BPCEL’Observatoire    ÉTUDES DES COMPORTEMENTS FINANCIERS                                          Le Groupe BPCE est le d...
.   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   . ...
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Bpce lobservatoire 2010
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bpce lobservatoire 2010

739 vues

Publié le

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
739
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bpce lobservatoire 2010

  1. 1. BPCEL’Observatoire ÉTUDES DES COMPORTEMENTS FINANCIERS Le Groupe BPCE est le deuxième groupe bancaire en France. Avec 8 200 agences et 127 000 collaborateurs, il est présent sur tout le territoire français grâce à ses deux enseignes phares que sont Banque Populaire et Caisse d’Epargne mais aussi avec Natixis, le Crédit Foncier, le Crédit Coopératif, la Banque Palatine… Son ambition : devenir le groupe des banques préférées des Français et de leurs entreprises. Avec BPCE L’Observatoire, les économistes de BPCE font partager leurs analyses sur des sujets économiques et de société proches du cœur de métier du groupe : la banque commerciale et l’assurance. Chaque numéro est constitué d’une analyse récurrente de la conjoncture de l’épargne et d’un thème titre analysé sous un angle original, mêlant économie et sociologie et toujours axé sur les comportements financiers. Le thème central de ce premier numéro LE NOUVEL ÂGE est consacré à la problématique des retraites. DES RETRAITES ASPIRATIONS ET STRATÉGIES D’ÉPARGNE CONJONCTURES EPARGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . .I à X LE NOUVEL ÂGE DES RETRAITES. . . . . . . . . . . . 13 CHAPITRE I Les termes de l’équation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 CHAPITRE IINOVEMBRE 2010 Retraite et vie active : les regards des Français . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 CHAPITRE III L ’épargne-retraite : pratique récurrente, marché émergent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
  2. 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .BPCEL’Observatoire... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .ConjoncturesEpargneLa note d’analysede BPCE L ’ObservatoireAvec un taux d’épargne qui a atteint près de 17%à l’automne 2009, les Français ont plus que jamais donnéle sentiment d’être repliés sur la liquidité dans une stratégied’épargne de précaution face à l’ampleur de la crise.Cette image est trompeuse. Certes, la crise a laissé destraces profondes et affecté les comportements financiersdes ménages mais jamais au point d’anesthésier leur volontéde consommer et de remettre en cause leurs stratégies delong terme. A court terme, c’est moins leur propension àconsommer qui a été bouleversée que leurs références enmatière de risque, de rendement et d’arbitrage des actifs. l’indicateur global de confiance 1 au premier semestre 2010 a poursuivi, même si elle s’est infléchie, la tendance antérieure au redressement. Le jugement porté par les Français apparaît plus1. Une crise pessimiste aussi bien sur la situation économique généralequi ne passe pas (dont ils jugent depuis janvier 2010 qu’elle s’est à nouveau dégradée) que sur les perspectives de lors que l’économie atteints au plus fort des crises chômage, d’inflation ou de pouvoirA française est sortie de la récession depuis dix-huit mois, les enquêtes auprès desménages traduisent la antérieures (1995 et 1993). De même, la perception des perspectives économiques et de la situation financière future est également plus dégradée d’achat. En revanche, l’Eurobaromètre 2 montre des 1 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages européens administrée par les instituts statistiques nationaux etpersistance d’un climat de crise que lors des points bas compilée par Eurostat sur la base d’undans la société. L’indicateur de antérieurs à 2008. questionnaire harmonisé entre les 27 pays adhérents. La France a été mise enconfiance des ménages publié perspective avec les seuls pays de la zone euro ou ceux de l’Union européenne à 15.chaque mois par l’Insee depuis Pessimisme collectif, 21987 a certes dépassé le point réalisme individuel Enquête menée une ou deux fois par an par TNS pour la Commission européennebas atteint entre septembre 2008 A cet égard, les Français se sur l’opinion publique en Europe etet mars 2009 mais reste au distinguent de la moyenne des effectuée auprès des ménages des 27 pays adhérents et des pays postulantniveau, voire en deçà, des creux Européens de la zone euro, dont à l’Union européenne. I

×