La décroissance,               ça se mesure !Ou comment politiser la simplicité volontaire et socialiser la militance ?   ...
La décroissance, ça se mesure !• Réflexions sur l’intérêt de mesurer et de  quantifier  – nos consommations de ressources ...
Postulats• Si  – La décroissance = période de transition    volontaire et démocratique qui ramènera    l’empreinte écologi...
Hypothèses• Il peut être utile de   – montrer, à travers des chiffres reliés à des pratiques,      • à quoi cela peut corr...
Limites de la mesure         -
Auto-limitations 1/5• Dans la continuité des réserves  des anti-utilitaristes (MAUSS, Alain Caillé)   – Avec l’objectif qu...
Auto-limitations 2/5• La mesure est réductrice, c’est sa fonction  même.  – Elle est partielle, partiale.  – Elle a vocati...
Auto-limitations 3/5• La recherche de données qualifiées est un  travail ardu et de longue haleine.  – qualité du débat dé...
Auto-limitations 4/5• Ce n’est pas une course à l’échalote     • « je suis plus décroissant que toi, j’ai gagné ! ».• Seul...
Auto-limitations 5/5• Si c’est déjà possible dans le système actuel  – Développement durable ?  – Croissance verte ?  – « ...
Intérêts de la mesure          -
Bonnes raisons 1/4• Rendre visible, concret, accessible, convaincant  – Contre les caricatures faciles, récurrentes et eff...
Bonnes raisons 2/4• Parce qu’un changement n’arrive pas tout seul.   – 4 moteurs       • Changements de représentations, d...
Bonnes raisons 3/4•   Décroissance = expérimentation    – Mesurer les évolutions    – Faire ressortir le maintien du nivea...
Bonnes raisons 4/4• Un processus de recherche   – Sur les rouages de nos propres habitudes et pratiques      • « Finalemen...
Mesures en pratique         -
Comparaison de 2 « modes de vie »• « Décroissant moyen »                        • « Français moyen »•   Habitat, alimentat...
*Source : observatoiredesinegalités.fr
Comparaison sur l’habitat•   3x moins de kWh     – 3 080 kWh EF / an / habitant             – 9 000 kWh EF / an / habitant...
Effet rebond• Si les ménages habitaient en 2006  – dans les mêmes logements que 20 ans    auparavant    • en termes de sur...
Effet rebond
Effet rebond• En 2010, un Français achète environ 6 fois plus  déquipements électriques et électroniques quau  début des a...
Comparaison sur l’eau                                                               TOTALm3 / habitant / an               ...
Comparaison sur l’assainissement•   Toilettes sèches                                •   Boues d’épuration…     – 2 m3 de c...
Comparaison sur les déchets•   10x moins de déchets     – 55 kg / an / personne                  – 532 kg / an / personne ...
Comparaison sur les déchetskg / habitant / an500                           Biodéchets450400                           Verr...
Comparaison sur l’alimentation• 50% deuros en plus   – 8 700 € pour le foyer                     – 5 900 € par foyer     (...
Comparaison sur le CO2 émis•   2x moins de CO2     – 10 tonnes équivalent CO2           – 20 t eq CO2•   malgré la localis...
Outils de mesure       -
ecolometre.com
ecolometre.com
leclimatentrenosmains.org
coachcarbone.org
Epilogue   -
Et alors ?• Aux tenants de la simplicité volontaire,   – On peut relier des pratiques individuelles à des données     et d...
Et alors ?• A tous  – pour dire que cet exercice démontre notre    capacité à nous réapproprier nos usages et leur    gest...
Et après ?• Une piste pour répondre à la question de plus  en plus fréquente et légitime :  – « la décroissance, d’accord,...
Et après ?• Si nous ne souhaitons pas donner à priori une définition pour  tous du bien-vivre dans la décroissance,• nous ...
Et pour finir• C’est « de surcroît » que nous sommes     • anti-capitalistes, anti-productivistes et anti-consuméristes.• ...
Merci de votre attention           -
La décroissance,               ça se mesure !Ou comment politiser la simplicité volontaire et socialiser la militance ?   ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La décroissance, ça se mesure, sans démesure ! (F)Estives 2012 à Rossignol

960 vues

Publié le

La décroissance, ça se mesure !
Ou comment politiser la simplicité volontaire et socialiser la militance ?

Réflexions sur l’intérêt de mesurer et de quantifier - par un aller-retour entre l’individuel et le sociétal - nos consommations de ressources et nos dépenses.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
960
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
255
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La décroissance, ça se mesure, sans démesure ! (F)Estives 2012 à Rossignol

  1. 1. La décroissance, ça se mesure !Ou comment politiser la simplicité volontaire et socialiser la militance ? Limites et intérêts Exemples et outils
  2. 2. La décroissance, ça se mesure !• Réflexions sur l’intérêt de mesurer et de quantifier – nos consommations de ressources et nos dépenses – par un aller-retour entre l’individuel et le sociétal « enchâsser la société dans le quotidien » et vice-versa
  3. 3. Postulats• Si – La décroissance = période de transition volontaire et démocratique qui ramènera l’empreinte écologique globale de l’humanité à 1. – Il s’agit de s’extraire « en marche » des pratiques et de la logique liées au système actuel (capitaliste, productiviste, consumériste). – Ce système a des « raisons suffisantes » d’être. – Il faut donc trouver d’autres « raisons suffisantes », cest-à-dire aussi désirables.
  4. 4. Hypothèses• Il peut être utile de – montrer, à travers des chiffres reliés à des pratiques, • à quoi cela peut correspondre et ressembler, concrètement, dès aujourd’hui. • quels en sont les plaisirs et les intérêts. – à nous-mêmes – aux autres mouvements politiques – aux élus en place (en tant que représentants des institutions) – aux personnes (particuliers) – à soi-même – mesurer dans le temps cette descente de la consommation et de la production.
  5. 5. Limites de la mesure -
  6. 6. Auto-limitations 1/5• Dans la continuité des réserves des anti-utilitaristes (MAUSS, Alain Caillé) – Avec l’objectif que cela ne devienne pas le centre de nos régulations sociales. • Une sorte de quantification de nos vies, tout aussi néfaste que la marchandisation. – Avec le souhait de garder au centre • les motivations intrinsèques de nos actions (sens, sympathie, plaisir, convivialité, goût du bien fait…) • plutôt que d’aliénantes motivations extrinsèques (argent, pouvoir, bons points d’utilité sociale ou écologique…).
  7. 7. Auto-limitations 2/5• La mesure est réductrice, c’est sa fonction même. – Elle est partielle, partiale. – Elle a vocation à agir sur le monde, pas à le décrire fidèlement.• Elle complète donc des objectifs politiques plus larges. – Comme cela a été souvent posé dans les débats sur le PIB, les indicateurs choisis reflètent des choix. Nous n’y échappons pas.
  8. 8. Auto-limitations 3/5• La recherche de données qualifiées est un travail ardu et de longue haleine. – qualité du débat démocratique ?
  9. 9. Auto-limitations 4/5• Ce n’est pas une course à l’échalote • « je suis plus décroissant que toi, j’ai gagné ! ».• Seules 2 comparaisons ont du sens : – avec une moyenne (ou médiane) nationale ou locale, à un temps T, – pour une même donnée au cours du temps (mesure longitudinale).
  10. 10. Auto-limitations 5/5• Si c’est déjà possible dans le système actuel – Développement durable ? – Croissance verte ? – « business as usual » ?• Le début de la transition – Sans attendre « les lendemains qui chantent » – Par une multiplicité d’évolutions pratiques dans des directions radicalement rénovées
  11. 11. Intérêts de la mesure -
  12. 12. Bonnes raisons 1/4• Rendre visible, concret, accessible, convaincant – Contre les caricatures faciles, récurrentes et efficaces • « vous voulez revenir à la bougie et à l’âge des cavernes ». – Pour répondre à l’inquiétude légitime • « décroître, oui, mais jusqu’où ? ». – Pour ne pas se contenter de l’argument moral • « c’est mieux ». – Pour ne pas dénier complètement l’importance de • « combien ça me/nous coûte, combien ça me/nous fait économiser ? ».
  13. 13. Bonnes raisons 2/4• Parce qu’un changement n’arrive pas tout seul. – 4 moteurs • Changements de représentations, de vision de l’avenir. • Expérimentations concrètes, ici et maintenant, qui prouvent dautres possibles. • Lente appropriation par les systèmes culturels et éducatifs. • Innovations au niveau des structures et des règles.• Construire des outils partagés pour faire bouger et articuler • les comportements personnels • les modes de fonctionnement des collectifs et des organisations • les régulations institutionnelles et politiques• La mesure = le produit ET le cadre de l’action – Performative. – Un point d’appui pour agir.
  14. 14. Bonnes raisons 3/4• Décroissance = expérimentation – Mesurer les évolutions – Faire ressortir le maintien du niveau d’usage ou de service rendu. • Mais pas pour tous les usages, tels qu’ils sont pensés aujourd’hui (propriété privée, renouvellement fréquent…) – Intégrer les externalités et le long terme • Calculs en coûts globaux (direct / indirect, achat / maintenance, individuel / socialisé). – Montrer les impacts sur de nouveaux indicateurs • la soutenabilité, • la résilience, • la relocalisation, • le pouvoir des usagers – Se prémunir d’un piège : l’effet rebond   décroissance en valeur absolue
  15. 15. Bonnes raisons 4/4• Un processus de recherche – Sur les rouages de nos propres habitudes et pratiques • « Finalement, ma consommation de ceci n’est pas comme je pensais… » – Sur les rouages de notre système • « Finalement, la priorité va d’abord à la diminution de telle consommation qui est la plus importante en volume… » – Sur le fonctionnement démocratique et technocratique de notre société • Pourquoi telle donnée n’est pas collectée, pourquoi n’est-elle pas publique, par qui est-elle produite, pourquoi le mode de calcul a-t-il changé ?• Se construire un minimum de culture et quelques repères précis
  16. 16. Mesures en pratique -
  17. 17. Comparaison de 2 « modes de vie »• « Décroissant moyen » • « Français moyen »• Habitat, alimentation, mobilité. – Pour des usages « normaux » = un service rendu au moins égal – Avec le niveau de vie médian français. • autour de 3500 € pour une famille avec 2 enfants.• Par des choix individuels insérés dans des dynamiques collectives.
  18. 18. *Source : observatoiredesinegalités.fr
  19. 19. Comparaison sur l’habitat• 3x moins de kWh – 3 080 kWh EF / an / habitant – 9 000 kWh EF / an / habitant • (dont 676 kWh de chauffage• Quels types de kWh ? électrique et 900 kWh d’autres – chauffage (bois) usages électriques) – électricité (Enercoop)   10x moins de CO2• Soit 600 € / an / foyer • Soit 1400 € / an / foyer• 5x moins de kWh – 60 kWh EF / m2 / an – 300 kWh EF / m2 / an• Se chauffer, se laver, cuisiner, séclairer et faire fonctionner les appareils• Eclairage public – 91 kWh par habitant• Tertiaire (commerce, bureaux, enseignement, santé, sport) – 3650 kWh par habitant
  20. 20. Effet rebond• Si les ménages habitaient en 2006 – dans les mêmes logements que 20 ans auparavant • en termes de surface et déloignement des centre-ville – leur consommation dénergie serait 10 % plus faible.
  21. 21. Effet rebond
  22. 22. Effet rebond• En 2010, un Français achète environ 6 fois plus déquipements électriques et électroniques quau début des années 1990• L’ économie « virtuelle » a un support réel bien matériel ! » http://www.stats.environnement.developpement-durable.gouv.fr/uploads/media/PointSur42.pdf
  23. 23. Comparaison sur l’eau TOTALm3 / habitant / an Français : 1 786 m3 Terrien : 1 385 m3 1000 900 800 700 600 500 822,0 Agriculture ? 730,1 400 Industrie 300 Domestique 200 35,0 100 71,0 48,0 115,5 0 0,0 BP Sur le sol Imports français  Importance du mode d’alimentation !
  24. 24. Comparaison sur l’assainissement• Toilettes sèches • Boues d’épuration… – 2 m3 de compost / an • à 1 € / L = 2 000 € / an… • Le rétablissement des cycles de la matière organique – 20% de la consommation d’eau économisée• Coût collectif des toilettes à eau et du TOUT à l’égout ? – Réseau + systèmes d’épuration + pollutions diverses (source ADEME) • Investissement : 750 € / habitant / an • Fonctionnement : 15 € / habitant / an – Assainissement = plus grande source de profit pour les entreprises de l’eau…
  25. 25. Comparaison sur les déchets• 10x moins de déchets – 55 kg / an / personne – 532 kg / an / personne • soit 220 kg / an pour le foyer• = Facteur 10 (cest-à-dire une baisse de 90%) !  Objectifs du Grenelle = diminution de 7% sur 5 ans à partir de 2008…• « Mais, j’ai acheté ce qui est dans la poubelle ! »• Mes impôts fonciers – 14% pour les déchets – 14% pour ma commune – Choix démocratiquement posé ?• Ensemble des déchets produits en France : 10 000 kg / habitant
  26. 26. Comparaison sur les déchetskg / habitant / an500 Biodéchets450400 Verre350 Emballages et papiers300250 Ordures Ménagères200 Résiduelles (OMR)150 Encombrants hors déchetterie100 Déchets verts hors50 déchetterie 0 Déchetterie BP France
  27. 27. Comparaison sur l’alimentation• 50% deuros en plus – 8 700 € pour le foyer – 5 900 € par foyer (sans manger plus bien sûr !)• C’est plus cher de manger bio et local, même en circuits courts… Et alors ? – Qualité • Alimentation = ce qui, jour après jour, nous constitue – Commerce plus équitable ?
  28. 28. Comparaison sur le CO2 émis• 2x moins de CO2 – 10 tonnes équivalent CO2 – 20 t eq CO2• malgré la localisation géographique rurale et labsence de transport en commun.• Donc je sais ce qu’il reste à faire en priorité pour arriver au facteur 4.• Habitat + alimentation + équipement + transport
  29. 29. Outils de mesure -
  30. 30. ecolometre.com
  31. 31. ecolometre.com
  32. 32. leclimatentrenosmains.org
  33. 33. coachcarbone.org
  34. 34. Epilogue -
  35. 35. Et alors ?• Aux tenants de la simplicité volontaire, – On peut relier des pratiques individuelles à des données et des enjeux collectifs. – Et ainsi refaire de la politique.• Aux tenants de la politique programmatique, – On peut s’appliquer, tester et expérimenter une idée, en situation, ici et maintenant. – Et ainsi faire de la politique autrement. – Et ainsi être accessibles, par le partage et la coopération, à nos voisins de palier.
  36. 36. Et alors ?• A tous – pour dire que cet exercice démontre notre capacité à nous réapproprier nos usages et leur gestion. – Avec une autre légitimité que celle de l’élu ou du technicien. – Et ainsi exercer le pouvoir sans le prendre.
  37. 37. Et après ?• Une piste pour répondre à la question de plus en plus fréquente et légitime : – « la décroissance, d’accord, mais comment ? »
  38. 38. Et après ?• Si nous ne souhaitons pas donner à priori une définition pour tous du bien-vivre dans la décroissance,• nous avançons un cadre méthodologique : – c’est sur la base d’idées multiples en expérimentations multiples ET par un aller-retour • entre des pratiques individuelles / collectives et des régulations institutionnelles ; • entre des changements du côté des consommateurs (demandes / usages) et des changements du côté des producteurs (offres / innovations, principalement sociales) ; – que se construit et se construira à grande échelle cette transition.• Son contexte de développement (!) est la relocalisation des activités et des niveaux de décision, c’est à dire la réappropriation de nos usages, y compris de la démocratie.
  39. 39. Et pour finir• C’est « de surcroît » que nous sommes • anti-capitalistes, anti-productivistes et anti-consuméristes.• Nous sommes d’abord des chercheurs de modes de vie différents. Avant de mettre des « grands » mots sur les problèmes et les pistes de solutions, nous nous sommes posés une question : – « Est-ce ainsi que nous voulons vivre ? ».• C’est cette interrogation radicale et anthropologique que nous voulons partager.
  40. 40. Merci de votre attention -
  41. 41. La décroissance, ça se mesure !Ou comment politiser la simplicité volontaire et socialiser la militance ? Limites et intérêts Exemples et outils

×