TD 4 
Boqi ZHANG 
zhangbq@outlook.com
Reculer c’est pour mieux avancer 
 Les ressources sont consommées par les activité qui sont mobilisées pour 
la réalisati...
Traitement des charge indirecte 
Les limites d’ABC 
 Cette méthode présente de réels atouts en terme de pilotage de produ...
Merci à vous! 
zhangbq@outlook.com
Imputation rationnelle 
Reprenons l’exemple ci-dessus. L’entreprise considère le niveau d’activité de 1000 pièces comme l’...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Td 4

253 vues

Publié le

Le fait d'ajouter plus d'informations (description, mots-clés, catégorie) permet de rendre votre contenu plus facile à trouver. Plus vous ajoutez des informations, plus votre contenu est facile à trouver.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
253
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
53
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Td 4

  1. 1. TD 4 Boqi ZHANG zhangbq@outlook.com
  2. 2. Reculer c’est pour mieux avancer  Les ressources sont consommées par les activité qui sont mobilisées pour la réalisation des produits.  Inducteur = Unité d’oeuvre  퐶표û푡 푢푛푖푡푎푖푟푒 푑′푢푛 푖푛푑푢푐푡푒푢푟 = 퐶표û푡 푑푒푠 푟푒푠푠표푢푟푐푒푠 푎푡푡푟푖푏푢é푒푠 à 푙′푎푐푡푖푣푖푡é 푣표푙푢푚푒 푑푒 푙′푖푛푑푢푐푡푒푢푟
  3. 3. Traitement des charge indirecte Les limites d’ABC  Cette méthode présente de réels atouts en terme de pilotage de produits : elle permet d’obtenir des informations précieuses dans le cadre d’une gestion stratégique de portefeuille de produits.  Une première limite tient à la complexité de la mise en application de la méthode. En effet cette technique nécessite la collecte de nombreuse informations au sein de l’organisation. Cette collecte peut être coûteuse aussi bien en temps qu’en argent.  Du fait de sa complexité, une second limite peut alors apparaître : on préférera ne pas aller dans le détail et éloigner les éléments trop complexe. Le risque est alors d’obtenir un coût partiel. En d’autre termes, la complexité de la méthode peut conduire à exclure du calcul des coûts, certaines charges étant trop difficiles à affecter.
  4. 4. Merci à vous! zhangbq@outlook.com
  5. 5. Imputation rationnelle Reprenons l’exemple ci-dessus. L’entreprise considère le niveau d’activité de 1000 pièces comme l’activité normale. Ex : Entreprise X, fabrique et vend des lits, les charges variables sont de 125€/l’unité, et les charges fixes s’élèvent à 40 000€. Si l’entreprise fixe le prix unitaire d’un produit à 250€(320), elle doit en produire combien? Si à129€(10 000), 165€(1000). Activité réelle 320 1000 10 000 퐶푖푟 0,32 = 320 1 000 1 10 = 10 000 1000 Charges variables totales 125 X 320 = 40 000 125 X 1 000 = 125 000 125 X 10 000 = 1 250 000 Charges fixe total 40 000 40 000 40 000 Charges fixes imputées 40 000 X 0,32 = 12 800 40 000 X 1 = 40 000 40 000 X 10 = 400 000 Différence d’imputation 40 000 – 128= 39 872 40 000 – 40 000 = 0 40 000 – 400 000= -360 000 Coût de production total 40 000+40 000=80 000 165 000 1 290 000 Coût de production unitaire 250 165 129 Coût variable unitaire 125 125 125 Coût de revient unitaire 40 000 + 12 800 = 165 125 000 + 40 000 = 165 1 250 000 + 40 0000 = 165

×