OLIVIER BESSON - PORTFOLIO | 1
CURRICULUM VITAE
OLIVIER BESSON
UX DESIGNER
10 YEARS EXPERIENCE
27 SUCCESSFULL PROJECTS
125...
CURRICULUM VITAE
2 | OLIVIER BESSON - PORTFOLIO
OLIVIER BESSON - 35
UX DESIGNER & SENIOR WEB ENGINEER
24 rue de Verneuil 7...
OLIVIER BESSON - PORTFOLIO | 3
SKILLS
MANAGEMENT
4 graphists team management
/ / 2 Web developers, 1 Print designer, 1 Mot...
4 | OLIVIER BESSON - PORTFOLIO
PORTFOLIO
UX DESIGN : PROJECT KOESIO
Guarantees SaaS Service // Java JEE, Tapestry, Bootstr...
OLIVIER BESSON - PORTFOLIO | 5
PORTFOLIO
FICHE D’UNE
CAUTION
Edition des
caractéristiques
et définition de
propriétés
comp...
6 | OLIVIER BESSON - PORTFOLIO
PORTFOLIO
UX DESIGN : PROJECT INSITO - FINANCE ACTIVE
Interest risk management SaaS Service...
OLIVIER BESSON - PORTFOLIO | 7
PORTFOLIO
GUIDELINE WEB
CHARTE
GRAPHIQUE ZONING
Le zoning permet de replacer chacun des cad...
8 | OLIVIER BESSON - PORTFOLIO
PORTFOLIO
UX DESIGN : PROJECT KI FINANS - KOMMUNINVEST
Debt management SaaS Service // Java...
OLIVIER BESSON - PORTFOLIO | 9
PORTFOLIO
10 | OLIVIER BESSON - PORTFOLIO
MARKETING DESIGN
© Reproduction in full or partial images of this file is prohibited.
All ...
OLIVIER BESSON - PORTFOLIO | 11
PERSONAL WORK
DESIGN & EDITORIAL : MOTS D’IMAGES MAGAZINE
Visual art and photography magaz...
OLIVIER BESSON - PORTFOLIO
CONTACT
OLIVIER BESSON - 35
UX DESIGNER & SENIOR WEB ENGINEER
24 rue de Verneuil 75007 Paris
Ph...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Olivier Besson Portfolio

556 vues

Publié le

Publié dans : Design
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
556
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Olivier Besson Portfolio

  1. 1. OLIVIER BESSON - PORTFOLIO | 1 CURRICULUM VITAE OLIVIER BESSON UX DESIGNER 10 YEARS EXPERIENCE 27 SUCCESSFULL PROJECTS 1256 PROTOTYPES 3246 ILLUSTRATIONS 1 PORTFOLIO
  2. 2. CURRICULUM VITAE 2 | OLIVIER BESSON - PORTFOLIO OLIVIER BESSON - 35 UX DESIGNER & SENIOR WEB ENGINEER 24 rue de Verneuil 75007 Paris +33 (0)6 73 87 96 56 besson.olivier@gmail.com I develop new front-end technologies, functionalities, and experiences for both planned and existing SaaS products in an agile product development environment for a financial company. I work in a constant communication with product owners and Scrum masters. I provide high fidelity level and usable prototypes directly integrable and tested. I manage user experience for 7 Financial SaaS products with more than 2 600 subscribed clients companies. Those solutions have to provide a high quality service to financial deci- sion makers in Financial Risk management. Client fidelity rate is 96%. Now 2 words about me: easy going. One more? enthusiastic! UX DIRECTOR - FINANCE ACTIVE 2006 FROM TODAY / 4 GRAPHISTS TEAM MANAGEMENT Finance active is an innovative company that combines financial expertise and the latest technology in order to provide a high quality service to financial decision makers. / / Head of graphic design for online services and marketing support for France and abroad (Germany, Spain, Italy, Belgium, Switzerland) / / Project leader for company website, platform management jobs and the intranet / / UX Director and scrum Master for New Business Activity: New foreign exchange risk management web solution. New web solution to manage financial investments, devel- oped with a team based in India. MARKETING & MEDIA DESIGNER - FINANCE ACTIVE 2002 – 2006 / / Designer and ergonomist for debt management solution / / Head of production of marketing materials business / / Development of the client-side framework via J2EE and Struts maven JUNIOR ENGINEER - IUP MIAGE- ORANGE 2000 – 2002 / / Multimedia designer and integrator of web marketing materials GRADUATES ENGINEER MIAGE - DESS IUP PARIS XII IN 2002 MIAGE : Mathematic and Informatic Applicated to Company Management MASS LICENSE Mathematics applicated to social science – PARIS XII in 1999
  3. 3. OLIVIER BESSON - PORTFOLIO | 3 SKILLS MANAGEMENT 4 graphists team management / / 2 Web developers, 1 Print designer, 1 Motion designer Project leading / / Scrum Master WEB ENGINEERING / / Development Front-end : Javascript, Jquery, Tapestry,JAVA JEE, JSF, PHP, ASP, XML,XSD / / Web design : Html 5, Prototypes, Bootsrtap, PURE, YUI Library / / Web integration : Wordpress, Joomla, Drupal, Xwiki / / CSS : Sass, Less / / Font Icons : Fontello / / Multimedia Development : Flash, ActionScript, Pdf / / Project Contribution : Tapestry Jquery, SEMANTIC UI FrameWork, Block UI UX DESIGN / / Prototypes : Omnigraffle, Balsamiq / / Lean UX : card sorting, affinity mapping, personas, navigation patterns, search patterns, content strategy DESIGN WEB / / Web guidelines : Photoshop, Illustrator / / emailing : Html, CSS PRINT / / Magazines, Boolklets : Indesign / / Flyers : Photoshop, Illustrator VIDEO / / video editing : Premiere, After effects PERSONAL PROJECT PHOTO MAGAZINE / / visual art and photography magazine : http://www.facebook.com/motsdimagesmagazine // ENGLISH SPEAKING AND WRITING // 5 YEARS EXPERIENCE OF AGILE PROJECT //EXPERT WITH ALL DESIGN SOFTWARE
  4. 4. 4 | OLIVIER BESSON - PORTFOLIO PORTFOLIO UX DESIGN : PROJECT KOESIO Guarantees SaaS Service // Java JEE, Tapestry, Bootstrap http://koesio.financeactive.com TIERS NAVIGATION DANS LE SERVICE ACCUEIL SE CONNECTER MOT DE PASSE PERDU TABLEAU DE BORD CAUTIONS CALENDRIER REPORTING PROPRIETESSOCIETES UTILISATEURS RECHERCHE FICHE CAUTION Caractéristiques Contres-garanties Frais financiers Evénements Documents Commentaires GESTIONNAIRE DE COMPTE SITE-MAP EXAMPLE WIREFRAMING EXAMPLE
  5. 5. OLIVIER BESSON - PORTFOLIO | 5 PORTFOLIO FICHE D’UNE CAUTION Edition des caractéristiques et définition de propriétés complémentaires Définition des contres-garanties Edition des frais financiers et génération de l’échéancier Gestion des événements liés à la gestion de la caution Ajout de documents associés Ajout de commentaires Liste des modifications depuis la création
  6. 6. 6 | OLIVIER BESSON - PORTFOLIO PORTFOLIO UX DESIGN : PROJECT INSITO - FINANCE ACTIVE Interest risk management SaaS Service // Java JEE, XML, XSD http://insito.financeactive.com GUIDELINE WEB CHARTE GRAPHIQUE FRAME SET Le Frame-set décrit le principal layout des pages, en positionnant les grandes zones de navigation, les cadres et ids CSS, la marque mère et la marque du service. CONTEXTE Satistiques de résolution d’écran des utilisateurs de nos services du 01/09/2010 au 01/12/2010. 4:3 16:9 16:10 76% 3% 21% 800 * 600 1024 * 768 1280 * 1024 1400 * 1050 1600 * 1200 3% 9% 8%35%46% CONTRAINTE Les navigateurs utilisés par nos clients comportent différents composants ou barres de navigation imposants de réduire le cadre de 1024*768 à 960*600. Toutes les maquettes doivent respecter un cadre minimum de 960 * 600 pixels ! ZONETOUJOURSVISIBLESCROLLBAR Barre du haut (#header) Zone client (#compte) Identifiant client (#logo) Identifiant utilisateur (#utilisateur) Paramétrage compte (#parametrage) Menu transversal (#menu) Identifiant service (#serivce) Accès rubriques (#rubriques) Marque (#financeactive) Menu de navigation (#menu_navigation) Cadre principal (#main) Filtres globaux (#contexteVisualisation) Navigation (#navigation) Chemin de navigation (#arborescence) Exportation (#export) Titre principal (#titrePage) Contexte client (#usercontext) Restitution filtres globaux (#contexte) Filtre local (#filtre) Synthèse local (#synthese) Contenu principal (#content) Il est possible pour le contenu principal de déborder à droite! GUIDELINE WEB CHARTE GRAPHIQUE UNIT GRID PAGE PLEINE La Unit-grid utilise les principes du framework CSS «960 grid-system». Nous utiliserons ce système avec une grille de 30 colonnes. Ce système propose l’avantage de pouvoir passer facilement du positionnement figer en pixel au relatif en %. 950 182 758 246 246 246 374374 182 182 182 182 182 182 182 20% 20% 20% 20%20% 32 22 COLONNES 30 colonnes largeur : 32px marge : 10px 960px 600px LIGNES 30 lignes hauteur : 20px marge : 4px GUIDELINE WEB CHARTE GRAPHIQUE COLOR SET DOMINANCE DES COULEURS Il s’agit de représenter la perception globale des couleurs du site. #ffffff #ced9e5 #f7f7f7 #204c91 #133f85 #406ea1 #6589b5 #000000 #dfe4ea #2361b5 #eb810f #a62320 42% 17% 16% 11% 10% 8% 6% 6% 5% 4% 2% 2% GUIDELINE WEB CHARTE GRAPHIQUE COLOR SET Cartographie et thématique des couleurs du service. Couleurs spécifiques Fixe fort Fixe faible Variable faible Variable fort Level1 Level2 Level3 Level4 Formulaire Titre Ligne paire Ligne impaire Total Sous-total Tableau de bord Ligne impair Ligne pair Ligne surligné Couleurs du service Couleurs neutres Couleurs complé- mentaires Couleurs des rubriques transverses Tableau et formulaire Graphiques FRAME SET EXAMPLE UNIT GRID EXAMPLE COLOR SET EXAMPLE
  7. 7. OLIVIER BESSON - PORTFOLIO | 7 PORTFOLIO GUIDELINE WEB CHARTE GRAPHIQUE ZONING Le zoning permet de replacer chacun des cadres structurant les pages selon les unités de la grille choisie. 960px 600px Zone client (950*36 = 30 units) Menu transversal (950*56 = 30 units) Filtre de navigation (700*182 = 6 units) Chemin de navigation (758*16 = 24 units) Titre principal (758*36 = 24 units) Synthèse local (758*160 = 24 units) Contenu principal (758*inf. = 24 units) Menu de navigation (700*inf. = 6 units) Contexte de navigation (758*36 = 24 units) GUIDELINE WEB CHARTE GRAPHIQUE ZONING VS EYETRACKING Il s’agit de confronter le zoning aux principes de lecture des interfaces web. 31% 35% 10% 66% 61% 98% 83% 56% 42%33% 35% 47% Pourcentage de visiteurs ayant vu au moins 1 fois la zone Etude réalisé par Ipsos Médiangles auprès de plus de 1000 internautes et sur 30 pages web différentes EYETRACKING Les études ergonomiques des interfaces web révèlent les principes de lecture suivants : Un regard ne• permet de voir que 3% d’un écran d’ordinateur Lors du• déplacement de l’oeil, entre deux regards, aucune image n’est vue Un regard permet• de lire 15 lettres d’un coup dans un texte http://www.useit.com/ Jakob Nielsen GUIDELINE WEB CHARTE GRAPHIQUE ZONING VS CLICS Il s’agit de confronter le zoning aux statistiques de navigation rapportées par le service. Cartographie des points d’entrée sur Insito Statistiques provenant de phpMyVisites sur le dernier trimestre 2010 représentant un panel de 3800 utilisateurs abonnés à Insito France à ESSAYER HeatMap de PicNet GUIDELINE WEB CHARTE GRAPHIQUE ZONING VS NAVIGATION Il s’agit de confronter le zoning aux contraintes liées à la résolution des écrans. 800 1024 1280 1400 16000 600 768 1024 1050 1200 0 4:3 16:9 16:10ZONING EXAMPLE ANALYTICS EXAMPLE EYETRACKING EXAMPLE
  8. 8. 8 | OLIVIER BESSON - PORTFOLIO PORTFOLIO UX DESIGN : PROJECT KI FINANS - KOMMUNINVEST Debt management SaaS Service // Java JEE, Tapestry, Bootstrap http://kifinans.kommuninvest.se INFORMATION ARCHITECTURE EXAMPLE
  9. 9. OLIVIER BESSON - PORTFOLIO | 9 PORTFOLIO
  10. 10. 10 | OLIVIER BESSON - PORTFOLIO MARKETING DESIGN © Reproduction in full or partial images of this file is prohibited. All images are the exclusive property of Olivier Besson and his employer Finance active and assigns. Plus de 2 000 clients font confiance à Finance active pour un suivi dynamique au quotidien UN SUIVI CONTINU DE VOS PLACEMENTS www .financea ctive .com Le service interactif pour la gestion des placements Prise en charge de l’intégration de vos place- ments et du contrôle des gains financiers par une équipe d’accompagn ement spécialisée. Transmission des différents rapports financiers et comptables pour votre communication financière. Accès au journal des opérations réalisées et des évènements à venir. Conseil perm anen t sur les stratégies de sélection des produits avec votre consultant dédié. Mise à disposition de l’ensemble des tableaux de suivi et d’analyse du portefeuille, valorisés avec les marchés financiers. Suivi perm anen t des performances par rapport aux benchmarks ou objectifs définis. proposeauxinstitutionnels, aux bailleurs sociaux et aux entreprises une solution globale de gestion des placements finan- ciers. permet de suivre en continu la performance et le risque de votre portefeuille, et vous donne accès à une équipe de consultant reconnue. En parten ariat avec : VISUAL IDENTITY BRANDING CAMPUS | POUR IMPRESSION CAMPUS | POUR WEB LIEU : CONSEIL RÉGIONAL DE MARTINIQUE HÔTEL DE RÉGION RUE GASTON DEFERRE - CLUNY 92700 FORT DE FRANCE HORAIRES : 09H00 - 17H00 PLAN D’ACCÈS À VOTRE FORMATION POUR PLUS DE RENSEIGNEMENTS : MAIL : CAMPUS@FINANCEACTIVE.COM OU MLLE GUYONNE D’ALBIOUSSE AU : 01-55-80-74-13 Un temps d'avance Un temps d’avance www.financeactive.com Visuels du catalogue Campus Autres visuels utilisés dans le catalogue 2010 LES VISUELS | FINANCE ACTIVE | CAMPUS FONCE C25 M100 J100 N0 / R189 V18 B32 CAMPUS CLAIR C25 M100 J100 N0 / R189 V18 B32 CAM PUS FONC E C25 M100 J100 N0 / R189 V18 B32 LES SERV ICES LE LOG O + ACC ROC HE CAM PUS CLAI RC25 M100 J100 N0 / R189 V18 B32 FX’EN T FONC EC48 M100 J45 N50 / R89 V6 B25FX’EN T CLAI RC40 M100 J50 N30 / R124 V22 B69 INVIS EO CLAI RC60 M0 J17 N0 / R23 V96 B119 PREV ISIO CLAI RC47 M1 J17 N0 / R129 V205 B212 INVIS EO FONC E C91 M54 J39 N16 / R23 V96 B119 PREV ISIO FONC E C72 M12 J26 N0 / R50 V171 B186 PROF OLIO CLAI R C1 M38 J100 N0 / R248 V169 B28PROF OLIO FONC E C0 M76 J100 N0 / R248 V100 B34INSIT O CLAI RC100 M75 J100 N0 / R0 V84 B166 ALLIA NCE CLAI R C5 M100 J100 N1 / R223 V30 B38 INSIT O FONC EC100 M85 J32 N19 / R12 V57 B106 ALLIA NCE FONC E C35 M98 J96 N55 / R95 V12 B11 CAM PUS CLAI RC75 M58 J2 N0 / R81 V107 B170 PREM IO FONC EC90 M54 J24 N4 / R26 V106 B148 CAM PUS FONC E C100 M72 J12 N24 / R0 V64 B120 PREM IO CLAI RC50 M3 J5 N0 / R116 V200 B230 OR PANT ONE 873 C NOIR 100% Myria d Pro Semi-Bol d corp s 12 LES COU LEUR S | FINA NCE ACTI VE | Un temps d'avance Guide lineLogos www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com Un temps d’avance www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com Un temps d’avance www.financeactive.com Un temps d’avance www.financeactive.com Un temps d’avance www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com Un temps d’avance www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com www.financeactive.com www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE Un temps d’avance www.financeactive.com Un temps d’avance Art Director PRINT CatalogsBoocklet Magazines Prise en charge de l’intégration des emprunts, de l’interface avec vos logiciels et du contrôle des frais financiers par une équipe d’accompa- gnement spécialisée. Réactivité et expertise Finance active lors de vos consultations bancaires. Accès aux outils de cotation et de simulation permettant de construire des scenarios et de prendre facilement les meilleures décisions. Transmissiondesdifférentsétatsdedetteetdes rapports d’audit pour votre communication financière. Alertes proactives sur les opportunités liées à vos emprunts pour optimiser vos frais financiers. Plus de 1 000 clients du secteur public local font confiance à Finance active pour le suivi dynamique de leur dette UN SUIVI DYNAMIQUE DE LA DETTE Mise à disposition de l’ensemble des tableaux de suivi de la dette, valorisés avec les marchés financiers et comparés aux données moyennes des Collectivités. Conseil permanent sur les stratégies de gestion de la dette avec votre consultant dédié. insito apporte aux décideurs territoriauxuneréponsecomplète de suivi en ligne de la dette et de conseil personnalisé. insito permet un accès permanent et actualisé aux données de vos emprunts et met à votre disposi- tion une équipe de consultants reconnue, spécialisée par secteur d’activité. www.financeactive.com Le service de référence pour une gestion active de la dette www .financea ctive .com Plus de 200 clients font confiance à Finance active pour la construction de leur prospective fournit aux responsables financiers des Collectivités locales une solution performante d’analyse et de prospective financière. met à votre dispositionuneéquipede consul- tants dédiés et un logiciel en ligne convivial pour piloter vos engagementsfinanciers. UNE AIDE PRÉCIEUSE À LA STRATÉGIE FINANCIÈRE Présentation de l’ensemble des indicateurs financiers résultant de vos différentes stratégies Miseàjourdirectedevotreprofild’extinction de la dette valorisé aux taux de marché via notre solution Insito Priseenchargedel’intégration initialedescomp- tesadministratifssur3anspourlarétrospective financière et de l’actualisation annuelleConstitution d’une bibliothèque de scenarios illustrés du rapport d’analyse spécifique Assistance permanente pour la construction de vos différentes hypothèses avec votre consultant dédié Mise à disposition à tout moment d’un rapport d’analyse de votre rétrospective et de votre prospective au fil de l’eau La solution des collectivités pour la prospective financière pa ge | Av ril 20 10 6 OB SER VA TOI RE FIN AN CE AC TIV E DE LA DET TE © Finan ce activ e Toute repro duct ion, mêm e parti elle, est inter dite 1 ÈRE PA RT IE | LA GE ST IO N DE LA DE TT E EN 20 09 La So cié té Gé né ra le s’a ffi rm e co mm e pa rte na ire inc on - to ur na ble du se cte ur de la sa nt é ; BP CE re nf or ce sa po si- tio n au pr ès de s Co lle cti vit és loc ale s En tre les « qu atr e gra nd s », la hié rar ch ie a été bo us cu lée au co urs de l’a nn ée 20 09 . La So cié té Gé né ral e s’e st no tam me nt im po sé e co mm e un pa rte na ire inc on tou rna ble du se cte ur ho sp ita lie r (av ec 33 à 35 % de s no uv ea ux em pr un ts an aly sé s). Du cô té de s Co lle cti vit és et da ns un co nte xte où le lea de r, De xia , res tai t fra gil e, le no uv ea u gro up e co ns tit ué pa r les Ca iss es d’E pa rgn eet les Ba nq ue sPo pu lai res (BP CE )aren for cé sa po sit ion (27 à 29 % de s no uv ea ux em pr un ts) . Le gro up e Cr éd it Ag ric ole et la So cié té Gé né ral e on t eu x su s’a ffir me r po ur riv ali se r av ec De xia . Il es t en fin à no ter qu e la Ba nq ue eu rop ée nn e d’i nv es tis se - me nt (BE I) et la Ca iss e de s dé pô ts et co ns ign ati on s (CD C) on t ass uré de s pa rts no n né gli ge ab les de s prê ts 20 09 : de 6 à 7% po ur la BE I au prè s de s Éta bli sse me nts pu bli cs de san té et de 4 à 5% po ur la CD C au prè s de s Co lle cti vit és. La po ssi bi- lité do nn ée à la BE I d’o ffr ir de s fin an ce me nts d’i nfr ast ruc tur e ho sp ita liè re ou la pro lon ga tio n de s fin an ce me nts off ert s pa r la Ca iss e de s dé pô ts au x Co lle cti vit és jus qu ’au dé bu t de l’a n- né e 20 09 ex pli qu en t no tam me nt ce tte pré se nc e. Que ls em pr un ts les Co lle ctivité s et les Ét ab lis se men ts pu bl ics de sa nt é on t-ils pr ivilé gié en 20 09 ? Au cu n pr od uit co mp lex e so us cri t en 20 09 Da ns un co nte xte de pr ud en ce ac cru e et de sim pli fic ati on de l’o ffr eba nc air e, les em pr un teu rs pu bli cs loc au xon tem pr un té ma ssi ve me nt av ec de s pro du its cla ssi qu es. C’e st ain si 93 % de s prê ts so us cri ts qu i l’o nt été à tau x fix e sim ple (su r la du rée tot ale ou su r du rée pa rti ell e) ou à tau x va ria ble Eo nia ou Eu ri- bo r (G rap hiq ue s 3 et 4). Qu e ce so it su r l’éc he lle de ris qu e Fin an ce ac tiv e ou da ns le ca dre de la Ch art e de bo nn e co nd uit e, c’e st do nc la qu asi - tot ali té de s em pr un ts né go cié s en 20 09 qu i ne pré se nte pa s de ris qu e de str uc tur e : su r l’éc he lle Fin an ce ac tiv e, tau x fix e et tau x va ria ble so nt en eff et cla ssé s en ris qu e 1 qu an d ils ren tre nt da ns la ca se 1A de la ma tri ce de la Ch art e de bo nn e co nd uit e.Le co nte xte de ma rch é, av ec de sniv ea ux de tau xd’i nté rêt trè s ba s (se rep or ter à la Pa rti e 4 co ns ac rée au x Ma rch és en 20 09 ) a san s do ute fav ori sé ce tte ten da nc e. Le s 7% de s em pr un ts né go cié s res tan ts l’o nt été en tau x fix e an nu lab le ou en tau x fix e à ba rri ère (1, 5 su r 5 su r l’éc he lle Fin an ce ac tiv e), so it pré se nta nt un niv ea u de ris qu e ne dé pa ssa nt pa s 1E da ns le ca dre de la Ch art e de bo nn e co nd uit e – les so us -ja ce nts su r les em pr un ts à tau x fix e à ba rri ère so nt en eff et ex clu si- ve me nt de s tau x d’i nté rêt de la zo ne eu ro. Le s pro du its ain si so us cri ts so nt de s pro du its d’o pt im isa tio n, au ris qu e me su ré et ma îtr isé . GR AP HI QU ES 3 ET 4 CO LL EC TIV ITÉ S LO CA LE S ET ÉT AB LIS SE ME NT S PU BL IC S DE SA NT É N’ ON T PA S SO US CR IT DE PR OD UI TS CO MP LE XE S TAU X D’I NT ÉRÊ T SU R LES CR ÉD ITS EN 200 9 : CO LLE CT IVIT ÉS LO CA LES (EN % DU MO NTA NT TO TAL ) 36% Tau x fixe 45% Tau x vari able 4% Tau x fixe ann ulab le 3% Tau x fixe à bar rièr e 12% Tau x fixe deu x pha ses Var iab le Fix e TAU X D’I NT ÉRÊ T SU R LES CR ÉD ITS EN 200 9 : ÉTA BLI SSE ME NT S PU BLI CS DE SA NT É (EN % DU MO NTA NT TO TAL ) 45% Tau x fixe 33% Tau x vari able 4% Tau x fixe ann ulab le 3% Tau x fixe à bar rièr e 15% Tau x fixe deu x pha ses Var iab le Fix e Sou rce :Obs erva toire Fina nce activ ede la dett e Au cu n pr od ui t co m pl ex e so us cr it en 20 09 2ÈME PARTIELA DETTE DES COLLECTIVITÉS LOCALES AU 31 DÉCEMBRE 2009 MéthodologieL’Ob serv atoir e Fina nce activ e de la dett e 2010 est cons truit au 31 déce mbr e 2009 sur un pane l d’un peu plus de 1 000 Colle ctivi tés loca les, repr ésen tant un enco urs de dett e tota l de 75,2 milli ards d’eu ros, pour près de 35 000 ligne s d’em prun t. Dan s la suit e de l’étu de prés enté e ci-ap rès, il sera fait réfé renc e aux Coll ectiv ités suiv ante s : Régio ns Dépa rtem entsCom mun es et EPCI de plus de 100 000 habit ants Com mun es et EPCI de plus de 50 000 habit ants Com mun es de plus de 20 000 habit ants et EPCI de moin s de 50 000 habit ants Com mun es de plus de 10 000 habit ants Com mun es de moin s de 10 000 habit ants SDIS . RÉPA RTITI ON PAR TYPE DE COLL ECTIV ITÉ : EN % DE L’ENC OURS TOTA L DU PANE L FINAN CE ACTIV E OBSERVATOIRE FINANCE ACTIVE DE LA DETTE 18% Région s 26% Dépar tement s 27% Commu nes et EPCI de plus de 100 000 hab. 11% Commu nes et EPCI de plus de 50 000 hab. 10% Commu nes de plus de 20 000 hab. et EPCI de moins de 50 000 hab. 4% Commu nes de plus de 10 000 hab. 3% Commu nes de moins de10 000 hab. 1% SDIS 1,6% Empru nts en devise9,6% Taux fixe annula ble 17,3% Produi ts de pente 6,3% Produi tsde courbe 19,1% Produi tsde change 8,3% Autres struc tures 26,5% Barrièr e sur taux euro 11,3% Barrièr e sur index hors zone euro 77,8% Risque 1 1,0% Risque ]2;3] 6,7% Risque ]3;4] 5,2% Risque ]4;5] 9,3% Risque ]1;2] 40,4% Taux fixe fort 21,9% Taux fixe faible 32,6% Taux variabl e fort 5,1% Taux variabl e faible 40,0% Taux fixe fort 20,8% Taux fixe faible 34,7% Taux variabl e fort 4,5% Taux variabl e faible Variab le Fixe Variab le Fixe 77,7% Risque 1A 8,8% Risque ]2C;5E] 6,3% Hors char te 7,2% Risque ]1A;2C ] Avril 2010 | www.financeactive.com | L’OBSERVATOIRE FINANCE ACTIVE MEDIA OBSERVATOIRE FINANCE ACTIVE DE LA DETTE 2010 PRÉSENTATION & ANALYSE DE LA DETTE AU 31 DÉCEMBRE 2009 COLLECTIVITÉS LOCALES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTÉ WEB DESIGN Corporate Web site E-commerce Newsletter Olivier BessOn BOOK page | Numéro-14 | Décembre 20096 La classification des structurés renforce la transparence du risque de la dette EXPERTISE Depuis mi-2008, l’exposition médiatique de la dette territoriale soulignant le recours abusif de certaines Collectivités aux emprunts structurés a rendu nécessaire un travail d’inventaire et de valorisation. Pour améliorer la transparence et faciliter la production de documents d’information financière, le projet de Charte de bonne conduite souhaite proposer aux Collectivités une classification selon le type de risque et interdire les indexations les plus périlleuses. Depuis plusieurs années, Finance active a mis en place une classification interne des risques que nous mettons à votre disposition dans nos différents rapports d’audit de la dette. Le tableau, présenté ci-dessous, dresse une comparaison des deux approches, qui fournissent sans surprise des conclusions similaires. Risque de structure Equivalent Taux fixe, taux variable standard, swap vanille, variable capé 1 1A Taux fixe à barrière sur Euribor 2A Taux fixe à barrière sur index étranger, taux fixe annulable au gré de la banque 4B 1C Barrière sur écart entre inflation européenne et inflation française, composition de taux variables avec coefficients 2E 3D Taux fixe avec une vente multiple d’options vanilles 1E Barrière sur écart de taux de zones monétaires différentes (« produit de courbes »), barrière sur écart taux long taux court (« produit de pente ») 4E 3E Barrière sur taux de change, produit cumulatif (snowball) 6B 1F / 4F 1 1,5 2 3 5 4 3,5 Finance active vous propose de réaliser au 31/12 un audit complet de votre dette repre- nant les différentes classifications du risque (Finance active et projet de Charte de bonne conduite). Vous bénéficiez ainsi d’une vision précise de votre exposition et d’une prospecti- ve en termes de frais financiers. Ce travail d’ana- lyse est doublé d’un plan d’actions stratégiques qui vous oriente vers les stratégies financières les plus adaptées. Enfin, c’est un outil compara- tif qui vous positionne grâce à notre Observa- toire de la dette par rapport aux autres Collecti- vités ou Établissements de santé de votre strate. Parlez-en à votre consultant dédié. 1. Préconisations de la Charte de bonne conduite : 2. Classification Finance active des risques F E D C B A 1 2 3 4 5 6 1 2 2 2 3 3 3 5 5 5 4 4 4 Risquedestructure Risque sous-jacent Risque faible Risque élevé MISE EN APPLICATION © Finance active - 2009 Page 1/19 www.financeactive.com RAPPORT D’AUDIT DE LA DETTE 30 novembre 2009 Date de génération : 05/10/09 Synthèse de votre dette Vous avez 30 emprunts répartis auprès de 7 établissements prêteurs. Les produits de couverture ont été contractés auprès de 2 salles de marché. Actuellement, vous avez 5 contrats revolving et 5 contrats de swap. Votre dette globale est de : 127 141 438 € Son taux moyen (swap Compris) s'élève à : 3.55 % Son taux moyen (hors swap) s'élève à : 3.32 % Sa durée résiduelle moyenne est de : 12.31 ans Sa durée de vie moyenne est de : 6.71 ans Conditions de marché Au jour de l'analyse, les conditions de taux relevés sur les marchés sont : Eonia 0.34 % Euribor 3 M 0.75 % Taux 5 A 2.68 % T4M 0.36 % Euribor 6 M 1.02 % Taux 10 A 3.43 % TAM 1.44 % Euribor 12 M 1.24 % Taux 15 A 3.81 % Courbe des taux EUR L’Audit stratégique de la dette ou comment détecter risques et opportunités FINANCE ACTIVE MEDIA Le rapport indispensable de valorisation de vos structurés Risque de structure Equivalent Taux fixe, taux variable standard, swap vanille, variable capé 1 1A Taux fixe à barrière sur Euribor 2A Taux fixe à barrière sur index étranger, taux fixe annulable au gré de la banque 4B 1C Barrière sur écart entre inflation européenne et inflation française, composition de taux variables avec coefficients 2E 3D Taux fixe avec une vente multiple d’options vanilles 1E Barrière sur écart de taux de zones monétaires différentes (« produit de courbes »), barrière sur écart taux long taux court (« produit de pente ») 4E 3E Barrière sur taux de change, produit cumulatif (snowball) 6B 1F / 4F Valorisk « Valorisk nous permet d’avoir la valorisation de nos emprunts structurés régulièrement, c’est un réel outil de communication financière en interne. Cela nous permettra de réaménager certains emprunts dès que les conditions seront favorables. » M. BOURGETEAU VILLE DE CAGNES SUR MER DIRECTEUR FINANCIER TÉMOIGNAGE ŒIL D’EXPERT Crise et construction de zéro coupon Avant la crise des subprimes de 2007, les taux d’intérêt cotés sur les marchés financiers présentaient une certaine consistance entre eux : l’absence d’opportunité d’arbitrage était respectée. Cette consistance permettait de construire une courbe zéro coupon bien définie en utilisant simultanément des techniques de bootstrapping et d’interpolation. Cette courbe zéro coupon permettait de calculer les forwards d’Euribor 1M, 3M, 6M, 12M. Depuis la crise, cette consistance n’est plus observable sur les marchés financiers. Plusieurs arguments ont été évoqués pour expliquer ce phénomène, entre autres le risque de liquidité et de contrepartie. La conséquence sur les marchés de taux est la suivante : les taux Euribor qui étaient considérés jusque là comme des taux sans risque sont devenus graduellement plus risqués dès lors que leur périodicité augmente (un Euribor 12M étant plus risqué qu’un Euribor 3M par exemple). Utiliser une seule zéro coupon pour construire tous les forwards d’Euribor n’est plus en concordance avec le marché et avec cette notion de risque. Dans ce nouveau contexte, la valorisation des produits de taux comme les swaps doit être repensée avec précaution. L’approche suivie dans les salles de marché consiste à construire une zéro coupon par tenor. Pour chaque tenor, on utilise uniquement des instruments ayant pour sous-jacent le tenor en question. ZOUHAIR LAARAICHI QUANT MODELLER Finance active vous propose des rapports de valorisation de vos produits structurés, classés par type de risque et détaillant leurs valeurs historiques et anticipées aux prix de marché. Valorisk vous permet ainsi de connaître et de mesurer vos risques. L’objectif est de mieux maîtriser vos frais financiers et de disposer d’éléments pour votre communication financière. EXEMPLE DE RAPPORT DE VALORISATION DE LA DETTE STRUCTURÉE MéDIA & VIDEO MAGAZINES Magazine Periodic VIDéOS Numéro-14 | Décembre 2009 | www.financeactive.com LE MAGAZINE FINANCE ACTIVE MEDIA DETTElPLACEMENTlPROSPECTIVE DU NOUVEAU POUR MIEUX VOUS ASSISTER DOSSIER La nouvelle organisation du Back-Office EXPERTISE La transparence en réponse aux risques des structurés TÉMOIGNAGE Le Conseil Général de la Vienne page | Numéro-14 | Décembre 20092 Ce magazine est édité par Finance active Numéro 14 - Décembre 2009 - Parution gratuite. Directeurs de la publication : Chloé de Villeneuve - Olivier Besson Conception graphique & rédactionnelle : Olivier Besson - Marie Detry-Marron Chloé de Villeneuve Ont collaboré à ce numéro : Didier Douieb - Zouhair Laaraichi Toute reproduction, même partielle, est interdite, sauf accord de Finance active. Crédits photos : Yuri Arcurs Ce document est imprimé sur du papier promouvant la gestion durable des forêts, et chez un imprimeur agréé Imprim’Vert. 46, rue Notre Dame des Victoires / 75002 Paris / Tél : 01 55 807 840 / Fax : 01 40 130 430 / RCS Paris B 430 479 378 / contact@financeactive.com / DOSSIER page 4-5 La nouvelle organisation du Back-Office EXPERTISE page 6-7 La transparence en réponse aux risques des structurés Œil d’expert : zéro coupon SERVICES page 8 Habitat Global Nouvelle version Inviseo FORMATION page 9 Finance active Campus : du nouveau pour 2010 ÉVÈNEMENT page 10 Rencontres Finance active : un rendez-vous incontournable Club Habitat Finance active : succès de la 8ème édition TÉMOIGNAGE page 11 Le Conseil Général de la Vienne FINANCE ACTIVE MEDIA Les attentes et les préoccupations de nos clients sont au cœur de notre action et de notre développement. À ce titre, malgré la crise financière, Finance active continue à investir massivement et engage plus de 20% de son chiffre d’affaires dans la R&D. Pour ses actions novatrices, elle est labellisée par le pôle de compétitivité mondial Finance Innovation. La mission de Finance active est de répondre au quotidien à toutes les problématiques de gestion financière de ses clients : gestion de la dette, prospective financière, gestion des placements, en apportant des réponses innovantes et à forte valeur ajoutée. Autres engagements essentiels de Finance active, l’attachement à construire avec ses clients une relation basée sur la proximité et le respect. C’est pourquoi nos équipes développent une véritable implication et une présence importante en région, organisant régulièrement des visites, des formations, des évènements... Respect de vos demandes, de nos valeurs et des équipes au quotidien, en témoigne la signature par Finance active de la charte de la diversité. À l’heure où les métiers des financiers territoriaux évoluent, Finance active offre aux Collectivités une réelle innovation technologique et des équipes de consultants engagés. Cette combinaison confère à Finance active une approche unique. PATRICE CHATARD DIRECTEUR GÉNÉRAL JACQUES DESCOURTIEUX DIRECTEUR GÉNÉRAL TO ÉDI MS2009-1 | Février 2009 Page 2 FINANCE ACTIVE MEDIA MARCHÉS RESTAURER UNE SITUATION D’ANTICIPATIONS FAVORABLE La fin de l’année aura multiplié les preuves de la contagion de la crise financière à l’économie. A l’échelle mondiale, c’est par exemple le ralentissement soudain de l’économie chinoise qui aura marqué les esprits : après une croissance de 9% au troisième trimestre, la performance du quatrième trimestre s’est avérée la plus mauvaise depuis 2001, à +6,8%, se traduisant par des fermetures d’usines et des revendications sala- riales dont l’économie chinoise est peu coutumière. A un niveau plus microéconomique, le déblocage, dans l’urgence, par le gouvernement français d’une enveloppe de 5 milliards d’euros destinée au financement des collectivités territoriales est symptomatique des risques que les difficultés des banques ont fait – et font toujours – courir sur l’économie nationale. Alors que 2008 aura été l’année d’une crise financière « historique », ses répercussions sur l’économie feront de 2009 l’année du ralentissement généralisé d’une économie mondiale qui connaît un « effondrement de la demande privée sans égal depuis la Grande dépression des années 301 . » A la fois rassurant et inquiétant, on passe désormais de l’« inconnu » que nous aura fait expérimenter l’innovation financière au domaine du « connu » de l’économie, où le recul de l’activité se traduit par la dégradation des carnets de commandes, le report des décisions d’investissement, l’augmentation du chômage,… Il nous semble, par conséquent, que les perspectives de taux d’intérêt seront, au moins jusqu’à la fin du premier semestre – où l’horizon pourrait, plutôt que s’éclaircir, du moins offrir davantage de lisibilité – avant tout guidées par les développements sur le front macroéconomique. A ce titre, la manière dont la Banque centrale européenne semble « naviguer à vue » depuis qu’elle a commencé à infléchir sa politique monétaire en octobre dernier est assez révélateur de l’incertitude qui caractérise encore l’environnement économique et financier et des risques qu’elle fait courir. Avant d’aborder la question de ces perspectives de taux d’intérêt et des problématiques propres aux maturités de court terme et de long terme, nous nous proposons de faire un tour d’horizon de la situation macroéconomique et des enjeux liés aux politiques économiques et à la restauration de la confiance dans le système financier. 1 Olivier Blanchard, Chef économiste du FMI in Bulletin économique du FMI : riposte à la crise financière – le FMI précise les contours d’une relance budgétaire mondiale, 29 déc. 2008 Marchés SOMMAIRE Marchés Stratégies Expertise | Analyse |Recommandation Février 2009MS2009-1 ÉDITO ___P.1 MARCHÉS : Restaurer une situation d’anticipations favorable ___P.2 Un ralentissement économique mondial qui se précipite… ___P.3 … et qui n’épargne pas la zone euro ___P.5 Un retour nécessaire à une situation d’anticipations favorable ___P.7 Perspectives de taux d’intérêt et macroéconomie : des taux longs bas jusqu’à ce que la reprise se dessine ___P.10 une situation économique appelant de nouvelles baisses de taux directeurs ___P.12 S’assurer la liquidité dans un contexte de marges toujours élevées ___P.15 STRATÉGIES : Orientations 2009 ___P.15 Arbitrage taux fixe/ taux variable : profiter des opportunités de fixation ___P.17 Stratégies « variable » : taux fixe deux phases et stratégies de tunnel ___P.18 Édito FINANCE ACTIVE MEDIAFINANCE ACTIVE MEDIA En ce début d’année 2009, les marchés continuent à être très agités, prenant conscience que la récession s’installe à l’échelle mondiale. Partout, les effets de la crise financière et son corollaire, le ralentisse- ment économique mondial, se traduisent par un effondrement de la demande privée « sans égal depuis la Grande dépression des années 30. » Face à cela, les politiques économiques – monétaire et budgé- taire – se font expansionnistes, cherchant à restaurer une situation d’anticipations favorable. Le risque étant de « faire trop peu, trop tard », il nous semble que la BCE sera amenée à abaisser ses taux directeurs de manière substantielle au cours du premier semestre. Dans la par- tie Marchés, nous analysons les aspects conjoncturels qui aujourd’hui semblent être les facteurs premiers déterminant les orientations des marchés de taux d’intérêt. Dans la partie Stratégies, nous nous proposons de dresser quelques conjectures sur ce que sera l’année à venir après une année 2008 qui aura été celle de tous les risques – risque de taux, risque de liquidité voire, à l’extrême, risque de contrepartie, etc. Que peut-on attendre en termes de possibilités de financement, de marges, etc. ? font par- tie des questions auxquelles nous tentons de répondre. Une fois ces questions posées, il convient de s’attacher à la question de la stratégie, l‘orientation dominante étant aujourd’hui à la « fixation ». Directeur de publication : Matthieu Collette Campus & Media Manager Olivier BessOn BOOK © Reproduction in full or partial images of this file is prohibited. All images are the exclusive property of Olivier Besson and his employer Finance active and assigns. page | Numéro-14 | Décembre 20096 La classification des structurés renforce la transparence du risque de la dette EXPERTISE Depuis mi-2008, l’exposition médiatique de la dette territoriale soulignant le recours abusif de certaines Collectivités aux emprunts structurés a rendu nécessaire un travail d’inventaire et de valorisation. Pour améliorer la transparence et faciliter la production de documents d’information financière, le projet de Charte de bonne conduite souhaite proposer aux Collectivités une classification selon le type de risque et interdire les indexations les plus périlleuses. Depuis plusieurs années, Finance active a mis en place une classification interne des risques que nous mettons à votre disposition dans nos différents rapports d’audit de la dette. Le tableau, présenté ci-dessous, dresse une comparaison des deux approches, qui fournissent sans surprise des conclusions similaires. Risque de structure Equivalent Taux fixe, taux variable standard, swap vanille, variable capé 1 1A Taux fixe à barrière sur Euribor 2A Taux fixe à barrière sur index étranger, taux fixe annulable au gré de la banque 4B 1C Barrière sur écart entre inflation européenne et inflation française, composition de taux variables avec coefficients 2E 3D Taux fixe avec une vente multiple d’options vanilles 1E Barrière sur écart de taux de zones monétaires différentes (« produit de courbes »), barrière sur écart taux long taux court (« produit de pente ») 4E 3E Barrière sur taux de change, produit cumulatif (snowball) 6B 1F / 4F 1 1,5 2 3 5 4 3,5 Finance active vous propose de réaliser au 31/12 un audit complet de votre dette repre- nant les différentes classifications du risque (Finance active et projet de Charte de bonne conduite). Vous bénéficiez ainsi d’une vision précise de votre exposition et d’une prospecti- ve en termes de frais financiers. Ce travail d’ana- lyse est doublé d’un plan d’actions stratégiques qui vous oriente vers les stratégies financières les plus adaptées. Enfin, c’est un outil compara- tif qui vous positionne grâce à notre Observa- toire de la dette par rapport aux autres Collecti- vités ou Établissements de santé de votre strate. Parlez-en à votre consultant dédié. 1. Préconisations de la Charte de bonne conduite : 2. Classification Finance active des risques F E D C B A 1 2 3 4 5 6 1 2 2 2 3 3 3 5 5 5 4 4 4 Risquedestructure Risque sous-jacent Risque faible Risque élevé MISE EN APPLICATION © Finance active - 2009 Page 1/19 www.financeactive.com RAPPORT D’AUDIT DE LA DETTE 30 novembre 2009 Date de génération : 05/10/09 Synthèse de votre dette Vous avez 30 emprunts répartis auprès de 7 établissements prêteurs. Les produits de couverture ont été contractés auprès de 2 salles de marché. Actuellement, vous avez 5 contrats revolving et 5 contrats de swap. Votre dette globale est de : 127 141 438 € Son taux moyen (swap Compris) s'élève à : 3.55 % Son taux moyen (hors swap) s'élève à : 3.32 % Sa durée résiduelle moyenne est de : 12.31 ans Sa durée de vie moyenne est de : 6.71 ans Conditions de marché Au jour de l'analyse, les conditions de taux relevés sur les marchés sont : Eonia 0.34 % Euribor 3 M 0.75 % Taux 5 A 2.68 % T4M 0.36 % Euribor 6 M 1.02 % Taux 10 A 3.43 % TAM 1.44 % Euribor 12 M 1.24 % Taux 15 A 3.81 % Courbe des taux EUR L’Audit stratégique de la dette ou comment détecter risques et opportunités FINANCE ACTIVE MEDIA Le rapport indispensable de valorisation de vos structurés Risque de structure Equivalent Taux fixe, taux variable standard, swap vanille, variable capé 1 1A Taux fixe à barrière sur Euribor 2A Taux fixe à barrière sur index étranger, taux fixe annulable au gré de la banque 4B 1C Barrière sur écart entre inflation européenne et inflation française, composition de taux variables avec coefficients 2E 3D Taux fixe avec une vente multiple d’options vanilles 1E Barrière sur écart de taux de zones monétaires différentes (« produit de courbes »), barrière sur écart taux long taux court (« produit de pente ») 4E 3E Barrière sur taux de change, produit cumulatif (snowball) 6B 1F / 4F Valorisk « Valorisk nous permet d’avoir la valorisation de nos emprunts structurés régulièrement, c’est un réel outil de communication financière en interne. Cela nous permettra de réaménager certains emprunts dès que les conditions seront favorables. » M. BOURGETEAU VILLE DE CAGNES SUR MER DIRECTEUR FINANCIER TÉMOIGNAGE ŒIL D’EXPERT Crise et construction de zéro coupon Avant la crise des subprimes de 2007, les taux d’intérêt cotés sur les marchés financiers présentaient une certaine consistance entre eux : l’absence d’opportunité d’arbitrage était respectée. Cette consistance permettait de construire une courbe zéro coupon bien définie en utilisant simultanément des techniques de bootstrapping et d’interpolation. Cette courbe zéro coupon permettait de calculer les forwards d’Euribor 1M, 3M, 6M, 12M. Depuis la crise, cette consistance n’est plus observable sur les marchés financiers. Plusieurs arguments ont été évoqués pour expliquer ce phénomène, entre autres le risque de liquidité et de contrepartie. La conséquence sur les marchés de taux est la suivante : les taux Euribor qui étaient considérés jusque là comme des taux sans risque sont devenus graduellement plus risqués dès lors que leur périodicité augmente (un Euribor 12M étant plus risqué qu’un Euribor 3M par exemple). Utiliser une seule zéro coupon pour construire tous les forwards d’Euribor n’est plus en concordance avec le marché et avec cette notion de risque. Dans ce nouveau contexte, la valorisation des produits de taux comme les swaps doit être repensée avec précaution. L’approche suivie dans les salles de marché consiste à construire une zéro coupon par tenor. Pour chaque tenor, on utilise uniquement des instruments ayant pour sous-jacent le tenor en question. ZOUHAIR LAARAICHI QUANT MODELLER Finance active vous propose des rapports de valorisation de vos produits structurés, classés par type de risque et détaillant leurs valeurs historiques et anticipées aux prix de marché. Valorisk vous permet ainsi de connaître et de mesurer vos risques. L’objectif est de mieux maîtriser vos frais financiers et de disposer d’éléments pour votre communication financière. EXEMPLE DE RAPPORT DE VALORISATION DE LA DETTE STRUCTURÉE MéDIA & VIDEO MAGAZINES Magazine Periodic VIDéOS Numéro-14 | Décembre 2009 | www.financeactive.com LE MAGAZINE FINANCE ACTIVE MEDIA DETTElPLACEMENTlPROSPECTIVE DU NOUVEAU POUR MIEUX VOUS ASSISTER DOSSIER La nouvelle organisation du Back-Office EXPERTISE La transparence en réponse aux risques des structurés TÉMOIGNAGE Le Conseil Général de la Vienne page | Numéro-14 | Décembre 20092 Ce magazine est édité par Finance active Numéro 14 - Décembre 2009 - Parution gratuite. Directeurs de la publication : Chloé de Villeneuve - Olivier Besson Conception graphique & rédactionnelle : Olivier Besson - Marie Detry-Marron Chloé de Villeneuve Ont collaboré à ce numéro : Didier Douieb - Zouhair Laaraichi Toute reproduction, même partielle, est interdite, sauf accord de Finance active. Crédits photos : Yuri Arcurs Ce document est imprimé sur du papier promouvant la gestion durable des forêts, et chez un imprimeur agréé Imprim’Vert. 46, rue Notre Dame des Victoires / 75002 Paris / Tél : 01 55 807 840 / Fax : 01 40 130 430 / RCS Paris B 430 479 378 / contact@financeactive.com / DOSSIER page 4-5 La nouvelle organisation du Back-Office EXPERTISE page 6-7 La transparence en réponse aux risques des structurés Œil d’expert : zéro coupon SERVICES page 8 Habitat Global Nouvelle version Inviseo FORMATION page 9 Finance active Campus : du nouveau pour 2010 ÉVÈNEMENT page 10 Rencontres Finance active : un rendez-vous incontournable Club Habitat Finance active : succès de la 8ème édition TÉMOIGNAGE page 11 Le Conseil Général de la Vienne FINANCE ACTIVE MEDIA Les attentes et les préoccupations de nos clients sont au cœur de notre action et de notre développement. À ce titre, malgré la crise financière, Finance active continue à investir massivement et engage plus de 20% de son chiffre d’affaires dans la R&D. Pour ses actions novatrices, elle est labellisée par le pôle de compétitivité mondial Finance Innovation. La mission de Finance active est de répondre au quotidien à toutes les problématiques de gestion financière de ses clients : gestion de la dette, prospective financière, gestion des placements, en apportant des réponses innovantes et à forte valeur ajoutée. Autres engagements essentiels de Finance active, l’attachement à construire avec ses clients une relation basée sur la proximité et le respect. C’est pourquoi nos équipes développent une véritable implication et une présence importante en région, organisant régulièrement des visites, des formations, des évènements... Respect de vos demandes, de nos valeurs et des équipes au quotidien, en témoigne la signature par Finance active de la charte de la diversité. À l’heure où les métiers des financiers territoriaux évoluent, Finance active offre aux Collectivités une réelle innovation technologique et des équipes de consultants engagés. Cette combinaison confère à Finance active une approche unique. PATRICE CHATARD DIRECTEUR GÉNÉRAL JACQUES DESCOURTIEUX DIRECTEUR GÉNÉRAL TO ÉDI MS2009-1 | Février 2009 Page 2 FINANCE ACTIVE MEDIA MARCHÉS RESTAURER UNE SITUATION D’ANTICIPATIONS FAVORABLE La fin de l’année aura multiplié les preuves de la contagion de la crise financière à l’économie. A l’échelle mondiale, c’est par exemple le ralentissement soudain de l’économie chinoise qui aura marqué les esprits : après une croissance de 9% au troisième trimestre, la performance du quatrième trimestre s’est avérée la plus mauvaise depuis 2001, à +6,8%, se traduisant par des fermetures d’usines et des revendications sala- riales dont l’économie chinoise est peu coutumière. A un niveau plus microéconomique, le déblocage, dans l’urgence, par le gouvernement français d’une enveloppe de 5 milliards d’euros destinée au financement des collectivités territoriales est symptomatique des risques que les difficultés des banques ont fait – et font toujours – courir sur l’économie nationale. Alors que 2008 aura été l’année d’une crise financière « historique », ses répercussions sur l’économie feront de 2009 l’année du ralentissement généralisé d’une économie mondiale qui connaît un « effondrement de la demande privée sans égal depuis la Grande dépression des années 301 . » A la fois rassurant et inquiétant, on passe désormais de l’« inconnu » que nous aura fait expérimenter l’innovation financière au domaine du « connu » de l’économie, où le recul de l’activité se traduit par la dégradation des carnets de commandes, le report des décisions d’investissement, l’augmentation du chômage,… Il nous semble, par conséquent, que les perspectives de taux d’intérêt seront, au moins jusqu’à la fin du premier semestre – où l’horizon pourrait, plutôt que s’éclaircir, du moins offrir davantage de lisibilité – avant tout guidées par les développements sur le front macroéconomique. A ce titre, la manière dont la Banque centrale européenne semble « naviguer à vue » depuis qu’elle a commencé à infléchir sa politique monétaire en octobre dernier est assez révélateur de l’incertitude qui caractérise encore l’environnement économique et financier et des risques qu’elle fait courir. Avant d’aborder la question de ces perspectives de taux d’intérêt et des problématiques propres aux maturités de court terme et de long terme, nous nous proposons de faire un tour d’horizon de la situation macroéconomique et des enjeux liés aux politiques économiques et à la restauration de la confiance dans le système financier. 1 Olivier Blanchard, Chef économiste du FMI in Bulletin économique du FMI : riposte à la crise financière – le FMI précise les contours d’une relance budgétaire mondiale, 29 déc. 2008 Marchés SOMMAIRE Marchés Stratégies Expertise | Analyse |Recommandation Février 2009MS2009-1 ÉDITO ___P.1 MARCHÉS : Restaurer une situation d’anticipations favorable ___P.2 Un ralentissement économique mondial qui se précipite… ___P.3 … et qui n’épargne pas la zone euro ___P.5 Un retour nécessaire à une situation d’anticipations favorable ___P.7 Perspectives de taux d’intérêt et macroéconomie : des taux longs bas jusqu’à ce que la reprise se dessine ___P.10 une situation économique appelant de nouvelles baisses de taux directeurs ___P.12 S’assurer la liquidité dans un contexte de marges toujours élevées ___P.15 STRATÉGIES : Orientations 2009 ___P.15 Arbitrage taux fixe/ taux variable : profiter des opportunités de fixation ___P.17 Stratégies « variable » : taux fixe deux phases et stratégies de tunnel ___P.18 Édito FINANCE ACTIVE MEDIAFINANCE ACTIVE MEDIA En ce début d’année 2009, les marchés continuent à être très agités, prenant conscience que la récession s’installe à l’échelle mondiale. Partout, les effets de la crise financière et son corollaire, le ralentisse- ment économique mondial, se traduisent par un effondrement de la demande privée « sans égal depuis la Grande dépression des années 30. » Face à cela, les politiques économiques – monétaire et budgé- taire – se font expansionnistes, cherchant à restaurer une situation d’anticipations favorable. Le risque étant de « faire trop peu, trop tard », il nous semble que la BCE sera amenée à abaisser ses taux directeurs de manière substantielle au cours du premier semestre. Dans la par- tie Marchés, nous analysons les aspects conjoncturels qui aujourd’hui semblent être les facteurs premiers déterminant les orientations des marchés de taux d’intérêt. Dans la partie Stratégies, nous nous proposons de dresser quelques conjectures sur ce que sera l’année à venir après une année 2008 qui aura été celle de tous les risques – risque de taux, risque de liquidité voire, à l’extrême, risque de contrepartie, etc. Que peut-on attendre en termes de possibilités de financement, de marges, etc. ? font par- tie des questions auxquelles nous tentons de répondre. Une fois ces questions posées, il convient de s’attacher à la question de la stratégie, l‘orientation dominante étant aujourd’hui à la « fixation ». Directeur de publication : Matthieu Collette Campus & Media Manager Video editing Visual identity Olivier BessOn BOOK © Reproduction in full or partial images of this file is prohibited. All images are the exclusive property of Olivier Besson and his employer Finance active and assigns. Plus de 2 000 clients font confiance à Finance active pour un suivi dynamique au quotidien UN SUIVI CONTINU DE VOS PLACEMENTS www .financea ctive .com Le service interactif pour la gestion des placements Prise en charge de l’intégration de vos place- ments et du contrôle des gains financiers par une équipe d’accompagn ement spécialisée. Transmission des différents rapports financiers et comptables pour votre communication financière. Accès au journal des opérations réalisées et des évènements à venir. Conseil perm anen t sur les stratégies de sélection des produits avec votre consultant dédié. Mise à disposition de l’ensemble des tableaux de suivi et d’analyse du portefeuille, valorisés avec les marchés financiers. Suivi perm anen t des performances par rapport aux benchmarks ou objectifs définis. proposeauxinstitutionnels, aux bailleurs sociaux et aux entreprises une solution globale de gestion des placements finan- ciers. permet de suivre en continu la performance et le risque de votre portefeuille, et vous donne accès à une équipe de consultant reconnue. En parten ariat avec : CAMPUS | POUR IMPRESSION CAMPUS | POUR WEB LIEU : CONSEIL RÉGIONAL DE MARTINIQUE HÔTEL DE RÉGION RUE GASTON DEFERRE - CLUNY 92700 FORT DE FRANCE HORAIRES : 09H00 - 17H00 PLAN D’ACCÈS À VOTRE FORMATION POUR PLUS DE RENSEIGNEMENTS : MAIL : CAMPUS@FINANCEACTIVE.COM OU MLLE GUYONNE D’ALBIOUSSE AU : 01-55-80-74-13 Un temps d'avance Un temps d’avance www.financeactive.com Visuels du catalogue Campus Autres visuels utilisés dans le catalogue 2010 LES VISUELS | FINANCE ACTIVE | CAMPUS FONCE C25 M100 J100 N0 / R189 V18 B32 CAMPUS CLAIR C25 M100 J100 N0 / R189 V18 B32 CAM PUS FONC E C25 M100 J100 N0 / R189 V18 B32 LES SERV ICES LE LOG O + ACC ROC HE CAM PUS CLAI RC25 M100 J100 N0 / R189 V18 B32 FX’EN T FONC EC48 M100 J45 N50 / R89 V6 B25FX’EN T CLAI RC40 M100 J50 N30 / R124 V22 B69 INVIS EO CLAI RC60 M0 J17 N0 / R23 V96 B119 PREV ISIO CLAI RC47 M1 J17 N0 / R129 V205 B212 INVIS EO FONC E C91 M54 J39 N16 / R23 V96 B119 PREV ISIO FONC E C72 M12 J26 N0 / R50 V171 B186 PROF OLIO CLAI R C1 M38 J100 N0 / R248 V169 B28PROF OLIO FONC E C0 M76 J100 N0 / R248 V100 B34INSIT O CLAI RC100 M75 J100 N0 / R0 V84 B166 ALLIA NCE CLAI R C5 M100 J100 N1 / R223 V30 B38 INSIT O FONC EC100 M85 J32 N19 / R12 V57 B106 ALLIA NCE FONC E C35 M98 J96 N55 / R95 V12 B11 CAM PUS CLAI RC75 M58 J2 N0 / R81 V107 B170 PREM IO FONC EC90 M54 J24 N4 / R26 V106 B148 CAM PUS FONC E C100 M72 J12 N24 / R0 V64 B120 PREM IO CLAI RC50 M3 J5 N0 / R116 V200 B230 OR PANT ONE 873 C NOIR 100% Myria d Pro Semi-Bol d corp s 12 LES COU LEUR S | FINA NCE ACTI VE | Un temps d'avance Guide lineLogos www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com Un temps d’avance www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com Un temps d’avance www.financeactive.com Un temps d’avance www.financeactive.com Un temps d’avance www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com Un temps d’avance www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com www.financeactive.com www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE www.financeactive.com UN TEMPS D’AVANCE Un temps d’avance www.financeactive.com Un temps d’avance Art Director PRINT CatalogsBoocklet Magazines Prise en charge de l’intégration des emprunts, de l’interface avec vos logiciels et du contrôle des frais financiers par une équipe d’accompa- gnement spécialisée. Réactivité et expertise Finance active lors de vos consultations bancaires. Accès aux outils de cotation et de simulation permettant de construire des scenarios et de prendre facilement les meilleures décisions. Transmissiondesdifférentsétatsdedetteetdes rapports d’audit pour votre communication financière. Alertes proactives sur les opportunités liées à vos emprunts pour optimiser vos frais financiers. Plus de 1 000 clients du secteur public local font confiance à Finance active pour le suivi dynamique de leur dette UN SUIVI DYNAMIQUE DE LA DETTE Mise à disposition de l’ensemble des tableaux de suivi de la dette, valorisés avec les marchés financiers et comparés aux données moyennes des Collectivités. Conseil permanent sur les stratégies de gestion de la dette avec votre consultant dédié. insito apporte aux décideurs territoriauxuneréponsecomplète de suivi en ligne de la dette et de conseil personnalisé. insito permet un accès permanent et actualisé aux données de vos emprunts et met à votre disposi- tion une équipe de consultants reconnue, spécialisée par secteur d’activité. www.financeactive.com Le service de référence pour une gestion active de la dette www .financea ctive .com Plus de 200 clients font confiance à Finance active pour la construction de leur prospective fournit aux responsables financiers des Collectivités locales une solution performante d’analyse et de prospective financière. met à votre dispositionuneéquipede consul- tants dédiés et un logiciel en ligne convivial pour piloter vos engagementsfinanciers. UNE AIDE PRÉCIEUSE À LA STRATÉGIE FINANCIÈRE Présentation de l’ensemble des indicateurs financiers résultant de vos différentes stratégies Miseàjourdirectedevotreprofild’extinction de la dette valorisé aux taux de marché via notre solution Insito Priseenchargedel’intégration initialedescomp- tesadministratifssur3anspourlarétrospective financière et de l’actualisation annuelleConstitution d’une bibliothèque de scenarios illustrés du rapport d’analyse spécifique Assistance permanente pour la construction de vos différentes hypothèses avec votre consultant dédié Mise à disposition à tout moment d’un rapport d’analyse de votre rétrospective et de votre prospective au fil de l’eau La solution des collectivités pour la prospective financière pa ge | Av ril 20 10 6 OB SER VA TOI RE FIN AN CE AC TIV E DE LA DET TE © Finan ce activ e Toute repro duct ion, mêm e parti elle, est inter dite 1 ÈRE PA RT IE | LA GE ST IO N DE LA DE TT E EN 20 09 La So cié té Gé né ra le s’a ffi rm e co mm e pa rte na ire inc on - to ur na ble du se cte ur de la sa nt é ; BP CE re nf or ce sa po si- tio n au pr ès de s Co lle cti vit és loc ale s En tre les « qu atr e gra nd s », la hié rar ch ie a été bo us cu lée au co urs de l’a nn ée 20 09 . La So cié té Gé né ral e s’e st no tam me nt im po sé e co mm e un pa rte na ire inc on tou rna ble du se cte ur ho sp ita lie r (av ec 33 à 35 % de s no uv ea ux em pr un ts an aly sé s). Du cô té de s Co lle cti vit és et da ns un co nte xte où le lea de r, De xia , res tai t fra gil e, le no uv ea u gro up e co ns tit ué pa r les Ca iss es d’E pa rgn eet les Ba nq ue sPo pu lai res (BP CE )aren for cé sa po sit ion (27 à 29 % de s no uv ea ux em pr un ts) . Le gro up e Cr éd it Ag ric ole et la So cié té Gé né ral e on t eu x su s’a ffir me r po ur riv ali se r av ec De xia . Il es t en fin à no ter qu e la Ba nq ue eu rop ée nn e d’i nv es tis se - me nt (BE I) et la Ca iss e de s dé pô ts et co ns ign ati on s (CD C) on t ass uré de s pa rts no n né gli ge ab les de s prê ts 20 09 : de 6 à 7% po ur la BE I au prè s de s Éta bli sse me nts pu bli cs de san té et de 4 à 5% po ur la CD C au prè s de s Co lle cti vit és. La po ssi bi- lité do nn ée à la BE I d’o ffr ir de s fin an ce me nts d’i nfr ast ruc tur e ho sp ita liè re ou la pro lon ga tio n de s fin an ce me nts off ert s pa r la Ca iss e de s dé pô ts au x Co lle cti vit és jus qu ’au dé bu t de l’a n- né e 20 09 ex pli qu en t no tam me nt ce tte pré se nc e. Que ls em pr un ts les Co lle ctivité s et les Ét ab lis se men ts pu bl ics de sa nt é on t-ils pr ivilé gié en 20 09 ? Au cu n pr od uit co mp lex e so us cri t en 20 09 Da ns un co nte xte de pr ud en ce ac cru e et de sim pli fic ati on de l’o ffr eba nc air e, les em pr un teu rs pu bli cs loc au xon tem pr un té ma ssi ve me nt av ec de s pro du its cla ssi qu es. C’e st ain si 93 % de s prê ts so us cri ts qu i l’o nt été à tau x fix e sim ple (su r la du rée tot ale ou su r du rée pa rti ell e) ou à tau x va ria ble Eo nia ou Eu ri- bo r (G rap hiq ue s 3 et 4). Qu e ce so it su r l’éc he lle de ris qu e Fin an ce ac tiv e ou da ns le ca dre de la Ch art e de bo nn e co nd uit e, c’e st do nc la qu asi - tot ali té de s em pr un ts né go cié s en 20 09 qu i ne pré se nte pa s de ris qu e de str uc tur e : su r l’éc he lle Fin an ce ac tiv e, tau x fix e et tau x va ria ble so nt en eff et cla ssé s en ris qu e 1 qu an d ils ren tre nt da ns la ca se 1A de la ma tri ce de la Ch art e de bo nn e co nd uit e.Le co nte xte de ma rch é, av ec de sniv ea ux de tau xd’i nté rêt trè s ba s (se rep or ter à la Pa rti e 4 co ns ac rée au x Ma rch és en 20 09 ) a san s do ute fav ori sé ce tte ten da nc e. Le s 7% de s em pr un ts né go cié s res tan ts l’o nt été en tau x fix e an nu lab le ou en tau x fix e à ba rri ère (1, 5 su r 5 su r l’éc he lle Fin an ce ac tiv e), so it pré se nta nt un niv ea u de ris qu e ne dé pa ssa nt pa s 1E da ns le ca dre de la Ch art e de bo nn e co nd uit e – les so us -ja ce nts su r les em pr un ts à tau x fix e à ba rri ère so nt en eff et ex clu si- ve me nt de s tau x d’i nté rêt de la zo ne eu ro. Le s pro du its ain si so us cri ts so nt de s pro du its d’o pt im isa tio n, au ris qu e me su ré et ma îtr isé . GR AP HI QU ES 3 ET 4 CO LL EC TIV ITÉ S LO CA LE S ET ÉT AB LIS SE ME NT S PU BL IC S DE SA NT É N’ ON T PA S SO US CR IT DE PR OD UI TS CO MP LE XE S TAU X D’I NT ÉRÊ T SU R LES CR ÉD ITS EN 200 9 : CO LLE CT IVIT ÉS LO CA LES (EN % DU MO NTA NT TO TAL ) 36% Tau x fixe 45% Tau x vari able 4% Tau x fixe ann ulab le 3% Tau x fixe à bar rièr e 12% Tau x fixe deu x pha ses Var iab le Fix e TAU X D’I NT ÉRÊ T SU R LES CR ÉD ITS EN 200 9 : ÉTA BLI SSE ME NT S PU BLI CS DE SA NT É (EN % DU MO NTA NT TO TAL ) 45% Tau x fixe 33% Tau x vari able 4% Tau x fixe ann ulab le 3% Tau x fixe à bar rièr e 15% Tau x fixe deu x pha ses Var iab le Fix e Sou rce :Obs erva toire Fina nce activ ede la dett e Au cu n pr od ui t co m pl ex e so us cr it en 20 09 2ÈME PARTIELA DETTE DES COLLECTIVITÉS LOCALES AU 31 DÉCEMBRE 2009 MéthodologieL’Ob serv atoir e Fina nce activ e de la dett e 2010 est cons truit au 31 déce mbr e 2009 sur un pane l d’un peu plus de 1 000 Colle ctivi tés loca les, repr ésen tant un enco urs de dett e tota l de 75,2 milli ards d’eu ros, pour près de 35 000 ligne s d’em prun t. Dan s la suit e de l’étu de prés enté e ci-ap rès, il sera fait réfé renc e aux Coll ectiv ités suiv ante s : Régio ns Dépa rtem entsCom mun es et EPCI de plus de 100 000 habit ants Com mun es et EPCI de plus de 50 000 habit ants Com mun es de plus de 20 000 habit ants et EPCI de moin s de 50 000 habit ants Com mun es de plus de 10 000 habit ants Com mun es de moin s de 10 000 habit ants SDIS . RÉPA RTITI ON PAR TYPE DE COLL ECTIV ITÉ : EN % DE L’ENC OURS TOTA L DU PANE L FINAN CE ACTIV E OBSERVATOIRE FINANCE ACTIVE DE LA DETTE 18% Région s 26% Dépar tement s 27% Commu nes et EPCI de plus de 100 000 hab. 11% Commu nes et EPCI de plus de 50 000 hab. 10% Commu nes de plus de 20 000 hab. et EPCI de moins de 50 000 hab. 4% Commu nes de plus de 10 000 hab. 3% Commu nes de moins de10 000 hab. 1% SDIS 1,6% Empru nts en devise9,6% Taux fixe annula ble 17,3% Produi ts de pente 6,3% Produi tsde courbe 19,1% Produi tsde change 8,3% Autres struc tures 26,5% Barrièr e OB VA O WEB DESIGN Co po a e Web s e E comme ce News e e © m A m O m VISUAL IDENTITY BRANDING Gu de neLogos A D ec o PRINT Ca a ogsBoock e Magaz nes OB VA O WEB DESIGN Co po a e Web s e E comme ce News e e BRANDING PRINT WEB VIDEO EDITION
  11. 11. OLIVIER BESSON - PORTFOLIO | 11 PERSONAL WORK DESIGN & EDITORIAL : MOTS D’IMAGES MAGAZINE Visual art and photography magazine //Indesign, Illustrator, Photoshop http://www.motsdimages.com https://www.facebook.com/motsdimagesmagazine ISSUE #5 December 2013
  12. 12. OLIVIER BESSON - PORTFOLIO CONTACT OLIVIER BESSON - 35 UX DESIGNER & SENIOR WEB ENGINEER 24 rue de Verneuil 75007 Paris Phone : +33 (0)6 73 87 96 56 Mails: besson.olivier@gmail.com obesson@financeactive.com LinkedIn: http://www.linkedin.com/pub/olivier-besson/13/652/344 GitHub : https://github.com/obessonFA (not public) Skype : pegase_home Facebook : https://www.facebook.com/besson.olivier https://www.facebook.com/motsdimagesmagazine

×