Vous souvenez-vous… ..du CCJ, des tables de Mississippi, du ping-pong, des danses?  Avez-vous compté le nombre de diner ou...
 
 
… vous souvenez-vous alors… … du poste des MP, des quartiers généraux, de la belle allée pavée…
 
 
 
… peut-être de… … la cloture blanche et barbelée au haut d’un géant mur de béton? De la rangée d’autobus verts tous les ma...
 
 
…  nous étions petits… … de la cours, du module de jeux, des paniers de basket, du  préau,  du plafond du local de musique...
 
 
 
 
 
… parfois on oublie… … je ne suis sûrement pas le seul à se rappeler avoir glissé sur cette rampe de bois…
 
 
…  vous aviez oublié?… … les briques de caoutchouc, le siège de cette balançoire où nous nous sommes balancés, l’escalier ...
 
 
 
…  je me souviens… … des avions en papiers que je laissaient tournoyer du haut de cette escalier…
 
…  alors essayez de vous rappeler… … les poutines et les pizzas “pochettes” du resto que l’on mangeait assis sous le petit...
 
…  non!  Essayez un peu plus fort… … le nombre de tours de piste que vous avez fais, la dernière fois que vous êtes allés ...
 
 
 
 
Il faut garder se souvenir en mémoire et les partager <ul><li>…  les habitants de Lahr semblent avoir réussis à ne plus vo...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Vous Souvenez Vous

312 vues

Publié le

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
312
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Vous Souvenez Vous

  1. 2. Vous souvenez-vous… ..du CCJ, des tables de Mississippi, du ping-pong, des danses? Avez-vous compté le nombre de diner ou les fois où vous aviez oublié votre carte…
  2. 5. … vous souvenez-vous alors… … du poste des MP, des quartiers généraux, de la belle allée pavée…
  3. 9. … peut-être de… … la cloture blanche et barbelée au haut d’un géant mur de béton? De la rangée d’autobus verts tous les matins et soirs…
  4. 12. … nous étions petits… … de la cours, du module de jeux, des paniers de basket, du préau, du plafond du local de musique, des murs 3 couleurs? Vous rappelez-vous, vous être assis aux pieds des arbres, sur les bordures de bétons…
  5. 18. … parfois on oublie… … je ne suis sûrement pas le seul à se rappeler avoir glissé sur cette rampe de bois…
  6. 21. … vous aviez oublié?… … les briques de caoutchouc, le siège de cette balançoire où nous nous sommes balancés, l’escalier d’acier où nous descendions, combien de fois avez-vous passé cette porte …
  7. 25. … je me souviens… … des avions en papiers que je laissaient tournoyer du haut de cette escalier…
  8. 27. … alors essayez de vous rappeler… … les poutines et les pizzas “pochettes” du resto que l’on mangeait assis sous le petit toit au bout de cette allée…
  9. 29. … non! Essayez un peu plus fort… … le nombre de tours de piste que vous avez fais, la dernière fois que vous êtes allés à l’épicerie…
  10. 34. Il faut garder se souvenir en mémoire et les partager <ul><li>… les habitants de Lahr semblent avoir réussis à ne plus voir cette cicatrice au centre de leur ville qui ne disparaitra probablement jamais. La récupération des logements de la base, de Kippenheimweiler et du Kanadaring permet de redonner vie à ces installation. Le poste de contrôle à l’entrée de la base est maintenant une petite boutique, l’avion de chasse est toujours là mais il ne semble plus voler mais décollé comme une fusée, vers le ciel, vers l’avenir. La piste d’atterissage n’ acceuille plus d’avions de chasses. Un quartier industriel commence à émerger des anciens hangars. Si comme moi, vous retournez faire un tour à Lahr, vous reconnaîtrez sûrement plein d’endroits. Mais vous aurez peut-être comme moi un malaise en pensant qu’il n’y a seulement 16 ans vous jouiez dans cette cours et que maintenant il n’y a que des arbres et du silence. </li></ul><ul><li>Si en passant je vous ai fait verser une larme, dîtes-vous que vous n’êtes pas les seuls et que notre séjour là-bas nous a tous marqués. Nos expériences vécues forment notre caractère, nous donnent une partie de notre identité. En voyant l’état de la Kaserne j’ai eu l’impression d’échapper quelque chose et de le perdre au fond de moi. Cette expérience pour moi a été exceptionnelle et inoubliable. </li></ul><ul><li>Merci! </li></ul><ul><li>… l’ensemble de ces photos et la suite au format original sur facebook… </li></ul><ul><li> Benoît Maillé, Lahr-Schwarzwald, 24 novembre 2008 </li></ul>

×