued double-digit rates, boosted by the mass adoption of internet facilities, by the widespread of the smartphone and by the retail transformation including cross channel retail. E-commerce growth is accompanied by the growth of internet fraud, which, although decreasing in percentage, is still increasing in volume. The rate of internet fraud is twenty times higher than fraud in physical store. Security standards exist, but when they are not known to the buyers ( PCI -DSS ), they do not increase the consumer confidence. Enhanced 3D Secure identification method is an effective way to reduce fraud, but its use is complex and sometimes dessert the merchant. Then this method is not often used. Definitely, it’s on consumer identification that progress is necessary. The most remarkable fact in this matter is the membership of banks and payment providers to the associations Natural Security Alliance and FIDO, which are promoting the new identification technologies using biometrics. Indeed, adopting a wallet, is giving its payment credentials to a trusted third party. The use of wallets will increase confidence of consumers and facilitate their purchases, anywhere, anytime, any device : buying on the internet at home, on the go with the smartphone , or in physical stores.
  9. 9. Benoit Boutry 9/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Since 2010, many payment providers emerge, a new payment method is proposed every week, many payment stakeholders predict that payment habits will change dramatically in short term and that the use of mobile phones for payment will become the standard payment device. The challenge for these new players is to create adoption and have some market share when the market will spread. It will not take time : it now sells more smartphones than feature phones, and purchasing a smartphone is often accompanied by access to the mobile Internet. But this multitude of actors creates confusion and promotes the emergence in the payment of U.S. Internet giants such as PayPal, which, with telecom operators and commerce associations have already broken the monopoly of banks. The future world of payments will be splitted in several categories of actors, not only banks, who could also face the emergence of internet currency Bitcoin, qualified as a promising innovation by the President of the Central American Bank .
  10. 10. Benoit Boutry 10/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Mots Cles
  11. 11. Benoit Boutry 11/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Recommandations Pour le commerçant, l’étape de paiement est un casse-tête à résoudre, une étape d’une extrême complexité tant les paramètres à prendre en compte sont nombreux. Cela se traduit pour le consommateur, par un parcours difficile à franchir pour enfin obtenir le bien ou le service tant convoité, par du stress, de l’angoisse et par de trop nombreux abandons de paniers. Réaliser un cahier des charges Le commerçant devra donc réaliser un cahier de charges très précis pour délimiter le périmètre qu’il veut couvrir, pour éviter la complexité et pour réaliser l’ensemble de ses objectifs. Ce cahier charges doit prendre en compte les éléments suivants : - La nature des biens vendus : biens physiques ou biens virtuels, qui déterminent la valeur moyenne du panier d’achat, la fréquence d’achat par un même client, le type de commerce exercé : B2C ou B2B. Ces caractéristiques permettent de déterminer quel est le moyen de paiement le plus approprié : les biens virtuels de faible valeur mais avec une grosse marge pourront être réglés sur la facture opérateur, les biens physiques pourront être réglés par carte bancaire. Les achats de gros montants, par exemple en commerce B2B , nécessitent de prendre en compte les moyens de paiements alternatifs basés sur le virement. Le paiement par prélèvement est plus adapté que la carte pour les achats récurrents. - Le nombre de transactions par an ou par mois, ainsi que le chiffre d’affaires. Ces éléments déterminent le type de prestataire avec qui le commerçant pourra réaliser ses transactions. Pour des paiements occasionnels le commerçant pourra préférer des prestataires qui se rémunèrent uniquement sur le montant de la transaction. Pour des montants élevés, le commerçant recherchera plutôt le plus faible taux de commission. - Le nombre pays dans lesquels le commerçant va exercer son activité. Pour chaque pays les méthodes de paiements préférées par les consommateurs sont différentes. Dans un environnement aussi complexe, les prestataires de paiements généralistes offrent des services adaptés à chaque pays et bénéficient d’une très grande expertise dans ce domaine. Il est aussi possible de faire tout et son inverse : une offre de paiements très détaillée via un prestataire de paiements pour un gros site international, ou au contraire utiliser seulement PayPal ou/et Amazon pour vendre un bien spécifique en petite quantité mais dans de nombreux pays. Proposer deux ou trois wallets Considérer les aspects généraux décrits ci-dessus permet de réaliser des pages de paiement adaptées à son business. Les nouveaux moyens de paiements qui émergent permettent d’aller bien au-delà et de
  12. 12. Benoit Boutry 12/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne faire du paiement une porte d’entrée, un moyen de faire venir le client vers le site ou vers le magasin. Ne pas attendre que les solutions de paiement mobile émergent avant de les adopter, car toutes les technologies existent déjà, le marché des solutions de paiement sur mobile est déjà très bien fourni, bien plus mature que nous ne pouvons l’imaginer. Les solutions sont prêtes, c‘est l’adoption qui est en retard, et ce sont les commerçants qui seront les moteurs de l’adoption. Le client n’attend pas de nouvelles solutions de paiements, il n’y a pas de demande des clients, par contre si le client trouve un avantage à utiliser un nouveau moyen de paiement, c’est un excellent outil pour se démarquer et donner une image de modernité, pour faciliter et inciter à l’achat. Le paiement sur mobile répond également à une nécessité : l’achat sur mobile se répand, et il est nécessaire d’avoir un mode de paiement adapté. Il faut créer l’achat facile et sûr sur mobile. Utiliser le wallet comme outil de marketing Le business-model des wallets n’est pas seulement la commission de paiement, mais avant tout les offres de marketing qui y sont associées. Choisir un wallet, ce sera donc faire de la promotion, s’en servir comme un outil de marketing et de fidélisation du client. Le client qui adopte un wallet attend des offres personnalisées, le moment qui suit l’enrôlement et les mois suivants sont cruciaux. Le wallet a un coût plus important qu’une méthode de paiement classique, il faut donc le rentabiliser en créant de l’adoption, de la fidélisation. Le prestataire de paiements est maintenant un prestataire de services de services de marketing , une opportunité pour augmenter les ventes , pour faire venir le client. Les données ont beaucoup de valeur, beaucoup de services proposés permettent de combiner les données détenues par le commerçant avec celles du prestataire de paiement , permettant ainsi de réaliser des campagnes très ciblées , de faire des campagnes prédictives , de faire un scoring de son business : évaluer sa part de marché réalisée par rapport marché potentiel. Proposer plusieurs options de paiements. En France, le paiement par carte s’est généralisé, cependant une grande partie de la population en Europe n’a pas de carte de paiement. De ce fait beaucoup de personnes non bancarisées ou sous- bancarisées n’ont pas accès à l’achat sur internet. Des moyens de paiements prépayés permettent à ces populations d’accéder à l’achat sur internet. Proposer systématiquement des alternatives de paiements permet d’élargir la cible. Egalement, en cas d’échec d’une méthode de paiement, proposer systématiquement une alternative permet de ne pas perdre la vente.
  13. 13. Benoit Boutry 13/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Maitriser la fraude Pour le commerçant, la fraude est à la fois un risque financier et un risque d’image. Rendre l’achat sur internet plus sûr est vital. Pour chaque solution de paiement, il faut évaluer et mesurer le taux de fraude qui y est associé. Pour un achat sur internet par carte, adopter l’identification renforcée 3D Secure permet de réduire considérablement la fraude sur ce moyen de paiement. Cette méthode d’identification est longue et peut amener des abandons de panier, de plus elle n’est pas adaptée au mobile. Dans le domaine de la lutte contre la fraude, utiliser un wallet apporte des avantages pour le commerçant et pour le client : un client déjà identifié , un achat rapide. Le prestataire de paiement est un tiers de confiance auquel le client a confié ses données de paiement. Lors de l’évaluation d’un wallet, il faut donc évaluer le côté rassurant pour le client, et aussi les garanties paiement apportées au commerçant.
  14. 14. Benoit Boutry 14/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Introduction Ces dernières années, le web a connu de grandes évolutions, nous sommes passés au web 2.0, à l’entreprise 2.0, au commerce 2.0 avec l’introduction des réseaux sociaux lors de l’acte d’achat, et maintenant au shopping 3.01 avec l’introduction du mobile dans l’acte d’achat. Le paiement a accompagné ces évolutions, avec la création de l’espace Single European Payment Area (SEPA), espace unifié de paiement en EURO qui couvre 32 pays ; la sortie de la monnaie et des billets en Euro en 1999, suivi des moyens de paiements scripturaux en Euro: le chèque euro en 2001, le virement SEPA en janvier 2008, puis le prélèvement SEPA en 20102 , sans oublier le recueil des règles Sepa Card Framework (SCF) qui régit le paiement par carte. Ce cadre règlementaire nous permet d’effectuer et de recevoir des paiements dans tout l’espace SEPA dans les mêmes conditions qu’un paiement national. Pour le e-commerce, cet espace de paiements SEPA ouvre de grandes opportunités avec la simplification des paiements et la réduction des coûts. Le e-commerce cross-border est ainsi facilité dans toute l’Europe avec une monnaie unique et des méthodes de paiements européennes. Pourtant, en 2013, dans chaque pays d’Europe on constate des habitudes de paiements très différentes, ce qui oblige le commerçant à élaborer des propositions de paiements spécifiques à chaque pays dans lequel il veut exercer son activité. Egalement, en l’absence de standardisation des moyens de paiements à distance accompagnant les nouvelles technologies, notamment celles liées au téléphone mobile, nous constatons la multiplication des propositions des acteurs de paiements, qui amènent de la confusion pour les consommateurs et les commerçants, dans des pays développés où les habitudes de paiement à distance sont déjà prises. Le commerce à distance n’en est pourtant qu’au début de son développement. Forrester prévoit une croissance moyenne de 11% par an jusque 20173 malgré une conjoncture économique incertaine. Et le nombre de paiements à distance a augmenté de 28% en 2012 (24% en montant)4 . 1 Thèse Professionnelle Vincent Tessier : La révolution mobile , vers le shopping 3.0 : http:/bit.ly/10rYJ2v 2 Comité national Sepa : http://www.sepafrance.fr 3 Forester European Online Retail Forecast, 2012 To 2017 http://bit.ly/120Hoz9 4 Fevad Bilan e-commerce 2012 http://bit.ly/120IwTm
  15. 15. Benoit Boutry 15/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Cette croissance du e-commerce pourrait-elle être entravée par des méthodes de paiement inadaptées ou au contraire être boostée par les nouvelles habitudes de paiement que nous voyons émerger chaque jour ? Ces nouvelles méthodes de paiements sont-elles pérennes ? Comment utiliser le paiement comme un levier pour attirer l’internaute et améliorer le taux de transformation ? Le paiement en ligne concerne aussi le commerce physique, car il accompagne les solutions de fidélisation des clients et permet aux enseignes de gérer leur trésorerie en temps réel. Les nouvelles méthodes de paiements s’adressent aussi bien au commerçant physique qu’au e- commerce, les technologies développées visent en effet les deux mondes, le développement du commerce cross canal déplace aussi le lieu du paiement qui peut s’effectuer chez soi, dans le magasin, n’importe où avec le mobile, ou sur le terminal virtuel du commerçant.
  16. 16. Benoit Boutry 16/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne 1 – Le marche du paiement en ligne 1 .1 Naissance du paiement en ligne L’histoire du paiement en ligne est encore très récente. En 1987, David Cham, un cryptographe américain, met au point la signature électronique qui permet les paiements sur internet. En 1994, il crée la société Digicash5 , le pionnier du portefeuille électronique. En 1994, le protocole HTTPS créé par Netscape, permet de sécuriser les transactions sur internet, grâce au protocole SSL. Le protocole SSL permet une identification mutuelle du serveur et du client, et le transport crypté des données entre ces deux extrémités. Au même moment, soutenus par les banques, Visa et Mastercard généralisent le paiement par carte sur internet, Digicash est mis en liquidation en 1998. La migration du cash vers la carte puis vers le e-paiement offrent de grandes perspectives de revenus pour les établissements financiers et les prestataires de paiements. Aux Etats Unis, 5% des paiements dans le retail en 2012 ont été effectués sur internet , une étude de Forester Research prévoit que la part du paiement en ligne sera de 10% en 20176 . Cette part encore faible du paiement en ligne montre que nous n’en sommes encore qu’aux prémices de cette évolution, notamment avec la part que prendra probablement le paiement mobile dans l’ensemble des paiements. En 2020, le paiement mobile sera la méthode de paiement préférée pour un achat en magasin ou un achat en ligne, selon une étude produite par Internet &American Life Project & Elon University.7 1 .2 Le paiement en ligne devient cross- canal 5 À ne pas confondre avec Digicash Payments SA , société luxembourgeoise créée en 1992 http://bit.ly/1bmzwN4 6 Etude reportée par Pymnts.com http://bit.ly/1gELEz5 7 Pew Internet & American Life Project http://bit.ly/1gEMQlM
  17. 17. Benoit Boutry 17/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Selon une étude du Boston Consulting Group8 , la croissance du commerce électronique dépassera 15% d’ici à 2022, entrainant une croissance du volume des paiements électroniques de 8% par an d’ici à 2022. Commentaire : nous pouvons remarquer dans cette illustration, la maturité des paiements électroniques en Europe et en Asie-Pacifique, sur ces marchés le potentiel de croissance est moindre que dans les autres régions. Traditionnellement le paiement sur internet est associé à un achat à distance sur le site d’un commerçant. Le développement du commerce cross-canal pousse les commerçants physiques à revoir leurs méthodes de paiements. Nous pouvons considérer comme domaine d’étude de cette thèse aussi bien le paiement sur un site de e-commerce que le paiement dans un magasin physique. En effet, avec le développement du commerce cross-canal, dans un futur proche la frontière entre le e-commerce et la vente dans un magasin physique n’aura plus de sens. 8 Etude BCG Global Payments 2013 http://on.bcg.com/18mYJqv
  18. 18. Benoit Boutry 18/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Des exemples récents nous montrent que la frontière a déjà été bannie : - Vous pouvez commander votre repas sur internet avec l’application mobile http://gomcdo.fr/ et venir chercher votre repas dans l’un des 30 restaurants Mc Donald qui participent en 2013 à cette expérience. - Avec un moteur de recherche, par exemple http://www.socloz.fr/ , vous pouvez chercher sur internet quel magasin proche de chez vous a en stock le produit que vous recherchez, vous pourrez le réserver et le payer par internet et venir le chercher. - PayPal développe des solutions pour les magasins physiques, vous pourrez commander et payer votre café depuis votre table sans attendre l’addition. C’est une révolution qui est en marche pour tous les commerçants, offline et online. L’objet de cette thèse est donc : - d’aider l’entreprise ou le commerçant à mieux connaître les moyens de paiements existants ou futurs adaptés à son business model ( la carte , le virement , le prélèvement ) - l’aider dans le choix d’un mode de paiement adapté ( sur le site internet , avec le mobile ) - rechercher les moyens d’optimiser le taux de transformation au moment de finaliser d’achat, c’est-à-dire au moment du paiement ( fidélisation , promotions, coupons ) 1.3 Les moyens de paiements aux Etats-Unis et en Europe Il est intéressant d’examiner les méthodes de paiements actuelles utilisées pour régler un achat sur internet à l’étranger, notamment aux Etats-Unis et dans les pays d’Europe. 1.3.1 Les Etats-Unis, le laboratoire du m-paiement Les Etat Unis sont le premier marché du e-commerce, avec une progression de 16% en 2012, pour un chiffre d’affaires de 178 b€ (231b$), qui représente 8% du marché du retail9 . Une progression de 13% est attendue en 2013, et une tendance à 9% jusque 2017. Le moyen de paiement préféré est la carte, si l’on considère le moyen de paiement final utilisé pour débiter le compte de l’acheteur. Mais si l’on considère la méthode choisie par l’acheteur, on constate 9 Forrester US Online retail forecast : http://bit.ly/1413B23
  19. 19. Benoit Boutry 19/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne une très forte pénétration des méthodes de paiement alternatives et de l’utilisation des appareils mobiles. En 2012, sur les sites web, près de 40% des paiements sont effectués par des méthodes alternatives de paiement (PayPal, Amazon, Google). 25% des paiements en e-commerce ont été effectués sur un appareil mobile. Toujours sur le mobile, les méthodes de paiement alternatives sont utilisées à près de 80%, ceci s’explique par le fait que l’on ne paie sur le mobile que si l’on a déjà pré enregistré les informations de paiement10 . L’utilisation d’un portefeuille électronique s’impose sur le mobile. Dans le e-commerce et les moyens de paiements, les Etats-Unis sont un véritable laboratoire des tendances qui vont arriver chez nous dans les mois qui suivent. Les principaux acteurs sont Visa, Mastercard, PayPal, Amazon et Google. Les acteurs en devenir sont Apple qui dispose d’un parc de 500 millions de numéros de cartes via iTune, et Facebook qui est un acteur attendu mais pas encore déclaré. 10 ShopVisible Alternative Payment Study : http://bit.ly/Z4GlSi
  20. 20. Benoit Boutry 20/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Les banques américaines ont créé une joint-venture : ClearXchange, avec paiement finalisé sur le web bancaire de l'acheteur. Une initiative intéressante est venue de 20 réseaux de commerçants leaders incluant la chaine de supermarchés Walmart : Merchant Customer Exchange (MCX). Par la mise en commun des moyens techniques, par la définition de standards communs, et par la base clients de l’ensemble de ces commerçants, cette association a la taille nécessaire pour devenir un acteur majeur du paiement mobile. Les objectifs de ces associations sont : conserver la maitrise des data, diminuer les coûts par la création d’un réseau indépendant et en utilisant le virement comme moyen de paiement. Beaucoup de nouveaux acteurs tentent de prendre des parts de marché avec des systèmes alternatifs : - Actuellement, Square revendique plus de 3 millions de particuliers et d'entreprises (baby- sitters, plombiers, kinésithérapeutes...) utilisant sa solution pour accepter les paiements par carte. La société indique qu'elle traitera environ 10 milliards de dollars de transactions en 2013. - Isis est une joint venture des télécom AT&T Mobility, T-Mobile USA and Verizon , qui a conclu un accord pour inclure les cartes des banques Chase, Capital One and Barclaycard dans le mobile wallet. - La solution Google Wallet est utilisée aux Etats Unis à la fois en paiement de proximité et en e-commerce, cette solution est concurente de Isis - PayPal est très actif à fois sur le paiement sur internet et sur le paiement dans le point de vente. Ces systèmes sont pour objectif de répondre aux besoins exprimés des commerçants : - Faciliter l’utilisation du paiement sur le mobile - Proposer des programme d’advertising (en mode push) et de fidélité - Augmenter la part de marché du e-commerce - Quelques acteurs proposent du crédit : bill-me later est un service de PayPal. Ces nouveaux systèmes alternatifs sont majoritairement basés la carte et le mobile. En l’absence de standardisation, aucun n’a émergé. Pour le moment, nous avons une multitude d’acteurs qui tentent d’occuper le marché dans l’attente d’une solution émergente. Certains commerces communiquent beaucoup sur le paiement pour faire le buzz sur leur marque , par exemple la chaine de cafés Starbucks, c’est peut être la bonne voie pour faire décoller le marché du paiement mobile.
  21. 21. Benoit Boutry 21/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Ces exemples de wallets montrent l’importance d’utiliser un standard (aujourd’hui par l’utilisation de la carte) ou de s’associer pour atteindre la taille nécessaire pour créer un réseau d’acceptation. Les géants du net ( PayPal , Amazon , Apple , Facebook , Google ) sont à observer car ils ont déjà une base installée suffisante pour émerger dans le paiement au niveau mondial. 1.3.2 L’Europe, des méthodes de paiement hétéroclites Le principal marché est l’Europe du Nord, puis l’Europe du Sud avec un très fort potentiel, notamment l’Italie et l’Espagne, pays avec des populations importantes. Le chiffre d’affaires européen du e-commerce a progressé de 19% en 2012 et une croissance de 16 % est prévue en 201311 . Selon une étude de Forrester Research, portant uniquement sur la vente de biens physiques, le rythme de progression du e-commerce en Europe devrait se maintenir à 11 % jusque 2017.12 11 Ecommerce Europe report 2013 http://bit.ly/152BBj9 12 Forrester Research :http://tcrn.ch/140X73m
  22. 22. Benoit Boutry 22/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Les deux graphiques ci-dessous montrent le taux de pénétration du e-commerce par pays et la part de marché du e-commerce par rapport au retail. L’analyse de ces graphiques montre un taux de pénétration de l’achat sur internet déjà important mais aussi un potentiel de croissance tout aussi important. Par exemple, en France , avec 55 % d’internautes acheteurs, on devine un potentiel de croissance encore élevé. Les pays qui ont les taux d’internautes acheteurs les plus élevés sont aussi ceux qui sont leaders dans les solutions développées pour l’achat sur internet , par exemple les Pays-Bas avec le virement sur internet (iDeal) utilisé par 54 % des acheteurs. Une part importante de la population n’ose toujours pas acheter sur internet, et des catégories de population n’ont pas accès à l’achat sur internet : les personnes sous-bancarisées et les personnes ne possédant pas de carte bancaire.
  23. 23. Benoit Boutry 23/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne 1 ) Taux d’internautes effectuant des achats sur internet Figure 1 Internautes acheteurs sur Internet en Europe en 2012 (%). Source : Eurostat , Avril 2013 2 ) Evolution de la part de marché du e-commerce par rapport au retail : Figure 2 Part de e-commerce sur le retail. Source : retailresearch.org Tout comme les Etats- Unis, l’Europe est un marché très concurrentiel pour les moyens de paiements, où de nombreux acteurs tentent de prendre des parts de marchés. Les particularités de l’Europe sont : - une législation commune : la Directive des Services de Paiements (DSP) - un espace de paiements commun : Single European Paiement Area (SEPA) - des moyens de paiements communs : le Virement SEPA , le Prélèvement SEPA 0 10 20 30 40 50 60 70 80 Romania Bulgaria Italy Greece Lithuania Cyprus Portugal Estonia Croatia Hungary Latvia Poland Spain CzechRepublic Slovenia Malta Belgium Slovakia Ireland Austria Iceland France Germany(until… Finland Luxembourg Netherlands Denmark UnitedKingdom Sweden Norway0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 12.0 14.0 2011 2012
  24. 24. Benoit Boutry 24/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne - le paiement par carte , bien que règlementé (Sepa Card Framework) , est dominé par des cards schemes américains ( Visa, Mastercard ), et a des commissions d’interchange bien plus faibles qu’aux Etats-Unis ( 0,3 % imposé par la commission européenne , contre 2,5% aux Etats- Unis) - des habitudes de paiement différentes par pays - des taux de pénétration du e-commerce très différents avec en tête le Royaume-Uni, l’Allemagne, puis la Suisse Il est intéressant de comparer quelques marchés européens, car les habitudes d’achat et les modes de paiements varient fortement d’un pays à l’autre. Belgique En 2012, le e-commerce a progressé de 25%, constaté par Ogone. Les principaux moyens de paiements utilisés sont la carte (62%), le paiement par virement offline ou dirigé sur le site de la banque (19%), puis PayPal (8%). Source : Forrester Research Allemagne En 2012, le e-commerce de biens physiques B2C a progressé de 23,4% , pour atteindre un chiffre de 36 b€13 . Les principaux moyens de paiement sont le paiement à la livraison (58%) . Pour le paiement en ligne, le virement est préféré ( avec les systèmes Giropay et Sofort) , puis le Débit Direct (prélèvement) et enfin le paiement par carte. Source : Forsa market research. http://bit.ly/140YkaV Pays-Bas Chiffres 2012 : 9% de progression, 11.7 b€. Le paiement internet par virement sur le site de la banque proposé par iDeal est utilisé dans 54% des cas, le paiement offline sur facture 17% , la carte 8% des paiements sur internet. iDeal est un moyen de paiement initié par une association de commerçants, adopté par les banques néerlandaises. Source : http://bit.ly/140YkaV Suéde Chiffres 2012 : +17%, 3,7b€ . Le paiement à la livraison est préféré dans 38% des cas, le paiement en ligne par carte 23 %, le paiement par virement 25% , PayPal progresse fortement à 9%. Source : TNS Gallup NetsNordicEcommerceReport2012.pdf p31 UK Chiffres 2012 : +14%, 78 b€. La dépense e-commerce par internaute y est la plus élévée au monde : 2700 € par an. La carte est le moyen de paiement dominant avec 75% des transactions, suivi par PayPal à 21%. Récemment, les banques se sont associées pour mettre en Vocalink, un sytème de m-paiement basé sur le virement. Source : http://bit.ly/140TUAE 13 Source : e-Marketer : http://bit.ly/HZCfUp
  25. 25. Benoit Boutry 25/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne France Chiffres 2012 : +19%, 45 b€. La carte est utilisée comme moyen de paiement à plus de 80%. Source : Fevad, http://bit.ly/14115Jj En conclusion de ce tableau, lorsque nous regardons les habitudes de paiement d’Europe, nous constatons que la carte est le moyen de paiement le plus répandu, et le plus facile à implémenter pour le e-commerçant. Contrairement à ce que nous constatons en France, les habitudes dans les principaux pays d’Europe montrent des alternatives au paiement à distance par carte : - le paiement à la livraison est encore répandu, il apporte de la sécurité pour l’acheteur qui peut vérifier sa marchandise, il est en régression mais il garde son intérêt. Il permet aussi le paiement en espèces. - le paiement par virement vient en seconde position après la carte, car il est irréversible, il est apprécié des commerçants, il est aussi moins cher que la carte. C’est une tendance en devenir avec déjà quelques succès (iDeal aux Pays Bas), et un nouveau système au Royaume Uni (Vocalink), à noter aussi des initiatives européennes peu connues et qui nécessitent l’adhésion des banques (MyBank, SepaMail). Selon la commission européenne, 60% des consommateurs européens n’ont pas de carte14 . Ce chiffre nous montre l’importance que peuvent prendre les moyens de paiements alternatifs à la carte dans le commerce, et le potentiel de croissance du e-commerce qui n’atteint pas encore la totalité de la population. La mise en œuvre de nouveaux moyens de paiement est un gisement de croissance pour le commerce, chaque nouveau moyen de paiement, chaque succès, élargit la cible des consommateurs, faisant croitre le marché. 14 Source : Commission Européenne : faq-dsp2
  26. 26. Benoit Boutry 26/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne 2 – Les acteurs du paiement en ligne 2.1 Les attentes de l’acheteur en matière de paiement 2.1.1 La sécurité lors de l’achat sur internet Le consommateur veut avoir l’assurance d’être livré. On constate que le paiement à la livraison est très courant dans certains pays, alors qu’il est très peu accepté en France. L’assurance est en général le moyen utilisé pour couvrir ce risque (assurance carte bancaire, garanties PayPal… ). Le risque d’usurpation d’identité est réel : le consommateur doit délivrer de nombreuses informations lors de l’achat, ces informations ne sont protégées que par un mot de passe, souvent identique sur l’ensemble des sites consultés. Les moyens biométriques sont en cours de diffusion : la reconnaissance des empreintes digitales sur l’iPhone, la reconnaissance du réseau veineux sur le point de vente avec Natural Security , testé en 2013, avec un pilote chez Auchan à Villeneuve d’Ascq. L’adoption de nouvelles méthodes d’identification est un élément clé de l’adoption du paiement en ligne et par mobile. Les sites des commerçants sont la cible des hackers, qui arrivent parfois à récupérer les données des consommateurs ( userid, mot de passe, nom, adresse , et parfois données de paiements ), une fois ces données récupérées, elles sont testées sur d’autres sites. L’accès au compte par userid et mot de passe est un frein au e-commerce, cette méthode n’est plus adaptée, c’est une méthode qui vient des gros systèmes informatiques et qui a été inventée dans les années 50. Les alliances FIDO aux Etats-Unis et Natural Security en France sont des organismes internationaux qui ont pour objectif de promouvoir et de standardiser les méthodes d’authentification biométriques afin d’en faciliter la diffusion et l’usage. Il ne s’agit pas d’imposer une méthode, mais de proposer un standard pour que ces méthodes soient compatibles, en effet, il n’est pas de méthode qui soit universelle , par exemple l’empreinte digitale ne convient pas aux personnes qui manipulent des produits corrosifs , l’utilisateur doit pouvoir choisir la méthode d’identification qui lui convient.
  27. 27. Benoit Boutry 27/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne En ce qui concerne les données, la loi impose de protéger les informations de paiements, la norme PCI-DSS régit les règles de sécurité pour les commerçants qui conservent eux-mêmes les informations de paiements. 2.1.2 La facilité et la rapidité L’étape paiement est parfois appelée « le pèlerinage client » pour illustrer les étapes que doit franchir le client pour finaliser son achat. Exemple : maintenant que le panier est complété, la liste du « reste à faire » est longue et angoissante pour l’internaute : Ouvrir un compte chez le commerçant, entrer l’adresse mail, choisir un mot de passe, entrer les coordonnées de livraison, ouvrir la boite mail , confirmer l’adresse mail , choisir son mode de paiement , aller chercher la carte bleue , entrer le numéro de carte, entrer la date d’expiration , retourner la carte , entrer le code CCV de sécurité . Aller chercher le téléphone, déverrouiller le téléphone, lire le dernier message, taper le code de sécurité . Retour sur le site marchand pour recevoir les félicitations du commerçant. Pour un acheteur non-initié : 15 minutes. Les marketplaces ont identifié le problème et ont mis en place l’achat One-Click pour faciliter l’achat, ce qui nécessite cependant que le client accepte de confier son numéro de carte, ce qui est forcément limité à un nombre très restreint de commerçants. Le taux d’abandon constaté au moment du paiement est une des principales préoccupations du commerçant. Sur le mobile, il est fréquent que l’acheteur ne réalise pas toutes ces étapes avec succès. Les solutions de paiements doivent être adaptées. Aux Etats-Unis, la solution PayPal qui permet de pré-enregistrer ses informations de paiement et de livraison est adoptée pour un achat sur deux. Amazon qui a déposé un brevet pour l’achat one-click, est la deuxième solution de paiement préférée des américains du nord. MasterCard avec le produit MasterPass et Visa avec V-me mettent en place une offre équivalente, notamment pour contrer PayPal.
  28. 28. Benoit Boutry 28/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne 2.1.3 Le consommateur ne veut pas payer les frais liés à la transaction. La gratuité du paiement pour l’acheteur est un acquit, cela va de soi lors de l’achat. La pratique du surcharging est par ailleurs interdite par la loi. En revanche proposer une réduction pour l’utilisation d’un moyen de paiement est légal. C’est une possibilité voulue par la commission européenne afin de renforcer la concurrence entre les prestataires de paiements.
  29. 29. Benoit Boutry 29/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne 2.2 Les besoins des commerçants en matière de paiement Pour obtenir le meilleur ROI possible, le commerçant doit trouver un équilibre entre ses côuts, la sécurité, et le meilleur taux de transformation possible. 2.2.1 Le moins cher possible En France, la carte est le moyen de paiement universellement accepté dans le commerce physique et dans le e-commerce. Avec un taux de commission à moins de 0,5%, la garantie de paiement pour le commerçant, et une facilité de mise en œuvre par les prestataires de paiements, le paiement par carte s’est généralisé aussi dans le e-commerce . Cependant, la carte n’a pas été conçue pour l’achat sur internet, elle n’est pas adaptée aux paiements de faibles montants, ni aux montants élevés, et ne couvre pas les situations de l’ensemble de la population, notamment les jeunes et les personnes non bancarisées. Elle n’est pas non plus adaptée au paiement sur mobile. De nombreuses solutions existent pour régler ses achats sur le mobile , les wallets : portefeuilles sur mobile (dans la mémoire du téléphone) ou portefeuilles électroniques (dans le cloud ), mais à défaut de standardisation , aucune solution n’a le côté universel de la carte. Côté tarif, les wallets proposent des tarifs allant de 0,9% à plus de 2,5% , un taux bien trop élevé pour proposer aux commerçants un modèle économique basé uniquement sur le paiement. Utilisé dans d’autres pays, le paiement par virement est moins couteux et est irréversible. Il se développe notamment dans les pays où le taux d’interchange de la carte est plus élevé qu’en France : aux Etats-Unis (MCX), aux Pays-Bas (iDeal) et au Royaume-Uni (Vocalink). 2.2.2 La garantie de paiement Au moment de la transaction, le commerçant doit s’assurer que le paiement sera effectué, et se prémunir contre les impayés. Il a besoin d’une confirmation immédiate de la banque du payeur. La carte permet une demande d’autorisation et une réponse immédiate de la banque, c’est la force de principale de ce moyen de paiement.
  30. 30. Benoit Boutry 30/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne La carte offre une garantie de paiement, à condition que le paiement soit effectué avec un système d’identification renforcée du payeur (par exemple 3D secure). Ce système a pour inconvénient de rallonger le temps de l’étape de paiement, et il n’est pas adapté au paiement sur mobile. Le virement a l’avantage d’être irréversible, mais le paiement se fait sur le site de la banque du payeur, ce qui oblige l’internaute à sortir du site du commerçant, ce qui augmente fortement le risque d’abandon. Le prélèvement est adapté aux achats récurrents, et des solutions de mandat (autorisation de prélèvement) sur internet ont été développées. 2.2.3 Le meilleur taux de transformation possible. Pour optimiser le taux de transformation au moment du paiement le commerçant doit donc : - inspirer la confiance auprès de l’acheteur, le moyen de paiement utilisé doit être considéré sûr par l’acheteur. - effectuer la transaction le plus rapidement possible : chaque étape, chaque entrée de donnée demandée à l’internaute peut conduire à l’abandon - proposer plusieurs options de paiements Les wallets permettent un achat rapide, et par l’intermédiaire des applications mobiles, d’attirer le client sur le site du commerçant ou sur le site du commerçant. Cette démarche volontaire du client induit un fort taux de transformation. En cas de problème lors du paiement, le commerçant doit analyser la cause et proposer une solution de paiement alternative. Le commerçant peut aussi proposer un paiement en plusieurs fois. En cas de paiement échelonné par carte, et en cas d’utilisation de 3D Secure, seul le premier paiement bénéficiera de la garantie de paiement. Proposer un crédit au consommateur est aussi important. Pour pallier au risque de crédit, le commerçant peut utiliser les services d’une société de crédit, qui règlera le montant de l’achat au commerçant et qui prendra en charge le recouvrement de ce crédit.
  31. 31. Benoit Boutry 31/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne 2.3 Les Prestataires de Services de Paiements Les établissements pouvant fournir des services de paiements sont appelés Prestataires de Services de Paiements ( PSP ) , ils sont divisés en trois catégories : - les établissements de crédit ( les banques ) - les établissements de monnaie électronique - les établissements de paiements 2.3.1 Les établissements de paiements Proposent uniquement des services de paiements liés à un compte détenu dans un établissement de crédit. Ils ne conservent pas les fonds. Exemple : SLIMPAY , qui s’est spécialisé dans les solutions de paiement par prélèvement sur internet. C’est un statut peu répandu car très limitatif. 2.3.2 Les établissements de monnaie électronique En contrepartie de la collecte de fonds, les établissements de monnaie électronique créent de la monnaie électronique immédiatement utilisable. Cette monnaie électronique est stockée soit sur un support prépayé, soit sur un serveur de l’émetteur. Pour exercer leur activité , ces établissements doivent avoir un capital minimum de 350000 eur et un ratio de fonds propres au minimum égal à 2% de la monnaie mise ne circulation. Ce statut permet à des acteurs qui ne sont pas des banques de proposer des services de paiements, notamment des portefeuilles électroniques. Ces établissements qui exercent leur activité en Europe sont généralement basés au Luxembourg ou au Royaume-Uni. Exemples : Amazon, FlashiZ… 2.3.3 Les Banques Les banques sont les acteurs traditionnels du paiement. En terme d’innovation et de wallets, ils sont concurrencés par les émetteurs de monnaie électronique. Les acteurs du commerce physique ou du e-commerce qui ont la taille suffisante ont les moyens de créer des établissement de crédit pour exercer un activité de paiements et proposer du crédit . exemples : PayPal, Banque Accord.
  32. 32. Benoit Boutry 32/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne 2.3.4 Les acteurs majeurs de l’internet A l’instar des grands commerçants qui ont créé des établissements bancaires (Auchan Banque Accord, Carrefour), les acteurs majeurs du net ont les moyens de créer leurs propres établissements financiers. PayPal est d’ailleurs un établissement bancaire aux Etats Unis et a une licence bancaire au Luxembourg, pour opérer en Europe. Apple et Facebook sont des acteurs possibles mais non déclarés à ce jour. Google propose des services financiers, esssentiellement aux Etats-Unis: Google Wallet , le virement par mail. Amazon a créé le virement one-click, qui raccourcit de façon importante le tunnel d’achat et favorise l’achat impulsif. Les éditeurs de logiciels proposent des fonctionnalités de paiements intégrées dans les navigateurs ( par exemple Mozilla). L’achat in-app sur le mobile de développe fortement. Toutes ces innovations dans le paiement feront que dans le futur, le paiement sera donc probablement intégré, et donc aussi moins cher pour le commerçant. Avec l’essor possible des monnaies digitales , le paiement sera peut-être même entièrement intégré dans le net. Par exemple le Bitcoin est une monnaie cryptographique qui a les caractéristiques du cash (paiement immédiat, irrévocable) et qui se passe d’une partie des intermédiaires financiers (règlement décentralisé sur le net en temps réel , sept jours sur sept , 24heures sur 24, dans le monde entier). 2.3.5 Les autorités de régulation L’ensemble de ces acteurs qui proposent des services de paiements agissent dans un cadre règlementaire qui régit les règles de fonctionnement du paiement et du commerce. Ces autorités sont : - Les états, qui légifèrent et définissent les règles nationales, notamment en matière de protection du consommateur et de la vie privée.
  33. 33. Benoit Boutry 33/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne - Les banques centrales, qui ont pour mission la surveillance et la sécurité des moyens de paiements. Les banques centrales accréditent les Prestataires de Services de Paiement. - La Commission Européenne et le Parlement Européen jouent un rôle majeur dans la législation, en établissant des règles communes en matière de paiements et de protection du consommateur afin de promouvoir l’espace économique européen. Nous pouvons ajouter les associations de commerçants et les associations de consommateurs qui sont les interlocuteurs privilégiés des autorités de régulations. Ces associations réalisent un important travail de lobbying.
  34. 34. Benoit Boutry 34/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne 3. Le cadre juridique 3.1 La norme PCI-DSS. Pour lutter contre la fraude, les données de paiements utilisées lors l’un achat sur internet doivent être protégées pour empêcher tout accès malveillant à ces données par un tiers. La norme “Payment Card Industry Data Security Standard” s’applique partout où les données de cartes sont stockées, traitées ou transmises. Elle concerne donc en particulier les commerçants, qui doivent mettre en œuvre les moyens nécessaires à l’application de cette norme, ou , le plus souvent, utiliser les services d’un Prestataire de Services de Paiements qui se charge du stockage et de la transmission des données des paiements. La norme PCI–DSS consiste en un ensemble de 12 conditions minimum pour la protection des données de titulaires de cartes15 . 3.2 La Directive sur les Services de Paiements. Depuis plusieurs années la commission européenne poursuit l’objectif de faciliter les échanges en Europe et de réduire les coûts des paiements qui sont finalement supportés par les consommateurs, par l’intermédiaire des commerçants qui les intègrent dans leur prix de vente. Initiée par la commission européenne, la première version de la Directive des Services des Paiements a été mise en oeuvre en 2009 dans les pays de l’union européenne. La Directive des Services de Paiements règlemente les conditions dans lesquelles sont effectués les paiements. L’objectif de la DSP est de créer un espace européen de paiements, à l’intérieur duquel les paiements transfrontaliers sont exécutés dans les mêmes conditions qu’un paiement national. Elle définit les modalités de l’exécution des paiements en matière de délais d’exécution et de règles de tarification. Une deuxième version ( DSP216 ) a été diffusée par la commission européenne le 24 juillet 2013, sa date d’application n’est pas encore connue. 15 Norme PCI DSS : http://bit.ly/12VsJoX
  35. 35. Benoit Boutry 35/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne La principale nouveauté de cette directive est le plafonnement des commissions d’inter-change appliquées lors du paiement par carte. La commission d’inter-change maximale sera de 0,2% pour les cartes de débit, et de 0,3% pour les cartes de crédit. En imposant des taux maximum, la commission européenne veut réduire les coûts, augmenter la concurrence en favorisant l’émergence de nouveaux prestataires de paiements, diminuer le nombre de paiements en espèces, et favoriser l’émergence de moyens de paiements alternatifs à la carte, car 60% des consommateurs en Europe ne possèdent pas de carte de crédit17 . Par ailleurs, la DSP2 crée un nouveau service pour les prestataires de paiements : l’accès aux informations des comptes de paiement auprès des banques par des Tiers Prestataires de Paiements. Ce nouveau service d’accès aux comptes dont les modalités sont encore à définir ouvre de nouvelles perspectives pour les PSP. Assurément une brèche dans le rôle des banques et la possibilité de créer de nouveaux services de paiements. La nouvelle directive a pour objectifs de renforcer l’interopérabilité, de couvrir les nouveaux services de paiements, notamment sur internet et téléphone mobile. Cette directive accompagne les changements en cours en matière de paiements, notre façon de payer va changer radicalement dans les toutes prochaines années. 3.3 La protection du consommateur. 3.3.1 La contestation du paiement par le consommateur Afin de renforcer la protection du consommateur en matière de paiements, la Directive des Services de Paiements prévoit le remboursement immédiat du client à sa première demande faite à sa banque. Cette disposition s’applique pour les Prélèvements. La DSP2 prévoit d’étendre cette disposition aux paiements par carte. Pour un paiement effectué par prélèvement, le délai pour obtenir un remboursement sans justificatif est de 8 semaines, et de 13 mois pour un paiement non autorisé (lorsque le bénéficiaire du paiement n’apporte pas la preuve du consentement de son client pour le paiement contesté). 16 Informations détaillées sur la DSP2 sur le site de l’EPC : http://bit.ly/18Wc4pL , faq-dsp2 17 Source : Commission Européenne : faq-dsp2
  36. 36. Benoit Boutry 36/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Egalement, un règlement par carte peut être contesté pendant 6 mois (ce risque pour le commerçant est aussi appelé chargeback). Lors d’un paiement en plusieurs échéances effectué par carte bancaire, seule la première opération est présumée autorisée. Le commerçant a donc tout intérêt à opter pour le Prélèvement pour les paiements récurrents. Le nouveau service de e-mandat pour le Prélèvement permet d’obtenir l’autorisation du client en ligne, ce service est déjà proposé par quelques prestataires (SLIMPAY, et OGONE ). Pour éviter le risque de remboursement, le commerçant peut utiliser le virement, qui ne comporte pas ce risque de remboursement puisque le paiement est initié par le client. En cas de contestation du paiement, c’est la banque qui devra apporter la preuve de l’accord du client pour ce paiement. En cas de litige commercial, le client devra s’adresser au commerçant pour obtenir un remboursement. Cependant, en France, il n’existe pas encore de système de paiement par virement adapté pour le e- commerçant. Les solutions de paiement par virement sont très appréciées là où elles ont été implémentées, notamment aux Pays-Bas, où 54% des paiements par internet sont effectués par iDeal18 . MyBank19 , une initiative Européenne de paiement en ligne par virement a démarré en Mars 2013, avec quelques banques européennes, notamment en Italie. Mais en France seule la BRED a participé à ce démarrage. 3.3.2 Le droit de rétractation du consommateur La loi consommation, adoptée par le parlement le 3 juillet 2013, comprend plusieurs mesures visant à mieux protéger le consommateur. Elle transpose la Directive Européenne 2011/83/UE du parlement européen en droit français. Parmi les mesures contenues dans la loi consommation : Le droit de rétraction permet au consommateur de retourner un article après la réception. Le délai de rétraction est porté à 14 jours, ce délai est allongé jusqu’à 5 semaines en cas de livraison partielle de la marchandise. Le consommateur bénéficie de 14 jours pour notifier son fournisseur de son souhait d’être remboursé, puis de 14 jours pour renvoyer la marchandise. 18 Plus d’infos sur ideal : http://bit.ly/14BqFJa 19 Plus d’infos sur MyBank : http://bit.ly/13nGnRS
  37. 37. Benoit Boutry 37/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Le délai de livraison ne pourra excéder 30 jours. Les pouvoirs des agents publics (DGCRF) sont renforcés et renforcent le pouvoir de fermer un site internet jugé illégal. 3.3.3 Le règlement des litiges Le 12 mars 2011, le parlement européen a approuvé deux propositions de loi permettant aux consommateurs de régler des litiges sans saisir les tribunaux. Le projet prévoit la mise en place d’organismes européens de règlement des litiges (REL) et d’une plateforme européenne en ligne pour régler les litiges concernant des achats sur internet. Ces mesures renforcent les possibilités de recours des consommateurs en cas d’achats effectués au sein de l’Europe, et donc visent à accélérer la croissance d’un marché européen des achats sur internet. Les états européens auront jusqu’à fin 2015 pour transposer la directive et rendre opérationnelle la plateforme RLL de règlement des litiges.
  38. 38. Benoit Boutry 38/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne 4. La lutte contre la fraude 4.1 La fraude à la carte bancaire Les principales formes de la fraude sur le paiement par carte bancaire sont : - L’utilisation frauduleuse des numéros de cartes : les données de cartes sont très sensibles car elles permettent de faire un achat sur internet sans la présence physique de la carte. Pour se prémunir de ce type de fraude, les principales mesures sont la norme PCI-DSS, pour éviter le vol des données sur le site du commerçant ou du prestataire de paiements, et l’utilisation d’un système d’authentification renforcée de l’acheteur (par exemple 3D Secure). Ces normes et préconisations ont permis de réduire sensiblement le taux de fraude à la carte sur Internet. - La contrefaçon de cartes est la principale source de fraude sur les distributeurs de monnaie, les points de ventes physiques, et sur les sites internet n’utilisant pas l’authentification renforcée du payeur. - L’utilisation de cartes volées, avec des scénarios d’achat permettant une découverte tardive de ces cartes Selon la Banque Centrale Européenne, en 2011 et sur l’ensemble des canaux, la fraude à la carte bancaire s’est élevée à 1,16 milliards d’euros en Europe20 , cette fraude représente 0,036% du montant des transactions, en légère baisse par rapport à 2010. La part de la fraude sur internet représente 56% de la fraude à la carte pour un montant de 655 millions d’euros en 2011. Du fait de l’adoption généralisée de la carte sur tous les canaux de vente (magasins physiques et internet), la France est plus exposée à la fraude sur la carte que la moyenne des des pays européens 21 . Le taux de fraude 2012 en France est de 0,08% pour un montant de 450 millions, en constante évolution depuis 2007, en montant et en pourcentage. En France, le taux de fraude 2012 sur internet s’élève à 0,29 %, et représente 61% du montant total de la fraude, le taux de fraude sur internet est 20 fois plus élevé qu’en paiement de proximité. 20 Source : BCE , http://bit.ly/1eFIMwl 21 Source : observatoire des moyens de paiements http://bit.ly/13ciRws
  39. 39. Benoit Boutry 39/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Un point positif , le taux de fraude en France sur internet est en baisse par rapport en 2011 ( 0,34 %), probablement avec l’augmentation du taux de transactions ( 27% en 2012 ) utilisant un système d’authentification renforcée tel que 3D Secure, et par l’utilisation de modules de scoring et de détection de la fraude par les e-commerçants et les prestataires de paiements. Lors d’un paiement en ligne, le principal challenge pour le commerçant est de s’assurer de l’authenticité et de la validité de la carte et de s’assurer que l’acheteur est bien le titulaire de la carte utilisée pour le paiement. L’authentification renforcée du client est le moyen recommandé par la Banque de France, elle permet de reporter responsabilité de l’impayé vers la banque du porteur. Cette authentification faite selon le protocole 3D Secure n’est cependant pas adaptée sur le smartphone puisqu’elle repose sur l’utilisation de deux dispositifs de sécurité, ce qui n’est plus le cas lorsqu’on l’on fait un achat sur ce même appareil. D’autre part, ce dispositif a pour principal défaut de rallonger le temps nécessaire à l’étape de paiement, qui a conduit à un taux d’abandons plus important constaté par les commerçants au début de son déploiement, cependant les consommateurs y sont maintenant habitués. D’autres méthodes d’authentification doivent donc être envisagées. La voie la plus prometteuse est la biométrie qui permet la reconnaissance selon plusieurs méthodes : faciale, vocale, reconnaissance du réseau veineux ou par les empreintes digitales. Une expérience a été menée par National Security avec Auchan dans un hypermarché, cette expérience effectue un double contrôle, en associant la carte sans contact et la reconnaissance du réseau veineux du doigt. La reconnaissance faciale est déjà présente sur certains smartphones , et Apple a installé la reconnaissance par les empreintes digitale sur l’Iphone. La solution pour le commerçant est donc d’utiliser plusieurs dispositifs : outils de scoring et de détection de la fraude et authentification renforcée en fonction de l’évaluation du risque et en dernier lieu une intervention manuelle en cas de doute. Avec l’évolution de l’achat sur internet et l’apparition de nouvelles méthodes de paiement en ligne, les chiffres montrent que la fraude est en évolution, les montants fraudés sont de plus en plus importants. Les grands établissements financiers disposent de ressources importantes pour la mise en oeuvre de moyens de plus en plus sophistiqués et disposent de cellules de veille, et de ce fait le constat est que la fraude se reporte sur d’autres cibles moins bien protégées, notamment les commerçants.
  40. 40. Benoit Boutry 40/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Le schéma ci-dessous montre que la lutte contre la fraude est un défi permanent, car la fraude suit un cycle, les nouvelles technologies permettent d’éradiquer certaines formes de la fraude, mais à un moment donné, ces nouvelles technologies sont craquées et de nouvelles formes de fraude font leur apparition. Source : The paypers , Web Fraud Prevention, Security & Digital Identity Market Guide 2013 La fraude sur le paiement représente une part non négligeable (0,3%) du chiffre d’affaires du e- commerçant, qui est finalement supportée par le consommateur, par son impact inévitable sur le prix de vente. Pour le consommateur, la fraude est encore un frein à l’achat sur internet, et la lutte contre la fraude est un enjeu majeur pour le développement du commerce sur internet.
  41. 41. Benoit Boutry 41/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Pour le commerçant, tant en magasin physique que sur internet, utiliser les services d’un prestataire de paiements permet de bénéficier d’une veille sur la fraude et d’outils qui évoluent. Lors du choix d’un prestataire de paiements, le commerçant doit évaluer et prendre en compte les dispositifs de lutte contre la fraude mis à sa disposition. 4.2 Les moyens de paiements alternatifs à la carte Pour le consommateur, la principale crainte est le vol des coordonnées bancaires, du numéro de carte lors d’un paiement par carte, ou du numéro de compte lors d’un paiement par virement ou par prélèvement. Le portefeuille électronique (wallet) permet au consommateur de confier ses coordonnées bancaires (numéro de carte ou numéro de compte) à un tiers de confiance par l’intermédiaire duquel il effectuera son paiement lors de l’achat, en proximité, ou sur internet. L’enjeu pour un wallet est donc de devenir ce tiers de confiance, reconnu aussi bien par le commerçant que par le consommateur. Dans un wallet, le client est connu et identifié, à la fois par ses coordonnées bancaires et par les données de livraison. Le wallet ne transmet au commerçant que les données nécessaires pour la vente : identification du client et adresse de livraison , le wallet est non seulement un moyen de paiement , mais aussi un moyen de réduire son exposition à la fraude. Pour le consommateur, c’est le moyen de faire son achat sans communiquer ses coordonnées bancaires et sans devoir ressaisir son identification et son adresse de livraison. Les wallets sont des outils adaptés pour un achat rapide et sûr. Le paiement par virement sur le site de la banque est aussi très intéressant, rassurant pour le consommateur et sûr pour le commerçant (pas de chargeback) , mais il a l’inconvénient de rallonger l’étape du paiement et il pose le problème de l’identification du client ( nécessité de se connecter sur le site de la banque ). Un nouveau service récemment proposé par la commission européenne est l’accès au compte du client par les Tiers Prestataires de Paiements. Ce nouveau service offre une alternative au paiement par carte (réduction des coûts) et palie au problème de l’identification du client sur le site de la banque, puisque cette connexion sera effectuée par le prestataire de paiements. La lutte contre la fraude est donc un véritable enjeu économique pour le commerce, les solutions de lutte contre la fraude doivent être utilisées, les nouveaux moyens de paiements offrent des solutions
  42. 42. Benoit Boutry 42/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne intéressantes, c’est probablement l’essor de ces nouvelles solutions qui permettra au commerce de réduire ses coûts et de se développer, aussi bien dans le commerce de proximité, que sur internet.
  43. 43. Benoit Boutry 43/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne 5. Les monnaies complementaires Les monnaies complémentaires sont les monnaies qui ne sont pas gérées par les états. Parmi les monnaies complémentaires, nous pouvons distinguer les monnaies locales complémentaires et les monnaies cryptographiques. 5.1 Les monnaies locales complémentaires Les monnaies locales sont créées à l’intérieur d’un réseau, en général des commerçants, dans le but de favoriser de nouvelles formes d’échanges ou de promouvoir des valeurs. Légalement ce ne sont pas des monnaies mais des titres de services sur support papier ou des services de paiement réservés. Ces monnaies permettent de s’échanger des biens ou des services à l’intérieur du réseau limité. Cadre législatif des monnaies locales, extraits du code monétaire et financier : Article L521 – chap. 3 – alinéa I « Par exception à l'interdiction de l'article L. 521-2, une entreprise peut fournir des services de paiement fondés sur des moyens de paiement qui ne sont acceptés, pour l'acquisition de biens ou de services, que dans les locaux de cette entreprise ou, dans le cadre d'un accord commercial avec elle, dans un réseau limité de personnes acceptant ces moyens de paiement ou pour un éventail limité de biens ou de services. » Article L314-1 – chap. III : « N'est pas considérée comme un service de paiement : 1° La réalisation d'opérations fondées sur l'un des documents suivants, tiré sur le prestataire de services de paiement en vue de mettre des fonds à la disposition du bénéficiaire : a) Un titre de service sur support papier ; b) Un chèque de voyage sur support papier ; c) Un mandat postal sur support papier tel que défini par l'Union postale universelle » Une monnaie locale est en général basée sur une monnaie officielle (par exemple l’euro), mais peut aussi être basée sur d’autres valeurs, par exemple le temps. Les motivations d’une entreprise ou d’un commerçant pour participer à une monnaie locale sont : augmenter son chiffres d’affaires, bénéficier des opérations de communications organisées par le réseau, promouvoir son image.
  44. 44. Benoit Boutry 44/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Le financement de la monnaie locale se fait au moyen d’une commission, supportée par l’entreprise ou le commerçant au moment de la conversion en monnaie officielle (malus) , ou au moment de son émission (par exemple : un SEL = 1,05€) , ce qui revient à accorder une remise au client lorsqu’il utilise la monnaie locale. La monnaie locale n’a pas vocation à être thésaurisée, certaines monnaies perdent de leur valeur selon une périodicité définie lors de l’émission, dans le but d’inciter à la dépense. L’article L314-1 exclu le support électronique pour les monnaies locales, ce qui limite son usage au commerce de proximité, ce qui en limite considérablement l’usage. De fait, les limitations imposées par la loi : usage dans un réseau limité, support papier uniquement, rendent compliqué l’usage d’une monnaie locale et son adoption par un grand nombre d’utilisateurs, et augmentent les coûts de gestion de ces monnaies locales. Cette législation est en totale contradiction avec l’essor des nouvelles technologies, notamment le développement des wallets qui permettraient de réduire considérablement les coûts de gestion et d’utilisation des monnaies locales. Une évolution de la législation en ce sens est indispensable. Dotées des bons outils, les monnaies locales pourraient alors jouer pleinement leur rôle dans l’animation et la dynamisation des économies locales et du commerce local. 5.2 Les monnaies crytographiques : le Bitcoin Les monnaies cryptographiques ou monnaies digitales sont des monnaies universelles sur internet, virtuelles et décentralisées, ce sont des systèmes monétaires autonomes régis par des lois mathématiques. Le Bitcoin est la monnaie digitale la plus connue aujourd’hui, c’est encore une monnaie expérimentale créée en 2009, mais dont l’usage sort de ce cadre et de fait devient une monnaie à part entière, non gérée par les états. Le mot Bitcoin désigne à la fois l’unité monétaire et le réseau pair à pair sur internet qui transmet les transactions. Le Bitcoin sert à régler des transactions sur Internet. Le Bitcoin est une monnaie décentralisée, non soumise au contrôle des Etats, établie dans une unité de compte sans contrepartie, sans garantie de remboursement, le Bitcoin échappe aux règles monétaires actuelles et aux régulateurs. Les activités des intervenants établis font cependant l’objet d’investigations par les états, portant principalement sur la légalité de leurs activités en matière de lutte contre le blanchiment et le financement d’activités illicites.
  45. 45. Benoit Boutry 45/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne En Aout 2013, l'Allemagne reconnaît le Bitcoin comme une monnaie privée, accordant ainsi au Bitcoin une reconnaissance officielle. Mais les états envisagent aussi de taxer les transactions en Bitcoin, dès lors qu'il est considéré comme un instrument financier. Dès lors, dans les états qui prévoient de taxer le Bitcoin, comment établir cette taxation ? L’état de New-York a ainsi lancé une investigation sur 22 sociétés en Juillet 2013. Pourquoi utiliser le Bitcoin ? - Le Bitcoin a les caractéristiques du cash, c’est-à-dire qu’un paiement en Bitcoin est irréversible, il n’y a de chargeback, le seul moyen pour l’acheteur pour être remboursé est que le commerçant génère une autre transaction de paiement. - Le caractère universel du Bitcoin est particulièrement intéressant pour le commerce cross- border, car il permet d’afficher les prix dans une monnaie universelle, ce qui réduit le risque de change et permet de réduire réduire les côuts, et de simplifier la gestion. - Le Bitcoin peut être converti immédiatement dans la devise nationale du pays du commerçant. Cela réduit considérablement le risque de variation du cours du Bitcoin par rapport à la devise de référence. - Il est possible d’afficher les prix en devise locale et d’effectuer une transaction en Bitcoin. - Le coût des paiements en Bitcoin est très avantageux pour le commerçant. - Les transactions sont réglées en moins d’une heure, 24/24, 7J/7, et les fonds peuvent être réutilisés immédiatement. Le Bitcoin est un système monétaire mondial en temps réel. Quel sont les risques et inconvénients associés au Bitcoin ? : - La monnaie n’est pas garantie par un état, le premier risque pour le commerçant est de ne plus pouvoir convertir ses Bitcoin en monnaie étatique, notamment pour régler ses dépenses. Pour minimiser ce risque, le commerçant doit convertir ses Bitcoins au fil de l’eau ou à intervalles réguliers. - Le risque de change lors de la conversion. En faisant la conversion immédiatement, ce risque devient négligeable. - Afficher ses prix en Bitcoin est compliqué , car la valeur de Bitcoin par rapport à la devise locale fluctue constamment. - Le risque de fraude par le payeur en utilisant plusieurs fois les mêmes unités monétaires. Le paiement n’est effectué qu’au moment où la transaction est dénouée (inscrite dans la base de données décentralisée), ce qui peut prendre plusieurs minutes. Ce risque diminue avec le nombre de confirmations de la transaction (entre dix minutes et une heure, pour 1 à 6 confirmations). En fonction du type de transactions et du risque qui y est associé, le commerçant peut retarder la livraison du bien, ou accélérer le processus en proposant une rémunération supérieure.
  46. 46. Benoit Boutry 46/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne - Une règlementation qui interdirait l’usage du Bitcoin dans un état. - Les transactions sont publiques, c’est-à-dire qu’elles peuvent être consultées par l’ensemble de la communauté Bitcoin. Le commerçant qui souhaite protéger ses informations à caractère concurrentiel doit prendre des mesures pour éviter la divulgation de ces informations. Parmi les produits disponibles pour le commerçant : - Bitpay , Bips.me : solutions de paiement en Bitcoin, Mise à diposition de plugins pour les solutions e-commerce. Conversion du bitcoin dans 30 devises , transfert sur le compte bancaire jounalier. Terminaux de paiements mobiles (mPOS) pour le commerce physique. Pour les consommateurs : - Wallets : Bitcoin-wallet , Paytunia 22 Ces wallets utilisent le QR code et le NFC. L’utilisateur de Bitcoin a le choix de gérer lui-même ses Bitcoin ou d’en confier la gestion à un tiers de confiance auprès duquel il ouvrira un compte. S’il fait le choix de gérer lui-même ses Bitcoin, le portefeuille sera matérialisé sur son ordinateur, et il devra prendre les précautions nécessaires pour ne pas perdre ses Bitcoin. Dans les pays en voie de développement, le Bitcoin présente un grand intérêt, il permet des échanges très facilement par téléphone (Coinbase développe une solution basée sur le SMS), il ne nécessite pas d’ouvrir un compte dans une banque, ni de se rendre dans une agence. Grâce à son faible coût il peut remplacer le dollar comme valeur étalon de la devise locale. Dans des économies instables, il peut devenir une valeur refuge pour préserver son patrimoine, il peut être une protection contre les dévaluations des monnaies locales. Au Kenya, m-PESA, solution mobile qui compte déjà 11 millions d’utilisateurs au Kenya, adopte le Bitcoin et développe une solution mobile avec Kipochi. Le Bitcoin permet aux travailleurs migrants de transférer l’argent dans leur pays d’origine à un coût moindre en moins d’une heure. Il est facile d’imaginer l’essor possible de cette devise si dans le pays de destination, le Bitcoin est aussi accepté pour les transactions commerciales. L’évolution du Bitcoin est très récente. Le nombre de transactions échangées a commencé à progresser en Janvier 2011. En Janvier 2013, il s’échangeait 15000 transactions par jour dans le monde, en novembre 2013 le nombre de transactions échangées a grimpé à 60000 transactions par jour23 . 22 Au 22 novembre 2013 , ce wallet n’est plus actif , il a été arrêté provisoirement. 23 Source : The Genesis Block http://bit.ly/1aysGVG , blockcain.info http://bit.ly/1aysC8t
  47. 47. Benoit Boutry 47/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne L’année 2013 a été l’année de l’émergence du Bitcoin , la Chine montrant un intérêt grandissant pour la devise , faisant monter le cours du Bitcoin. Fait marquant dans ce pays , La Banque Centrale de Chine indique qu’elle ne s’opposera pas à l’utilisation du Bitcoin en Chine . Aux Etats Unis , le patron de la Banque Centrale Américaine (Fed) , Ben Bernanke, dans un courrier au Sénat, a qualifié le Bitcoin d’innovation prometteuse à long terme, faisant la promotion d’un système de paiement plus sûr, plus rapide, et plus efficace. La spéculation, la croissance du nombre de sites acceptant le Bitcoin et le nombre croissant de transactions ont fait grimper le cours du Bitcoin de façon exponentielle en Novembre 2013 et les prévisions vont vers une appréciation encore importante dans les mois à venir, étant donné la rareté voulue de cette devise 24 . Le Bitcoin n’est pas seulement une monnaie, c’est un concept, le débat ouvert par le Bitcoin est celui d’une monnaie qui n’est pas contrôlée par un état, ce qui protège les détenteurs et les populations de la confiscation ou de la dépréciation arbitraire de la devise nationale. Le premier fondamental à atteindre est une stabilisation de la valeur du Bitcoin. Les fluctuations actuelles sont un frein au développement du commerce en Bitcoin. Aujourd'hui , il est encore trop tôt pour fixer un salaire en Bitcoin. Tant que le Bitcoin reste aussi volatile, la meilleure façon de l'utiliser est de ne pas le stocker en grande quantité et de l'utiliser exclusivement pour des transactions commerciales. 24 Cours du bitcoin : http://bit.ly/1c1KE4d
  48. 48. Benoit Boutry 48/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne 6. Les modeles economiques Le dilemme que tout nouveau moyen de paiement doit résoudre est celui de la poule et de l’œuf : le commerçant propose le moyen de paiement utilisé par une majorité de clients, et en tant que client quel moyen de paiement puis-je adopter qui soit accepté par le commerçant ? En France, le chèque est en train de perdre cette caractéristique, il n’est plus accepté dans beaucoup de commerces, et la carte a réussi à s’imposer comme moyen de paiement. 6.1 La carte Bancaire Sur internet et dans le commerce de proximité, la carte bancaire est devenue le moyen de paiement préféré des consommateurs. En France, en nombre de transactions, la carte a dépassé le chèque depuis plusieurs années. En Amérique du nord et en Europe , les consortiums VISA et MASTERCARD dominent le marché de la carte bancaire. A leur origine, les réseaux de cartes bancaires sont des émanations des banques, qui en sont les actionnaires majoritaires. Le succès de la carte bancaire en tant que moyen de paiement est dû à plusieurs facteurs : - L’autorisation de paiement : lorsque le commerçant demande une autorisation de paiement, il obtient la réponse immédiatement sur son terminal. En quelques secondes, il effectue un paiement sûr avec réponse de la banque. - Un paiement sécurisé : avec l’utilisation des de la puce EMV et du code pin en proximité , ou de l’utilisation du protocole 3D Secure lors d’un paiement en ligne, le commerçant bénéficie du transfert de la responsabilité vers la banque du porteur en cas de fraude. - La rapidité du paiement : en proximité, l’usage du code PIN évite au commerçant la vérification d’identité, un paiement par carte s’effectue en quelques secondes, assurant ainsi une meilleure fluidité en caisse. - La gestion automatisée : le paiement par carte et l’encaissement en banque sont entièrement automatisés, la télétransmission des remises s’effectue à intervalles réguliers, déterminés par le commerçant. Le commerçant diminue le montant des valeurs en caisse. - La simplicité apparente : le facteur principal du succès de la carte est l’inter-opérabilité : les réseaux VISA et MASTERCARD sont dominants ( 99 % des porteurs ) , et les terminaux des commerçants acceptent les deux types de cartes , sans distinction apparente.
  49. 49. Benoit Boutry 49/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Ces facteurs ont contribué à l’usage généralisé de la carte dans tous types de commerces quel que soit le montant. Ce dernier facteur, l’inter-opérabilité, est le plus important : l’utilisation d’un structure commune au moment de l’acquisition chez le commerçant, du terminal jusqu’à la banque du commerçant , puis l’interconnexion des réseaux de compensation par les banques pour transporter le paiement jusqu’à la banque du payeur ont permis aux réseaux VISA et MASTERCARD d’imposer la carte comme moyen de paiement universel. La carte est le moyen de paiement le plus rentable pour les banques, en France, il génère un bénéfice de 2,6 milliards pour les banques, à comparer au coût de 2,5 milliards supporté par les banques pour les chèques.25 Les coûts du paiement par carte sont répartis sur l’ensemble des acteurs : le porteur paie une cotisation annuelle, le commerçant paie une commission proportionnelle au montant de la transaction. Outre la marge de la banque , cette commission proportionnelle contient une commission d’interchange qui est le fondement du paiement par carte. La commission d’interchange est une commission proportionnelle au montant de la transaction versée par la banque du commerçant à la banque du titulaire de la carte. Le montant de cette commission est déterminée par le réseau de carte ( Visa ou Mastercard ) en fonction du type de la carte , plus la carte est haut de gamme , plus le montant de la commission d’interchange est élevé. Ce système de rémunération pousse donc les banques à promouvoir l’usage de la carte et à proposer des cartes haut de gamme à leur clients. Le taux de la commission d’interchange est très variable d’un pays à l’autre, selon le type de carte , et selon le caractère national ou international du paiement. En France, ce taux varie de 0.3 % pour une transaction nationale CB à 1,5 % pour une carte étrangère dans les réseaux Visa ou Mastercard. Au moment du paiement, le commerçant ne connaît pas le montant de la commission, par l’effet de cette commission sur sa marge, il fait donc supporter à l’ensemble de ses clients une commission moyenne. La Commission Européenne considère que ce mode de rémunération entre les banques est anti concurrentiel et est supporté par les consommateurs par son impact sur les prix. La Commission Européenne a donc poursuivi les réseaux Visa et Mastercard pour ces pratiques, le résultat de cette investigation est une proposition de règlement de la commission d’interchange publiée en Juillet 2013. 25 Rapport2012 de la Banque de France sur l’avenir des moyens de paiements http://bit.ly/17iHaIh
  50. 50. Benoit Boutry 50/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Ce règlement va limiter la commission d’interchange à 0.2% pour les cartes de débit et à 0.3% pour les cartes de crédits pour une transaction effectuée à l’intérieur de l’espace européen de paiement. Selon la commission européenne, au contraire de l’avis des banques, cette règlementation va conduire au développement de la carte, dans les pays où son taux de pénétration est encore faible, 60 % des européens n’ayant pas encore de carte bancaire. Afin d’assurer la transparence et d’augmenter la concurrence entre les réseaux de carte bancaire, le montant de la commission d’interchange devra figurer sur le relevé de compte du commerçant. Ceci permettra au commerçant de sélectionner les cartes qu’il accepte. Le paiement par carte est un exemple de modèle à 4 coins. Il fait intervenir quatre acteurs : le commerçant, le client, la banque du commerçant, la banque du client. Le client La banque du client La banque du commerçant Le commerçant 1 – Effectue un paiement 2 - Télécollecte 3 - Compensation - Règlement 4 - Informe le client (extrait de compte)
  51. 51. Benoit Boutry 51/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne Ce modèle à quatre coins permet l’inter-bancarité, c’est-à-dire que les banques assurent les échanges entre le commerçant et le client. Ces échanges sont rendus possibles par l’utilisation de standards communs, et par l’interconnexion des réseaux de compensation pour le règlement des paiements. Au cours de l’étape 1 , le commerçant utilise le réseau bancaire pour obtenir l’autorisation de paiement de la banque de l’acheteur, ceci se fait en quelques secondes , au moment de la transaction. L’étape 2 est enclenchée automatiquement par le terminal du commerçant , qui remet à son banquier l’ensemble de ses transactions. L’étape 3 est la compensation, c’est-à-dire l’échange des paiements entre les différentes banques, sur plusieurs réseaux, en fonction de la marque du réseau de carte, et des respectifs du commerçant et du client. L’étape 4 est le débit du compte du client par sa banque. C’est la construction de ce modèle à quatre coins et l’utilisation des infrastructures communes par les banques qui ont permis à la carte de s’imposer comme moyen de paiement auprès des particuliers. Les principales faiblesses du modèle créé par la carte bancaire sont : - la divulgation du numéro de carte aux commerçants, et donc le risque de vol des coordonnées bancaires, et donc la fraude à la carte bancaire. - l’allongement du tunnel de conversion lors d’un achat sur internet et donc l’augmentation du risque d’abandon lors du paiement. - la difficulté de saisir un numéro de carte sur les terminaux mobiles Les portefeuilles électroniques dits aussi wallets pallient à ces inconvénients. 6.2 Les wallets 6.2.1 Wallet : Le stockage des données du compte Plutôt que de divulguer ses coordonnées banques aux commerçants, le client peut choisir de les confier à un tiers de confiance. Au moment du règlement, la sécurité du paiement sera assurée par le fournisseur du wallet, soit en authentification simple par mot de passe, soit par authentification renforcée utilisant un moyen complémentaire. Avantages pour le commerçant : - Réduire le tunnel de conversion : le client n’a plus à entrer ses coordonnées bancaires
  52. 52. Benoit Boutry 52/85 Thèse professionnelle MCI 2013 Le paiement en ligne - Réduction de la fraude : par l’utilisation d’un wallet, en fonction du contrat entre le commerçant et le fournisseur du wallet, le commerçant peut confier une partie de la gestion de la fraude. De plus l’utilisateur s’étant déjà pré-identifié dans le wallet, il est déjà connu. - Transactions plus faciles sur le mobile. Inconvénient pour le commerçant - L’achat est effectué en mode « Card Not Present », c’est-à-dire qu’il n’y a pas de transfert de responsabilité vers la banque du porteur en cas de fraude. Le commerçant doit vérifier son contrat avec le fournisseur du wallet pour savoir qui du commerçant ou du fournisseur du wallet supportera la fraude. Avantages pour le client : - Le stockage des données du compte : il ne doit plus entrer ses données, elles sont conservées dans un espace sécurisé - Le client peut choisir par avance ou au moment du paiement, le mode de paiement qu’il préfère utiliser : la carte de sa banque, ou la carte du magasin , ou tout autre mode de paiement qui lui serait proposé. En effet beaucoup de client possèdent plusieurs cartes. Ce choix peut être influencé par des avantages offerts par le commerçant, en termes de fidélisation ou de réductions de prix. - A terme nous pouvons imaginer que le smartphone remplacera le support plastique de la carte, et que le client n’aura plus à rechercher celle-ci dans son portefeuille où à s’inquiéter de sa présence. En effet, le smartphone devient le device dont on ne se sépare jamais, on retourne chez soi lorsque on l’oublie. Le smartphone pourra remplacer le portefeuille. - Le client pourra utiliser le même mode de paiement quel que soit le type d’achat, sur internet et dans le magasin physique, et remplacer la monnaie et les billets par un paiement avec le mobile. Les solutions pérennes sont celles qui permettront ces facilités . Inconvénients pour le client : - Le client ne sait pas avant son achat si son mode de paiement sera accepté par le commerçant. - Chez le commerçant, lorsque ce mode de paiement est proposé, payer avec son mobile est plus long que de sortir la carte et faire son code pin. Le paiement sans contact NFC commence à être diffusé en France , plusieurs millions de cartes NFC sont déjà en circulation, , mais chez les commerçants équipés , il n’est pas proposé, et sa mise en œuvre est problématique ( absence de support ). - La multiplication des solutions de paiement mobile crée de la confusion.

×