Exposé de sociologie

4 783 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 783
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
84
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Exposé de sociologie

  1. 1. Plan de travail :Introduction.I. Aspect physique :1. Situation2. Morphologie3. ClimatII. PrésentationIII. Aperçu historiqueIV. Aspect sociologique1. La culture2. Mode de vie3. Organisation sociopolitique4. Pratiques socialesV. Interprétation des éléments sociologiquesphysiquement1. intimité2. égalité sociale3. Centralité4. cohésionVI. Le poids du changementConclusionBibliographie1
  2. 2. Introduction :Avec le temps qui passe, tout les objets du passé tels qu’ils en soient,un trésor de fables et d’images ou une richesse d’objets et de matérielsdevinent la mémoire de la nation, l’image de sa culture, ou simplementson patrimoine. Et comme l’architecture a été toujours l’esprit,L’essence de la culture, ne s’exprime à travers elle que cette mémoirecollective notamment par le vernaculaire, qui n’est que l’architecture dupeuple pour lui-même ou il inscrit tous ces besoins et désirs loin de touteOrnement et sans se soucier trop des contrainte qu’impose la nature.PROBLEMATIQUE :Quelles sont donc les logiques d’implantations de ces habitations.Et quels sont les éléments sociologiques les plus interprètesà travers, et que reste-il aujourd’hui ?I. ASPECT PHYSIQUE :I. 1-Situation :1) le m’zab:La région de m’zab est située au nord du Sahara Algérien,à 600 km au sud d’Alger, elle est délimité par : Laghouat au Nord, El beyed et Adrar à l’Ouest. Tamanrasset au sud, Ouergla a l’Est.2
  3. 3. Elle est suporteé par le plateau de la hamada sur sa portion Nordcomprise entre 32° et 30° de latitude Nord et 3°, 45° de longitudeEst son altitude moyenne est se 500 m.2) La Kabylie:La Kabylie est localisée dans l’atlas au melieu du nord Algérien,Délimitée par : La mer méditerranéenne au nord La Metija a l’ouest Skikda, au sud Ouest. le bassin de Bordj –bouaririd, le Nord de Bouira et Jijel et leNord Ouest de setif. au sud les montagnes de Tizi ouzou, Bejaia et à l’EstboumerdesI. 2-Morphologie :1.1. La Kabylie :La Kabylie est une région accidentée, parcourue douest en est pardeux chaînes de montagnes se rejoignant à leurs extrémités. Composéessentiellement de 59% de montagne avec bandes parallé le nordSud, 35% de collines dont les pentes sont supérieurs à 25°...3
  4. 4. Dans la partie sud se dresse le massif le plus imposant, culminant àLalla-Khedidja (2 308 m). La seconde chaîne de montagnes de laKabylie, qui porte souvent le nom de tribus peuplant ses versants estappelée communément chaîne du littoral, suit la côte entre Dellys etle nord de Bejaia. Elle est moins imposante que la première dont elle neconstitue que les prolongements en direction du nord. En effet, il ny aguère de véritables plaines (6% de plaines) entre ces deux massifs.Chaînons et mamelons se rejoignent de part et dautre, senchevêtrent etse confondent de sorte que lensemble se présente sous la forme dunemasse compacte, dune vaste plate-forme à laquelle on accède par unpetit nombre de déchirures qui en constituent les vallées les plus larges.Le sol en est pauvre, mais suffisamment arrosé pour permettreune mise en valeur de chaque pouce de terrain par une population ensurnombre dagriculteurs sédentaires.1.2. Le M’Zab :La vallée du M’Zab se situe sur un plateau rocheux appelé« Hamada ».Ce plateau est formé par des calcaires durs,il est découpé en vallées et ravins qui s’enchevêtrent les unes dansles autres, c’est a ce phénomène que la vallée doit son nom de chebka« filet ».ce plateau est ouvert du Nord-Ouest et du Sud-est, pour laisserpasser l’Oued du M’ZabI. 3-Le climat:4
  5. 5. 1.3. Kabylie : la Kabylie est une région appartenante au climatmediterranien, caractérise par deux grandes saisons :• Hiver doux• Eté chaud et sec (+ 40°C) correspondant aux plaines etvallées.• Dans la zone de montagne on voix des gelées fréquentesen hiver (-5°C),2) le M’Zab :Le M’Zab est caractérisé par un climat aride et avare,• Les températures moyennes journalières enregistréessont :10°C en Hiver, 33°C en été .avec amplitudes de 17°C.La moyenne annuelle des pluits est de 20 à 30mm.• Les vents d’hiver Nord-ouest sont froids et humides.• Les vents d’été Nord-est sont secs et chauds.• Les vents du sable du Sud-ouest.Conclusion :En analysant le site, la morphologie et le climat des deux régions,en constate que les deux sites représentent plus de contraintesnaturelles que D’avantages.Alors quelles sont les raisons qui ont poussées les deux peuples às’adapter à toutes ces contraintes ?5
  6. 6. II. Présentation :1)la Kabylie :Les Kabyles vivent encore groupés en villages généralement assezimportants, pouvant atteindre plusieurs milliers dâmes et ne descendantque rarement au-dessous de cinq cents, et bâtis sur les pitons demontagnes ou sur les sommets de mamelons séparant les vallées. Quilssoient de forme allongée ou circulaire, ils ont été conçus de façon àpouvoir être efficacement défendus, du moins avant que lartillerie nefasse son apparition. Ils portent le nom de touddar, pluriel de taddart(vie, du radical dr, vivre, que lon retrouve avec ce sens dans tous lesdialectes berbères). Les maisons, toutes en dur, généralement sans étage,couvertes de tuiles rouges, sécrasent les unes sur les autres au point que,vues de loin, elles donnent limpression de nen former quune seule,immense. Le village, zébré à lintérieur par de nombreuses impasses,souvent taillées dans la roche, ne souvre sur lextérieur que par deux outrois rues. Il est très rare quil soit entouré dune muraille.2)le m’zab :Les Mozabites (ou Mzabites) occupent dans le Sahara septentrionalet central, à une centaine de kilomètres au sud-est de Laghouat,un territoire de quelque 8 000 km2. La Chebka (filet), nom qui désigneau sens géographique, un paysage original de plateau calcaire déchiqueté,raviné par les vents de sable et par les eaux et parsemé dentablements6
  7. 7. résiduels. Cinq villes groupées sur neuf kilomètres le long de louedM’Zab, constituent le M’Zab, proprement dit.III. aperçu Historique1) la Kabylie :Habitée depuis la plus haute antiquité, la Kabylie recèle des vestigesde toutes les civilisations préhistoriques, elle a vue Succéder toutes lescivilisations l’une après l’autre : les Phéniciens, les romains,les vandales, les byzantins, les Arabes, les turques et enfin les français,c’est dans le but de fuir Toutes ces occupations, qu’ils se sont réfugiedans les Montagnes, et être obligés de s’adapter à ces dures Conditionsclimatiques et morphologiques.Lhistorien des Berbères, Ibn Khaldun, fournit des indicationsprécieuses sur la formation et lévolution du bloc montagnard kabyleentre le VIIIe et le XIVe siècle. Jusquau XIe siècle,Le domaine kabyle sétendait sur un vaste territoire compris entreAnnaba (Bône) et Cherchell au nord, et les monts sahariens au sud.Trois groupements berbères importants sy côtoyaient, unis par un mêmedialecte et des alliances politiques plus ou moins durables : les Sanhadjaà louest de Dellys, les Zouaoua à lest jusquau port de Béjaia (Bougie)et les Ketama entre ce dernier et celui de Annaba. À partir de la secondemoitié du XIe siècle, il ne cessera de se rétrécir, dabord sous les coupsde boutoir des Arabes (Banu Hilal et Banu Soulaym) venus dÉgypte,7
  8. 8. ensuite sous la pression des dynasties berbères qui se succédèrent enAfrique du Nord entre le XIIe et le XIVe siècle. Plus ouverts lEst,L’Ouest et le Sud en souffrirent tout particulièrement. À la fin du siècle,il ne restait plus des trois grandes confédérations que celle du centre,la Zouaoua, amputée de ses hauts plateaux, mais héritant sur ses flancsde quelques débris des territoires peuplés par ses anciens alliés dont ellereçut le flot de réfugiés. Elle occupait alors un quadrilatère compris entreloued Agrioun à lest, loued Boudouaou à louest, la Méditerranée auNord, et une ligne allant de Sétif à Sidi-Aïssa au sud.2) le M’Zab :Les Mozabites sont une communauté religieuse créée par lénergiedune petite secte, les ibadites (ibadiyya) ; celle-ci constitue lune desbranches du kharidjisme (al-khawa rij, les sortants), le plus ancienSchisme de lislam, qui fut un temps la doctrine au nom de laquelle lesBerbères luttèrent contre les Arabes et redevinrent maîtres de la partieorientale du Maghreb. Pourtant, dès 761, les ibadites du djebel Nefousa,qui avaient triomphé sous la conduite de leur premier imam Abûl-Khattab, perdaient lIfriqiya, ou Tunisie, doù le schisme fut extirpé.Chassés de Kairouan, les ibadites construisirent sousL’imam Ibn Rostem un autre empire autour de Tahert, qui devait resterl« état de gloire » de la secte vouée par la suite à la « voie du secret ».Après la chute de Tahert (910), les ibadites se retirèrent dans le Saharaalgérien et tunisien ainsi que dans lîle de Djerba; certains fondèrent dansles environs de loasis dOuargla divers établissements, dont8
  9. 9. Sed rata, qui fut, au Xe siècle, une capitale prospère. Chassés à nouveau,les ibadites cherchèrent dans la Chebka du Mzab lasile enfin inviolable.Le pays était situé en dehors des courants déchanges sahariens, mais lesMozabites surent y attirer des caravanes et développer des palmeraies.Ainsi purent-ils survivre.Lisolement, linterdiction faite aux femmes démigrer et lexclusivismereligieux imposant une stricte endogamie a fini par créer une ethnie autype physique bien reconnaissable. Ce sont des berbérophones : leurdialecte, qui appartient au groupe « zenatiya », ne sécrit pas.Beni M’Zab sont venu s’établir dans cette vallée Pratiquement vierge,pour réaliser exigences d’une religion, d’une philosophie et d’une viesociale, donc concevoir un établissement humain.Conclusion : sécuritaires, les kabyles, comme lesMozabites ont été obligés de s’adapter à des conditionsassez durs pour bâtir des établissements où ils ont pu inscriretoutes les spécificités sociales et culturelles.Mais qu’elles sontces spécificités ?IV. aspect sociologiqueA-la culture :1) la Kabylie :La Kabylie est une société musulmane, d’une langue berbèreCette région est caractérisée par des mœurs et rites propres a elle.Il règne dans cette société une solidarité chaleureuse et une vie9
  10. 10. Commune des familles, en veillant bien sur à sauvegarder leur intimitéet traditions au cour des générations.2) le M’Zab :Les mozabites sont de dialecte berbère formant une minoritéreligieuse La société est très soudée, très équilibrée et tous ça s’exprimepar L’unité, l’égalité sociale et religieuse.Les mozabitestiennent à leurs signes distinctifs (tenue, langue, architecture, et mode devie).La vie est régie par des règles strictement respectées par tous ;La famille est patriarcale, patrilinéaire et monogame ; Conservateurs : ilscachent leurs femmes.B- mode de vie :1) la Kabylie :La société kabyle a une forte relation avec son milieu. Elle a unerelation directe avec la nature, ça apparaît bien par :- Le travail de la terre : l’agriculture et jardins potagers (tibhirt) ;-l’élevage et la récupération des déchet animals pour l’agriculture ;-l’utilisation de la terre et la pierre dans la construction ;-l’utilisation de la laine animale et leur peau.2) le M’Zab :Les femmes mosabites ont toujours un espace réservé pour letissage à l’intérieur de la maison. Les hommes pratiquent souvent lecommerce dans la vallée, chaque maison réserve un petit endroit prés del’entrée pour la chèvre pour son lait et le ramassage des restesalimentaires.10
  11. 11. Conclusion :Les conditions sociologiques et physiques, ont fait que les mozabitesn’ont pas une forte relation avec leur extérieur, contrairement auxkabyles, qui ont une relation très forte avec celui-ci car, ils passentla plus part de leur temps à l’extérieur.c-Les pratiques sociales1) la Kabylie :Plusieurs espaces permettent aux kabyles de réaliser leurspratiques sociales :a)tajmaat : lieu réservé aux hommes (discutions,réunions, réception…)b) tiwizi : c’est l’une des pratiques les plus importante, elle montrebien la solidarité des kabyles.c) l’djama ‫ع‬ (la mosquée) : endroit où se fait la pratique religieuse.d) souk (le marché) : hebdomadaire, lieu d’echange commercial, ilréunit plusieurs villages.e) tala (la fontaine) : c’est le lieu fréquenté par les femmes, leurspermettant de discuter en faisant leurs travaux.f) timaassart (huilerie traditionnelles) : le lieu où se fait la phasefinale de l’obtention de l’huile d’olive.11
  12. 12. 2) le M’Zab :comme pratiques sociales on a :a)la solidarité : c’est l’une des pratiques sociale les plus importantequi montre bien l’application de la religion dans la vie en communauté.b) la mosquée: c’est le cœur de la ville, de part sa situation et son rôlesociologique (réunion, rendez-vous…)c) le marché : c’est le lieu d’echange commercial, c’est aussi le lieu deCommunication pour les hommes.d) la terrasse : c’est le lieu de rencontre pour les femmes.e) le cimetière : c’est la ville des morts, située généralement en dehorsde la ville.d- Organisation sociopolitique et politique ;d-1 sociologique :1) la Kabylie : L’unité de base, dans la formation de la société estLa famille dont le regroupement forme ce que l’on appelle« adrum ».plusieurs iderman donnent naissance a « tadart » ou bienle village, ensuite c’est l’aarch qui à son tour le regroupement plusieursvillages.2) Le M’Zab : tout comme la société kabyle, l’unité de base de12
  13. 13. la société est la famille.L’ensemble des familles forment la « aachira ».Plusieurs aachira forment l’ « aarch »d-2 politique :1) la Kabylie : Tajmaat : était l’institution politique qui régissait la vieCommunale, composé des vieillards et les chefs d’Iderman, car chaqueAdrum a un représentant appelé ttamen n wedrum, ensuite l’ensembleest présidé par ttamen n taddart qui est l’un des leurs.ils ontdes assemblées chaque semaine au niveau de tajmaat, pour discuter desdifférents problèmes et assurer la gestion des biens de l’ensembledu village.2) M’Zab : la ponsée politique occupe une place importante dans ladoctrine des Ibadites. C’est un véritable état qui tire ces lois de la« Chariaa ».Les institutions politiques qui guident le M’Zab sont : majlis ammi said : constitution confédérale qui gouverne àL’échelle des 7 villes, composée de « cheiks »El-Halaga : elle comprend ‘12’ membre, présidée par le cheikBaba.Chacun se trouve chargé d’une responsabilité le mouadine,Imam, Amin Al mal, le cadi, le mufti et quelques uns chargés del’instruction et du culte. Conseil Timsridines : Cette organisation féminine est régit par13
  14. 14. La Halga. Elle s’occupe de l’instruction et des toilettes funéraires aupris des femmes.Conclusion :Avec une organisation sociale presque similaire, Mozabitescontrairement aux kabyles, ont fondé un véritable état avec un systèmedemocratique qui puiseses lois de la chariaa, par contre les kabyles, n’ont mis en place qu’uneorganisation villageoise.V. interprétation des élémentssociologiques physiquement1-intimité :1) La Kabylie• Au niveau du village : l’intimité au niveau du village semanifeste par plusieurs seuils : Premier seuil *tajmaat* : se trouve à l’entrée du village.C’est l’espace d’accueil pour les étrangers et elle leurs sert d’abri. Deuxième seuil*l’hiérarchisation des voiries* : car ontrouve toujours la Rue principale qui mène généralement àTajmaat ou à la mosquée (espace public) qui, à son tour desservedes ruelles qui mènent à « lehwari » (espace semi privé), puis vient; les impasses qui mènent à « lhara » (espace privé).14
  15. 15. 2) le M’Zab :• Au niveau de la villeComme la Kabylie, l’intimité au niveau du m’zab s’exprime par desSeuils : Premier seuil * les portes de la ville* : le pointd’aboutissement des rues intérieurs et la route extérieure. Se sont desfiltres, point d’articulation de la ville et son extérieur. le deuxième seuil * marché* : c’est l’espace d’accueil dela ville. Il joue le rôle d’une deuxième porte. Il est réservé aux hommeset on ne peut pas le franchir si on n’est pas invité. troisième seuil * la hiérarchisation des voiries* :c’est à traversun réseau assez étroit et sinueux que la circulation s’effectue.Les voiries sont organisées radialement de haut en bas ethiérarchisées en rues, ruelles et impasses.Les voiries sont plus au moinscirculaires, elles suivent le rythme de différentes assiettes à différentsniveaux.• Au niveau de la maison :Le concept d’intimité est aussi matérialisé au niveau de la maison,que soit pour la Kabylie ou pour le M’Zab.1) la Kabylie :L’intimité est matérialisée par trois seuils :premier seuil : c’est « askif ».15
  16. 16. deuxième seuil : c’est « afrag ».troisième seuil : c’est « amnar » avant de franchirla porte de la maison.On a aussi les ouvertures qui sont petites et hautes pour garderl’intimité.2) le M’Zab :Marquée par plusieurs seuils : Premier seuil : une marche de 20cm qui marque l’entrée Deuxième seuil * la chicane * : l’entrée se fait toujoursen chicane, où l’homme doit donner signe avent d’entrer, elleempêche en même temps que l’intérieur de la maison soit vu del’extérieur. Troisième seuil* la répartition des espaces*: c’est uneparticularité de la maison mozabite où on trouve : salon des hommes : on y accède souvent par uneentrée séparée pour ne pas perturber la vie familiale. salon des femmes : (tizifri), il prolonge l’espacecentrale ; espace d’accueil pour les femmes. la terrasse : (tagharghart), l’accès est réservéuniquement au femmes, ça leurs permet le regroupement etla discussion. Si un homme doit monter pour des réparations il doit16
  17. 17. donner signe. troisième seuil* les ouvertures* : car la porte d’entrée est laplus importante de dimensions est marquée par un seuil.Les fenêtres sont en haut, de très petites dimensions (60*60cm) dansLe but de contrôler l’extérieur sans être vu. C’est aussi une réponseclimatique.2)-la centralité :1) la Kabylie :La centralité architecturale au niveau du village kabyle n’est pasrespectée, car généralement c’est la morphologie du site qui dictel’organisation du village, mais on a toujours « tajmaat » qui représente lecentre sociologique et moral.2) le M’Zab:La centralité évoque la position privilégiée en Islam.Ce concept est fortement interprété, tous les espaces s’articulent au tourd’un centre à tous les niveaux :o au niveau de la ville : la centralité est matérialisée parla mosquée, toujours construite sur une colline ; c’est le centre physiqueet moral de la ville.o au niveau de la maison : elle est matérialisée par« Amas n tadart » ; toutes les pièces s’articulent autour de ce dernier,lieu où se déroule la vie domestique, son ouverture au plafond est aussiune réponse climatique.3)-l’égalité sociale :1) la Kabylie :Elle est matérialisée par l’homogénéité des maisons, avecdes façades aveugles, c’est-à-dire aucun signe de richesse n’apparaît.Mais à l’intérieur, c’est qu’au nombre d’ikoufan et de l’ornementation17
  18. 18. qu’on distingue les plus riches.2) le M’Zab :Puisqu’ils puisent leurs principes de la religion, aucun signede richesse ne doit apparaître de l’extérieur. Toutes les façades doiventêtre traitées de la même manière. Ce n’est qu’on franchissant la ported’entrée que les signes de richesse apparairent.4) -la cohésion :1) la Kabylie :Les kabyles vivent toujours groupés, ça est détecté auniveau de l’organisation générale du village et au niveau de la grandemaison « lhara ».1) le M’Zab :Les maisons sont imbriquées les unes sur les autres, maispar respect au voisins, aucune ne doit porter l’ombre sur l’autre ou avoirune vue sur elle.VI. Le poids du changement :1) la Kabylie:À nos jours, le village kabyle est très rare si ce n’estintrouvable, et le peu de maisons qui résistent encore, sont désertées parleurs habitants. Et aujourd’hui, on assiste à un véritable rasage du villageancien pour mettre en place des blocs de béton2) le M’Zab :Aujourd’hui, le M’Zab est classé patrémoine mondial parL’UNESCO donc préservé mais la véritable cause pour laquelle ilpersiste toujours est la préservation du mode de vie et d’organisationsocial par les Mosabites.Conclusion :Lois de toute exhibition folklorique, on a cherchéaujourd’hui et à travers ce travail à comprendre notre passé, surtout àapprendre comment maîtriser à la fois : le site et ses contraintes, lepassage du temps et ses empreintes, mais surtout à faire de nos18
  19. 19. constructions les ambassadeurs de notre société et culture .Autant qu’étudiant en architecture notre patrimoine aujourd’hui a besoinde nous pour le faire sortir des archives et lui donner vie.Bibliographie :-Ravereau, le M’Zab une leçon d’architecture, Paris Sindbad 1981.- Domadieu / didillon, habiter le désert, Bruxelles. PierreMardaga1986.- Laoust-chantereaux .G, Kabylie coté femmes, La vie féminine àAit hichem 1937.-Brahim Benyoucef, Le M’Zab, espace et société,- Aboudaoud, les pratiques de l’espace.- sites internet :- Www. google.fr.- Www. yahoo.fr.- Www. msn.fr.19
  20. 20. 20
  21. 21. 21
  22. 22. 22
  23. 23. 23

×