« La résilience territoriale
comme nouvelle heuristique de
l’adaptation face aux menaces :
de l’adaptation au risque à
l’a...
Résilience et paradigme de la catastrophe
Sécurité Etat
Processus
d’adaptation
permanent
Adaptation Au risque A la crise
P...
Résilience et aléas
 Il est à noter qu’en France les travaux sur la résilience se veulent multi-
aléas (terrorisme de mas...
Catastrophes naturelles ?
L'expression de catastrophe naturelle est doublement trompeuse
-Intrication complexe de facteurs...
Maîtrise du risque =
Résister • Atténuer l’aléa ou
l’exposition des
enjeux
Diminution du danger =
S’adapter
• Atténuer fac...
Paradigme de la catastrophe face aux submersions
Apprentissage
• Retours
d’expérience
REX (post-
Xynthia, Var,
Rhône)
(Par...
L’interprétation (Etat) des catastrophes « naturelles » (France, Xynthia)
 Mise en « problème public » = transformation d...
En conclusion : la résilience, un concept subjectif et politique
 Dimension normative, voire prescriptive : injonction à ...
Merci pour votre attention
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

ROSKO14 - Territorial resilience as a new heuristic of adaptation to threats: from the adaptation to the risk to the adaptation to the crisis

1 198 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 198
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
432
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

ROSKO14 - Territorial resilience as a new heuristic of adaptation to threats: from the adaptation to the risk to the adaptation to the crisis

  1. 1. « La résilience territoriale comme nouvelle heuristique de l’adaptation face aux menaces : de l’adaptation au risque à l’adaptation à la crise » Béatrice QUENAULT ESO (UMR 6590), Univ. Rennes 2, France beatrice.quenault@univ-rennes2.fr IT-GO ROSKO 2014 «Vers une intelligence durable des territoires : Les échelles de la résilience » 22-23 mai 2014
  2. 2. Résilience et paradigme de la catastrophe Sécurité Etat Processus d’adaptation permanent Adaptation Au risque A la crise Protection Structurelle Civile & Fonctionnelle Capacité Résistance Autonomie Apprentissage Adaptation  Face à la multiplication d’épisodes dramatiques dus à des aléas et à la convergence de multiples crises majeures  Double résurgence au tournant des années 2000 : la catastrophe (univers des problèmes) la résilience (univers des solutions)  Changement de paradigme dans la gestion des risques
  3. 3. Résilience et aléas  Il est à noter qu’en France les travaux sur la résilience se veulent multi- aléas (terrorisme de masse, pandémies, séismes, inondations, etc.).  La résilience est supposée répondre à des risques caractérisés par l’incertitude, la large-échelle, les interdépendances (effets dominos) et l’endommagement fonctionnel (notamment des systèmes complexes), pas à des aléas en particulier.  Toutefois, dans les cindyniques, la résilience renvoie généralement à la capacité à surmonter des « chocs majeurs brutaux », autrement dit à la gestion des risques naturels majeurs « classiques » tels que par exemple les événements météorologiques extrêmes liés à la variation climatique « naturelle ».  En cas de modifications des conditions environnementales (chocs lents et progressifs comme le CC), on lui préfère le vocable d’adaptation  Avec la résilience , on passe de l’adaptation aux risques (logique de prévention/protection) à l’adaptation aux crises (préparation au désastre=gestion de crise et retour à la normale)  Catastrophe inéluctable : Aveu d’impuissance ?
  4. 4. Catastrophes naturelles ? L'expression de catastrophe naturelle est doublement trompeuse -Intrication complexe de facteurs naturels/anthropiques (causes) - Catastrophe se mesure plus par ses effets (ampleur des dommages humains et matériels) que par ses causes  vision problématique à triple titre  conception aléa-centrée et exceptionnaliste (événements extrêmes) de la catastrophe  Obère une investigation des vulnérabilités de fonds (sociétales)=> inégalités/fragilités socio-économiques ou socio-écologiques  Conduit à formuler des solutions de résilience réactive/conservative et ingénieuriale L'expression de catastrophe naturelle désigne la déstabilisation d'une société humaine par un choc extérieur qui a pour origine un aléa naturel à fort pouvoir de destruction matérielle et humaine (vulnérabilité des enjeux).
  5. 5. Maîtrise du risque = Résister • Atténuer l’aléa ou l’exposition des enjeux Diminution du danger = S’adapter • Atténuer facteurs de vulnérabilité ou sensibilité des enjeux Acceptation catastrophe = Bifurquer • Atténuer dommages en cas de crise majeure Prévision (Calculs de probabilités Analyses coûts/avantages) Protection (Ouvrages de défense Conquête du milieu) Politiques « descendantes » Centralisées/Spécialisées Réactives Court terme Global (Macro) Vision prométhéenne Maître et possesseur de la nature Capacité d’adaptation (Capabilités, développement) Politiques « ascendantes » Décentralisées/décloisonnées Proactives Long terme Local (Micro) Vision environnementaliste « Crise de l’environnement » Retour d’expérience (apprentissage) Préparation à la crise (culture du risque, système d’alerte) Préparation au retour à la normale (réparation/reconstruction) Politiques horizontales multi-acteurs Intégrées/transversales Transformatives Moyen terme Glocal (Méso) Vision coévolutionniste « Anthropocène » Paradigme positiviste du risque Aléa Catastrophe = rupture de normalité Paradigme postmoderne du danger Vulnérabilité Catastrophe = normalité de rupture Paradigme systémique de la catastrophe Résilience Catastrophe = Inéluctabilité hors norme Transformation proactive
  6. 6. Paradigme de la catastrophe face aux submersions Apprentissage • Retours d’expérience REX (post- Xynthia, Var, Rhône) (Parlement, Cour des comptes, CGDD) • Partages de « bonnes pratiques » Préparation à la crise = protection civile • Systèmes d’alerte Plan canicule (2004) PCS/DICRIM (2004) • Information préventive IAL sur risques majeurs (2005) • Conscience du risque Repères de crues, événements festifs/éducatifs, etc. Préparation au retour à la normale = Protection fonctionnelle • Adaptation du bâti (indiv.) (zones refuges, surélévation, sortie de secours, batardeaux étanchéification, etc.) • Adaptation des infrastructures (OIV)(fonctionnement en mode dégradé, redondance, etc.) • Adaptation des aménagements (coll. loc) (zones d’expansion/de rétention des eaux) - Loi de modernisation de la sécurité civile (2004) - Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (2008) - Directive européenne Inondation (2007) transposée par Loi Grenelle II (Loi n° 2010-788) - Sécurité des activités d’importance vitale (2006) - Plan national Submersion Rapide (PSR, 2011)
  7. 7. L’interprétation (Etat) des catastrophes « naturelles » (France, Xynthia)  Mise en « problème public » = transformation d’un fait social en enjeu de débat public/d’intervention étatique ►« Mise en risque »  Rejet du registre fataliste = aléa imprévisible  Registre rationnel du risque = calcul probabiliste (aléa prévisible et prévu)  Catastrophe = matérialisation risque latent, ampleur dramatique (≠ aléa car rare i.e. pas exceptionnel) due aux vulnérabilités zones sinistrées (construction derrière les digues i.e. en zone inondable) ► « Mise en cause »  Rejet du registre émotion/solidarité/victimes  Registre des responsabilités/coupables ►Catastrophe = « Prise de risque » des acteurs locaux = tous coupables  Transformation des « compromis locaux acceptés » en termes d’urbanisation (attrait du littoral/perte de dynamisme territoires) en d’« inacceptables compromissions »  Relégitimation de l’État protecteur/délégitimation de la société civile  Illusoire sentiment de sécurité du aux digues = Manque de « culture du risque »  Comportements inadaptés des acteurs locaux qu’il faut « rééduquer »  Solution de résilience = Préparation aux situations d’urgence = responsabilisation de la société civile  Information (IAL, repères de crue)/alerte (PCS, DICRIM) /auto-organisation pop civile  Relance instruments réglementaires de zonage et protection (PPRL, PAPI, etc.)  Diminution de l’exposition aux risques (acquisition amiable/expropriation des habitations en zones inondables = gaspillage de fonds publics et iniquité)  Réforme du régime d’indemnisation Cat Nat (déresponsabilisant)/Modulation des primes d’assurances Logique néolibérale = passage de la solidarité collective à l’assistance sous contrôle
  8. 8. En conclusion : la résilience, un concept subjectif et politique  Dimension normative, voire prescriptive : injonction à la résilience perçue comme un idéal à atteindre  Un concept rassembleur ?  Défenseurs lui attribuent une connotation positive = face opposée de la vulnérabilité (connotation négative) : ex de la Resilience Alliance, « think thanks » international pluridisciplinaire qui entend promouvoir la notion  Détracteurs ont une vision plus complexe de la résilience (pas nécessairement positive) et des liens qu’elle entretient avec la vulnérabilité (pas nécessairement négative) et l’adaptation  Un concept enchanteur ou désenchanteur ?  Abandon d’un régime de solidarité collective (APD, aide humanitaire) pour aller vers une responsabilité individuelle (autonomie des communautés dans gestion de crise) = darwinisme social = des vulnérables victimes aux vulnérables coupables  Moyen de légitimation du désengagement de l’État providence qui n’a plus les moyens d’agir en situation de crise/urgence et doit trouver d’autres leviers locaux  Reconnaissance d’une impuissance assumée face à un certain nombre de risques auxquels il faut se préparer  Constat d’échec des politiques centralisées descendantes qui suppose d’aller vers des politiques décentralisées ascendantes => Outil de démocratie participative et d’autonomie locale  Facteur d’intégration des politiques publiques tournées vers un DD  Vecteur d’une gouvernance multi-acteurs fondée sur la contractualisation  Instrument essentiel pour faire face à des situations complexes et incertaines
  9. 9. Merci pour votre attention

×