11/12/2013

Interprétation de l’E.C.B.U: « de
l’examen cytologique à la culture »

Dr DECRUCQ Krystel

Quand prescrire?

1
11/12/2013

Quand prescrire?
• En cas de suspicion d’infection urinaire :
▫
▫
▫
▫
▫

Cystite compliquée
Cystite récidivant...
11/12/2013

Préanalytique
• Mode de recueil
▫ Recueil du 2ème jet urinaire après toilette
intime au préalable. Idéal 4 heu...
11/12/2013

La cytologie urinaire

Méthode d’analyse
•Sensibilité
•Reproductibilité/ Répétabilité
•Traçabilité

4
11/12/2013

Les éléments urinaires

leucocytes
• Seuil de significativité > 10 000/ mL
Isolé(s) ou en amas, leur présence ...
11/12/2013

Hématies
• Seuil de significativité > 10 000/mL
Hématurie microscopique isolée (HMI)
HMI transitoire: Effort p...
11/12/2013

Hématurie microscopique non
glomérulaire

Hématie isomorphique= hématurie provenant des voies urinaires (haute...
11/12/2013

Cristaux-Cristallurie
• Etude de la cristallurie:
▫ Recommandations préanalytiques:
1ère miction du matin ou à...
11/12/2013

Cristaux d’acide urique

Forme dihydratée

Forme urates amorphes complexes

Cristaux de phosphate de Calcium

...
11/12/2013

Cristaux de Phosphate ammoniacomagnésien (PAM) ou struvite

Marqueur d’infection à germes
uréasiques: Proteus ...
11/12/2013

Cylindres
• Cylindre hyalin:
Physiologique (N< 1000/
24heures) , ou possible après un
exercice physique violen...
11/12/2013

Cylindres
• Cylindre leucocytaire

Associé à des pathologies rénales avec
activation du facteur C3 du
compléme...
11/12/2013

La culture

Ensemencement

13
11/12/2013

Bactériurie

Les groupes de bactéries
• 1ère catégorie: « vrais uropathogènes » Escherichia coli, Staphylococc...
11/12/2013

INFECTION URINAIRE COMMUNAUTAIRE: Tableau d’interprétation
cliniques

Leuco ≥ 104/ mL

Bactériurie (UFC/mL)

N...
11/12/2013

Discordances entre leucocyturie et bactériurie
Leucocyturie sans bactériurie

Bactériurie sans
leucocyturie

C...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE

8 415 vues

Publié le

L'interprétation de l'E.C.B.U.
Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE

Publié dans : Santé & Médecine, Technologie
1 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 415
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
228
Actions
Partages
0
Téléchargements
150
Commentaires
1
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE

  1. 1. 11/12/2013 Interprétation de l’E.C.B.U: « de l’examen cytologique à la culture » Dr DECRUCQ Krystel Quand prescrire? 1
  2. 2. 11/12/2013 Quand prescrire? • En cas de suspicion d’infection urinaire : ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ Cystite compliquée Cystite récidivante, Pyelonephrite compliquée Infection urinaire gravidique Prostatite aiguë • En cas de signes infectieux sans porte d’entrée identifiée • En cas de dépistage d’une colonisation ou de bactériurie asymptomatique: ▫ ▫ ▫ ▫ Grossesse Biopsie prostatique Chirurgie urologique ou bilan urodynamique Mise en place d’une prothèse ostéo-articulaire, endovasculaire ou valvulaire cardiaque • En cas de contrôle post antibiotique Recommandations Préanalytiques 2
  3. 3. 11/12/2013 Préanalytique • Mode de recueil ▫ Recueil du 2ème jet urinaire après toilette intime au préalable. Idéal 4 heures après la dernière miction. ▫ Sonde à demeure: Jamais dans le sac collecteur, idéalement après le changement de sonde au niveau du site spécifique préalablement désinfecté . ▫ Urinocol: Désinfection soigneuse +++, pose < 1 heure Transport et Conservation • < 2 heures à T°C ambiante • < 24 heures à T°C réfrigérée • Milieux de conservation: ▫ Stabilisant de la bactériurie ▫ Stabilisant pour les cellules 3
  4. 4. 11/12/2013 La cytologie urinaire Méthode d’analyse •Sensibilité •Reproductibilité/ Répétabilité •Traçabilité 4
  5. 5. 11/12/2013 Les éléments urinaires leucocytes • Seuil de significativité > 10 000/ mL Isolé(s) ou en amas, leur présence indique une possible inflammation ou infection. Si Associés à de nombreuses cellules épithéliales pavimenteuses, une contamination vaginale possible . 5
  6. 6. 11/12/2013 Hématies • Seuil de significativité > 10 000/mL Hématurie microscopique isolée (HMI) HMI transitoire: Effort physique intense, menstruations, traumatisme mineur, activité sexuelle dans les 48 h HMI permanente Hématurie microscopique glomérulaire Dysmorphisme : hématurie d’origine glomérulaire = > 80 % des hématies présentent une anomalie membranaire (spicules, hématies fragmentées) 6
  7. 7. 11/12/2013 Hématurie microscopique non glomérulaire Hématie isomorphique= hématurie provenant des voies urinaires (hautes ou basses). Cellules ▫ Cellules épithéliales pavimenteuses 7
  8. 8. 11/12/2013 Cristaux-Cristallurie • Etude de la cristallurie: ▫ Recommandations préanalytiques: 1ère miction du matin ou à défaut une urine de la journée à jeun Analyse dans les 2 heures à T°C ambiante ▫ Détermination du pH ▫ Détermination de la densité urinaire ▫ Etude qualitative et quantitative des éléments urinaires ▫ Cristaux: nature chimique, nature cristalline, la forme cristalline, nombre, taille, présence d’aggrégats ▫ Détermination du volume cristallin global (VCG) Daudon and al, Ann Bio Clin, vol 62 Cristaux d’oxalate de Calcium Association de cristaux d’oxalate de Ca (forme whewellite et wheddelite) Forme whewellite 8
  9. 9. 11/12/2013 Cristaux d’acide urique Forme dihydratée Forme urates amorphes complexes Cristaux de phosphate de Calcium Phosphate amorphe de Ca carbonatés (PACC) Brushite 9
  10. 10. 11/12/2013 Cristaux de Phosphate ammoniacomagnésien (PAM) ou struvite Marqueur d’infection à germes uréasiques: Proteus Providencia, ureaplasma urealyticum ou Corynebacterium urealyticum Autres cristaux d’origine métabolique Cristaux de cystine = cystinurie-lysinurie congenitale 2,8 dihydroxyadénine = Déficit en adénine phophoribosyltransférase 10
  11. 11. 11/12/2013 Cylindres • Cylindre hyalin: Physiologique (N< 1000/ 24heures) , ou possible après un exercice physique violent Cylindres • Cylindres à inclusion hématique Cylindre érythrocytaire Signifient une hématurie rénale, le plus souvent glomérulaire. Cylindre hématinique 11
  12. 12. 11/12/2013 Cylindres • Cylindre leucocytaire Associé à des pathologies rénales avec activation du facteur C3 du complément (pyelonephrite aiguë, nephrite intersticielle , et la glomérulonéphrite aiguë post streptococcique) Cylindres • Cylindres granuleux Associé à une dégénérescence cellulaire tubulaire, non spécifique indiquerait une nécrose tubulaire. 12
  13. 13. 11/12/2013 La culture Ensemencement 13
  14. 14. 11/12/2013 Bactériurie Les groupes de bactéries • 1ère catégorie: « vrais uropathogènes » Escherichia coli, Staphylococcus saprophyticus • 2ème catégorie: bactéries moins fréquemment responsables d’infection urinaire souvent infection nosocomiale avec présence de facteurs favorisants : autres entérobactéries (Klebsiella spp., Proteus spp., Enterobacter spp., Morganella spp.), Enterococcus spp, Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus, Corynebacterium urealyticum,). • 3ème catégorie: bactéries qu’il faut considérer comme pathogènes si elles sont isolées à plusieurs reprises avec des bactériuries ≥ 105 UFC/mL) :Streptococcus agalactiae, Candida spp. (surtout C. albicans et C. glabrata), Staphylocoques coagulase négative (sauf S. saprophyticus), Acinetobacter baumannii, Stenotrophomonas maltophilia, Burkholderia cepacia, Olligella urethralis, Aerococcus urinae • 4ème catégorie : espèces de la flore urétrale ou génitale de proximité: Lactobacillus spp., corynebactéries (sauf C. urealyticum et C. seminale), Gardnerella vaginalis, streptocoques alpha hémolytiques. Remic, 2010 14
  15. 15. 11/12/2013 INFECTION URINAIRE COMMUNAUTAIRE: Tableau d’interprétation cliniques Leuco ≥ 104/ mL Bactériurie (UFC/mL) Nb d’espèces Commentaires + + ≥103 E. coli ou S. saprophyticus ≥105 pour les autres espèces ≤2 Infection urinaire + + < 103 + - ≥ 105 ≤2 _Patient immunocompétent: refaire ECBU, suspicion d’infection urinaire _ Immunodépression, possible infection urinaire _ Variable 103-104 ≥1 Contamination probable consécutive à un mauvais prélèvement _ Variable > 105 ≥2 Colonisation Inflammation sans bactériurie. Traitement antibiotique en cours, Recherche microorganismes à culture lente ou diffficile, étiologie non infectieuse. Remic, 2010 Infection urinaire associée aux soins chez un patient sondé cliniques Leuco > 104 /mL _ Non contributif Infection urinaire < 105 UFC/mL Inflammation sans bactériurie. Traitement antibiotique en cours. ≥103 UFC/ mL Non contributif Commentaires ≥105 UFC/ mL + Bactériurie ≤ 2 Colonisation < 103 UFC/mL Absence d’ infection urinaire ou de colonisation Remic, 2010 15
  16. 16. 11/12/2013 Discordances entre leucocyturie et bactériurie Leucocyturie sans bactériurie Bactériurie sans leucocyturie Cause néphrologiques Néphrites tubulointersticielles (lupus, maladie Kawazaki,…) Patient meutropénique Causes infectieuses IST: uréthrites à gonocoque, C. trachomatis, vaginite, tuberculose rénale, infection urinaire décapitée Début d’infection Nouveau-né Inflammation de l’arbre urinaire Calculs Radiothérapie Sondage Bactériologie médicale Merci de votre attention 16

×