Une histoire de la communication

4 990 vues

Publié le

Une histoire de la communication jusqu'aux réseaux sociaux

Publié dans : Marketing
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 990
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3 082
Actions
Partages
0
Téléchargements
25
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • La manière dont on communique a un impact sur nos interactions sociales, l’outil est au cœur de notre communication, au moins autant que le message qu’il transporte.
  • La manière dont on communique a un impact sur nos interactions sociales, l’outil est au cœur de notre communication, au moins autant que le message qu’il transporte.
    Un nouveau médium ne change pas forcément notre manière de penser ou d’agir mais il donne de nouvelles possibilités d’exploiter nos capacités (l’imagination, la créativité, notre capacité à innover etc.).
  • La dialectique s'enracine dans la pratique ordinaire du dialogue entre deux interlocuteurs ayant des idées différentes et cherchant à se convaincre mutuellement. 
  • Le language est utilisé pour former sa réputation, en donnant des infors pertinentes aux autres membres du groupe, on devient plus populaire et on gagne des aliés.
    C’est encore vrai aujourd’hui, la plupart du temps, nous nous empressons de raconter une histoire, en particulier si celle-ci sort de l’ordinaire.
  • Ce nombre provient d'une étude publiée en 1993 par l'anthropologue britannique Robin Dunbar. Dans cette étude, le chercheur analyse la taille du néocortex de différents primates et la compare au nombre d'individus de leurs groupes respectifs. Il a ainsi extrapolé ses résultats afin de déterminer un nombre maximum pour la taille d'un groupe d'humains. Ce nombre ne devrait donc théoriquement pas dépasser 150 individus. Au-dessus de ce nombre, la confiance mutuelle et la communication ne suffisent plus à assurer le fonctionnement du groupe. Il faut ensuite passer à une hiérarchie plus importante, avec une structure et des règles importantes (on le voit par exemple à l'échelle d'un pays et de son gouvernement).
    Dunbar indique par ailleurs que le langage que nous avons collectivement développé joue un rôle important dans notre capacité à entretenir des relations sociales avec environ 150 personnes. En effet, le fait de pouvoir parler à plusieurs individus simultanément permet d'établir des rapports efficaces et durables entre nous tous. En l'absence d'un tel outil de communication collective, chacun d'entre nous passerait la moitié de son temps à entretenir individuellement chacun de ses liens sociaux.
  • N’importe qui peut parler, il suffit de se rendre dans une réunion au bureau pour s’en apercevoir mais la parole n’est pas secrète, elle peut être répétée (un secret est souvent mal gardé).
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • L’interlocuteur a besoin de décoder les mots. Un mot prononcé ne signifie rien en tant que tel (exemple d’un prénom). Le récepteur doit interpréter le mot en question en fonction de son contexte etc.
  • Une histoire de la communication

    1. 1. Une histoire de la communication
    2. 2. Marshall Mc Luhan
    3. 3. Le support impact nos interactions
    4. 4. 5 « révolutions » dans la communication La parole L’écriture L’imprimerie L’audiovisuel L’internet
    5. 5. L’ère de la parole
    6. 6. La dialectique de Platon La recherche de la vérité dans le dialogue et l’argumentation
    7. 7. Le langage comme mode de coopération Une forme d’échange Un outil pour affirmer sa réputation… ou la perdre (i.e. sanction du groupe)
    8. 8. Le nombre de Dunbar: 150 Le nombre maximum d'amis avec lesquels une personne peut entretenir une relation stable à un moment donné de sa vie
    9. 9. La parole est accessible à tous… … et reste difficilement secrète
    10. 10. Une forme de communication abstraite et non durable dans le temps Un mot = une idée La mémoire comme seul moyen de retenir l’information
    11. 11. Une communication à l’étendue réduite Philippides et la bataille de Marathon Les messagers de Game of Thrones
    12. 12. Pour résumer, la parole Accessible à tous Adaptée aux petits réseaux (famille, village…) Favorise des échanges équilibrés (exception de l’armée) Favorise les traditions (besoin de baisser les coûts de transaction dans l’échange)
    13. 13. L’ère de l’écrit
    14. 14. Il y a plus de 30 000 ans, les premiers symboles Capacité à raconter une histoire de manière abstraite (grottes de Chauvet, grottes de Lascaux…) mais ne répond à priori pas à un besoin d’échange
    15. 15. La sédentarisation à l’origine de l’écriture Le développement de l’agriculture, de la notion de propriété privée et l’apparition de bâtiments publics et religieux Paiement de taxes et besoin de suivi administratif
    16. 16. Une pratique peu répandue Inutile au quotidien pour le commun des mortels Un apprentissage coûteux et complexe Un outil de contrôle pour le pouvoir (autorité centrale ou religieux)
    17. 17. Les pigeons voyageurs Envoi de messages de guerres Capacité à retrouver son pigeonnier Utilisé jusqu’à la fin de la Première Guerre Mondiale
    18. 18. La poste 1477: création sous Louis XI Ne transporte que le courrier du roi Espacés de 28 km 1576: autorisation de prendre le courrier des particuliers 1873: suppression
    19. 19. Pour résumer, l’écriture Ne remplace pas la parole, elle s’y ajoute Reste un mode de communication abstrait (i.e. symbolique) Confiné à des réseaux restreints mais potentiellement étendues Permet de fixer des règles et devient un premier outil de contrôle
    20. 20. L’ère de l’imprimerie
    21. 21. Gutenberg et l’imprimerie Les premières techniques d’imprimerie sont apparus en Chine L’imprimerie à grande échelle avec la première Bible imprimée par Gutenberg en 1454
    22. 22. Pourquoi ? Volonté de Luther de populariser les textes religieux Développement du capitalisme Croissance de la bureaucratie Croissance du nombre d’universités et baisse du taux d’illétrisme Baisse des prix
    23. 23. Une diffusion rapide 200 millions de livres au 16ème siècle en Europe, majoritairement chez les plus riches Premier quotidien en 1631 à Paris
    24. 24. Pour résumer, l’impression S’ajoute à la parole et l’écriture, ne se substitue pas Permet une diffusion rapide et peu coûteuse de l’information Première brèche dans le pouvoir autoritaire et religieux (capacité à diffuser d’autres idées) Une diffusion unidirectionnelle de l’information Ouvre un premier marché du divertissement avec les livres et les quotidiens (premières impressions d’images) Croissance du réseau: diffusion à beaucoup de lecteurs
    25. 25. L’ère de l’audiovisuel
    26. 26. Histoire de la radio • 1844 Morse développe la télégraphie sans fil mais cela se fait toujours par l’électricité • 1896 Marconi (1874-1937) invente la radio – Le signal de transmission se fait désormais par ondes hertziennes découvertes par Heinrich Rudolph Hertz (1988) • 1900-1910 La TSF permet de transmettre 15 mots minute contre 500 pour le télégraphe • 1901 première liaison transatlantique • 1995 Radio HK, première webradio • 2000 Les radios FM diffusées via le web
    27. 27. Histoire de la télévision • 1926 système televisor de Baird • 1939 20 000 récepteurs à Londres, 24 h de programme par semaine • 1936-1967 une seule chaine en France • 2005 Télévision numérique en France 2013 40 millions
    28. 28. Satisfait notre désir d’images et de sons Reproduction à bas coût Beaucoup plus « facile » que la lecture et l’écriture Volonté de vendre des radios et des postes de télévisions Production unique Réservé à une élite
    29. 29. Pour résumer, l’audiovisuel Ne se substitue pas aux autres modes de communication Permet d’étendre considérablement l’étendue de diffusion Reste une diffusion unilatérale (pouvoir concentré) Un média accessible (peu coûteux et « facile ») Premières généralisations de multiculturalisme
    30. 30. L’ère de l’Internet LES TÉLÉCOMS ET L’ORDINATEUR EN PRÉCURSEURS
    31. 31. L’essor des télécoms Le télégraphe Chappe Informations clés 1794 création par les frères Chappe – Signal lumineux visible à une distance de 25 km 1794 Premier message par la poste Paris-Lille
    32. 32. Le télégraphe électrique Informations clés 1837 premier télégraphe électrique 1838 premier télégraphe morse • Transmission par Signal électrique 1843 première ligne aux USA Baltimore-Washington 1845 première ligne en France Paris-Rouen 1851 première ligne transatlantique L’essor des télécoms
    33. 33. Le téléphone électrique 1876 invention par Graham Bell on parle et on entend par le même endroit 1922 invention du téléphone à cadran 1980 téléphone à touches 1990 téléphone sans fil et bi-bop 2000 téléphone cellulaire Aujourd’hui téléphone tactile
    34. 34. La naissance de l’ordinateur 1946 l’ENIAC (Electronic Numerical Integrator and Computer) 1952 premier ordinateur d’IBM 1964 troisième generation d’ordinateur 1972 les micro-ordinateurs 1976 le premier Apple 1977 Apple II
    35. 35. L’encyclopédie comme origine de l’Internet Volonté de rassembler l’information scientifque en un lieu L’Encyclopédie de Diderot Besoin d’indexer l’information (3x5 card) Micro-films
    36. 36. Histoire d’Internet • 1/ 1945-1970 : – émergence des acteurs, des problématiques, des techniques… Premiers réseaux (SAGE) – 1967-1969 : naissance d’ARPANET • 2/ 1970-1990 : – d’Arpanet à Internet • 3/ 1990-2000 : – D’internet au web • 4/ 2000- : – Du « web 1 » au « web 2.0 » et au web sémantique
    37. 37. Histoire d’Internet • 1945 Vannevar Bush invente l’hypertext • 1948 cybernétique « Science du contrôle et des communications “ • 1958 ARPA (Advance Research Agency) Programme militaire pour contrer Spoutnik pour communiquer et contrôler des objets • 1967 ARPANET – visant à réaliser un réseau de transmission de données (transfert de paquets) à grande distance entre différents centres de recherche sous contrat • 1978 Protocole TCP/IP • 1989-1992 Naissance du WWW World Wide Web ou Web ou WWW ou W3 ou Toile d’araignée mondiale (Tim Berners Lee) Ensemble de serveurs reliés les uns aux autres par : • Des liens physiques : réseau matériel, infrastructure d’Internet • Un protocole : HTTP (HyperText Transfer Protocol) • Des liens logiques (liens hypertextes), entre des pages web, identifiées par une adresse logique (URL : Uniform Resource Locator) et structurées par le même langage de description : HTML (HyperText Markup Language) Web accessible par un navigateur (browser) : InternetExplorer, Firefox… • Années 2000 WEB.2.0
    38. 38. Première page du WEB
    39. 39. Evolution du nombre de sites
    40. 40. IPv6 enfoui mobilité Web semantique Web 2.0 Blogs Grand public Google mi2008 1,3 Mutil Vint G CERF voIP Skype P 2 P Web entreprises eBay Amazon Yahoo Fev 1993 MOSAIC Urfist de Rennes, 2011 40 30 ans d’Internet FTP mail scientifiques ISOC IETF 1 janv 1983 IP v4 500 ordi Sept 1969 ARPANET 4 ordi 22 nov 77 internet Phil LEQUESNE infoTECHnet juin 08 1970 1980 1990 2000 2010
    41. 41. Pour résumer, Internet Ne se substitue pas aux autres modes de communication Accessible à tous Permet une diffusion point à point Développement du « prosumerism » (user generated content) Nouvelles problématiques de privacy - e-reputation - Big data

    ×