CENTRE CULTUREL JOVENCE#5 - 
Louvigné du Désert 
Saison 2014/2015
Table des matières 
1 Quintette Magnifica 1 
1.1 Discographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...
ii TABLE DES MATIÈRES 
4.6 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ....
TABLE DES MATIÈRES iii 
8 Soïg Sibéril 21 
8.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...
iv TABLE DES MATIÈRES 
10.2 Théâtre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...
Chapitre 1 
Quintette Magnifica 
Le quintette lors de Flâneries musicales de Reims en 2013. 
Le Quintette Magnifica est un...
Chapitre 2 
Rencontres Trans Musicales 
Le groupe Justice aux Transmusicales 2006 
Les Rencontres Trans Musicales de Renne...
2.2. PROGRAMMATION 3 
(France), Juveniles Dj Set (France) 
 Aire Libre : Léonie Pernet (France), Benjamin 
Clementine (Cré...
4 CHAPITRE 2. RENCONTRES TRANS MUSICALES 
2.3 Notes et références 
[1] http://www.rennes.lemensuel. 
com/actualite/article...
Chapitre 3 
George Dandin ou le Mari confondu 
George Dandin ou le Mari confondu est une comédie-ballet 
en trois actes de...
6 CHAPITRE 3. GEORGE DANDIN OU LE MARI CONFONDU 
la nuit. Après avoir été sévèrement réprimandé par ses 
beaux-parents, Ge...
Chapitre 4 
Jacques Bertin (chanteur) 
Pour les articles homonymes, voir Bertin. 
Jacques Bertin 
Jacques Bertin est un ch...
8 CHAPITRE 4. JACQUES BERTIN (CHANTEUR) 
 Café de la Danse (1989, enregistrement public) 
 Fête étrange (1991, compilation...
4.7. VOIR AUSSI 9 
 Bertrand Le Brun, « Félix Leclerc par Jacques Ber-tin. 
La “prise de parole” d'un peuple. », Ouest- 
F...
Chapitre 5 
Bruno Bertin 
Pour les articles homonymes, voir Bertin. 
Bruno Bertin 
Bruno Bertin, né le 7 octobre 1963 à Fo...
5.4. OEUVRES 11 
7. L’Été de la Louve / Frédéric Cherky ; Bruno Bertin. 
Rennes : Éd. P'tit Louis, 2001 (ISBN 2-9507164-9-...
12 CHAPITRE 5. BRUNO BERTIN 
5.4.4 Romans illustrés 
 Trois éléphants sous un parasol, François de Val-ménier 
; ill. Brun...
Chapitre 6 
Marc Baron 
Pour les articles homonymes, voir Baron. 
Marc Baron est un poète né en 1946 à Valence (Drôme). 
I...
Chapitre 7 
Nolwenn Korbell 
Nolwenn Korbell 
Nolwenn Korbell en concert à Gouesnac'h en 2012 
Nolwenn Korbell, née à Quim...
7.2. MUSIQUE 15 
7.2 Musique 
Voir l’article annexe : Discographie de Nolwenn Korbell. 
7.2.1 N'eo ket echu 
Son premier a...
16 CHAPITRE 7. NOLWENN KORBELL 
ghes (1832-1887)[17]. Le choeur d'hommes de Bretagne 
(Mouezh Paotred Breizh) accompagne N...
7.3. AUTRES ACTIVITÉS 17 
Day), du français (Je Voudrais) et, pour la première fois, 
d'ukrainien, avec la chanson traditi...
18 CHAPITRE 7. NOLWENN KORBELL 
Écosse, avec laquelle elle tourne pendant 18 mois[11]. 
En 2005, elle joue dans une deuxiè...
7.5. VOIR AUSSI 19 
[18] Jean-Pierre Bénard, « Nolwenn Korbell envoûtée par la 
scène » (consulté le 2 avril 2010) 
[19] D...
20 CHAPITRE 7. NOLWENN KORBELL 
 Entretien avec Nolwenn Korbell à sa sortie de scène 
lors de la Saint Patrick, en mars 20...
Chapitre 8 
Soïg Sibéril 
Soïg Sibéril 
Soïg Sibéril et Nolwenn Korbell au Celtic Connections 
2007 
Soïg Sibéril, né le 1...
22 CHAPITRE 8. SOÏG SIBÉRIL 
(Trio PSG). En 1994 il tourne aux États-Unis avec le Cel-tic 
Fiddle Festival (Kevin Burke, J...
8.2. DISCOGRAPHIE 23 
Charrues…)[5]. Entre deux concerts solo ou avec les Ours 
du Scorff, Soïg Sibéril participe au spect...
24 CHAPITRE 8. SOÏG SIBÉRIL 
 1999 : Celtic Colours (International Festival) - For-gotten 
Roots 
 2000 : Signes Particuli...
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Les artistes du Centre culturel Jovence#5 -  Louvigné du Désert
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les artistes du Centre culturel Jovence#5 - Louvigné du Désert

1 340 vues

Publié le

Les artistes attendus à Jovence, vus pas Wikipedia

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 340
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
96
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les artistes du Centre culturel Jovence#5 - Louvigné du Désert

  1. 1. CENTRE CULTUREL JOVENCE#5 - Louvigné du Désert Saison 2014/2015
  2. 2. Table des matières 1 Quintette Magnifica 1 1.1 Discographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.2 Lien externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 Rencontres Trans Musicales 2 2.1 Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 2.2 Programmation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 2.2.1 Édition 2013 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 2.2.2 Édition précédentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 2.3 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 2.4 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 2.4.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 2.4.2 Lien externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 3 George Dandin ou le Mari confondu 5 3.1 Personnages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 3.2 Les actes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 3.2.1 Acte I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 3.2.2 Acte II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 3.2.3 Acte III . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 3.3 Commentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 3.4 Distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 3.5 Mises en scène notables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 3.6 Traductions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 3.7 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 3.8 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 4 Jacques Bertin (chanteur) 7 4.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 4.2 Hommages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 4.3 Discographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 4.4 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 4.5 Filmographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 i
  3. 3. ii TABLE DES MATIÈRES 4.6 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 4.7 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 4.7.1 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 5 Bruno Bertin 10 5.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 5.2 Les Aventures de Vick et Vicky . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 5.3 Distinctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 5.4 OEuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 5.4.1 Bandes dessinées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 5.4.2 Livre jeunesse et bd humoristique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 5.4.3 Documentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 5.4.4 Romans illustrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 5.5 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 5.6 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 5.6.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 5.6.2 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 6 Marc Baron 13 6.1 OEuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 7 Nolwenn Korbell 14 7.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 7.2 Musique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 7.2.1 N'eo ket echu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 7.2.2 Bemdez c'houloù . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 7.2.3 Red . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 7.2.4 Noazh . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 7.2.5 Style musical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 7.3 Autres activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 7.3.1 Films et doublage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 7.3.2 Théâtre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 7.3.3 Chant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 7.3.4 Prises de position . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 7.4 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 7.4.1 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 7.4.2 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 7.5 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 7.5.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 7.5.2 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 7.5.3 Liens externes vers des vidéos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 7.5.4 Autres liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
  4. 4. TABLE DES MATIÈRES iii 8 Soïg Sibéril 21 8.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 8.1.1 Années 1980 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 8.1.2 Années 1990 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 8.1.3 Années 2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 8.1.4 Années 2010 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 8.2 Discographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 8.2.1 Albums personnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 8.2.2 Compilations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 8.2.3 Avec Kornog . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 8.2.4 Avec Gwerz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 8.2.5 Avec Orion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 8.2.6 Avec Les Ours du Scorff . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 8.2.7 Participations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 8.2.8 Partitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 8.3 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 8.4 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 8.4.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 8.4.2 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 9 Patrice Laffont 25 9.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 9.1.1 Les débuts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 9.1.2 Animateur régulier sur la 2e chaîne (1972-2003) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 9.1.3 Animateur occasionnel (depuis 2003) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 9.2 Liste des émissions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 9.2.1 1970 - 1979 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 9.2.2 1980 - 1989 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 9.2.3 1990 - 1999 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 9.2.4 2000 - 2009 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 9.2.5 Depuis 2010 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 9.3 Comédien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 9.3.1 Télévision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 9.3.2 Théâtre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 9.3.3 One man show . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 9.3.4 Apparitions au cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 9.4 Écrivain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 9.5 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 9.6 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 10 Julie Arnold 28 10.1 Filmographie sélective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
  5. 5. iv TABLE DES MATIÈRES 10.2 Théâtre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 10.3 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 10.4 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 11 Édouard Collin 31 11.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 11.2 Filmographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 11.2.1 Cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 11.2.2 Télévision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 11.3 Théâtre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 11.4 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 12 Claude Ponti 33 12.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 12.2 OEuvre de Claude Ponti . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 12.2.1 Jeux de mots et plaisir de la langue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 12.2.2 Foisonnement visuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 12.2.3 Sources d'inspiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 12.3 Un auteur important pour la littérature jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 12.4 Publications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 12.5 Autres projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 12.6 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 12.7 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 12.8 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 12.9 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 13 Christian Morin 37 13.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 13.2 Le présentateur radio et télévision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 13.3 Le musicien et le comédien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 13.4 Carrière radio . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 13.5 Carrière télé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 13.6 Filmographie sélective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 13.7 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 13.7.1 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 13.7.2 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 13.8 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 13.8.1 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 13.9 Sources, contributeurs et licences du texte et de l’image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 13.9.1 Texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 13.9.2 Images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 13.9.3 Licence du contenu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
  6. 6. Chapitre 1 Quintette Magnifica Le quintette lors de Flâneries musicales de Reims en 2013. Le Quintette Magnifica est un quintette de cuivres pro-fessionnel classique français, fondé en 1985, lauréat de la Fondation Yehudi Menuhin en 1986, Premier prix du concours international de Baltimore (États-Unis) en 1989 et lauréat du Concours international de Quintette de cuivres de Narbonne en 1990. Il est composé de Michel Barré ( trompette ), Adrien Ra-mon ( trompette ), Pascal Gonzales ( trombone ), Jimmy Charitas ( cor ) et Benoît Fourreau ( tuba ). Le Quintette Magnifica défend un répertoire allant du baroque aux compositeurs contemporains. Un certain nombre d'oeuvres contemporaines ont été créées par cette formation, notamment de Marc Mir, Ivan Jevtic ou Jean- Pascal Beintus. Une collaboration avec la soprano Shige-ko Hata permet également une mise en lumière atypique et pertinente de la contribution des cuivres à la musique d'opéra. Des concerts cuivres et orgue sont également fré-quemment donnés. Le quintette Magnifica est l'invité de prestigieux festivals (Festival de Radio France, Festival de Radio Classique, Flâneries de Reims, Soirées Renoir de Cagnes-sur-Mer, Domaine Royal du Randan, Festival de Saint-Bertrand de Comminges, Festival de Saint-Lizier...) et joue régulière-ment à l'étranger, notamment aux États-Unis et au Maroc. En 2012, il a joué au Grand Théâtre d'Aix en Provence et s’est également produit à Villa Eilenroc de Juan les Pins en compagnie de l'Orchestre de la Région PACA. En 2015, les Magnifica fêteront leurs 30 ans de scène avec des concerts dans toute la France, au Luxembourg, en Croatie, au Japon et aux Etats-Unis. 1.1 Discographie Eternal Source of Brass Divine par le Quintette Ma-gnifica et la soprano Shigeko Hata, Indesens 2011 Live 2012 - Quintette Magnifica, Arpèges 2012 1.2 Lien externe Site officiel www.journal-laterrasse.fr/ shigeko-hata-et-quintette-magnifica http://www.journaldespalaces.com/index.php? home=actu_detail.phpid_actu=38841 Portail de la musique classique 1
  7. 7. Chapitre 2 Rencontres Trans Musicales Le groupe Justice aux Transmusicales 2006 Les Rencontres Trans Musicales de Rennes sont un fes-tival international de musiques actuelles qui se tient tous les ans début décembre à Rennes et qui s’étire sur 3 ou 4 jours suivant les années. En 2012, le festival a rassemblé plus de 60 000 personnes et a comptabilisé environ 32 000 entrées payantes[1]. 2.1 Historique Les Rencontres Trans Musicales souvent surnommées Trans naquirent en 1979 à l'initiative de l'Association Rennaise « Terrapin » (nommée ainsi en référence au morceau Terrapin issu de The Madcap Laughs de Syd Barrett[2]), constituée de Béatrice Macé, Jean-Louis Brossard, le disquaire Hervé Bordier (qui part en 1996), Jean-René Courtès (jusqu'en 1989) et d'autres étudiants Rennais passionnés de musique. L'association étant en dé-ficit, ses membres programment un concert de soutien qui réunit la fine fleur du rock local[3]. La première édition se déroule au mois de juin dans la salle de la Cité : 12 groupes jouent sur deux soirées ; la participation est libre et la manifestation réunit 1 800 personnes. Ce n'est qu'à partir de la seconde édition qu'elles se déroulent au début du mois de décembre[2]. Depuis son origine, Jean-Louis Brossard, pour la partie artistique, et Béatrice Macé, pour tout ce qui concerne la production, codirigent les Rencontres Trans Musicales de Rennes. Ils sont aujourd’hui assistés d'Erwan Gouadec en tant que secrétaire général. Connues pour leur programmation musicale radicale-ment axée sur la découverte, les Trans sont dorénavant in-ternationalement reconnues par la presse[réf. nécessaire], les révélations du festival devenant régulièrement les têtes d'affiches du lendemain. C'est à Rennes qu'ont joué pour la première fois en France Björk, Ben Harper, Lenny Kra-vitz, Nirvana et que se sont révélés au public Etienne Da-ho, Arno, Stephan Eicher, Les Négresses Vertes, Bérurier Noir, Denez Prigent, Daft Punk, Amadou Mariam, Birdy Nam Nam, Justice, entre autres artistes. Dans ses premières années, le festival avait lieu en centre ville dans les salles de la Cité, de l'Ubu et dans plusieurs équipements des quartiers de Rennes. En 1989, le Festival commence à utiliser la Salle omnisports. Depuis 2004, les Trans ont été déplacées au Parc Expo de Rennes (à côté de l'Aéroport) sur la commune de Bruz et collaborent avec le théâtre de l'Aire Libre” en continuant de programmer la salle de la Cité en centre ville. Après les Trans 2012, la Salle de la Cité n'est plus utilisée en soirée mais elle accueille les concerts scolaires lors de l'édition 2014. Les Trans se sont exportées en Chine, en Norvège, dernièrement au mois de mai 2010 en République tchèque et en Russie, promouvant ainsi des artistes francophones[4],[5]. Le 8 décembre 2010, l'ATM a ouvert le site Mémoires de Trans, site collaboratif qui retrace l'histoire des Trans depuis leurs débuts. La prochaine édition des Rencontres Trans Musicales au-ra lieu du 3 au 7 Décembre 2014. 2.2 Programmation 2.2.1 Édition 2013 Mercredi 4 Décembre L'Ubu : Concert 8-10 ans avec Moodoïd (France) L'Ubu : Gilles Le Guen (France), Repu-blik (France), Les Nus (France), Apochela 2
  8. 8. 2.2. PROGRAMMATION 3 (France), Juveniles Dj Set (France) Aire Libre : Léonie Pernet (France), Benjamin Clementine (Création, Royaume-Uni) Jeudi 5 décembre L'Ubu : Concert 8-10 ans avec Oum Shatt (Al-lemagne) Les Champs Libres : Conférence-Concert du Jeu de L'Ouïe : L'autre dimension du concert : la scénographie - concert de Public Service Broadcasting (Royaume-Uni) L'Etage : Marquees (France), Fat Supper (France), The Red Goes Black (France), Okay Monday (France) Aire Libre : Léonie Pernet (France), Benjamin Clementine (Création, Royaume-Uni) Parc des Expos : Hall 3 : Wilkimix + VJ 01zu (France), Moodoïd (France), Luke Jenner (Etats- Unis), Bosco Delrey (Etats-Unis), Har Mar Superstar (Etats-Unis) Hall 4 : Big Buddha (France), Chic Gamine (Canada), London Grammar (Royaume-Uni), La Yegros (Argentine), Sixtine (France) Green Room : Popa Zens (France), Sur-fing Leons (Belgique) Vendredi 06 décembre L'Ubu : Concert 8-10 ans avec Tiloun (France, La Réunion) Les Champs Libres : Conférence-Concert du Jeu de L'Ouïe : “La notion de transe dans les musiques actuelles - concert de Dakhabrakha (Ukraine) L'Etage : Disco Anti Napoleon (France), Expø (France), The Same Old Band (France), The Enchanted Wood (France) Le Triangle : Käfig Brasil (France - Brésil) Aire Libre : Léonie Pernet (France), Benjamin Clementine (Création, Royaume-Uni) Parc des Expos : Hall 3 : Edith Presley (France), The Skins (États-Unis), Mikhael Paskalev (Nor-vège), Jacuzzi Boys (États-Unis), Mozes The Firstborn (Hollande) Hall 4 : DJ Prosper (France), Oum Shatt (Allemagne), Le Vasco (France), Meri-dian Brothers (Colombie), Melt Your-self Down (Royaume-Uni), Public Ser-vice Broadcasting (Royaume-Uni), Friks-tailers (Argentine) Hall 9 : Labelle (France, La Réunion), Nova Heart (Chine), Les Gordon (France), Stromae (Belgique), Horse Meat Disco (Royaume-Uni), Escort (États-Unis), Marcus Marr (Royaume- Uni), The Crystal Ark (États-Unis) Green Room : Dj Azaxx (France), Clyde P (France), Madame (France), Sym-biz (Corée du Sud), Rouge Mécanique (France - Allemagne) Samedi 7 décembre Les Champs Libres : Conférence-Concert du Jeu de L'Ouïe : Disco ! - concert de Escort (États-Unis) L'Etage : The Travellers (France), Samba de la Muerte (France), Rhume (France), Dead (France) Aire Libre : Léonie Pernet (France), Benjamin Clementine (Création, Royaume-Uni) Le Triangle : Käfig Brasil (France - Brésil) Parc des Expos : Hall 3 : Luz (France), Iva G. Moskovitch (Royaume-Uni), Daughn Gibson (États- Unis), Superets (France), Kid Karate (Ir-lande), Velvet Two Stripes (Suisse) Hall 4 : Kosmo Pilot (France), Tiloun (France, La Réunion), Dakhabrakha (Ukraine), Lonnie Holley (États-Unis), Ibibio Sound Machine (Royaume-Uni), A Tribe Called Red (Canada), Gang Do Electro (Brésil), Acid Arab (France) Hall 9 : Fakear (France), Tiger Woods (Italie), The Midnight Beast (Royaume- Uni), Boston Bun (France), Joris Dela-croix présente Boarding Pass (France), Konstantin Sibold (Allemagne), Julian Jeweil (France) Green Room : Doist ! (France), Kosme (France), Louisahhh ! (États-Unis), Char-lie Kane (Royaume-Uni) Dimanche 8 décembre L'Ubu : Jungle (Royaume-Uni), Fyfe (Royaume-Uni), Larry Gus (Grèce), Golden Teacher (Écosse), Optimo (Écosse) Annulation : Molotov Jukebox (Royaume-Uni), remplacé par Sixtine (France) 2.2.2 Édition précédentes Pour les éditions précédentes voir la liste des groupes ayant été programmés lors des Rencontres Trans Musi-cales.
  9. 9. 4 CHAPITRE 2. RENCONTRES TRANS MUSICALES 2.3 Notes et références [1] http://www.rennes.lemensuel. com/actualite/article/2012/12/10/ nouveau-record-daffluence-aux-trans-13421.html [2] Gérard Bar-David, « Les Transmusicales de Rennes, Ré-vélateurs de tendances », sur http://www.rfimusique.com/, Radio France internationale, 28 novembre 2000 (consulté le 26 septembre 2011) [3] La Bretagne et les festivals, une histoire de longue date émission Europe 1 du 27 janvier 2011 [4] Les Trans débarquent à Winzavod, blog, 1er avril 2010 [5] Jean-Louis Brossard, arrête-le si tu peux 2.4 Voir aussi 2.4.1 Bibliographie Michel Toutous, « Les Trans Musicales, trente-cinq ans de découvertes », ArMen, n°197, Novembre- Décembre 2013, p. 72 2.4.2 Lien externe Site officiel Portail de la musique Portail de Rennes
  10. 10. Chapitre 3 George Dandin ou le Mari confondu George Dandin ou le Mari confondu est une comédie-ballet en trois actes de Molière, avec musique de Jean- Baptiste Lully. Elle fut créée à Versailles le 18 juillet 1668 lors du « Grand Divertissement royal » célébrant le Traité d'Aix-la-Chapelle[1], puis donnée au public sur le Théâtre du Palais-Royal le 9 novembre de la même année. Elle fut vue pour la première fois par le roi (Louis XIV) à Versailles. 3.1 Personnages George Dandin est un riche paysan. En échange de sa for-tune, cédée à Monsieur et Madame de Sotenville, il ac-quiert un titre de noblesse, (Monsieur de la Dandinière), un rang et une épouse, Angélique. Mais sa jeune femme n'a jamais voulu cette union. Devant cette épouse rebelle, qu'il ne parvient pas à attirer dans son lit, Dandin ne peut rien. Il ne peut empêcher Clitandre, gentilhomme libertin de la Cour, de courtiser ouvertement Angélique. George Dandin tente de réagir, mais les deux aristocrates n'ont que faire des basses accusations de coq de village et hu-milient cruellement l'infortuné bourgeois. Angélique peut compter sur l'appui de sa servante Claudine. Lubin est l'entremetteur de Clitandre et le soupirant de Claudine. Dandin ne peut compter que sur lui-même. 3.2 Les actes 3.2.1 Acte I George Dandin, paysan voulant s’élever au-dessus de sa condition, a épousé Angélique, fille des Sotenville, no-bliaux de province ruinés. En rachetant leurs dettes, il gagne le droit de transformer son nom en « George de la Dandinière », mais sa belle-famille ne cesse de lui faire âprement sentir que la différence de condition n'en est pas pour autant abolie. George Dandin regrette d'avoir épousé Angélique et de sans cesse subir le mépris de cette dernière et de ses pa-rents. Surprenant Lubin sortant de chez lui, il l'interroge et apprend, sans dévoiler son identité, que sa femme en-tretient une correspondance avec Clitandre, et que Lu-bin courtise Claudine. Accablé, il se plaint auprès de ses beaux-parents, lesquels fustigent d'entrée son habituel manque de savoir-vivre et sa basse condition. Une fois in-formés, les Sotenville demandent des explications, l'un à Angélique, l'autre à Clitandre. Tous deux nient et George Dandin est contraint de présenter ses excuses tout en ne désespérant pas de « désabuser le père et la mère » 3.2.2 Acte II Toujours grâce à Lubin, George Dandin apprend que Cli-tandre est allé rejoindre Angélique chez elle. Il aver-tit une nouvelle fois ses beaux-parents, qui, en arrivant, surprennent Angélique et Clitandre quittant sa maison. Apercevant ses parents, Angélique feint de se défendre verbalement contre Clitandre et, pour appuyer ses pro-testations de femme vertueuse, se saisit d’un bâton pour le frapper. Clitandre pousse George Dandin entre eux, et c’est sur lui que tombent les coups de bâton généreuse-ment administrés par Angélique. Les parents, ravis, féli-citent leur fille, et il s’en faut de peu que George Dandin ne soit obligé de remercier Angélique de son comporte-ment exemplaire. 3.2.3 Acte III Clitandre et Angélique se sont donné rendez-vous de nuit à l’extérieur de la maison. Au bruit de la porte, George Dandin se réveille et aperçoit les deux amants. Certain que sa bonne foi triomphera, il dépêche discrètement à Colin de prévenir ses beaux-parents, tandis qu'il ver-rouille la porte, empêchant le retour d'Angélique. Quand Angélique revient, elle trouve porte close et son mari, George Dandin, à la fenêtre. Quand il lui apprend que ses parents vont bientôt venir, elle dit qu’elle préfère se tuer avec le couteau qu’elle possède plutôt que le déshon-neur, et elle feint de le faire. La nuit est noire, et Dandin descend pour voir si sa femme s’est vraiment tuée. Celle-ci en profite pour entrer dans la maison et verrouiller la porte derrière elle. Quand les beaux-parents arrivent, ils trouvent Dandin dehors et Angélique à la fenêtre. Elle se plaint à ses parents que son mari rentre souvent ivre et nu 5
  11. 11. 6 CHAPITRE 3. GEORGE DANDIN OU LE MARI CONFONDU la nuit. Après avoir été sévèrement réprimandé par ses beaux-parents, George Dandin est encore obligé de pré-senter ses excuses, cette fois à genoux devant sa femme. Puis Monsieur de la Dandinière dans sa dernière tirade, nous donne l'idée qu'il va “se jeter à l'eau, la tête la pre-mière”. 3.3 Commentaires Portrait de Molière par Charles-Antoine Coypel. La pièce se termine mal, George Dandin étant sans arrêt dupé par tout le monde, des aristocrates aux domestiques, avec un acharnement sadique de la part de sa femme, de l'amant et de la servante de celle-ci. Cependant, la solitude et le sort tragique du protagoniste principal a permis plusieurs mises en scène assez origi-nales. Certains en ont fait un drame où il se suicide à la fin de la pièce. Le texte original est très sombre, les der-nières paroles de Dandin étant « [...] lorsqu'on a, comme moi, épousé une méchante femme, le meilleur parti que l'on puisse prendre est de s’aller jeter dans l'eau, la tête la première ». D'autre part, la pièce comporte une vision de la liber-té de la femme très prononcée. Angélique, interprétée à l'époque par la propre femme de Molière, décrit son ma-riage comme forcé et se satisferait de se laisser courtiser favorablement. C'est par ailleurs un personnage odieux, refusant à son mari tout témoignage d'humanité en rai-son de sa condition sociale inférieure. Les prétentions de supériorité morale de la noblesse sont réduites en pous-sière au cours de la pièce, comme dans Tartuffe pour la piété affichée. Ainsi, bien des metteurs en scène ont souligné le tragique de cette oeuvre, qui malgré ses atours occasionnels de farce, ne fait guère illusion, il s’agit d'un naufrage humain. 3.4 Distribution 3.5 Mises en scène notables 1958 : George Dandin de Molière, mise en scène de Roger Planchon, Théâtre de la Cité de Villeurbanne 3.6 Traductions Fran Krsto Frankopan (en), un noble croate emprisonné, traduisit George Dandin en croate dans sa cellule autri-chienne entre le 18 avril 1670 et le 30 avril 1671, avant son exécution. 3.7 Notes et références [1] Molière, George Dandin, Éditions Flammarion, 2013, p. 16 3.8 Liens externes Partition // des huit divertissemens // des vieux bal-lets // Lully, Jean-Baptiste (1632-1687). Portail de la France du Grand Siècle Portail du théâtre
  12. 12. Chapitre 4 Jacques Bertin (chanteur) Pour les articles homonymes, voir Bertin. Jacques Bertin Jacques Bertin est un chanteur, poète et journaliste français, né à Rennes le 17 octobre 1946. C'est un chan-teur à texte qui s’est placé à contre-courant de la variété en plein développement à partir de la seconde moitié des années 1960 et des modes de promotion de cette variété : émissions de télévision, diffusion massive dans les radios, magazines s’adressant aux adolescents, etc. 4.1 Biographie Né à Rennes en 1946, Jacques Bertin est journaliste de formation, ancien élève de l'École supérieure de journa-lisme de Lille (41e promotion)[1]. Il vient à la chanson dès les années 1960 et son premier album paraît en 1967[2]. Il en a publié une vingtaine depuis. Chanteur à texte, il est à contre-courant de la variété et des modes et son oeuvre n'aura jamais les faveurs des médias ni du grand public. Il a par contre été diffusé dans des émissions plus exigeantes, et s’efforçant de ré-agir à cette variété envahissant les ondes et jugée mièvre, telle que l'émission Y’a d’la chanson dans l’air de Jean- Louis Foulquier, sur France Inter[3]. Artiste sans com-promissions, ses chansons sont partagées entre une ins-piration politique et une autre éminemment poétique. Il s’est entouré de musiciens venus du jazz d'avant-garde, Didier Levallet, Siegfried Kessler. Un accompagnement qui reste sobre. Certains critiques, tel Claude Fléouter du Monde, ont estimé que ses textes prenaient trop le pas sur la musique : « sans doute Bertin devrait-il jouer beaucoup plus avec les couleurs de la musique, ne pas se conten-ter de ses deux musiciens-complices, d'ailleurs excellents, au piano et à la contrebasse, et prendre un groupe pour faire épanouir, éclater sa musique et mieux souligner ses mots. »[4]. Ce journaliste de formation a également dirigé de 1989 à 2000 les pages culturelles du magazine Politis, y tenant une chronique intitulée « Malin plaisir »[5]. Il a continué de contribuer à cet hebdomadaire Politis jusqu'en 2001, avant de le quitter sur un différend politique. Il a consacré un livre à Félix Leclerc[6]. Jacques Ber-tin est attaché au Québec, et il y a chanté à de nom-breuses reprises. Ce livre, Félix Leclerc, le roi heureux et un autre de ses ouvrages, Du vent, Gatine !, ont été publiés à Montréal[5]. Il a également consacré un film au poète René Guy Cadou[7], et un disque de chansons sur des poèmes de Luc Bérimont mis en musique par Reinhardt Wagner. Il est également l'auteur de poèmes. 4.2 Hommages Jacques Bertin a obtenu deux fois le Grand Prix du Disque de l'Académie Charles-Cros durant sa carrière[8],[5], la première fois en 1967 pour son premier disque, Corentin, et la deuxième fois en 1983 pour le disque du concert à l'Olympia, Changement de Propriétaire, paru l'année pré-cédente, où il se fait l'interprète de grands noms de la chanson[9]. Ses chansons ont fait l'objet d'une thèse de doctorat, soutenue en décembre 1999 à l'université Paris- XII[5],[10]. Lui-même est le fondateur du Prix Jacques Douai[8]. 4.3 Discographie Intégrale vol. 1 - Corentin (1967) et Revoilà le soleil (1968) Intégrale vol. 2 - Fête étrange (1970) et Claire (1972) Intégrale vol. 3 - Besançon (1974) et Permanence du fleuve (1975) Intégrale vol. 4 - Domaine de joie (1977) et Les vi-sites au bout du monde (1980) Intégrale vol. 5 - Ma vie mon oeuvre (1984) et Paris Théâtre de la Ville (1985) Changement de propriétaire (1982, interprétation des oeuvres des autres) Ma vie, mon oeuvre (1984) Théâtre de la Ville (1984, enregistrement public) 7
  13. 13. 8 CHAPITRE 4. JACQUES BERTIN (CHANTEUR) Café de la Danse (1989, enregistrement public) Fête étrange (1991, compilation) Le poids des roses (1991) La blessure sous la mer (1993) Hôtel du grand retour (1996) Le grand bras, les îles (1999) Bertin chante Bérimont (réédition en 2001) La jeune fille blonde (2002) No surrender (2005) Que faire ? (2007, enregistrement public) Comme un pays (2010) Réédition (2011) de deux enregistrements publics - La Gaîté Montparnasse (avec Siegfried Kessler et Didier Levallet) (1978) et Aux oiseaux de passage, Québec (récital guitare - voix) (2000) L'état des routes (2013) Tous ces disques sont édités par la maison de disques créée par Jacques Bertin. Jacques Bertin chanté par Jacques Bertin, compila-tion aux éditions EPM, dans la collection Poètes et chansons (2003). 4.4 Bibliographie Impossible parler, Librairie Saint-Germain-des- Prés, 1975 (poèmes). Dans l'ordre, poèmes et chansons, Éditions Saint- Germain-des-Prés, 1978. Chante toujours, tu m'intéresses (ou les combines du show-biz), Éditions du Seuil, Collection Interven-tion, 1981. Félix Leclerc, le roi heureux (Biographie), Éditions Arléa, Éditions Boréal (Québec), 1987. Du vent, Gatine ! (Un rêve américain), Éditions Ar-léa, 1989. Avec Pierre Veilletet, Plain-chant, pleine page (Poèmes et chansons 1968-1992), Éditions Arléa, 1992. Blessé seulement (Poèmes inédits), Éditions de l'Escampette, 2005. Une affaire sensationnelle (roman), Editions Le Condottiere, 2008. Reviens, Draïssi !, Éditions le Condottiere, 2009. Collectif, Sous le signe d'Hélène Cadou, édition du Traict, 2010. Les traces des combats (poèmes et chansons de 1993 à 2010), Éditions le Condottiere, 2011. Le dépanneur (Le Québec de A à Z vu par Jacques Bertin), Éditions Sylvain Harvey, 2011. 4.5 Filmographie René Guy Cadou, de Louisfert à Rochefort-sur-Loire, un film de Jacques Bertin, réalisation Annie Breit (DVD éditions Velen). Jacques Bertin, le chant d'un homme (2006), un do-cumentaire de Philippe Lignières et Hélène Morsly (63') Jean Dufour, un ouvrier dans la coulisse (ou : com-ment un ajusteur à la SNCF devint un imprésario des plus respectés), un film de Jacques Bertin et Etienne Louis, 2011 (DVD éditions Velen). 4.6 Notes et références [1] (fr) Annuaire des anciens de l'ESJ, « Anciens | ESJ Lille » [2] Biographie, France Inter. [3] Gomez 2013. [4] Fléouter 1978. [5] Solé 2011. [6] Le Brun 1987. [7] Boisleve 2001. [8] Rédaction du DL 2010. [9] Dauphin 2008. [10] Rousseau 1999. 4.7 Voir aussi Martin Even, « Jacques Bertin : les chanteurs à gui-tare sont des sous-musiciens », Le Monde, 31 dé-cembre 1970 (lire en ligne). Claude Fléouter, « Jacques Bertin », Le Monde, 3 octobre 1978 (lire en ligne). Claude Fléouter, « Un livre de Jacques Bertin », Le Monde, 29 avril 1981 (lire en ligne).
  14. 14. 4.7. VOIR AUSSI 9 Bertrand Le Brun, « Félix Leclerc par Jacques Ber-tin. La “prise de parole” d'un peuple. », Ouest- France, 19 mai 1987 (lire en ligne). Anne Rousseau, Jacques Bertin et la chanson poé-tique, un art à la première personne : Thèse de doc-torat en Littérature française, Université Paris-XII, 1999 (présentation en ligne). Jacques Boisleve, « Jacques Bertin fait revivre Ca-dou », Ouest-France, 23 mars 2001 (lire en ligne). Christophe Dauphin, « Jacques Bertin », Les Hommes sans épaules, no 26, 2008. Rédaction du DL, « Jacques Bertin, poète en scène », Le Dauphiné libéré, 11 décembre 2010 (lire en ligne). Robert Solé, « Jacques Bertin en condottiere de la France « profonde » », Le Monde, 14 janvier 2011 (lire en ligne). François-Xavier Gomez, « Jean-Louis Foulquier ap-pareille à La Rochelle », Libération, 11 décembre 2013 (lire en ligne). 4.7.1 Liens externes « Le site officiel de Jacques Bertin » Discographie Portail de la musique
  15. 15. Chapitre 5 Bruno Bertin Pour les articles homonymes, voir Bertin. Bruno Bertin Bruno Bertin, né le 7 octobre 1963 à Fougères, est un dessinateur et scénariste de bande dessinée français. 5.1 Biographie Il entreprend une formation d'exécutant maquettiste en publicité à l'École Corvisart (Paris). Passionné d'histoire et d'architecture, il réalise son premier ouvrage en 1990, une aventure pour la jeunesse qui se passe dans sa ville natale, à Fougères. Dès 1995, une toute nouvelle collection d’aventures desti-nées à la jeunesse intitulée Les Aventures de Vick et Vicky voit le jour aux Éditions P'tit Louis[1]. C'est le début d’une série dont le succès ne s’est jamais démenti depuis. Sa longétivité ainsi que les nombreux témoignages d'auteurs pour les 15 ans de Vick et Vicky en sont les témoins[2]. Bruno Bertin réalise par ailleurs de nombreuses interven-tions dans les écoles et les bibliothèques, en France et à l’étranger (Maroc, Roumanie)[3]. 5.2 Les Aventures de Vick et Vicky Créée en 1995 aux Éditions P'tit Louis, Les Aventures de Vick et Vicky est une série de bandes dessinées pour la jeunesse dans l'esprit du Club des Cinq, de La Pa-trouille des Castors et de Tintin. Vick, un jeune garçon, et Vicky, son petit chien, sont inséparables d'un groupe d’amis - des scouts - avec lesquels ils doivent résoudre des énigmes en des lieux tels que : Le Mont-Saint-Michel, la Savoie, la forêt de Brocéliande, l'Égypte, etc. Il s’agit éga-lement d'une collection à visée pédagogique : chaque al-bum comporte des pages historiques sur le lieu où se passe l'action. Ces pages sont toutes réalisées par des spécia-listes : historiens, professeurs, etc. Vick et Vicky font ainsi partie des « défis lecture » dans de nombreux collèges[4]. Des fiches pédagogiques, conçues pour les professeurs, sont mises à disposition gratuitement sur le site des Édi-tions P'tit Louis. Dix bateaux de la Société nationale de sauvetage en mer sont baptisés du nom de ces héros. 5.3 Distinctions Une médaille en chocolat lors du festival BD Boum 2009 récompensant la série Vick et Vicky Le prix de la Bulle indépendante 2008 au festival de bande dessinée Atlantis (Saint-Herblain). Le 1er prix du festival « Bulles de Sèvre » 2005 (Saint-Laurent-sur-Sèvre). Le Priziou d’Or 2004 de la meilleure BD en langue bretonne pour le 3e tome des Sorcières de Brocé-liande (prix décerné par France 3 Ouest Bretagne et Radio France Armorique). 5.4 OEuvres 5.4.1 Bandes dessinées Aux Éditions P'tit Louis Série Vick et Vicky 1. Le Trésor des Chevrets / Jean Rolland ; Bruno Bertin, Éditions P'tit Louis, 1995 (ISBN 2-9507164-2-3) 2. Le Mystère du Baron de Lorcy / Jean Rolland, Bruno Bertin, Éditions P'tit Louis, 1996 (ISBN 2-9507164- 3-1) 3. Les Disparus de l'Île aux Moines / Bruno Bertin, Édi-tions P'tit Louis, 1997 (ISBN 2-9507164-4-X) 4. Le Secret du lac gelé / Bruno Bertin, Éditions P'tit Louis, 1998 (ISBN 2-9507164-5-8) 5. Les Archanges du Mont-Saint-Michel T.1 Le Tes-tament / Bruno Bertin, Éditions P'tit Louis, 1999 (ISBN 978-2-950716-7-7[à vérifier : ISBN invalide]) 6. Les Archanges du Mont-Saint-Michel T.2 La Malé-diction / Bruno Bertin, Éditions P'tit Louis, 2000 (ISBN 978-2-9507164-8-4) 10
  16. 16. 5.4. OEUVRES 11 7. L’Été de la Louve / Frédéric Cherky ; Bruno Bertin. Rennes : Éd. P'tit Louis, 2001 (ISBN 2-9507164-9-0) 8. Les Sorcières de Brocéliande 1re partie : La Légende / Bruno Bertin. Rennes : Éd. P'tit Louis, 2002 (ISBN 2-914721-01-3) 9. Les Sorcières de Brocéliande 2e partie : La Révélation / Bruno Bertin. Rennes : Éd. P'tit Louis, 2003 (ISBN 2-914721-03-X) 10. Les Sorcières de Brocéliande 3e partie : À la Re-cherche du Graal / Bruno Bertin, Éditions P'tit Louis, 2004 (ISBN 2-914721-06-4)(octobre 2004) 11. Sur les Terres des Pharaons 1re partie : La Clé / Bruno Bertin, Éditions P'tit Louis, 2005 (ISBN 2- 914721-16-1)(octobre 2005) 12. Sur les Terres des Pharaons 2e partie : Les Deux Terres / Bruno Bertin. Rennes : Éd. P'tit Louis, 2006 (ISBN 2-914721-23-4)(octobre 2006) 13. Le Fantôme de Fort-la-Latte / Bruno Bertin, Éditions P'tit Louis, 2007 (ISBN 978-2-914721-31-8)(octobre 2007) 14. Mission Dracula / Bruno Bertin. Rennes : Éd. P'tit Louis, 2008 (ISBN 978-2-914721-34-9)(octobre 2008) 15. Complot au Château du Taureau / Bruno Bertin. Rennes : Éd. P'tit Louis, 2009,(ISBN 978-2-914721- 39-4)(octobre 2009) 16. L'Héritage / Bruno Bertin. Rennes : Éd. P'tit Louis, 2010 (ISBN 978-2-914721-46-2)(octobre 2010) 17. Les Voleurs de cerveaux / Bruno Bertin. Rennes : Éd. P'tit Louis, 2011 (ISBN 978-2-914721-61-5)(octobre 2011) 18. Le Guide ou le secret de Léonard de Vinci / Bruno Bertin. Rennes : Éd. P'tit Louis, 2011 (ISBN 978-2- 914721-67-7)(juin 2012) 19. De gag en gags / Bruno Bertin. Rennes : Éd. P'tit Louis, 2013 (ISBN 978-2-914721-68-4)(avril 2013) 20. Disparitions au stade / Bruno Bertin. Rennes : Éd. P'tit Louis, 2013 (ISBN 978-2-914721-76-9)(octobre 2013) 1. Hors-série Petites histoires de Noël, Éditions P'tit Louis, 2003 (ISBN 2-914721-08-0) En breton 3. Aet Diwar Wel War Enizenac'h, Bruno Ber-tin, Éditions P'tit Louis (ISBN 978-2-914721-20- X[à vérifier : ISBN invalide]) 8. Sorserezed Breselien 1 : Ar vojenn, Bruno Bertin, Éditions P'tit Louis (ISBN 2-914721-12- 9) 9. Sorserezed Breselien 2 : An diskuliadenn, Bruno Bertin, Éditions P'tit Louis (ISBN 2- 914721-13-7) 10. Sorserezed Breselien 3 : Klask ar gral, Bruno Bertin, Éditions P'tit Louis (ISBN 2-914721-07- 2) Romans 1. Le guide ou le secret de Léonard de Vinci / Eve-Lyn Sol / Bruno Bertin. Rennes : Éd. P'tit Louis, avril 2013) Chez d'autres éditeurs Fougères à travers son Histoire, Bruno Bertin, Édi-tions A'grafe, 1990 (ISBN 2-9507164-9-0) Rennes le temps d'une Histoire, Bruno Bertin, Édi-tions A'grafe, 1990 (ISBN 2-9507164-1-5) Clovis ou Les origines de la France, Éric Mestrallet et Frédéric Fagot, Bruno Bertin, Association Mémoire du baptême de Clovis. Paris : Fagot du Maurien, 1995, 43 p. (ISBN 2-911431-00-6) Les Artistes s’engagent contre le Sida, collectif, Édi-tions Clénat, 2009 Crime sous le pont de l'Alma, illustration Bruno Ber-tin, Éditions Achéne, 2009 Le Rêve en jaune, Jacky Sabiron, ill. de 22 auteurs BD, Éditions Les Chantuseries, 2011 5.4.2 Livre jeunesse et bd humoristique La Ratdéconographie, Bruno Bertin, Éditions A'grafe, 1992 (ISBN 978-2-914721-62-2) (ISBN 2-9507164-0-7) Sylvain et Sylvette Bébert le petit mouton blanc, Bruno Bertin scénario, Jean-Louis PESCH dessin, Éditions P'tit Louis (ISBN 978-2-914721-62-2) 5.4.3 Documentaires Les Fées de Brocéliande, Bruno Bertin ; Muriel L'Hénoret, Éditions P'tit Louis, Collection Décou-verte, 2003 (ISBN 2-914721-14-5) Création d'une bande dessinée, Bruno Bertin, Édi-tions P'tit Louis, 2007, Collection Découverte (ISBN 978-2-914721-30-1)
  17. 17. 12 CHAPITRE 5. BRUNO BERTIN 5.4.4 Romans illustrés Trois éléphants sous un parasol, François de Val-ménier ; ill. Bruno Bertin. Saint-Vincent-sur-Oust : Élor, 1998, 189 p. (La nuit laotienne. ; 1) (Coeur ar-dent). (Les jeux de l'aventure ; 47) (ISBN 2-907524- 99-2) Éditions Artus Fébur : Série Reg 1. Reg et les esprits captifs, Brigitte Burlot, ill. Bruno Bertin, Éditions Artus Fébur, 2005, 279 p. (ISBN 2- 9523947-0-9) 2. Reg et le secret onirique, Brigitte Burlot, ill. Bruno Bertin, Éditions Artus Fébur, 2006, 243 p. (ISBN 2- 9523947-1-7) 3. Reg et le crépuscule des rêves, Brigitte Burlot, ill. Bruno Bertin, Éditions Artus Fébur, 2008, 242 p. (ISBN 978-2-9523947-2-7) Éditions Coyote Jeunesse L'Enfant des rues : un témoignage de Yurgen Bos-nard ; ill. Bruno Bertin, Coyote jeunesse (Montfort-sur- Meu), 2007, 160 p., coll. « Visages du monde » (ISBN 978-2-9529152-0-5) Le Dernier Donjon ; ill. Bruno Bertin, Coyote jeu-nesse (Montfort-sur-Meu), 2008, 200 p. (ISBN 978- 2-9529152-1-2) 5.5 Notes et références [1] Maison d'édition de bandes dessinées [2] Livre d'Or [3] La Baule Flash no 66 [4] www.mairie-labaule.fr 5.6 Voir aussi 5.6.1 Articles connexes Les Aventures de Vick et Vicky 5.6.2 Liens externes Blog de Bruno Bertin Blog de Bruno Bertin Ancien blog de Bruno Bertin Fiche de l'auteur aux Éditions P'tit Louis Fiche de l'auteur sur le site de la Charte des auteurs pour la jeunesse Site des Éditions P'tit Louis Portail de la littérature Portail de la Bretagne Portail de la bande dessinée francophone
  18. 18. Chapitre 6 Marc Baron Pour les articles homonymes, voir Baron. Marc Baron est un poète né en 1946 à Valence (Drôme). Issu de parents agriculteurs, il a fait des études de philosophie et de théologie. De 1985 à 2011, il a été chargé du Livre et de la Lecture au Centre Culturel Juliette-Drouet à Fougères. Ses premiers poèmes ont paru dans la NRF en 1975. Marc Baron a obtenu le Grand Prix des écrivains bretons en 1986. Marc Baron est également le créateur (en 1985) et di-recteur artistique du Salon du livre pour la jeunesse de Fougères. Il est également membre du jury du Prix Georges-Perros et du Prix Guillevic décernés chaque an-née, en octobre, à Saint-Malo. 6.1 OEuvres Un Enfant comme un autre, Couleurs livre, 2012 Petits poèmes en rang par trois, éditions Bulles de savon, 2012 Ma page blanche, mon amour, La Part Commune, 2011 Poèmes sous la lampe, L'Harmattan, 2010 Tant de neige sur mon pays, éditions Pluie d'étoiles, 2008 Donne-moi de l'eau pure, note liminaire de Charles Juliet, La Part Commune, 2005 Un fleuve passe sous ton atelier, Marc Baron inter-prète Jean-Pierre Waeckel ; photographies, Gérard Fourel, H. des Abbayes, 2005 Cours vite, Salomé !', roman, Illustrations de Jérôme Brasseur, Magnard-jeunesse, 2004 Comme un soleil entre deux pluies, illustrations de Christine Janvier, Pluie d'étoiles éditions, 2003 Les Amants du fragile, préf. de Gilles Baudry, L'Harmattan, 2002 “Désir nomade, photographies de Georges Dussaud, éditions Dana, 1999 Variations sur le chant intérieur, préface de Jean Jou-bert, L'Harmattan, 1998 Le feu a les voyelles de l’eau, St-Germain-des-Prés, 1982 Que la transparence nous vienne, Chambelland, 1975 Portail de la poésie Portail de la littérature française 13
  19. 19. Chapitre 7 Nolwenn Korbell Nolwenn Korbell Nolwenn Korbell en concert à Gouesnac'h en 2012 Nolwenn Korbell, née à Quimper le 3 février 1968, est une auteure-compositrice-interprète et une actrice française d'expression bretonne et française et, occasion-nellement, galloise, anglaise, serbe et russe. Connue pour ses chansons en breton, avec ses musiciens ou en duo avec le guitariste Soïg Sibéril, elle continue en parallèle sa carrière d'actrice. Auteur de quatre albums studio, elle donne régulièrement des concerts lors des principaux évé-nements du monde Celte, joue dans des pièces de théâtre, participe au doublage de films et de dessins animés. 7.1 Biographie Nolwenn Korbell nait en 1968 à Quimper et passe son enfance à Douarnenez[1] avec son frère cadet et ses pa-rents, la chanteuse de gwerz Andrea Ar Gouilh et le sonneur Hervé Corbel, également amateur de musique bretonne[2]. La famille parle breton au quotidien, et Nol-wenn apprend le français à l'école. Elle suit sa mère en tournée dans les pays celtiques, où elle entend des Gallois, des Irlandais et des Écossais chanter dans leurs langues respectives. Elle commence à prendre des cours de théâtre dès l'adolescence à la MJC de Douarnenez[3]. À seize ans, elle joue dans des sketchs pendant la « Nuit des Raouls », un pastiche de la Nuit des Césars. Youenn Gwernig, le direc-teur des émissions en langue bretonne de France 3 Ouest, la remarque à cette occasion. En 1984, France 3 achète les droits d'un dessin animé gallois pour le doubler en bre-ton et il lui confie le rôle du personnage féminin[4]. Elle a tout juste dix-huit ans lors de ses débuts de présenta-trice d'émissions en breton sur France 3, afin de payer ses études[5]. Plus tard, elle devient l'une des professionnelles les plus expérimentées de Bretagne, doublant des cen-taines d'heures d'émissions pour France 3 et TV Breizh[6]. Après l'obtention de son Bac et une initiation à la guitare, elle entreprend pendant deux ans un cursus de langues vi-vantes à l'université de Rennes 2, étudiant l'allemand en langue principale ainsi que le breton et le gallois au dé-partement d'Études celtiques dans le cadre du DEUG[7]. Plus attirée par une formation de comédienne-interprète, elle entre au conservatoire d'art dramatique de Rennes, où elle passe trois ans, apprenant également le chant ly-rique et chantant en tant que soprano dans le groupe Ar-sis Théâtre Vocal[3]. Avec le soutien d'Alexandre Damn-janovic, directeur de l'Opéra de Rennes, elle prépare le difficile concours d'entrée au conservatoire de l'Opéra de Paris. L'échec est douloureux et brise l'élan qui l'animait depuis quelques années[6]. Entre 1991 et 1999, elle partage sa vie entre la Bretagne et le Pays de Galles d'où est originaire son compagnon, le poète Twm Morys. Elle est chanteuse dans le groupe de ce dernier, Bob Delyn a'r Ebillion (qui enregistre 2 CD et une dizaine de clips musicaux)[3] ainsi que comédienne pour un feuilleton sur la chaîne en gallois S4C[5]. Elle ressent une frustration en constatant à quel point le gal-lois bénéficie d'une reconnaissance officielle mais cela lui donne l'envie d'agir dans son pays[6]. Dans cette période, elle joue dans des courts et longs métrages d'Olivier Bour-beillon, Marie Hélia, Simon Hymphries et elle présente et produit des émissions sur France 3 Ouest en langue bretonne[8]. En 1997, elle participe au Kan ar Bobl, un concours de chant breton qui a révélé entre autres Yann-Fañch Kemener[9] et Denez Prigent[10]. Elle y interprète Ma c'hemenerez (« Ma couturière »), une chanson qu'elle a écrite en hommage à sa grand-mère, et remporte le grand prix du concours. La naissance de son fils Gwion en 1998 et le sentiment de perdre peu à peu ses liens avec la Bretagne la font fina-lement revenir définitivement au pays, pour se consacrer au théâtre et au chant[11]. Plusieurs occasions de monter sur scène vont lui permettre de donner forme à son dé-sir d'expression et de création, comme le spectacle Voix de Bretagne donné au Quartz à Brest en 1999, ou encore grâce à Gérard Delahaye au festival Les Tombées de la nuit à Rennes en 2002[6]. Les deux directeurs de Coop Breizh sont dans la salle et lui proposent d'enregistrer un album[12]. 14
  20. 20. 7.2. MUSIQUE 15 7.2 Musique Voir l’article annexe : Discographie de Nolwenn Korbell. 7.2.1 N'eo ket echu Son premier album, sorti fin 2003, s’intitule N'eo ket echu (« Ce n'est point terminé »). Ce titre est fait pour que cha-cun l'interprète à sa guise : il peut par exemple se rappor-ter à une rupture amoureuse qui laisse subsister un espoir, à la langue et la culture bretonnes qui restent en vie, ou en-core à une oeuvre d'art, tel l'album lui-même, qui n'est ja-mais finie car il est toujours possible de la réinterpréter[7]. Toutes les chansons sont en breton, à l'exception de Y byd newydd (« Le nouveau monde »), en gallois. Nolwenn Korbell signe toutes les paroles et musiques, sauf celles de Plac'h ar gwele kloz (« La fille du lit clos », Bernez Tangi), Y byd newydd (Twm Morys) et Deuit ganin-me (« Venez avec moi », traditionnel). Elle cite comme sa principale source d'inspiration les chansons, souvent is-sues du Barzaz Breiz, que lui chantait sa mère. Pour elle, chanter en breton est « une évidence », car c'est sa langue maternelle, qu'elle parle aussi avec son fils. Elle écrit avec des mots simples, suivant l'exemple de Bernez Tangi, qui, en plus d'une chanson, signe la dédicace en forme de poème de N'eo ket echu. Sa formation d'actrice la pousse à porter une grande attention à la diction, ce qui participe de son effort à rendre ses chansons accessibles au plus grand nombre[4]. Dès ce premier album, elle affirme une conviction : l'importance du breton et des langues en gé-néral. « J'aimerais que le monde garde toutes les couleurs qui sont sous le soleil », commente-t-elle[13]. Nolwenn Korbell veut faire comprendre que ses chansons, modernes, sont ancrées dans la tradition. C'est pour ce-la qu'elle inclut sur l'album Deuit ganin-me, une chanson traditionnelle qu'elle tient de sa mère et que chantaient aussi les soeurs Goadec. Cette chanson raconte l'histoire d'un homme cherchant à séduire une femme pour la faire venir dans son pays en lui offrant les plus beaux habits qui soient, mais elle refuse tant qu'ils ne seront pas mariés à l'église. Elle reprend un autre thème traditionnel dans Son ar plac'h n'he doa netra (« La chanson de la fille qui n'avait rien »), inspirée d'une comptine destinée à apprendre aux enfants les jours de la semaine, le nom des animaux de la ferme et leurs cris : chaque jour, le narrateur va à la foire et achète un animal. Dans la version de Nolwenn Korbell, à partir du mercredi, la narratrice achète une chose que l'on ne peut acheter : un mari, un fils, un coeur, une voix et une vie. D'après l'auteur, « cette chanson en forme de parabole démontre surtout que ce qui fait le sel de la vie n'est pas négociable »[4]. Pour N'eo ket echu, Nolwenn Korbell s’est entourée de Frédérique Lory au piano, de Tangi Le Doré à la basse et d'Antonin Volson aux percussions. Cette équipe l'accompagne jusqu'en 2010. L'album reçoit le prix du meilleur CD lors des Prizioù de France 3 Ouest en 2003 et le grand prix du disque Pro-duit en Bretagne en 2004[8]. Toujours en 2004, Nolwenn Korbell reçoit le prix Imram, qui récompense chaque an-née un auteur d'expression bretonne pour l'ensemble de son oeuvre[14]. Produite par Big Bravo Spectacle, société basée à Saint- Quay-Portrieux[15], elle chante dans de nombreux événe-ments, dont le Festival des Vieilles Charrues en 2004, le Festival du bout du monde en 2005, les Nuits Celtiques à Bercy de 2005 et 2006. En 2006, elle participe au festival Celtic Connections à Glasgow et à un concert à l'Olympia avec Gilles Servat. Si elle conquiert le public, bretonnant ou non, de petites scènes en grands festivals, les médias parisiens semblent ne pas prendre la véritable mesure du « phénomène »[6]. 7.2.2 Bemdez c'houloù Son deuxième album, Bemdez c'houloù (« chaque jour de lumière »), sort en 2006. Toujours essentiellement écrit en breton, il inclut le traditionnel gallois Dafydd y gar-reg wen (« David de la roche blanche ») et le traditionnel français Un petit navire d'Espagne. Les autres paroles et musiques sont de Nolwenn Korbell, à l'exception de celles des traditionnels Pardon an Dreinded (« Le pardon de la Trinité ») et Olole, le cri des petits pâtres bretons qui s’interpellaient d'une colline à l'autre[2]. Elle signe aussi une chanson en anglais, News from town for my love who stayed home. La tombe de David Owen. Dafydd y garreg wen est une mélodie pour harpe com-posée par le poète et musicien gallois David Owen (1711/12-1741)[16]. Ce compositeur et musicien aveugle était surnommé David de la Roche Blanche, du nom de la ferme dans laquelle il vivait. D'après la tradition, sur son lit de mort, il demanda sa harpe pour compo-ser ce dernier air, dont il souhaitait qu'il soit joué par un harpiste lors de son enterrement. Les paroles furent ajoutées plus tard par le poète gallois John Ceiriog Hu-
  21. 21. 16 CHAPITRE 7. NOLWENN KORBELL ghes (1832-1887)[17]. Le choeur d'hommes de Bretagne (Mouezh Paotred Breizh) accompagne Nolwenn, prolon-geant l'expérience commencée pendant l'été 2005[18]. La chanson Termaji (« Gitane ») est inspirée d'une ci-tation de Max Jacob : « Le Breton tient du prêtre et du tzigane ». Elle évoque la présence de la religion chrétienne en Bretagne, accompagnée de ce que l'auteur décrit comme « un mélange de paganisme et de folie ». Cette chanson est dédiée à Max Jacob et Emir Kusturi-ca[ 3]. La plupart des arrangements sont de la pianiste Frédé-rique Lory. Du point de vue musical, la principale dif-férence par rapport à N'eo ket echu est l'arrivée de Di-dier Dréo, du groupe Kern, avec sa guitare « trafiquée » qui peut prendre un son de sitar. Nolwenn Korbell ex-plique qu'elle ne cherche pas à se donner un style, reje-tant la mode des instruments traditionnels celtiques. Au contraire, elle choisit les instruments qui lui plaisent ; c'est ainsi que l'on entend sur cet album des instruments in-habituels dans la musique bretonne tels que le marimba, le glockenspiel ou le vibraphone, ainsi que quelques sons électroniques[3]. Bemdez c'houloù reçoit le Coup de Coeur du Télégramme en 2006[3]. Pendant l'été 2006, elle participe à Celtica, au festival des Folklores du Monde de Saint-Malo, au festival Kann Al Loar de Landerneau, aux fêtes maritimes de Ploumanac'h et Douarnenez, au Congrès International Celtique, au festival de la Saint-Loup à Guingamp et aux fêtes bre-tonnes de La Baule[19]. 7.2.3 Red Nolwenn Korbell et Soïg Sibéril en concert à Celtic Connections 2007. Le troisième album de Nolwenn Korbell, intitulé Red (« Cours », au sens du cours de la vie[note 1]), enregistré en duo avec le guitariste Soïg Sibéril, virtuose de l'open tun-ing avec qui elle avait déjà donné des concerts en 2004[20], sort en 2007. Seul musicien présent sur l'album, il en est aussi l'arrangeur. Les pistes sont pour moitié de nouvelles chansons et pour moitié des chansons reprises des al-bums précédents de Nolwenn Korbell, réinterprétés avec l'accompagnement à la guitare. L'album est accompagné d'un DVD bonus qui comprend deux titres enregistrés en concert, Yannig ha Mai (“Pe-tit Jean et Marie”) et Glav (“Pluie”), et un documen-taire intitulé Red ar vuhez (« Le cours de la vie »), qui montre l'enregistrement de l'album et quelques séquences de concerts. Pour la première fois, Nolwenn reprend une chanson de folk américaine, Turn, turn, turn, de Pete Seeger, dont les paroles sont adaptées du passage du livre de l'Ecclésiaste (« il y a un temps pour tout »). Elle a découvert cette chanson en lisant une biographe de Bob Dylan[21], qu'elle cite comme l'une de ses principales influences, avec Pete Seeger, Woody Guthrie, Leonard Cohen et Joan Baez[3]. Red marque un tournant dans l'écriture de Nolwenn Kor-bell, avec ses premières chansons marquant un engage-ment politique, Bugale Breizh et Anna. Bugale Breizh évoque le naufrage du Bugaled Breizh, le 15 janvier 2004, au large du cap Lizard, entraînant la mort des cinq ma-rins bretons qui étaient à son bord lors de la percussion par un sous-marin nucléaire d'attaque et à qui l'État n'a jamais voulu rendre justice[2]. Nolwenn Korbell établit un parallèle entre le naufrage du Bugaled Breizh (« En-fants de Bretagne ») et le sort que la politique française d'impérialisme linguistique a fait subir aux Bretons au cours du XXe siècle[21]. Le 16 janvier 2010, elle participe à un concert de solidarité avec les familles de victimes à Plozévet (Finistère)[22]. L'autre chanson politiquement engagée est Anna, dédiée à la journaliste russe Anna Politkovskaïa, assassinée le 7 octobre 2006 à Moscou[21]. Le refrain est un pro-verbe breton : « Ar wirionez zo ganit, tout ar chas a biso diouzhit » (« Si tu dis la vérité, tous les chiens te pisseront dessus »[note 2])[23]. En 2008, Nolwenn Korbell remporte à nouveau l'un des Prizioù de France 3 Ouest, cette fois celui de la « meilleure expression bretonne »[8]. 7.2.4 Noazh Nolwenn Korbell sort Noazh (« Nu ») en 2010. L'idée de ce titre lui est venue pour exprimer l'idée de dévoile-ment qu'elle avait envie de mettre en chanson, passant à un style plus rock et blues. La photographie de couver-ture, sur laquelle elle pose nue, s’impose par la suite pour être en accord avec ce titre[24], qui résume aussi son opi-nion sur l'art : ce que l'on crée est intime, mais on doit le montrer[25]. Le choix du rock est motivé par son énergie, son rythme, la force que lui donnent les instruments élec-triques, ce qui, avec des paroles écrites pour correspondre à ce style, change la façon de s’exprimer sur des thèmes souvent durs[26]. Le breton est toujours la langue principale, mais on y trouve aussi de l'anglais (Mad Love, Don't Try, One More
  22. 22. 7.3. AUTRES ACTIVITÉS 17 Day), du français (Je Voudrais) et, pour la première fois, d'ukrainien, avec la chanson traditionnelle Misjac Na Ne-bi. Cette dernière est la seule dont elle ne signe pas les paroles. Cette place plus importante de l'anglais est liée au choix du style rock et illustre le plaisir qu'elle prend à chanter en plusieurs langues[26]. Anna est à nouveau présente, cette fois accompagnée d'un poème en russe dit par Antonia Malinova. Hir (« Longue »), le poème qu'elle avait écrit pour la Redadeg, figure également sur l'album, mis en musique et privé de son préambule. Le titre se rapporte à la longueur de la route à parcourir pour obtenir le droit de parler et ensei-gner sa propre langue[23],[27]. Le seul musicien de son ancienne équipe qui figure sur cet album est le guitariste Didier Dréo, qui s’occupe aussi des arrangements. C'est chez lui que son album a été en-registré, ce qui a évité les contraintes de dates et permis l'enregistrement de l'album sur une durée de deux ans[24]. Le batteur Jean-Christophe Boccou, qui avait déjà joué avec le groupe Kern de Didier Dréo, complète le trio[19]. À l'invitation des Bretons du Japon, elle se rend en juillet 2011 à Tokyo et Yokohama pour des concerts, quelques semaines après le tsunami dévastateur[28]. Le 8 août, le festival interceltique de Lorient lui confie la création du festival « Jack Kerouac, citoyen d'Amérique », des chants issus d'un enregistrement de Jack Kerouac décou-verts à New York par Lisardo Lombardía, le directeur du festival[29]. 7.2.5 Style musical Côté chant, Nolwenn Korbell s’oriente vers une recherche de modernité. Elle pense à Björk, une artiste artiste pla-nétaire qui véhicule dans sa musique une part de l'âme nordique sans que ce soit son but premier[6]. Ses in-fluences vont des comédies musicales à Bela Bartok en passant par Bach et Purcell, mais où Bob Dylan, Sinéad O'Connor, Van Morrison, Nina Hagen, David Bowie, Marianne Faithfull, Patty Smith ou le groupe Velvet Un-derground tiennent une bonne place. Sans oublier EV et Storlok chez les brittophones[2]. Dès ses premiers albums et les concerts qui suivent, elle impose son style personnel, avec des chansons qui ne sont pas traditionnelles mais s’inspirent de la tradition. Les cri-tiques notent son travail important sur la voix, aussi bien sur le son lui-même que sur le phrasé[4], sa capacité à pas-ser d'un genre musical à l'autre — folk, pop, blues, jazz, cabaret — et d'utiliser des instruments divers et inatten-dus, ainsi que sa présence scénique, grâce à laquelle elle crée un lien fort avec le public[3]. Son premier album N'eo ket echu (2003) possède un ca-ractère quelque peu expérimental, n'hésitant pas à mêler au chant des murmures, des cris, des soupirs et des en-volées lyriques. Le groupe de musiciens qui accompagne Nolwenn Korbell sur cet album est le fruit de rencontres commençant lors de sa première scène importante, le Kan ar Bobl, en 1997, où elle était accompagnée du bassiste Tangi Le Doré. Deux ans plus tard, à l'occasion d'un concert, il lui présente son neveu, le percussionniste Iltud Le Doré, ainsi que la pianiste Frédérique Lory. Comme elle souhaitait utiliser le marimba sur son album, Frédé-rique Lory lui présente Huggo Le Hénan, qui joue de cet instrument. De même, Nolwenn désirait utiliser le duduk, ce qui l'amène à contacter le flûtiste breton Sylvain Ba-rou (bansouri, dizi, flûte chinoise, duduk). Le percussion-niste Antonin Volson complète finalement le groupe[7]. Cette équipe est reconduite presque à l'identique pour le deuxième album, Bemdez c'houloù (2006). Dans Red (2007), la musique est assurée par la seule la guitare de Soïg Sibéril. Le chant s’adapte à cette nou-veauté, ce qui donne une impression plus légère, plus intime[21]. Cependant, elle se livre toujours « à fond » en concert, ce qui lui inspire l'idée de passer à une mu-sique plus énergique pour Noazh, album essentiellement blues et rock, réalisé en trio avec Didier Dréo à la guitare et Jean-Christophe Boccou à la batterie[23]. 7.3 Autres activités 7.3.1 Films et doublage En 1993, Nolwenn Korbell tourne en Bretagne dans le film An Enez Du” de Marie Hélia où elle joue son pre-mier rôle important au cinéma[5]. Peu de long-métrages en breton étant tournés en Bretagne, elle participe ensuite à quelques tournages seulement mais rêve que les Bretons aient le courage de mettre en place une véritable indus-trie du cinéma[30]. Elle double en breton, pour France 3, la série Les belles histoires de Pomme d'Api, réalisée par Hoël Caouissin[30]. Nolwenn Korbell tient l'un des rôles principaux dans les séquences vidéo de E brezhoneg pa gari (« En breton quand tu veux »), une méthode d'apprentissage du bre-ton parue en 2000[31]. Elle double le personnage d'Anne- Marie, la mère du narrateur, sur le DVD Marc'h al lorc'h, la version doublée en breton par l'association Dizale du Cheval d'orgueil, film de Claude Chabrol adapté du roman éponyme de Pierre-Jakez Hélias, sorti en 2010[32]. 7.3.2 Théâtre Après ses études, Nolwenn Korbell joue dans la pièce de théâtre L'enfant mort sur le trottoir, de Guy Foissy[8]. Par la suite, elle donne des lectures chantées en breton — dont des textes du poète Bernez Tangi — lors du festival Ouest/Nord-Ouest au théâtre de Cornouaille, où elle est remarquée par Guy-Pierre Couleau, « une des plus belles rencontres de [sa] vie »[33]. En 2002, il lui confie le rôle principal d'Oona dans la pièce La chaise de paille de Sue Glover, dont l'action se déroule sur l'île de Saint-Kilda en
  23. 23. 18 CHAPITRE 7. NOLWENN KORBELL Écosse, avec laquelle elle tourne pendant 18 mois[11]. En 2005, elle joue dans une deuxième pièce mise en scène par Guy-Pierre Couleau, Rêves, écrite par Wajdi Moua-wad[ 34]. En 2009, elle remonte sur les planches pour une deuxième pièce de Sue Glover mise en scène par Guy-Pierre Cou-leau, Marylin en chantée, dans le rôle de Simone Signo-ret, dont la pièce décrit la rencontre avec Marilyn Mon-roe. Son rôle mêle théâtre et chant, puisqu'elle interprète plusieurs chansons américaines et une française[34]. En 2012, elle joue la pièce Maître Puntila et son valet Mat-ti de Bertolt Brecht, écrite en 1940, mise en scène par Guy-Pierre Couleau[35] qui poursuit en 2013 avec Caba-ret Brecht, présentant des chansons de Brecht revisitées par Nolwenn Korbell et le guitariste Didier Dréo[36]. Le spectacle, produit par le Centre dramatique national d’Al-sace, sera présenté en janvier 2015 au Quartz à Brest. 7.3.3 Chant En 2005, Nolwenn Korbell chante deux chansons en duo avec Gilles Servat : Bugaleaj Nevez (« Nouvelle en-fance »), sur le renouveau de la langue bretonne symbo-lisé par les enfants des écoles bilingues, et Kenavo d'an Naoned (« Adieu aux Nantais »), parues sur son album Sous le ciel de cuivre et d'eau[37]. La même année, elle as-sure les choeurs de Kertrouz, chanson parue sur l'album Lagan de Dom DufF[38]. En 2010, elle participe à un concert sur le thème de la chanson populaire à la façon slave avec le conserva-toire de Saint-Malo. Elle y interprète Folksongs, une sé-rie de chants serbes écrits spécialement pour elle par Alexandre Damnianovitch, le directeur du conservatoire, puis La suite balkanique de Slavenski et une adaptation des Quatre Saisons de Vivaldi par l'Ukrainien Sergueï Akhounov[39]. Un spectacle est prévu avec Brigitte Fontaine, dans la continuité de précédents duos, à Saint-Martin-des- Champs et au Palace à Paris notamment[25]. Celle-ci, d'origine bretonne, se déclare « enchantée » par Nolwenn Korbell[40]. 7.3.4 Prises de position En 2008, Nolwenn Korbell apporte son soutien à la Redadeg, course à pied en Bretagne au cours de laquelle un témoin passe, afin de promouvoir la langue bretonne : elle écrit le poème, placé dans le témoin, qui est lu à l'arrivée[41]. Son engagement politique se poursuit par un soutien au Parti breton lors des élections européennes[42] et aux « inculpés de la Réunification », six jeunes ar-rêtés pour avoir mené des actions militantes pour le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne[43]. 7.4 Notes et références 7.4.1 Notes [1] Le mot Red a plusieurs sens en breton, celui-ci est confir-mé par Nolwenn Korbell dans son entretien télévisé de novembre 2007 disponible sur An Tour Tan. Par ailleurs, la couleur rouge (red en anglais) est largement utilisée sur la pochette et le livret de l'album. [2] La traduction littérale est « tu détiens la vérité », ou « tu as raison » ; « tu dis la vérité » est la traduction de Nolwenn, qui tient compte du contexte de la chanson. 7.4.2 Références [1] « Portrait de Nolwenn Korbell, page 1 », Au pays bigouden (consulté le 1er avril 2010) [2] Rok t.2, p. 352 [3] Frédéric Jambon, « Nolwenn Korbell. « Bemdez c'houloù » », Le Télégramme (consulté le 1er avril 2010) [4] David Raynal, « Pure Breizh — Nolwenn Korbell raconte son prodigieux parcours de nouvelle sensation du chant breton. », World Musiques Destinations (consulté le 1er avril 2010) [5] Alle 2001, p. 60 [6] 111 Bretons des temps modernes, p. 107 [7] Ronan Lollier, « Entretien : Nolwenn Korbell », Musiques et danses en Finistère, no 38, janvier 2004 (lire en ligne [PDF]) [8] « Nolwenn Korbell une artiste bretonne bretonnante en-gagée et bourrée de talents », Agence Bretagne Presse (consulté le 1er avril 2010) [9] Jérémie Pierre Jouan, « Yann-Fañch Kemener — Biogra-phie chronologique » (consulté le 1er avril 2010) [10] Frédéric Jambon, « Denez Prigent. « Sarac'h » : Grand Prix du Disque du Télégramme », Le Télégramme (consulté le 1er avril 2010) [11] « Portrait de Nolwenn Korbell, page 2 », Au pays bigouden (consulté le 1er avril 2010) [12] Le Guichaoua 2004, p. 4 [13] (br) « O livañ ar bed », Finistère Penn ar Bed, no 91, mars 2005, p. 18 (lire en ligne [PDF]) [14] « Prix IMRAM en langue bretonne », Maison Internatio-nale des Poètes et des Écrivains de Saint Malo (consulté le 2 avril 2010) [15] Livret de N'eo ket echu [16] (en) « Owen,David », Bibliothèque Nationale du Pays de Galles (consulté le 2 avril 2010) [17] (en) « The Fiddler’s Companion, entrée Dafydd y garreg wen » (consulté le 2 avril 2010)
  24. 24. 7.5. VOIR AUSSI 19 [18] Jean-Pierre Bénard, « Nolwenn Korbell envoûtée par la scène » (consulté le 2 avril 2010) [19] Dossier de presse de Nolwenn Korbell, Big Bravo Spec-tacles [20] « 82e année, p. 7 » [PDF], Festival de Cornouailles (consulté le 2 avril 2010) [21] Jean-Pierre Bénard, « Red, la belle rencontre de Nolwenn et Soïg » (consulté le 2 avril 2010) [22] Jean Le Borgne, « Bugaled-Breizh. Un souffle de solida-rité », Le Télégramme (consulté le 2 avril 2010) [23] « Musique. Nolwenn Korbell sort Nue », Le Télégramme (consulté le 2 avril 2010) [24] (br) sous-titré (fr) Émission Son da Zont du 17 avril 2010, diffusée sur France 3 Ouest [25] « Nolwenn Korbell. « Je ne me suis rien interdit » », Le Télégramme (consulté le 14 avril 2010) [26] (br) Émission de radio An abadenn du 12 avril 2010 dif-fusée sur France Bleu Breizh Izel, disponible sur le site de Radio France [27] « Hir, chanson enregistrée en concert à Quimper », ABP TV [28] Ronan, « Nolwenn Korbell : Concert Acoustic a Yokoha-ma ce soir ! », sur Bretons du Japon, wordpress, 17 juillet 2011 (consulté le 31 mars 2013) [29] F. Chauffin, Nolwenn Korbell, de Jack Kerouac à Bertolt Brecht, Agence Bretagne Presse, 9 août 2011 [30] Alle 2001, p. 61 [31] « Contenu du CD E brezhoneg pa gari », Stumdi (consulté le 1er avril 2010) [32] « Dizale donne une nouvelle vie au Cheval d'orgueil - Ca-rhaix », Ouest-France (consulté le 2 avril 2010) [33] « Nolwenn Korbell au Théâtre. Variations d'une actrice », Le Télégramme (consulté le 1er avril 2010) [34] « Portrait de Nolwenn Korbell, page 3 », Au pays bigouden (consulté le 2 avril 2010) [35] Catherine Robert, « Maître Puntila et son Valet Matti », La Terrasse, n° 203, novembre 2012 [36] Manuel Piolat Soleymat, « Cabaret Brecht », La Terrasse, n° 209, avril 2013 [37] Livret de Sous le ciel de cuivre et d'eau [38] « Dom DufF — Les trésors des langues celtiques », Eth-notempos (consulté le 2 avril 2010) [39] « Les musiques populaires, version slave - Saint-Malo », Ouest-France (consulté le 2 avril 2010) [40] Michel Troadec, « Brigitte Fontaine, septuagénaire rebelle et drôle », Ouest-France, 13 octobre 2009 (lire en ligne) [41] (br) « Ar redadeg : testenn Nolwenn Korbell », Oui au breton (consulté le 2 avril 2010) [42] « Parti Breton. Cinq candidats finistériens », Le Télé-gramme (consulté le 2 avril 2010) [43] « Gilles Servat, Nolwenn Korbell, Christian Troadec, Fer-min Muguruza, Janet Ryder, Ronan Le Coadic, … sou-tiennent les 6 inculpés de la Réunification », Collectif 44=Breizh (consulté le 2 avril 2010) 7.5 Voir aussi 7.5.1 Articles connexes Chanson bretonne - Musique bretonne Soïg Sibéril 7.5.2 Bibliographie Ouvrages Collectif (dir. Frank Darcel) et Jigourel, ROK : De 1960 à nos jours, 50 ans de musique électrifiée en Bretagne, t. 2 : 1990/2013, LATDK, 2013, 480 p. (ISBN 978-2-9543644-0-7), « Folk Songs », p. 351- 352 Articles Gérard Alle, « Nolwenn Korbell : l’éclectisme pour fil conducteur », ArMen, no 118, février 2001, p. 60- 61 Dominique Le Guichaoua, « Nolwenn Korbell. Na-turellement parlant ! », Trad Magazine, no 94, mars-avril 2004, p. 4-6 (couverture) Yann Rivallain et Frank Darcel, 111 Bretons des temps modernes, ArMen, 2007, 235 p. (ISBN 2916264027), p. 106-107 Ludovic Le Signor, « Portraits : Nolwenn Korbell », Cultures bretonnes, Hors-Série Ouest-France, 2012, p. 32 7.5.3 Liens externes vers des vidéos An Tour Tan (« le phare », en breton) est un site web spécialisé dans la publication sur Internet d'émissions de radio et de télévision, en breton ou en français, concernant la Bretagne. Extrait de Ur wech e vo en concert, avril 2004 (br) et (fr) Entretien avec Nolwenn Korbell, avril 2004 (br) Entretien avec Nolwenn Korbell à sa sortie de scène lors de la Saint Patrick, en mars 2005
  25. 25. 20 CHAPITRE 7. NOLWENN KORBELL Entretien avec Nolwenn Korbell à sa sortie de scène lors de la Saint Patrick, en mars 2005 (version fran-çaise du précédent) (br) et (fr) Nolwenn Korbell et Soïg Sibéril, chan-son Padal et entretiens (avec aussi Alan Stivell et un extrait d'une chanson de Loeiz Ropars), à l'occasion des 25 ans de France Bleu Breizh Izel, en novembre 2007 Bugale Breizh enregistré pendant le concert donné à l'occasion des 30 ans des écoles Diwan, en mai 2008 Hir, chanson enregistrée en concert à Quimper, mise à disposition par ABP TV. 7.5.4 Autres liens externes Site officiel Article du Télégramme avec le clip promotionnel de Noazh Notices d’autorité : Bibliothèque nationale de France Portail du Finistère Portail de la musique bretonne Portail de Quimper et de sa région La version du 2 mai 2010 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.
  26. 26. Chapitre 8 Soïg Sibéril Soïg Sibéril Soïg Sibéril et Nolwenn Korbell au Celtic Connections 2007 Soïg Sibéril, né le 1er février 1955, est un guitariste français de culture bretonne. Il est l'un des pionniers de l'implantation de la guitare en tant qu'instrument com-plet dans la musique bretonne traditionnelle. Soliste ou accompagnateur, sa présence est remarquée dans des groupes comme Kornog, Gwerz, Pennou Skoulm, Den ou plus récemment Les Ours du Scorff et Breizharock. Il ac-compagne également Nolwenn Korbell, avec qui il a sorti l’album Red en 2007. Musicien autodidacte, Soïg Sibéril joue beaucoup en « finger picking » et utilise généralement l'accord ouvert, ou « open tuning » DADGAD (ré la ré sol la ré), comme Pierre Bensusan. 8.1 Biographie Soïg Sibéil naît à Paris d'un père glomelois et d'une mère marocaine[1]. Il débute la guitare à l'âge de 18 ans. Ses premières références lui viennent d'artistes du folksong américain comme Bob Dylan. Il s’intéresse aussi au blues (bluegrass). Breton de Paris, il part s’installer en Bretagne au milieu des années 1970, à l'âge de 22 ans, porté par la vague bretonne qui conquis les salles parisiennes (Alan Stivell à l'Olympia, les soeurs Goadec à Bobino)[2]. Dans un fest-noz, il découvre l'univers musical breton : c’est une révélation. Il sillonne alors tous les festoù-noz de la région de Glomel. Il rencontre les musiciens du groupe de fest-noz Sked et participe à leur album en 1974. En 1975, il rencontre également le guitariste irlandais Mi-chaël O'Donnell, du groupe Bothy Band entre autres, qui lui fait découvrir certains aspects de l'harmonie à la gui-tare (Ré modal) et provoque chez lui le déclic de l'accord ouvert (open tuning ou DADGAD). C'est une révélation : il adaptera ces sonorités de « bourdon » (comme les cor-nemuses) au répertoire breton en général et à celui du fest-noz en particulier. Il démarre donc sa carrière pro-fessionnelle à la fin des années 1970, au sein du groupe de fest-noz Kanfarted Rostren, avant d'intégrer Skrilled au côté des frères Colleu, d'Alain Le Hégarat et de Jean- Paul Huellou[2]. 8.1.1 Années 1980 Dans les années 1980 il se tourne vers la musique bretonne. En 1980, il rencontre Jamie Mc Menemy du Battlefield Band et fonde le groupe Kornog avec Christian Lemaître et Jean-Michel Veillon. Kornog par-court l'Europe et les États-Unis et enregistre 5 albums. Il fonde aussi le groupe Gwerz avec Erik Marchand, Patrick Molard, Jacky Molard et Youenn Le Bihan, avec qui il enregistre 3 albums. Il joue dans les pays étrangers (pays celtes, Europe de l'Est…) et découvre d'autres musiques, comme celle de Galice. Au début des années 1980, il ac-comagne à Carhaix le pandit (maître) du sitar, Kishor Gosh, qui enseigna l'instrument à George Harrison[1]. À la fin des années 1980, Gwerz et Kornog fusionnent pour former Pennoù Skoulm. Le répertoire de Pennou Skoulm est essentiellement basé sur la musique bretonne mais avec une combinaison d’instruments nouvelle (uilleann pipes, flûte traversière, violon). En 1987, il forme avec Jacky Molard le quintet Den où il joue de la guitare électrique sur une rythmique électro acoustique associée aux instruments traditionnels. Leurs compositions, inspirées de leurs expériences di-verses, donne lieu à l'enregistrement d'un album instru-mental. Il se tourne ensuite vers la guitare acoustique pour perfectionner sa technique d'accords ouverts. En 1989 il fonde le Trio Kemia avec Frank Le Bloas et Alain Rouquette et jouent une musique « expérimentale ». Il tourne également avec groupe La Rouchta d’Alain Pen-nec, auquel participent Gilbert Bourdin, Laurent Jouin et Fanch Landreau. Pour vulgariser sa technique de l'open tuning, il anime des stages, basés sur la musique celtique et bretonne. Il se produit en duo avec Laurent (Lors) Jouin ou Alain Pennec. 8.1.2 Années 1990 En 1993 il réalise son premier album solo Digor (« ou-verture »), sur le label Gwerz-Pladenn d'Erik Marchand et enregistré avec Jacky Molard. Il se produit en trio de guitaristes avec Jean-Charles Guichen et Jacques Pellen 21
  27. 27. 22 CHAPITRE 8. SOÏG SIBÉRIL (Trio PSG). En 1994 il tourne aux États-Unis avec le Cel-tic Fiddle Festival (Kevin Burke, Johnny Cunningham et Christian Lemaitre). Puis il voyagera en Angleterre avec le Celtic Fiddle Tour (1996). En 1994 il devient l'un des Ours du Scorff (La Rouchta au départ), dont le travail est d'amener les enfants à découvrir et comprendre la mu-sique bretonne pour mieux l'apprécier. Avec l'album des Ours du Scorff il reçoit le Prix de l'Académie Charles- Cros. Il participe en 1995 à l’album Alcôves d’Alain Pen-nec, présent sur la compilation Guitares celtiques de Sony Music. En 1996, il sort son deuxième album solo Entre Ardoise et Granit sous le label Maen Glas, anciennement Gwerz- Pladenn et enregistre un nouveau disque avec Les Ours du Scorff. En 1997, il tourne avec le groupe Orion et sort l’album Restless Home en 1999. Il enregistre l'album ins-trumental Kerden (Cordes de Bretagne) avec les grands musiciens bretons (guitares, basse, bouzouki, cistre…)[3]. En 1999, il sort son troisième album solo Gwenojenn, sur lequel il joue avec ses amis musiciens : Alain Genty, Jacky Molard, Didier Squiban, Alan Stivell, Karl Gou-riou, Jean-Philippe Le Coz et Bachir Mokari. 8.1.3 Années 2000 Il sort en 2000 avec les Ours du Scorff l’album Le re-tour d'Oné (Keltia Musique). Il réalise un nouvel album en 2001, Gitar. Avec le Celtic Guitar Festival (Tony Mac Manus, Alain Genty, Steeve Cooney) il sort un nouvel al-bum. À la demande du guitariste Jean-Felix Lalanne, il participe au CD Autour de la guitare (Polydor) et jouera en 2003 à l'Olympia pour le concert Autour de la guitare. En 2002, il réalise un nouvel album de partitions et tabla-tures (Coop Breizh) et l’album Kan ha gitar en duo avec Laurent Jouin. Durant la Celtic Connection à Glasgow en 2003, il participe à Harvest, création de Donald Shaw. Il enregistre un album avec le Trio PSG (Marzin, Guichen). Soïg Sibéril avec Cédric Le Bozec à la cornemuse En 2004 il sort avec le trio Alain Genty/Tony Mc Ma-nus le cd The Clearstream (Grenntrax), il participe à l’album Prises et reprises de Michael Jones et joue sur scène avec Denez Prigent. En 2004 il joue en duo avec Nolwenn Korbell, dans le cadre de Taol kurun, du Prin-temps de Châteauneuf ou encore du spectacle l'Héritage d'une culture, création du festival de Cornouaille. Les Ours du Scorff sortent en 2005 l’album La bonne pêche !. Dès 2005 il joue en duo avec Gilles Le Bigot, deux gui-taristes qui ont marqué de leur style la musique bretonne depuis le tout début des années 1980. En 2006 il enre-gistre son album Lammat, essayant des rapprochements entre l'electro et le hip-hop, avec Nolwenn Korbell, Éric Le Lann, Patrice Marzin et les rappeurs Abstrackt Keal Agram entre autres. Lammat reçoit le trophée coup de coeur 2006 décerné par Musique et danse en Finistère et le Grand prix du disque Produit en Bretagne 2007. La création Lammat s’est produite lors du festival des Vieilles Charrues à Carhaix. En 2007 sort l’album Red de Nolwenn Korbell, qu’il a enregistré seul et dont il est l’arrangeur. En 2008 il joue avec la formation Autour de la guitare. En 2009 il sort son album Botcanou et Duo libre, un sept titres avec Cé-dric Le Bozec. Il participe à la création d'Évelyne Girar-don L'ailleurs de l'avant aux Francofolies et joue avec le groupe Pennoù Skoulm, au festival Irlandays notamment. 8.1.4 Années 2010 Jamie McMenemy et Soïg Sibéril en 2011 Il joue en duo avec Jamie Mc Menemy en 2010. L’album live Autour de la guitare celtique sort. Il sort en 2011 Duo libre avec Cédric Le Bozec chez Coop Breizh et parti-cipe à l’album La fontaine troublée d'Évelyne Girardon. Il joue dans la formation rock celtique Breizharock aux cô-tés d’un bagad dirigé par Cédric Le Bozec, du guitariste Pat O'May, Jean-Marc Illien, Xavier Soulabail, Fred Mo-reau, et sortent un DVD/CD live[4]. Il enregistre sur l’al-bum de Gwennyn (grand prix du disque du Télégramme) et accompagne Nolwenn Korbell sur scène en duo. En 2012 il joue à Florence et créer pour ses 30 ans de scène son spectacle Du côté de chez Soïg avec Jamie Mc Menemy, Nolwenn Korbell, Laurent Jouin et Karl Gou-riou. Une compilation sort chez Coop Breizh, suivi d’une tournée (FIL, festival de Cornouaille, festival des Vieilles
  28. 28. 8.2. DISCOGRAPHIE 23 Charrues…)[5]. Entre deux concerts solo ou avec les Ours du Scorff, Soïg Sibéril participe au spectacle Si la lune s’arrête, donné à l'opéra de Lyon les 3 et 10 décembre 2012 avec Gilles Chabenat (vielle), Evelyne Girardon (la Bamboche), la Kabyle Soraya Madaoui et la chan-teuse Aixoise Yannick Guillou[6]. Pour son dixième al-bum (Dek), Soïg Sibéril retourne à la musique tradition-nelle acoustique et, après sa tournée estivale 2014, il pré-sente son spectacle « Un bout de chemin » dans lequel il est accompagné par les photographies d'Eric Legret. 8.2 Discographie 8.2.1 Albums personnels 1993 : Digor (Gwerz Pladenn/Coop Breizh) 1996 : Entre Ardoise et Granit, Maen Glas… (Gwerz Pladenn/Coop Breizh) 1999 : Gwenojenn (Gwerz Pladenn/Coop Breizh) 2001 : Gitar (Naïve Records) 2003 : Du côté de chez Soïg ! (CD live Siam Production/Coop Breizh) 2006 : Lammat (Coop Breizh) 2008 : Tan Dehi, kan ha gitar, avec Lors Jouin (Coop Breizh) 2009 : Botcanou (Coop Breizh) 2011 : La guitare celtique de Soïg Sibéril (Double DVD) Méthode de guitare 2014 : Dek (Coop Breizh) 8.2.2 Compilations 2012 : 30 ans de scène... (2CD Coop Breizh) 8.2.3 Avec Kornog 1981 : Eponyme (CD Escalibur/Arfolk) 1984 : Première, Music from Brittany, Live in Min-neapolis (CD Green Linnet) 1985 : Ar Seizh Avel/On Seven Winds (CD Green Linnet) 1986 : IV (CD Adipho) 8.2.4 Avec Gwerz 1985 : Musique bretonne de toujours… (CD Dastum, réédition 1999 Ethnéa/Musea) 1988 : Au-delà (CD Escalibur/Coop Breizh) Grand Prix de l’Académie Charles-Cros 1993 : Live (CD Gwerz Pladenn/Coop Breizh) 8.2.5 Avec Orion 1991 : Blue Room (CD Keltia Musique) 1999 : Restless Home (CD Keltia Musique) 8.2.6 Avec Les Ours du Scorff 1994 : La rouchta - (CD Unidisc/Auvidis) 1996 : La Maison des bisous (CD Keltia Musique) 1998 : Le Grand Bal (CD Keltia Musique) 2000 : Le Retour d'Oné (CD Keltia Musique) 2005 : La bonne pêche (CD Keltia Musique) 8.2.7 Participations 1976 : Sked - Eponyme (33 tours Velia) 1977 : Kanfarted Rostren (LP Velia) 1981 : Jamie Mc Menemy - The Road to Kerri-gouarch 1989 : Den - Just Around the Window (CD Escalibur/Coop Breizh) 1990 : Pennoù Skoulm - Fest-Noz Breton (CD Escalibur/Coop Breizh) 1991 : Kemia - Kemia (CD Escalibur/Coop Breizh) 1995 : Guitares celtiques (CD Sony Music) 1995 : Alain Pennec - Alcôves (Keltia Musique] 1995 : Christian Le Maître - Ballades à l'hôtesse 1996 : Signes Particuliers - Normal 1997 : Kerden, Cordes de Bretagne - Compilation 1997 : Xosé Manuel Budiño - Paralaia 1998 : Celtic Fiddle Festival - Encore 1998 : Jean-Charles Guichen 1999 : Jean-Michel Veillon - Er Pasker (CD Coop Breizh)
  29. 29. 24 CHAPITRE 8. SOÏG SIBÉRIL 1999 : Celtic Colours (International Festival) - For-gotten Roots 2000 : Signes Particuliers - Rencontre 2001 : Bernez Tangi - Eured An Diaoul (CD An Naer) 2002 : P.S.G. avec Patrice Marzin et Jean Charles Guichen (CD Coop Breizh) 2003 : Autour de la Guitare de Jean-Félix Lalanne 2004 : Trio avec Tony Mc Manus et Alain Genty - The Clearstream 2004 : Michael Jones - Prises et reprises 2006 : Wig A Wag - Wig a Wag 2007 : Nolwenn Korbell - Red (CDDVD Coop Breizh) 2007 : Abalip - C'hwezh an Houarn 2010 : Autour de la guitare celtique de Jean-Félix Lalanne, avec Gilles Le Bigot, Dan Ar Braz et Gildas Arzel 2010 : Gweltaz ar Fur - Mebay 'vo glaw (CD Coop Breizh) 2010 : Bagad Gwengamp - Gwem Bronx (CD DVD Coop Breizh) 2010 : Évelyne Girardon - La fontaine troublée 2011 : Cédric Le Bozec - Duo Libre (CD Coop Breizh) 2011 : Gwennyn - Kan an tevenn (Keltia Musique) 2011 : Breizharock - Breizharock (CD DVD Coop Breizh) 2012 : Alain Pennec - Fabulations Sonores 2013 : Joa - Fri Lous 2013 : Breizharock - Eskemm 8.2.8 Partitions Musique celtique, Partitions et tablatures pour gui-tare, 34 pages, Broché, Coop Breizh Kerden, cordes de Bretagne, 16 partitions inédites de Jacky Molard, Pat O'May, Dan Ar Braz, Soïg Si-béril, PSG, Yvon Riou

×