SAINTE ENIMIE LOZERE

2 329 vues

Publié le

Diaporama de Ste Enimie
réalisation : Jean Marie CLAUSSE

Publié dans : Voyages
1 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 329
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
533
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
1
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

SAINTE ENIMIE LOZERE

  1. 1. Sainte Énimie, classé parmi les PlusBeaux Villages de France se situedans le département de la Lozère enrégion Languedoc-Roussillon.Sur les pentes d’un canyon creusé parles gorges du Tarn, Sainte-Énimieétage ses massives demeures decalcaire au pied d’un ancienmonastère bénédictin.Selon la légende, la princessemérovingienne Énimie (sœur du RoiDagobert), aurait été guérie de lalèpre grâce aux vertus des eaux de lasource de la Burle, autour de laquellele bourg sest ensuite développé...
  2. 2. Sur un tapis de verdure tranchant avec le blanc éclatant des calcaires des Gorges du Tarn, de terrasses en larges escaliers, deruelles tortueuses en ruelles pavées de galets senfonçant sous détroits passages voutés, Sainte Énimie saccroche aux gradinsescarpés des falaises entre Causse de Sauveterre et Causse Méjean. La "capitale" des Gorges du Tarn tire son nom dune princesse mérovingienne. La belle Énimie, sœur du Roi Dagobert, refusantde se marier à celui qui lui avait été choisi, pria longuement et finira par être frappée par la lèpre.Cest ici, à Burlatis, dans les eaux de la source de la Burle, quelle trouvera le remède à ses maux et ses démons. Libérée de sonmal, Énimie sinstallera dans une grotte toute proche. Elle fondera ensuite un monastère, élevé au XVème siècle au rangdAbbaye.Voilà pour la légende. Une chose est sûre : depuis, Burlatis sappelle Sainte-Énimie.
  3. 3. Le village est dominé par les restes de son monastère fortifié : fondé (selon la légende) par Sainte Énimie à la fin du VIème siècle,le monastère tomba en désolation au début du Xème siècle. En 951, lévêque de Mende sollicite laide de labbaye bénédictine deSaint-Chaffre-en-Velay " afin de rétablir en son ancienne splendeur le monastère en lhonneur de la mère de Dieu où reposent lesrestes de la bienheureuse Énimie". Le village sest développé autour du monastère et devint une cité fortifiée. Les moines ydemeurèrent jusquen 1793, puis labbaye fut incendiée. En 1870, les travaux de restauration transformèrent les restes delabbaye en établissement denseignement.
  4. 4. Ce pont en pierre du XVIIème - remplaçant un premier pont du XIIIème siècle  - a vu passer de nombreuses caravanes de muletiers permettant lacommunication et le commerce entre plateaux (Causses Méjean et de Sauveterre) et fond de vallée... Il y a une centaine d’années, le pont a été submergé. Les crues sont fréquentes, ceci s’explique du fait que le Causse Méjean et le Causse deSauveterre qui entourent les gorges comptent jusqu’à 300 sources. Ces sources sont alimentées par l’eau des pluies qui s’infiltre à l’intérieur desparois calcaires sur les 400 mètres de plateau.Quand toutes les sources qu’on appelle aussi des résurgences, sortent toutes en même temps, cela provoque des crues parfois impressionnantes. LeTarn peut ainsi atteindre en vingt quatre heures dix-huit fois son niveau et dépasser son lit habituel de dix mètres. Le cycle de l’eau observé ici estidentique pour toutes les rivières de la région.
  5. 5. C’est également en canoë qu’on peut admirer la beauté des gorges. Au départ de Sainte Énimie cest sur un parcours de 13km que l’on découvre les plus beaux villages des Gorges du Tarn : Sainte-Énimie, Saint Chély du Tarn, Pougnadoire, leChâteau de la Caze, Hauterive, la Malène…
  6. 6. LÉglise Notre-Dame-du Gourg possède une architecture dépouillée, de style Roman. Son nom viendrait du mot "Gourg",signifiant Tourbillon deau. Anciennement entourée dun cimetière, ce dernier fut déplacé en 1934 lors de louverture de laroute de Mende.
  7. 7. Larchitecture de Notre-Dame-du Gourg présente une nef avec trois trouées et un chœur pentagonal. Elle compte cinqchapelles et son clocher fut rehaussé deux fois afin de permettre à tous les habitants dentendre le son de la cloche. Elleabrite un mobilier remarquable, épargné lors de la Révolution Française, dont une statue de Sainte-Anne.
  8. 8. Dallure médiévale, Sainte-Énimie est toute en vieilles ruelles pavées et en passages voûtés, parsemée delarges escaliers et de jolies terrasses qui participent généreusement à son charme.
  9. 9. Les ruelles débouchent parfois sur des placettes minuscules, égayées par de nombreuses fleurs ouvignes vierges.
  10. 10. Montée vers la place au beurre.
  11. 11. De nombreuses façades nous apprennent quantités de choses sur la vie au début du XIVe siècle. Une des particularités de ces façades sont cesavancées sur la rue qu’on appelle des encorbellements. Ils protègent de la pluie et ils permettaient aussi de gagner de la place sur la rue et si labase n’occupait qu’une petite surface au rez-de-chaussée c’est aussi parce qu’il fallait payer un impôt sur la partie au sol.Le bois provient du châtaigner car ce bois repousse naturellement tous les insectes et les pierres ne sont pas taillées dans le calcaire mais dans letuf que l’on trouve dans les sources. Ce matériau très léger était alors facile à monter pour bâtir des étages. Les toitures sont faites avec des lauzesretenues non pas avec des charpentes mais avec des voûtes en pierre. Le prix de la toiture est équivalent à celui de la maison.
  12. 12. La Halle au blé, aujourd’hui un restaurant.C’est ici, dans l’ancienne Halle au Blé, que les paysans des causses échangeaient autrefois leurs produits locaux avec ceuxamenés dans la vallée par la route ou la rivière.Céréales, fromages, huile de noix ou d’amande, vin, bétail… les transactions étaient multiples, en ce lieu, et ce dès le moyen-âge.Comme monnaie déchange, on utilisait le blé !La mesure à grains placée sur la terrasse témoigne de ce passé médiéval.
  13. 13. Le monastère a été fondé dès le VIe siècle au-dessus du village de Sainte-Énimie. Il a été actif jusquà la Révolutionfrançaise, puis a subi de nombreuses destructions. Les seuls restes du monastère bénédictin sont la Salle Capitulaireromane, le réfectoire, la Chapelle romane Sainte-Madeleine du XIIIème, le donjon et la cave des moines.La partie droite du bâtiment est authentique mais celle de gauche a été réhabilitée en collège (le plus petit de France) etabrite également un internat.
  14. 14. Comme toutes les cités touristiques, de nombreuses échoppes (occupant souvent les anciennes cavesvoûtées) proposent réalisations artisanales ou objets de pacotille le long des ruelles piétonnières...

×