Professeur patrice cacoub - les pericadites

403 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
403
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Professeur patrice cacoub - les pericadites

  1. 1. Department of Internal Medicine and Clinical Immunology Hopital La Pitié Salpêtrière
  2. 2. LES PERICARDITES Péricardites aiguës : symptômes, éléments diagnostiques et causes Le terme péricardite désigne l’inflammation des feuillets du péricarde, membrane qui entoure le cœur. Ces feuillets péricardiques sont le siège de remaniements inflammatoires avec afflux de globules blancs (polynucléaires neutrophiles, lymphocytes), associés à un dépôt de fibrine et une sécrétion liquidienne par la membrane. Les péricardites aiguës représentent une pathologie fréquente et habituellement bénigne, la prévalence est estimée jusqu’à 5% des patients hospitalisés pour une douleur thoracique. Le diagnostic est aisément porté sur l’évaluation clinique, l’électrocardiogramme, l’échocardiographie, la radiographie pulmonaire et le dosage de marqueurs biologiques sanguins de l’inflammation (C-réactive protéine) et/ou d’atteinte myocardique (troponine). La présentation clinique typique associe un syndrome grippal (fièvre, douleurs articulaires et musculaires, fatigue), une douleur thoracique antérieure constrictive diminuant en position penchée en avant et aggravée par l’inspiration profonde, et un frottement péricardique à l’auscultation cardiaque. Les complications d’une péricardite aiguë sont la rechute, la tamponnade (compression aigue du cœur par un volumineux épanchement au sein du péricarde) et la péricardite chronique constrictive. Une péricardite récidivante - survenue de deux rechutes après un premier épisode - survient chez 20 à 50% des patients après un premier épisode.
  3. 3. Certains facteurs sont prédictifs de complications : l’existence d’un épanchement important ou compressif (tamponnade) et l’échec des médicaments anti- inflammatoires. Les causes des péricardites sont nombreuses et très variées, infectieuses et non infectieuses (néoplasiques, post-opératoires, métaboliques, maladies systémiques). Dans les pays développés, les formes aiguës étiquetées péricardites « virales » sont les plus fréquentes (> 80 %). Parmi les causes plus spécifiques, il faut écarter une tuberculose, un cancer, une origine post-opératoire (chirurgie cardiaque) ou une pathologie auto-immune ou auto-inflammatoire. Dans les pays en voie de développement, le spectre des causes est très différent car la tuberculose représente 70 % des péricardites en Afrique subsaharienne et plus de 90 % des péricardites associées à l’infection VIH. Certains facteurs sont prédictifs de l’existence d’une cause spécifique : fièvre > 38°C, évolution subaiguë de la péricardite, épanchement péricardique important ou compressif (tamponnade) et échec des médicaments anti- inflammatoires.
  4. 4. Traitement des péricardites aiguës simples ou récidivantes Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), traitement de première ligne des accès inflammatoires, permettent la rémission de l’épisode dans plus de 80% des cas. La non- réponse à l’aspirine lors d’un épisode aigue de péricardite est associée au risque de rechute et de survenue d’une péricardite chronique constrictive. Même si après un premier épisode de péricardite aiguë, les rechutes sont fréquentes, le pronostic à long terme des formes idiopathiques (sans cause) de péricardites aiguës récidivantes reste très bon puisque le risque de constriction est inférieur à 5 %. L’Aspirine et les AINS sont les traitements de base d’un épisode de péricardite aiguë et doivent être utilisés jusqu’à disparition complète des symptômes et normalisation des marqueurs biologiques d’inflammation. Des études récentes ont validé l’intérêt de l’association Colchicine-Aspirine/AINS dans la prise en charge du premier épisode de péricardite aiguë. D’autres études prospectives permettent également d’affirmer l’intérêt de la Colchicine en association aux AINS/aspirine, dans le traitement des péricardites aigues, lors du premier épisode ou dans le contexte des péricardites récidivantes (sauf contre-indication ou intolérance).
  5. 5. Tableau 1 : Causes des péricardites aiguës et leur fréquence CAUSES FREQUENTES Fréquence (%) Idiopathique 75-90 Infectie u se 6-8 Virale 1-2 Bactérienne 1-2 Tuberculeuse 4 Post infarctus du myocarde 5-10 Cancer 5-10 Poumon 40† Sein 20† Autres tumeurs solides 20† Hémopathie 15† Tumeurs primitives péricardiques Rare CAUSES RARES (<5% de l’ensemble des cas de péricardites aiguës) Maladies systémiques 3-5 Trouble métabolique Hypothyroïdie 3-5 Insuffis a nce r énale chronique 5 Post intervention nel le <1 Post radique <1 Toxicité médicamenteuse <1 Les pourcentages indiqués sont les prévalences des différentes causes rapportées dans la littérature † les pourcentages indiquent la prévalence relative des localisation s pr imi tiv es compliquées de péricardites néoplasiques
  6. 6. Pr Patrice Cacoub, MD Department of Internal Medicine and Clinical Immunology Hopital La Pitié Salpêtrière 83 Boulevard de l'hopital 75013 Paris, FRANCE Departement Hospitalo-Universitaire Inflammation-Immunopathologie-Biothérapies UMR 7211 (UPMC/CNRS), UMR S-959 (INSERM) Université Pierre Marie Curie, Paris 6. tel + 33 1 42 17 80 27 fax + 33 1 42 17 80 33

×