Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×
LIBERSACRAMENTORUMNOTES    HISTORIQUES             E T LITURGIQUES                          SUR LE          MISSEL        ...
Biblio!èque Saint Libère                    http://www.liberius.net                © Bibliothèque Saint Libère 2010.Toute ...
L/1B E RSACRAMENTORUMNOTES HISTORIQUES & LITURGIQUES     SUR LE MISSEL ROMAIN        TRADUIT DE LITALIEN   AVEC LAUTORISAT...
N1HIL OBSTAT :                        IMPRIMATUR : Mechliniae, 18 Martii 1929*         M e c h l i n i a e , 21 Martii   1...
ECCLESIAE • MISERICORDIAM . CONSECVTAE . I N • MAGNIFICENTIA           PATRIS • ALTISSIMI • ET - IESV • CHRISTI          E...
CHAPITRE PREMIER        LA   LITURGIE    QUADRAGÉSIMALE         A   ROME       E même que la vigile dominicale, dans latte...
de Pâques, précisément comme lavait fait lapôtre saintJacques le juste.                                           e   Nous...
deuil, on ne célébrait pas le divin Sacrifice aux jours des fériés                                                        ...
jusquaux joies de la fête pascale il y a bien six semaines; mais parce que, de ces quarante-deux jours de pénitence lon so...
cinerum. Après none, le peuple et le clergé se rassemblaientdans la basilique de Sainte-Anastasie, au pied du Palatin, où ...
On na pas réussi à découvrir exactement le critérium qui aprésidé au choix des églises stationnales pour la sainte Qua-ran...
quun examen attentif de ces péricopes scripturaires assignées par le missel romain, nous révèle mille détails historiques ...
ne pouvait pas ne pas influer puissamment sur la liturgie rte cesaint temps.   Au commencement du Carême, ou vers le diman...
Cette seconde cérémonie avait toutefois à Rome un nomspécial : in aurium aperitione, puisque en ce jour les oreilles desca...
e la seule qui, depuis le 111 siècle, fût obligatoire pour tout le peuple chrétien.   Après la lecture des plus beaux pass...
déposer, semble en effet inspirée par cet enthousiasme sublime et par cette joie qui est propre aux jeunes énergies — quas...
Aujourdhui les conditions différentes de la vie sociale ontfait que lÉglise elle-même a dû introduire quelques modifi-cati...
CHAPITRE II       LE TRIDUUM         PASCAL DANS         L E MISSEL   ROMAIN     "T ous voulons parler des cérémonies des ...
L E S RITES DE LA « FERIA V IN COENA DOMINI ».L   E jeudi de la semaine sainte à Rome sintitule de préférence     de la Co...
e   Nous savons au contraire quau V I siècle, à Rome, la péni-tence canonique ne durait que quarante jours. Au commence-me...
privée que pour ladministration rituelle du sacrement delExtrême-Onction.    Aujourdhui encore, en effet, dans le missel, ...
plus, les assistants et même les murs de lhabitation où se dé-roule la cérémonie.   La consécration du Chrême se faisait e...
Il faut remarquer à ce propos que, en général, les onctionsfaites avec le Chrême sur la tête des évêques et même sur lescl...
point un caractère vraiment propre, puisque lintroït est pris                                             eà celle du mard...
prêtre qui, maintenant encore, précède le chant sacerdotal Vert dignum, en sorte que le Canon missae commence véritablemen...
suivant, dans une chapelle convenablement ornée; ce rite luiaussi date seulement de la fin du moyen âge, durant la période...
E                 LA V I       F É R I É « IN PARASCEVE ».L   A PROCESSION STATIONNALE. Jésus avait prédit quun pro-      ...
dépoque très postérieure, et représente un souvenir amoindri,  nous dirions même déformé, de ce qui fut lusage primitif de...
mais lordre romain primitif apparaît toutefois meilleur et pluslogique : au terme de la procession stationnale avec la sai...
sacrifices et des holocaustes sanglants dans le temple national  des Hébreux.    Vient ensuite le cantique responsorial dH...
eau delà du V siècle, car la terminologie et linspiration révèlentprécisément lépoque léonienne.    Dans la hiérarchie rel...
aperçu de la profonde lacune produite par labsence de lana-phore eucharistique, mais, du moins, lordonnance habituellenaur...
tant toujours une interpolation dans le missel de lÉglise deRome, où, jusquau bas moyen âge, lhymnodie ne fut jamaisadmise...
la Résurrection. Quoique complexes, les rites décrits dans lemissel romain se réduisent tous cependant à un schéma trèsord...
bien tout un traité théologique sur le mystère de la rédemption.   Saint Jérôme, écrivant à un diacre de Plaisance, a desp...
L E BAPTÊME. Ainsi sécoulait la plus grande partie de la nuit;vers laurore, la procession des catéchumènes et du haut cler...
« Confirmatio » précisément du nom attribué à lépiclèse eucha-ristique dans la liturgie espagnole : confirmatio sacramenti...
LA SAINTE LITURGIE        DE LA SEPTUAGÉSIME A PAQUES                 DIMANCHE DE SEPTUAGÉSIME.             Station à Sain...
stations solennelles aux basiliques patriarcales de Saint-Laurent,Saint-Paul et Saint-Pierre, comme pour mettre le jeûne p...
et x, 1-5). Cela peut être seulement leffet dune coïncidencefortuite, mais cela peut être aussi leffet dun choix intention...
La parabole évangélique (MATTH., X X , 1-16) du vigneronet des ouvriers fait allusion à la vocation des gentils à la foi.I...
laccès facile aux sacrements, et davoir entendu la parole divine. Il faut faire effort : operamini; il faut suivre la voie...
Lintroït est triste, mais solennel, tel quil convenait auxcirconstances dans lesquelles la station fut instituée, cest-à-d...
et moi aussi je le suis; ils sont de la descendance dIsraël, etmoi aussi; ils sont de la race dAbraham, et moi aussi; ils ...
De son côté, saint Grégoire commenta cette parabole aupeuple de Rome, rassemblé aujourdhui près du sépulcre desaint Paul. ...
DIMANCHE DE QUINQUAGÉSIME.                       Station à   Saint-Pierre.C    ETTE solennelle synaxe près de la confessio...
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Liber sacramentorum (tome_3)
Prochain SlideShare
Chargement dans... 5
×

Liber sacramentorum (tome_3)

2,004

Published on

0 commentaires
0 mentions J'aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Be the first to like this

Aucun téléchargement
Vues
Total des vues
2,004
Sur Slideshare
0
À partir des ajouts
0
Nombre d'ajouts
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
24
Commentaires
0
J'aime
0
Ajouts 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Liber sacramentorum (tome_3)"

  1. 1. LIBERSACRAMENTORUMNOTES HISTORIQUES E T LITURGIQUES SUR LE MISSEL ROMAIN PAR D O M I . SGHUSTER, o. S . B . Abbé de Saint-Paul hors les Mura. TOME TROISIÈME LA SAINTE LITURGIE, DE LA SEPTUAGÉSIME A PAQUES(La Nouvelle Alliance par le Sang du Rédempteur) BRUXELLES V R O M A N T & C° f IMPRIMEURS-ÉDITEURS 3, RUE DE LA CHAPELLE Dépôt à Parla : 37, rue de Lille (VIP) 1929
  2. 2. Biblio!èque Saint Libère http://www.liberius.net © Bibliothèque Saint Libère 2010.Toute reproduction à but non lucratif est autorisée.
  3. 3. L/1B E RSACRAMENTORUMNOTES HISTORIQUES & LITURGIQUES SUR LE MISSEL ROMAIN TRADUIT DE LITALIEN AVEC LAUTORISATION DE LAUTEUR
  4. 4. N1HIL OBSTAT : IMPRIMATUR : Mechliniae, 18 Martii 1929* M e c h l i n i a e , 21 Martii 1929-J. NAULAERTS, can., lib. c e n s . F . TESSENS, v i e . g e n . DES PRESSES DE LIMPRIMERIE VRQMANT & C ° , 3, RUE DE LA CHAPELLE, BRUXELLES
  5. 5. ECCLESIAE • MISERICORDIAM . CONSECVTAE . I N • MAGNIFICENTIA PATRIS • ALTISSIMI • ET - IESV • CHRISTI ECCLESIAE • DILECTAE • ET - ILLVMINATAEQVAE • ETIAM - PRAESIDET • IN . LOCO • REGIONIS - ROMANORVMD I G N A D E O - DIGNA • DECORE -DIGNA < QVAE -BEATA • PRAEDICETVR VNIVERSO • COETVI • CHARITATIS PRAESIDENS CHRISTI • HABENS - LEGEM . PATRIS . NOMEN IGNATII EPIST . AD ROMAN
  6. 6. CHAPITRE PREMIER LA LITURGIE QUADRAGÉSIMALE A ROME E même que la vigile dominicale, dans lattente de la D « Parousie » du divin Juge, contribua de très bonne heure à substituer le dimanche chrétien à lanciensabbat de la Synagogue, ainsi les deux jeûnes hebdomadairesdu mercredi et du vendredi furent considérés, dès les tempsapostoliques, comme les deux premières bases de la semaineliturgique. Nous en trouvons les premiers indices dans la doc-trine des Douze Apôtres, dans le Pasteur dHermas, et chez Ter-tullien, selon lequel la statio comportait un lever matinal, avecla triple prière aux heures de tierce, de sexte et de none, suiviedu sacrifice eucharistique au coucher du soleil. Hermas nous atteste que, dès son temps, cette observance recevait, dun vocable militaire, le nom de s t o ; pourtant,comme nous le fait remarquer Tertullien, cette « garde » quemontait le troupeau chrétien avait le caractère dune dévotionpurement libre, au point de donner naissance à des disputesentre les montanistes et les catholiques, les premiers prétendantque ces jeûnes étaient obligatoires et se devaient prolongerjusquau coucher du soleil, les autres soutenant au contrairequon pouvait les terminer à none, après loffrande du sacrifice,et que personne ny était nécessairement astreint. Unç observance préparatoire à la fête de Pâques dut naîtreplus encore du sens même et du génie surnaturel du christia-nisme, que des canons conciliaires. En effet, Ton ne peut expli-quer dune autre façon la discipline différente des diversesEglises sur ce point; ainsi, tandis que, depuis le début, àAlexandrie, à Rome et dans les Gaules, le jeûne ne duraitquune semaine, dautres Églises se bornaient à consacrer àlabstinence les deux derniers jours de la Semaine sainte seule-ment, depuis la Cène du Seigneur le Jeudi saint, jusquau matin
  7. 7. de Pâques, précisément comme lavait fait lapôtre saintJacques le juste. e Nous ignorons les raisons qui, au 111 siècle, déterminèrentRome à prolonger le jeûne pendant trois semaines; mais ce futcertainement lexemple du Sauveur jeûnant quarante jours audésert qui influa sur les Pères de Nicée, pour que le carême pascalprescrit par eux comprît précisément quarante jours. Après cetemps, les saints Pères, daccord avec la législation civile deByzance, ne font quinculquer lobservance, déterminer lesrites, expliquer les motifs et les avantages de cette quarantainede pénitence, en sorte que, jusquà ces derniers siècles, le Carêmeétait considéré comme le pivot de la discipline catholique, la« trêve de Dieu » où la société chrétienne tout entière, ayant misde côté toute autre affaire, ayant fermé les tribunaux et lesthéâtres, se renouvelait par la pénitence et par linstructionliturgique, accumulant de nouvelles énergies pour renaître àune vie sainte avec le Christ ressuscité et triomphant. Les Orientaux, considérant comme jours de fête et, par suite,exempts du jeûne, tous les samedis et dimanches, à lexceptiondu Samedi saint, en arrivèrent à soustraire trop de jeûnes auCarême, pour quon ne lui donnât pas une espèce de compen-sation, en anticipant de quelques semaines labstinence pascale.A Jérusalem, le Carême commençait huit semaines avant Pâques,usage qui fut en partie imité même par les Latins, quand, pourajouter les quatre jours qui manquaient chez eux aux trente-sixdu jeûne quadragésimal, ils commencèrent à jeûner eux aussidepuis le mercredi de la semaine de quinquagésime, jour qui, plustard, prit son nom des Cendres imposées aux pénitents publics. Il semble que la toute première idée dun temps de pénitenceen préparation à Pâques, ait surgi surtout en vue des catéchu-mènes, qui, dans le jeûne et la prière, se préparaient à recevoirle baptême la nuit précédant Pâques. Cette conception duBaptismum poenitentiae informe aujourdhui encore une bonnepart de la liturgie quadragésimale, aussi le meilleur moyen deressusciter en nous la grâce de notre baptême et de nous exciterà en remplir les obligations sera-t-il toujours de suivre pas à paslÉglise dans le cours des instructions contenues dans le missel. A la différence de Jérusalem, où, en signe de pénitence et de
  8. 8. deuil, on ne célébrait pas le divin Sacrifice aux jours des fériés 1 de Carême, Rome ne considéra comme aliturgiques que les deux derniers jours de la sainte Quarantaine; tous les autres avaient leurs rites particuliers, leurs processions, leurs chantspropres, en sorte quil semble quen harmonie avec le caractère 2 des anaphores eucharistiques latines, les Occidentaux, etRome surtout, aient voulu, par la splendeur de la liturgie qua-dragésimale, obéir fidèlement au commandement du Sauveur,qui nous exhorte à dissimuler sous des formes joyeuses larigueur de notre pénitence. Depuis longtemps, les ieiuniorum veneranda solemnia com-mencent le mercredi des Cendres; mais dans la liturgie romaine,lon peut distinguer, aujourdhui encore, à travers diversesstratifications, différentes formules initiales de la sainte Qua-rantaine, qui, à certaines époques, se superposèrent les unes auxautres. Après le sacrifice quadragesimalis initii au premierdimanche de Carême, la signification de lantique solennitéromaine de la dominica mediante (die festo), ou mediana, troissemaines avant Pâques, est très importante. Le Pape parcou-rait la distance qui sépare du Latran la basilique stationnale 3Sessorienne, la tête ceinte du regnum , comme dans les plusgrandes solennités, et tenant en main une rose dor enduite debaume, quil donnait ensuite au préfet de la Ville. Au temps de saint Grégoire, le vrai jeûne pascal commençaitle premier lundi de Carême, comme il ressort encore aujourdhui e rde la Secrète du I dimanche de Carême, qui mentionne pré-cisément le Sacrificium quadragesimalis initii, cest-à-dire le 4début du jeûne sacré. De même le cursus de loffice divin, leshymnes, les versets, les répons, ne connaissent aucune variationdurant toute la semaine de quinquagésime. Il y a plus : le mêmesaint Pontife, dans une homélie sur lÉvangile, prononcée le e rI dimanche in quadragesima, nous atteste que de ce jour 1. Cest-à-dire jours o ù le s a i n t Sacrifice nest p a s offert. 2. Cest l e n o m d o n n é dans lantiquité par les Orientaux à c e t t e prièreintitulée aujourdhui Canon Missae. 3. Ainsi sappelait autrefois l a tiare pontificale, quand elle é t a i t c e i n t edune seule couronne. L e iriregnum d a t e d e s derniers t e m p s du m o y e n â g e . 4. Cest-à-dire lordonnance, l a disposition.
  9. 9. jusquaux joies de la fête pascale il y a bien six semaines; mais parce que, de ces quarante-deux jours de pénitence lon soustrait au jeûne les six dimanches, il ne reste en réalité que trente-six jours consacrés à la pénitence rigoureuse. Il ne comptait pointles quatre jeûnes actuels de la semaine de quinquagésime. Outre le jeudi, où, à Rome, lon omettait la messe stationnale,le dimanche après la grande vigile nocturne du samedi desQuatre-Temps était également considéré comme jour libre (Dominica vacat). La raison en était que la messe était célébrée au lever de laurore, à la fin de loffice de vigile. Toutefois sous Grégoire I I (715-731) on institua les stationsdes jeudis de Carême, en glanant les éléments psalmodiques çà etlà dans lAntiphonaire. Plus tard, et spécialement hors de Rome»là où lon ne célébrait pas les solennelles vigiles papales, le seconddimanche de Carême eut, lui aussi, lhonneur dune messe sta-tionnale propre. Ainsi fut au complet loffice quadragésimal. Une particularité très importante de lancien rite quadra-gésimal était lusage de ne prendre ni nourriture ni boissonavant le coucher du soleil. Durant le jour, le peuple et le clergévaquaient à leurs occupations habituelles, mais quand, auforum, le cadran solaire marquait lheure de none, cétait, detous les points de la cité, un concours empressé de fidèles sedirigeant vers léglise stationnale, où, très souvent, le Papeintervenait lui-même pour offrir le divin sacrifice. Ordinairement,la procession stationnale partait dune autre basilique voisine,où le peuple, arrivant peu à peu, attendait le Pontife et seshauts officiers du palais de Latran, qui apportaient les étendardset les objets précieux pour le saint Sacrifice. A peine le célébrant avait-il terminé la collecte, le cortège sedirigeait, au chant pieux de la litanie, vers léglise stationnale,où le saint Sacrifice sachevait quand déjà le soleil baissait aucouchant. Cétait comme une offrande vespérale de toute lafamille chrétienne, au terme dune journée laborieuse, sanctifiéepar la prière, par la mortification et par le travail. 1 Les Ordines Romani décrivent ainsi le rite de la feria IV x. I l s forment c o m m e une collection d e prescriptions concernant lescérémonies, m o y e n n a n t lesquelles n o u s p o u v o n s suivre p a s à p a s t o u t l e e ed é v e l o p p e m e n t de la liturgie p a p a l e à R o m e , du v i a u x v i siècle.
  10. 10. cinerum. Après none, le peuple et le clergé se rassemblaientdans la basilique de Sainte-Anastasie, au pied du Palatin, où lePontife, entouré des diacres, montait à lautel et chantait une Eprière. Par la suite, vers le X siècle, lancien rite des Cendres,imposées auparavant aux pénitents publics, se popularisa tou-jours davantage, en sorte que YOrdo Romanus XI finit par enétendre la prescription à tous les fidèles indistinctement. Quandcette cérémonie était terminée, un sous-diacre élevait la pré-cieuse croix stationnale *, et, tout le monde étant rangé enprocession, au chant des litanies et dantiennes propres à lacirconstance, on montait sur lAventin, à la basilique de Sainte-Sabine, où se célébrait la messe. Selon le même coutumier romain,le Pontife et les diacres faisaient la route nu-pieds, usage assezfréquent dans la liturgie pénitentielle de la Rome médiévale. La messe navait pas le Kyrie ou la litanie, puisque en tenaitlieu celle qui avait été récitée le long de la route; pourtant Tonrépétait lintroït, et lon accomplissait toutes les autres céré-monies habituelles de la messe papale. Avant la communion, unsous-diacre régionnaire annonçait au peuple : Crastina dieveniente, statio erit in ecclesia sancti Georgii martyris ad VélumAureum. E t la schola répondait : Deo grattas. Ensuite, après laCommunion et la collecte super populum, qui remplaçait alorsla bénédiction finale, les fidèles étaient congédiés (ite, missaest) et le clergé se retirait chez lui. On ne dit rien des Vêpres, parce quà Rome, dans le hautmoyen âge, sauf aux jours les plus solennels, elles étaient célé-brées exclusivement dans les monastères. Quand le Papenintervenait pas à la fête stationnale, un acolyte se rendaitchez lui et lui portait par dévotion un peu de coton trempé danslhuile des lampes du sanctuaire. Il disait dabord : Jube,domne, benedicere; et ayant reçu la bénédiction, il ajoutait :Hodie fuit statio ad sanctam Sabinam, quae salutat te. Le Paperépondait : Deo grattas, et ayant baisé respectueusement cettetouffe de coton, Ja remettait au cubiculaire pour quil la gardâtavec diligence, afin de la placer, après la mort du Pape, dans soncoussin funèbre. i . Elle é t a i t ainsi appelée, parce quelle é t a i t portée précisément d u r a n tl e s processions stationnales.
  11. 11. On na pas réussi à découvrir exactement le critérium qui aprésidé au choix des églises stationnales pour la sainte Qua-rantaine. De cette liste sont toujours exclues les basiliquescimitériales des martyrs, ce qui semble révéler une régle- ementation postérieure au V siècle, époque où, à cause du peude sécurité quoffrait alors la campagne romaine désolée, ladévotion populaire envers les cimetières suburbains vint à serefroidir quelque peu. On fait à peine exception pour les grandesbasiliques apostoliques et pour le sépulcre de saint Laurent, qui,dans les plus grandes solennités de lannée, cest-à-dire durantla préparation au Carême, dans la semaine pascale et pendantles trois jours qui suivent la Pentecôte, devaient constituercomme le but nécessaire des pieuses excursions des fidèles et desnéophytes hors de lenceinte de la Ville. Surtout après le bap-tême administré au Latran en la solennelle vigile de Pâques, ilsemblait dû que lÉglise entière, clergé et peuple, accompagnâtofficiellement les néophytes à ces insignes sanctuaires, et lesprésentât, pour ainsi dire, aux trois grands Patrons de Rome,Pierre, Paul et larchidiacre Laurent. Les jours consacrés aux jeûnes des Quatre-Temps ont, euxaussi, leurs stations particulières : le mercredi à la basiliqueLibérienne, le vendredi à VApostoleion du pape Pelage, et, dansla nuit du samedi, à Saint-Pierre, où se célébraient aussi les ordinations. Les saints Ordres étaient toutefois conférés dans un oratoirecontigu à la basilique Vaticane, cest-à-dire dans lintérieur dumonastère de Saint-Martin, puisque lon considérait comme unprivilège exclusif du Pape dêtre consacré sur la tombe mêmede lApôtre. Dans la liturgie romaine, la station prend souvent le caractèredune véritable fête en lhonneur du saint titulaire de légliseoù se fait la synaxe; cela apparaît fort bien, dans le misselactuel, le dimanche de sexagésime, jour où la station est dans labasilique de Saint-Paul, et le jeudi avant le dimanche inmediana, quand on célèbre la messe dans léglise des martyrsCôme et Damien. Des préoccupations hagiographiques locales ont plus ou moinsinflué sur le choix du lectionnaire quadragésimal, à ce point
  12. 12. quun examen attentif de ces péricopes scripturaires assignées par le missel romain, nous révèle mille détails historiques de grande valeur. Ainsi la messe du jeudi après les Cendres, dansléglise de Saint-Georges au Vélabre, avec le récit évangélique du Centurion de Capharnaiim, tend à faire allusion à saintGeorges, qui nous est précisément représenté par la tradition comme un valeureux soldat. Le jour suivant, la messe station-nale est dans léglise de Pammachius, contiguë au Xenodochiumdes Valerii sur le Coelius; en effet, les lectures scripturaires quiy sont faites enseignent la véritable manière de faire laumône,cest-à-dire avec la conscience pure et lâme droite. Le lundisuivant, la station se réunit sur lEsquilin, dans la basiliquead Vincula. Par suite, le souvenir du Pastor Ecclesiae simpose,et cest pourquoi il suggérera le choix de la description clas-sique du Bon Pasteur, tirée du livre dÉzéchiel. Le mercredisuivant, la fête stationnale sera dans la basilique Libérienne,et la liturgie trouvera un moyen très délicat dinsinuer leslouanges de la sainte Vierge dans la lecture évangélique elle-même. On pourrait multiplier ces exemples, en insistant sur limpor-tance de cette couleur locale qui domine toute lantique liturgieromaine et lui donne ce caractère éminemment populaire, cettevariété, cette Vive teinte dactualité, cette délicatesse de senti-ments enfin, qui pénètre si profondément dans les âmes. Cestpourquoi, si lon veut goûter lexquise beauté religieuse etesthétique du patrimoine liturgique romain, on ne peut négligerlambiance extérieure où il naquit et se développa, pour ne riendire des conditions intérieures de lâme, qui exigent une foivive et opérante, sans quoi animalis homo non percipit ea guae 1spiritus simt . Mais, en outre du culte des saints dans leurs églises station-nales, une autre grande idée domine toute la liturgie quadra-gésimale de lÉglise romaine; linstitution du Carême avait reçucomme une première impulsion de la préparation des catéchu-mènes au baptême, et ce concept grandiose de la résurrectionde lhumanité, par le moyen du Christ se relevant de la mort, i . / Cor., i l , 14.
  13. 13. ne pouvait pas ne pas influer puissamment sur la liturgie rte cesaint temps. Au commencement du Carême, ou vers le dimanche inmediana les catéchumènes les mieux disposés et les plus in-struits donnaient leur nom à lévêque pour être admis aubaptême. Ecce Pascha est, répétait saint Augustin, da nomen adBaptismum, Les noms ayant été enregistrés, le mercredi suivantlon célébrait la station dans la vaste basilique de Saint-Paul,où se faisaient les grands scrutins. Maintenant encore, laliturgie de ce jour est dominée par lidée du baptême, et lÉgliseromaine désigne aux nouveaux prosélytes, comme le modèle dela conversion véritable, lApôtre des Gentils, qui passa dans laprière et dans le jeûne les trois jours de son catéchuménat. Enoutre de la signification spirituelle de la faute originelle aveclaquelle tous les hommes naissent aveugles à la lumière de laFoi, le choix de la lecture évangélique de laveugle-né contientune délicate allusion à la cécité matérielle de lApôtre, dont ilfut guéri au moment de son baptême. La cérémonie commençait vers lheure de tierce; un acolytefaisait lappel nominal des catéchumènes, les rangeant enfile, lesgarçons à droite, les filles à gauche. Un prêtre passait ensuite,et, leur ayant imposé les mains sur la tête, il récitait une for-mule dexorcisme, mettant sur leurs lèvres du sel bénit. Lescatéchumènes se retiraient après cela, et la messe commençait.Pourtant, après la première collecte, ils étaient de nouveauappelés, et, à linvitation du diacre, ils récitaient à genouxquelques prières. Alors le lévite disait aux parrains et auxmarraines : Signale illos; et ceux-ci leur traçaient au front unsigne de croix. Trois acolytes venaient ensuite, faisant dautresimpositions des mains, signes de croix et exorcismes, après quoile diacre ordonnait : Catechumeni recédant ; si quis catechumenusest, recédât; omnes catechumeniexeant foras ; et les catéchumènesse retiraient. A lOffertoire, les parrains et les marraines présen-taient au Pape les oblations pour leurs futurs filleuls, dont lesnoms étaient lus publiquement durant le canon. Après lacommunion, le Pape faisait annoncer au peuple le jour du secondscrutin, qui commençait par les mêmes rites que le premier. e X. Correspondant a u I V dimanche d e Carême.
  14. 14. Cette seconde cérémonie avait toutefois à Rome un nomspécial : in aurium aperitione, puisque en ce jour les oreilles descatéchumènes souvraient pour la première fois à lauditionpublique de la lecture des saints évangiles. Après le chant du graduel, quatre diacres se présentaient,portant les volumes des évangiles, quils déposaient sur lesquatre angles de la table sacrée. Le Pape faisait alors unehomélie sur le caractère et limportance de la Loi évangélique ;puis un diacre lisait les premiers versets de lévangile selonsaint Matthieu, et remettait ensuite le livre à un sous-diacre,qui, après lavoir respectueusement entouré dun voile, lerapportait dans le sacrarium. Le Pontife commentait successivement les premiers versetsdes quatre évangiles, selon Tordre dans lequel ils avaient étélus par les diacres, puis il expliquait le Symbole de la Foi, ignoréjusqualors des nouveaux aspirants. Le discours terminé, unacolyte tenant dans ses bras un des enfants grecs, très nom-breux à Rome durant la période byzantine, se présentait auPape. Le Pontife demandait : Qua lingua confitentur Dominumnostrum Iesum Christum? — Graece. — Annuntia fidem illo-rum; — et lacolyte chantait ; 7UOTEiw zlq Iva au nom desenfants byzantins, fils des hauts fonctionnaires impériaux. U nautre acolyte faisait la même cérémonie pour les enfants latins;puis le Pape, après un bref exorde, enseignait aux catéchu-mènes loraison dominicale. Au commencement, il y avait à Rome trois scrutins; plustard il y en eut jusquà sept, le dernier étant réservé aumatin même du Samedi saint, quand on ne célébrait aucunautre office. Un prêtre passait alors et, traçant à nouveau surle front de chacun des aspirants le signe de la croix, il leurimposait les mains en proférant une formule dexorcisme. Puisil leur touchait les oreilles et la lèvre supérieure avec son doigthumecté de salive ; Ephpheta, quod est adaperire, in odorem sua-vitatis; et après une nouvelle imposition des mains, il faisaitréciter le Credo (Redditio symboli). Après une dernière prièrerécitée en commun, les aspirants étaient enfin congédiés, pourattendre, dans une sainte impatience, le coucher du soleil,heure où commençait précisément la solennelle vigile pascale,
  15. 15. e la seule qui, depuis le 111 siècle, fût obligatoire pour tout le peuple chrétien. Après la lecture des plus beaux passages de la Bible, où lon prélude au triomphe définitif du peuple chrétien moyennant la grâce du saint Baptême, le Pape, accompagné de quelques prêtres, diacres et ministres inférieurs, se rendait procession-nellement au magnifique baptistère du Latran, laissant dansléglise le reste du clergé et du peuple qui chantait, en répétantles invocations, les litanies des saints. Lon bénissait dabord la fontaine baptismale, dans les eaux de laquelle était répandu du chrême parfumé, puis le Papeconférait le baptême à quelques catéchumènes, et, tandis queles prêtres, les diacres et les acolytes descendus pieds nus dansla vasque sacrée, accomplissaient sur les autres le rite du sacre-ment, le Pontife entrait dans le consignatorium, et confirmaitavec le chrême les nouveaux fidèles, à mesure quon les luiprésentait. Le soleil naissant dorait déjà le sommet des monts Albainsqui se dessinent, majestueux, sur le fond de la place du Latran,quand la procession des néophytes, vêtus de blanc, suivis deleurs parrains et du Pape, rentrait dans léglise pour la célé-bration du sacrifice eucharistique pascal, où, pour la premièrefois, ils recevaient la sainte communion. Quelles douces émo-tions ! tout était nouveau pour eux, tout représentait la magni-ficence et la surabondance de la rédemption : la céleste doctrine,les saints Sacrements, la divine Liturgie de lÉglise, qui, en cejour, devait vraiment apparaître aux nouveaux fidèles, telleque la vit Hermas, sous laspect dune matrone splendide,toute rayonnante de lumière et déternelle jeunesse. La solennité baptismale à Rome se prolongeait pendant unesemaine entière; chaque jour, après vêpres, la procession recon-duisait les néophytes vêtus de blanc au baptistère, jusquaudimanche suivant, où, à la déposition des vêtements blancs, oncélébrait la station dans léglise suburbaine du martyr dequatorze ans, Pancrace, que la liturgie indiquait comme lemodèle à imiter, aux jeunes recrues de la milice chrétienne. L amesse, en ce jour qui prend maintenant encore son nom, inAlbis, de la blancheur des robes baptismales quon allait
  16. 16. déposer, semble en effet inspirée par cet enthousiasme sublime et par cette joie qui est propre aux jeunes énergies — quasi modo geniti infantes — et elle devait certainement remplir les néophytes des plus joyeuses espérances et des plus douces promesses de grâce et de bénédictions. Telle est, à grands traits, la splendide liturgie stationnale delÉglise romaine, où cette divine mère et maîtresse des peuples chrétiens manifeste un génie tout à fait spécial, pour les former à la sainteté et réaliser dans les âmes des fidèles, au moyen de ses processions, des rites et de la psalmodie sacrée, une caté- chèse aussi sublime que fructueuse. Ce que font aujourdhui les tableaux plastiques et les caté-chismes illustrés, la sainte liturgie elle-même laccomplissait directement autrefois, quand le peuple la comprenait : et len-seignement nétait pas alors moins profond, puisque, devantles tribunaux païens, il suscitait ces apologistes inspirés de notrefoi que sont les martyrs. Cette catéchèse primitive, de caractère, avant tout, liturgique, demeurait fortement gravée dans les âmes, et faisait que la doctrine chrétienne était non seulement comprise et crue, mais, ce qui est mieux, traduite pour ainsi dire en acte, dans la vie même du peuple fidèle. e r Ce fut Grégoire I , le grand restaurateur de lesprit chrétien au moyen de la liturgie surtout, qui réordonna à Rome lan-tique service stationnai. Les historiens nous le décrivent, eneffet, à la tête du troupeau chrétien, se portant en processionà tel ou tel sanctuaire des martyrs, afin de paître les fidèles parlexemple, par la parole vivante et par les saints Sacrements. Certes, même en faisant abstraction, si cétait possible, delefficacité surnaturelle de ces rites et de ces prières présentéesà Dieu collectivement par un peuple entier, il ne devait rieny avoir de plus beau et de plus émouvant que de voir ces milliersde fidèles de tout âge et de toute condition, ouvriers, patriciens,moines et haut clergé, qui, après les fatigues de la journée, trou-vaient le réconfort de leur esprit assoiffé de Dieu et du ciel dansla fête stationnale, où lunité ecclésiastique dun seul troupeauet dun seul pasteur était visiblement affirmée par la tableunique, lunique pain et le même calice eucharistique, offert àDieu au nom de tous par le suprême Pasteur.
  17. 17. Aujourdhui les conditions différentes de la vie sociale ontfait que lÉglise elle-même a dû introduire quelques modifi-cations dimportance secondaire dans ses rites. La disciplinedu catéchuménat est tombée depuis longtemps en désuétude,mais on ne peut pas dire pour cela que la liturgie quadragé-simale ait perdu son caractère de vivante actualité, puisque,encore de nos jours, les âmes qui, hors du sein de lÉglisecatholique, attendent lheure de la divine miséricorde, sontnombreuses, et cest un devoir pour lÉglise de hâter par sesprières leur conversion. Oremus et firo catechumenis nosiris,comme nous le fait dire lÉglise le vendredi saint. Le Carême est en outre le temps de la pénitence, de la cor-rection des mœurs et de la préparation à la solennité pascale,et ces conditions de lascèse chrétienne dépassent universelle-ment les siècles et simposent encore aujourdhui à tous lesfidèles. Les saintes joies de Pâques alors seront plus vives et inon-deront plus intimement le cœur du chrétien, quand celui-ci, déjàmortifié par la pénitence, se sera rendu digne de vivre une vietoute sainte, uniquement pour Dieu, à lexemple de Jésusressuscité, de qui lApôtre écrit : Mortuus est semel, quoi autem xvivit, vivitDeo > i . Rom., v i , 10.
  18. 18. CHAPITRE II LE TRIDUUM PASCAL DANS L E MISSEL ROMAIN "T ous voulons parler des cérémonies des trois derniers jours de la semaine sainte, et nous les appelons triduum x ~ pascal, selon lusage antique, qui élargissait la signi-fication de la Pâque chrétienne en sorte que le cycle liturgiquecomprît tout le mystère de la rédemption humaine, depuis lacène pascale du cénacle, jusquà laurore de la résurrection.Cest précisément en ce sens que les anciens, sans plus, don-naient le nom de Pâques au jeudi saint. Maintenant encore, lepremier jour du jeûne quadragésimal est indiqué ainsi dans uneoraison du missel : le commencement du vénérable sacrement xpascal : ipsius venerabilis Sacramenti celebramus exordium . Mieux que les autres temps, ces derniers jours du jeûne deCarême ont conservé plus fidèlement inaltéré leur caractèreliturgique primitif, sans que les modifications successives aienttrop atteint larchaïsme du rite. Nous trouverons bien desstratifications, autant que nous en voudrons ; mais non pas devraies altérations, ou déformations des cérémonies, comme celaest arrivé pour les autres parties du missel. Létude des rites du triduum pascal est très utile pour mettreen lumière ceux dont les anciens faisaient usage dans les synaxessacramentaires ordinaires tout le long de lannée. En effet,lobservance pénitentielle de ce triduum fut comme le premiernoyau, ou, pourrions-nous dire, comme la cellule primordialeautour de laquelle vint se grouper dans la suite tout le systèmeactuel de labstinence durant la sainte quarantaine. z. Secrète d u mercredi d e s Cendres.
  19. 19. L E S RITES DE LA « FERIA V IN COENA DOMINI ».L E jeudi de la semaine sainte à Rome sintitule de préférence de la CoenaDontini, tandis que dans les pays francs il prendson nom de la solennité pascale. A Rome, lhabituelle résidence papale au Latran réclamait ence jour lhonneur de la station dans la basilique du Sauveur :dautant plus que la longueur des cérémonies ne permettait pasla procession à un autre Titre urbain. Autrefois — contraire-ment à lusage ordinaire qui nadmettait quune seule messeen chaque temple — il y avait trois synaxes eucharistiques lejeudi saint : une le matin, pour la réconciliation des pénitentspublics (il faut remarquer en effet quà lorigine, ladminis-tration de tous les sacrements était unie à la célébration dusacrifice eucharistique, en sorte que le Liber Sacrameniorum,que maintenant nous appellerions le missel romain, contenait enréalité les rites des sept sacrements, en tant quils venaientsinsérer dans la célébration de la sainte messe); la secondesynaxe eucharistique avait pour but la consécration des saintesHuiles, et la troisième, in Coena Domini, vers le soir, étaitpour la communion pascale. Maintenant le rite est moins prolixe, et la discipline de lapénitence publique étant tombée en désuétude, au moins quantà la partie réservée àlévêque, les saintes Huiles sont consacréesdurant la messe même de la communion pascale. {LA RÉCONCILIATION DES PÉNITENTS. Lusage de réconcilierles pénitents à loccasion de la solennité pascale, était universelet remonte à une haute antiquité. Lesprit de lancienne liturgie romaine était en généralétranger à ce zèle exagéré si cher à lesprit irlandais et franc,peuples chez lesquels étaient en vigueur des pénitences cano-niques de douzaines et douzaines dannées, avec ladjonctiondautant de quarantaines. Ce furent précisément ces excès, quipouvaient seulement être tolérés dans un premier instant dexu-bérance délan juvénile, qui, par limpossibilité même où lepénitent se trouvait ordinairement de les exécuter, contri-buèrent à discréditer tout le système de la pénitence publique.
  20. 20. e Nous savons au contraire quau V I siècle, à Rome, la péni-tence canonique ne durait que quarante jours. Au commence-ment du Carême les coupables se présentaient au prêtre péni- etencier — il y en avait dès le I V siècle dans les principalesbasiliques de la Ville — et recevaient de lui un cilice couvert decendre quils devaient revêtir. Parfois, quelques-uns se reti-raient pour passer la sainte quarantaine enfermés en un monas-tère; toutefois la peine cessait au commencement de la solennitépascale, le jeudi saint, jour où on leur accordait publiquementlabsolution des péchés, et où on les admettait de nouveau à lacommunion. Ainsi en fut-il pour Fabiola, comme le rapportesaint Jérôme. Les rites grandioses de cette réconciliation, décrits dans le Pontifical romain actuel, proviennent en grande partie delusage gallican. Dans le rit mozarabe également, labsolutiondes coupables assume un aspect éminemment tragique, tandisque la mentalité romaine conserve jusquà lafinde lâge antiquelaustère dignité primitive, se maintenant extrêmement sobre ettrès peu encline aux effets scéniques. e Au x n siècle, la tnissa poenitentium devait être complètementtombée en désuétude, puisque VOrdo Romanus X prescrit quele Pape, vers lheure de midi, fasse simplement réciter la listedes noms de ceux qui avaient été frappés des censures promul-guées in Coena Domini, et accorde ensuite au peuple lindul- xgence habituelle . L A CONSÉCRATION DES SAINTES HUILES. L a tnissa ckrismalis,dont les formules nous sont conservées en partie dans le rite dela consécration des saintes Huiles, décrit dans le Pontificalromain actuel, a des précédents fort anciens, L a bénédiction delhuile apparaît déjà dans les Canones Hippolyti comme unecérémonie ordinaire en chaque messe de fête célébrée parlévêque. Avant de terminer lanaphore eucharistique, quandon bénissait les prémices de la saison, les herbes, les légumeset les fruits, on consacrait aussi lhuile, pour quelle servîtensuite à oindre les malades, tant dans un but de dévotion i . P. L. (édit. Migne), L X X V I I I , col. 1009.
  21. 21. privée que pour ladministration rituelle du sacrement delExtrême-Onction. Aujourdhui encore, en effet, dans le missel, à cet endroit ducanon, se conserve intacte la conclusion de cette bénédictionprimitive : Per quem haec omnia, Domine, semper bona créas, sanc-tificas, vivificas, benedicis et praestas nobis; ici les mots Haecomnia signifient les céréales, les fruits, lhuile, apportés à lautel,et non, comme on pourrait le croire aujourdhui, les oblatseucharistiques, qui ne seraient certes pas désignés trop conve-nablement par le terme collectif : haec omnia... créas... vivi-ficas, benedicis. Les Ordines Romani nous décrivent le rite observé par lePape dans la bénédiction des saintes Huiles. Quelques ampoulesdhuile étaient déposées sur la table même de lautel, mais,pour satisfaire les instances du peuple, tandis que le Pontiferécitait les prières prescrites par le Sacramentaire pour la béné-diction de lhuile des infirmes, les évêques et les prêtres qui,aux jours les plus solennels, concélébraient avec le Pape, serendaient au Podium et y répétaient des rites identiques sur lespetits vases que leur présentaient les fidèles. Dans lantiquité en effet, chacun voulait conserver chez soide cette huile bénite; dautant plus que dans la formule deconsécration toujours en usage, il ne sagit pas exclusivementde lhuile destinée à ladministration sacramentelle de lExtrême-Onction aux mourants, mais on invoque en général la grâce dela santé : Omni ungenti, gustanti, tangenti tutamentum mentiset corporis... ad evacuandos omnes dolores, omnem infirmitatemomnem aegritudinem. Cest pourquoi les fidèles se servaientautrefois de cette huile comme aujourdhui de celle des lampesde quelque sanctuaire plus vénéré, ou de leau de la grottede Lourdes. Quand la maladie devenait sérieuse et que lesonctions de pure dévotion privée étaient jugées insuffisantes,on appelait les prêtres, et alors lhuile bénite, employée pré-cédemment en un rite de simple piété personnelle, devenaitla matière nécessaire du sacrement de TExtrême-Onction.Quelque chose de ce genre se voit encore chez les Orien-taux, qui, après avoir donné lHuile sainte au malade, ontlhabitude doindre, par dévotion, avec celle qui reste en sur-
  22. 22. plus, les assistants et même les murs de lhabitation où se dé-roule la cérémonie. La consécration du Chrême se faisait entre la communion duPape et celle du clergé. Dabord le Pontife soufflait sur lam-poule dhuile parfumée, y traçant le signe de la croix; puis,comme il était de règle à Rome pour toute consécration, ilchantait une longue prière eucharistique, ou préface, conservéeencore aujourdhui dans le Pontifical. On y retrace lhistoiredu symbolisme scripturaire appliqué à lonction dhuile depuisle rameau dolivier porté à Noé par la colombe, jusquà FonctiondAaron par Moïse, et à lapparition de la colombe après lebaptême du Christ dans le Jourdain. Cette Consecratio chris-matis, comme on lappelle, a la forme dune véritable épiclèse,puisque la prière est adressée au Père, afin que, par les méritesdu Sauveur Jésus, Il envoie lEsprit Saint, infusant sa puissancedivine dans la liqueur parfumée, pour quelle devienne pourles baptisés le Chrême de salut. La bénédiction de lHuile pour les onctions qui précédaient le baptême des catéchumènes était plus simple. Dans lancienne liturgie, ces onctions voulaient évoquer celles dont usaient les lutteurs dans le cirque, afin de rendre les membres agiles et de sentraîner à lépreuve. Comme ceux quon allait baptiser devaient soutenir le dernier et définitif combat contre le démon, dans lacte quils étaient sur le point daccomplir solen- nellement, pour renoncer à ses oeuvres et à ses vanités, ainsi, comme pour les fortifier, leur faisait-on sur la poitrine et surles épaules — en Orient sur tout le corps — ces typiques onctions dhuile bénite. La collecte que le Pape récitait sur lhuile des catéchu-mènes, exprimait élégamment cette pensée que la vertu delEsprit Saint prépare intérieurement les aspirants au sacrementde la régénération spirituelle, en dissipant dans ce but tous lesartifices du démon, et en purifiant les âmes et les corps afin queSancti Spiritus operatione... sit unctionis huius praeparatiouiilis ad salutem. Doù apparaît simplement comme un contre-sens, venu de lusage gallican et passé ensuite dans le Pontificalromain, le rite doindre les mains des nouveaux prêtres aveclhuile destinée aux catéchumènes avant le baptême.
  23. 23. Il faut remarquer à ce propos que, en général, les onctionsfaites avec le Chrême sur la tête des évêques et même sur lescloches lors de leur bénédiction, sont des cérémonies que, durantde nombreux siècles, les Ordines Romani se refusèrent à admet-tre. L a tradition liturgique papale, durant le haut moyen âge,préféra en effet ignorer ces onctions si chères aux pays de ritgallican, et aux fantaisies de limagination elle préféra la rigueuret lexactitude de lexpression théologique ; ce don précieux grâceauquel la Summa Theologica de saint Thomas, sans aucunsentimentalisme, mais avec une angélique perspicacité, res-semble à Tune de ces classiques constructions de la Renaissance,sobres, élégantes, dignes et sérieuses, auxquelles on ne peutrien enlever ni ajouter. L A MESSE POUR LA COMMUNION PASCALE. Les deux synaxesprécédentes devaient absorber une bonne partie de la journéedu jeudi saint; aussi était-il explicable que la troisième messe,celle du soir in Coma Domini, restât fidèle au rite archaïque dela Pannuchis, cest-à-dire commençât immédiatement par lecanon le divin Sacrifice. On sait en effet que toute la premièrepartie de la liturgie eucharistique, avec la triple lecture, lapsalmodie intercalaire, le sermon du président, la prière lita-nique à la fin, provient de lusage des synagogues et na aucunerelation essentielle avec la messe. Dautres synaxes non sacra-mentaires se déroulaient aussi avec un rite identique. Loffrandedu divin Sacrifice pouvait suivre ou non, selon les cas, cettecatéchèse dorigine juive; mais souvent, comme dailleurs àRome tous les vendredis primitivement, lassemblée se séparaitaprès la prière litanique, sans quaucune consécration ni com-munion ne suivît. La liturgie des Présanctifiés, à la férié inParasceve, est dorigine tardive et étrangère, comme nous leverrons par la suite. En vue dépargner le temps, à la messe vespérale de laCoena Domini, lon omettait les lectures et la psalmodie, pourcommencer tout de suite par la préface. Cette disposition estprimitive, et nous est aussi attestée par les Ordines. Il en demeuremême quelque trace dans le missel actuel. En effet, la première partie de la messe du jeudi saint na
  24. 24. point un caractère vraiment propre, puisque lintroït est pris eà celle du mardi saint, la collecte à la V I férié in Parasceve, lalecture de lApôtre à la vigile nocturne, et que celle de lévangileselon saint Jean est empruntée au mardi précédent. Dans lemissel de Pie V, au mardi de la semaine sainte est assignée lalecture de la Passion du Seigneur selon saint Luc, mais cestlà une disposition assez tardive, puisque, dans les lectionnairesromains du haut moyen âge, la lecture du lavement des piedsselon le texte de saint Jean se trouve régulièrement assignée à lastation du mardi. Du reste, que la lecture évangélique de saintJean à la messe du jeudi saint révèle un caractère adventiceet accuse une modification postérieure, on peut aussi le déduiredu fait quelle nest point en relation intime avec la CoenaDomini, dont le concept domine au contraire toute la liturgiede cet après-midi. La collecte sur loblation est importante — la secrète actuelle, qui avait, dans la liturgie romaine antique, le caractère dune préparation des âmes avant quon procédât, dans le canon, à lasanctification et à loffrande du sacrifice. —«Que notre sacrificevous soit rendu acceptable, par Celui qui aujourdhui mêmelinstitua, et voulut que nous aussi loffrions en sa mémoire. » Dans lantiquité, le canon eucharistique commençait préci-sément par ce que nous appelons improprement aujourdhui laPréface. Le Sacramentaire grégorien en contient une qui estvraiment splendide, pour la messe in Coena Domini, et il estregrettable que le goût liturgique amoindri du bas moyen âgenait transmis au missel de saint Pie V que la seule douzainede préfaces plus communes qui se répètent avec monotoniedurant les longues saisons de lannée, alors quune si granderichesse liturgique primitive de lÉglise romaine gît, presqueignorée, dans les manuscrits. La préface de ce jour se déroulaittout entière sur la trahison de Judas et sur la bonté du Seigneur,qui, au moyen du banquet eucharistique, tenta les suprêmesefforts pour attendrir, mais en vain, ce cœur endurci. Le mot Praefatio, comme nous lavons déjà dit ailleurs, causeune équivoque parce quil semble désigner le chant Vere dignumet iustum est qui précède le Te igitur du Canon consécratoire.A u contraire, la préface est ce bref dialogue entre le peuple et le
  25. 25. prêtre qui, maintenant encore, précède le chant sacerdotal Vert dignum, en sorte que le Canon missae commence véritablement aux mots : Vere dignum et iustum est, pour se terminer avec la doxologie : Omnis honor et gloria. A lorigine, rien ne venait troubler lunité littéraire de cetteanaphore eucharistique. Du trisagion, à travers le Te igitur etles diptyques épiscopaux, tandis que le diacre récitait sonmémento des vivants, on passait immédiatement à lépiclèsepré-consécratoire; puis venait le récit de la dernière cène,lanamnèse, loblation, la seconde partie de la prière appelée parles Orientaux de la grande intercession, qui accompagne lalecture faite par le diacre des diptyques des défunts, et enfin lafraction des saintes Espèces. Le texte de lépiclèse dont parle le pape Pelage a subi trop deremaniements pour que nous puissions en retrouver la teneurprimitive. Pour en donner une idée approximative aux lecteurs,voici lépiclèse de la messe de la Coena Domini telle quelle étaitsans doute, à peu de chose près : Hanc oblationem Servitutis nostrae — le presbyterium toutentier des Servi Dei — sed et cunctae familiae tuae, quant iibiofferimus ob diem in qua Dominus noster lesus Christus tradiditdiscipulis suis Corporis et sanguinis sui mysteria celebranda; 1quaesumus, Domine, ut placatus accipias. (Descendat etiam,Domine, super eam Ma Sancti Spiritus lui incomprehensibilisquemaiestas, sicut quondam in hostias Patrum descendebat), quiet oblationem nostram benedictam, adscriptam, ratam, rationa-bilemque facere dignetur, ut nobis Corpus et Sanguis fiâtdilectissimi Filii tui Domini nostri Iesu Christi, qui pridiequant pro nostra omniumque sainte pateretur, hoc est hodie, accepitpanem etc. Lantienne ad Communionem, en relation avec lévangile dulavement des pieds, nest pas, elle non plus, primitive. Après lamesse, on transporte la sainte Hostie consacrée pour le jour i . Cette reconstruction, quoique h y p o t h é t i q u e , nest p o u r t a n t p a sentièrement arbitraire. Lépiclèse introduite d a n s notre t e x t e se t r o u v eencore dans u n e prière du missel, s o u s le n o m de saint Ambroise, m a i selle est dAmbroise Autpert, abbé de Vulturne. Lauteur y paraphraseet amplifie u n e ancienne anaphore hors dusage.
  26. 26. suivant, dans une chapelle convenablement ornée; ce rite luiaussi date seulement de la fin du moyen âge, durant la périodedAvignon. A Rome, à chaque messe papale, — et dans lesGaules et en Orient lon faisait de même, — on avait coutumede porter processionnellement un coffret contenant les saintesEspèces consacrées pendant une messe précédente; et cela avaitpour but dindiquer la continuité, le iuge sacrificium offert parlÉglise, depuis le soir du premier jeudi saint, jusquà la dernièremesse qui saluera laurore de la parousie : donec veniat. Quand prévalut lusage de la Communion du Pontife lui-même le vendredi saint, il suffit que lon portât la Parcelleconsacrée, selon la coutume, depuis le Latran jusquà la basi-lique stationnale de Sainte-Croix, afin quaprès la litanie ellefût versée avec le vin dans le calice pour être consommée par lecélébrant. Lusage de la déposer auparavant dans une chapelleparée comme pour les Quarante-heures, et de la porter proces-sionnellement à lautel où se célèbre la liturgie des Présanctifiés,provient de la cour dAvignon. e A u x n siècle, selon YOrdo Romanus XI, le Pape, après lamesse des Présanctifiés, se rendait directement dans loratoirede Saint-Laurent, appelé aussi Sancta Sanctorum et il y lavait tles pieds à douze clercs, tandis que les cardinaux récitaientloffice du soir. Ensuite avait lieu la distribution du presby-terium habituel, — don pécuniaire en faveur du haut et du basclergé de Rome, — après quoi, tandis quau dehors la nuit com-mençait à venir, la cour pontificale se rendait au tricliniumdu pape Théodore pour le repas. Le pardon aux pénitents, le chrême dallégresse pour lesnéophytes, lhuile fortifiante sur les membres des malades, ladivine Eucharistie dans le cœur des amis, autant de mystèresineffables damour en cette journée de la Cène du Seigneur.Avant de mourir, Il épancha la plénitude de son cœur, et,quoique nous ayant toujours aimés, de toute éternité, in finemditexit, en allant aujourdhui jusquà donner sa vie pour nous.
  27. 27. E LA V I F É R I É « IN PARASCEVE ».L A PROCESSION STATIONNALE. Jésus avait prédit quun pro- phète ne pouvait mourir hors de Jérusalem; cest pour- quoi la station de ce jour se célèbre dans la basilique Sesso-rienne, appelée aussi Sancta Hierusalem, où lon conserve unepartie considérable du bois sacré de la Croix. Il est grandement probable que, dans la disposition même dece sanctuaire, avec sa chapelle inférieure, lon ait voulu imiterle Martyrium érigé par Constantin sur le Golgotha, en sorte que, tandis que la basilique du Sauveur au Latran, avec son baptis-tère circulaire, jouait à Rome le rôle de lAnastasie de Jéru-salem, la basilique Sessorienne, avec ses oratoires anie et postcrucem correspondait au contraire an Martyrium constantinien,dont parle Ethérie dans la relation de son voyage aux lieux saints. Autrefois, le Pape avait coutume de se rendre pieds nus à lastation de ce jour, en balançant lencensoir fumant devant lesaint bois de la Croix soutenu par un diacre; tandis que lechœur chantait le long du chemin le psaume Beati immaculatiin via. En signe de profonde tristesse, ce jour était originaire-ment aliturgique, le jeûne rigoureux de la Coena Domini devantse prolonger jusquà lannonce de la résurrection. Ce fut vers ele v n siècle que lÉglise se relâcha en partie ae lanciennerigueur; et comme à Rome sétait déjà introduit lusage desmesses stationnales aux vendredis du carême, ainsi toléra-t-onaussi que, dans les titres urbains, le peuple communiât même le vendredi saint. Pendant plusieurs siècles, le Pape et ses diacresdemeurèrent fidèles à lantique discipline qui voulait quonsabstînt complètement de participer aux saints Mystères, etpar conséquent de nourriture, en un jour dédié aux larmes et eau jeûne le plus rigoureux; mais les Ôrdines Romani du x siècleinaiquent que la cour pontificale elle-même avait fini parsadapter à la coutume universelle. e Selon ces derniers rituels, en la V I férié in Parasceve, tout le 1monde à Rome communiait : communicant omnes sub silentio ;en sorte que lusage actuel de sabstenir de la communion levendredi saint est, en tant que loi liturgique universelle, i . Ordo Romanus J, P. L., loc. cit., col. 963.
  28. 28. dépoque très postérieure, et représente un souvenir amoindri, nous dirions même déformé, de ce qui fut lusage primitif de lÉglise de Rome. La cérémonie, ordinairement appelée, selon la terminologie byzantine, Messe des Présanctifiés,— laquelle est en vigueur au e moins depuis le v n siècle chez les Grecs et se célèbre tous les jours de Carême consacrés au jeûne, — résulte de la fusion de trois rites distincts : ladoration du bois de la sainte Croix, la synaxe catéchistique habituelle (lectures, psalmodie, prière litanique) précédant lanaphore eucharistique, et la communion des Présanctifiés. Dans le missel actuel, ces cérémonies sont tout à fait fondues ensemble, ce qui trouble un peu lordre et la clarté du rite; mais dans les anciens Ordines Romani elles nous sont décrites avec toute ]a précision et lexactitude désirables. Dabord le Pape se rendait processionnellement du Latran àla basilique Sessorienne, et, comme conclusion de la procession,il faisait baiser au peuple le bois sacré de la Croix, imitant encela le rite hiérosolomytain décrit par Ethérie. Cette adoration terminée, on commençait les lectures, comme cela était derègle en chaque synaxe, eucharistique ou non. Après lÉvangilevenait la grande prière litanique : Oremus, dilectissimi, etc., qui,dès le temps de Justin, faisait partie du formulaire habituel delaction sacrée, à ce point que, dans le missel actuel de saintPie V, nous invitons encore le peuple à la prière litanique aumoment de loffertoire. Oremus, dit en effet le prêtre en sadressantau peuple; mais aujourdhui aucune collecte ne suit plus linvi-tation, en sorte quil est facile de sapercevoir quil y a là unvide, un certain hiatus, qui brise le rythme; cest précisémentlabsence de la grande prière dintercession qui en est cause. Quand la litanie était terminée, le Pape, à lorigine, con-gédiait lassemblée, et sans avoir communié retournait auLatran, comme cela se faisait à Rome le mercredi saint égale- ement. Pourtant, il résulte des rituels romains du x n siècle queladoration de la Croix qui, au début, précédait la synaxestationnale et mettait fin à la procession, était alors différéejusquaprès la grande litanie, comme un rite de transition entrela cérémonie précédente et la communion des Présanctifiés.Pratiquement, une place peut sembler valoir autant que lautre,
  29. 29. mais lordre romain primitif apparaît toutefois meilleur et pluslogique : au terme de la procession stationnale avec la sainteCroix, on ladore, selon lusage de Jérusalem; ensuite commencela messe avec ses lectures habituelles, ses psaumes et ses lita-nies. Comme pourtant aujourdhui lon ne consacre pas lesdivins Mystères, ainsi, après la grande prière dintercession, lonomet lanaphore consécratoire et lon passe tout de suite auPater, qui, avant la réforme de saint Grégoire, précédait immé-diatement la communion. Ladoration de la sainte Croix le vendredi saint provient,comme nous lavons dit, de lusage de Jérusalem, tel quà la fin edu i v siècle il nous fut décrit par la pèlerine Ethérie. Mais enpeu de temps, ce rite se répandit dans toute la chrétienté etdevint une des cérémonies caractéristiques du vendredi inParasceve. Selon lusage de Rome, le Pape aspergeait dabordle bois sacré avec du baume parfumé, dans la chapelle de Saint-Laurent au Sancta Sanctorum; puis, durant le trajet du Latranà la basilique Sessorienne, lui-même, contrairement à la cou-tume occidentale, balançait lencensoir devant la sainte relique,ce qui indique que la cérémonie a été importée à Rome delOrient où précisément cette fonction dencenser est attribuéeparfois aux évêques et aux prêtres. L A SYNAXE DANS LA BASILIQUE SESSORIENNE. La premièrepartie de la messe de ce jour conserve intact le caractère antiquede la synaxe romaine, telle quelle était ordinairement avant e rque, vers lépoque du pape Célestin I , surgît la Schola avec sesgrandes exécutions de psalmodie antiphonique, qui modifièrenten partie la simplicité primitive des synaxes stationnales. Aujourdhui donc, aucun chant dintroït, aucune litanieprécédant les lectures, mais, comme dans les anciennes syna-gogues où prêchaient Paul et Barnabe, trois lectures alternantavec le chant dun répons et la collecte du président. On com-mence par la lecture du chapitre v i dOsée, où est annoncé le plandivin de la rédemption future. Après trois jours dattente dansle sépulcre des vices, lhumanité ressuscitera à la voix du Christ,triomphateur de la mort et de lenfer, Lui qui substituera leculte universel de la foi et de lamour, à lantique régime des
  30. 30. sacrifices et des holocaustes sanglants dans le temple national des Hébreux. Vient ensuite le cantique responsorial dHabacuc, que la tradition ecclésiastique avait déjà destiné à loffice du vendredi. Cest un hymne détonnement, dadmiration, démotion pro- fonde de lâme à la vue des nouvelles œuvres de Dieu qui, dans la plénitude des temps, manifesta sur le Calvaire, dans toute sa redoutable majesté, la sainteté infinie de sa nature, laquelle exige du monde pécheur un si terrible sacrifice de réconciliation. Justice effrayante qui remplit de terreur le prophète; mais en même temps, mystère damour ineffable, puisque cest le même Dieu qui prend sur Lui-même la peine qui menaçait le coupable. La lecture de lExode vient ensuite; elle se rapporte au repas de lagneau pascal. Le symbolisme ne pouvait être ni plus approprié ni plus parfait, puisquil ressort de la narration évan- gélique quà lheure même où, dans le temple, la trompette donnait le signal de limmolation des agneaux, le véritable Agneau de la Pâque éternelle, Jésus, expirait sur la Croix. Après cette lecture vient le psaume responsorial 13g qui décrit si bien les sentiments de la divine Victime du Golgotha, la désolation de son âme et la confiance entière quelle met en Dieu, qui la ressuscitera et la rendra bienheureuse par la gloire de son visage. Comme troisième lecture, on récite la Passion selon saint Jean, suivant lindication déjà donnée par les Ordines Romani e du i x siècle. A lorigine, quand cette lecture était terminée, ilétait de règle que lhomélie du président la suivît; il en étaitainsi du temps de saint Léon et de saint Grégoire, et cette pré-dication épiscopale mettait fin à la première partie, disonscatéchistique, de la synaxe, cest-à-dire celle à laquelle étaientadmis même les catéchumènes. Après quils avaient été con-gédiés, les fidèles initiés demeuraient seuls dans léglise, et ilscommençaient par échanger le baiser de paix, afin de prendrepart ensuite à la commune prière dintercession, de formelitanique, dont nous avons parlé précédemment. Le texte de cette prière, tel quil nous est conservé pour levendredi saint dans le missel, est très ancien quant à son noyauprimitif; mais la rédaction actuelle peut difficilement remonter
  31. 31. eau delà du V siècle, car la terminologie et linspiration révèlentprécisément lépoque léonienne. Dans la hiérarchie religieuse, lantépénultième rang estattribué aux confessores. Sous ce titre, ce ne sont déjà plus ceuxqui avaient souffert pour la foi sans toutefois succomber auxtourments quon désigne, comme cela se faisait encore au eI V siècle, mais, selon la terminologie du Sacramentaire léonien,il sagit simplement ici au contraire des moines, en tant que,par laustérité de leur vie, ils exprimaient une confession con-tinuelle, douloureuse, sinon sanglante, de la foi chrétienne. La collecte pour lempire romain est significative, et ellereçoit sa pleine lumière des formules parallèles du Sacramen-taire léonien, dans lesquelles les destinées du monde semblentindissolublement associées à celles de la Res Publica de la Romeéternelle. Tertullien nous atteste lui aussi quon priait pro mot a finis, dans ce sens que, précisément, la conservation de la pax romana était ce qui retardait la fin du monde, qui, sans le Capitole, aurait au contraire couru à labîme. Cest en ce sens que quelques-uns interprétaient les phrases obscures de lApôtreaux Thessaloniciens, relativement à la Puissance qui empêche Satan de triompher du christianisme, A la différence dune prière ambrosienne très connue, oùTon intercède aussi pour les confesseurs condamnés au bagne,ad metalla, — et ce sont là les vrais conf essores au sens primitifdu mot, — la litanie romaine se contente simplement dinvoquerla divine piété afin que aperiat carceres ; non pas pour inonder ànouveau les cités de malfaiteurs, mais pour que — selon lan-tique concept romain du carcer, destiné moins à faire subir unepeine aux coupables, quà garder les accusés durant le procès— elle démontre linnocence, rouvre la prison et que laccusérecouvre la liberté. La litanie terminée, il aurait été plus régulier que, laissant decôté lanaphore consécratoire, lon eût repris laction eucha-ristique au Pater noster. Il eût suffi de porter sur lautel loffrandeconsacrée, et den déposer une parcelle dans le calice, selon le erite habituel de Yintinction qui peut dater au moins du I I siècle,et dont il est demeuré un souvenir dans notre messe privée elle-même; puis lon eût procédé à la communion. On se serait
  32. 32. aperçu de la profonde lacune produite par labsence de lana-phore eucharistique, mais, du moins, lordonnance habituellenaurait subi aucune altération. A u contraire, vers la fin dumoyen âge, on voulut transporter à ce moment de la cérémonieladoration de la sainte Croix, et il en résulta la séparation dela grande litanie dintercession davec la présentation surlautel des oblats présanctifiés. LADORATION DE LA SAINTE CROIX. Le rite et le formulairepour ladoration du bois sacré — puisquil sagissait exclusi-vement de la vraie Croix du Seigneur et non dune simulacre debois ou de métal représentant le divin crucifié, comme cela estpermis aujourdhui par la rubrique — sont assez antiques, ettrahissent une origine franchement orientale. Toutefois ilsfurent introduits un peu tard à Rome, puisque les Ordines lesplus anciens mentionnent simplement le verset : Ecce Lignumavec, pour le trajet, le psaume 118 : Beati immaculati in via...Cette cérémonie sappelait en grec « Exaltation de la sainteCroix », ce qui explique bien le titre et lorigine de la fête hié-rosolymitaine du 14 septembre où lon célébrait justement ladédicace du Martyrium et Ton montrait la Croix au peuple. Le trisagion bilingue intercalé dans le chant des Improperia— en partie inspirés par lapocryphe dEsdras — est antique,à tel point que les monophysites tentèrent den détourner lasignification trinitaire, en y ajoutant les mots : Toi qui pour nousftùs crucifié. Linterpolation fut condamnée comme hérétique, etsi lÉglise romaine continua à chanter le trisagion durant lado-ration de la sainte Croix, elle le fit justement pour confirmer lasignification trinitaire de linvocation, puisque le sacrifice duCalvaire représente précisément lacte de culte définitif et parfaitrendu par le Pontife suprême de la création à lauguste Trinité.Jamais en effet, comme sur le Golgotha, ne resplendit lineffablesainteté du Dieu Un et Trine, et la gloire du divin Crucifiéqui meurt en entonnant lhymne de la résurrection, ce splen-dide psaume 21 avec lalléluia de la reconnaissance à Yahweh. Le poème de Venance Fortunat, Lustris sex que lon chante tdurant ladoration de la sainte Croix, provient de lusagegallican, et quelque plein damour quil soit, il représente pour-
  33. 33. tant toujours une interpolation dans le missel de lÉglise deRome, où, jusquau bas moyen âge, lhymnodie ne fut jamaisadmise dans les divins offices. Selon les Ordines, durant ladoration de la sainte Croix, lesprêtres — dans la suite ce furent les cardinaux-diacres — dépo-saient sur lautel le coffret avec loblat consacré, apportédu Latran pour la communion. Toutefois à Avignon, en uneambiance différente de celle dans laquelle était né le rite sta-tionnai, les Papes français préférèrent se rendre eux-mêmes à lachapelle où lon gardait les saintes Espèces, pour les transporterensuite processionnellement à lautel du chœur. LhymneVexilla que lon chante maintenant durant le parcours, naaucune relation avec le Très Saint-Sacrement et provient ausside lusage dAvignon. L A COMMUNION. Selon les Ordines Romani, quand les saintesEspèces avaient été déposées sur lautel, — comme cela sefaisait dailleurs au commencement de toute messe papale, —lon récitait la prière préparatoire à la sainte Communion, lePater, et on les consommait. Plus tard, par un plus grand res-pect, on y ajouta lencensement, tant des oblats présanctifiésque de lautel, puis le lavement des mains, lostension dessaints Mystères, la fraction, ainsi que dautres prières, qui don-nèrent à ce rite une certaine apparence de messe. L A VIGILE PASCALE.L A vigile précédant la solennité pascale peut être considérée comme le point de départ de tout loffice nocturne durantle cours de Tannée. Du temps de Tertullien, les fidèles étaientlibres dintervenir ou non à la Pannuchis dominicale ordinaire,mais personne naurait pu se dispenser, sans pécher, de prendrepart aux rites nocturnes de la vigile de Pâques; dautant plusque dans certains milieux on ne renonçait pas à lespérance devoir se réaliser, précisément durant cette veillée, les aspirationsà la parousie. On était dans lattente, comme le raconte saintJérôme, jusquà minuit. Après cette heure, puisque le Christnétait pas encore venu, on croyait que la parousie était remiseà lannée suivante, et lon célébrait à sa place la Pâque de
  34. 34. la Résurrection. Quoique complexes, les rites décrits dans lemissel romain se réduisent tous cependant à un schéma trèsordonné et très simple. Les prières du Lucernaire viennentdabord, et sont suivies de la vigile proprement dite; en der-nier lieu lon administre le baptême aux catéchumènes, et lasainte Messe met fin à la cérémonie. L E S PRIÈRES DU LUCERNAIRE. Le rite du Lucernaire ou deYEucharistia Lucernaris, par lequel on offrait au Seigneur lalumière du soir que lon allumait en son honneur au commence-ment de la synaxe nocturne, était très répandu dans toutlOrient et commun à beaucoup déglises dItalie et des Gaules; eMilan le conserve encore aujourdhui. Toutefois après le 111 siè-cle il dut disparaître complètement de la liturgie romaine avecloffice du soir, dont il était comme le prélude ordinaire. Donc le Lucernaire de la Vigilia Paschae décrit dans le misselromain est dû à son retour après quatre siècles, au moins,dabsence; et cette fois lenfant prodigue se présente au pèreen habits de voyage presque méconnaissables. E n effet, labénédiction du feu, selon le missel de saint Pie V , celle de len-cens et celle du cierge, se rapportent toutes les trois à un riteidentique, celui dallumer la flamme sacrée qui devait éclairerlambon durant les lectures de la veillée, en sorte que la triplebénédiction actuelle ne représente que trois formules derechange. Il ne sagit donc ni du feu sacré ni des grains den-cens à enfoncer dans le cierge, mais, selon le texte des collectesencore aujourdhui survivantes dans le missel, le novtts ignis estprécisément un lumen Christi, comme aussi Vincensum ne désignepoint la résine parfumée de lArabie, mais bien le noctumussplendor du cierge alhimê, lequel figure le Christ, splendeur dela nuit de ce siècle. Quoi quil en soit de linterprétation erronée donnée posté-rieurement à ces textes, on ne peut nier cependant quils repré-sentent tout ce quon peut entendre de plus artistique et de plusprofond à loccasion de la Pâque. L a Préface en particulier— chantée cette fois seulement par le diacre, parce que, àlorigine, cest à lui que revenait le soin dallumer la flamme— est dune inspiration si sublime quà elle seule elle vaut
  35. 35. bien tout un traité théologique sur le mystère de la rédemption. Saint Jérôme, écrivant à un diacre de Plaisance, a desparoles très fortes contre les diacres de son temps, qui, danslannonce pascale, faisaient parade de toute leur imagination eten arrivaient à enchâsser dans la composition sacrée les versde Virgile où est chantée Y apis mater qui produit la cire. Letexte qui a pénétré dans le missel actuel date certainement dece temps; mais, tout en accusant une certaine ardeur juvé-nile, il est sobre avec élégance, et, du point de vue théologique,un esprit étroit peut seul se méprendre sur les expressionsenthousiastes 0 felix culpa, o certe necessarium Adae peccatumet sen scandaliser. En certains endroits pourtant, entre autresà Cluny, elles furent exclues du sacramentaire. L E RITE DE LA VIGILE. Après loffrande de la lumière du cierge resplendissant — que, pour cette raison, lon place à côté du Lectorium sur lambon — commence, le rite de la vigile, qui, à Rome, consistait uniquement en une série de lectures en latin et en grec,, séparées par des répons et des collectes. Ce type deveillée nocturne est très antérieur à celui des nocturnes actuelsdécrits dans le bréviaire, qui doivent leur origine à la dévotionmonastique. A Rome, il y avait régulièrement douze lectures; on les répé-tait tant dans la langue du Latiiun quen grec, et cela était dûà la population mélangée de la ville durant la période byzantine.Les répons intercalaires, au lieu dêtre empruntés au psautier,comme à la messe, proviennent du recueil des Cantiques pro-phétiques des Laudes, déjà en usage chez les Juifs eux-mêmes.Mais, pour compléter tout le rite, tel quil était autrefois, il fauttenir compte des homélies des prêtres et du Pape, qui, à lori-gine, devaient commenter successivement au peuple les pagessacrées; il ne faut pas non plus négliger la méditation et laprière individuelle à laquelle chacun se livrait quand le diacreen donnait lavis : Flectamus genua. Prosternés sur le sol, touspriaient alors en silence, et seulement après quelque temps, leprésident faisait annoncer : Levate, pour résumer lui-même, enune unique formule euchologique — collecta — les vœux géné-raux de lassemblée et les présenter à Dieu tous ensemble.
  36. 36. L E BAPTÊME. Ainsi sécoulait la plus grande partie de la nuit;vers laurore, la procession des catéchumènes et du haut clergé— excepté la schola restée dans léglise avec les fidèles pour exé-cuter la litanie qui mettait régulièrement fin à la veillée —descendait au baptistère. Je dis descendait, comme sexprimeaujourdhui encore la rubrique du missel, soit que cette rubriquese rapporte primitivement au baptistère apostolique ad Nim-phas, ubi Petrus baptizabat, entre les voies Nomentane etSalaria, soit au contraire quelle ait en vue les piscines baptis-males érigées au Vatican par Damase, et dont le niveau étaittoujours de beaucoup inférieur à celui de la salle où lon avaitveillé, et doù, par suite, le cortège devait descendre ad fontes. La bénédiction de la fontaine baptismale saccomplissait à Rome au mo3^en du chant dune longue oraison eucharistiqueou daction de grâces, sur le modèle de celle dont nous avonsdéjà parlé pour la consécration du Chrême. Elle sadresse au Père,et, après avoir rappelé toutes les significations symboliques attri-buées à leau dans les saintes Écritures, et à linstitution duBaptême faite par Jésus-Christ dans le Jourdain, elle invoque(épiclèse) la grâce de lEsprit Saint, afin quil descende dans lapiscine pour sanctifier londe régénératrice. A ce moment de ela cérémonie, vers le I X siècle, deux assistants, et, dans la suite,le célébrant lui-même, commencèrent à immerger le ciergepascal dans leau avant quon y versât la fiole du saint Chrême. A lorigine, à Rome même, le baptême sadministrait à lafois par immersion et par infusion. Comme leau de la vasquenarrivait jamais au-dessus de la cheville, il y avait des jetsdeau sous lesquels le ministre sacré plaçait le catéchumène afinque londe purificatrice descendît de la tête sur tout le corps. e Vers le x m siècle, de nombreux diocèses dItalie gardaienttoutefois lancien rite du baptême par immersion ; mais par lasuite prévalut la forme dinfusion actuellement en usage, etdont le premier témoignage se trouve déjà dans la Didachè des e rdouze Apôtres, cest-à-dire à la fin du I siècle. Avec le Baptême, les anciens avaient lhabitude dadministreraussi la Confirmation, qui, après le sacrement de la régénération fchrétienne, avait quelque analogie avec l épiclèse paraclétiquepost-consécratoire de la messe, à ce point quelle fut appelée
  37. 37. « Confirmatio » précisément du nom attribué à lépiclèse eucha-ristique dans la liturgie espagnole : confirmatio sacramenti.Limposition épiscopale des mains, lonction du Chrême et lesigne de la croix sur le front, consignation sont donc trois actessacramentels qui se complètent réciproquement et constituentun unique sacrement, que les Byzantins appellent : Signaculumdoni sancti Spiritus. Ce don du Paraclet met pour ainsi dire lesceau au saint amour qui unit lâme à Dieu comme en unmystique mariage; cest une espèce donction intérieure quidédie et consacre lâme chrétienne pour en faire le temple de latrès sainte Trinité. L A MESSE. Ces rites étant accomplis, le cortège, accompagnécette fois de la troupe des néophytes vêtus de blanc, retournaitenfin dans la nef où avait eu heu la veillée, et dont les voûtesrésonnaient encore des cris suppliants des invocations lita-niques, répétées chacune dabord sept fois, puis cinq fois,puis trois fois. Dans la nuit pascale, lintroït était superflu, puisque lassem-blée était entrée et se tenait là depuis huit heures au moins.Il est douteux que le Gloria in excelsis y ait trouvé place àlorigine, bien quà Rome on ait voulu le considérer comme levéritable chant pascal. Il peut difficilement avoir occupé audébut la place quil a maintenant dans la messe de la vigile dePâques, puisque même les deux lectures actuelles, de lApôtre etde lévangile de saint Matthieu annonçant la résurrection,représentent une adjonction inutile au précédent office de vigile.Comme pour la Coena Domini, la messe pascale devait commen-cer directement par la préface Sursum corda. Quand loffice de la vigile de Pâques fut anticipé à laprès-midi du samedi, — cest-à-dire durant le bas moyen âge — on.voulut ajouter à cette messe de la nuit pascale un autre petitoffice qui remplaçât les vêpres du samedi saint. L a liturgieromaine se maintint toujours étrangère, tant quelle le put,à cette innovation qui ne tient pas même compte de lana-chronisme dans lequel elle tombe, en célébrant la triste soiréedu samedi saint après que le diacre a, depuis plusieurs heuresdéjà, salué laube du dimanche de la Résurrection.
  38. 38. LA SAINTE LITURGIE DE LA SEPTUAGÉSIME A PAQUES DIMANCHE DE SEPTUAGÉSIME. Station à Saint-Laurent hors les Murs. USAGE oriental considérait le samedi et le dimanche comme des jours de fête, exempts, par suite, du jeûne quadragésimal. Aussi, pour compléter la sainte quaran-taine, les Grecs anticipèrent-ils labstinence de quelquessemaines, et dès ce dimanche commencèrent-ils le cycle péni-tentiel en sinterdisant lusage de la viande. L a semaine sui-vante, ils renonceront aussi aux laitages, et enfin, le lundi dequinquagésime, ils commenceront le jeûne rigoureux en prépa- ration à Pâques. Chez les Latins la pratique du jeûne eut des fluctuations. E n e Icommençant le cycle quadragésimal le i dimanche de Carême,on a en réalité, comme lobserve fort bien saint Grégoire leGrand, quarante jours de préparation, mais, de ceux-ci, trente-six seulement consacrés au jeûne. Pour remplacer les quatrejours manquants, les personnes pieuses, les ecclésiastiques,commencèrent de très bonne heure à sabstenir de chair lelundi de quinquagésime {in carnis privio ou in carne levario =Carnaval); il faut toutefois attendre jusquau temps de saintGrégoire le Grand pour retrouver dans lantiphonaire la consé-cration liturgique du caput ieiunii au mercredi de quinqua-gésime. Mais la piété des fidèles ne se contenta pas de ces quatre seulsjours supplémentaires. Les Grecs commençaient plus tôt, aussi,vivant avec eux durant la période byzantine il fallait queles Romains ne se montrassent pas inférieurs à eux. SaintGrégoire institua donc, ou du moins sanctionna définitivementun cycle de trois semaines préparatoires au Carême, avec trois
  39. 39. stations solennelles aux basiliques patriarcales de Saint-Laurent,Saint-Paul et Saint-Pierre, comme pour mettre le jeûne pascalsous les auspices des trois grands patrons de la Ville éternelle. Le cycle stationnai commence aujourdhui, mais dans lordreinverse, par la basilique de Saint-Laurent, laquelle occupe seu-lement le quatrième rang entre les basiliques papales. La raisonen est, quil ne convenait pas de déplacer la station inaugurale edu Carême au Latran, où effectivement, dès le i v siècle, lesPontifes eurent coutume dimmoler le sacrificium quadrage-simctlis initii, comme sexprime le Sacramentaire. Il semble que les trois messes de septuagésime, sexagésime etquinquagésime datent de la période grégorienne, car ellesreflètent parfaitement la terreur et la tristesse qui avaientenvahi lâme des Romains, en ces années où la peste, la guerreet les tremblements de terre paraissaient devoir abattre au rasdu sol lantique reine du monde. Lintroït est pris du psaume 17 : « Les angoisses de la mortmoppressèrent et les filets du Schéol mentourèrent ; dans monangoisse, jai appelé Yahweh, et Lui, de son saint temple, aentendu mon cri. » Depuis ce dimanche jusquau jeudi saint, dans les messesde tempore, on nentend plus lhymne angélique qui, à lorigine,ne se chantait quà Noël et à Pâques. Dans la suite on retendità tous les dimanches hors du Carême, et aux fêtes des martyrs,mais toujours comme par un privilège exceptionnel, en sorteque la collecte, qui, les jours de jeûne et de pénitence, se reliedirectement à linvocation litanique, représente la conclusionnaturelle, normale et ordinaire de la litanie, telle quelle étaiten usage dans lancienne liturgie de la messe et de loffice divin. La collecte révèle la peine profonde qui débordait de lâmede saint Grégoire devant le désolant état social de Rome et delItalie durant son pontificat. « Accueillez avec clémence,Seigneur, les prières de votre peuple; et tandis que nous suc-combons sous les châtiments, layant bien mérité par nospéchés, que votre miséricorde nous en délivre pour la gloirede votre nom. » La lecture est tirée de la lettre aux Corinthiens (I, ix, 24-27,
  40. 40. et x, 1-5). Cela peut être seulement leffet dune coïncidencefortuite, mais cela peut être aussi leffet dun choix intentionnel :après le long chemin fait par les fidèles pour arriver à cettestation suburbaine de YAgro Verano, — dont léloignementfut cause quon désigna parfois à sa place, au moyen âge,quelque autre basilique dans lintérieur de la Ville, —rien nestplus approprié que la comparaison de la vie chrétienne aveclexercice des gymnastes du stade, lesquels, grâce à la souplessede leurs mouvements et à lagilité de leurs membres, méritaientla couronne dans les joutes athlétiques. Pour conclure, lApôtre nous dit que ce nest pas le seul faitdappartenir au Christ ou à Moïse, qui nous sauve. Les Israé-lites obtinrent bien tous ces dons, pain miraculeux, eau jailliedu rocher, passage à pied sec de la mer Rouge, etc., qui sym-bolisaient les sacrements de la Nouvelle Alliance; et pourtant,dune troupe si nombreuse, deux hommes seulement entrèrentdans la terre promise. Ce nest donc pas la caste à laquelle onappartient qui assure une place privilégiée devant Dieu, maisce sont les bonnes œuvres, la lutte quon soutient pour lesaccomplir, la fermeté et la constance dans le bien. Le graduel provient du psaume 9 : « Yahweh est le refuge delopprimé, le salut dans la tribulation; en Vous se confient ceuxqui vous connaissent, parce que, Seigneur, vous nabandonnezpas celui qui vous cherche. E n effet, le pauvre ne sera pas tou-jours en oubli, lespoir des malheureux ne périra pas éternelle-ment. Levez-vous,ôYahweh,et que lhomme ne prévale pas.» A u lieu du verset alléluiatique, qui était peut-être à lorigineune simple acclamation après lévangile, distincte, par suite,de la psalmodie, ou qui suivait la seconde lecture, celle duNouveau Testament, on a aujourdhui le psalmus tractus, qui,au début, cest-à-dire avant que saint Grégoire étendît lusagede lalléluia à tous les dimanches en dehors du Carême, faisaitpartie de la psalmodie de toute synaxe de fête. « De labîme jevous appelle, ô Yahweh, écoutez ma voix. Que vos oreilles soientattentives à la prière de votre serviteur. Si vous regardez lesfautes, ô Yahweh, qui jamais peut résister? Toutefois, la misé-ricorde est avec vous, et en raison de Votre loi je vous ai attendu,Seigneur. » (Ps. 129.)
  41. 41. La parabole évangélique (MATTH., X X , 1-16) du vigneronet des ouvriers fait allusion à la vocation des gentils à la foi.Ils ont été appelés à la onzième heure de lhistoire de lhumanité,mais, par un impénétrable jugement de la miséricorde divine,ils ont reçu le salaire complet et abondant, ni plus ni moinsque les patriarches et les prophètes de la troisième, de lasixième et de la neuvième heure. Saint Grégoire, commentantaujourdhui cette parabole au peuple réuni à Saint-Laurent,touche le profond mystère de la distribution gratuite de lagrâce, qui trouve en Dieu seulement sa raison suffisante. A cesujet il parle de ses trois tantes, vierges consacrées et de ferventpropos, dont deux seulement persévérèrent, Tarsilla et Emi-liana, qui sont vénérées parmi les saintes. L a troisième au con-traire, Gordiana, viola son vœu et finit misérablement. Loffertoire provient du psaume 91 : « Il est bon de louerYahweh et de chanter des hymnes à votre nom, ô Très-Haut. » La collecte sur les oblations est identique à celle de loctavede Noël, qui est de caractère général. Lantienne durant la distribution des Dons sacrés, est tiréedu psaume 30 : « Faites resplendir votre visage sur votre servi-teur; secourez-moi par votre grâce. Seigneur, que je ne restepas confondu après que je vous ai invoqué. » Voici la prière eucharistique : « Que vos dons, Seigneur, con-firment vos fidèles dans la charité, afin quen y participant ilsen soient toujours plus avides, et que leur avidité soit rassasiéepar une possession impérissable. » Lincertitude du salut éternel ! Cutn metu et tremore vestramsalutem operamini, comme le dit lApôtre (Philippe 11, 12);voilà le fruit de la méditation de ce jour sur lépître de saint Paulet sur la parabole du vigneron ! Combien de prodiges Dieunavait-il pas opérés durant les quarante années quIsraëlpassa dans le désert ! Nourriture céleste, eau miraculeuse, nuéeet colonne de feu, la mer Rouge et le Jourdain souvrant à sonpassage ! E t pourtant, de tant de milliers de bénéficiaires deces miracles, un grand nombre prévariquèrent, et deux à peineatteignirent le but. Ainsi ne suffit-il pas dêtre baptisé, davoirété appelé de Dieu à un état saint, à la dignité sacerdotale,dêtre devenu lobjet de ses spéciales complaisances moyennant
  42. 42. laccès facile aux sacrements, et davoir entendu la parole divine. Il faut faire effort : operamini; il faut suivre la voie étroite qui conduit à la vie; il faut imiter le petit nombre, cest-à-dire les saints, pour se sauver avec le petit nombre. Combien plus de force nacquièrent pas ces grandes maximes évangéliques, quand on les médite, comme dans la station de ce jour, près des tombes des anciens martyrs qui ont sacrifié les richesses, la jeunesse et la vie dans le but dobtenir le ciel ! DIMANCHE DE SEXAGÉSIME. Station à Saint-Paul. L A rigueur de la saison hivernale est déjà en partie adoucie, et la brise dune belle matinée semble inviter les heu- reux habitants urbis aetemae gentemque togatam à faire une promenade sous les portiques qui, presque du centre même de Rome, conduisent directement à la basilique de Saint-Paul.E t cela, bien entendu, avant que commence le jeûne quadra-gésimal. Cest pourquoi la messe de ce jour est un mélange detriste sentiment de pénitence et dexpressions de grandeur solen-nelle en lhonneur de lApôtre des Gentils; peut-être la premièreimpulsion en faveur de la station daujourdhui fut-elle donnéepar une énigmatique translatio sancti Pauli signalée dans leHiéronymien au 25 janvier, et dont se serait conservé le derniersouvenir à Rome dans la synaxe de ce jour. e On connaît, en effet, la tendance romaine, vers le v n siècle,à remettre au dimanche quelques fêtes locales de moindreimportance qui se présentaient durant les jours de travail. Ilfaut aussi noter le fait que, dans différentes et anciennes litur-gies, orientales et gallicanes, se trouve toujours une fête distincteou commune, en lhonneur des saints apôtres Pierre et Paul,durant le cycle de Noël, ou immédiatement après Noël, ou mêmedurant le mois de janvier. La station daujourdhui à Saint-Paul est imposée en outrepar lordre qui doit être suivi pour solenniser les titulaires desgrandes basiliques patriarcales romaines avant le Carême. Le« staurophore » Laurent vient dabord, Paul et Pierre le suivent,et en dernier lieu vient le Sauveur.
  43. 43. Lintroït est triste, mais solennel, tel quil convenait auxcirconstances dans lesquelles la station fut instituée, cest-à-direquand les Lombards mettaient à feu et à sang une grande partiede lItalie et menaçaient déjà la Ville éternelle. Il est pris dupsaume 43 : c Éveillez-vous : pourquoi dormez-vous, Seigneur? eÉveillez-vous, et ne nous repoussez pas tout à fait. Pourquoicachez-vous votre visage et oubliez-vous notre oppression? Nosfronts sont penchés vers la terre. Levez-vous, 6 Yâhweh, venezà notre secours et rachetez-nous. » La collecte, qui est commune parmi les nombreuses collectesdes Sacramentaires pour les temps de calamité, a une additionspéciale en lhonneur de lApôtre, dont le souvenir donne toutelintonation, et je dirais presque son caractère, à cette messe :« Vous savez, Seigneur, que nous navons aucune confiance dansnos forces; aussi nous vous prions afin que, contre toute hosti-lité, le Docteur des Gentils nous protège par sa puissance. » Le passage de la lettre aux Corinthiens (II, xi, 19-33; x u ,1-9) qui se lit ensuite, est comme une autobiographie de lApôtre,dautant plus précieuse quelle supplée en partie aux lacunesdes Actes et nous décrit au vif les peines incroyables soutenuespar Paul dans son apostolat parmi les Gentils. Jésus le lui avaitdit dès le premier moment sur le chemin de Damas : « Je luimontrerai — déclarait-il à Ananie — combien il devra souffrirpour mon nom ! » Cest une loi du royaume de la grâce, qui danslordre présent de la divine Providence nadmet pas dexception. La douleur est comme latmosphère surnaturelle dans laquelledoit vivre tout chrétien, baptisé, comme il lest, dans la mort du Christ. Ensuite, dans la lecture de ce jour, lApôtre est contraint defaire sa propre apologie, à cause du puissant parti des judaï-sants, qui prétendaient asservir aux rites dIsraël même leséglises de la gentilité. Les Corinthiens estimaient ces prédica-teurs, sortis directement de la race dAbraham, comme dessurhommes, en comparaison de Paul qui, à cause de sa parolesans ornement et facile, passait à leurs yeux pour un pauvrehomme simple. Saint Paul accepte de jouer ce rôle, et, en facedes titres pompeux de ses adversaires il met les siens propres,lesquels confirment sa mission dapôtre : Ceux-ci sont Hébreux,
  44. 44. et moi aussi je le suis; ils sont de la descendance dIsraël, etmoi aussi; ils sont de la race dAbraham, et moi aussi; ils sontserviteurs de Jésus-Christ, et moi — à présent je parle commeun homme simple — je le suis bien plus queux. E t ici il démon-tre de quelle manière le service du Christ pèse terriblement surses épaules, désormais courbées par les fatigues, par les per-sécutions, par les flagellations subies pour la foi, lui qui, aumilieu de tant de martyres, porte la sollicitude du gouvernementde toute lÉglise dOccident. Que dire ensuite de ses ravisse-ments, de son élévation au troisième ciel, quand il lui fut révéléce qui ne peut se traduire en langue humaine? Mais ces donscomptent peu ou point; ce qui vaut, ce sont les tribulations etles misères de la vie, quand elles donnent loccasion au Sei-gneur dériger le trophée de sa grâce sur les ruines de la superbiaviiae. Le répons-graduel est tiré du psaume 82, et semble un puis- sant cri de guerre contre les ennemis du peuple de Dieu. « Que les nations connaissent votre nom, ô Yahweh, qui seul êtes le Très-Haut sur toute la terre. Mon Dieu, réduisez-les à nêtre que balle qui roule, comme la paille emportée par le vent. » Le trait provient du psaume 59, et il est de même ton et demême inspiration : « Vous avez bouleversé la terre, Seigneur, etvous lavez déchirée; réparez ses brèches, car elle sest écroulée.Afin que vos élus échappent à larc qui les vise, et quils soientsaufs. » Le grand Semeur auquel aujourdhui lÉglise, en une heu-reuse adaptation scripturaire, rapporte la parabole évangé-lique ( L u c , vin, 4-15), est lapôtre Paul, qui répandit la bonnenouvelle, de Damas et de lArabie jusquaux colonnes dHercule,dans la péninsule Ibérique. Comme alors, aujourdhui aussi saparole qui sélève chaque jour durant laction eucharistique,ne produit pas partout un fruit égal; car la légèreté des esprits,lamour désordonné des choses terrestres et lendurcissementvolontaire du cœur aux attraits de la grâce, rendent souventstérile laction du semeur évangélique. Sous la figure du chemin,des rochers, des épines, sont désignées les diverses espècesdobstacles qui sopposent à la parole de Dieu, pour lempêcherdopérer dans lâme avec toute son efficacité.
  45. 45. De son côté, saint Grégoire commenta cette parabole aupeuple de Rome, rassemblé aujourdhui près du sépulcre desaint Paul. Laffluence des Romains à la station continua mêmedans le bas moyen âge, et lon sait quune fois sainte FrançoiseRomaine profita du concours du peuple pour se mêler à la troupedes pauvres qui, en ce jour, mendiaient à la porte de la basi-lique de la voie dOstie. Loffertoire provient du psaume 16 : « Soutenez mes pas dansvos voies, afin que mes pieds ne vacillent pas ; prêtez loreille etécoutez ma prière; exaltez votre miséricorde, vous qui sauvezceux qui se confient en vous. » La collecte sur les oblations, dun caractère général, est lamême que celle du dimanche dans loctave de lEpiphanie. Lantienne pour la communion est prise au psaume 42 :« Je mapprocherai de lautel de Yahweh, du Dieu qui réjouitma jeunesse. » |La prière daction de grâces est la suivante : « Seigneur, à tousceux que vous daignez réconforter par vos sacrements, faites,nous vous en prions, la grâce que leurs œuvres et leur servicevous soient agréables. » Dans quel immense péril se trouve laffaire du salut éternelau milieu du monde ! Le bon grain tombe, il est vrai, même aumilieu de la route, mais pour ne rien dire du piétinement despassants, de la voracité des oiseaux et de la vigueur des brous-sailles et des épines qui étouffent la petite plante évangélique,on est terrifié de ce que dit Jésus sans ambage aucun : le diablevient et arrache du cœur la parole de Dieu, afin que les croyantsnarrivent pas au salut. Dans une affaire de telle importance, etdoù toute léternité dépend, aucune précaution nest superflue,et, au pied du saint autel, chacun doit sengager à employer,comme le veut saint Pierre, tous les moyens qui rendent moinsdouteuse laffaire de notre fin dernière. Cest précisément cettepensée qui, sérieusement méditée, a ouvert dans lantiquité tantde milliers de monastères, et a conduit au cloître un si grandnombre de fidèles de tout âge, de tout sexe et de toute condition.Quimporte de gagner même le monde tout entier, quand aveccela on porte préjudice à son âme.
  46. 46. DIMANCHE DE QUINQUAGÉSIME. Station à Saint-Pierre.C ETTE solennelle synaxe près de la confession vaticane, clôt le triduum de préparation à la vénérable solennité des jeûnes ;désormais, après nous être assuré la protection de Laurent, dePaul et de Pierre, nous pourrons inaugurer avec une pleineconfiance, dimanche prochain, dans la basilique du Latran, lecycle sacré de la pénitence. A limitation des Grecs, les pieuxfidèles et les familles religieuses avaient coutume, dès lanti-quité, de commencer cette semaine à sabstenir de viande.LÉglise a imité en partie cet usage, en anticipant les jeûnes eà la I V férié suivante. Lantienne dintroït vient du psaume 30 : « Soyez pour moiun Dieu protecteur, et un lieu de refuge où je trouverai le salut; car vous êtes mon rocher et ma forteresse, et, pour votre Nom, guidez-moi et dirigez-moi. » Le péché est la cause du malheur de lhumanité; aussi en cejour lÉglise prie-t-elle le Seigneur, dans la collecte, afin que, leslacets de la faute une fois brisés, il éloigne tout mal de son peuple. Celui qui, dimanche dernier, nous disait avoir été ravi autroisième ciel, et y avoir entendu des choses inexprimables pourle langage humain, aujourdhui, dans une des pages les plussublimes de ses épîtres (I Cor., x i n , 1-13), tente de souleverun peu du mystère qui cache aux mortels la vie du souverainamour. Lobjet premier et immédiat du précepte de la charité,cest Dieu, fin dernière de la créature; toutefois lApôtre insisteà décrire plutôt ses irradiations vis-à-vis des hommes, en tantquimages de Dieu et membres mystiques du Christ; puisquepersonne ne pourra facilement se flatter daimer Dieu, lInvi-sible, si, en même temps, il ne laime à travers les créaturesqui le représentent visiblement. Aujourdhui, le répons-graduel est pris au psaume 7 6 ; il estmoins triste que celui des deux stations précédentes, parce quelâme entrevoit déjà la victoire, grâce à son espérance danslaide de Yahweh : « Vous êtes le Dieu qui, seul, opérez des mer-veilles; vous avez rendu célèbre votre puissance parmi les

×