Le progressiste n° 2120

827 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
827
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le progressiste n° 2120

  1. 1. 1 euro Le Progressiste Mercredi 24 février 2010 - N° 2120 “La chance de la Martinique c’est le travail des Martiniquais” Hebdomadaire du PPM - Fondateur : Aimé Césaire - Aimé CESAIRE MAUVAISE GESTION DE S. LETCHIMY ? NON ! MAUVAIS PROCES !!! (VOIR VOIR PP.3, 4,10) « Région = 0 ! »AU SOMMAIRE- REGIONALES : La période 1983-1992 (suite) (p.7)- REGIONALES : Frantz Thodiard et la santé de la SEMAFF (p.10)- LITTERATURE : « Mes étoiles noires » (p.11)- « LES MEILLEURS SPÉCIALISTES DES AFFAIRES MARTINIQUAISES SONT LES MARTINIQUAIS EUX-MÊMES » (DR ALIKER)
  2. 2. EDITORIAL UNE LISTE D’ACTION POUR SE METTRE AU TRAVAIL ! près une longue réflexion liée aux enjeux du pays, de la Ville de A Fort-de-France, du Parti, notre président Serge Letchimy a ac- cepté de relever le défi demandé à lʼunanimité des Balisiers pour « porter » la liste du PPM aux élections régionales. Il est vrai que pour certains la politique nʼest que spectacle et « coup » médiatique destiné à détourner le citoyen –et lʼélecteur en particulier- de lʼessentiel. Pour nous, il en est autrement : cʼest le fond et lʼintérêt collectif, à tous les niveaux ; et ce questionnement visait à trouver le meilleur compromis dans lʼintérêt de tous ! Lʼélection du candidat tête de liste par les militants faite, il fallait sʼat- teler à la constitution de cette liste en tenant compte des directives du Comité National du 24 janvier dernier, qui avait donné toute latitude à la tête de liste pour composer celle-ci, en lui fixant un certain nombre Didier LAGUERRE de bornes en matière dʼalliances et dʼouverture.Partant de ces paramètres, de nos valeurs et de notre projet politique invariant- alliant droit à lʼinitiativeet droit à lʼégalité- il a fallu édifier une liste ouverte, alliant lʼensemble du pays Martinique dans sadiversité (ruralité, urbanité). Cʼest ainsi que tous les territoires sont représentés, du Nord-Caraïbe auSud-Atlantique en passant par le Centre, avec seulement 4 représentants de la Municipalité de Fort-de-France.Une liste ouverte à la société civile, mais également aux formations politiques ou municipalités ayantsouhaité nous rejoindre pour ce défi régional. Cʼest ainsi que lʼon retrouve 8 groupes politiques qui par-tagent avec nous une ambition pour une Martinique nouvelle. Car cʼest bien cela qui nous réunit etnon pas le simple objectif de conquête dʼun espace de pouvoir, comme ceux qui nʼont quʼune ambition,se maintenir au pouvoir sans projet autre quʼeux-mêmes !!!Et justement, cet ensemble de femmes et dʼhommes ont travaillé en commun pour construire un pro-gramme cohérent qui allie une vision à long terme de notre pays et un programme dʼaction pour lamandature à venir. Car lʼenjeu est là : il faut remettre ce pays sur les rails du développement, de lʼespoiret de lʼépanouissement. Cʼest bien cela lʼimportant, lʼintérêt général du Martiniquais !Il sʼagit donc, outre lʼaspect politique, dʼune liste dʼaction, de projet, qui a la ferme intention de se mettreau travail dès le mois de mars, sur la base de son programme. Didier LAGUERRE Secrétaire Général du PPM Le Progressiste - Page 2 - Mercredi 20 février 2010
  3. 3. POLITIQUE UN MAUVAIS PROCÈS COUSU DE FIL BLANC Chambre Régionale des Comptes. Refus par la Région sans motif A titre dʼexemple, ces trois der- valable. Il en est de même pour la nières années, à savoir 2006, 2007 réfection et la modernisation de dix et 2008, la ville a dégagé un ré- terrains de football sur la ville de sultat positif de 2 400 000 euros, FDF. Là aussi, la Région a refusé 2 600 000 euros et 299 000 euros. de financer ces travaux, après deux ans dʼattente sans réponses aux Peut-on parler de lʼendettement ? courriers. Je respecte ces refus car la Région est libre de faire ce Comme toutes les collectivités, la ville emprunte auprès dʼorganismes quʼelle veut ; mais quand on sait C. Conconne financiers qui lui font confiance. que le football est le sport roi en Ces emprunts doivent se justifier Martinique, lʼécole de la vie etQuʼen est-il de la santé financière contribue à la nécessaire cohésionde la ville de Fort- de France ? par lʼétat de solvabilité de la Ville. Si celle–ci se voit accorder des em- sociale, lʼon devine sans peine lesCʼest vrai que la santé financière de prunts, cʼest parce que ses ratios conséquences dʼun tel refus de lala ville de Fort-de-France est cu- dʼéquilibre sont corrects et quʼen fin collectivité.rieusement devenue le sujet central de compte, elle peut honorer et Alors, face à cela, la Ville a dû em-de cette campagne régionale. Cʼest rembourser ses emprunts. Cʼest prunter pour réaliser ces équipe-bien la preuve que nos adversaires une règle qui est observée de ma- ments. Sinon, plus de pistemanquent cruellement dʼargu- nière stricte pour tout emprunteur, dʼathlétisme pour nos athlètes, plusments. La ville de Fort-de-France quʼil soit public ou privé. Dʼautre de terrains de foot. Lʼemprunt vautest une ville de gestion responsa- part, la Ville effectue des emprunts le coup, remarquez- le et devientble, car elle réalise chaque année qui sont des relais de trésorerie, en inévitable tant les enjeux sont im-des millions et des millions de tra- attente du versement des fonds eu- portants.vaux pour le développement écono- ropéens qui doivent lui parvenir.mique et le bien-être de ses Ces fonds européens ne sont ver- Permettez que je prenne un troi-administrés tout en se contentant sés que lorsque les factures sont sième exemple : les écoles de lade recettes fiscales dʼun équivalent entièrement acquittées, donc be- ville de FDF.dʼune ville de 50 000 habitants de soin en trésorerie. Ces emprunts-France métropolitaine, soit moitié relais sont bien entendu Chaque année, ce ne sont pasmoins que sa population. Le remboursés dès réception de ces moins de 5 millions dʼeuros (soitcontexte économique de la Marti- subventions. près de 30 millions de francs) quinique expliquant ce différentiel de sont engagés pour mettre auxrecettes (moins de personnes po- La Ville pourrait-elle faire lʼéco- normes les écoles de la ville.tentiellement imposables). nomie de ces emprunts ? Celles-ci sont au nombre de 60. Seuls 350 000 euros dʼaides duQuant aux accusations de déficit Oui, si certaines collectivités, Conseil Régional sont attribués, leà Fort-de-France, cʼest FAUX !! Il comme il est de leur responsabilité, solde est supporté par un empruntfaut savoir que la ville nʼenregis- jouaient mieux le jeu et ne tom- de la ville. Eh oui, là aussi, nous as-tre aucun déficit inscrit sur ses baient pas dans la sélection politi- sumons cet emprunt. Ces 350 000comptes administratifs. cienne. euros représentent la totalité deLe compte administratif est un do- Trois exemples, et non des moin- lʼaide annuelle accordée à la villecument qui récapitule le solde des dres pour illustrer ce débat : de Fort-de-France par la Régionrecettes et des dépenses, cʼest en et que nous consacrons unique-outre un document officiel, légal, - une demande de subvention ment aux écoles. 350 000 euros,transmis au contrôle budgétaire de adressée à la Région Martinique cʼest lʼéquivalent par habitant dʼunla Préfecture, confirmé par le Trésor pour refaire à neuf la piste dʼathlé- paquet de cigarettes bon marché.Public payeur de la collectivité et tisme en tartan du stade Pierre ALI- Que faut-il donc faire pour réalisertransmis pour vérification à la KER, équipement performant sʼil en les chantiers des écoles, incontour- est, indispensable à nos athlètes. nables pour la mise en sécurité de Le Progressiste - Page 3 - Mercredi 20 février 2010
  4. 4. REGIONALES TETE nos petits ? Eh bien, face à née et deuxième phase en cours. publics consultables par tout un cette situation, la Ville nʼa Tous les travaux engagés dans chacun. Quand on annonce cepas le choix, elle emprunte. Alors tous les quartiers de la capitale à ce genre de choses, on vient avec desde temps en temps, il faut arrêter jour sont achevés ou largement en- preuves.de jouer aux pompiers pyro- tamés : modernisation de la Citémanes. Dillon, désenclavement de lʼErmi- Ce quʼil faudrait retenir de la gestion tage par lʼex-Hôpital Civil, désencla- de la CACEM par Serge LET- vement de Trénelle par le pont sur CHIMY : la prouesse entre autres la Rivière Monsieur. réalisée par la mise en œuvre dʼun transport intercommunal digne Je rappelle aux esprits chagrins de ce nom. Plus dʼune centaine que le Député-Maire de FDF a dʼentrepreneurs privés de « tombé présenté aux Foyalais en 2008, lévé » accompagnés dans la ces- lors des élections municipales, sion de leur activité, tout cela en son bilan dʼactivité. Ce bilan lui a préservant leurs intérêts. Cʼest une lʼécole de Sérénade valu la confiance renouvelée de ferme solaire produisant de lʼéner- près de 24 000 Foyalais, ce qui gie pour 3 000 équivalent foyers ;Les travaux dʼaménagement de représente le taux exceptionnel plus de 50 hectares dʼacquisitionsla Savane sont-ils arrêtés ? de suffrages de 82% de votants foncières destinés à lʼimplantation en sa faveur, faisant de lui le de 7 zones dʼactivité économique ;En effet, la Savane aurait dû être Maire le mieux élu de tout lʼOu- le premier marché de gros de lamise à disposition des Martiniquais tre-mer, et de toutes les villes de Martinique, première pépinièredepuis 2009. Lʼentreprise attribu- France et de Navarre, à tranche dʼentreprises à la Martinique, lataire du marché a connu des défail- équivalente dʼhabitants. « Alé di réalisation du port de plaisance delances qui ne relèvent pas de notre yo » ….. lʼEtang Zʼabricots qui offrira bien-fait. Dans pareil cas, comme vousle savez, nous avons dû procéder à tôt en terme de service mer tout unune mise en œuvre de la procédure panel dʼactivités liées à la mer.légale : nouvelle publicité légale, Et la CACEM ? Cʼest cela, la CACEM de la gestionnouvelle commission dʼappel dʼof- de Serge LETCHIMY. Cʼest aussifres, ce qui a retardé dʼautant les La réponse la plus significative pour un pari exceptionnel sur lʼenviron-délais dʼexécution. les rumeurs abjectes se répandant nement avec un chantier exception- sur lʼétat de la CACEM est laissée à nel de réhabilitation de la lʼactuel président de cette collecti- décharge publique à ciel ouvert vité, son président, Pierre SAMOT. en parc technologique environne- Il y a environ un an, les élus foyalais mental, etc.… du bureau de la CACEM sʼétaient enquis auprès de ce dernier des Alors en conclusion, un mauvais propos diffamatoires qui remon- procès cousu de fil blanc sans taient sur la qualité de la gestion de preuves, sans aucun élément Serge LETCHIMY. Très sereine- tangible destiné simplement à vue de la nouvelle Savane ment, Pierre SAMOT mʼa déclaré : noircir lʼimage du candidat Let- « On mʼa dit beaucoup de bêtises chimy, mauvaise manœuvre quiA ce jour, une nouvelle entreprise sur la qualité de la gestion de la nous laisse simplement concluresʼest vue attribuer le marché et les CACEM par Serge LETCHIMY. Je que Serge Letchimy et sa liste re-travaux ont donc repris ; la Savane peux certifier que tout cela est faux présentent un vrai danger poursera mise à la disposition des Mar- et que cette collectivité est un mo- lʼéquipe sortante et qui a œuvrétiniquais dès ce premier semestre dèle de bonne gestion et de dyna- à lʼéchouage total de la Marti-2010. misme ». Pour information, comme nique en 12 ans. à la ville de Fort-de-France, aucunSʼagissant des autres travaux : déficit de la CACEM nʼest à déplo-Pointe Simon, le chantier est encours, le Centre commercial Perri- rer. Interview de Catherine CONCONNEnon, le chantier terminé et livré ; le Je vous renvoie là aussi aux Réalisée le 22 février 2010Parc floral, première phase termi- comptes administratifs, documents Par Serge SOUFFLEUR Le Progressiste - Page 4 - Mercredi 20 février 2010
  5. 5. REGIONALES PLANNING RECAPITULATIF DES REUNIONS CAMPAGNE REGIONALE REUNIONS A FORT DE FRANCE SEMAINE DU LUNDI 22 AU VENDREDI 26 FEVRIER 2010 CANTONS MERCREDI 24/02/10 JEUDI 25/02/10 VENDREDI 26/02/101 1 18h 30 18h 00 18h 30 Maison Valère Restaurant « Chez Claudia » Chez Judes Largen 28, rue de Clairière Bô Kannal, Près du dépôt CFTU 30, rue Amilcar Cabral 2 3 18h 30 Chez Christiane - 16, rue des Tambouyés - Crozanville 4 5 18h 30 18h 00 18h 00 Chez Nicog le pâtissier Chez Martha François-Haugrin Chez Vounzy Renéville Morne Calebasse 23, rue Sainte-Thérèse Rue Joseph Angélique Canal Alaric 18h 30 6 Maison place des fêtes de Volga 7 18h 00 Chez Cavalier, 23, avenue de la Plaine - Montgérald 8 18h 30 Chez Argot Restaurant Le Manguier Trénelle 9 Chez monsieur Pompui Max Zone artisanale de De Briand 18h 30 Chez Badian, 6 km route 18h 00 de Balata (face à lʼéglise) 10 18h 30 Chez madame Médouze Marcelle Fond Lada Paroles citoyennes"La métamorphose des indépendan- deur, essentiellement. Son projet poli- ché,kabéché,fait naître une consciencetistes": realpolitik=téléréalité... Sans tique pour la Martinique: lʼAutonomie. de Peuple et de Nation Martiniquaise,contestation possible,le personnage Ceux quil a désignés pour la défendre tout cela dans l humilité la plus totale;central de lhistoire post- coloniale de la : le P.P.M. Mais, les grands hommes ne ---héritant dun sol défriché et ense-Martinique est : Aimé Césaire. Cest se font pas que des amis ! Comme les mencé,Marie-Jeanne se montre trèsavec sagesse, comme un guide spiri- grands arbres, ils font beaucoup dom-tuel, quʼil a su mener son peuple loin de bres .Pour "sortir" de lombre, certains fier de pouvoir récolter,peu modeste ; -laffreuse misère du "antan Wobè", vers ont poussé la surenchère, jusquà lin- ----Césaire a constamment revendiquélégalité républicaine de la départemen- dépendance! lAutonomie; ---Marie-Jeanne,aprèstalisation. Visionnaire, il a vite Lopposant le plus constant, pugnace avoir revendiqué "mordicus"lindépen-compris, toutefois, que les "liberté- et même audacieux, le Mapipi des in- dance, crié au loup, nous lavons vu etégalité- fraternité" promises devraient dépendantistes, cest : Alfred Marie- entendu chanter les louanges duêtre revendiquées et défendues âpre- Jeanne. Lopposition, il est vrai, est très "74",prenant pour paroles dévangilesment par la puissance de lintelligence large ! -------nègre il était, Césaire as- celles de Sarkozy..... NON, Monsieurmartiniquaise, les "Armes Miracu- sumait et revendiquait sa Négritude; -- Marie-Jeanne, à peine converti, sem-leuses". La santé, linstruction, laide -leucoderme, Marie-Jeanne doitaux familles, combler le vide structurel lassumer et sadapter( on dit "chabin") ble-t-il , aux idées de l autonomie, vouset préserver lauthenticité de la culture -----pour son peuple sans parole, Cé- ne pouvez pas vous autoproclamer sonantillaise, telles étaient les priorités im- saire a été "la bouche de ceux qui nont prophète ! Navoir QUUNE PAROLE,médiates. Chez cet Homme, humble point de bouche"; ---Marie-Jeanne cest ce qui FAIT LʼHOMME !comme tous les Sages, les dimensions donne "la parole au peuple" à la ma-de la pensée se mesurent en Profon- nière dun gourou; -----Césaire a défri- Alain Philipbert. Le Progressiste - Page 5 - Mercredi 20 février 2010
  6. 6. POLITIQUE ENSEMBLE POUR UNE MARTINIQUE NOUVELLE Collecte de donsNom : ............................................................................... Prénom : .................................................................Adresse : ..............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................Email : .................................. Tel fixe : ............................ Tel mobile : ......................... Fax : ...............................Jʼapporte mon soutien à la campagne électorale de la liste ENSEMBLE POUR UNE MARTINIQUE NOUVELLEmenée par Monsieur Serge Letchimy, pour lʼélection régionale, des 14 et 21 mars 2010.Je verse la somme de :par : Chèque bancaire virement, à lʼordre de :Philip EADIE, mandataire financier de Serge LETCHIMY. Siège du Parti Progressiste Martiniquais, réservoir deTrénelle, rue Patrice LUMUMBA, Fort de France 97200.Le reçu qui me sera adressé par le mandataire financier, édité par la CNCCFP, me permettra de déduire cettesomme de mes impôts dans les limites fixées par la loi.Conformément à lʼarticle L. 52-9 du Code électoral, Monsieur Philip EADIE désigné le 13 Février 2010 et déclaréle 15 Février 2010 est seul habilité à recueillir des dons en faveur de Monsieur Serge LETCHIMY dans les limitesprécisées à lʼarticle L. 52-8 du Code électoral, modifié par la loi de finances pour 2006, article 5 II n° 2005-1719du 30 décembre 2005, reproduit ci-dessous :Article L. 52-8 : réglementation des donsLes dons consentis par une personne physique dûment identifiée pour le financement de la campagne dʼun ouplusieurs candidats lors des mêmes élections ne peuvent excéder 4 600 euros.Les personnes morales, à lʼexception des partis ou groupements politiques, ne peuvent participer au financementde la campagne électorale dʼun candidat, ni en lui consentant des dons sous quelque forme que ce soit, ni enlui fournissant des biens, services ou autres avantages directs ou indirects à des prix inférieurs à ceux qui sonthabituellement pratiqués.Tout don de plus de 150 euros consenti à un candidat en vue de sa campagne doit être versé parchèque virement, prélèvement automatique, ou carte bancaire.Le montant global des dons en espèces faits au candidat ne peut excéder 20 p. 100 du montant des dépensesautorisées lorsque ce montant est égal ou supérieur à 15 000 euros en application de lʼarticle L. 52-11.Aucun candidat ne peut recevoir, directement ou indirectement, pour quelque dépense que ce soit,des contributions ou aides matérielles dʼun Etat étranger ou dʼune personne morale de droit étranger.Par dérogation au premier alinéa de lʼarticle L. 52-1, les candidats ou les listes de candidats peuvent recourir àla publicité par voie de presse pour solliciter les dons autorisés par le présent article. La publicité ne peut contenirdʼautres mentions que celles propres à permettre le versement du don. Le Progressiste - Page 6 - Mercredi 20 février 2010
  7. 7. REGIONALES ENCORE UN DOCUMENT, EN GUISE DE TEMOIGNAGE… CAMILLE DARSIERES PRÉSENTE LES ACTIONS DE DÉVELOPPEMENT DE LA RÉGION DE 83 À 92 oujours à lʼintention des « su- Hommes et la recherche au déve- Ainsi :T perbes ignorants gonflés de leur ignorance et de leur mal-veillance », qui existent encore en loppement économique et à lʼenvi- ronnement socioculturel ; Développer les échanges interré- Devant lʼensommeillement des communes, mises à mal par la dis-2010, Le leader P.P.M. de lʼépoque parition des activités économiques,présente les actions de développe- gionaux ; nous avons, dès le budget de 1984,ment de la coalition de Gauche : décidé dʼouvrir une ligne budgétaire Affirmer le développement culturel dʼaides à ces collectivités. Et lʼinjec- … « Ce fut voté, dès le 9 septem- pour mieux asseoir le développe- ment économique. tion dans leur budget de millions etbre 1983, moins de 6 mois après de millions, de milliards de francsnotre installation à la Région après Vaste ambition, mais évidemment à anciens a permis lʼouverture deun préambule énonçant la concep- la mesure du retard – maître mot – chantiers divers, pourvoyeurs dʼem-tion même du document, - « volonté énorme à rattraper. Sur la base de plois et rétributeurs de salaires :de sauver et de créer des emplois ces principes – et cʼest à retenir équipements sportifs, culturels, ré-pour les Martiniquais, volonté dʼaf- également- qui étaient adoptés une fection, voire agrandissement dʼhô-firmer lʼidentité martiniquaise », - les année avant les lois nous confiant tels de ville, remise en étatintitulés de chapitre sont éloquents : compétences et ressources, nous dʼéglises, travaux dʼassainisse-Restructurer et développer lʼappa- sommes tous allés au charbon ment, irrigation, réserves foncières,reil productif ; avec enthousiasme. Et, périodique- VRD de lotissements commu- ment, nous améliorions nos orien- naux… ;Aménager les infrastructures éco- tations, par les contrats de plannomiques ; Etat-Région, par le Plan de Déve- Constatant le vide des carnets de loppement Régional, voire par le commande du BTP (déjà !) nousExploiter au maximum les res- Schéma dʼAménagement, inter-sources de la Martinique et mieux avons aidé à la construction dʼHLM, rompu malencontreusement dansgérer lʼénergie ; de logements sociaux, à la réhabili- son cheminement final par lʼannula- tation de quartiers insalubres, fai- tion des élections de 1986, interve-Pratiquer une politique foncière au- sant de la sorte dʼune pierre deux nue cinquante deux mois après ladacieuse et cohérente ; coups : soutien ou création dʼem- consultation, pour des causes tota- lement étrangères à la démarche plois et amélioration de la qualité deMettre en place une plus large poli- démocratique de notre coalition de la Vie.tique dʼirrigation ; gauche. (La semaine prochaine, la suite deRepenser les services écono-miques ; Donc, nous avions su nous garantir ces actions…) dʼune boussole pour nous lancer Camille DARSIERES (« ECRITSFaire coller la formation des dans des actions bien ciblées. POLITIQUES »- 1994) COMMUNIQUÉ DU BUREAU NATIONAL Faisant suite à lʼaccord intervenu entre le Parti progressiste martiniquais (PPM) et la Fédération socialiste de Martinique (FSM) représentée par son premier secrétaire fédéral, Louis-Joseph Manscour, le Bureau national du Parti socialiste a décidé à lʼunanimité dʼapporter son soutien à la liste « Ensemble pour une Martinique nouvelle » menée par le député-maire de Fort-de-France, Serge Letchimy, liste sur laquelle figurent les candidats de la fédération. En conséquence, le Bureau national appelle tous les élus, militants et sympa- thisants socialistes de Martinique à œuvrer résolument pour assurer le succès plein et entier de la liste « Ensemble pour une Martinique nouvelle ». Le Progressiste - Page 7 - Mercredi 20 février 2010
  8. 8. CARTON ROUGE MADAME A ECHOUE outes nos 2 - En 2003, voilà madame bombar- Une double tactique : T félicitations à Mme la Présidente du dée présidente du CMT. Un orga- nisme créé officiellement le 9 juillet 2003, lors dʼune plénière commune La première, constituer une réserve de voix au bénéfice dʼAlfred Marie- CMT. Cette der- Conseil général/Conseil régional. nière vient en Un CMT ( ) mort-né dans la mesure Jeanne en cas de second tour. Cela effet dʼentrer où les 86 élus présents à cette signifie ( ) que quiconque vote Ma- dans le Guinness séance ont prédéterminé son bud- Book pour avoir get, le nombre dʼemployés à recru- deleine de Grand Maison vote en découvert la ter, son statut juridique, Bref, tout, réalité pour Alfred Marie-Jeannepierre philosophale. La vénérable sauf la définition au préalable de sa qui, logiquement, en cas de victoire,présidente du CMT a récemment mission. Une incongruité à nulleconvoqué la presse pour annoncer fort peu probable dʼailleurs, devrait autre pareille, que certains onturbi et orbi : «Le carnaval est un pourtant flairé, dont la conseillère lui renvoyer lʼascenseur en la re-produit touristique ! ». régionale Madeleine de Grand Mai- nommant présidente du CMT. son soi même.Il aura donc fallu à Madame la pré-sidente toute une vie, toute une Mais hélas, loin de chercher à cor- Deuxième tactique, être en positionlongue vie pour découvrir lʼévi- riger ce péché originel en appelant de négocier avec le vainqueur.dence. On sait que Madame nʼest à la définition a posteriori dʼune Eventuellement Letchimy, quitte àpas une nouvelle venue dans le vraie politique touristique, madamelanderneau politique. En effet, faire un enfant dans le dos, à le présidente, une fois nommée, aaprès avoir tenté vainement dès 71, préféré faire des coups, de la repré- Claude Lise, le président fondateurde prendre la mairie dʼAjoupa sentation, du cosmétique en du RDM, qui, lui, a juré de fairebouillon, sa commune natale, elle somme. Elle a affectionné tapisser mordre la poussière au Député-siège sans discontinuer depuis les couloirs de métro parisiens dʼaf-1983, depuis 27 ans donc, au fiches publicitaires dʼune rare stupi- maire de Fort-de-France.Conseil Régional, dont elle est dʼail- dité et embaucher une vingtaine de En conclusion. Madame de Grandleurs la doyenne. Passons sur sa figurants pour faire les pitres au Maison est le prototype même desprésidence du Syndicat dʼinitiatives Time Warner Center de New York.de sa belle commune, quʼelle a politiciens dont il faut hâter la dispa- Lancez « Fly me to Martinique » surabandonnée. Passons sur la créa- google pour visionner ce buzz sur rition de la scène publique. Avidité,tion et la présidence de son magni- Youtube.. Elle a passé contrat avec démagogie, Agoulouterie inextin-fique jardin, « les Ombrages », une bande dʼaigrefins belges pour guible de postes, tout cela, rimantfermé et à lʼabandon depuis belle concevoir une revue que personnelurette. Passons encore sur sa pré- nʼa lu et dont le stock a été mis au volontiers avec incompétence,sidence du Comité de bassin, dont pilon. Coût de lʼopération plusieurs manque dʼimagination, arroganceon ne sait exactement à quoi sert dizaines de milliers dʼeuros. Elle a et mépris pour le peuple martini-ce machin. Passons enfin sur son choisi de terroriser le personnel dupassage à lʻassemblée européenne quais. Fort heureusement il sem- CMT. Elle a préféré enfin se vautrerdont elle a été virée, et rappelons dans le fromage des voyages sans blerait que ce dernier – le peuple -seulement deux brillantes réussites fin et sans raisons autour du ait bien compris les enjeux.de la brave Madame. monde.1 – En 1983/84, Madame de Grand Madame la présidente a lamenta- Selon des bruits qui circulent, laMaison était en charge du porte- blement échoué. Mais pouvait-il en liste de Madeleine Jouye de Grandfeuille de la culture du Conseil ré- être autrement, quand on se rap- Maison serait parait-il créditée degional et à ce titre, Camille pelle quʼà la première question deDarsières lui avait confié notam- seulement 2 % des intentions de sa première interview de premièrement, la création dʼun conservatoire présidente du CMT, madame Ma- vote. Pour peu quʼelle nous sortede musique. Quels ont été les ré- deleine Jouye de Grand Maison a encore une de ses trouvailles, et ausultats de cette mission ? On nʼen déclaré à la presse : « Je ne saissait rien. En tout cas, de conserva- soir du 14 mars, lʼon pourra dire : pas par quel bout commencer »toire point. Pas la moindre brique, Triste aveu dʼincompétence, sʼil en est. Madeleine a Zéro.pas le moindre son, pas la moindrepartition, pas le moindre cours de Aujourdʼhui, comme en 2004, lamusique, mais beaucoup dʼétudes voilà menant une liste. Pour quoibidon et de voyages stériles, dont Henri PASTEL faire ? Sinon chercher à rempiler àMadame est devenue grande spé- la présidence du CMT.cialiste. Comment ? Le Progressiste - Page 8 - Mercredi 20 février 2010
  9. 9. KOUTT ZEPON AIGRI ET DÉÇU,G. DORWLING-CARTER CONTINUE À SE « GOURER »… aut-il être Letchimy , laissant accroire que toutes les campagnes électorales, F aveuglé par lʼaigreur et la déception pour se cette investiture est chose gro- tesque, bouffonne, dans le style de la comédie italienne du 17ème siècle et avancer GRATUITEMENT des contre-vérités, SANS preuve au- cune : La situation désastreuse de laisser aller à de de Catherine de Médicis, avec mi- la Ville, la mauvaise gestion de la telles dérives, miques dérisoires, scénarios sim- lorsquʼon se croit SEMAFF, le déficit abyssal de la plistes, et personnages de farce intellectuel et jour- CACEM. Nous disons bien SANS comme Scaramouche, Arlequin,naliste par-dessus le marché ?! Pierrot, Polichinelle et autre Panta- preuve aucune ! Calomniez, ca- lon ; De qui se moque tʼon ? lomniez, il en restera toujoursDans Antilla no 1390 (p.44), le sieur quelque chose !Dorwling débloque complètement. Faut-il être à ce point partisan pourSa pseudo analyse de lʼinvestiture ne pas reconnaître le caractère Dépité, pour toute conclusion, GDCde Serge LETCHIMY, loin dʼêtre éminemment démocratique de persifle, parlant de « conglomératune analyse objective de journa- cette investiture avec le vote en- idéologique et de soupe popu-liste, avec une argumentation pré- thousiaste de tous les délégués des liste » !cise, nʼest quʼun « déboulé » Balisiers de toutes les communes ?dʼarguties non prouvées, non justi- Faut-il être à ce point de mauvaise Lamentable GDC ! La leçon don-fiées, non cohérentes… foi pour se gausser de la Sérénité née par le Peuple ne peut en rienDʼabord, le titre de lʼarticle, « une du Leader (« la paix et lʼamour »), justifier ces basses vengeancesinvestiture de comedia del arte », et cet appel à lʼunité pour le déve- verbales qui nʼhonorent pas leur au-est , dans les faits et dans la sé- loppement du Pays ? Faut-il être à teur…mantique, (il est vrai que rien ne ce point « dépotcholé » pour impu-prouve que GDC connaisse la Co- ter au P.P.M. lʼaffaire Jalta, les grosmedia dell Arte !!) insultant à lʼen- bras des quartiers populaires, lesdroit du P.P.M. et de Serge violences variées et diverses de ZizitataLES HOMO HIBERNATUS DE …. GARCIN EST … VERT DE RAGE LOULOU, LʼETERNEL AUTO-PRESIDENT Pas content le patron du Modemas. STOPPEURPas fou, le Claude Lise. Pas fou du Pas content du tout. « Rassemble-tout ! Regardez bien la liste de son ment Martiniquais pour le Change- Il en aura signé des partenariats, ceParti. En dehors du Maire de ment », avec un nom si ronflant, il cher Loulou Boutrin. Du ModemasSainte-Marie, pas un seul édile sʼattendait à la continuité dans à Bâtir, en passant par Ecologie Ur-RDM sur sa liste. Ah, le malin, il a lʼunion sacrée. Eh non, hélas. baine, il a sillonné le monde poli-déjà fait les comptes pour sa future « Chacun pour soi » ont scandé enprésidence à lʼAvenue des Ca- chœur, Madeleine, Samot et Alfred. tique de long en large. Finalement,raïbes. Pas question de prendre le Oubliées les deux communes de on le retrouve dans les bras dʼAlfredmoindre risque en obligeant mes lʼextrême. Pas le moindre petit mor- le sortant et on comprend mieuxgars pour cause de cumul de man- ceau de liste pour Garcin et ses co-dat à retourner aux urnes pour des pains. Garcin, la prochaine fois, son zèle hargneux pendant les der-cantonales partielles. Hibernés vérifie bien la qualité du ciment. nières consultations. Co-voiturage,mes gars, hibernés au fond du ter- Mwen kouè ta la té ni trop dlo !!!! auto-stop sont, il est vrai des modesrier. Alors tant pis pour toi, Made-leine !! Moi, mon choix est fait à dit de transport très prisés des écolos.Président, on limitera la casse !! Sacré Loulou, va !« Depuis notre création, on excelledans la collection de défaites ! » a-t-il rajouté, Alors STOP !!! Fonmi wouj Le Progressiste - Page 9 - Mercredi 20 février 2010
  10. 10. REGIONALES LA SITUATION DE LA SEMAFF EST TOTALEMENTSAINE, SELON FRANTZ THODIARD. Frantz THODIARD : Elle intervient sur Le Progressiste : A quelle période des opérations dʼaménagement pour Serge LETCHIMY a-t-il été en charge les collectivités, en mandat ou en de la SEMAFF ? concession. Elle est avant tout « amé- nageur » (Savane, Parc floral, Etang F.T. : De 1988 à 2000. Zʼabricot, Pointe Simon). Elle réalise des opérations de Résorption de lʼHa- Le Progressiste : Quel est le volume bitat Insalubre (RHI : Trénelle, Ravine dʼactivité de la SEMAFF ? Bouillé, Canal Alaric, Texaco, Fond Si- F.T. : De 1989 à fin 2000, la SEMAFF a nistrés) ; elle est promoteur dans la engagé plus de 183 millions dʼinvestis- Frantz THODIARD production de logements et de bâti- sement pour le compte de maîtres our ceux qui pouvaient en douter, ments commerciaux ; en tant quʼassis-P la campagne est bel et bien lan- cée ! Comme le dit et le répète lePPM, cette élection doit rester un débat tant de maître dʼouvrage ou conducteur dʼopérations (Maison de la Mère et de lʼEnfant, Lycée de Rivière-Salée pour dʼouvrages publics. De 2001 à 2008, ce sont plus de 210 millions dʼeuros. Le Progressiste : Quʼen est-il dedʼidées, un forum de propositions, un le compte de la Région). Aujourdʼhui, la lʼaménagement de la Savane ?espace dʼexpression où la parole libé- SEMAFF intensifie son action et sʼins-rée aura droit de cité. crit résolument dans de nouvelles pers- F.T. : La Savane, cʼest 18 millions de pectives en étendant son activité à la travaux. Lancés en 2007, ils se font enBien sûr, ceux qui ont été en res- deux phases. En juin 2008, ceponsabilité à la tête de la collec- fut la livraison et la mise à dispo-tivité régionale devront sition des Martiniquais du Frontnécessairement expliquer aux de mer. En mars 2010, ce seraMartiniquais pourquoi un tel ma- la livraison du « Mail de la li-rasme économique étreint et berté » et lʼouverture de tous lescontraint lʼinitiative entrepreneu- kiosques commerciaux ainsiriale, un tel déficit social et moral quʼune partie de la grande Sa-plomb les volontés, lʼenvie et la vane. Sʼagissant du ralentisse-confiance, une telle désaffection ment observé courant 2009, ila gangrené les forces vives de est dû à la faillite de deux entre-ce pays. prises qui travaillaient sur le site. Il a donc fallu reconduire toute laLes leurres polluants et les procédure de désignation decontrevérités ne pourront pas nouvelles attributions pour se confor-longtemps faire illusion quand la réalité gestion dʼéquipements publics et de mer aux règles des marchés publics. Ilde leurs faillites avérées les renvoie services (Port de plaisance). en est de même de lʼEtang Zʼabricotinévitablement à leur impéritie ! où, là encore, les travaux ont été retar- Le Progressiste : Depuis quand dés à cause des procédures infruc-Le PPM préconise une autre gouver- existe-t-elle ? tueuses de désignation de délégatairesnance de la Région Martinique. Dʼau- menées en 2008-2009 par la CACEM.tres méthodes de travail, une autre F.T. : Depuis 1988.culture de gestion mise en œuvre par Le Progressiste : Somme toute, quedʼautres hommes, par dʼautres Le Progressiste : Quelle est la situa- peut-on retenir de la SEMAFF ?femmes. Un autre projet, surtout ! A cet tion financière de la SEMAFF ?égard, puisque nos détracteurs tien- F.T. : Quitte à me répéter, la SEMAFFnent à en parler, à lʼinstar de la Ville ca- F.T. : La situation de la SEMAFF est to- est une Société dʼEconomie Mixtepitale qui est un modèle de gestion talement saine. Depuis sa création, elle dʼAménagement qui jouit dʼune situa-responsable dans une conjoncture a enregistré dʼune manière générale tion financière saine à lʼimage de lapourtant difficile, la Société dʼ Econo- des résultats positifs de ses exercices gestion de la Ville capitale. Elle sʼinscritmie Mixte dʼAménagement de Fort-de- budgétaires, sauf en 2001-2002 où il y dans des perspectives de développe-France (SEMAFF) est un exemple de eut un ralentissement significatif de ment audacieuses mais réalistes. Elledynamisme économique. Frantz THO- lʼactivité dû en grande partie à la doit progresser dans sa sphère deDIARD, adjoint au maire en charge de conjoncture économique dʼaprès élec- compétence, avancer dans son métier,lʼurbanisme et de lʼaménagement, pré- tions. Pour tous ceux qui voudraient vé- anticiper sur son « marché ». Elle re-sident délégué à la SEMAFF, nous le rifier nos chiffres, nous leur tenons flète- quoi quʼon en dise- une véritableprouve. obligeamment nos comptes qui sont, dynamique économique. bien entendu, certifiés comme la loiLe Progressiste : Quel est le rôle de nous en fait obligation. Propos recueillis parla SEMAFF ? Serge SOUFFLEUR Le Progressiste - Page 10 - Mercredi 20 février 2010
  11. 11. LITTERATURE LILIAN THURAM INVOQUE LES ETOILES QUI L’ONT GUIDÉ n connaît bien le footballeur comprendre lʼHistoire et mʼouvrir à « (…) entre le poétique et le poli-O guadeloupéen de lʼéquipe de France, celui qui nousavait enflammés, surpris lui-même dʼautres grandes figures de lʼhuma- nité que celles présentées dans les manuels scolaires, en particulier tique il a choisi dʼêtre une conscience ». Et il conclut : « Lors de son enterrement en avril 2008,pas son audace- lors de la Coupe des étoiles noires aux noms, tra-du Monde 1998. On sait moins son vaux, actions et œuvres souvent to- je me suis approché de son cercueilaction contre le racisme et les ex- talement méconnus ». et je lui ai dit : Vous pouvez partir enclusions, à travers notamment sa paix car vous avez éduqué toute On y trouve donc-entre autres-Fondation (voir www.thuram.org). Lucy, « notre grand-mère afri- une population. Nous sommes vosDans un livre publié en janvier der- caine » [née en Afrique orientale il y fils et vos filles, nous continuerons à a 3.180.000 ans], le Chevalier denier, intitulé « Mes étoiles noires- parler, à écrire, pour dénoncer les Saint-Georges, Toussaint Lou-De Lucy à Barack Obama », il pro- verture, Jean-Jacques Dessa- injustices ».pose une galerie de 45 portraits lines, Luis Delgrès et Solitude,dʼhommes et de femmes noirs de Camille Mortenol, Marin Luthercontinents variés qui ont inspiré sa King, Nelson Mandela, Mumiavie et son combat pour la recon- Daniel COMPERE Abu-Jamal… Aimé Césaire…naissance : « Dans ma vie, jʼai eula chance de rencontrer des per- A ce dernier, sous le titre de chapi-sonnes qui, chacune à leur ma- tre « Lʼheure de nous-mêmes anière, mʼont donné des clés pour sonné », il consacre neuf pages : Le Progressiste - Page 11 - Mercredi 20 février 2010
  12. 12. RÉGIONALESVous souhaitez adhérer au Parti Progressiste Martiniquais ?1. Téléchargez le bulletin d’adhésion :http://www.ppm-martinique.fr/wp-content/uploads/2009/09/Bulletin-dadhésion-2006.pdf2. Complétez-le3. Renvoyez-le à : PPM – Ancien réservoir de Trénelle – 97200 Fort-de-Franceou par Mail à contact@ppm-martinique.frVisitez le site du PPM :http://www.ppm-martinique.fr Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates qui luiCOMITÉ DE RÉDACTION : ont toujours fait confiance. Daniel COMPERE « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle, intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Nous les remercions d’en- voyer leurs dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions au siège du PPM : Jeannie DARSIERES - Ancien Réservoir de Trénelle - Fort-de-France. Didier LAGUERRE Directeur de la Publication : Daniel COMPERE imp. TONIPRINT 0596 57 37 37 Laurence LEBEAU 18, Allée des Perruches - Rte de l’Union - 97200 Fort-de-France Daniel RENAY Téléléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 Serge SOUFFLEUR Site Internet : www.ppm-martinique.fr Email : d.compere@ool.fr Victor TISSERAND N° de CPPAP : 0511 P 11495 Le Progressiste - Page 12 - Mercredi 20 février 2010

×