1 euro      Le Progressiste                              Mercredi 02 décembre 2009 - N° 2109      La chance de la Martiniq...
ÉDITORIAL              E D I T O R I A L EN FORME DE SOMMAIRE                       « M.A.P. PARÉ ! »                     ...
POLITIQUE                                « M.A.P. PARÉ ! »                                      dʼapporter un éclairage au...
POLITIQUE        ...“une collectivité unique le 24 janvier en votant OUI “...                                      le 10 j...
DOSSIER            LE LYCÉE SCHŒLCHER : QUELQUES PRÉCISIONS                                                          En ou...
DOSSIER           sa continuité ; Considérant          Fort-de-France au Président du Conseil          2007 :         que ...
DOSSIER2009 :                                      10 juin 2009 : lettre du Député Maire de   23 juin 2009 : réunion du   ...
DOSSIERaccueillir les secondes à déplacer du        otage ? Le collège Ernest RENAN a           des mouvements de terrain ...
DOSSIERpopulation scolaire fréquentant le           Le 28 novembre, devant ses troupes         comportement - qui sont en-...
PAROLES CITOYENNES          SAUVONS NOS MANDATS !                   POUR LE PEUPLE ON VERRA !En 2003, pour augmenter les  ...
PAROLES CITOYENNESTout le monde sait, et en premier         globale » quʼassurerait prétendu-        portionnel de circons...
MEETING DU MAP  Les leaders de gauche réunis                                      Désireux de tout savoir                ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le progressiste n° 2109

557 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
557
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le progressiste n° 2109

  1. 1. 1 euro Le Progressiste Mercredi 02 décembre 2009 - N° 2109 La chance de la Martinique c’est le travail des Martiniquais Hebdomadaire du PPM - Fondateur : Aimé Césaire M.A.P. PARÉ !“L’expression lâchée dans la succulence du créole haïtien traduit l’engagement des participants”AU SOMMAIREÉDITORIAL (p2)Le MAP au Grand Carbet (pp.3 et 4)Le Lycée Schoelcher (pp.5 à 9)PAROLES CITOYENNES : “Sauvons nos mandats ! ...” (pp.10 et 11) LE 10 (DIX) JANVIER, LE PPM DIT NON ! LE 24 JANVIER, OUI !
  2. 2. ÉDITORIAL E D I T O R I A L EN FORME DE SOMMAIRE « M.A.P. PARÉ ! » Judicieux jeu de mots en forme de clin dʼœil à nos amis Haïtiens de notre camarade Serge SOUFFLEUR pour donner le « la » de cette belle réunion du Parc Aimé Césaire (voir pp.3 et 4). Etaient présents des militants du Parti Progressiste, de la Fédération So- cialiste, de partis amis du François et de Saint-Joseph, des maires non affiliés mais dont les convictions de gauche et de progres- sisme nʼont jamais failli, des curieux de comprendre et de savoir (il y avait même là des partisans du « 74 »), des citoyens non en-core décidés à choisir, bref…le Peuple dans ses composantes si diverses mais désireuxde ne pas manquer ce rendez-vous avec lʼhistoire que trois présidents ont voulu : Marie-Jeanne, Lise, Sarkozy ! Ou chèchéy, ou touvéy ! Nou paré !À NOUVEAU LE LYCÉE SCHOELCHERMauvais procès que celui intenté par la Région au Maire de Fort-de-France. Les docu-ments et commentaires publiés ici dans notre dossier (voir pp.5 à 9) le prouvent abon-damment. Qui pourrait croire de bonne foi que Serge LETCHIMY, si soucieux de« lʼhabitabilité » de la Cité Bon Air, route des Religieuses, ou de Trénelle-Citron, recons-tructeur dʼécoles primaires ne répondant pas aux normes actuelles de sécurité, mettraitsciemment en péril la sécurité de la population scolaire de ce vénérable établissementdans le seul et unique but dʼavoir raison contre Marie-Jeanne ? Billevesées !PAROLES CITOYENNESCet espace démocratique de débats et dʼéchange dʼidées se révèle à lʼusage à la fois né-cessaire et…insuffisant : les contributeurs sont contraints de « faire la queue » pour sevoir publiés et nous leur conseillons la patience. Quʼils sachent que leurs écrits sont touslus et pris en considération, quand bien même ils ne suivraient pas à la lettre (mais, oui,dans lʼesprit) les préconisations du PPM pour notre Martinique commune (voir pp.10 et11) Daniel COMPERE Le Progressiste - Page 2 - Mercredi 02 décembre 2009
  3. 3. POLITIQUE « M.A.P. PARÉ ! » dʼapporter un éclairage au NON le 10 janvier 2010 à un ar- débat, nous avons rencontré ticle 74 tel quʼil nous est pré- Serge LETCHIMY. Ainsi naissait senté. Lʼarticle pour lequel nous le MAP, qui nʼest pas un parti po- demandons de voter OUI le 24 litique inféodé et encore moins janvier est un point de départ e embrigadé par qui que ce soit. non une fin en soi. Solidaire- Cʼest tout simplement un mou- ment, fraternellement, nous vement mû par la volonté de avons fait le choix dʼune respon- mettre en route une dynamique sabilité collectivement assu- Louis-Joseph MANSCOUR car pour arriver à une autonomie mée ». optimale, il faut lʼadhésion du Félix ISMAIN, maire et conseil-Lʼexpression lâchée dans la peuple martiniquais. Il importe ler général de Bellefontaine, Fré-succulence du créole haïtien rapidement de procéder à lʼana- déric BUVAL,conseiller généraltraduit parfaitement lʼengage- lyse concrète dʼune situation de Trinité, Simon MORIN, dument et lʼétat dʼesprit des par- concrète. Nous devons mettre Mouvement Démocratique José-ticipants venus en nombre et en perspective ce que nous vou- phin qui dit « vouloir faire un boutse pressant sous le Grand lons pour les prochaines an- de chemin avec le MAP, tracer laCarbet du Parc Aimé Césaire nées. Nous devons suivre une route, montrer la voie tout en re-en cette soirée du 28 novem- boussole, un guide qui serait un cueillant lʼexpertise du peuple,bre 2009. projet de société : se rassembler, sʼunir » ; Louis- retrouver la culture du travail, Joseph MANSCOUR, député-Maître de cérémonie pour la cir- maire de Trinité et 1er Secrétaireconstance, Jean-Claude DU- de la Fédération Socialiste, per-VERGER, notre griot flamboyant cutant et inspiré à souhait, se fé-au verbe ciselé, intronisait les licitait dʼavoir « retrouvé desimpétrants tout en installant hommes avec lesquels il partagecette manifestation du Mouve- les mêmes valeurs. Lʼenjeu dement des Autonomistes et ces élections doit nous imposerProgressistes dans sa forme, de nous mettre ensemble pourson principe, son déroulement, un choix qui se veut clair. Noussa philosophie, ses objectifs, dis- devons avoir la volonté detillant à point nommé les pré- Maurice ANTISTE construire et dire NON à cetteceptes de la haute pesée forfanterie quʼest cette proposi-césairienne qui, plus que jamais, cultiver la mémoire sans pour tion du « 74 ». Nous devons sa-prennent tout leur sens. autant sʼattarder en introspec- voir dès maintenant quellePrésident du Mouvement, uni- tion, reprendre espoir en nos ca- société nous voulons instaurerversitaire émérite, Jean-Claude pacités, nous faire confiance. dans la Martinique de demain etWILLIAM, dʼemblée entrait dans Nous devons nous unir, nous bâtir un véritable projet de so-le vif du sujet : « Face à ce mo- mettre ensemble car nous nʼarri- ciété et ne pas faire cette Marti-ment historique, je ne pouvais verons à rien en restant divisés. nique avec une fraction derester un spectateur désabusé Nous, au MAP, le choix que nous celle-ci. Nous devons répondresans essayer dʼapporter ma préconisons est celui de la troi- NON au chantage et à lʼintimida-pierre à lʼédification de la maison sième voie dans un processus tion, NON aux invectives, NONMartinique. Je suis un nationa- par étapes inauguré par un aux violences verbales. Nousliste ; jʼai toujours combattu les temps dʼexpérimentation qui per- devons transcender nos diver-archaïsmes et les conserva- mettra une préparation transpa- gences et nous mobiliser. Noustismes. Avec des amis, des dé- rente, lucide et sécurisée du devons le 10 janvier dire NON àmocrates, des hommes et des changement de statut. Pour lʼarticle 74 ».femmes simplement désireux cela, nous demandons de voter Serge LARCHER, sénateur de Le Progressiste - Page 3 - Mercredi 02 décembre 2009
  4. 4. POLITIQUE ...“une collectivité unique le 24 janvier en votant OUI “... le 10 janvier à ce 74-là ! En les responsabilité ou irresponsabi- battant le 10, nous les gagne- lité ? Nous disons oui à la res- rons, nous gagnerons pour eux ponsabilité martiniquaise car car ce sont des Martiniquais nous sommes dans le camp de comme nous fourvoyés sur une la dignité. Nous tenons compte route incertaine. Nous leur fe- de la trajectoire historique de ce rons retrouver la bonne route. A peuple et nous disons que ʻtwo Serge LETCHIMY notre table, fraternellement, il y pwésé pa ka fè jou ouvè !ʼ Nous a place pour tous ! Nous ne leur devons prendre le temps de dis-la Martinique, électrisé, de pour- fermons pas la porte, nous leur cuter, dʼéchanger, de dialoguer,suivre : « Premié saut pa saut, tendons la main. Nous ne dʼexpliquer, dʼexpliciter. Nous sa-déxième saut pa saut, cé 3e saut sommes pas seuls ; nous vons que lʼarticle 74 supprime dequi saut ! Ne comptez pas sur sommes avec le peuple et nous fait lʼégalité des droits ; pournous pour tomber dans les faisons ce que nous demande le nous, cʼest inadmissible ; pourécarts de langage, les attaques peuple. Nous devons respecter les Martiniquais, cʼest inconce-personnelles et lʼagressivité gra- la volonté du peuple ! Nous vable, inacceptable. Nous deonstuite. Nous laissons ces pra- sommes prêts ! » aussi réaffirmer notre volontétiques à ceux qui sont à court dʼune collectivité unique le 24dʼarguments. On essaie de Vint alors « Bwa brilé », ce janvier en votant OUI ».transformer une consultation en groupe éponyme du répertoire Et puis cet appel : « Après le 24plébiscite ! musical de MONA, nous gratifier janvier 2010, nous devons faireVoter NON le 10 janvier sera un dʼun intermède de grande tenue. peuple ensemble. Il est réelle-début ; nous devons revenir à la Entra en scène Serge LET- ment venu le temps de se re-raison pour bâtir une Martinique CHIMY, député-maire de Fort- trouver, de se réunir, si noussolide. Je ne demanderai pas à de-France, président du PPM et voulons avoir de réelles chancesun indépendantiste dʼaller récla- membre du MAP. Ovation nour- de construire ce pays. Nous de-mer lʼautonomie pour moi ! rie. Au long de ces derniers vons partir à la conquête deLʼheure a sonné ! Nous devons mois, lʼhomme, au cours de ses nous-mêmes si nous voulonsrester vigilants, nous mobiliser et nombreuses réunions sur toute que ce vivre ensemble que nousnous battre ». la Martinique au contact de préconisons ne devienne pas toutes les catégories sociales, a une chimère. Il y a place pourMaurice ANTISTE, maire et pu sʼimprégner du souhait de la tous autour de la grande table deconseiller du François, président population dʼêtre le véritable ac- la fraternité et de la responsabi-du Mouvement Populaire Fran- teur du changement quʼon lui lité ».ciscain : « Nous venons à côté propose. Au fil du temps, le dis- Calme, serein, grave et digne :du PPM et non point derrière le cours sʼet affirmé ; il sʼest affiné Serge LETCHIMY. Un élu et unPPM. Nous y venons dʼautant pour devenir encore plus struc- homme responsable.mieux que nous ne pouvons lais- turé et cohérent. Un messageser emmener un homme sur le clair porté par une dialectiquebûcher de la bêtise, quand cet puissante et limpide. Serge SOUFFLEURhomme, Serge LETCHIMY, est Après avoir salué entre autres lalʼhéritier naturel dʼAimé CE- présence de la Fédération So-SAIRE. Au MAP, nous avons na- cialiste, il exprimait des souve-turellement trouvé notre place. nirs émus pour les monumentsEn ce moment, ceux du « 74 » de la pensée autonomiste quene sont pas bien ! Ils ne sont pas sont Aimé CESAIRE, Camilletranquilles, ils délirent. Après la DARSIERES et Pierre ALIKER :trahison, cʼest le mariage, puis le « Il sʼagit maintenant de poserdivorce. Nous devons dire NON le principe de cette consultation : Le Progressiste - Page 4 - Mercredi 02 décembre 2009
  5. 5. DOSSIER LE LYCÉE SCHŒLCHER : QUELQUES PRÉCISIONS En outre la ville de Fort de ments du lycée Schœlcher ont été France a donné suite à classés en éléments du bâti à protéger toutes les demandes du en vertu de lʼarticle L 123-3 al. 7 du Conseil Régional, de mise à code de lʼurbanisme. disposition de foncier de transit en privilégiant un ter- De plus, concernant la restauration, rain de lʼEtang ZʼAbricot. la rénovation, lʼextension des Cette proposition est restée constructions existantes, lʼarticle 11- à ce jour sans réponse. U4 du PLU dispose que lʼarchitec- ture, la volumétrie, la modénature Le Maire de Fort de France des constructions présentant un in- rappelle que depuis, le ter- térêt architectural et plus particuliè- rain est devenue la pro- rement les éléments remarquablesLʼactualité du lycée Schœlcher qui priété de la CACEM et quʼil soutiendra qui sont identifiés et localisés auxsuscité passions, émotions, prises toute éventuelle demande auprès du documents graphiques au titre dede position, mais aussi interroga- Président de la CACEM. lʼarticle L 123-1 al. 7 du code de lʼur-tions et questionnement. Tous ces banisme doivent être respectés lorsdébats font émerger un réel et légi- Le Lycée Schœlcher au regard de la de toute intervention.time besoin dʼinformation. Il me sécuritésemble aujourdʼhui fondamental de Les raisons du refus du permis derépondre à ce légitime besoin et de Le Maire de Fort de France rappelle construireporter a la connaissance du grand quʼil est le premier responsable en ma-public des informations qui se veu- tière de sécurité sur son territoire, et Considérant quʼen application de lʼar-lent neutres et objectives, en lais- quʼil place au premier rang de ses ticle L.123.1.7 du code de lʼurbanisme,sant le soin à chacun de former son préoccupations, la sécurité des usagers le plan local dʼurbanisme peut identifierpropre jugement. du lycée, des élèves, des professeurs, et localiser les éléments de paysage et de tous ceux qui y œuvrent, y travail- délimiter les quartiers, îlots, immeubles,Compte tenu de la sensibilité de la lent, y vivent. Cʼest ainsi que pour des espaces publics, monuments, sites etquestion Le Maire de Fort de France raisons de sécurité le 7 Août 2007 il secteurs à protéger, à mettre en valeursʼest attaché à traiter ce dossier unique- donne un avis favorable sous réserve ou à requalifier pour des motifs dʼordrement au regard de la règlementation. pour la démolition du bâtiment G du culturel, historique ou écologique et dé-Même sʼil a eu à se prononcer sur le lycée Schœlcher au vu des conclusions finir, le cas échéant, les prescriptions dechoix architectural, ou encore les va- de lʼétude du Bureau dʼétudes tech- nature à assurer leur protection ; Con-leurs patrimoniales et symboliques, no- niques IB Consult. sidérant que le lycée Schœlcher a ététamment en soutien à la demande identifié dans les documents du Plandʼaimé Césaire dans sa demande de 1°) sur les dispositions à prendre pour Local dʼUrbanisme (P.L.U.) comme unclassement du lycée comme monu- limiter la gêne pour les riverains élément de patrimoine bâti à protégerment historique, adressée au Ministre au titre de lʼarticle précité ; Considérantde la Culture. 2°) sur le souhait dʼavoir une informa- que lʼarticle 11-U4 du PLU stipule que tion préalable sur le projet de recons- lʼarchitecture, la volumétrie, la modéna-Lʼinstruction du dossier et ses posi- truction du lycée. ture des constructions présentant un in-tions ne sont fondées que sur le res- térêt architectural et pluspect de la règle. Le Lycée Schœlcher au regard de la réglementation particulièrement les éléments remar- quables qui sont identifiées et localisésIl ne faut y voir aucune « guerre poli- aux documents graphiques au titre detique » comme le dit certaine presse. Le Dʼautre part, dʼun point de vue stricte- ment technique et conformément à la lʼarticle L123.1-7 du Code de lʼUrba-maire de Fort de France est le premier nisme doivent être respectés lors demagistrat de la ville et à ce titre est ga- loi, la Ville de Fort-de-France a établi son Plan Local dʼUrbanisme (PLU). toute intervention. Celles-ci doivent no-rant du respect de la loi sur son terri- tamment respecter la typologie archi-toire. La loi doit être respectée par tous Celui-ci édicte des règles dʼurbanisme à respecter sur son territoire. Le Conseil tecturale, les matériaux dʼorigine, lales citoyens quelque soit leur titre, ori- composition des façades (reprise desgine, rang social ou professionnel. La régional a été associé à sa rédaction et a donné des avis circonstanciés et fa- proportions, du rythme et des élémentsloi est la même pour tous. Son objectif de modénature) les pentes et la volu-a toujours été la recherche dʼune solu- vorables. métrie des toitures ; Considérant quetion partagée dans le respect des préro- En effet, au titre du PLU et afin de tra- le projet de reconstruction du lycéegatives de chacun et de lʼintérêt de la duire les orientations du PADD (Pro- Schœlcher ne respecte pas la typologiecommunauté de citoyens du territoire gramme dʼAménagement et de architecturale de lʼexistant, notammentde cette ville. Cʼest cet état dʼesprit qui Développement Durable) quant à la en ne sʼinscrivant pas dans le mouve-a présidé à toutes ses décisions. préservation du patrimoine, les bâti- ment dʼarchitecture moderniste ou dans Le Progressiste - Page 5 - Mercredi 02 décembre 2009
  6. 6. DOSSIER sa continuité ; Considérant Fort-de-France au Président du Conseil 2007 : que le projet de reconstruction régional demandant des précisionsdu lycée Schœlcher ne respecte pas la quant à la mise à disposition dʼun ter- 31 juillet 2007 : Nouveau projet de PLUvolumétrie, notamment en taille, en rain pour la construction dʼun lycée de arrêté par le Conseil municipal de laforme, en disposition (transformation du transit. ville de Fort-de-France prenant enrythme saccadé actuel des proportions compte lʼintégration environnementaleen un ensemble plus étiré, déroulé, 29 juin 2004 : séance plénière du devenue obligatoire, et qui répond auxcontinu ; Considérant que le projet de conseil régional qui se prononce favo- observations du conseil régional.reconstruction du lycée Schœlcher ne rablement sur le principe de la recons-respecte pas la modénature des fa- truction du Lycée Schœlcher. 14 Décembre 2007 : Nouvel Avis duçades existantes (profils des moulures Conseil régional sur le PLU de la villede corniche), notamment en masquant 14 septembre 2004 : lettre du Maire de de Fort-de-France. Le conseil régionalentièrement les façades par un disposi- Fort-de-France au Président du Conseil note que le document nouvellement ar-tif de brise-soleil qui occulte la visibilité régional proposant 3 possibilités de ter- rêté fait apparaître la cartographie dudes éléments de façade, principale- rain (ex-Hôpital civil, Morne Coco, PLU, les éléments du bâti, du paysagement sur le bâtiment des salles de Etang ZʼAbricot) et demandant la mise ainsi que les chemins de randonnéeclasse et celui de lʼespace civique ; en place dʼune commission mixte Ville- pédestre à protéger, à mettre en valeurConsidérant quʼen application de lʼar- Conseil régional pour étudier les condi- ou à requalifier (art. L123-1 du Code deticle R.111-21 du code de lʼurbanisme, tions de mise a disposition du terrain. lʼurbanisme)le permis de construire peut être refusé 19 Novembre 2004 : réponse du Pré- 7 Août 2007 : Avis favorable sous ré-ou nʼêtre accepté que sous réserve de sident du Conseil régional au Maire de serve du Maire de Fort-de-France pourlʼobservation de prescriptions spéciales la démolition du bâtiment G du lycéesi les constructions, par leur situation, Fort-de-France prenant acte de la pro- Schœlcher au vue des conclusions deleur architecture, leurs dimensions ou position des 3 possibilités de terrain, lʼétude du Bureau dʼétudes techniqueslʼaspect extérieur des bâtiments ou ou- dʼune rencontre entre les services res-vrage à édifier ou à modifier, sont de IB Consult. pectifs concernés en mairie et sur sitenature à porter atteinte au caractère ou et retenant le site de lʼEtang Zʼabricot Le Maire émet cependant 2 réserves :à lʼintérêt des lieux avoisinants, aux comme le plus pertinent.sites, aux paysages naturels ou urbains 1°) sur les dispositions à prendre pourainsi quʼà la conservation des perspec- Décembre 2004 : lettre du Maire de limiter la gêne pour les riverainstives monumentales ; Considérant que Fort-de-France au Président du Conseillʼarticle L.421-6 dans son second alinéa régional demandant des précisions 2°) sur le souhait dʼavoir une informa-prévoit que « le permis de démolir peut pour affiner la proposition du site de tion préalable sur le projet de recons-être refusé ou nʼêtre accordé que sous lʼEtang ZʼAbricot et demandant un ren- truction du lycée.réserve de lʼobservation de prescrip- dez-vous de travail sur lʼoffre dʼétablis-tions spéciales si les travaux envisagés sements scolaires et en matière 12 septembre 2007 : Délivrance desont de nature à compromettre la pro- dʼimplantation sur le territoire de la Ville. lʼautorisation du permis de démolir letection ou la mise en valeur du patri- Pas de réponse à ce jour. bâtiment G par le Préfet.moine bâti, des quartiers, desmonuments et des sites » 2006 : 2008 :Considérant que le projet de démoli- 24 juin 2008 : Lettre du Maire de Fort-tion partielle et reconstruction ne res- 25 juillet 2006 : le Conseil municipal de de-France au Président du Conseil ré-pecte pas les acquis patrimoniaux de la ville de Fort-de-France a arrêté son gional demandant à nouveau lalʼarchitecture moderniste et sʼoppose projet de PLU conformément à lʼarticle présentation du projet global concer-définitivement à la protection et à la L. 123-9 du Code de lʼUrbanisme. nant le lycée Schœlcher, une concerta-mise en valeur du patrimoine bâti que 6 septembre 2006 : Notification par la tion et une proposition alternative.constitue cet équipement. Ville de Fort-de-France au Conseil ré- 29 juillet 2008 : Début de la destructionQuelques dates importantes gional de son projet de PLU du bâtiment G du lycée Schœlcher et2004 : 6 Décembre 2006 : Courrier du Conseil des coursives attenantes régional donnant son avis motivé et favo- 4 septembre 2008 : Lettre du Maire de16 juin 2004 : Lettre du Président du rable sur le projet de PLU de la Ville deConseil régional au Maire de Fort-de- Fort-de-France au Président du Conseil Fort-de-France. Le conseil régional re- régional demandant à être associé auFrance lui annonçant le projet de re- grette que les bâtiments et végétaux à projet de reconstruction et aux diffé-construction du lycée et la demande de protéger ne figurent pas de manière rentes étapes de la réalisation du projetfoncier disponible pour un lycée de précis à la cartographie du projet de PLU afin de prendre en compte le PLU de latransit. et demande quʼune représentation icono- Ville.17 juin 2004 : réponse du Maire de graphique identifie la nature et les lieu de ces éléments du paysage à préserver. Le Progressiste - Page 6 - Mercredi 02 décembre 2009
  7. 7. DOSSIER2009 : 10 juin 2009 : lettre du Député Maire de 23 juin 2009 : réunion du Fort-de-France au Président du Conseil groupe de travail en mairie, en28 avril 2009 : la Région dépose deux régional proposant la constitution dʼun présence du président de lʼordre despermis de construire en mairie : un groupe de travail comprenant des re- architectes, du proviseur du Lycéeconcernant les logements de fonction présentants de la majorité municipale, Schœlcher.et lʼautre le lycée. de lʼopposition municipale, du Conseil régional, du Lycée Schœlcher et de 1er septembre 2009 : notification du27 mai 2009 : Décision du Conseil mu- lʼOrdre des architectes afin dʼenvisager refus du permisnicipal de mettre en place un groupe de une concertation permettant de respec-travail et de concertation pour tenter de 4 novembre 2009 :courrier du Maire de ter les règles en vigueur dans le PLU. Fort-de-France au président de la Ré-trouver des solutions et de respecter le Une commission présidée par le Doc-PLU de la Ville, constatant quʼau regard gion pour une nouvelle demande de teur YOYO. concertationdes éléments exposés ci-dessus, et enparticulier ceux concernant la règle- 10 juin 2009 : réponse du Président du 26 novembre 2009 : Le Maire de Fortmentation, et quʼà ce stade de lʼétude Conseil régional au Député Maire de de France ajoute à la révision prévuedu dossier, la délivrance du permis de Fort-de-France refusant de participer du PLU, le dossier du Lycée Schœlcherconstruire semble compromise. au groupe de travailPOLÉMIQUE - POLÉMIQUE - POLÉMIQUE - POLÉMIQUE - POLÉMIQUE - POLÉMIQUELA QUESTION DU LYCEE SCHOELCHER : UN RÉVÉLATEUR DU COMPORTEMENT DE MONSIEUR ALFRED MARIE-JEANNE politique, lʼexécutif dʼune des deux casmes et les vociférations du prési- principales assemblées locales, se dent de lʼassemblée régionale, parce doit de garder son self contrôle et de quʼil sʼétait permis dʼémettre tenir, en toute circonstance, un lan- quelques critiques sur la politique sui- gage et des propos exempts dʼagres- vie. Nʼest-ce pas là pourtant le rôle de sivité. lʼopposition dans un pays démocra- Il ne sʼagit pas davantage dʼun tique ? brusque coup de fièvre qui aurait été Plus près de nous, Christiane DOR- provoqué par la question dʼun profes- LEANS, toujours de lʼopposition, à seur, dont le seul objet était de déblo- lʼoccasion du décès de laquelle Alfred quer la situation : « Ne pourriez-vous MARIE-JEANNE a cru devoir chanter pas rencontrer Monsieur LETCHIMY les louanges, sʼétait heurtée au pour débloquer la situation ? » même comportement parce quʼelle Il sʼagit dʼun dérapage calculé, volon- réclamait dʼêtre simplement informée« Le Progressiste » suit ce dossier taire, destiné à impressionner son sur la destination de fonds publics al-épineux du Lycée Schoelcher depuis auditoire, à jouer des muscles loués par la Région Martinique a deslongtemps, dans lʼintérêt tout à la fois comme le ferait un major de quartier tiers au titre de lʼaide sociale. Chacunde la communauté scolaire et de la devant une table de « serbi », déra- se souvient des hurlements du prési-sauvegarde de notre patrimoine (voir page dʼune agressivité incroyable et dent de la collectivité qui, en pleineles N°s 2088 du 3 juin 2009, 2058 du totalement inqualifiable de la part réunion, ont dʼailleurs tenu lieu de ré-22 octobre 2008, etc…) dʼun élu, qui, de surcroit, occupe les ponse.Les vociférations qui ont émaillé la fonctions de président du conseil ré- Mais revenons sur le dossier du lycée gional et de parlementaire. Schœlcher.venue des jeunes du lycée Schœl- Il sʼagit dʼun dérapage tellement vo- Pour des raisons qui lui sont propres,cher à la simple évocation du nom de lontaire que son auteur le revendique le Conseil Régional a décidé de re-Serge LETCHIMY ont mis au devant devant ses troupes réunies le28 no- construire cet établissement et pourde la scène un des aspects majeurs vembre au Robert en disant : « Un ce faire, a lancé les études néces-du comportement comme des pra- homme venu dʼailleurs, militant du saires. Il est proclamé que le lycéetiques dʼAlfred MARIE-JEANNE que PPM, mʼa posé une question. MWEN Schœlcher est un établissement dan-certains avaient sans doute oublié. VOYEY AILLE CHIE » gereux car ne respectant pas, et pourPourtant et contrairement à ce que Ce nʼest pas la première fois quʼAl- cause, les règles parasismiquescertains journalistes ont prétendu, il fred MARIE-JEANNE se livre à ce dʼaujourdʼhui. Sans doute ! Mais cʼestne sʼagit pas dʼune perte de contrôle type dʼoutrances, on lʼoublie trop fa- aussi le cas de bien dʼautres établis-qui aurait été provoquée lors dʼun cilement. Daniel ROBIN, conseiller sements que la Région nʼa nulle in-échange un peu vif avec dʼautres in- régional de la liste des Progressistes tention de reconstruire et notammentterlocuteurs. Même dans ce cas, un et des Démocrates a eu à subir, en le lycée de Bellevue et le lycée Jo-élu, un « décideur », un responsable pleine séance plénière, les sar- seph Gaillard, celui là même qui doit Le Progressiste - Page 7 - Mercredi 02 décembre 2009
  8. 8. DOSSIERaccueillir les secondes à déplacer du otage ? Le collège Ernest RENAN a des mouvements de terrain dʼenvironlycée Schœlcher. été démoli sans entraîner de polé- 100 000m3 ont été nécessaires etLʼoption du renforcement des struc- mique ni de récriminations. leur construction, en 16 mois (au lieutures porteuses du lycée Schœlcher Ne serait-ce pas parce que la majo- de 7 ans comme pour le lycée dea-t-elle été sérieusement étudiée ? rité MIM-CNCP du conseil régional a Bellefontaine), a pesé sur leur coût !Jʼai des doutes à ce propos ! En effet, tenté de supprimer le nom de Schœl- Quʼest-ce donc qui justifie une opéra-lors dʼun mouvement de grève des cher du frontispice de lʼétablissement tion de reconstruction du lycéeprofesseurs de lʼétablissement au pour lui donner celui dʼAimé CE- Schœlcher estimée, au stade desdébut des années 2000, le président SAIRE que ce débat existe ? Chacun études, à 60 millions dʼeuros, 400de la Région avait déjà indiqué quʼil sait en effet que pour les « patriotes millions de francs alors que tant dʼau-était partisan de sa démolition. autoproclamés », Schœlcher nʼest tres lycées ne peuvent accueillir leursLʼautre argument concerne lʼaccès quʼun imposteur et que la fin de lʼes- élèves que dans des conteneursdes personnes à mobilité réduite qui clavage a été le fruit de la lutte des améliorés, que tant dʼécoles pri-est extrêmement difficile à concevoir seuls esclaves !!!! maires méritent des travaux que leset à réaliser dans un établissement Dʼailleurs, ne prête-t-on pas à ce cou- communes nʼont évidemment pas lesconstruit sur plusieurs niveaux. Mais rant politique, partisan de lʼarticle 74, moyens de financer ? A combien enil nʼest pas le seul : les deux autres le projet de vouloir débaptiser toutes sera-t-on à lʼissue des consultationslycées de Fort-de-France, Bellevue et les rues, les places, les édifices qui des entreprises et en fin dʼopération ?Joseph Gaillard sont exactement portent le nom de Schœlcher, jusquʼà Telle que prévu initialement, lʼune desdans la même situation. la ville bien connue qui retrouverait contraintes qui pesait sur le projet deOn peut se demander ce qui gène son nom de Case-Navire !!! Belle vic- reconstruction du lycée Schœlcherréellement dans ce dossier qui nʼa toire posthume pour Bissette !!!!! est quʼil devait être réalisé en pré-rien de spécifique! En effet, à lʼissue Démolir le Lycée Schœlcher pour le sence dʼélèves. Il ne pouvait échap-du séisme de 2007, dʼautres établis- reconstruire ? Soit ! Lʼactuelle majo- per au Conseil Régional que cettesements ont souffert, notamment le rité du conseil régional en a le pou- exigence ne pouvait que rendre cettelycée professionnel Raymond voir. Cʼest dʼailleurs à ce titre quʼun opération particulièrement délicate.NERIS, situé au Marin, et plusieurs concours dʼarchitecture a été orga- La perspective de déplacer lʼensem-bâtiments ont du être désaffectés nisé et quʼun projet a été retenu, il y ble de la communauté éducativesans quʼil ne soit question, à ce jour, déjà plusieurs années. Cout de lʼopé- dans un établissement de transit a-t-2 ans après, de reconstruction. Cela ration : 60 millions dʼeuros soit deux elle été sérieusement envisagée? Ilnʼa pas été le cas du lycée Schœl- fois plus que le lycée ACAJOU II, semble bien que la Ville de Fort-de-cher !!! deux fois plus que le lycée J. ZOBEL France ait adressé à la Région plu-Alors, quʼen penser ? Ne serait-ce qui, eux, sont des lycées industriels sieurs propositions de terrain maispas précisément parce que ce lycée et dont les spécialités nécessitent aucune nʼa été retenue.Schœlcher porte ce nom quʼil est au des ateliers extrêmement vastes, dis- Cʼest donc au moment où le permiscentre dʼune affaire dans laquelle la posant dʼéquipements spéciaux. de construire est refusé par la Ville decommunauté éducative est prise en Pour chacun de ces établissements, Fort-de-France que la réduction de la Vous souhaitez adhérer au Parti Progressiste Martiniquais ? 1. Téléchargez le bulletin d’adhésion : http://www.ppm-martinique.fr/wp-content/uploads/2009/09/Bulletin-dadhésion-2006.pdf 2. Complétez-le 3. Renvoyez-le à : PPM – Ancien réservoir de Trénelle – 97200 Fort-de-France ou par Mail à contact@ppm-martinique.fr Visitez le site du PPM :http://www.ppm-martinique.fr COMITÉ DE RÉDACTION : Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates qui lui ont toujours fait confiance. Daniel COMPERE « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide Jeannie DARSIERES matérielle, intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Nous Didier LAGUERRE les remercions d’envoyer leurs dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs sug- Laurence LEBEAU gestions au siège du PPM : Daniel RENAY - Ancien Réservoir de Trénelle - Fort-de-France. Serge SOUFFLEUR Directeur de la Publication : Daniel COMPERE Victor TISSERAND 18, Allée des Perruches - Rte de l’Union - 97200 Fort-de-France Téléléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 Site Internet : www.ppm-martinique.fr Email : d.compere@ool.fr N° de CPPAP : 0511 P 11495 Le Progressiste - Page 8 - Mercredi 02 décembre 2009
  9. 9. DOSSIERpopulation scolaire fréquentant le Le 28 novembre, devant ses troupes comportement - qui sont en-lycée Schœlcher est posée par le réunies au Robert, Alfred MARIE- core nombreux à soutenir offi-président du Conseil Régional, offi- JEANNE sʼest félicité de cet éclat au ciellement le passage à lʼarticle 74 etciellement pour des raisons de sécu- motif que la question lui avait été lʼélection dʼune assemblée unique àrité, sans quʼon ne sache quels sont posée par un homme « venu dʼail- la proportionnelle intégrale ?les bâtiments qui, pour ce motif, ne leurs », qui plus est selon lui militantpeuvent plus accueillir dʼélèves. Et PPM. Que pensent les maires, traités parcʼest pour protester contre ce quʼil Cette qualité de militant PPM prêtée les 74zistes comme des élus de se-faut bien qualifier de démantèlement au professeur contre lequel le prési- conde zone, tout juste dignes deque les élèves du Lycée Schœlcher dent du Conseil Régional a vociféré sʼoccuper des nids de poule et dessont venus le 26 novembre dernier est naturellement fausse. Mais quand ordures ménagères et imaginent-ilsau Conseil Régional. cela serait, quel problème cela pose- leur mairie être le théâtre dʼune pa-Le refus de délivrer un permis de rait-il ? Faut-il être encarté au MIM ou reille situation ?construire nʼest quand même pas un au CNCP pour venir à la Région ou Quʼen pensent les conseillers « can-drame. En pareil cas, le maitre dʼou- poser une question sur un ton plus tonaux » à qui on refuse la capacitévrage modifie son projet pour le ren- que courtois à son président ? de voir plus loin que le bout de leurdre compatible avec les exigences Autre chose est quʼAlfred MARIE- nez, jugés incapables de prendre enfixées par les règles dʼurbanisme. Il JEANNE nʼhésite pas à justifier son compte lʼintérêt général et appelés àpeut aussi tenter de plaider sa cause attitude par le fait que selon lui, ce disparaître au profit des « Elus sansauprès des services chargés de professeur soit « venu dʼailleurs », Electeurs Propres » -ainsi les alʼétude du dossier de permis de formule elliptique qui rappelle la réfé- nommé Edouard DELEPINE- et quiconstruire et donc les rencontrer. rence de Daniel MARIE-SAINTE à nʼauront de compte à rendre quʼà laQue les services du Conseil Régio- ceux qui débarquent en Martinique seule tête de liste. Que pense lenal, assistés par ceux de la SODEM par Boeing entier et auxquels nous RDM dont de nombreux responsa-et par les concepteurs rencontrent devrions nos 25% de chômeurs. Di- bles sont maires et conseillers géné-les services dʼurbanisme de la Ville sons-le nettement ! Il sʼagit de propos raux dʼune alliance avec unde Fort-de-France parait bien être la racistes qui sont honteux de la part personnage aussi imprévisible et en-moindre des choses. Que compte dʼun homme assis sur les bancs de combrant quʼAlfred MARIE-JEANNEtenu de lʼimportance du projet, le pré- lʼassemblée nationale française ! qui nʼadmet ni question, ni critique ?!sident du Conseil Régional par ail- Quant au divorce sans pension ali-leurs parlementaire rencontre le mentaire que le président du Conseil Le 29 novembre 2009Maire de Fort-de-France, lui aussi Régional entend prononcer contre le Karl PAOLOparlementaire, devrait relever dʼune Maire de la Ville de Fort-de-France,démarche sans enjeu particulier. cela relève du comportement puérilCʼest ce que le professeur de dʼun personnage qui est persuadésciences économiques et sociales être propriétaire du Conseil Régionalsuggérait et cʼest cette suggestion qui et des fonds publics qui lui sont attri-lui a valu ces mots : “ Monsieur, je bués, qui croit pouvoir tout ré-nʼai aucun ordre à recevoir de vous, genter, tout contrôler et toutmais aucun, Mais aucun... Aucun décider en lieu et place desmonsieur”. “ Je ne vous connais pas, Martiniquais.je ne connais pas Letchimy, je vais Que pensent les élustraiter avec lui pour quoi faire?... Oc- Martiniquais de cecupez vous de vos affaires! »Drôle de conception dont témoigneAlfred MARIE-JEANNE ! Soit la Villede Fort-de-France et son maireobéissent, le petit doigt sur la couturedu pantalon et dans ce cas tout vabien, soit ils sont des ennemis et de-viennent infréquentables. Ellemarque la volonté de ne pas traiteravec des partenaires, ce qui supposela reconnaissance dʼune certaineégalité et dʼun comportement respec-tueux, mais avec des subordonnés àqui on donne des ordres. Telle sem-ble être la conception du MIM-CNCPdepuis quʼil dirige la collectivité régio- LA CRISE PAROXYSTIQUEnale. Le Progressiste - Page 9 - Mercredi 02 décembre 2009
  10. 10. PAROLES CITOYENNES SAUVONS NOS MANDATS ! POUR LE PEUPLE ON VERRA !En 2003, pour augmenter les du peuple. tout en certifiant, la main sur lechances de « leurs élus » dʼembar- Ainsi un élu trinidadien représente cœur, quʼils nʼassommeront pas lesquer sur le paquebot de lʼassem- 2.000.000/67= 29.850 hab., alors contribuables martiniquais.blée unique et se garantir du même quʼun élu martiniquais sur la basecoup un retour dʼascenseur lors des de 75 sièges ne représenterait que Une assemblée de 44 élus suffiraitvotes du Congrès, les Présidents 400.000/75= 5.333 hab. largement pour gérer un départe-du Conseil Général et du Conseil Alors, il faudrait plus de cinq élus ment de 400.000 habitants.Régional, leur ont fait miroiter 75 martiniquais (au moins 7 ou 8) pour Et même avec 44 sièges, lʼélu mar-sièges à se partager. équivaloir à un élu trinidadien, dʼau- tiniquais pèserait encore trois fois tant quʼil ne faut pas perdre de vue moins que lʼélu trinidadien puisquʼilCinq ans après, la responsabilité que lʼEtat et les élus trinidadiens ne représenterait toujours quedont ils se sont déclarés les seuls doivent gérer toutes les fonctions 9.090 hab contre 29.850.défenseurs patentés ne les avait régaliennes dʼun Etat indépendant Trinidad dispose de matières pre-toujours pas effleurés puisque la (Justice, Police, Armée, Monnaie, mières comme le pétrole, le gaz,même offre de 75 sièges a été re- Affaires étrangères etc.) et contrôler lʼasphalte, qui génèrent toute lʼin-nouvelée en décembre 2008. les administrations comme la dustrie de la pétrochimie que lʼon Poste, les télécommunications, la peut imaginer, et bien dʼautres res-Curieusement, une assemblée ter- DAF, la DSDS, la Trésorerie etc. sources encore qui ne conduisentritoriale de 75 sièges pour la petite Par ailleurs, il faut rappeler aux ci- pas pour autant au gaspillage.Martinique ne semble choquer per- toyens quʼen réalité ce sont les Quant à nous, notre seule matièresonne ; ni les hypothétiques bénéfi- fonctionnaires des collectivités qui première pour alimenter notre éco-ciaires, et pour cause, ni les font tourner la machine. Quand un nomie et parer aux imprévus cʼestpropagandistes travestis en journa- conseiller général ou régional pré- lʼEtat. LʼEtat pour « Dean », lʼEtatlistes, ni nos universitaires, dont sente le budget en assemblée, il ne pour le tremblement de terre, lʼEtatcertains professeurs qui usent de fait que lire le travail préparé par la pour le k5f, lʼEtat pour les inonda-leur notoriété pour faire pencher la Direction des finances. Quand ils li- tions, lʼEtat pour la relance écono-balance du côté de leur sensibilité sent des rapports, ce sont des do- mique, lʼEtat pour la créationen harmonie avec la gérontocratie. cuments produits de A à Z par les dʼemplois. LʼEtat, lʼEtat, lʼEtat. services compétents. Même les dis-Non messieurs ! On ne met pas en cours prononcés en dehors des as- Les élus doivent revenir à la raison,place une institution ou des statuts semblées sont rédigés par les faute de quoi le peuple rejettera enpour un homme, pour deux fonctionnaires. Les élus nʼintervien- bloc leur délire. Les citoyens qui nehommes en fin de carrière politique, nent que pour les orientations. sont pas dʼaccord avec leurs extra-mais pour un peuple et pour ceux vagances doivent le faire savoirqui ne tarderont pas à remplacer, Ainsi, au moment où le monde en- sans crainte en passant par lʼisoloir,dans pas trop longtemps, les par- tier met lʼaccent sur lʼéconomie, la et non à main levée.tants. rigueur et la rationalité financière, nous commencerions lʼexercice de Oui ! Une assemblée de 44 mem-De qui se moque t-on ? la responsabilité par le gaspillage bres élus à la proportionnelle parIls nʼont pas osé proposer 86 et le parasitisme avec 75 sièges dix circonscriptions de 40.000 hab,sièges, soit la somme des sièges dans lʼassemblée territoriale. chacune ayant droit à 4 élus, soitdu CG et du CR (45+41), mais avec Quand on sait que certains partent 10*4= 40, plus une prime de 475 ils nʼen étaient pas bien loin. en mission plus de 35 fois en deux conseillers pour la liste ayant ob- ans pour faire le tour de lʼEurope, si tenu le plus de voix, paraît la for-Trinidad, qui nʼa de compte à ren- décriée par ailleurs, et que dʼautres mule la plus démocratique, la plusdre à personne, avec ses 5128 ont un goût très prononcé pour les équilibrée et garantissant le mieuxKm2 (cinq fois la Martinique) et camions toupie de béton, imagi- à la fois la liberté des élus et les in-2.000.000 dʼhabitants, (cinq fois nons ce que cela coûterait à la col- térêts globaux du pays.notre population ) dispose dʼun lectivité avec 75 conseillers.Sénat comprenant 31 membres Du reste, nous comprenons pour- Ce mode de scrutin permettraitnommés, et dʼune assemblée de 36 quoi les dilapidateurs réclament dʼéviter précisément la proportion-membres élus pour cinq ans, soit avec tant de force le pouvoir fiscal, nelle intégrale qui force la main duau total 36+31= 67 représentants gentiment dénommé levier fiscal, peuple et viole sa conscience. Le Progressiste - Page 10 - Mercredi 02 décembre 2009
  11. 11. PAROLES CITOYENNESTout le monde sait, et en premier globale » quʼassurerait prétendu- portionnel de circonscription, garan-lieu nos professeurs de droit et nos ment la proportionnelle intégrale. tissant la représentation territoriale,politologues- et les évènements Cette vision globale garantirait une permettrait du même coup de fairelʼont prouvé plus dʼune fois- que le politique harmonieuse et efficace lʼéconomie du gadget supplémen-peuple ne veut pas et ne vote pas dans tous les domaines. Et surtout, taire du « Conseil des communes »pour les 9/10ème de la majorité du « ça fait peuple ». consommateur de temps, dʼénergieCR incapables de se faire élire au- et de fonds publics. Les mairestrement que sur le dos dʼune tête de Ridicule ! Trois fois ridicule ! La nʼont pas vocation à intervenir dansliste. Sans le « marie-jeannisme », réalité, cʼest tout le contraire. Avec les choix du pays, autrement lesils ne connaîtraient jamais de car- la proportionnelle intégrale, la tête théoriciens de la vision globale se-rière politique. de liste omnipotente fait ce qui lui raient en pleine contradiction avecDʼailleurs, le MIM, même avec plaît, et tous ceux qui ont été élus leur doctrine.Marie-Jeanne, et Marie-Jeanne à la sur son dos ont le petit doigt collé àRégion, nʼa pas pu conquérir une la couture du pantalon. Dans ce Pour ce qui est des articles 73 etseule municipalité en trente ans, oui cadre là, la vision globale dépend 74, le peuple martiniquais sait déjà! Pas une seule. exclusivement de la volonté du « ce quʼil choisira et surtout ce quʼil nePep-là pa fou. patron ». choisira pas.Répondez lé répondè ; est-ce pep- Un professeur de droit, dont la neu-là fou ? Le scrutin uninominal nʼempêche tralité est au dessus de tout soup-Non ! Pep-là pa fou ! nullement le Président du Conseil çon, a fait remarquer que personneNe parlons pas des autres, des par- Général de réaliser un port à ne savait ce que contenait ce fa-tis en voie de disparition, et des Grand-Rivière, un appontement au meux « sac 74 » que lʼon veut nousgroupuscules saprophytes Diamant, un autre à St Pierre, ou forcer à prendre.condamnés à faire autant de bruit dʼaider telle ou telle autre com-que les tonneaux vides pour se mune du nord ou du sud. Décidément, ce « chat en sac » nʼadonner lʼillusion dʼexister. Ils ne mé- Avec la proportionnelle de circons- pas fini de tourmenter les uns etritent pas quʼon sʼy arrête. cription, les décisions, les choix et dʼagacer les autres.A propos, il me revient à lʼesprit, les intérêts territoriaux auraient lesparmi toutes les déconfitures élec- meilleures chances dʼêtre équili- Que les compatriotes réfléchissenttorales du 1er vice-président de la brés. Et de plus les élus ne se- et réagissent.Région, la plus humiliante que lui raient pas les obligés dʼun patron «infligea le plus loufoque des candi- unique ».dats quʼait jamais connu la Marti- Dépourvu des perversions de la Emile ARNOLINnique en le devançant de plusieurs proportionnelle intégrale, ce modelongueurs. de scrutin serait un moyen terme Ce nʼest plus seulement 75 sièges,Et que dire de cet autre illustre fan- entre le scrutin uninominal et la pro- mais 75+13. Ils ont osé, et ils ontfaron de la Région régulièrement portionnelle intégrale, et en raison fait mieux quʼoser.blackboulé depuis une vingtaine dʼune plus grande proximité il décu- La France veut réaliser des écono-dʼannées à Rivière Salée ? plerait, à nʼen pas douter, lʼintérêt mies en réduisant le nombre deAlors, ces éternels battus dans les des électeurs pour des candidats mandats (50% de moins aux der-scrutins uninominaux, en dépit des qui leur seraient proches par bien nières nouvelles) les soixantequa-aides sociales qui inondent lʼélec- des aspects. torzistes eux, multiplient les siègestorat au lendemain des cyclones En outre, il garantirait une égalité dans lʼespoir dʼobtenir une « titeprovidentiels, de qui tiennent-ils la parfaite entre les élus, contraire- place » pour les copains.légitimité dont ils osent parler ? ment au système préconisé par Et pour cela, ils exigeraient de la «Certainement pas du peuple souve- certains qui consisterait à élire une France colonialiste » de prendre enrain comme lʼenseignent les univer- partie à la proportionnelle intégrale charge lʼirresponsabilité des chan-sitaires. et lʼautre au scrutin uninominal. tres de la responsabilité, à moins Cette dernière formule conduirait à quʼils ne sollicitent des contribua-Sʼagissant du mode de scrutin, pour deux légitimités, avec des élus du bles martiniquais un « ptit » peu detenter de berner encore une fois le peuple dʼune part et les « élus de la solidarité dans « lʼintérêt des élus ».peuple, des intellectuels prében- tête de liste » dʼautre part, endiers, courtisans obligés des en- somme, des légitimes et des souscore princes du moment, ont sorti légitimes.un lapin de leur chapeau, « la vision De plus la solution du scrutin pro- Le Progressiste - Page 11 - Mercredi 02 décembre 2009
  12. 12. MEETING DU MAP Les leaders de gauche réunis Désireux de tout savoir J-C. DUVERGER maî̂tre de cérémonies Le Grand Carbet comble Reste-t-il une place ? CALENDRIER DE RÉUNIONS PPM Date Commune Ressource Type Réunion Lieu et heureMer 2 Dec. FdF R- CELIMENE Débat Institutionnel MJC de floréal 18h30Mer 2 Dec. Rivière Salée D- ROBIN Débat Institutionnel Foyer rural de Médecin 18h30Jeudi 3 Dec Ste Luce J -MAURICE Débat Institutionnel Petit fond 18h30Jeudi 3 Dec FdF A -VEDERINE Débat Institutionnel ZAC de Chateauboeuf (face terrain de foot) 18h30Ven 4 Dec Rivière Salée D- ROBIN Débat Institutionnel Médecin 18h30Ven 4 Dec St Joseph C- JOSEPH Débat Institutionnel Chapelle, quartier Seraille 18h30Ven 4 Dec . FdF JABOL Débat Institutionnel Salon dʼhonneur du stade 18h30Ven 4 Dec Rivière Salée D- ROBIN Débat Institutionnel Sans Pareil 18h30Sam 5 Fond St-Denis D- CHOMET Débat Institutionnel Restaurant « Kay ti jo » face à la mairie 18h30Lundi 7 Dec. Case - Pilote D- CHOMET Débat Institutionnel Réunion à confirmerMar 8 Dec Rivière Salée D- ROBIN Débat Institutionnel Fond Masson 18h30Mer 9 Dec Schœlcher D- CHOMET Débat Institutionnel Terreville : lot point du jour 18h30 imp. TONIPRINT 0596 57 37 37Jeu 10 Dec FdF J- HAJJAR Débat Institutionnel Crozzanville,16 rue tanbouyés 18h30Ven 11 Dec Schœlcher G-HARPON Débat Institutionnel Enclos 18h30Ven 11 Dec FdF L-LEBEAU Débat Institutionnel Clairière 18h30Sam 12 dec FdF L-LEBEAU Débat Institutionnel Rue du balisier - Clairière -18h30 Le Progressiste - Page 12 - Mercredi 02 décembre 2009

×