Very tom ford blog

5 355 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 355
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Very tom ford blog

  1. 1. Very Tom Ford: Interview dune icone On croyait le connaître ? Il nen est rien. Rencontre avec un génie éclectique, un homme précédé par sa légende, et désormais un réalisateur plein davenir. Par Caroline Bongrand Londres. Le Dorchester. Une suite au septième étage. Gigantesque. Lumineuse. A son image. Je suis là pour voir Tom Ford. "The Tom Ford",dirait-on outre-Atlantique. Toute une époque. Toute une histoire. Un flot dimages quivirevoltent dans la mémoire. Jentre. Il est là. A 30 mètres de moi. Face à la fenêtre.Je le vois de dos, avec sa carrure tellement caractéristique. Il est en noir bien sûr. Unnoir qui contraste follement avec la lumière qui vient de lextérieur. Un jeu dombreset de lumière. Ils sont rares ceux qui parviennent à se créer une légende de leurvivant. Que sait-on de lui depuis Gucci ? Que sait-on de lui tout court ?Il se retourne vers moi. Chaleureux ? Professionnel. Il sourit. Je le trouve jeune.Dune incroyable jeunesse. Il est sûr de lui, il nest pas sûr de lui, il fait de son mieux.On dirait quil a 43 ans, parfois 12, parfois 24. Cest cela qui me frappe : cet hommeest profondément jeune. Il paraît que cest la caractéristique des gens passionnéspar ce quils font. On sent un mouvement, une vie extraordinaire en lui. Comprenez :il est le contraire dun homme figé. Tom Ford est un homme qui a su évoluer, unhomme qui ne fait que cela, apprendre. La-t-on dit prétentieux ? Il est tout lecontraire. Quelquun dincertain, qui émeut par cette humanité qui émane de lui. Et àlaquelle, en toute franchise, je ne mattendais pas. Tom Ford, lhomme qui fut Gucci,Tom Ford-pour hommes, Tom Ford-de luxe, Tom Ford-lunettes, Tom Ford-parfums.Voilà. Il sest assis, et nous avons discuté.C. B. : Où êtes-vous, qui êtes-vous, quelle est votre vie aujourdhui ?Tom Ford : "Jai passé beaucoup de temps à Los Angeles parce que je faisais unfilm. Jétais là-bas de septembre jusquà avant-hier. La préproduction a pris troismois. Ensuite, on a tourné de novembre à décembre. Je travaillais sur le montagedepuis janvier. Entretemps, je suis venu à Londres plusieurs fois pour travailler sur ledesign. Je suis un fashion designer. Je ne dors pas beaucoup la nuit, ça me permetde travailler par téléphone avec mon équipe de Londres. A 3, 4, 5 heures du matin.Je ne vois pas ce que je pourrais vous dire dautre."Vous pourriez me parler de ce film que vous venez de tourner."Je ne veux pas en parler. Je peux simplement vous dire quil sortira cet automne.Cest très différent de ce que les gens attendent de moi. Très romantique. Un côté dema personnalité que je nai jamais vraiment mis en avant dans la mode. Rien deglamoureux. Cest une romance, une histoire damour qui parle plutôt du sentiment
  2. 2. disolement que chacun ressent. Cest un film beaucoup plus européen quaméricain.Les Européens y seront plus sensibles que les Américains. Cest un film qui est mûpar ses personnages plus que par son intrigue. Cest lhistoire dun homme quidécide de se tuer. Et parce quil pense quil vit son dernier jour, cette journée est bienplus singulière que ce quil a vécu jusque-là. Et à travers cela, il saperçoit que la vieest assez extraordinaire, et tout à coup il comprend tout simplement le sens de lavie."Une sorte de La Vie est belle de Frank Capra, dans une version moderne ?"Non, cest très différent. Mais je ne veux pas en dire plus que ça. Je suis dailleurstrès surpris que vous en ayez entendu parler parce que jessaie de garder ça le plusdiscret possible. Je veux que les gens me jugent comme un film maker, en fonctionde la manière dont le film les touchera. Pas parce quils ont lu, ici ou là, que je fais unfilm ou quils voient une photo de moi devant ma maison. Je prends le cinéma très ausérieux. Cest une chose très séparée de ce que je fais en mode. Une carrièreparallèle. Jespère pouvoir réaliser un film tous les deux ou trois ans. On verra."Vous avez écrit ce film ?"Je lai écrit, produit et réalisé. Javais deux producteurs avec moi que jestimeénormément. Lun a produit le sequel de Twilight, About a boy avec Hugh Grant,entre autres. Cest un très bon ami. Javais des gens fabuleux à mes côtés. Dirigerdes acteurs quand il sagit de Julianne Moore, Colin Firth... ça facilite beaucoup latâche. Ils ont tellement apporté au film."Vous sortez quatre parfums extraordinaires autour du musc."Jadore le parfum. On en a développé des tas. Une ligne de douze fragrances. Ellessont unisexes. Parfois un parfum un peu masculin est encore plus sexy pour unefemme. Je naime pas cette idée de catégorisation entre fragrance pour hommes etfragrance pour femmes. Je porte le Jasmine Musk et je ne me demande pas si cestpour femme ou pour homme, je porte ce que je veux. Mais mes parfums sont plusclassiquement féminins en termes de composition, de choix et de qualité desingrédients. On a lancé quelques inédits pour certains magasins dans lemonde." (ndlr : comme Bois Marocain pour Selfridges, le soir-même.)
  3. 3. Avec quel parfumeur travaillez-vous ?"Je ne devrais peut-être pas le diremais cest Givaudan. Cest aveceux que jai développé la relation laplus proche. Je travaille avec lesnez. Jai toujours eu un odorat trèsdéveloppé, mais avant, je nesavais pas analyser un parfum eten deviner les composants.Aujourdhui, je sais. Je ne seraijamais aussi fort quun nez. Mais jepeux dire : ‘il y a un peu de poivreblanc, il y a de la fleur doranger, ily a une base de patchouli. Je peuxà peu près le décrire. Ce qui estnécessaire pour définir et préciserce que lon veut, être capable dedire : ‘Jaime beaucoup ça, maisjaimerais quon souligne un peu lanote citronnée, par exemple. ça,ce sont des choses que jaiapprises. Il faut avoir une aptitudeet un amour pour cela. Mais il fautaussi travailler. Jadore les parfums et jen porte beaucoup, daucuns prétendentmême que jen porte trop."Quand les gens viennent dans votre boutique sur Madison Avenue,demandent-ils à vous voir ?"Cest arrivé plusieurs fois. Mais jessaie de ne pas être présent quand elle estouverte. Parce que - évidemment, les gens ne sen rendent pas compte -, mais laréalité cest que je suis quelquun de très timide. Je présente une image extérieuretrès polissée, mais je suis très timide. Quand les gens disent : ‘Regarde, cest TomFord !, ça me rend très nerveux."Cela doit être difficile dêtre si timide et davoir une telle image."Cest une performance. Ça demande beaucoup dénergie. Ce que je préfère, cestrester chez moi, pas lavé, pas habillé, et ne pas sortir pendant trois jours - ce que jefais quand je ne travaille pas. Mon job préféré, cest le design. Jadore ça. Les autreschoses sont importantes aussi et on doit les faire pour acheminer le message que jeveux adresser. Je suis sûr que la plupart sont convaincus que poser devant lesphotographes est ce que je préfère dans mon job. En tout cas, je lai très souvententendu. Mais cest exactement le contraire, cest ce que jaime le moins. Jecomprends que ce soit nécessaire, jen comprends la valeur. Et je sais que je suiscapable de cette performance et donc je le fais. Mais ce que jaime, cest réaliser deschoses."
  4. 4. Que voudriez-vous faire maintenant ?"Des films. Et jaimerais un jour revenir à la mode pour femmes. Ça me manque.Jadore ce que je fais pour les hommes. Et je voudrais continuer à créer de nouvelleschoses. Comme le monde change, on change soi-même, je suis la même personneque quand jétais chez Gucci et, en même temps, jai beaucoup changé... A vrai dire,je ne peux pas vraiment répondre maintenant à cette question. Quand on est créatif,on est constamment inspiré."Quavez-vous appris ?"Ce que je savais déjà, en fait. Quon connaît tous, en fait. Les crises sontimportantes parce quelles nous rafraîchissent la mémoire sur ce qui estvéritablement essentiel. Nos valeurs. Cette crise, par exemple... Il y avait tellementdargent partout, tout était tellement jetable. Quand on a moins dargent, on doitvraiment choisir ce qui est important. Et bien sûr, on se recentre sur sa famille, sesamis. Quand on perd beaucoup matériellement, on prend la mesure de ce que lon adans sa vie qui nest pas matériel. Dune certaine manière, une crise permet derecentrer ses valeurs. De toutes façons, tout cela se perdra à nouveau dès que lacrise sera passée. Tout le monde oubliera cette sagesse et le monde redeviendrafou. Quand jai créé les parfums Tom Ford, je voulais de lintégrité dans mes produits.Je voulais que ce soit ce quil y a de plus beau. On ne fait pas de test marketing surnos parfums. Ce quon obtient avec des tests marketing, ce sont des produits quifinalement ne vont à personne. Je crois quavoir cette intégrité a une vraie valeur.Donc dans cette économie, on vend un peu moins, mais vraiment pas beaucoupmoins par rapport à nos concurrents. Jimagine que cest aussi le cas dHermès. Lesgens veulent la vraie qualité, lintégrité. Bien sûr, ils ne pourront pas forcément seloffrir ce mois-ci, cette année-ci, mais ils admirent, respectent et réalisent où setrouve la vraie valeur. On ne peut pas faire semblant. Même en mode. Quand javaisune collection et que je sentais que ça nallait pas tout à fait, jaurais pu faire desacrobaties tout autour, le client sentait lui aussi que ce nétait pas juste. Je crois quesi on croit en ce quon fait et quon y met une quantité énorme dénergie, le client lesent. Beaucoup de choses sont devenues fausses. Il y a juste beaucoup de junk. Onna pas besoin de ces choses. Mais bon, je nai pas le droit de dire ça, alors quil y ades gens qui meurent de faim et qui nont rien."Trouvez-vous quil y ait une différence entre le monde de la mode et celui ducinéma ?"Pas tant que ça. Travailler sur un film pour moi nétait pas du tout inconfortable. Lepremier jour du tournage, jétais très nerveux parce que je navais jamais crié: ‘Action ! Et je navais jamais crié ‘cut !. Mais le process davoir une vision, etlinsuffler à une équipe, et les encourager à être aussi créatifs que possible, mêmedans laspect visuel, communiquer ce que je veux communiquer... Les gens neréalisent pas que créer une collection de mode conduit à se poser énormément dequestions. Pourquoi est-ce que je suis en train de faire ça, quest-ce que ça signifie,quest-ce que je suis en train de dire au monde, quest-ce que je dis aux femmes ?Idem quand on met en place un défilé. Comment puis-je communiquer en treizeminutes ce que je pense de la manière dont les femmes devraient être habilléesmaintenant ? Bien sûr, il y avait des différences techniques, mais cétait le mêmeprocess. Jai trouvé le film incroyablement satisfaisant. On tournait une scène et, tout
  5. 5. à coup, je me disais : ‘Mon Dieu, on est en train de tourner cette scène que jai écriteun dimanche matin, dans mon lit, sur mon ordinateur, les dialogues dun personnage,de lautre, sur lesquels jai travaillés, que jai rewrités, affinés, que jai imaginés, etmaintenant voilà, cest là. Voir les gens que jai imaginés porter les vêtements quejai imaginés dans un décor que jai imaginé, cest incroyable. Cest probablementlune des choses les plus satisfaisantes que jai jamais faites."Quavez-vous préféré : écrire le film, le produire ou bien le réaliser ?"Jadore lécriture parce que, tout dabord, cest solitaire et que, dans votre tête, toutpeut être parfait. On nimagine pas les problèmes réels quon aura au moment dutournage - lacteur qui ne voudra pas porter la tenue quon lui a attribuée ou encorequi ne se souviendra pas dune réplique. Cest merveilleux. Mais ce qui ma le plussurpris, cest la découverte du montage. Je nimaginais pas quon pouvait réellementcréer un film au montage. On a tourné pendant cinq semaines et je ne comprenaispas quon me prévoie vingt-quatre semaines de montage. Je ne comprenais pas et cest ce qui a failli me rendre fou, parce quon devient totalement obsessionnel. On peut complètement changer une scène, on peut tout changer du film au montage, on peut quasiment le réécrire entièrement, selon la manière dont on le monte. Cest comme un Rubiks Cube. Je suis devenu tellement obsessionnel, je ne voulais plus quitter la salle de montage. Cétait fascinant. Et je ne my attendais pas." Les monteurs ne sont jamais mis en avant alors quen réalité, ils sont un peu aussi les auteurs de la forme finale du film. "Oui, cest incroyable. On mavait dit quil fallait aimer son monteur et je ne comprenais pas. Jétais totalement en phase avec mon monteur, un type génial. Si nous navions pas eu la même sensibilité,cela maurait rendu fou. Je nimaginais pas ce que cétait et encore moins sonimportance. Ces gens-là mériteraient beaucoup plus de reconnaissance que ce quilsrécoltent. Et la manière dont cest fait, par ordinateur, est fascinante aussi. Je nepeux pas imaginer que des gens travaillaient autrefois le montage des films encoupant la pellicule."Je me lève. Lui aussi. Je suis triste de le quitter, si tôt. Je tends la main poliment, ilmembrasse et me dit que si jai besoin dautre chose, il peut me répondre par mailou par téléphone, sans problème. Que de gentillesse chez cet homme. Tom Ford, dela poudre dor, magique, étincelante, des ombres chinoises, un cœur trop grand, unzeste denfance qui refait surface au détour de chacun de ses regards. Voilà, si jedevais le définir. Tom Ford-sincère, Tom-Ford-humble, Tom Ford-exalté, Tom Ford-émouvant, Tom Ford-tellement inattendu.A voir prochainement, ladaptation de A single Man de Christopher Isherwood avecJulianne Moore, Colin Firth, Jamie Bell...
  6. 6. A sentir, White Musk, de Tom Ford Private Blend, une collection de quatre parfumsqui sinspire du musc : Urban Musk, Musk Pure, Jasmine Musk, White Suede (au BonMarché et aux Galeries Lafayette).

×