N°110 Mai / Juin 2014
© tous droits réservés BASES PUBLICATIONS 2014 • N°110 • Mai / Juin 2014
Témoignage
• Silvère Mercie...
synchronisation avec les flux issus
d’autres services (connectés via des API)
et, surtout, ne permettaient pas de
partager...
Je conseillerai à ceux qui veulent mettre
en place aujourd’hui ce système de faire
l’inverse de ce que j’ai fait, à savoir...
Vous effectuez régulièrement des
recherches sur le Net...
Mais êtes-vous sûr d’être toujours efficace ?
En vous abonnant à...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Pocket et IFTTT comme agrégateur de flux. Retour d'expérience de Silver Mercier

2 601 vues

Publié le

Interview de Silvère Mercier par Netsources, sur l'utilisation de IDTTT et Pocket comme agrégateur de flux

Publié dans : Internet
1 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 601
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 124
Actions
Partages
0
Téléchargements
23
Commentaires
1
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pocket et IFTTT comme agrégateur de flux. Retour d'expérience de Silver Mercier

  1. 1. N°110 Mai / Juin 2014 © tous droits réservés BASES PUBLICATIONS 2014 • N°110 • Mai / Juin 2014 Témoignage • Silvère Mercier : Pocket et IFTTT comme agrégateur de flux. Retour d’expérience, pp.1-3 Panorama • Recherche anonyme et respect des données personnelles : quelques outils, pp.4-6 Boîte à outils • Faveeo : un petit nouveau dans le monde de la veille et de la recherche, pp.10-12 Outils de recherche • Quixey.com : un métamoteur pour les applications mobiles, p.13 A Lire • Vos recherches avec Google, p.14 • Etude sur les outils de veille, p.15 Surf sur le Net • Urfist de Rennes : panorama des outils de travail collaboratifs, p.8 • Outils du Web : les nouveaux blogs du réseau, p.8 • WeareData : Ubisoft agrège les données publiques de trois villes, p.9 Agenda • Matinée ADBS : appel à communications, p.14 N etsources : Vous vous présentez comme un “bibliothécaire engagé pour les libertés à l’ère numérique et la libre dissémination des savoirs”, vous animez depuis 2005 le blog Bibliobsession.net, plusieurs fois cité dans ces colonnes, et vous avez créé en 2008 le projet de veille collaboratif “Le Bouillon” (voir Netsources n°103). La veille est donc au cœur de vos activités. Il y a un an, alors que de multiples articles présentaient des “alternatives à Google Reader” – en vantant le plus souvent les mérites de l’agrégateur Feedly –, vous avez opté pour une solution originale basée sur l’association de deux outils : IFTTT et Pocket. Pouvez-vous nous présenter la démarche qui vous a conduit à ce choix, ou plutôt les besoins auxquels répondaient ces outils ? Silvère Mercier : De nombreux outils ont été présentés comme des alternatives à Google Reader. Mais ils ne répondaient pas à mes attentes car, à l’époque du moins, il leur manquait certaines fonctionnalités qui m’étaient indispensables (et qui, pour certaines, ont depuis été ajoutées aux lecteurs de flux). D’une façon générale, ces agrégateurs ne disposaient pas de fonction de recherche dans le texte des articles partagés, ne proposaient pas de .... Béatrice Foenix-Riou Silvère Mercier : Pocket et IFTTT comme agrégateur de flux. Retour d’expérience TEMOIGNAGE Dans un article intitulé “Pocket et IFTTT : une alternative efficace à Google Reader”, publié il y a tout juste un an sur son blog, Silvère Mercier présentait la solution qu’il avait choisie pour remplacer l’agrégateur de flux Google Reader, dont la fermeture était programmée pour juillet 2013. Après un an d’utilisation, nous avons souhaité bénéficier de son retour d’expérience, pour connaître ainsi, avec le recul, les atouts et les faiblesses de la solution qu’il a mise en place. S O M M A I R E
  2. 2. synchronisation avec les flux issus d’autres services (connectés via des API) et, surtout, ne permettaient pas de partager un commentaire sur un article (extrait...), via plusieurs médias sociaux, à partir d’outils de veille nomades ou fixes. Ce dernier point en particulier était capital pour moi, tant il est partie intégrante de ma façon de fonctionner. Ce partage – de commentaires et de citations, et non seulement de liens – contribue en effet à la construction de ma culture numérique. Je cherchais en fait un outil m’offrant la possibilité, en mobilité, d’accéder à ma collection de flux, de la lire, et d’en exporter la substantifique moelle commentée ou citée. L’outil devait donc disposer de flux RSS sortants, afin d’exporter à la fois l’article et le commentaire. Or, les agrégateurs de l’époque proposaient simplement de partager l’article sur les médias sociaux... Netsources : Vous avez donc choisi de coupler IFTTT et Pocket. Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous a séduit dans ces outils ? Silvère Mercier : Outre les besoins exprimés plus haut, j’étais à la recherche d’un outil disposant de différentes caractéristiques en matière de lecture des articles et, plus précisément : permettant une lecture en mobilité (dans les transports...), via un smartphone ou une tablette ; affichant les textes de façon “nettoyée” ; donnant un accès direct au texte intégral des articles ; les agrégateurs classiques affichent en général l’extrait du flux dans le navigateur, et il faut cliquer sur le titre pour accéder à la totalité de l’article. En situation de mobilité (et de connexion incertaine), cet affichage en deux temps est pour moi un inconvénient. J’ai réalisé que ces fonctionnalités, qui n’étaient pas offertes par les agrégateurs traditionnels (pour le troisième point notamment), étaient en fait la caractéristique des outils de capture pour “lire plus tard” – tels que Pocket, Instapaper, Readability, ou encore l’outil libre Poche. J’ai choisi Pocket car j’ai été séduit par son interface... Mais Pocket ne pouvait constituer qu’une “brique” du processus de veille, car ce n’est pas un agrégateur, et qu’il ne lit donc pas nativement les flux RSS... J’ai donc cherché un outil pour faire office d’agrégateur en amont, à savoir pour recevoir les flux RSS puis envoyer automatiquement à Pocket les articles de chaque flux. Et j’ai pensé à IFTTT, que j’avais déjà présenté dans mon blog comme “le chaînon manquant de mon écosystème informationnel”. Cet outil atypique permet en effet d’automatiser un certain nombre de tâches, ou plutôt de “recettes” (voir Netsources n°95, Novembre-Décembre 2011). Parmi celles-ci, on trouve la possibilité d’envoyer chaque article d’un flux donné à Pocket (mais on pourrait aussi les poster sur Evernote, Blogger, Wordpress, Readability, Instapaper...), en leur attribuant un tag prédéfini. Les tags peuvent alors remplacer les dossiers que l’on créés dans les agrégateurs, pour classer les flux d’une même thématique. Netsources : Comment avez-vous concrètement mis en place ces recettes ? Avez-vous intégré d’autres outils dans votre processus de veille ? Silvère Mercier : La combinaison d’IFTTT et de Pocket fonctionne très bien, mais impose de créer une recette pour chaque flux. La mise en place s’est donc avérée longue et fastidieuse pour moi, puisque je surveille plus de 200 flux, classés dans quatre catégories. Il est d’autre part difficile de se repérer ensuite dans la liste de ses recettes, et je recommanderai à ceux qui souhaitent utiliser ce système de nommer chaque recette par la source du flux ainsi que par un tag propre à IFTTT, de façon à pouvoir les retrouver très vite... Une fois les recettes créées, les nouveaux articles des différents flux sont envoyés dans Pocket dans leur intégralité, avec une mise en page “nettoyée”, et peuvent être lus hors connexion. Cependant, si la lecture des articles est très agréable sur Pocket, il n’en est pas de même pour le partage de citations commentées sur les médias sociaux. En effet, pour la plupart des interfaces de Pocket dédiées au partage (sur Twitter, etc.), une connexion est obligatoire. En outre, ces interfaces sont plutôt mal conçues et peu conviviales. Elles permettent de sélectionner un extrait d’article, mais rarement d’insérer cet extrait pour le partager. Il faut alors le copier puis le coller dans le champ adéquat. Netsources : Quelles solutions avez-vous donc mises en place pour diffuser votre veille (commentaire ou citation + lien vers l’article original) vers les différents médias sociaux ? 2 © BASES / NETSOURCES • N°110 • Mai / Juin 2014 TEMOIGNAGE
  3. 3. Je conseillerai à ceux qui veulent mettre en place aujourd’hui ce système de faire l’inverse de ce que j’ai fait, à savoir intégrer les flux dans Feedly et synchroniser Feedly avec Pocket, pour pouvoir exporter ses flux depuis Feedly. Il y a un an, Feedly n’était pas intégré à Pocket. D’autre part, si la lecture sur Pocket est vraiment confortable, l’outil ne permet pas de repérer les articles non lus des autres, ce qui peut être un handicap. Il faut donc soit archiver systémati- quement les articles lus, soit avoir une bonne mémoire... Les fonctionnalités de partage de Pocket ne sont pas non plus très bien pensées, contrairement à celles offertes notamment par Instapaper. Enfin, l’usage de nombreux outils dans le processus multiplie les risques de “problèmes”, car chaque outil peut disparaître ou changer ses conditions d’utilisation... Bref, l’ensemble fonctionne correctement et constitue une bonne alternative à Google Reader. Cela étant, depuis un an, les agrégateurs qui existaient se sont notablement enrichis, et offrent désormais des fonctionnalités qu’ils n’avaient pas à l’époque. Je vais les tester, et peut-être modifierai- je mon système de PKM (Personal Knowledge Management)... Netsources : Merci Silvère de ce partage... Et peut-être à bientôt pour un prochain retour d’expérience... 3 © BASES / NETSOURCES • N°110 • Mai / Juin 2014 TEMOIGNAGE Silvère Mercier : La diffusion de ma veille se fait via plusieurs outils. L’élément central pour la diffusion est Pinboard.in, un site de bookmarking social du même type que Diigo et Delicious, que j’utilise par ailleurs pour alimenter le Bouillon. L’outil est très pauvre graphiquement, il offre moins de fonctionnalités que Diigo (pas de gestion de groupes), mais en échange d’une dizaine de dollars une fois pour toutes, il permet de se passer de publicités et propose des fils RSS sortants, ainsi que la possibilité de poster des billets par emails, ce que Diigo ne proposait pas il y a un an. Lorsque je souhaite diffuser un article sur les médias sociaux, depuis Pocket, je l’envoie donc par mail avec un commentaire ou un extrait, à Pinboard. Sur cet outil en effet, les signets peuvent être sauvegardés via un bookmarklet, ou via une adresse mail spécifique, en ajoutant tags et description. Puis, les items sauvegardés dans Pinboard sont diffusés automatiquement vers Facebook, grâce à RSS Graffiti. La version gratuite de cet outil permet de publier 300 posts/mois sur une page Facebook. J’ai choisi RSS Graffiti car il permet notamment l’ajout des métadonnées ; par conséquent, l’item posté sur Facebook contient à la fois le titre et le lien de l’article original, mon commentaire ou extrait et, le cas échéant, une image. Pour la diffusion sur Twitter et LinkedIn, j’utilise la version gratuite de Buffer (voir Netsources n°104, Mai-Juin 2013), avec laquelle on peut programmer la publication de tweets (Buffer est alimenté directement depuis Pinboard). Comme je souhaitais me limiter à des outils gratuits (ou presque), il a fallu que j’en intègre plusieurs pour couvrir les différentes étapes de la veille. Mais l’ensemble fonctionne plutôt correctement... Netsources : après un an d’usage, quel est votre bilan sur le processus de veille que vous avez mis en place ? Silvère Mercier : au final, le bilan est mitigé et comprend à la fois des points forts et des points faibles. Parmi les atouts du système, le principal est que j’agrège en un seul endroit (Pocket) les fils de veille que je souhaite suivre, et que ma veille se fait aussi bien au bureau qu’en mobilité (transports...). En revanche, l’inconvénient majeur du procédé est que je suis captif de l’outil, puisqu’il m’est impossible d’exporter l’ensemble des flux dans un fichier opml, comme on peut le faire depuis la plupart des agrégateurs... La chaîne de PKM de Silvère
  4. 4. Vous effectuez régulièrement des recherches sur le Net... Mais êtes-vous sûr d’être toujours efficace ? En vous abonnant à NETSOURCES : apprenez à construire des méthodologies de recherche astucieuses et performantes ; suivez l’évolution des outils de recherche sur la Toile ; découvrez les nouveaux outils et les pratiques du Web social ; bénéficiez des retours d’expérience d’experts... 16 pages, 6 numéros par an. Prix public : 135 € TTC pour un an Découvrez Netsources en profitant de l’offre d’abonnement exceptionnelle pour six mois (33 % de réduction minimum). NETSOURCES Pour optimiser vos recherches sur Internet Réalisée depuis 1985 par des spécialistes de la recherche dans les sources d’information électroniques, BASES vous permettra de mieux utiliser les grands serveurs, les bases de données et le Web invisible. Vous pourrez, chaque mois : mieux comprendre la politique des grands serveurs ; disposer de panoramas commentés de sources et d’outils spécialisés ; suivre l’évolution du secteur à partir d’une analyse critique et approfondie des nouveaux produits ; découvrir les ressources insoupçonnées du Web invisible... 12 pages, 11 numéros par an. Prix public : 245 € TTC pour un an. Découvrez Bases en profitant de l’offre d’abonnement exceptionnelle pour six mois. (33 % de réduction minimum). BASES Connaître et bien utiliser les banques de données Offre spéciale DECOUVERTE Rejoignez à l’essai, pour 6 mois, les lecteurs de BASES et de NETSOURCES en bénéficiant de conditions exceptionnelles Bon de commande Offre d’abonnement préférentielle réservée aux nouveaux abonnés valable jusqu’au 31 décembre 2014 Madame, Monsieur ...................................................................................................... Fonction ........................................................................................................................ Entreprise, organisme .................................................................................................. Téléphone ..................................................................................................................... Fax ............................................................. Email......................................................... Adresse de livraison ...................................................................................................... ....................................................................................................................................... Adresse de facturation (si différente) .......................................................................... ....................................................................................................................................... Cachet Signature ❏ S’abonne pour six mois à NETSOURCES (3 numéros) au prix de 45 € au lieu de 67,50 € soit 22,50 € d’économie ❏ S’abonne pour six mois à BASES (6 numéros) au prix de 90 € au lieu de 134 € soit 44 € d’économie ❏ S’abonne pour six mois à NETSOURCES et à BASES au prix de 120 € au lieu de 201,50 € soit 81,50 € d’économie à retourner à BASES PUBLICATIONS - par fax : 01 45 82 46 04 ou par courrier : 27 rue de la Vistule - 75013 Paris Tél.: 01 45 82 75 75 - E-mail : contact@bases-publications.com - 33% - 33% -33% -33% -40%

×