The Mali Crisis - What Next_Conference Memo

71 vues

Publié le

The Mali Crisis - What Next_Conference Memo

0 commentaire
0 j’aime
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Nombre de vues
Sur SlideShare
Issues des intégrations
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

The Mali Crisis - What Next_Conference Memo

  1. 1.     ViveMali is a registered NGO (#NPC 2013/006020/08), South Africa. The ViveMali registration process in Mali is underway 1     The Mali Crisis – What Next? ViveMali Mini-conference feedback: --------- * Voir ci-dessous pour la version française * --------- The ViveMali Mini-conference on the 14 May 2013 in Pretoria - South Africa gathering was a first step towards a series of youth discussions around poignant issues across the continent. Although this particular event focused on the Mali Crisis, the Founder and Managing Director of ViveMali, Mr Bouba Diemé, made it clear that the ultimate objective of his organization is to establish a platform that will offer the youth and the African diaspora the opportunity to reflect on issues that affect the continent. "Mali is what we're discussing today", he said "But we hope that the lessons we learn here will help us bring our contributions to solving issues elsewhere in our respective countries" he added, in his opening speech. Mr Diemé went on to hand over to the moderator, Mr Romeo S. Ella, not without acknowledging the presence of the representative of the Malian Embassy in SA [Mr Bagna Touré] and thanking the audience and the panel members for their attendance. The conference then kicked off with the introduction of the panelists, Prof Laurie Nathan (Director of the Centre for Mediation in Africa, University of Pretoria, Pretoria) and Mr Faith Abiodun (Faculty Advisor, International Relations Council, African Leadership Academy, ALA) and an overview of the conference schedule. To keep the level of interaction at its highest, the moderator called upon contributions from the floor after a brief historical and contextual account of the crisis. Taking the floor first, Mr Abiodun provided an overview of the origins of the conflict, stressing the importance of socio-economic factors such as the poverty that afflicted the North and the extremist Islamic influence in the region, more specifically from Libya and Algeria. Echoing on Mr Abiodun’s remarks, Prof. Laurie went on to emphasize the importance of the perceived illegitimacy of the government, the cultural differences between the North and the South and the lack of anticipation of the crisis despite evident signs of popular discontent. All agreed on the extreme levels of poverty that afflicted the North, but insisted on the fact that this situation is the same across the country and therefore did not constitute the trigger for the crisis. The audience and the counselor promptly cautioned against popular misconceptions of the Malian crisis as an ethnic one, pointing to the fact that there were no economic discrimination against the North. "If anything, the North has in fact enjoyed more attention from the government, than the rest the country" commented one of the participants.
  2. 2.     ViveMali is a registered NGO (#NPC 2013/006020/08), South Africa. The ViveMali registration process in Mali is underway 2     The failure to effectively deal with the first Touareg rebellions, the discontent within the military, the military coup and the power vacuum that followed, as well as the opportunistic involvement of extremist Islamists, combined with the poor economic and social conditions in Northern Mali constituted what Prof. Laurie described as the “lethal mixture” that ultimately brought Mali to the verge of collapse. After a very interactive first session, the debates were paused for a 20-min tea break, allowing the participants to recollect their thoughts and network before the second session. The latter, which focused on the role of regional and international organizations, the youth and the way forward, started off with a presentation by Prof Laurie, which highlighted the necessary conditions to take into account in any post-conflict reconstruction attempt in Mali. He particularly emphasized the need for a national dialogue or rather “national dialogues” as he put it. The pronounced antagonism that exists between and within the various political and social groups, the trauma caused by the occupation of the North, the human rights abuses committed during the war all call for a series of national dialogues in order to design the roadmap towards reconstruction. The so-called Touareg problem needs to be addressed through those same dialogues. Prof Laurie in his concluding remarks underlined the importance of ensuring that the reconstruction of Mali comes from domestic actors, without excluding the support role that external actors can play. Mr Abodiun, Prof Laurie and the audience also pointed out how ineffective the regional bodies have been in addressing security issues on the continent, including in Mali, due to the still predominant position that sovereignty occupies within the AU and the ECOWAS among others. It was clear from the audience’s comments that there is a general distrust towards the effectiveness of African regional bodies and the United Nations in addressing security concerns and crises within the continent. In the concluding remarks, the Moderator expressed his appreciation of the interactivity of the debates and the fact that this initiative had seen such great attendance from the youth. He went on to thank the panelists and the guests for their contributions, while encouraging ViveMali to organize further events of the kind in future. In an effort to avoid falling into the myriads of “talk shops” that Africa has become so infamous for, ViveMali ambitions to go beyond simple talks, by drafting and implementing of a detailed action plan, aimed at contributing to the post-conflict reconstruction of Mali. The youth present at the conference were inspired and animated by a strong feeling of determination; This was not only visible during the debates, but also on the heartfelt comments written on the “wishwall” made available at the end of the Conference.
  3. 3.     ViveMali is a registered NGO (#NPC 2013/006020/08), South Africa. The ViveMali registration process in Mali is underway 3     The youth saw themselves as actors capable of making a difference through the means available to them. Some of the ideas that emerged from the discussions were suggested actions in areas such as education, awareness (including through social media), fundraisers, humanitarian actions, food security, community development, women and youth development and empowerment etc. Mr Diemé acknowledged the challenges ahead of him and his team and reassured all the participants that ViveMali intends to grow from strength to strength in the near future. And judging by the success of this first initiative, we remain convinced that we’ll be seeing a lot more from ViveMali. My Comments: The Mini-conference on the Situation in Mali to me was a breath of fresh air in so many ways: • It was initiated by the youth and saw tremendous participation from the youth; • It demonstrated the young African diaspora’s willingness to contributed to the development of the continent through their active engagement with the issues that affect it; • It further was a showcase of the thinking and reasoning abilities of our youth. It was a privilege and an honor to have been associated to such an initiative and certainly hope to be able to contribute to further events and project of ViveMali. I truly believe that this organization has the leadership potential to be become the benchmark in youth initiatives within the diaspora. By Mr. Romeo S. Ella, for ViveMali Edited by Bouba Diemé
  4. 4.     ViveMali is a registered NGO (#NPC 2013/006020/08), South Africa. The ViveMali registration process in Mali is underway 4     --------- * Version française * --------- La Crise Malienne – les perspectives? Compte-rendu de la Mini-conférence organisée par ViveMali: La première mini-conférence du 14 Mai 2013 à Pretoria, Afrique du Sud était un premier pas vers une série de discussions entre jeunes sur les problèmes poignants du Mali et du continent. Bien que cet événement particulier portait sur la Crise Malienne, le Fondateur et Directeur Général de ViveMali, M. Bouba Diemé, a tenu à clarifier que l'ultime objectif de son organisation est d'établir une plateforme qui offrira à la Jeunesse et aux Africains de la Diaspora l'opportunité de réfléchir et d’échanger sur les problèmes qui affectent le continent. “Aujourd'hui, c'est du Mali qu’on discute,” dit-il “mais nous espérons que les leçons apprises ici pourront nous aider à contribuer aux solutions d'autres problèmes dans d'autres pays au futur” ajouta-t-il dans son adresse d'ouverture. M. Diemé a ainsi passé le micro au Modérateur de la conférence, M. Romeo S. Ella, après avoir remercier le représentant de l'ambassade du Mali en Afrique du Sud (M. Bagna Touré), les membres du plateau et l'audience pour leur présence à cette conférence. La conférence a ensuite débuté avec la présentation des panélistes, le Professeur Laurie Nathan (Directeur du Centre de la Médiation en Afrique, de l’Université de Pretoria, Pretoria) et M. Faith Abiodun (Conseiller pédagogique, Conseil des Relations Internationales, de l'African Leadership Academy, ALA) et un aperçu du programme de la conférence. Pour maintenir le niveau d'interaction au plus haut, le Modérateur a fait appel aux contributions de l’audience après un bref récit de l'historique et du contexte de la crise. M. Abiodun, premier au micro, a donné un aperçu sur les origines du conflit, en insistant sur l'importance des facteurs socio-économiques tels que la pauvreté qui a frappé le Nord et l'influence islamique extrémiste dans la région, et plus particulièrement venant de la Libye et de l'Algérie. Faisant écho des remarques de M. Abiodun, le Professeur Laurie a continué à mettre l'accent sur l'importance de l'illégitimité perçue du gouvernement, les différences culturelles entre le Nord et le Sud et le manque d'anticipation de la crise, malgré des signes évidents de mécontentement populaire. Tous étaient d'accord sur les niveaux extrêmes de pauvreté qui affligent le Nord, mais ont aussi insisté sur le fait que cette situation est la même dans tout le pays et ne peut donc constituer l'élément déclencheur de la crise.
  5. 5.     ViveMali is a registered NGO (#NPC 2013/006020/08), South Africa. The ViveMali registration process in Mali is underway 5     L'assistance et le Conseiller mirent en garde contre les idées fausses populaires sur la crise malienne qui font penser que la crise est un conflit ethnique, pointant le fait qu'il n'y ait jamais eu une discrimination économique envers le Nord du pays. “Plutôt, le Nord, durant les années récentes a bénéficié de plus d’effort de la part du gouvernement que les autres régions du pays” a commenté un participant. L'incapacité à traiter efficacement avec les premières rebellions Touaregs, le mécontentement au sein de l'armée, le coup d'état militaire et le vide du pouvoir qui a suivi, ainsi que l'implication opportuniste des islamistes extrémistes, combinées avec les mauvaises conditions économiques et sociales dans le nord du Mali constituaient ce que Professeur Laurie décrit comme le «mélange mortel» qui a finalement amené Mali au bord de l'effondrement. Après une première session très interactive, les débats ont été suspendus pour une pause thé de 20 minutes, permettant ainsi aux participants de recomposer leurs pensées et faire connaissance avant d'entamer la deuxième session. La deuxième partie a porté sur le rôle des organisations régionales et internationales, la jeunesse et la voie à suivre. Elle a débuté par une présentation du Professeur Laurie, qui a souligné les conditions nécessaires à prendre en compte dans toute tentative de reconstruction post-conflit au Mali. Il a particulièrement insisté sur le besoin d’un dialogue national plutôt que des “dialogues nationaux”. Divers facteurs comme l'antagonisme prononcé qui existe entre les divers groupes sociaux et politiques, le traumatisme causé par l'occupation du Nord, les abus des droits humains commis pendant la guerre, appellent tous a des séries de dialogues nationales dans le but d'élaborer une carte de route pour une reconstruction du Mali. Le dit 'problème Touareg' a besoin d'être adressé à travers ces mêmes dialogues. Prof Laurie dans ses remarques finales souligna l'importance d'assurer que la reconstruction du Mali soit le produit des efforts des acteurs nationaux, sans pour autant exclure le rôle de support que pourrait jouer les acteurs extérieurs et internationaux. M. Abiodun, Prof Laurie et l'audience et le public ont également souligné l'inefficacité des corps régionaux à adresser les issues de sécurité sur le contient, notamment au Mali, à cause de la prédominance de la question de la souveraineté des nations dans l'Union Africaine (UA) et la CEDEAO, entre autres. Il était clair suivant les commentaires de l'audience, qu'il y a un manque de confiance dans les capacités des corps régionales Africaines et des Nations Unies (UN) quand il s'agit d'adresser les problèmes sécuritaires et les crises sur le continent.
  6. 6.     ViveMali is a registered NGO (#NPC 2013/006020/08), South Africa. The ViveMali registration process in Mali is underway 6     Dans ses dernières remarques, le Modérateur a exprimé son appréciation pour la vive interaction dans les débats et aussi pour la grande participation de jeunes dans cette initiative. Il a ensuite remercié les panélistes et les invités pour leurs contributions, tout en encourageant ViveMali d'organiser d'autres événements de ce genre à l'avenir. Dans un effort pour éviter de tomber dans les myriades de "palabres" tristement populaires en Afrique, les ambitions de ViveMali devront aller au-delà des discussions, par la rédaction et la mise en œuvre de plans d’actions visant à contribuer à la reconstruction post-conflit au Mali. Les jeunes présents à la conférence ont été inspirés et animés par un fort sentiment de détermination, ce n'était pas seulement visible pendant les débats, mais aussi sur les commentaires sincères écrits sur le "wish-wall" mis à disposition à la fin de la conférence. Les jeunes se sont vus comme des acteurs capables de faire une différence avec les ressources qui leur sont disponibles. Une bonne partie des idées générées pendant les discussions ont été des actions suggérées dans les domaines comme l'éducation, la sensibilisation (surtout à travers les media sociaux), la collection de fonds, les actions humanitaires, la sécurité alimentaire, le développent communautaire et le développent des femmes et des enfants. M. Diemé a conclu en expliquent que son équipe et lui reconnaissent la grande ampleur des challenges dont le Mali fait face, tout en rassurant les participants que ViveMali a l'intention de s’agrandir et de se développent amplement le futur proche. Jugeant le succès de cette première initiative, nous restons convaincus que nous verrons beaucoup de ViveMali. Mes Commentaires : La Mini-conférence sur la Crise au Mali pour moi, a été une bouffée d'air frais à bien d’égards : • Elle a été initié par la jeunesse et vit une formidable participation de jeunes; • Elle a démontré la volonté de la jeune Diaspora africaine à contribuer au développement du continent à travers leur participation active aux problèmes qui l'affectent; • Elle a été en outre une vitrine de la pensée et des capacités de raisonnement de nos jeunes.
  7. 7.     ViveMali is a registered NGO (#NPC 2013/006020/08), South Africa. The ViveMali registration process in Mali is underway 7     Ce fut un privilège et un honneur d'avoir été associé à une telle initiative et certainement espère être en mesure de contribuer à d'autres événements et projets de ViveMali. Je crois vraiment que cette organisation a le potentiel de leadership à devenir une référence en matière d'initiatives de la jeunesse au sein de la Diaspora. Par Mr. Romeo S. Ella, pour ViveMali Traduit en Français par Abdramane Diabaté & Hassanatou Diallo, for ViveMali Corrigé par Bouba Diemé