2

0 vue

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
0
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

2

  1. 1. Le romantisme et le réalisme
  2. 2. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme <ul><li>Le royaume (uni) des Pays-Bas (1815 – 1830) </li></ul><ul><li>Les Pays-Bas septentrionales et méridionales, la Belgique, le Luxembourg. </li></ul><ul><li>Rappel historique </li></ul><ul><li>La Flandre : occupé par l’Espagne jusqu’en 1648, sous règne autrichien jusqu’en 1795 (Maison d’Habsbourg et Maison Bourbon). Après Napoléon I : le royaume des Pays-Bas. </li></ul><ul><li>Les longues années d’histoire non-commune (1579 – 1815). </li></ul><ul><li>Les Flamands dans le royaume des Pays-Bas étaient des citoyens de second ordre : </li></ul><ul><li>- catholique (vs. protestant) </li></ul><ul><li>industrialisation (vs. commercialisation) </li></ul><ul><li>français (vs. néerlandais) </li></ul><ul><li>En 1830 : la révolution belge. Roi Guillaume I perd le territoire belge en moins de dix jours. </li></ul><ul><li>La Belgique est officiellement indépendant en 1839 (Traité de Londres). </li></ul>
  3. 3. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme Les rois et reines néerlandais depuis 1815 jusqu’à nos jours Guillaume I (1815 – 1840) Guillaume II (1840 – 1849) Guillaume III (1849 – 1890) Emma (1890 – 1898)* Wilhelmine (1898 – 1948) Juliana (1948 – 1980) Beatrix (1980 - ?) * Wilhelmine devient reine en 1890 à l’âge de 10 ans. Sa mère Emma assure la régence du pays jusqu’elle est majeure. Le roi Guillaume I ≠ le stadhouder Guillaume VI : « Ce n’est pas Guillaume VI, c’est Guillaume I qui comme prince souverain, selon le vœu des Néerlandais, paraît au milieu du peuple. » (Amsterdam, le 2 décembre 1813).
  4. 4. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme Hendrik Tollens (1780 – 1856) L’homme de naissance modeste, le représentant de la poésie du foyer : une poésie accessible et appréciée par tout le monde, destiné à tout le monde, peu importe la classe sociale. Le soulagement dans une période turbulente. Lire le poème Un enfant mort (1807) Question Le passage de la vie à la mort est décrit comment dans ce poème ? <ul><li>La transformation de chenille en papillon, qui vole vers « les anges célestes ». </li></ul><ul><li>L’image de la mort classique et chrétienne : </li></ul><ul><li>La chenillette « rampe » pendant sa vie terrestre. </li></ul><ul><li>La chenillette « peine » sous le joug « des pressions et contraintes pesantes » sur terre. </li></ul><ul><li>La vie terrestre s’oppose à la vie céleste, où l’enfant est recueilli par « les anges ». </li></ul><ul><li>La transformation de chenille en papillon souligne la beauté et la bonté de l’au-delà. </li></ul><ul><li>La morale pratique </li></ul><ul><li>La « nourrice » ne doit pas pleurer : « sèche tes joues humides, ne fixe plus la chrysalide morte ». </li></ul>
  5. 5. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme Tollens : le poète du foyer Tollens versus Cats : les poèmes moralisateurs dans la simplicité du foyer. Tollens versus Wolff et Deken : les personnages vivent des expériences reconnaissables et doivent agir raisonnablement. Le roman historique : genre populaire au début du 19 e siècle, qui s’insère dans le courant romantique. Tollens : le poète des récits historiques. Tableau de l’hivernage des Hollandais à la Nouvelle-Zemble (1822). Poème. En 1596, deux explorateurs néerlandais cherchent à gagner les Indes néerlandaises par le Nord. Ils doivent passer l’hiver en à la Nouvelle-Zemble dans des conditions extrêmement difficiles.
  6. 6. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme <ul><li>Le romantisme : ensemble de mouvements intellectuels et artistiques dans lequel la sensibilité individuelle et l’imagination dominent la raison et la représentation classique. </li></ul><ul><li>Comprendre le romantisme comme une réaction contre les Lumières </li></ul><ul><li>les sciences : la synthèse prédomine sur l’analyse et l’art prédomine sur les sciences. </li></ul><ul><li>la morale : la morale individualiste prédomine sur la morale sociale. </li></ul><ul><li>le temps : l’orientation sur le passé et l’actuel prédomine sur l’orientation sur le futur. </li></ul><ul><li>le pouvoir : le rejet de la vie sociale mène à l’ironie, la mélancolie, l’hédonisme et la décadence. </li></ul><ul><li>Le sentiment et l’imagination </li></ul><ul><li>L’émotion personnelle + une couche d’imagination = l’épanouissement du soi. </li></ul><ul><li>Le cœur parle. </li></ul><ul><li>Le dépassement de l’objectivité, au-delà de la réalité  un nouveau monde. </li></ul><ul><li>La peinture romantique : régions exotiques, nature paradisiaque, passé glorieux. </li></ul><ul><li>La littérature romantique </li></ul><ul><li>La fente entre la réalité quotidienne et le monde imaginé. </li></ul><ul><li>L’impossibilité d’unir les deux mondes  l’insatisfaction, la souffrance. </li></ul><ul><li>Le « Weltschmerz » (le mal du siècle ; le spleen)  la souffrance de l’existence, la mélancolie (état de dégoût de la vie ou de dépression, lié aux sentiments). </li></ul><ul><li>L’artiste romantique souffre du Weltschmerz. </li></ul><ul><li>Le soulagement : la nature, le passé (le roman historique), la religion. </li></ul>
  7. 7. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme <ul><li>Piet Paaltjens (1835 – 1894) </li></ul><ul><li>Pseudonyme de François Haverschmidt. </li></ul><ul><li>Snikken en grimlachjes (Sanglots et ricanements, 1867) </li></ul><ul><li>L’humour comme arme contre le Weltschmerz. </li></ul><ul><li>L’ironie et l’amplification de tristesse et de misère  la parodie du Weltschmerz, la parodie de la poésie sérieuse et grave. </li></ul><ul><li>L’ironie : une manière de se moquer de qqn ou de qqch en disant le contraire de ce qu’on veut faire entendre. </li></ul><ul><li>La parodie : l’imitation d’un style dans une intention burlesque ou satirique. </li></ul><ul><li>Lire le poème sans titre </li></ul><ul><li>Question </li></ul><ul><li>Pourquoi le perron est-il toujours mouillé ? </li></ul><ul><li>De quelle manière l’auteur a-t-il exagéré son sentiment ? </li></ul><ul><li>Comment le texte provoque-t-il un effet humoristique ? </li></ul>1. L’auteur, Piet Paaltjens, y pleure : « la nuit j’y pleurais longuement ». 2. « Le perron mouillé » de larmes est une hyperbole : une figure de style qui exagère expressivement et qui provoque un effet ironique. 3. L’hyperbole exerce une fonction humoristique. La rime intérieure décrivant l’amour inaccessible : « bien dur pour moi, n’est-ce pas ? » exerce la même fonction.
  8. 8. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme <ul><li>Le Suicide </li></ul><ul><li>Un homme dégoûté de la vie se pend à un arbre dans un bois. </li></ul><ul><li>L’été suivant, un couple d’amoureux s’installe sous l’arbre, la botte du pendu tombe subitement par terre. </li></ul><ul><li>Lisez le poème Le Suicide </li></ul><ul><li>Une image lugubre de la mort : le corps du pendu est pourrissant (les insectes grouillent, une limace filoche). </li></ul><ul><li>La description humoristique </li></ul><ul><li>- La botte qui tombe sur le couple </li></ul><ul><li>« un flambard jadis sans reproches » </li></ul><ul><li>« qu’on n’en soit surpris » </li></ul><ul><li>Le poème annonciateur : Paaltjens se pend en 1894 aux draps de son lit. </li></ul>
  9. 9. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme Le réalisme : le courant littéraire et artistique qui privilégie la représentation exacte, non-idéalisée, de la réalité humaine et sociale. Une réaction contre l’imagination et l’émotion personnelle des romantiques. Le retour à l’authenticité, à l’objectivité, sans idéalisation, sans fente entre deux mondes. Les pasteur-écrivains : groupe d’auteurs qui étaient tous pasteur et écrivain des textes moralisateurs. Nicolaas Beets (1814 – 1903) Camera Obscura (1839) Recueil de scènes et nouvelles tirées de la vie quotidienne. Lire le passage de Pieter Stastok Le narrateur : Hildebrand, un excellent observateur. Les descriptions minutieuses pour se rapprocher de la réalité. Camera Obscura et la photographie.
  10. 10. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme Camera obscura et la morale d’un pasteur . Lire le passage Des gens viennent prendre une tasse de thé et passer la soirée. Hildebrand est présent à la soirée et il récit un poème traduit du français. L’analyse Victor Hugo : un homme qui écrit « des horreurs », « un homme du genre sanglant ». Jacques Julin : « un drôle de type » qui « écrit pour de l’argent ». « ces Français, c’est un drôle de peuple. » Hugo et Julin : artistes français, dépréciés par l’auteur. La mauvaise réputation des artistes français : les représentants de la vulgarité, de la débauche et l’immoralité. Beets déconseillé implicitement, à travers ces personnages, de lire ces auteurs. Le réalisme idéaliste Le réalisme objectif
  11. 11. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme Multatuli (1820 – 1887) Pseudonyme d’Edward Douwes Dekker Max Havelaar of De koffieveilingen der Nederlandse Handelsmaatschappij (Max Havelaar ou Les ventes du café de la Compagnie commerciale des Pays-Bas, 1860). Multatuli : j’ai porté beaucoup (j’ai beaucoup souffert). A l’âge de 18 ans : déménagement en Indonésie, colonie des Pays-Bas, travail comme fonctionnaire. L’exploitation de la population locale par un chef indigène. Dekker exige une enquête officielle ; l’administration néerlandaise veut étouffer l’affaire. Dekker démissionne, s’installe à Bruxelles et se met à écrire. Max Havelaar : la description des vices de la société et de la mentalité néerlandaises. La littérature engagée : Multatuli cherche à intervenir dans la réalité de la politique néerlandaise. L’objectif de sa littérature se situe en dehors de la littérature. La littérature devient une forme d’action politique.
  12. 12. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme Les premiers pages du roman Le « je » est Batavus Droogstoppel, courtier en café. Droogstoppel explique pourquoi il a écrit ce livre : par amour de la vérité. Il ne supporte pas les mensonges. Le personnage de Batavus Droogstoppel incarne le mal et l’immoralité de la population néerlandaise. Batavus : Batavia  la capitale des Indes néerlandaises. Batavus : Batavieren (les Bataves)  les premiers tribus installés aux Pays-Bas après l’époque romaine. Droogstoppel : droog (sec) + stoppel (la chaume, le bout de tige sur le champ après la récolte). Lire les premiers pages du roman L’argent est important pour notre commerçant ! Dans sa vie, pas d’amour, littérature, théâtre, vertu… « Balivernes et mensonges ! » Dans sa vie, il n’y a que l’argent et le travail. « La vertu récompensée ! N’est-ce pas en faire un article de commerce ? Il n’en va pas ainsi dans le monde, et c’est une bonne chose. Car où serait le mérite, si la vertu était récompensée ? […] Moi aussi je suis vertueux, mais est-ce que j’en demande récompense ? Tant que mes affaires vont bien – et je ne me plains pas. » Un homme vertueux n’est pas récompensé. Droogstoppel se déclare vertueux, mais il en est récompensé. La contradiction montre l’esprit immoral du commerçant  il fait un article de commerce de sa vertu !
  13. 13. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme <ul><li>Résumé de l’action principale </li></ul><ul><li>Droogstoppel rencontre au marché un ami de jeunesse, Sjaalman (l’homme au châle). Sjaalman est revenu </li></ul><ul><li>ruiné des Indes néerlandaises. Le commerçant reçoit de son ami un ballot plein d’essais, de traités et de </li></ul><ul><li>récits. Stern, le commis de Droogstoppel, rédige à travers les textes de Sjaalman un manuscrit. Dans ce </li></ul><ul><li>manuscrit, Stern parle de la corruption et de l’exploitation de la population dans la colonie. Le personnage </li></ul><ul><li>principal du manuscrit est Max Havelaar. A travers Max Havelaar, Stern raconte l’histoire de Dekker : Max </li></ul><ul><li>Havelaar, ayant découvert les immoralités des autorités locales, cherche à en parler au gouverneur, mais il n’y </li></ul><ul><li>parvient pas. </li></ul><ul><li>Le roman à tiroirs : l’auteur du manuscrit Stern ouvre des « tiroirs »  des épisodes multiples ayant chacun </li></ul><ul><li>une certaine autonomie à l’intérieur de l’intrigue. </li></ul><ul><li>Une fin spectaculaire </li></ul><ul><li>Max Havelaar lance une dernière tentative pour parler au gouverneur, qui repart en Hollande le lendemain. </li></ul><ul><li>Multatuli, le pseudonyme de Dekker, remercie Stern pour son travail. L’écrivain met fin aux personnages fictifs du roman. </li></ul><ul><li>Multatuli s’adresse directement au roi Guillaume III. </li></ul>
  14. 14. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme <ul><li>Multatuli prend la parole : </li></ul><ul><li>L’insulte à Droogstoppel : Droogstoppel est « un produit d’une cupidité sordide et d’une bondieuserie blasphématoire […] un monstre ». </li></ul><ul><li>L’explication de son nom : « qui a tant supporté ». </li></ul><ul><li>L’objectif du roman : « je veux être lu » = je veux être entendu. </li></ul><ul><li>L’anticipation aux critiques littéraires : « je ne me suis pas soucié de bien écrire […] un livre fait de bric et de broc … aucune méthode ». </li></ul><ul><li>La fin justifie les moyens, car « le javanais est opprimé ! » </li></ul><ul><li>La traduction, dans l’objectif « des répercussions fort négatives sur ‘Les ventes de café de la Compagnie commerciale des Pays-Bas’ ! » (sous-titre du roman) </li></ul><ul><li>L’écriture ne remplace l’action, elle est un acte en soi qui doit déclencher une action future : « ce livre n’est qu’un commencement… Je croîtrai par la puissance et le tranchant de mes armes, autant qu’il sera nécessaire… » </li></ul><ul><li>Question </li></ul><ul><li>Le titre du roman est double : Max Havelaar ou Les ventes du café de la Compagnie commerciale </li></ul><ul><li>des Pays-Bas . Les deux titres représentent deux attitudes devant la vie dans la Colonie, qui sont incarnés par </li></ul><ul><li>deux personnages du roman. Quelles sont ces attitudes et par qui sont-elles incarnées dans le roman ? </li></ul>
  15. 15. UE 54 Littérature néerlandophone – Le romantisme et le réalisme L’effet du livre Au moment de la publication : « cultuurstelsel » (le système des cultures). 1830 – 1877 : Politique d’agriculture dans laquelle les autorités néerlandaises imposaient à la population locale de consacrer 1/5 de leurs terres et de leurs temps de travail aux cultures d’exportation (thé, café, épices) livrables à l’Etat néerlandais. Les revenus de cette politique contribuaient pour 1/5 au budget national. 1870 : un système pour un autre. La loi Van Hall, texte de compromis, autorise la mise en valeur des terres incultes par les particuliers. Les paysans ne travaillaient plus pour les fonctionnaires de l’état néerlandais, mais pour les entrepreneurs néerlandais.

×