• Save
L économie collaborative à l'ère de la société fluide
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

L économie collaborative à l'ère de la société fluide

on

  • 3,599 vues

Mémoire basée sur l'étude de ouishare www.ouishare.net et le livre de Joël de Rosnay "Surfer la vie : comment sur-vivre dans une société fluide"

Mémoire basée sur l'étude de ouishare www.ouishare.net et le livre de Joël de Rosnay "Surfer la vie : comment sur-vivre dans une société fluide"

Statistics

Vues

Total Views
3,599
Views on SlideShare
2,342
Embed Views
1,257

Actions

Likes
2
Downloads
1
Comments
0

5 Ajouts 1,257

http://www.scoop.it 1250
https://si0.twimg.com 3
https://twitter.com 2
http://storify.com 1
https://mail.google.com 1

Accessibilité

Catégories

Détails de l'import

Uploaded via as Adobe PDF

Droits d'utilisation

CC Attribution-ShareAlike LicenseCC Attribution-ShareAlike License

Report content

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
Poster un commentaire
Modifier votre commentaire

    L économie collaborative à l'ère de la société fluide L économie collaborative à l'ère de la société fluide Document Transcript

    • A  l’attention  de  M.  Jean-­‐Louis  Laville                                                                                                                      Juin  2012  jean-louis.laville@cnam.fr             L’économie  collaborative  à  l’ère  de  la  société  fluide                     Mémoire  dans  le  cadre  de  la  validation  du    cours  de  Sociologie  économique  RSV202     au  CNAM  (Conservatoire  National  des  Arts  et  Métiers)                                 Melle  Gruson-­‐Daniel  Célya   celyagd@gmail.com    
    • L’économie  collaborative  à  l’ère  de  la  société  fluide  Résumé  :  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.1  Pourquoi  ce  mémoire  ?  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.2  Plan  du  mémoire  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.3  I-­‐L’émergence  de  la  société  fluide  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.4  1-­‐Des  crises  environnementales,  politiques,  économiques  et  sociales  mais  surtout  une  crise  de  valeurs  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.5  2-­‐La  société  de  l’information  et  de  la  relation  :  une  nouvelle  ère  ?  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.6  3-­‐L’économie  collaborative  :  émergence  d’un  nouveau  modèle  en  parallèle  des  modèles  pré-­‐  existants  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.7  II-­‐L’  économie  collaborative  :  valeurs  fortes  et  acteurs  clefs  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.8  1-­‐Le  réseau  maillé  :  modèle  organisationnel  de  l’économie  collaborative  portée  par  des  valeurs  fortes  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.8  2-­‐Les  acteurs  de  cette  nouvelle  économie  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.9  III-­‐De  la  consommation  collaborative  à  l’économie  collaborative  :  un  panel  d’actions  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.11  1-­‐Des  sites  favorisant  les  rapports  Peer-­‐to-­‐peer  et  leur  fiabilité-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.11  2-­‐Exemple  d’initiatives  d’économie  collaborative  :  Oui  Share  summit-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.13   a-­‐Des  styles  de  vie  collaboratif  et  de  nouveaux  systèmes  de  redistribution  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.13   b-­‐De  nouveaux  modes  de  production  immatériels  et  matériels  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.14   c-­‐Des  financements  collaboratifs  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.15    Discussion  et  conclusion  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.15  Bibliographie  et  Webographie  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.18      
    •  Résumé     L’économie  collaborative  est  une  nouvelle  forme  de  gestion  des  ressources,  des  biens  mais  aussi  des  connaissances  basée  sur  le  partage  et  l’échange.  Elle  a  vu  son  émergence  en  réaction   aux   différentes   crises   que   nous   vivons   depuis   quelques   décennies.   Crises  financières,  écologiques,  mais  surtout  crise  de  valeurs.  Des  personnes  ont  alors  décidé  de  se  regrouper   et   de   créer   des   communautés   ayant   pour   but   commun   de   mettre   en   place   des  initiatives  pour  ré-­‐agir  face  au  système  actuel  et  au  négativisme  ambiant.  Le  web  2.0  a  été  un   véritable   moteur.   En   s’inspirant   et   s’appuyant   sur   l’organisation   en   réseau   du   web   2.0,  c’est  un  nouveau  mode  d’organisation  et  de  gestion  qui  a  pu  s’instaurer  dans  de  nombreux  domaines  de  notre  vie  quotidienne.  L’économie  collaborative  trouve  ses  valeurs  et  toute  sa  puissance  à  l’heure  d’une  «  société  fluide  »,  selon  l’expression  empruntée  à  Joël  de  Rosnay.  Cette   société   est   portée   par   une   nouvelle   génération   de   jeunes   que   l’on   nomme   la  «  NetGen  »,  la  «  génération  Y  »  ou  les  «  digital  natives  ».  Ils  agissent,  créent,  transforment,  bidouillent  mais  surtout  s’organisent  et  s’adaptent.  Ils  modèlent  ainsi  un  nouveau  système  d’organisation   qui   petit   à   petit   va   certainement   pouvoir   transformer   notre   économie   ou  trouver   sa   place   en   parallèle   du   modèle   économique   actuel.   L’économie   collaborative  interroge,   bouleverse   et   pose   de   nombreuses   questions   quant   à   un   futur   envisageable   de  nos  sociétés…                         1  
    •  Pourquoi  ce  mémoire  ?   Je   souhaiterais   partager   dans   ce   mémoire   une   réflexion   personnelle   que   je   mène  depuis  quelques  mois.  Différentes  découvertes  et  rencontres  ont  abouti  à  définir  mon  sujet  de   validation   autour   de   l’économie   collaborative   pour   le   cours   de   sociologie   économique   du  CNAM.   Je   souhaiterais   expliquer   en   quelques   mots   comment   ce   choix   de   thématique   a  émergé.    En   premier   lieu,   les   cours   de   sociologie   économique   abordés   par   M.   Laville   et   ses   invités  m’ont  amené  à  porter  une  plus  grande  attention  à  l’économie  et  notamment  aux  économies  «  alternatives  ».   J’ai   commencé   alors   à   m’intéresser   à   l’économie   sociale   et   solidaire.   Dans  cette  optique,  je  me  suis  rapprochée  d’un  groupe  de  réflexion  des  Petits  Débrouillards  d’Ile  de  France  :  «  l’autre  cercle  des  économistes  ».  Le  but  du  groupe  étant  de  se  rencontrer  entre  membres  des  Petits  Débrouillards,  une  association  d’éducation  populaire,  afin  de  réfléchir  à  des   ateliers   sur   l’économie,   sujet   bien   trop   souvent   mis   de   côté.   J’ai   mené   également  quelques   recherches   m’amenant   à   rédiger   un   article   introductif   sur   l’économie   sociale   et  solidaire.   Cet   article   a   été   publié   sur   le   blog   d’actualité   scientifique   multidisciplinaire  MyScienceWork  dont  je  m’occupe  en  tant  que  community  manager.  Cette  fois-­‐ci  encore  la  prise   de   conscience   du   manque   de   connaissances   de   ce   sujet   par   notre   communauté  scientifique   de   lecteurs,   a   poussé   l’équipe   MyScienceWork   à   porter   une   plus   grande  attention  à  cette  thématique.  En  parallèle,  je  me  suis  intéressée  aux  actions  et  réflexions  s’organisant  autour  du  collectif  OuiShare     qui   se   définit   comme   «  la   communauté   de   l’économie   collaborative  ».   J’ai   alors  commencé   une   veille   conséquente   sur   ce   sujet.   J’ai   assisté   au   colloque   «  Oui   Share  »  organisé    le  26  mai  dernier  :  élément  phare  et  consécrateur  de  cette  jeune  communauté.  Cet  évènement  m’a  offert  la  possibilité  de  rencontrer  un  nombre  important  d’acteurs  européens  participant  à  l’économie  collaborative.  Ils  m’aidèrent  à  poser  les  premières  briques  de  mes  réflexions.    Je   me   suis   en   effet   questionné   sur   les   différences   entre   «  économie   collaborative  »   et  «  économie  sociale  et  solidaire  ».  Pour  cela,  il  m’a  semblé  nécessaire  tout  d’abord  de  mieux  définir  ce  qu’est  l’économie  collaborative  ce  que  je  souhaite  présenter  dans  ce  mémoire.       2  
    •  Plan  du  mémoire     Je   me   propose   donc   de   dresser   une   première   description   de   ce   qu’est   l’économie  collaborative.   Ma   méthodologie   a   donc   été   de   me   poser   les   5   questions   de   base   (5W)  :  What  ?   Where  ?   Who  ?   When  ?   Why  ?.   Ces   questions   permettent   de   mettre   en   avant   les  origines   de   ce   mouvement,   les   acteurs   y   participant,   les   lieux   phares   de   ces   actions,   ses  valeurs  et  ses  raisons.  Pour  construire  mon  propos  je  me  suis  basée  principalement  sur  un  livre   publié   très   récemment   par   Joël   de   Rosnay   «  Surfer   la   vie  :   comment   sur-­‐vivre   dans   la  société  fluide  ».      Je  vais  donc  vous  offrir  un  aperçu  de  cette  nouvelle  forme  d’économie  à  l’ère  de  la  société  fluide  via  les  réflexions  que  j’ai  tiré  de  ma  veille  et  de  la  lecture  du  livre  de  Joël  de  Rosnay  mais   aussi   par   les   expériences   et   actions   qui   m’ont   été   présentées   ou   auxquelles   j’ai  participé.                                   3  
    •  I-­‐L’émergence  de  la  société  fluide   Dans   son   nouvel   ouvrage,   Joël   de   Rosnay   compare   les   transformations   que   nous  vivons  à  l’émergence  d’une  nouvelle  société  qu’il  dénomme  "société  fluide".  Il  nous  livre  en  effet   une   métaphore   filée   sur   le   surf   qu’il   affectionne   tout   particulièrement.   Le   surf,   ses  principes   et   valeurs   sont   parfaitement   adaptables   aux   changements   de   rapports   que   vit  notre  société  actuellement  et  à  la  naissance  d’une  nouvelle  génération  considérée  comme  une  communauté  de  surfeurs.  Pour  lui,    sur–vivre  dans  le  monde  actuel  nécessite  non  plus  d’agir   via   des   rapports   de   force   mais   via   des   rapports   de   flux.   «  Désormais   une   autre  approche   est   nécessaire   pour   survivre   à   la   complexité   du   monde   moderne,   à   son  accélération,   et,   plus   encore,   pour   construire   ensemble   notre   avenir.   Il   nous   faut   donc  promouvoir  ce  que  j’appelle  la  «  société  fluide  ».  Une  société  qui  se  base  sur  des  rapports  de  flux  et  pas  seulement  sur  des  rapports  de  force.  »  De   cette   société   émerge   alors   de   nouveaux   types   d’organisation   non   plus   basés   sur   des  grands   groupes   hiérarchiques   mais   sur   un   mouvement   d’action   plus   transversal.   Ces  nouveaux   modèles   puisent   leur   inspiration   des   réseaux   du   web   et   s’implantent   désormais  dans  la  vie  «  réelle  ».    «     Grâce   à   sa   pratique   des   réseaux   sociaux,   à   son   aisance   face   à   la   complexité   et   à   la  transversalité   des   approches   qu’elle   met   en   œuvre   pour   résoudre   des   problèmes  »   c’est  «     une  culture  des  nouvelles  technologies  de  production  et  des  savoir-­‐faire  qui  renouvellent  et   transcendent   la   démocratie   numérique,   annonçant   la   grande   transition   vers   la   société  fluide  ».  C’est   dans   ce   contexte   que   s’est   développé   un   nouveau   type   d’économie   et   de  consommation   qualifiée   de   collaborative.   Ces   initiatives   économiques   dun   nouveau   genre  trouvent  leur  moteur  dans  une  volonté  d’agir  face  aux  crises  qui  nous  frappent  sans  attendre  la  mise  en  place  d’actions  des  institutions  nationales  et  internationales  jugées  souvent  trop  lentes.         4  
    •  1-­‐Des  crises  environnementales,  politiques,  économiques  et  sociales  mais  surtout  une  crise  de  valeurs   A   l’origine   de   cette   nouvelle   société   et   de   son   organisation   se   trouvent   les   crises  variées   que   nous   vivons   globalement   depuis   quelques   années.   Il   ne   s’agit   pas   en   effet   d’une  seule   crise   mais   de   plusieurs   touchant   l’ensemble   de   notre   vie,   remettant   en   cause   nos  modes   de   vie   et   nos   valeurs.   Cette   crise   est   globale   par   son   côté   environnemental   :   notre  planète  se  fatigue,  les  matières  premières  s’épuisent,  le  climat  se  modifie  avec  une  intensité  inégalée.  Cette  conscience  que  la  terre  va  mal  est  à  présent  connue  par  la  majeure  partie  de  la   population   des   pays   industrialisés.   Toutefois,   les   gouvernements   et   les   regroupements  internationaux   donnent   bien   souvent   l’image   de   décisionnaires   ne   sachant   pas   se   mettre  d’accord.  Prenons  l’exemple  du  réchauffement  climatique,  les  luttes  des  climato-­‐sceptiques  contre  le  reste  de  la  communauté  scientifique  ne  sont  que  très  peu  rassurantes.  Un  accord  entre  scientifiques  et  politiques  semble  loin  d’être  possible  comme  l’a  illustré  les  activités  du  GIEC   (Groupe   d’Experts   Intergouvernemental   sur   l’Evolution   du   Climat).   La   conférence   de  Copenhague   a   été   un   échec   total   et   la   conférence   de   Cancun   est   passée   quasi-­‐inaperçue.  Rio+20   qui   vient   de   se   finir   il   y   a   quelques   jours   n’a   pu   que   confirmer   cette   mollesse   ou  même   le  désintérêt   affiché   des   chefs   d’état   et  gouvernements   face   à   ces   questions  jugées  cruciales  par  beaucoup  de  scientifiques  «  Les  sommets  internationaux  sur  le  développement  durable  et  la  lutte  contre  le  changement  climatique  se  suivent  et  se  ressemblent  avec  pour  dénominateur  commun  la  déception  des  participants.  »  Cette  crise  environnementale  s’est  doublée  également  ces  dernières  années  de  ce  que  «  M.  et   Mme   tout   le   monde  »   appelle   «  la   crise  ».   Peu   de   personnes   ont   une   idée   claire   de   ce  qu’est  vraiment  cette  crise  financière  et  économique,  seul  les  impacts  sont  visibles  :  baisse  des   salaires,   baisse   du   pouvoir   d’achat,   situation   de   faillite   à   l’échelle   des   Etats,   perte   du  triple   A   en   France…   Bref   c’est   la   «  crise  »   que   les   médias   nous   rappellent   à   longueur   de  temps,   créant   une   ambiance   générale   de   peur   et   de   pessimisme,   bien   souvent   amplifiée   par  la   passivité   des   gouvernements.   Par   les   réactions   diverses   de   la   population,   nous   nous  rendons   compte   que   ce   que   nous   vivons   n’est   pas   seulement   une   crise   financière,   politique,  environnementale,  mais  une  crise  profonde  des  valeurs  et  une  remise  en  question  du  futur  de  cette  ère  industrielle  et  de  surconsommation  que  nous  connaissons.         5  
    •   A   partir   de   ce   bilan,   certaines   personnes   ont   commencé   à   s’indigner   et   réagir,  refusant  cette  situation.  Ils  sont  persuadés  de  la  plus  grande  efficacité  dune  action  menée  directement   à   leur   niveau,   sans   attendre   l’aide   de   l’État   contrairement   au   domaine   de  l’économie   sociale   et   solidaire.   Ces   personnes   ont   voulu   s’organiser   et   agir   à   leur   échelle,  localement,   pour   répondre   à   un   désordre   global   comme   l’annonçait   déjà   si   bien   en   2010  Coline   Serreau   dans   son   film   «  Solution   locale   pour   un   désordre   global  »   dont   voici   le  synopsis   :   «  Les   films   dalertes   et   catastrophistes   ont   été   tournés,   ils   ont   eu   leur   utilité,   mais  maintenant   il   faut   montrer   quil   existe   des   solutions,   faire   entendre   les   réflexions   des  paysans,  des  philosophes  et  économistes  qui,  tout  en  expliquant  pourquoi  notre  modèle  de  société   sest   embourbé   dans   la   crise   écologique,   financière   et   politique   que   nous  connaissons,  inventent  et  expérimentent  des  alternatives.  »    Ces  communautés  sont  portées  pour  la  plupart  par  des  personnes  jeunes  (25-­‐35  ans)  dont  le  levier  principal  est  cet  écosystème  des  réseaux  du  Web  2.0  dans  lesquels  ils  ont  grandi.      2-­‐La  société  de  l’information  et  de  la  relation  :  une  nouvelle  ère  ?   Le   Web   2.0,   mot   qui   a   commencé   à   être   utilisé   en   2005,   définit   une   organisation  d’internet  basée  sur  le  contenu  crée  par  les  utilisateurs  qui  le  modifient  et  l’enrichissent  (par  opposition  à  un  Web  1.0  où  les  données  étaient  statiques).  Internet  a  envahi  notre  quotidien  sans   même   parfois   que   nous   nous   en   rendions   compte.   Certains   auteurs   parlent   d’une  nouvelle   révolution,   d’un   changement   d’ère.   Selon   Jacques   Robin,   contrairement   aux   autres  révolutions   celle-­‐ci   se   passe   à   une   vitesse   accélérée.   Bernard   Stiegler,   parle   d’un  changement  de  civilisation  «  comparable  à  celle  du  néolithique  ».  De  l’ère  de  l’énergie,  nous  passons  donc  à  l’ère  de  l’information  ou  de  la  technologie  de  la  relation.  Cette  révolution  de  l’information,  selon  Véronique  Kleck,  «  remet  en  cause  des  pouvoirs  établis,  des  métiers,  des  théories  sociales  et  économiques.  Dès  lors,  elle  modifie  la  vision  que  nos  sociétés  ont  d’elles-­‐mêmes  ».  Ces   jeunes   générations   dénommées   «  génération   Y  »,   «  digital   natives  »   ou     «  Net   Gen  »  selon   Joël   de   Rosnay     ont     grandi   dans   un   environnement   où   le   partage,   l’échange,   la  collaboration   sont   les   maîtres-­‐mots.   C’est   par   cet   écosystème   virtuel,   dans   lequel   ils   ont  évolué   que   leurs   valeurs,   leurs   idées   ainsi   que   leurs   façons   d’agir   ont   été   modelées.   Cette     6  
    •  nouvelle   société   qui   doit   apprendre   à   s’adapter,   à   contourner   ses   hiérarchies   et   les  gouvernements  pour  pouvoir  agir,  a  ainsi  été  dénommée  "société  fluide"  par  Joël  de  Rosnay.  Dans  cette  nouvelle  société,  «  il  est  possible  de  dégager  de  grandes  tendances  de  gestion  de  la   complexité,   de   nouvelles   formes   de   pouvoir   face   à   l’autorité,   de   nouvelles   formes   de  création   collective,   de   plaisir   partagé,   de   démocratie   participative   et   responsabilisante  »  Tout  cela  amène  à  un  nouveau  modèle  d’économie  :  l’économie  collaborative.    3-­‐L’économie  collaborative  :  émergence  d’un  nouveau  modèle  en  parallèle  des  modèles  pré-­‐  existants     Ce   mouvement   d’économie   collaborative   ne   remet   pas   en   cause   les   alternatives  économiques   qui   se   sont   déjà   développées   au   XIXème   siècle   sous   le   nom   d’économie  sociale,   puis   d’économie   solidaire,   en   réponse   aux   dernières   crises   environnementales   et  financières.   L’ESS   (Economie   Sociale   et   Solidaire)   met   au   coeur   des   actions   l’humain   pour  créer   une   économie   non-­‐plus   basée   uniquement   sur   le   duo   du   Marché   et   de   l’Etat,   mais  reposant  sur  un  troisième  pilier  qui  est  celui  de  la  Société  Civile.  Cest  cette  économie  que  Carl   Polani   qualifie   de   «  substantive  »   où   la   satisfaction   des   besoins   humains   passe   aux  travers   des   interactions   avec   les   autres   humains   et   le   respect   de   l’environnement.   Le  nombre   croissant   dinitiatives   relevant   de   l’ESS   s’organise   de   mieux   en   mieux.     Elles   sont  notamment    portées  désormais  par  le  gouvernement  via  la  création  d’un  poste  de  ministre  délégué   auprès   du   ministre   de   léconomie,   des   finances   et   du   commerce   extérieur,   chargé  de  léconomie  sociale  et  solidaire  (nomination  de  Benoît  Hamon  à  cette  fonction).    L’économie   collaborative,   sans   rejeter   les   mesures   actuelles,   met   en   place   un   ensemble  d’initiatives  venant  se  greffer  en  parallèle  des  autres  actions  existantes  de  l’ESS.  Ces  actions  se   basent   sur   une   organisation   que   l’on   peut   définir   de   «  bottom   up  »   (pilotage   participatif),  c’est-­‐à-­‐dire   qu’elles   émergent   de   la   société   civile   et   non   pas   des   institutions   ou  gouvernements.   Selon   Joël   de   Rosnay,   nous   pouvons   comparer   cette   structure   de  gouvernance   à   un   «  mesh   network  »   ou   réseau   maillé  :   système   parallèle   reposant   sur  quelques  nœuds  principaux  mais  sans  aucune  hiérarchie  centrale.  Cela  mamène  à  présenter  plus  en  détails  ce  que  sont  les  caractéristiques  de  cette  société  fluide,  ainsi  que  les  valeurs  mises  en  avant  via  ses  actions  variées.     7  
    •  II-­‐L’économie  collaborative  :  valeurs  fortes  et  acteurs  clefs  1-­‐Le  réseau  maillé  :  modèle  organisationnel  de  l’économie  collaborative  portée  par  des  valeurs  fortes     Le  terme  de  réseau  maillé  est  emprunté  au  monde  de  l’informatique.  Il  désigne  une  topologie   de   réseau   basée   sur   des   nœuds   connectés   de   proches   en   proches,   sans   hiérarchie  centrale.  Cette  organisation  a  inspiré  la  création  de  nouveaux  modèles  énergétiques.  Jérémy  Rifkin   se   base   notamment   sur   ces   notions   pour   proposer   des   solutions   face   à   la   crise  énergétique   que   nous   vivons   actuellement.   «  Notre   avenir   repose   sur   des   réseaux  intelligents  distribués.  L’électricité  ne  doit  pas  aller  du  producteur  aux  consommateurs,  mais  de  tous  à  chacun,  comme  les  mailles  d’un  réseau  pair  à  pair.  »  Plus  largement,  l’organisation  de   l’économie   collaborative   peut   se   comparer   à   un   tel   réseau.   Elle   se   développe   en   formant  des  nœuds  de  personnes  ou  de  communautés  qui  réalisent  des  actions  diverses  et  variées,  et  parfois  redondantes.  Ce  maillage  de  communautés  permet  une  rapidité  des  actions  sans  créer   de   problème   majeur   dans   le   cas   où   un   des   noeuds   viendrait   à   disparaître,  contrairement   à   l’habituel   système   centralisé   et   hiérarchique.   En   effet   avec   un   modèle  hiérarchique,   lorsqu’un   noeud   vient   à   manquer,   c’est   l’ensemble   de   lintégrité   du   système  qui  est  mise  en  péril.  C’est  donc  la  capacité  adaptive  et  la  redondance  de  ce  réseau  maillé  qui   en   fait   sa   force   :   «  l’un   des   avantages   des   réseaux   maillés   est   leur   redondance   qui   les  rends   particulièrement   fiables   et   solides.   Le   réseau   a   autant   la   capacité   de   s’auto-­‐réparer  que  de  s’auto-­‐organiser  »  via  une  puissance  collaborative.    Une   des   valeurs   dominantes   dans   ce   réseau   n’est   plus   la   compétition,   puisqu’un   rapport  hiérarchique   n’est   plus   instauré,   mais   la   coopération   qui   permet   à   de   nouveaux   projets  innovants  d’émerger.  «  Pour  la  première  fois,  les  moyens  élémentaires  de  production  et  de  diffusion  du  savoir,  des  connaissances  et  de  la  culture  sont  entre  les  mains  de  la  majorité  de  la   population,   interconnectée.   Il   ne   s’agit   pas   seulement   d’une   révolution   technologique,  mais  bien  d’un  basculement  économique,  sociétal,  culturel.  »    C’est  donc  la  collaboration  et  le  partage  qui  forment  la  clef  de  ces  valeurs.  La  compétition  n’est   plus   la   valeur   forte   et   c’est   un   pouvoir   «  doux  »   qui   se   met   en   place   qui   «  implique  davantage  un  travail  collaboratif  entre  des  équipes  étroitement  associées  ».  Pour  cela,  une  relation   de   confiance   doit   se   créer   dans   ces   communautés   et   ces   réseaux.   La   confiance   mais     8  
    •  aussi   une   motivation   commune   constituent   la   clef   de   voute   du   succès   des   actions   menées  par  ces  groupes.  Un  des  autres  moteurs  portant  ces  communautés  est  le  «  mouvement  libre  »  qui  a  pris  son  ampleur  tout  d’abord  sur  internet  via  les  premières  initiatives  de  logiciels  Open  Source.  On  peut  notamment  citer  en  exemple  le  système  dexploitation  Linux  et  son  succès  planétaire.  Cette   volonté   douverture   s’est   étendue   par   la   suite   à   d’autres   domaines   telles   que   la  musique.  Ces  communautés  se  basent  sur  une  liberté  d’accès  à  chaque  ressource  et  à  leur  partage.  Elles  favorisent  la  notion  de  collaboration  en  rejetant  notamment  lidée  de  brevet.  Joël  de  Rosnay  met  en  avant  dans  son  livre  des  principes  de  vie  pour  «  surfer  »  et  s’adapter  à  cette   société   fluide   et   participer   à   la   «  création   collective  »   par   exemple   le   partage,  lempathie,  la  fraternité,  la  transversalité  des  approches  et    la  recherche  de  solutions  »    2-­‐Les  acteurs  de  cette  nouvelle  économie   L’année   2011-­‐2012   a   vu   émerger   différentes   actions   et   groupes   de   personnes  défendant  des  principes  forts  et  nouveaux  :  nous  avons  tous  entendu  parler  des  Indignés,  du  mouvement   Occupy   Wall   street   ou   plus   récemment   du   Parti   pirate.   Ces   personnes  revendiquent  de  nouvelles  actions  et  des  changements  politiques  économiques  sociales  en  court-­‐circuitant   le   réseau   central   et   en   voulant   agir   par   eux-­‐mêmes.   Ils   cherchent   à  reprendre  les  rennes  d’une  société  qui  est  dirigée  par  une  minorité  de  personnes,  issues  de  lobbies,   s’entretuant   même   parfois,   et   s’empêtrant   dans   des   situations   souvent   à   mille   lieux  des  préoccupations  des  citoyens.    Ces  nouveaux  groupes  qui  émergent  agissent  à  leur  échelles,  s’organisent  et  tirent  leur  force  de   leur   capacité   à   s’adapter   et   s  ‘organiser.   Ils   sont   caractérisés   par   leur   organisation  transversale,   comme   nous   l’avons   vu   précédemment,   mais   aussi   la   spontanéité   du  mouvement  et  de  leur  auto-­‐organisation.  Ces  mouvements  ont  émergé  dans  différents  lieux  mais  ont  aussi  une  capacité  de  s’exporter  très  rapidement  notamment  via  le  web2.0  C’est  le  cas   par   exemple   du   mouvement   des   indignés   crée   sur   le   web   en   Espagne   sous   le   nom   de  ¡Democracia   Real   Ya!1   (Une   vraie   démocratie,   maintenant),   Selon   Joël   de   Rosnay,   ces  personnes   illustrent   parfaitement   l’expression   des   nouvelles   formes   de   pouvoir  transversaux  ;   «  leurs   démarches   et   leurs   attitudes   ressemblent   à   une   sorte   de  brainstorming  permanent,  une  ébauche  d’imagination  collective  capable  de  donner  envie  de     9  
    •  refaire   de   la   politique   en   partant   de   la   base   et   de   s’engager   dans   l’action  ».   Ces   nouvelles  démarchent  propres  de  la  société  fluide  se  retrouvent  dans  tous  les  domaines.  Par  exemple,  on   assiste   également   à   l’émergence   d’un   mouvement   dans   le   domaine   des   sciences   des  technologies   donnant   un   nouveau   regard   sur   l’industrie   et   l’innovation.   Joël   de   Rosnay  nomme  ces  initiatives  le  «  Maker  mouvement  »  «  autrement  dit  le  mouvement  des  artisans  des   bricoleurs   des   bidouilleurs   des   «  hobbysts  ».De   tous   ceux   qui   inventent,   innovent,  créent,  partagent,  fabriquent  des  objets  avec  des  outils  faciles  à  utiliser  et  bon  marché.  Rien  de  moins  qu’une  nouvelle  révolution  industrielle  aux  profondes  répercussions  ».    Ces   personnes   sont   ceux   qui   insufflent   le   changement.   Comme   le   présente   Kriya   Maya  Phillips   un   des   auteurs   du   livre   «  The   misfit   economy  :   innovation   on   the   fringe  »   60%   de  l’innovation   est   faite   par   des   acteurs   de   l’ombre.   «  Partout   dans   le   monde,   divers  innovateurs  opèrent  dans  le  noir,  ils  développent  des  solutions  à  une  myriade  de  défis.  Loin  dêtre  une  nouvelle  forme  d’entrepreneurs  »  présentant  une  menace  à  notre  stabilité  sociale  et  économique,  ces  innovateurs  affichent  une  ingéniosité  remarquable,  sont  les  pionniers  de  méthodes  originales  et  des  meilleures  pratiques  que  nous  pouvons  apprendre  et  appliquer  aux   marchés   formels,   qui   ont   un   besoin   urgent   de   changement.  »   Ces   acteurs   prennent   le  nom   de   pirates,   hackers   gangsters,   artistes   des   rues   «  street   artists  ».   Ils   agissent   font  quelque  chose  de  concret  ou  proposent  de  nouveaux  concepts,  une  théorie,  des  stratégies.  Les    «  hackers  »,  sont  issus  le  plus  souvent  des  premiers  milieux  open  source    sur  Internet.  Le  terme  «  hacker  »  signifie  en  anglais  «  bidouiller  »  ou  «  bricoler  ».  Ce  principe  a  de  tout  temps  existé.   Mais   aujourdhui   il   prend   une   dimension   communautaire   :   ces   bidouilleurs   se  regroupent   en   atelier,   en   «  Fab   Lab  »,   pour   créer   et   produire   des   choses   de   leurs   propres  mains.  C’est  le  retour  du  mouvement  «  Do  It  Yourself  ».  Produire  par  soi  même  et  avec  des  outils  simples  un  grand  nombre  d’objet.  Depuis  2006  on  voit  émerger  des  imprimantes  3D  et  des  starts-­‐up  se  créer  autour  de  cela  :  sculpteo      «  Les   gangsters  »   est   le   terme   donné   à   une   communauté   de   jeunes   entrepreneurs   sociaux  qui   se   développent   de   plus   en   plus   via   un   mouvement   dénommé   «  Make   Sense  »   :   ces  jeunes   plein   d’idées,   présents   sur   les   5   continents,   fonctionnent   en   micro-­‐réseaux  interconnectés.  Ils  se  regroupent  et  réfléchissent  ensemble  aux  solutions  à  apporter  à  leurs  projets   et   défis.   Ils   sont   à   la   base   d’une   innovation   ouverte   et   de   projets   entrepreneurials  sociaux    à  forte  composante  environnementale.       10  
    •    Des   gangsters   d’un   autre   genre   se   développent   notamment   dans   le   domaine   de   l’éducation  Ces  jeunes  refusent  les  modèles  classiques  de  l’école  et  veulent  créer  et  améliorer  les  liens  et  l’organisation  des  étudiants  entre  eux  dans  les  universités  collège  etc...  Cest  par  exemple  le   cas   du   mouvement   «   Uncollege  »     aux   Etats   Unis   voulant   montrer   que   l’université   n’est  pas   la   seule   voie   vers   le   succès   «  et   pour   aider   les   gens   à   prospérer   dans   un   monde   en  constante   évolution   dans   lequel   il   est   pratiquement   impossible   pour   les   établissements  denseignement  de  sadapter.  »  "Unishared"   quand   à   lui   à   pour   but   de   permettre   aux   étudiants   qui   le   souhaitent,   les  UniStars,   de   partager   leurs   cours   en   direct   via   google   docs.   Afin   que   d’autres   étudiants   à  travers  le  monde  suivent  le  cours,  l’enrichissent  et  échangent.    Ces   influenceurs,   sans   se   considérer   comme   chefs,   aident   des   communautés   à   s’organiser,   à  prendre  des  décisions  et  à  agir.  C’est  ce  que  nous  allons  voir  désormais  avec  le  spectre  très  large  d’actions  qui  ont  pu  se  développer  via  l’économie  collaborative.    III-­‐De  la  consommation  collaborative  à  l’économie  collaborative  :  un  panel  d’actions    1-­‐Des  sites  favorisant  les  rapports  Peer-­‐to-­‐peer  et  leur  fiabilité     Les  actions  d’économie  collaborative  ont  tout  d’abord  émergé  via  un  sous-­‐ensemble,  la     consommation   collaborative.     Ses   grands   principes   ont   largement   été   mis   en   avant   par   le  livre   de   Rachel   Botsman   «  What’s   mine   is   yours  »   et   également   une   de   ses   conférences   à  TEDxSydney.  Elle  montre  comment  internet  et  l’organisation  en  réseau  donne  un  nouveau  souffle  à  la  collaboration  au  partage  et  transforme  le  marché,  nos  modes  de  consommation  et   nos   modes   de   vie.   Elle   y   présente   le   «  Peer   to   Peer  »   ou   pair   à   pair   (P2P),   cest   à   dire  léchange   direct   entre   deux   personnes   où   chacun   est   à   la   fois   consommateurs   et  producteurs.   Ces   actions   se     développent   partout   dans   le   monde   sur   des   modes   variables  répondant   aux   besoins   de   chaque   communauté   des   différents   pays   et   prenant   en   compte  leur  diversité  culturelle.  Ces  initiatives  sont  catalysées  par  le  développement  des  réseaux  sur  le   Web   facilitant   les   mises   en   relation,   les     échanges   et   l’organisation   globale   de   la  communauté.   Ces   sites   permettent   aussi   d’établir   de   façon   claire   les   règles   de   bases   de   la  communauté  d’échange.  Souvent  une  chartre  explique  les  valeurs  du  groupe  à  respecter  afin     11  
    •  que  l’ensemble  de  la  communauté  puisse  s’organiser.  L’adhésion  des  membres  du  groupe  à  ces   valeurs   est   un   des   facteurs   les   plus   importants   pour   la   durabilité   et   la   réussite   de   ces  échanges  de  P2P  marchands.  En  effet  la  motivation  et  l’engagement  permettent  d’instaurer  une   relation   de   confiance,   moteur   de   ces   communautés.   Ses   sites   proposent   à   chaque  utilisateur  de  compléter  un  profil,  chaque  membre  commente  le  profil  d’autres  utilisateurs  et   lui   créer   ainsi   une   reconnaissance   positive   ou   négative   dans   le   groupe.   Des   scores   de  confiance  sont  également  calculés  sur  chaque  profil  via  le  site.  Ce  système  de  calcul  de  score  doit   être   basé   sur   une   transparence   complète.   Comme   le   soulève   Francesca   Pick   dans   un  article  résumant  son  mémoire  sur  la  confiance  dans  les  marchés  P2P  «  il  est  crucial  pour  les  entreprises  qui  offrent  ces  systèmes  de  rester  aussi  transparentes  que  possible  sur  la  façon  dont  leurs  scores  de  confiance  sont  calculés.  »  Rachel  Botsman  évoque  la  notion  de  consommation  collaborative  car  ce  sont  les  premières  actions  qui  ont  pu  émerger  touchant  nos  modes  de  vie  et  notre  façon  de  consommer.  «  Face  à   une   crise   qui   dure,   une   économie   de   survie   se   développe  :   il   faut   dépenser   moins   et  générer   des   revenus   complémentaires.   Comment  ?   En   partageant   tout   ce   qu’on   peut  :   sa  voiture,  son  logement,  ses  outils,  son  bout  de  jardin,  son  temps,  ses  compétences  ».  Mais   ces   actions   ont   petit   à   petit   pris   une   plus   grande   ampleur   et   se   retrouvent   dans   des  domaines   beaucoup   plus   vastes   amenant   une   véritable   économie   du   partage   et   de   la  réutilisation.    Joël   de   Rosnay   insiste   que   ce   mouvement   de   «  peer   to   peer  »   va   s’ancrer   dans   tous   les  domaines.   C’est   le   cas   par   exemple   du   secteur   de   l’énergie.   Les   smart-­‐grids   (réseau   maillé  intelligent)  offrent  à  chacun  à  chaque  habitat  de  pouvoir  produire  de  l’énergie  (producteur  via   des   énergies   renouvelables)     et   en   consommer   également.   «  Cette   puissance   vague  déferle   aussi   sur   le   secteur   énergétique   avec   la   production   décentralisée   d’énergie  renouvelable,   l’échange   et   même   la   vente   d’électricité   de   particulier   en   particulier   (P2P)  grâce   aux   développement   des   smart   grids   à   l’echelle   internationale.  »   Selon   Jeremy   Rifkin,  c’est  une  troisième  révolution  industrielle  se  basant  sur  ce  modèle  énergétique  qui  se  met  en  place.  Encore   plus   largement,   c’est   tous   les   secteurs   de   l’économie   qui   sont   impacté  :   le   secteur  bancaire,   les   assurances   les   financements,   l’éducation   la   production   de   bien,…  «  Le   pair   à     12  
    •  pair  va  atteindre  des  secteurs  clés  de  l’économie  et  préparer  le  terrain  de  la  société  fluide  et  de  son  économie  adaptée  ».  Il   est   difficile   de   faire   une   synthèse   exhaustive   de   la   multitude   des   initiatives   qui   existent.  Afin  d’illustrer  mes  propos,  je  m’appuierai  sur  quelques  exemples  concrets  présentés  lors  du  premier   colloque   de   la   communauté   «  Oui   Share  »   qui   s’est   tenu   le   26   mai   dernier   à  Mutinerie,  espace  de  travail  collectif,  dit  de  «  coworking  ».  2-­‐Exemple  d’initiatives  d’économie  collaborative  :  Oui  Share  summit     a-­‐Des  styles  de  vie  collaboratif  et  de  nouveaux  systèmes  de  redistribution     Dans   le   domaine   de   la   consommation   collaborative,   un   des   systèmes   de   partage   le  mieux   connu   du   grand   public   mais   aussi   un   des   premiers   à   être   créé   sur   le   web2.0   est   le  covoiturage.   De   nombreuses   plateformes   se   sont   développées   et   proposent   de   mettre   en  relation   des   conducteurs   avec   des   passagers   pour   faire   le   trajet   ensemble   jusquà   une  certaine   destination.   Le   prix   total   du   voyage   est   ensuite   réparti   équitablement   entre  l’ensemble   des   passagers.   La   plateforme   la   plus   connue   en   France   et   qui   a   initiée   ce  mouvement  se  nomme  covoiturage.fr.  Elle  existe  depuis  huit  ans  déjà  et  compte  aujourd’hui  plus   de   deux   millions   de   membres.   Elle   est   désormais   à   portée   européenne   puisqu’elle   se  développe   en   Allemagne,   Angleterre   et   dans   de   nombreux   autres   pays   européens   sous   le  nom  de  blalbla  car.  Ce  mouvement  a  vu  un  essor  inimaginable.  Le  covoiturage  propose  une  solution  économique  pour  voyager,  et  est  un  geste  écologique  simple  (réduction  du  nombre  de  voitures  utilisées)  que  beaucoup  de  personnes  soutiennent.    Le   troc   d’objets   est   remis   au   gout   du   jour   via   l’économie   collaborative   et   l’utilisation   de    réseaux  d’échange  sur  internet.  Les  plus  connus  sont  ceux  des  trocs  de  livres,  mais  aussi  les  trocs  de  billets  de  trains,  la  récupération  ou  encore  même  le  don  de  livres.    Avec   l’économie   collaborative,   l’idée   de   partage   est   essentielle   mais   aussi   celle   de   se  réapproprier   et   redistribuer   des   espaces.   Cela   touche   par   exemple   le   logement   avec   .la  platerforme     «   Couchsurfing  »   ou   bien   «  Air   bnb  »   .   Couschsurfing   qui   existe   maintenant  depuis   plus   de   13   ans   est   pour   beaucoup   une   nouvelle   façon   de   voyager   mais   aussi   de  partager  et  découvrir  une  nouvelle  culture.  Via  une  prise  de  contact  sur  site  avec  différents     13  
    •  couchsurfers   en   regardant   leur   profil,   leur   descriptions   et   leurs   goûts,   chacun   peut   faire   une  demande  d’hébergement  mais  être  aussi  hébergé  à  son  tour.    «  Air  bnb  »  beaucoup  plus  récent  et  en  plein  boom  est  plutôt  une  location  d’appartement  ou  de   chambre   d’un   particulier   à   un   autre.   A   la   différence   de   coushsurfing,   c’est   un   véritable  site  de  P2P  marchant.  L’alimentation   est   aussi   lun   des   domaines   qui   a   vu   émerger   des   initiatives   collaboratives.   La  «  Ruche   qui   dit   oui  »   créée   en   2010   propose   aux   membres   de   ces   ruches   (regroupement  local  de  consommateurs)    de  se  mettre  en  contact  avec  des  producteurs  de  leur  région  pour  se   fournir   régulièrement   en   produits   frais   locaux.   Cette   nouvelle   façon   de   consommer   limite    les   intermédiaires   et   est   avantageux   du   point   de   vue   écologique   mais   permet   aussi   de   re  créer  du  lien  entre  voisinage.     b-­‐De  nouveaux  modes  de  production  immatériels  et  matériels     Une  grande  partie  de  l’économie  collaborative  revient  à  la  transformation  des  modes  de  productions.  Depuis  quelques  années  de  nouveaux  modes  de  production  ont  émergés  via  le  web.  Il  s’agit  de  la  production  de  connaissance  notamment  avec  Wikipedia.  «  Chacun  est  libre  de  rajouter  une  pierre  à  la  somme  existante,  la  cohérence  de  l’édifice  est  assurée  par  des   plateformes   intelligentes   et   des   mécanismes   de   filtrages   organiques   capable   de   faire  émerger  les  créations  à  plus  forte  valeur  ajoutée.  Wikipédia  en  est  un  exemple  frappant.  »      Mais   à   cette   production   intellectuelle   et   culturelle   vient   se   rajouter   aujourd’hui   la  production   de   biens.   Michel   Bauwens   présente   une   grand   nombre   de   ces   actions   dans   le  projet   «   Peer   to   Peer   Fundation  ».   Chacun   peut   devenir   un   maillon   de   la   chaine   de   la  production  notamment  grâce  à  l’ouverture  des  données  que  l’on  nomme  «  open  Data  ».Un  projet  intéressant  se  développe  :  «  Fair  trade  electronic  ».  Ce  projet  mêle  à  la  fois  une  mise  en  commun  des  connaissances  de  l’ensemble  des  personnes  impliquées  et  un  accès  libre  aux  données   de   création   d’outils   électronique.   Il   démontre   limportance   que   prend   la  communauté,  vis  à  vis  de  son  organisation,  et  de  la  diversité  des  membres,  afin  de  garantir  la  présence  de  tous  les    savoirs  nécessaires.  A  ces  différents  domaines,  j’ajouterais  d’autres  initiatives  dans  le  domaine  de  l’éducation  tel  que   leearn,   cup   of   teach   ou   bien   Unishared   dont   j’ai   parlé   précédemment.   Mais   une     14  
    •  organisation   comparable   se   met   en   place   dans   le   monde   du   travail   avec   les   espaces   de  «  coworking  »  notamment    Mutinerie  ou  la  Cantine.     c-­‐Des  financements  collaboratifs     Un   dernier   point   majeur   concerne     les   nouveaux   modes   de   financemment.   C’est   ce  que   l’on   appelle   le   «  crowdfunding  »   ou   financement   participatif.   Sur   ces   plateformes   par  exemple,   kickstarter   aux   USA   et   kisskissbankbank   en   France,   des   individus   présentent   leur  projet   et   le   budget   dont   ils   ont   besoin.   Chaque   personne   intéressée   par   le   projet   peut  participer   en   donnant   une   somme   minime   (quelques   euros)   à   un   montant   beaucoup   plus  conséquent.   Chaque   petite   somme   multipliée   par   un   grand   nombre   de   personnes   permet  d’arriver   à   une   somme   finale   importante   offrant   la   possibilité   de   financer   la   plupart   du  temps  l’intégralité  du  projet.  Un  exemple  actuel  serait  celui  du  projet  Collaborative  cities.  Le  «  crowd   funding  »     est   une   belle   illustration   de   la   puissance   collective   de   notre   société.   La  clef  étant  cette  organisation  transversale  pour  faire  émerger  de  nouveaux  projets  et  pouvoir  ainsi  agir.    Discussion  et  conclusion     Certes   il   est   peut   être   difficile   pour   certains   d’admettre   que   l’ensemble   de   ces  mouvements  constitue  une  économie  à  part  entière.  Pourtant  le  sens  étymologique  même  du  terme  "économie"  est  très  éclairant.  En  effet  "économie"  signifie  en  grec  les  règles  ou  la  gestion   de   la   maison.   En   revenant   à   cette   base   étymologique,   nous   voyons   bien   que   ce  terme   d’économie   s’applique   bien   à   ces   initiatives.   Il   est   en   effet   question   de   mettre   en  place   de   nouvelles   règles   d’actions   basées   sur   des   principes   et   des   valeurs   dont   le   but   est   le  bien  être  de  tous.  Cette  maison  concerne  notre  planète  et  ses  habitants,  apportant  ainsi  une  complexité  immense.    L’économie  collaborative  peut  paraître  pour  beaucoup  non  viable  à  long  terme.  On  peut  en  effet   s’interroger   sur   la    durabilité     de   ce   mouvement  ?   Est   ce   une   réponse   à   la   crise  ?   Les  valeurs  de  partage  et  de  collaboration  vont  elles  disparaître  lorsque  la  crise  s’amenuisera  ?  Souvent   des   mouvements   de   ce   genre   se   mettent   en   place   sous   la   contrainte   :   «  de   la  contrainte   naît   la   créativité.  »   Cela   a   été   par   exemple   le   cas   en   Argentine   où   de   nombreuses     15  
    •  initiatives  des  monnaies  alternatives  se  sont  mises  en  place  après  la  crise  de  2001  mais  ce  sont  ensuite  un  peu  essoufflées  avec  le  temps.  Cependant  ce  mouvement  atteint  une  nouvelle  échelle  et  de  nombreuses  pistes  font  penser  que   l’économie   collaborative   commence   à   être   véritablement   considérée   comme   un  scénario  futur  possible.  Joël  de  Rosnay  sans  employer  le  mot  d’économie  collaborative  décrit  et   met   en   jeu   les   acteurs   et   les   valeurs   qui   la   fonde.   Le   TED   global   (conférences)   qui   s’est  tenu   du     26   au   29   juin   avait   pour   thème   «  radical   openness  »   qui   mettait   en   avant   que  «  Dans   un   monde   qui   devient   de   plus   en   plus   interconnecté,   les   façons   dont   nous  interagissons  et  apprenons  les  uns  des  autres  (et  les  règles    que  nous  partageons)  sont  en  pleine  mutation.  »  La   FING   (fondation   internet   nouvelle   génération)   prend   en   considération   comme  scénario   futur   l’explosion   dans   notre   société   de   l’économie   de   partage.   Chaque   année,   la  FING   rédige   un   cahier   de   «  prospective   créative  »   s’interrogeant   sur   «  les   émergences  puissantes,  les  opportunités  transformatrices,  les  questions  difficiles,  les  ruptures  et  les  basculement  qui  vont  marquer  les  prochaines  années.  ».  Sur  7  scénarios  proposés,  l’un  se   dénomme   «  Posséder   c’est   dépasser  ».   Il   présente   le   mouvement   d’économie  collaborative  son  futur  et  ses  dérives  possibles.  Selon  la  FING,  ce  mouvement  va  pouvoir  petit  à  petit  s’étendre  à  l’ensemble  des  territoires  et  des  acteurs.  Les  territoires  pourront  favoriser   localement   de   telles   initiatives,   les   politiques   inventer   des   incitations   fiscales  et   règlementaires,   favorisant   les   lieux   et   infrastructures   ou   actions   de   partage   et  mutualisation.  «  Petit  à  petit,  la  "dé-­‐possession"  devient  autre  chose  qu’une  contrainte,  un  champ  d’innovation.  »    Des  critiques  et  limites  de  l’économie  collaborative  sont  néanmoins  à  garder  en  tête.  De  nombreux   besoins   via   le   partage   voient   leur   coût   diminué,   amenant   également   à   une  diminution  du  PIB.    Une  des  peurs  également  est  que  l’économie  collaborative  détruise  des   emplois.   «  Des   emplois   rémunérés   seront   remplacés   par   des   travaux   d’amateur  disponibles  gratuitement  ou  par  des  emplois  faiblement  rémunérés.  »  selon  un  article  du  cercle   des   Echos.   Mais   cette   vision   omet   de   voir   les   potentialités   nouvelles   qu’offre  l’économie  collaborative  en  terme  d’innovation  et  de  nouvelles  zones  de  croissance.  Une   dérive   possible   de   ce   nouveau   modèle   économique   également   serait   la   création  d’une   dépendance   plutôt   qu’une   interdépendance.   «  Le   remède   peut   être   pire   que   le     16  
    •  mal  :   une   société   de   la   location,   dans   laquelle   on   ne   prend   plus   soin   des   objets   et   des  lieux  qu’on  paie,  mais  qu’on  ne  possède  pas.  »  (  «  Posséder  c’est  dépasser  »  la  FING)  Ces   mécanismes   sont   complexes   et   il   me   paraît   important   que   l’émergence   de   cette  nouvelle   forme   d’économie   soit   étudiée   et   analysée   afin   d’avoir   un   retour   rapide   et  avancer   sur   ces   projets.   Les   sciences   de   la   complexité   commencent   à   développer   des  études   en   lien   avec   l’économie   collaborative.   Elles   vont   ainsi   pouvoir   analyser   les  paramètres  qui  la  fondent  et  proposer  des  solutions  quant  à  la  gestion  de  cette  économie  d’une   échelle   encore   locale   aujourd’hui   à   une   échelle   globale.   Des   centres   comme   le  Santa  Fe  Institute  semblent  tout  à  fait  adapter  à  entendre  ces  questions  et    les  aborder  de  manière  juste  et  rigoureuse.  Peut  être  que  nous  entrons  dans  une  ère  de  révolution  collaborative  similaire  à  la  révolution  industrielle  comme  le  prévoit  Rachel  Botsman  ou  peut   être   que   ces   transformations   vont   modeler   la   société   en   douceur  ?   Nous   ne  pouvons  pas  le    savoir  aujourd’hui  mais  il  est  important  me  semble  t’il  d’être  attentif  à  ces  évolutions  à  l’ère  de  cette  société  fluide.                                 17  
    •  Bibliographie  et  Webographie    Mes  réflexions  se  sont  construites  autour  du  livre:    Surfer  la  vie-­‐Comment  sur-­‐vivre  dans  la  société  fluide-­‐  Joël  de  Rosnay-­‐Edition  :  LLL  Les  liens  qui  libèrent  http://www.surferlavie.com/    Webographie  et  bibliographie  au  fil  des  pages  du  mémoire  :  Pourquoi  ce  mémoire  ?  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.2  Cours  de  sociologie  économique  de  M.  Laville-­‐  CNAM-­‐  http://portail-­‐formation.cnam.fr/ecole-­‐management-­‐societe/culture-­‐information-­‐technique-­‐et-­‐societe/sciences-­‐technique-­‐et-­‐societe/certificat-­‐de-­‐specialisation-­‐science-­‐democratie-­‐et-­‐innovation-­‐sociale-­‐-­‐411929.kjsp?RH=PEDAGO_10402UE    L’autre  cercle  des  économistes-­‐Les  Petits  Débrouillards-­‐  http://www.lespetitsdebrouillards-­‐idf.org/spip.php?article560    L’Economie  Sociale  et  Solidaire  :  hier  aujourd’hui  et  demain  –  Blog  MyScienceWork-­‐  http://blog.mysciencework.com/2012/05/15/economie-­‐sociale-­‐et-­‐solidaire-­‐hier-­‐aujourdhui-­‐et-­‐demain.html    Blog  d’actualité  scientifique  multidisciplinaire  MyScienceWork  -­‐  http://blog.mysciencework.com/    OuiShare  :  la  communauté  de  l’économie  collaborative  -­‐Le  blog  de  la  consommation  collaborative-­‐  http://consocollaborative.com/2480-­‐ouishare-­‐communaute-­‐economie-­‐collaborative.html    I-­‐L’émergence  de  la  société  fluide  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.4  1-­‐Des  crises  environnementales,  politiques,  économiques  et  sociales  mais  surtout  une  crise  de  valeurs  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.5    L’expertise  climatique  :  mission  impossible  entre  sciences  et  politique  ?-­‐  Blog  Prisme  de  tête-­‐  http://www.prismedetete.net/l%E2%80%99expertise-­‐climatique-­‐mission-­‐impossible-­‐entre-­‐sciences-­‐et-­‐politique/    Rio+20  :  une  déception  prévisible-­‐Agence  Ecofin-­‐http://www.agenceecofin.com/rio20/2106-­‐5429-­‐rio-­‐20-­‐une-­‐deception-­‐previsible    «  Le  scénario  de  l’effondrement  l’emporte  »-­‐Libération-­‐http://www.liberation.fr/terre/2012/06/15/le-­‐scenario-­‐de-­‐l-­‐effondrement-­‐l-­‐emporte_826664       18  
    •  Film  «  Solutions  locales  pour  un  désordre  globale  »-­‐  Coline  Serreau  http://www.solutionslocales-­‐lefilm.com/    2-­‐La  société  de  l’information  et  de  la  relation  :  une  nouvelle  ère  ?  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.6    Changer  d’ère-­‐  Jacques  Robin-­‐  Paris  le  Seuil    Bernard  Stiegler-­‐Ars  Industrialis-­‐  http://arsindustrialis.org/les-­‐pages-­‐de-­‐bernard-­‐stiegler    Numérique  &  cie  société  en  réseaux  en  gouvernance-­‐Véronique  Kleck-­‐  édition  Charles  Léopold  Mayer    Petite  Poucette,  la  génération  mutante-­‐Libération  http://www.liberation.fr/culture/01012357658-­‐petite-­‐poucette-­‐la-­‐generation-­‐mutante    3-­‐L’économie  collaborative  :  émergence  d’un  nouveau  modèle  en  parallèle  des  modèles  pré-­‐  existants  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.7    Un  ministre  pour  l’économie  sociale  et  solidaire-­‐RTES  (Réseau  des  Territoires  pour  l’Economie  Solidaire-­‐http://rtes.fr/Un-­‐Ministre-­‐pour-­‐l-­‐economie    Attributions  de  Benoît  Hamon-­‐Economie.gouv-­‐http://www.economie.gouv.fr/economie/attributions-­‐benoit-­‐hamon    II-­‐L’  économie  collaborative:  valeurs  fortes  et  acteurs  clefs  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.8  1-­‐Le  réseau  maillé  :  modèle  organisationnel  de  l’économie  collaborative  portée  par  des  valeurs  fortes  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.8    Nous  avons  à  nouveau  un  futur-­‐Internetactu.net-­‐http://www.internetactu.net/2012/03/27/nous-­‐avons-­‐a-­‐nouveau-­‐un-­‐futur/    Transferts  de  pouvoirs-­‐Metamedia-­‐http://meta-­‐media.fr/2012/05/13/transferts-­‐de-­‐pouvoirs/  2-­‐Les  acteurs  de  cette  nouvelle  économie  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.9    Le  mouvement  des  Indignés-­‐Wikipedia-­‐http://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_des_Indignés    The  misfit  economy  :  innovation  on  the  fringe-­‐blog-­‐http://www.misfiteconomy.com/    Bienvenue  au  Fablab  du  musée  des  Sciences  de  Chicago-­‐Blog  MyScienceWOrk-­‐http://blog.mysciencework.com/2012/02/27/fablab-­‐musee-­‐des-­‐sciences-­‐de-­‐chicago.html     19  
    •    Sculpteo-­‐boutique  d’impression  3D-­‐http://www.sculpteo.com/fr/    Les  gangsters  changent  le  monde-­‐l’express.fr-­‐http://m.lexpress.fr/pl/svt/si/lexpress/po/opfr/pa/fromweb_emploi_carriere/emploi/les-­‐gangsters-­‐changent-­‐le-­‐monde_1123363.html    Uncollege  :  Hacking  your  education-­‐http://www.uncollege.org/    Unishared  :  Connecting  learners-­‐http://www.unishared.com/    III-­‐De  la  consommation  collaborative  à  l’économie  collaborative  :  un  panel  d’actions  -­‐-­‐p.11  1-­‐Des  sites  favorisant  les  rapports  Peer-­‐to-­‐peer  et  leur  fiabilité  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.11    What’s  mine  is  yours-­‐Rachel  Botsman  http://www.amazon.com/gp/product/0061963542?ie=UTF8&tag=cc0dbc-­‐20&linkCode=as2&camp=1789&creative=390957&creativeASIN=0061963542    Rachel  Botsman  :  the  case  for  collaborative  consumption-­‐TEDxSydney  http://www.ted.com/talks/rachel_botsman_the_case_for_collaborative_consumption.html    How  trust  is  built  in  P2P  marketplaces-­‐Shareable.net-­‐  http://www.shareable.net/blog/how-­‐trust-­‐is-­‐built-­‐in-­‐peer-­‐to-­‐peer-­‐marketplaces      Questions  numériques  2012-­‐2013-­‐  La  FING-­‐  http://fing.org/?-­‐Questions-­‐numeriques-­‐2012-­‐2013,190-­‐    The  third  industrial  revolution-­‐JeremyRifkin  -­‐http://thethirdindustrialrevolution.com/    Compte  rendu  du  OuiShare  Summit  du  26  mai  2012-­‐Storify-­‐  http://storify.com/celyagd/oui    2-­‐Exemple  d’initiatives  d’économie  collaborative  :  Oui  Share  summit  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.13  a-­‐Des  styles  de  vie  collaboratif  et  de  nouveaux  systèmes  de  redistribution-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.13    Covoiturage.fr  http://www.covoiturage.fr/    Couchsurfing  http://www.couchsurfing.org/    AirBnB-­‐https://www.airbnb.fr/    La  Ruche  qui  dit  oui-­‐http://www.laruchequiditoui.fr/       20  
    •  b-­‐De  nouveaux  modes  de  production  immatériels  et  matériels  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.14  Wikipédia,  le  partage  démocratique-­‐  Blog  MyscienceWork-­‐http://blog.mysciencework.com/2012/01/18/wikipedia-­‐partage-­‐democratique-­‐pipa-­‐sop.html  L’économie  du  partage  face  au  modèle  économique  dominant-­‐  Blog  la  Mutinerie-­‐http://www.mutinerie.org/leconomie-­‐du-­‐partage-­‐face-­‐au-­‐modele-­‐economique-­‐dominant  The  Foundation  for  P2P  alternatives-­‐http://p2pfoundation.net/  FairTradeElectronic-­‐  http://fairtradeelectronic.org/  Cup  of  teach-­‐http://blog.cupofteach.com/  Mutinerie:  Libres  ensemble-­‐  http://www.mutinerie.org/  La  cantine  par  Silicon  Sentier-­‐  http://lacantine.org/  c-­‐Des  financements  collaboratifs  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.15  Kickstarter  :  funding  platform  for  creative  projects-­‐http://www.kickstarter.com/    KissKissbankbank  :  Soutenons  la  création  ensemble  !-­‐http://www.kisskissbankbank.com/  Collaboratives  Cities  :  projet  de  webdocumentaire  sur  l’économie  collaborative-­‐http://www.kisskissbankbank.com/collaborative-­‐cities  Discussion  et  conclusion  -­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐p.15  TED  Global  2012  «  Radical  Openness  »-­‐  http://conferences.ted.com/TEDGlobal2012/  «  Posséder  c’est  dépasser  »-­‐La  FING-­‐http://fing.org/?Posseder-­‐c-­‐est-­‐depasse    Le  modèle  collaboratif  va  détruire  des  emplois-­‐Les  Echos-­‐http://lecercle.lesechos.fr/economie-­‐societe/social/emploi/221148108/modele-­‐collaboratif-­‐va-­‐detruire-­‐emplois    Trusting  in  strangers-­‐Rachel  Botsman-­‐TED  Global  2012-­‐http://blog.ted.com/2012/06/28/trusting-­‐in-­‐strangers-­‐rachel-­‐botsman-­‐at-­‐tedglobal2012/    De  plus  je  propose  une  liste  de  veille  que  je  mets  à  jour  régulièrement  :    Scoopit  :  Vivre  dans  une  société  fluide-­‐  http://www.scoop.it/t/vivre-­‐dans-­‐une-­‐societe-­‐fluide         21  
    •           22