« Place de la Palabre »Rendez-vous chaque 1er jeudi du mois à 20h00 à lamédiathèque de Nègrepelisse un genre de ciné/café...
Le Pacte Civique• Un diagnostic : une crise, des possibles.• Une approche nouvelle du changement :– changements des compor...
Ça palabre mais après ?• Agir ou penser ?– Une pensée sans action est un rêve.Une action sans pensée est un cauchemar...• ...
Règles du jeuPrêter attention à la façon dont se passentles échanges :– d’abord essayer d’exprimer son point de vue(et pas...
Les « Palabres »1. Précédentes1. La création monétaire, la finance, la dette2. La « TVA Sociale », la fiscalité3. Démocrat...
Le sujet du jour• Circuits courts, commerce et distribution : de la fourche à la fourchette ?– Face à lindustrie agroalime...
Alimentation• Ce qui me constitue.• En 2010, la part de l’alimentationreprésente 13,4% du budget des ménages,alors qu’elle...
Définition(s)• Circuit court– Mode de commercialisation des produitsagricoles qui s’exerce soit par la vente directedu pro...
Définition(s)• Commerce– Activité dachat et de revente de biens et deservices.• Grande distribution– Commerce + grande sur...
Débat mouvantLa grande distributionn’a que des défautsLa grandedistributiona des avantagesJ’ai le sentiment de ne pas pouv...
La grande distribution• Le groupement coopératif,• E. Leclerc, Intermarché et Système U,– est une association d’entreprene...
  La grande distribution≈ charges de fonctionnementde l’Etat
La grande distribution• L’amélioration de la rentabilité des grands distributeurs aété constante depuis 1996– à titre d’ex...
La grande distribution• Le problème :– des rapports de forcedéséquilibrés.– En amont et en aval.5 centrales d’achat60 mill...
Les conséquences• Imposition des prix• Pouvoir, lobby• Choix ou non choix• Uniformisation• Supprime des emplois• Longueur ...
Les conséquences• Une captation de richesse sans précédent– Profits  partage de la richesse– Trésorerie  acteur de la sp...
Circuits longs et distants• Le pot de yaourt à lafraise– 9115 km parcourus
Circuits longs et distantsL’affaire Spanghero– L’impossible traçabilité
• Par kilo de nourriture produite– Production : 93 g/kg– Transport/stockage : 26 g/kg– Transformation : 31 g/kg– Distribut...
Gaspillage alimentaire ?• Les quantités denourriture mise àdisposition par lesdifférents circuits deconsommationdépassent ...
Gaspillage alimentaire ?• A chaque étape de lachaîne sont égalementgaspillés : sol, eau,énergie, emballages, €,temps de tr...
Gaspillage dans le monde
Gaspillage à la maisonSource : Verdicité et France Nature Environnement - 2011
Comparaison sur les déchets0501001502002503003504004505002011 2012 FranceBiodéchets Verre Emballages et papiers Ordures Mé...
Produire ou répondre à un besoin ?• Aujourdhui, nous navons pas de politiquealimentaire en France, mais une politiqueagric...
Circuits courts de proximité• « Consommer local, les avantages ne sont pas toujoursceux que l’on croit »» Note du Commissa...
Relocalisation• Si nous, habitants de Bruniquel relocalisons notre alimentation– nous protégeons 209.85 ha de terre agrico...
Données 2010 – Tarn et Garonne• Transformation à la ferme– 2 % des petites exploitations– 6 % des moyennes– 9 % des grande...
(R)évolutionnons lagriculture» http://www.colibris-lemouvement.org/revolution/revolutionn
Ici et maintenant• Dans l’ordre : manger des aliments…– issus dune production peu intensive enintrants et en machines - do...
Un changement amène l’autre…• 39 % des acheteurs bio affirment que ce mode deconsommation les a amenés à changer leurshabi...
Ici et maintenant– http://sites.google.com/site/autrementenmidiquercy/manger– http://www.midi-quercy.fr/-Agriculture-durab...
Ici et maintenant• Terre de liens : planter une ferme près dechez soi
Lecture(s)• Guide BleueCommeUneOrange :– Initiatives autour de la relocalisation de lagriculture– Centre de ressources sur...
Liens• Sur la grande distribution– http://www.themavision.fr/jcms/rw_357205/distribution-les-chiffres-clefs-2012– http://a...
Lecture(s)• Les coulisses de la grande distribution –Christian Jacquiau– éditions Albin Michel – mars 2000– Son site Inter...
Lecture(s)• La Grande (Sur-)Bouffe, Pour en finir avecle gaspillage alimentaire – Bruno LHOSTE– (86 p., 5 euros), Editions...
• Merci
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Placedela palabre 2013_5_distribution_circuitscourts

586 vues

Publié le

Circuits courts, commerce et distribution : de la fourche à la fourchette ?
Face à l'industrie agroalimentaire et à la grande distribution, des producteurs et des consommateurs souhaitent se réapproprier les activités de vente et de distribution, se connaître et redonner du sens à leurs actes : échanges équitables, relocalisation, qualité des produits, production et transformation, création d'emplois, pollution, démocratie dans l'économie...
Un peu d'histoire du commerce. Des exemples d'alternatives concrètes près de chez nous. Ce qui marche et ce qui coince.
Quelques chiffres :
En 2009, les six principaux groupes de la grande distribution détenaient près de 85 % de parts de marché du commerce alimentaire.
En 2010, 21 % des exploitations agricoles réalisaient de la vente directe.
En 2007, 37 % des Français souhaitaient acheter ailleurs que dans les grandes surfaces.
77% des midi-pyrénéens considèrent comme critère de choix important la question du local.

En partenariat avec
La Cuisine
Graines de Terroir
Les paniers de Bioule

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
586
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
13
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Placedela palabre 2013_5_distribution_circuitscourts

  1. 1. « Place de la Palabre »Rendez-vous chaque 1er jeudi du mois à 20h00 à lamédiathèque de Nègrepelisse un genre de ciné/café-débat/philo... agiter des idées. regarder dans les marges.Dans l’esprit du Pacte Civique, lancé en 2008
  2. 2. Le Pacte Civique• Un diagnostic : une crise, des possibles.• Une approche nouvelle du changement :– changements des comportements personnels ;– des modes de fonctionnements des organisations ;– des régulations institutionnelles et politiques.• Ces trois formes de changement se conditionnentmutuellement, aucune n’est suffisante à elle seule• Une démarche fondée sur lengagement et lacoopération– 32 engagements– www.pacte-civique.org
  3. 3. Ça palabre mais après ?• Agir ou penser ?– Une pensée sans action est un rêve.Une action sans pensée est un cauchemar...• Les temps / lieux pour penser de façon partagéene sont pas si courants…• Il faut des mots, des concepts pour penserautrement.• Et pourtant, cela passe aussi par REvaloriser• « L’éducation » pour et par les pratiques.• « Le changement » pour et par les pratiques.
  4. 4. Règles du jeuPrêter attention à la façon dont se passentles échanges :– d’abord essayer d’exprimer son point de vue(et pas une généralité),– écouter,• SANS réagir, sans se demander si l’on est d’accordou pas d’accord,• Nous ne sommes pas habitués, mais « débattre » et« se contredire », ce n’est pas la même chose !– ralentir le rythme,– permettre à tous de s’exprimer.
  5. 5. Les « Palabres »1. Précédentes1. La création monétaire, la finance, la dette2. La « TVA Sociale », la fiscalité3. Démocratie, vote et tirage au sort4. Qui est riche, qui est pauvre ?5. Pic pétrolier et pic des ressources6. Simplicité volontaire et décroissance7. L’éducation populaire, Monsieur, ils n’en n’ont pas voulu… (avec la Compagnie Mise enŒuvre)8. Quels passages et rites de passage liés aux cycles de vie ? (avec l’association JADES)9. Pourquoi et comment sengager dans notre époque (autour des écrits de MiguelBenasayag)10. Un emploi ou un travail ?11. La gratuité na pas de prix.12. Autour du livre de Tim Jackson "Prospérité sans croissance"13. Avril : La morale, tabou ou calcul ? (avec Nicolas Guiraudet)2. Suivantes1. Mai : Circuits courts, commerce et distribution : de la fourche à la fourchette ?2. Juin : Comment être parents aujourdhui ? (avec Ninon Bives)3. Juillet : La démocratie directe, comment ?
  6. 6. Le sujet du jour• Circuits courts, commerce et distribution : de la fourche à la fourchette ?– Face à lindustrie agroalimentaire et à la grande distribution, des producteurs et desconsommateurs souhaitent se réapproprier les activités de vente et de distribution,se connaître et redonner du sens à leurs actes : échanges équitables,relocalisation, qualité des produits, production et transformation, création demplois,pollution, démocratie dans léconomie...– Un peu dhistoire du commerce. Des exemples dalternatives concrètes près dechez nous. Ce qui marche et ce qui coince.– Quelques chiffres :• En 2009, les six principaux groupes de la grande distribution détenaient près de 85 % departs de marché du commerce alimentaire.• En 2010, 21 % des exploitations agricoles réalisaient de la vente directe.• En 2007, 37 % des Français souhaitaient acheter ailleurs que dans les grandes surfaces.• 77% des midi-pyrénéens considèrent comme critère de choix important la question dulocal.• En partenariat avec– La Cuisine– Graines de Terroir– Les paniers de Bioule
  7. 7. Alimentation• Ce qui me constitue.• En 2010, la part de l’alimentationreprésente 13,4% du budget des ménages,alors qu’elle en représentait 21,5% en1959.
  8. 8. Définition(s)• Circuit court– Mode de commercialisation des produitsagricoles qui s’exerce soit par la vente directedu producteur au consommateur, soit par lavente indirecte, à condition quil ny ait quunseul intermédiaire.» Ministère de lalimentation, de lagriculture et de lapêche• En 2010, en France, les achats via un circuit courtreprésentaient 6 à 7% des courses alimentaires,» Ademe
  9. 9. Définition(s)• Commerce– Activité dachat et de revente de biens et deservices.• Grande distribution– Commerce + grande surface + libre service.• En 2009, les six principaux groupes de la grandedistribution détenaient près de 85 % de parts demarché du commerce alimentaire.
  10. 10. Débat mouvantLa grande distributionn’a que des défautsLa grandedistributiona des avantagesJ’ai le sentiment de ne pas pouvoir décider de mon alimentationJ’ai le sentiment de pouvoirdécider de mon alimentationChacun se place et se déplacedans l’espace en fonction deson avis, de son ressenti et dece qu’il entend des autres.
  11. 11. La grande distribution• Le groupement coopératif,• E. Leclerc, Intermarché et Système U,– est une association d’entrepreneurs juridiquement etfinancièrement indépendants les uns des autres. Le groupementest géré par les actionnaires adhérents de la coopérative, qui sontaussi propriétaires des points de vente, selon un systèmecoopératif (« un associé, une voix »).– L’objet du groupement est de mettre en commun des moyens(centrale d’achat, enseignes, politiques commerciales, moyensfinanciers) pour développer des outils et actions destinés àassurer la compétitivité des points de vente.• Les groupes intégrés• Carrefour, Casino, Auchan,– le magasin est détenu et géré par le groupe de distribution.– Pour certains petits formats, une plus grande indépendance estparfois accordée au gérant du magasin, via la franchise, pouraccroître la performance au vu de la concurrence locale.
  12. 12.   La grande distribution≈ charges de fonctionnementde l’Etat
  13. 13. La grande distribution• L’amélioration de la rentabilité des grands distributeurs aété constante depuis 1996– à titre d’exemple, le taux moyen du résultat d’exploitation sur lechiffre d’affaires d’Auchan, Carrefour et Casino s’est élevé de 1 à2,5 points entre 1996 et 2006. - source Natixis.– Si sur la même période, la rentabilité opérationnelle des principauxindustriels de l’agroalimentaire a davantage augmenté que celledes distributeurs (+ 6 points pour Danone), la performanceboursière a été nettement plus élevée chez les distributeurs etdépasse largement la moyenne du CAC 40.• Si la rentabilité de la distribution s’est érodée avec la crise,les marges ont en général à nouveau augmenté en 2010(source Linéaires/Coface).
  14. 14. La grande distribution• Le problème :– des rapports de forcedéséquilibrés.– En amont et en aval.5 centrales d’achat60 millions de consommateursproducteurs
  15. 15. Les conséquences• Imposition des prix• Pouvoir, lobby• Choix ou non choix• Uniformisation• Supprime des emplois• Longueur de la chaine = standardisation / conservation industrielle• Emballages ++• Empêche linnovation –> conformisme• Entraine la disparition des petits producteurs• Logistique entraine la normalisation• Poids du référencement
  16. 16. Les conséquences• Une captation de richesse sans précédent– Profits  partage de la richesse– Trésorerie  acteur de la sphère financière• Une externalisation des impacts– En amont• Poids du référencement dans les négociations commerciales.– Marges arrières : promotions, mises en tête de gondole, panonceaux, parutions danscatalogues…– + Des pénalités pour retards de livraisons, pour codes-barres erronés, des clauses de reprisedarticles invendus ou prévoyant une baisse des prix en cas de diminution des cours de matièrespremières.• Standardisation des produits (ex fruits et légumes).• Les légumes pourrissent dans les champs et cest toujours lagriculteur qui paye lafacture.– En aval• Modèle « tout voiture », consommation d’espace– Un hypermarché de périphérie génère 4 fois plus de circulation automobile par million d’euros dechiffre d’affaires, qu’un supermarché de quartier.• Sur-consommation et gaspillage– Publicité, marketing– DLC et DLUO• Tissu économique local (commerces et emplois)• Un poids économique important = un lobby important (notamment via lesdépenses de publicité)
  17. 17. Circuits longs et distants• Le pot de yaourt à lafraise– 9115 km parcourus
  18. 18. Circuits longs et distantsL’affaire Spanghero– L’impossible traçabilité
  19. 19. • Par kilo de nourriture produite– Production : 93 g/kg– Transport/stockage : 26 g/kg– Transformation : 31 g/kg– Distribution : 18 g/kg– Consommation : 93 g/kg• TOTAL : 261 g/kg• Sur toute la filière– Entre 155 et 280 kilos par personne et par an• A la consommation– 95 kg par personne et par anGaspillage alimentaire et circuitslongs ?
  20. 20. Gaspillage alimentaire ?• Les quantités denourriture mise àdisposition par lesdifférents circuits deconsommationdépassent de 85 % lesbesoins alimentairesdes Français– Productivisme <>consumérismeNourrituremise àdispositionBesoinsalimentaires
  21. 21. Gaspillage alimentaire ?• A chaque étape de lachaîne sont égalementgaspillés : sol, eau,énergie, emballages, €,temps de travail…• Il faut 1000 litres d’eau pourproduire un kilo de farine / Ilfaut 16.000 litres d’eaupour produire un kilo deviande rouge.• « Pour un foyercomprenant 3 à 4personnes, nous pouvonsainsi estimerà 1 500€ le coûtdomestique du gaspillagealimentaire chaque année.» (source FNE)
  22. 22. Gaspillage dans le monde
  23. 23. Gaspillage à la maisonSource : Verdicité et France Nature Environnement - 2011
  24. 24. Comparaison sur les déchets0501001502002503003504004505002011 2012 FranceBiodéchets Verre Emballages et papiers Ordures MénagèresRésiduelles (OMR)Encombrants horsdéchetterie Déchets verts horsdéchetterie Déchetterie kg / habitant / an•= Facteur 10 (cest-à-dire une baisse de 90%) ! Objectifs du Grenelle = diminution de 7% sur 5 ans à partir de 2008…Mode d’alimentationbio, de saison, frais, local+ compost
  25. 25. Produire ou répondre à un besoin ?• Aujourdhui, nous navons pas de politiquealimentaire en France, mais une politiqueagricole,– nous avons centré nos efforts sur la politiquede production, pas d’alimentation.– Laction territoriale est la clef et les acteurslocaux ont tout intérêt à travailler ensemblepour limiter le gâchis et générer des "bouclesvertueuses".
  26. 26. Circuits courts de proximité• « Consommer local, les avantages ne sont pas toujoursceux que l’on croit »» Note du Commissariat général au développement durable (CGEDD)– Bilan CO2 de la chaîne alimentaire• Production : 57% des émissions• Transport : 17%• Fabrication d’emballages, transformation des aliments, déplacementsen voiture pour faire les courses, préparation et réfrigération chez soiet mise en décharge des déchets…– Impact des circuits de proximité• La relocalisation des impacts liés à la production (laquelle respecte lesréglementations locales, « souvent plus fortes en France et en Europeen matière environnementale » ;• Le maintien des emplois agricoles ;• La moindre quantité d’emballage ;• La création de lien social entre agriculteur et mangeur, ce qui peutconduire l’un et l’autre à mieux comprendre leurs univers respectifs,leurs contraintes, leurs besoins, etc..• L’acquisition par les citoyens d’une certaine autonomie alimentaire ;
  27. 27. Relocalisation• Si nous, habitants de Bruniquel relocalisons notre alimentation– nous protégeons 209.85 ha de terre agricole– et nous installons 11 paysans-nes• Surfaces protégées– Céréales 13,03 ha– Lait et viande bovine 133,17 ha– Légumes 1,31 ha– Légumes secs 1,56 ha– Fruit 0,76 ha– Pommes de terre 0,65 ha– Porcs 26,34 ha– Poulet de chair 12,23 ha– Poules pondeuses 5,88 ha– Rotation 14,92 ha» TOTAL 209,85 ha• Paysans-nes installés– Paysans boulangers 2– Céréaliers contribution à la consolidation de 9% de son activité– Eleveurs bovins 3– Maraichers 1– Arboriculteurs contribution à la consolidation de 10% de son activité– Eleveurs de porcs 1– Eleveurs de volailles 3» TOTAL 10,86
  28. 28. Données 2010 – Tarn et Garonne• Transformation à la ferme– 2 % des petites exploitations– 6 % des moyennes– 9 % des grandes• Circuits courts– 13 % des petites exploitations– 25 % des moyennes– 29 % des grandes
  29. 29. (R)évolutionnons lagriculture» http://www.colibris-lemouvement.org/revolution/revolutionn
  30. 30. Ici et maintenant• Dans l’ordre : manger des aliments…– issus dune production peu intensive enintrants et en machines - donc bio,– de saison,– locaux,– en circuit court,– transportés de manière optimisée vers lepoint de distribution,– transportés de manière optimisée vers lepoint de consommation,– non emballés.
  31. 31. Un changement amène l’autre…• 39 % des acheteurs bio affirment que ce mode deconsommation les a amenés à changer leurshabitudes de consommation (+3% par rapport à2011).– plus de produits de saison pour 92 % d’entre eux,– moins de gaspillages pour 89 %,– plus de produits frais pour 83 %,– achat de produits un peu différents d’avant 78%,– augmentation des dépenses alimentaires pour 70%,– diversification des lieux d’achat pour 67%,– davantage de cuisine pour 58%,– enfin, 66% déclarent acheter plus de produits en vrac.
  32. 32. Ici et maintenant– http://sites.google.com/site/autrementenmidiquercy/manger– http://www.midi-quercy.fr/-Agriculture-durable-.html– https://sites.google.com/site/producteursdupaysmidiquercy• La vente à la ferme• Les marchés de producteurs• AMAPs (Association pour le Maintien d’une AgriculturePaysanne)• Graines de Terroir• Les Jardins des Gorges de l’Aveyron (Cocagne)• Les paniers éthiques de Bioule• Les Cabas de Térésa• Katao, coopérative d’achat
  33. 33. Ici et maintenant• Terre de liens : planter une ferme près dechez soi
  34. 34. Lecture(s)• Guide BleueCommeUneOrange :– Initiatives autour de la relocalisation de lagriculture– Centre de ressources sur lesSystèmes Alimentaires Locaux
  35. 35. Liens• Sur la grande distribution– http://www.themavision.fr/jcms/rw_357205/distribution-les-chiffres-clefs-2012– http://agriculture.gouv.fr/La-distribution-alimentaire• Sur la consommation de produits bio– http://www.themavision.fr/jcms/rw_361604/chiffres-clefs-de-la-consommation-de-produits-biologiques-en-france-en-2012?cid=c_192389&portal=c_224282
  36. 36. Lecture(s)• Les coulisses de la grande distribution –Christian Jacquiau– éditions Albin Michel – mars 2000– Son site Internet
  37. 37. Lecture(s)• La Grande (Sur-)Bouffe, Pour en finir avecle gaspillage alimentaire – Bruno LHOSTE– (86 p., 5 euros), Editions Rue de léchiquier.• Global Gâchis, Le scandale mondial dugaspillage alimentaire - Tristram Stuart– 288 pages, 22 euros, Editions Rue deléchiquier.
  38. 38. • Merci

×