Ppt webinar 1 fr

325 vues

Publié le

1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
325
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ppt webinar 1 fr

  1. 1. Les politiques mises en place en Afrique-subsaharienne pour favoriser l’accès aux services desanté des catégories socialement exclues marchent-elles ?L’exemple du Plan Sésame au SénégalMaymouna BA
  2. 2. SommairePartie I: Généralités Intérêt et objectif de la recherche Présentation du Plan Sésame Cadre d’analyse MéthodologiePartie II: Résultat Personnes âgées et Plan Sésame Personnes âgées et exclusion sociale
  3. 3. Vue d’ensemble du projetHealth Inc SénégalProjet financé par l’UE - 7th Framework ProgrammeSite Web: http://www.healthinc.eu/
  4. 4. Intérêt de la rechercheVieillissement / Vieillesse:Intérêt limité dans le champde la rechercheNombre de préjugés sociauxsur les vieux en AfriqueTraduction pratique del’interêt sur les personnesâgées = Plan Sésame en2006Porte d’entrée pourétudier ce public cible dans lechamp de la santé
  5. 5. Question et Objectif de recherche• Population vulnérable à la maladie (revue de la littérature +Enquête)- Pourtant ne profite pas du Plan Sésame censé lever la barrièrefinancière• Recherche d’autres éléments relevant du Politique, social, et duculturelCapacité du système de santé à faire face à cette pressioncroissante est un élément fondamental de sa performance
  6. 6. Organisation et Fonctionnement du PlanSésameEtat du SénégalFinancement Coordination Achat de services PrestationsHôpitauxPlanSESAMEIPRESEtatIPRESCotisations desmembresMinistère de la SantéDirection de la SantéBureau despersonnes âgéesPCPharmacieNationaleMinistère desFinancesTaxesDMRMPAF: 70%IPRESFNR
  7. 7. Le cadre d’analyse: l’Exclusion socialeQuels sont les processus d’exclusion qui freinent l’accès despersonnes âgées aux soins de santé?La définition de l’exclusion sociale retenue est celle du « SocialExclusion Knowledge Network » (SEKN)* : l’exclusion estcomposée de processus dynamiques et multidimensionnels,fondés sur des relations de pouvoirs inégales. Ils opèrent suivantquatre dimensions– Sociale, Politique, Economique et Culturelle –Les processus d’exclusion contribuent à alimenter les inégalitésde santé en créant un continuum d’inclusion/exclusion.*WHO, Commission on Social Determinants of Health, Social Exclusion Knowledge Network,Understanding and Tackling Social Exclusion, Final Report, February 2008
  8. 8. Outil d’analyse : le « SPEC by STEPS »
  9. 9. Approche des méthodes mixtesEnquête ménage299834 PA46 Acteurs
  10. 10. Les sites d’enquête4 sites sélectionnés de manière raisonnée. L’analyse a porté sur tous lesparamètres pertinents pour l’étude de la gratuité des soins des personnesâgées de 60 ans+5 critères de sélection :- la stratification urbain/rural- l’accès à un poste de santé- l’indice de pauvreté- l’importance de la populationâgée de 60 ans et plus- l’existence d’un hôpital
  11. 11. Plan Sésameet Prise en charge des personnes âgées
  12. 12. Résultats du SPEC0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100Ont utilisé Plan Sésame: 21,3% des PA ayant approchéservices publics de santéOnt approché services publics de santé: 78,6 des PA ayantapproché services santéOnt approché services de santé: 63,4% des PA ayant CIPossèdent Carte Identité: 92,7% des PA informéesInformées sur Sésame: 50,3% des PA maladesPA malades: 52,4% des PAouinonPersonnes âgées malades ou blessées au cours des 15j précédantl’enquête
  13. 13. L’information sur le Plan Sésame50.364.850.7010203040506070PA maladesPAhospitaliséesEnsemble PADéficit important d’information sur le PlanSésame:49, 3% des PA ne sont pas informées del’existence d’un Plan SésameMême parmi la population hospitaliséecensée être plus informée, 35, 2% ne sontpas informéesLe Plan Sésame, un mécanisme de prise en charge méconnu de sesbénéficiaires
  14. 14. L’Accès à l’information 1/3Les déterminants sociodémographiques : sexe, niveau d’instruction, milieu derésidence•Participation moindre des femmes aux activités locales et aux réunions publiques.•Difficulté de réception et d’utilisation de l’information provenant des autoritéspubliques pour les Non instruits (72% des PA)•Faible exposition aux médiats (principal canal d’information sur le Plan )en milieurural : 86,9 des PA citadines ont l’habitude d’écouter la radio VS 79,1% des ruraux.86,4% des citadins suivent régulièrement la télé VS 27,68% des ruraux.Sexe Instruction Milieu résidenceTotalHomme Femme Non instruit Instruit Urbain RuralNbre % Nbre % Nbre % Nbre % Nbre % Nbre % Nombre %PA maladesau cours des2 dernièressemainesOui 433 58,7 339 42,5 507 44,1 265 68,5 456 59,1 316 41,3 772 50,3Non 305 41,3 459 57,5 642 55,9 122 31,5 315 40,9 449 58,7 764 49,7Tot 738 100,0 798 100,0 1149 100,0 387 100,0 771 100,0 765 100,0 1536 100,0PAhospitaliséesau cours des12 derniersmoisOui 89 74,8 58 53,7 101 59,4 46 80,7 75 65,2 72 64,3 147 64,8Non 30 25,2 50 46,3 69 40,6 11 19,3 40 34,8 40 35,7 80 35,2Total 119 100,0 108 100,0 170 100,0 57 100,0 115 100,0 112 100,0 227 100,0
  15. 15. L’Accès à l’information 2/3Principales raisons de l’absence derecours aux services de santé:Coût: 1er motif pour 57,1% des maladesou blessés et 74,2% pour ceux quidevrait être hospitalisésAutomédication: 17,1% des recoursEloignement des structures de santé:accès +difficile en milieu rural où54% des CM déclarent que le CS leplus proche est trop loin à pied VS30,3%Qualité des soins: attentes longuesdécouragent les PA dans le recoursaux soinsLes structures de santé (3ème sourced’information)Mais ne peuvent garantir la massificationde l’information : un faible recours auxservices de santéL’utilisation des services de santé par les PARecoursàunservicedesantéMilieuderésidence TotalUrbain Rural Eff %Oui 59,1 57,3 894 58,2Non 40,9 42,7 642 41,8Total 100 100 1536 100
  16. 16. L’Accès à l’information 3/3Le statut de retraité du secteur formelRetraités du formel mieux informées de l’existence du Plan Sésame que lesPersonnes âgées ayant toujours évolué dans l’informel« Ce sont les gens de l’IPRES et du FNR qui ont mieux compris parcequ’ils sont éveillés, ils sont dans des organisations où l’information circuleet ils savent comment faire ». (Stakeholder)Lobbying des Associations de retraités pourl’allègement de leur prise en charge médicaleProcessus émanant des associations de retraités dont le profil sociologiqueest plus urbain, instruit
  17. 17. PA qui sont informéesPA qui sont proches des services de santé : 92,1%des non utilisateurs du PS habitent à +30 mn d’1hôpital conre) contre 53,1% pour celles qui l’ont utiliséPA qui ont accès aux hôpitaux (alors que le postede santé = 1er recours (34% des PA) 66,7% desménages sont à -30mn d’un poste de santéDonc, les classes masculines, urbaines, instruites, retraités du secteurformel« Plus de 60 ans, c’est un slogan qu’ils lancent comme ça mais les gens quiont plus de 60 ans qui vivent à Dakar qui ont été fonctionnaires, qui sontintellectuels, qui ont les réseaux, qui ont des relations, saisiront cetteopportunité mieux que quelqu’un qui a 60 ans, qui vit au village, qui n’a pasété à l’école, qui n’a pas des fois accès à ce type d’informations»Acteur du système de santéLes bénéficiaires10,5% des PALes bénéficiaires du Plan Sésame
  18. 18. Les limites du Plan Sésame 1/2La communication: Plan de communication non élaboréManque de moyens et de ressources humaines suffisantes1ère source d’information sur le Plan est constitué des« Parents, amis, voisins »Le ciblage/ Absence de restrictions sur les catégories de PA devant êtreprises en charge, ainsi que sur les prestationsLe financement/ Modicité - irrégularité du recouvrementLa gestion/ Absence de dispositif de suivi et de contrôle au niveauinstitutionnel - Pas d’unité ou de Point focal Plan Sésame dans lesstructures de santéLes motivations électoralistes du Plan?Pourraient justifier l’empressement qui a entouré sa mise en œuvre
  19. 19. Les limites du Plan Sésame 2/2Mode d’application différente d’une région à une autre, d’unestructure à une autre.Procédure de « réajustement » des structures de santé au Plan- Prise en charge uniquement clinique- Exclusion des prestations au coût exorbitant- Refus d’application53,9% des PA pensent que le Plan Sésame ne fonctionne pas et40% des PA ayant utilisé le Plan n’ont été prises en charge quepartiellement.« Le Plan Sésame a plombé les hôpitaux » (Stakeholders)« Le Plan Sésame, ce ne sont que des paroles » (PA)« Le Plan Sésame, c’est du néant » (PA)La prise en charge
  20. 20. Le Plan Sésame: des perceptions globalementnégatives Image du Plan Sésame aujourd’hui négative Bien qu’encore considérée comme une initiativenoble, généreuse, altruiste et solidaireD’où ces leitmotiv :«En Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothèque quibrûle» Amadou Hampaté Ba«Mag mat naa bàyi ci am rèew» Kòcc Barma
  21. 21. Les Personnes âgées au Sénégal sont-ellesmenacées d’exclusion sociale?
  22. 22. Activités économiques41,8% des PA continuent d’exercer une activité professionnelle, quelquesfois à un âge assez avancé (14% des actifs > 75 ans)Raisons évoquées par les PA :- Grande taille de la famille à entretenir (68,1 des PA=CM)- Chômage des enfants- Absence de pension de retraite (73,6%) – Modicité pour les ancienssalariés.- Absence de patrimoine d’animaux ou de terre propre (76,6%)Impact sur la capacité des PA à prendre en charge les soins de santé =13% des PA malades ont bénéficié d’une couverture des frais de santé« Le docteur soigne bien, c’est le traitement du docteur qui est cher.Quand on est une personne âgée, on ne travaille pas, le fils ne travaillepas, comment se traiter en voulant assurer la « dépense quotidienne »en même temps ? Quelqu’un qui n’a pas la dépense ne peut pas avoirFaiblesse des ressources matérielles et économiques
  23. 23. Le niveau d’intégration socialBonne participationculturelle etcommunautaire…Sexe Milieu de résidenceHomme Femme Urbain Rural EnsembleParticipation aux activités localesFréquentation Grand-Place 51,4 0,0 39,8 59,7 51,4Fréquentation Mosquée ou église 88,2 54,7 69,3 75,7 72,6Participation lecture du coran 85,7 0,0 81,5 88,4 85,7Participation aucune activité 36,9 57,3 57,5 34,5 45,8Participation activités religieuses 58,0 36,5 35,5 61,2 48,6Participation activités communautaires 20,0 9,8 11,3 19,6 15,5Participation activités politiques 6,5 2,3 2,9 6,3 4,7Participation activités sportives 2,1 ,3 1,9 ,6 1,3Exercice d’une activité administrative ou religieuseOui 16,0 4,2 8,7 12,2 10,5Non 84,0 95,8 91,3 87,8 89,5Chef de quartier 26,3 3,5 8,9 31,0 22,1Imam, curé ou prêtre 19,5 0,0 15,3 17,9 16,9Responsable associatif 20,3 47,4 33,1 20,1 25,3Conseiller municipal ou rural 10,0 7,0 17,7 3,8 9,4Liens sociaux et relations socialesRelations proches avec le voisinage 97,6 97,4 95,8 99,1 97,5Visites des parents (souvent ou parfois) 94,2 92,0 90,9 95,4 93,2Visites aux parents (souvent ou parfois) 78,0 60,9 69,3 70,7 70,0Existence de relations privilégiées 85,9 84,0 76,5 93,1 85,0Facilités de déplacement ou de voyage(souvent ou parfois)61,9 45,7 60,9 48,1 54,3…Mais faibleparticipation sociale60% des PA ne sontadhérent d’aucuneassociationSeuls 10,5% occupent 1poste de responsabilitéLes PA exercentdonc peud’influence sur lefonctionnement dela communauté
  24. 24. Le soutien familial reste prépondérant,….86,4% affirment être dans un ménage où une personne prend soin d’ellesde façon quotidienne. (Enfants: 42,9%, Epoux: 38,0%)….Surtout en cas de maladie….Le soutien matériel et l’assistance en cas de maladie viennent plutôt de lafamille et non du voisinage et des amis…mais, effritement dû à l’avancée de la pauvretéEst-ce que les moins âgés vous viennent en aide ?Je ne le vois pas. Je peux dire aussi qu’ils n’ont pas les moyens de lefaire parce que les temps sont très durs. Si toi-même tu n’as pas lesmoyens tu ne peux aider les autres. Les familles sont élargies et lesmoyens ne suivent pas »Idem pour les réseaux de solidarité et d’entraidesociale83,7% déclarent n’avoir jamais reçu une assistance de la part d’ONG oud’associations
  25. 25. Dégradation progressive du statut des PA• Effritement de leur pouvoir au sein de la famille• Moins de considération et de respect de la part des jeunes• Moins de capacité à réguler la crise des valeurs de la sociétésénégalaise◦ « Je dirai que la situation des personnes âgée a évolué, de façonnégative il faut le dire, elles ne sont plus respectées comme dans lepassé, moi j’avais plus de respect pour mes grands-parents que mesenfants envers mes propres parents. Regardez dans les bus combiende jeunes restent assis alors qu’il y a une ou des personnes âgéesdebout, c’était inimaginable il y a quelques années avant.Moins d’appui affectif entrainant la solitudePrés de 2/5 (39,9%) des personnes âgées interrogées ont affirmésouffrir de la solitude, même si Plus de 90% des ménages ont au moins5 membres.
  26. 26. Vécu du vieillissementSituation difficile et douloureuse:-pénurie de moyens,-maladies-manque de considération de la société, des plus jeunes en particulier,- accès difficile aux services public: lenteurs administratives etcorruption, déficit en infrastructures, fragilité physique (problème demobilité et longues attentes difficilement supportables, quasi absence deservice de gériatrie-gérontologie« Le vieillissement s’accélère avec la pauvreté et la souffrance liéeaux problèmes familiaux. La pauvreté est pire, si on y ajoute lasouffrance, ça nous rend encore plus vieux ».« Quant tu es une personnes âgée, c’est toi qui participes à la viemais tu n’es plus associé à la vie. »« Quand on est âgé, il ne reste que la mort »
  27. 27. ConclusionsDes dynamiques sociale, politique, économique et culturelleparticulières, qui tendent à transformer les PA en un groupede citoyens de seconde zone et de plus en plusmarginalisés. ..Est-ce un processus vers l’exclusion sociale?…Cette situation, associée aux faibles performances dusystème d’assistance et de protection sociale, freine leuraccès aux services publics, y compris les services de santéD’où la nécessité de développer de meilleures politiquesd’inclusion
  28. 28. Merci de votre attentionContacts:Health Inc Sénégalhttp://crepos.org/healthincEmailhealth.inc@crepos.orgbamaymouna@yahoo.fr

×