1	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
ENQUETE	
  SUR	
  LES	
  ORGANISATEURS	
  ELECTRONIQUES	
  EN	
  FRANCE	
  
PAR	
  TECHNOPOL	
  ...
2	
  
	
  
INTRODUCTION	
  
	
  
Contexte	
  et	
  hypothèse	
  
	
  
Depuis	
  la	
  naissance	
  de	
  la	
  techno	
  e...
3	
  
	
  
	
  
-­‐ Objectifs	
  	
  
	
  
Cette	
  enquête	
  répond	
  à	
  plusieurs	
  objectifs	
  établis	
  par	
  ...
4	
  
	
  
	
  
-­‐ Remarques	
  et	
  limites	
  
L’enquête,	
  qui	
  a	
  été	
  lancée	
  en	
  novembre	
  2013,	
  c...
5	
  
	
  
1. TYPOLOGIE	
  DES	
  ORGANISATEURS	
  
	
  
a. Cartographie	
  
Les	
  organisateurs	
  du	
  panel	
  sont	
...
6	
  
	
  
	
  
Sur	
  une	
  base	
  de	
  231	
  réponses	
  
	
  
Les	
  amateurs	
  viennent	
  de	
  différents	
  ho...
7	
  
	
  
c. Forme	
  juridique	
  
Les	
   musiques	
   électroniques,	
   comme	
   la	
   majorité	
   des	
   domaine...
8	
  
	
  
	
  
Type	
  de	
  structure	
   %	
  
Association	
  loi	
  1901	
   68%	
  
SARL	
   23%	
  
Autre	
  structu...
9	
  
	
  
	
  
d. Année	
  de	
  création	
  de	
  la	
  structure	
  
Les	
   structures	
   participant	
   à	
   l’enq...
10	
  
	
  
2. ACTIVITE	
  
	
  
a. Chiffre	
  d’affaire	
  
Le	
  chiffre	
  d’affaire	
  généré	
  par	
  les	
  organis...
11	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
b. Subventions	
  
17,6%	
   des	
   organisateurs	
   interrogés	
   ont	
   bénéficié	
   de	...
12	
  
	
  
c. Les	
  partenariats	
  
Dans	
  le	
  cadre	
  de	
  leur	
  activité,	
  les	
  organisateurs	
  d’évèneme...
13	
  
	
  
	
  
De	
  nombreux	
  organisateurs	
  ne	
  se	
  contentent	
  pas	
  d’une	
  double	
  activité,	
  puisq...
14	
  
	
  
3. LES	
  EVENEMENTS	
  
	
  
a. Type	
  d’évènements	
  	
  
Le	
  modèle	
  d’évènement	
  le	
  plus	
  rép...
15	
  
	
  
évènements	
  dans	
  cette	
  tranche	
  de	
  prix	
  en	
  2012	
  chez	
  les	
  204	
  organisateurs	
  a...
16	
  
	
  
	
  
	
  
d. Les	
  lieux	
  
	
  
i. Localisation	
  
87,3%	
  des	
  répondants	
  organisent	
  des	
  évèn...
17	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
La	
   taille	
   des	
   lieux	
   dans	
   lesquels	
   ils	
   organisent	
   leur...
18	
  
	
  
Amateurs	
  en	
  ERP	
  
	
  
Professionnels	
  en	
  ERP	
  
Jauge	
  
%	
  
d’organisateurs	
  
utilisant	
...
19	
  
	
  
Les	
   établissements	
   recevant	
   du	
   public	
   les	
   plus	
   usités	
   par	
   les	
   organisa...
20	
  
	
  
	
  
iii. Contractualisation	
  
	
  
Les	
  modes	
  de	
  contractualisation	
  les	
  plus	
  usités	
  par...
21	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
0%	
   10%	
   20%	
   30%	
   40%	
   50%	
   60%	
   70%	
   80%	
   90%	
  
Aucun	
  (f...
22	
  
	
  
	
  
e. L’artistique	
  
i. Style	
  les	
  plus	
  représentées	
  
Le	
  style	
  de	
  musique	
  électroni...
23	
  
	
  
Il	
   est	
   également	
   intéressant	
   de	
   remarquer	
   que	
   40,2%	
   des	
   organisateurs	
   ...
24	
  
	
  
ii. Le	
  nombre	
  de	
  spectateurs	
  
	
  
	
  
	
  
Les	
  estimations	
  du	
  public	
  reçu	
  par	
  ...
25	
  
	
  
	
  
	
  
4. Les	
  problèmes	
  rencontrés	
  
61,6%	
  des	
  organisateurs	
  électroniques	
  ont	
  renco...
26	
  
	
  
	
  
	
  
Des	
   pressions	
   sur	
   l’organisation	
   et	
   le	
   public	
   sont	
   citées	
   par	
 ...
27	
  
	
  
	
  
	
  
	
   	
  
52%	
  
28%	
  
14%	
  
6%	
  
SenQment	
  de	
  difficulté	
  d'accès	
  aux	
  lieux	
  
S...
28	
  
	
  
5. LA	
  REGLEMENTATION	
  
	
  
a. Comment	
  jugent-­‐ils	
  la	
  réglementation	
  ?	
  
Seuls	
   7,3%	
 ...
29	
  
	
  
b. La	
  pratique	
  :	
  
i. Salariat	
  de	
  l’artiste	
  
	
  
Le	
   salariat	
   de	
   l’artiste	
   et...
30	
  
	
  
0%	
   10%	
   20%	
   30%	
   40%	
   50%	
   60%	
   70%	
   80%	
  
Autre	
  
Je	
  paye	
  directement	
  ...
31	
  
	
  
	
  
ii. Le	
  rapport	
  aux	
  institutions	
  
	
  
1. CNV	
  
32,6%	
  des	
  organisateurs	
  s’acquitten...
32	
  
	
  
	
  
Le	
  taux	
  Sacem	
  le	
  plus	
  appliqué	
  est	
  celui	
  de	
  8,8%	
  réservé	
  au	
  spectacle...
33	
  
	
  
	
  
	
  
3. SPRE	
  
10,5%	
   des	
   organisateurs	
   (20	
   sur	
   190	
   répondants)	
   paient	
   l...
34	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
44%	
  des	
  professionnels	
  qui	
  n’ont	
  pas	
  de	
  licence	
  le	
  justifient	
  par...
35	
  
	
  
b. De	
  la	
  free	
  au	
  légal	
  
89	
   (40,1%)	
   des	
   organisateurs	
   du	
   panel	
   ont	
   d...
36	
  
	
  
62,4%	
  des	
  organisateurs	
  concernés	
  ont	
  arrêté	
  l’organisation	
  de	
  ce	
  type	
  d’évèneme...
37	
  
	
  
CONCLUSION	
  
L’objectif	
   de	
   l’enquête	
   était	
   d’évaluer	
   le	
   poids	
   économique	
   et	...
38	
  
	
  
vente	
   de	
   boissons	
  ?	
   Nous	
   sommes	
   aussi	
   pour	
   une	
   simplification	
   des	
   c...
39	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
   	
  
40	
  
	
  
ANNEXE	
  :	
  LE	
  PANEL	
  
	
  
RAISON	
  SOCIALE	
   CP	
   VILLE	
  
1001	
  BASS	
   42100	
   SAINT-­‐...
41	
  
	
  
CREATIVE	
  SOUND	
  PROJECT	
   31410	
   MAUZAC	
  
DA	
  PYJAMA	
  CLUB	
   71100	
   SAINT	
  REMY	
  
DAN...
42	
  
	
  
L’ESPOIR	
  FAIT	
  VIVRE	
   30128	
   GARONS	
  
LA	
  KONNECTION	
   37000	
   TOURS	
  
LA	
  MANGOUSTE	
 ...
43	
  
	
  
ORGAN	
  ART	
   34470	
   MONTPELLIER	
  
OVER	
  SCENE	
   34000	
   MONTPELLIER	
  
PACTK	
   38000	
   GRE...
44	
  
	
  
TREUZZ	
  BASS	
   38367	
   SAINT	
  BERNARD	
  DU	
  TOUVET	
  
TRIP	
  &	
  TEUF	
   92390	
   VILLENEUVE	
...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Restitution enquête organisateurs Technopol - Techno Parade

1 522 vues

Publié le

Étude réalisée par Théo Jacquet

Publié dans : Données & analyses
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 522
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 016
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Restitution enquête organisateurs Technopol - Techno Parade

  1. 1. 1           ENQUETE  SUR  LES  ORGANISATEURS  ELECTRONIQUES  EN  FRANCE   PAR  TECHNOPOL  -­‐  TECHNO  PARADE   RESTITUTION        
  2. 2. 2     INTRODUCTION     Contexte  et  hypothèse     Depuis  la  naissance  de  la  techno  et  de  la  house  à  la  fin  des  années  1980  et  l’apparition  des  premières   rave-­‐parties  au  début  des  années  1990,  la  scène  des  musiques  électroniques  a  beaucoup  évolué.  La   techno  est  passée  des  champs  aux  salles  de  concerts,  elle  s’est  démocratisée  et  s’est  fait  une  place   dans   les   circuits   classiques   des   musiques   actuelles.   Aujourd’hui   les   musiques   électroniques   sont   présentes   dans   les   grands   circuits   artistiques   commerciaux,   des   dizaines   de   milliers   de   personnes   dansent  chaque  week-­‐end  sur  les  rythmes  répétitifs  délivrés  par  les  DJs  dans  de  nombreux  clubs  ou   évènements  en  extérieur…     Cependant,   après   plus   de   20   ans   d’existence,   le   secteur   de   l’organisation   d’évènements   électroniques  est  encore  méconnu.  La  profusion  et  la  diversité  des  acteurs,  ainsi  que  le  manque  de   structuration  du  milieu  font  qu’il  est  difficile  d’avoir  une  vision  d’ensemble  fiable  et  réaliste.  Si  de   nombreuses  études  sur  les  musiques  actuelles,  telles  les  «  Chiffres  de  la  diffusion  »  publiés  par  le   Centre  National  des  Variétés  et  du  Jazz,  prennent  en  compte  les  musiques  électroniques  dans  leur   champ  d’étude,  elles  ne  concernent  que  certains  organisateurs  liés  aux  réseaux  qui  produisent  ces   enquêtes,  et  ne  permettent  pas  une  observation  approfondie  de  ce  secteur  en  particulier.     L’association  Technopol  –  Techno  Parade,  fondée  en  1996,  est  le  réseau  national  de  défense  et  de   promotion  des  acteurs  des  musiques,  arts  et  cultures  électroniques.  Elle  a  pour  objectifs  d’aider  à  la   valorisation   et   à   la   promotion   des   cultures   et   musiques   électroniques,   et   à   l’accompagnement,   la   mise  en  réseau,  et  la  professionnalisation  de  ses  acteurs.    L’association  a  pu  observer  l’évolution  de  la  scène  et  des  pratiques  de  ses  acteurs  au  fil  des  années,   et   donc   émettre   des   hypothèses  :   le   secteur   est   largement   dominé   par   le   milieu   associatif   et   les   pratiques   amateurs,   où   gratuité   et   bénévolat   prennent   le   dessus   sur   les   pratiques   commerciales.   Dans  ce  cadre,  les  acteurs  sont  souvent  confrontés  d’une  part  à  une  règlementation  complexe  et   d’autre   part   à   un   blocage   de   la   part   des   élus   locaux.   Ce   dû   parfois   à   un   non   respect   de   la   règlementation  par  les  organisateurs,  mais  parfois  également  à  une  opposition  de  principe  –  comme   a  pu  le  démontrer  l’étude  sur  l’accès  aux  salles  municipales  menées  par  Unis-­‐Sons  en  20111 .   Ces  hypothèses  reposaient  donc  principalement  sur  l’action  de  Technopol  –  Techno  Parade  auprès   des   différents   acteurs   des   musiques   électroniques   et   sur   les   impressions   et   observations   des   membres  de  l’association,  tous  impliqués  d’une  manière  ou  d’une  autre  dans  le  milieu.     Afin  de  répondre  à  sa  mission  d’observation,  mais  également  d’adapter  son  discours  et  ses  actions   aux   réalités   socio-­‐économiques   connues   par   les   organisateurs   aujourd’hui,   Technopol   –   Techno   Parade  a  donc  décidé  de  lancer  une  enquête  auprès  des  organisateurs  d’évènements  électroniques   de  tous  types,  toutes  tailles  et  venus  de  toute  la  France.                                                                                                                                 1  http://www.technoplus.org/t,1/2669/Soirees-­‐techno-­‐-­‐une-­‐discrimination-­‐assumee-­‐par-­‐les-­‐municipalites  
  3. 3. 3       -­‐ Objectifs       Cette  enquête  répond  à  plusieurs  objectifs  établis  par  Technopol  –  Techno  Parade  dans  le  cadre  de   sa  mission  de  défense  et  valorisation  de  la  scène  électronique  :     -­‐ dresser  un  état  des  lieux  des  événements  en  lien  avec  les  cultures  électroniques     -­‐ connaître  les  problématiques  rencontrées  par  les  organisateurs  de  soirées  électroniques,   -­‐ avoir   des   données   statistiques   fiables   pour   favoriser   et   défendre   la   diffusion   des   cultures   électroniques   -­‐ négocier  des  formalités  simplifiées  avec  les  partenaires  sociaux   -­‐ négocier  des  avantages  pour  nos  adhérents   -­‐ suivre  l’évolution  globale  du  réseau,   -­‐ réaliser  un  annuaire  des  organisateurs  électroniques  dans  toute  la  France     Cette  enquête  a  vocation  à  être  répétée  régulièrement  pour  observer  l’évolution  de  la  situation  de  la   scène   électronique   en   France   et   maintenir   des   données   à   jour   et   représentatives   pour   les   communications  et  actions  au  fil  du  temps.       -­‐ Le  panel   Le  panel  de  l’enquête  se  compose  de  240  organisateurs  qui  officient  dans  tous  les  styles  de  musiques   électroniques,  professionnels  comme  amateurs,  détenteurs  ou  non  d’une  licence  d’entrepreneur  du   spectacle…   Ces  organisateurs  font  partie  du  réseau  de  Technopol  –  Techno  Parade,  ou  ont  répondu  à  l’appel  qui   a   été   transmis   par   divers   canaux   de   communication  :   mails,   réseaux   sociaux,   relais   sur   les   sites   Internet  de  Technopol  -­‐  Techno  Parade  et  de  ses  partenaires,  médias  spécialisés,  et  organisateurs   participant  à  l’enquête.        
  4. 4. 4       -­‐ Remarques  et  limites   L’enquête,  qui  a  été  lancée  en  novembre  2013,  concerne  notamment  l’activité  de  l’année  2012  des   organisateurs   pour   les   données   chiffrées.   En   effet,   nous   voulions   avoir   comme   base   un   exercice   entier   et   ne   pouvions   donc   pas   demander   les   chiffres   de   l’année   en   cours.   De   ce   fait,   les   organisateurs   ayant   débuté   leur   activité   après   cette   année   n’ont   pas   pu   produire   de   chiffres.   Ces   organisateurs  sont  heureusement  très  minoritaires  dans  notre  panel.     Cette  enquête  est  la  première  étude  de  cette  envergure  menée  par  Technopol  –  Techno  Parade.  Elle   ne  prétend  donc  pas  être  complète  ni  parfaite  :  certaines  questions  ont  parfois  été  mal  comprises  par   les  participants  ou  ont  été  formulées  d’une  manière  qui  rend  le  traitement  des  réponses  difficile  ;   quelques  lacunes  ou  imprécisions  dans  le  questionnaire  laissent  certaines  interrogations  en  suspens   et  demanderont  à  être  précisées  dans  les  prochaines  éditions.     Comme  nous  le  verrons,  le  panel  est  très  hétérogène  et  touche  à  toutes  les  franges  des  musiques   électroniques.  Il  ne  peut  se  prétendre  complètement  représentatif  de  la  scène  électronique,  de  par  la   taille   de   l’échantillon   et   par   l’absence   de   certains   acteurs   phares   ou   la   sous   représentation   de   certains  types  d’organisateurs,  notamment  le  monde  de  la  free-­‐party  qui  se  montre  très  indépendant   et  souvent  méfiant,  étant  donné  que  les  sound-­‐systems  opèrent  hors  du  cadre  légal.  La  diversité  des   répondants  nous  permet  cependant  de  supposer  que  les  résultats  de  l’enquête  doivent  être  assez   représentatifs  des  réalités  du  secteur.      
  5. 5. 5     1. TYPOLOGIE  DES  ORGANISATEURS     a. Cartographie   Les  organisateurs  du  panel  sont  répartis  sur  toutes  les  régions  de  France  métropolitaine  à  l’exception   de  la  Corse.  On  retrouve  également  deux  organisateurs  en  Outre-­‐Mer,  plus  précisément  à  la  Réunion.   La  région  Ile-­‐de-­‐France  est  la  plus  riche  en  organisateurs,  puisqu’elle  regroupe  30,5%  des  membres   du  panel.  Suivent  les  régions  Rhône-­‐Alpes  (16,7%)  et  Provence-­‐Alpes-­‐Côte  d’Azur  (7,3%).     b. Pros/amateurs   Nous   différencierons   dans   cette   enquête   deux   grandes   catégories   d’organisateurs.   D’un   côté   les   amateurs,   dont   la   rémunération   principale   n’est   pas   liée   à   l’organisation   d’évènements,   électroniques  ou  non,  et  qui  représentent  une  large  frange  des  organisateurs  (73,6%)  ;  de  l’autre,  les   professionnels,   dont   l’activité   d’organisateurs   d’évènements   est   la   principale   activité   et   principale   source  de  revenu,  et  qui  constituent  26,4%  du  panel.    
  6. 6. 6       Sur  une  base  de  231  réponses     Les  amateurs  viennent  de  différents  horizons  :  employés  (20%),  étudiants  (10%),  cadres  moyens  (8%)   ou   supérieurs   (6%).   L’un   des   organisateurs   amateurs   du   panel   est   patron   de   l’industrie   et   du   commerce,  et  nous  retrouvons  également  des  enseignants  cités  dans  la  catégorie  «  Autre  »  ainsi  que   3  professionnels  du  spectacle  vivant.           26%   74%   Part  d'amateurs  et  de  professionnels   Professionnel   Amateur   Patrons  de  l’industrie  et  du  commerce     Personnels  de  services     Sans  acmvité     Professions  libérales  et  cadres   supérieurs     Ouvriers,  armsan     Cadres  moyens     Etudiant     Autre   Employés     Domaine  d'acQvité  des  amateurs  
  7. 7. 7     c. Forme  juridique   Les   musiques   électroniques,   comme   la   majorité   des   domaines   culturels,   constituent   un   secteur   majoritairement   associatif.   En   effet,   83,3%   des   organisateurs   d’évènements   électroniques   sont   regroupés  en  associations  de  loi  1901.   De  manière  plus  générale,  85%  des  structures  organisatrices  sont  de  droit  privé  non  lucratif.  14%   sont  des  structures  de  droit  privé  commercial.  Seules  1%  sont  des  structures  de  droit  public  –  en   l’occurrence,   4   structures   dans   le   panel  :   trois   EPIC   (Établissement   Public   à   caractère   Industriel   et   Commercial)  et  une  commune.       On   retrouve   dans   la   forme   juridique   des   structures   la   première   différence   principale   entre   professionnels  et  amateurs.  Tandis  que  les  amateurs  privilégient  à  92%  la  structure  de  droit  privé  non   lucratif   pour   7%   de   droit   privé   commercial,   seuls   32%   des   professionnels   opèrent   sous   forme   associative  contre  67%  de  structures  commerciales.   Type  de  structure   %    Association  loi  1901   88%   Autre  organisme  à  but  non  lucratif   4%   SARL   2%   Autre  structure  de  droit  privé   commercial   1%   SAS   1%   Auto-­‐entrepreneur   1%   EURL   1%   EPIC   1%   Commune   1%   SCOP   1%   Forme  juridique  des  amateurs   1%   14%   85%   Forme  juridique  de  la  structure   Structure  de  droit  public   Structure  de  droit  privé  commercial   Structure  de  droit  privé  non  lucramf  
  8. 8. 8       Type  de  structure   %   Association  loi  1901   68%   SARL   23%   Autre  structure  de  droit  privé  commercial   2%   EURL   3%   SAS   2%   SA   2%   Forme  juridique  des  professionnels     La  forme  de  structure  commerciale  la  plus  répandue  dans  le  secteur  est  la  SARL,  suivie  des  EURL,  SAS   et  des  statuts  d’auto-­‐entrepreneurs.         57%   10%   10%   10%   7%   3%   3%   Forme  juridique  des  structures  de  droit  privé  commercial   SARL   EURL   SAS   Auto-­‐entrepreneur   Autre  structure  de  droit  privé   commercial   SCOP  
  9. 9. 9       d. Année  de  création  de  la  structure   Les   structures   participant   à   l’enquête   ont   en   moyenne   été   créées   en   2008,   mais   certaines   ont   aujourd’hui  plus  de  20  ans,  datant  des  débuts  du  mouvement  techno  dans  les  années  1990.  La  plus   ancienne  des  structures  date  de  1970  est  un  cas  particulier  puisqu’il  s’agit  de  l’Office  de  Tourisme   Port-­‐Barcarès,   aujourd’hui   organisateur   de   l’Electrobeach   Festival   (producteur   d’un   événement   attirant  plus  de  15  000  personnes).   Remarque  :   le   sondage   intègre   des   structures   créées   en   2014   par   l’envoi   du   formulaire   par   des   répondants  à  des  tiers.         0,0%   2,0%   4,0%   6,0%   8,0%   10,0%   12,0%   14,0%   16,0%   18,0%   20,0%   1970   1992   1993   1994   1995   1996   1997   1998   1999   2000   2001   2002   2003   2004   2005   2006   2007   2008   2009   2010   2011   2012   2013   2014   Année  de  créaQon  de  la  structure  
  10. 10. 10     2. ACTIVITE     a. Chiffre  d’affaire   Le  chiffre  d’affaire  généré  par  les  organisateurs  d’évènements  électronique  est  très  hétérogène,  et   varie  grandement  entre  les  professionnels  et  les  amateurs.   Les   103   organisateurs   ayant   indiqué   leur   chiffre   d’affaire   de   l’année   2012   ont   généré   un   total   de   10  314  354€,  soit  une  moyenne  de  100  139€  par  structure.  Cependant  la  médiane  se  situe  à  14  000€,   10%   des   organisateurs   seulement   –   tous   professionnels   –   ayant   un   chiffre   d’affaire   supérieur   à   100  000€  en  2012.  4%  des  structures  se  situent  au  dessus  de  1  million  d’euros  de  chiffre  d’affaire,  1%   au  dessus  de  3  millions  d’euros.     Les  25  professionnels  ayant  répondu  à  cette  question  génèrent  à  eux  seuls  près  de  90%  du  total,  avec   9  269  331€   cumulés   par   ces   structures.   Le   chiffre   d’affaire   moyen   des   professionnels   est   de   370  773€,  et  la  médiane  est  de  68  300€.     Du  côté  des  amateurs,  1  030  523€  ont  été  générés  par  75  organisateurs,  soit  13  740€  en  moyenne.  La   médiane  quant  à  elle  est  à  10  000€,  le  chiffre  d’affaire  le  plus  important  parmi  les  amateurs  étant  de   60  000€.   0%   5%   10%   15%   20%   25%       Réparmmon  des  organisateurs  en  foncmon  du  chiffre  d'affaire    
  11. 11. 11           b. Subventions   17,6%   des   organisateurs   interrogés   ont   bénéficié   de   subventions   publiques   dans   le   cadre   de   leur   activité  en  2012.  Les  subventions  ont  représenté  en  moyenne  25%  des  recettes  des  23  bénéficiaires   qui   ont   renseigné   ce   taux   et  la   médiane   se   situe   à   20%.   Pour   17%   de   ces   organisateurs   subventionnés,  les  subventions  représentent  50%  ou  plus  de  leurs  recettes,  le  plus  haut  taux  indiqué   par  un  répondant  étant  de  60%.           0%   5%   10%   15%   20%   25%   Inférieur  à   10  000€   Entre  10   000  et  19   999€   Entre  20   000  et  49   999€   Entre  50   000  et  99   999€   Entre  100   000  et  199   999€   Entre  200   000  et  499   999€   Entre  500   000  et  999   999€   Plus  de  1   000  000€   CA  pros   0%   5%   10%   15%   20%   25%   30%   Inférieur  à   1000€   Entre  1000  et   4999€   Entre  5000  et   10  000€   Entre  10  000  et   19  999€   Entre  20  000  et   49  999€   Entre  50  000  et   100  000€   CA  amateurs  
  12. 12. 12     c. Les  partenariats   Dans  le  cadre  de  leur  activité,  les  organisateurs  d’évènements  électroniques  peuvent  être  amenés  à   mettre  en  place  des  partenariats  avec  des  structures  extérieures.  On  retrouve  habituellement  trois   grands  types  de  partenariats  dans  les  pratiques  des  entreprises  culturelles,  et  donc  par  extension   dans  le  domaine  des  musiques  électroniques  :   -­‐ L’échange   de   visibilité,   pratiqué   par   52,6%   des   organisateurs.   Ces   opérations   consistent   généralement  à  la  communication  d’un  évènement  ponctuel  ou  de  l’ensemble  des  actions  de   l’organisateur   sur   les   moyens   de   diffusion   du   partenaire   (espaces   publicitaires,   articles   en   amont  ou  en  aval  de  l’évènement,  relai  via  les  réseaux  sociaux).  En  contrepartie,  le  logo  du   partenaire  apparait  sur  les  supports  de  communication  de  l’organisateur  (affiches,  flyers,  site   internet,  banderoles  sur  le  lieu  de  l’évènement)     Les   structures   partenaires   peuvent   être   issues   de   divers   secteurs  :   médias   généralistes   ou   spécialisés,  marques  commerciales,  collectivités  et  institutions…     -­‐ Le   partenariat   matériel,   mis   en   place   par   32%   des   répondants.   Les   partenaires   mettent   à   disposition   des   organisateurs   à   un   prix   réduit   ou   même   gratuitement   du   matériel   de   sonorisation,  d’éclairage,  de  décoration,  des  instruments,  du  matériel  relatif  à  la  sécurité,  à  la   restauration...  Ces  mises  à  disposition  se  font  généralement  en  échange  d’une  visibilité  du   partenaire  sur  les  supports  de  communication  de  l’organisateur  et  sur  le  site  de  l’évènement   via  des  moyens  d’affichage  ou  encore  la  distribution  d’objets  promotionnels  de  la  marque   partenaire.     -­‐ Le   partenariat   financier,   dont   bénéficient   17,2%   des   organisateurs.   Ces   partenariats   généralement  menés  avec  des  entreprises  consistent  à  faire  sponsoriser  un  évènement  par   une  marque  qui  fait  un  apport  financier,  souvent  en  échange  de  visibilité  sur  place  ou  contre   un  certain  nombre  de  places  offertes  ou  l’accès  à  un  espace  privatisé.       d. Variété  des  activités   53,5%  des  structures  (99  sur  les  185  répondants  à  la  question)  ont  également  une  activité  autre  que   l’organisation   d’évènements.   Ce   taux   monte   à   71,4%   quand   il   concerne   les   professionnels,   tandis   qu’il  est  de  46,2%  chez  les  amateurs.   Les   activités   les   plus   répandues   dans   ces   structures   sont   le   booking   pour   47%   d’entre-­‐elles,   et   la   production  musicale  puisque  41%  sont  également  des  labels.    
  13. 13. 13       De  nombreux  organisateurs  ne  se  contentent  pas  d’une  double  activité,  puisque  71%  des  structures   qui  ont  une  activité  diversifiée  opèrent  dans  plus  de  deux  domaines.  Notons  que  les  activités  de  label   et  de  booking  vont  souvent  de  paire,  avec  48,8%  des  labels  qui  font  également  du  booking  d’artistes.   On   retrouve   également   citées   dans   la   catégorie   «  Autres  »   des   activités   telles   la   réduction   des   risques,  le  catering,  diverses  actions  et  productions  culturelles,  des  performances  artistiques,  de  la   prestation  de  sonorisation…     e. Salariat   23%  des  participants  à  l’enquête  ont  indiqué  avoir  salarié  des  personnes  en  2012.  Ces  structures  ont   employé  833  personnes,  soit  une  moyenne  de  15  salariés  par  structure.   Les  19  amateurs  ayant  renseigné  leur  masse  salariale  ont  employé  190  personnes  en  2012,  soit  une   moyenne  de  10  par  structure.  6%  des  organisateurs  amateurs  ont  eu  des  employés  à  temps  plein,   avec  une  moyenne  de  2  salariés  chacun.   Pour  les  professionnels  la  moyenne  est  de  19  salariés  par  structures,  avec  641  personnes  ont  été   salariées   par   34   organisateurs.   46%   des   professionnels   ont   indiqué   avoir   employé   un   total   de   82   personnes  à  temps  plein.         0,00%   5,00%   10,00%   15,00%   20,00%   25,00%   30,00%   35,00%   40,00%   45,00%   50,00%   AcQvités  annexes  
  14. 14. 14     3. LES  EVENEMENTS     a. Type  d’évènements     Le  modèle  d’évènement  le  plus  répandu  dans  les  musiques  électroniques  est  celui  de  la  soirée,  qui   démarre   traditionnellement   entre   20h   et   minuit   et   dure   jusqu’à   l’heure   de   fermeture   de   l’établissement,  parfois  jusqu’au  milieu  de  la  journée  du  lendemain,  et  qui  se  retrouve  chez  91%  des   organisateurs.   Suit   le   modèle   traditionnel   des   concerts   et   spectacles,   proposé   par   45%   des   participants,  puis  les  festivals  avec  30%  de  citation.   Les  évènements  qui  ne  se  déroulent  qu’en  journée  se  démocratisent  et  sont  au  programme  de  21%   des  organisateurs.       b. Nombre  d’événements   En  2012,  220  organisateurs  du  panel  de  l’enquête  ont  organisé  3031  évènements  en  tout  genre.  La   moyenne   est   donc   de   13   évènements   par   organisateur   et   par   an,   la   médiane   se   situant   à   8   évènements.     Cette   moyenne   est   de   26   évènements   par   an   pour   les   professionnels,   alors   qu’elle   est   de   9   évènements  pour  les  amateurs.       c. Jauge  et  prix   La   moitié   des   évènements   électroniques   (52,4%)   ont   un   prix   d’entrée   inférieur   à   5€  :   29,1%   des   évènements  sont  des  gratuits,  9,9%  ont  une  entrée  à  prix  libre  (donation),  et  13,4%  sont  compris   entre  1  et  5€.     16,8%  des  évènements  ont  un  prix  d’entrée  compris  entre  6  et  10€,  et  25,5%  sont  compris  entre  11   et   20€.   Moins   de   1%   des   évènements   électroniques   coûtent   plus   de   40€,   avec   uniquement   2   0   50   100   150   200   250   Happening   Soirées  étudiantes   Tournées   Autre   Ater  party   Aterwork   Journées  (de  7h  du  mamn  à  2h  du  mamn)   Free  party  /  rave  sauvage   Fesmvals   Concerts  /  Spectacles   Soirées   Types  d'évènements  
  15. 15. 15     évènements  dans  cette  tranche  de  prix  en  2012  chez  les  204  organisateurs  ayant  répondu  à  cette   question.           0,00%   5,00%   10,00%   15,00%   20,00%   25,00%   30,00%   35,00%   Gratuits  Donamon   Entre  1   et  5€   Entre  6   et  10€   Entre  11   et  20€   Entre  21   et  30€   Entre  31   et  40€   Plus  de   40€   Prix  d'entrée  des  évènements  électroniques   0,00%   5,00%   10,00%   15,00%   20,00%   25,00%   30,00%   35,00%   40,00%   Gratuits   Donamon  Entre  1  et   5€   Entre  6  et   10€   Entre  11   et  20€   Entre  21   et  30€   Entre  31   et  40€   Plus  de   40€   Prix  des  évènements  professionnels  
  16. 16. 16         d. Les  lieux     i. Localisation   87,3%  des  répondants  organisent  des  évènements  dans  le  département  où  se  situe  leur  siège  social   et   53,7%   en   organisent   dans   un   autre   département.   Les   producteurs   électroniques   s’exportent   également  hors  du  pays,  puisque  13,5%  des  répondants  produisent  des  évènements  à  l’étranger.   ii. Types  de  lieux   90,7%  des  organisateurs  (204  sur  225  répondants  à  la  question)  organisent  des  évènements  en  ERP   (Etablissement  Recevant  du  Public),  et  42,3%  utilisent  des  lieux  hors-­‐ERP.     56,6%  des  organisateurs  organisent  leurs  évènements  exclusivement  en  ERP,  tandis  que  8,2%  d’entre   eux   ne   le   font   que   dans   des   lieux   non-­‐ERP.   35,2%   des   organisateurs   exploitent   les   deux   types   de   lieux.   Ce  sont  les  amateurs  qui  organisent  le  plus  d’évènements  hors-­‐ERP,  puisqu’ils  sont  45%  à  se  rendre   dans  des  lieux  non  aménagés  pour  le  public,  contre  35%  de  professionnels.   Les  évènements  électroniques  se  déroulent  principalement  dans  des  lieux  d’une  capacité  inférieure  à   700  personnes,  et  très  peu  d’organisateurs  organisent  des  évènements  de  plus  de  5  000  personnes  :   moins  de  5%  des  organisateurs  utilisent  des  ERP  de  plus  de  5  000  places  et  moins  de  10%  pour  les   lieux  non-­‐ERP  de  cette  même  capacité.     0,00%   5,00%   10,00%   15,00%   20,00%   25,00%   30,00%   35,00%   Gratuits  Donamon   Entre  1   et  5€   Entre  6   et  10€   Entre  11   et  20€   Entre  21   et  30€   Entre  31   et  40€   Plus  de   40€   Prix  des  évènements  amateurs  
  17. 17. 17               La   taille   des   lieux   dans   lesquels   ils   organisent   leurs   évènements   est   une   caractéristique   qui   différencie  professionnels  et  amateurs.  5%  des  amateurs  organisent  des  évènements  en  ERP  ayant   une   capacité   supérieure   à   1  500   personnes,   alors   que   29,3%   des   professionnels   accueillent   entre   1  500  et  5  000  personnes  et  12,1%  organisent  même  des  évènements  de  plus  de  5  000  personnes.                         0,00%   10,00%   20,00%   30,00%   40,00%   50,00%   60,00%   70,00%   Capacité  ERP   0,00%   10,00%   20,00%   30,00%   40,00%   50,00%   60,00%   Capacité  hors-­‐ERP  
  18. 18. 18     Amateurs  en  ERP     Professionnels  en  ERP   Jauge   %   d’organisateurs   utilisant  ce   type  de  lieu     Jauge   %   d’organisateurs   utilisant  ce   type  de  lieu   Jusqu’à  300   personnes   55,4%     Jusqu’à  300   personnes   36,2%   De  301  à  700   60,4%     De  301  à  700   53,4%   De  701  à  1500   26,6%     De  701  à  1500   60,3%   De  1500  à  5000   5,0%     De  1500  à  5000   29,3%   De  5000  à   30  000   0,0%     De  5000  à   30  000   12,1%   >  30  000  (Grands   rassemblements)   0,0%     >  30  000  (Grands   rassemblements)   0,0%                                              Amateurs  hors  ERP     Professionnels  hors  ERP   Jauge   %   d’organisateurs   utilisant  ce   type  de  lieu     Jauge   %   d’organisateurs   utilisant  ce   type  de  lieu   Jusqu’à  300   personnes   39,8%     Jusqu’à  300   personnes   38,1%   De  301  à  700   35,5%     De  301  à  700   33,3%   De  701  à  1500   23,7%     De  701  à  1500   28,6%   De  1500  à  5000   8,6%     De  1500  à  5000   38,1%   De  5000  à  30   000   1,1%     De  5000  à  30   000   14,3%   >  30  000  (Grands   rassemblements)   1,1%     >  30  000  (Grands   rassemblements)   4,8%              
  19. 19. 19     Les   établissements   recevant   du   public   les   plus   usités   par   les   organisateurs   d’évènements   électroniques   sont   les   clubs   et   discothèques   (dans   lesquels   64%   des   sondés   ont   produit   des   évènements),  les  salles  de  concert  (62,7%),  les  bars  à  ambiance  musicale  (56%)  et  les  établissements   de  plein  air  (36,9%).                 0%   10%   20%   30%   40%   50%   60%   70%   Zénith     Parc  des  exposimons     Salle  municipale     Etablissements  spéciaux  (Chapiteaux,  structures   gonflables,  parcs  de  stamonnement  couverts,   établissements  floyants...)     Salle  de  musique  actuelle  convenmonnée  (SMAC)     Café-­‐concert  (avec  une  scène  dédiée  au  spectacle)     Etablissement  de  plein  air     Bar  à  ambiance  musicale   Salle  de  concert     Club/discothèque    
  20. 20. 20       iii. Contractualisation     Les  modes  de  contractualisation  les  plus  usités  par  les  organisateurs  avec  les  lieux  qui  les  accueillent   sont  la  location  –  ou  production  directe  –  à  64,6%  et  la  co-­‐production  pour  51%  d’entre  eux.   Les  professionnels  et  amateurs  diffèrent  sur  les  autres  modes  de  contractualisation  qui  régissent  les   relations  avec  les  salles.  Si  les  amateurs  sont  33,8%  à  passer  des  accords  informels  avec  des  lieux   (pratique  notamment  utilisée  dans  le  cadre  de  soirées  dans  des  bars),  les  professionnels  ne  sont  que   13,6%  à  reconnaitre  avoir  une  telle  pratique.  A  l’inverse,  alors  le  contrat  de  cession  est  utilisé  par   44%  des  professionnels,  seuls  10,8%  des  amateurs  ont  eu  recours  à  ce  type  de  contrat.   0%   10%   20%   30%   40%   50%   60%   70%   Aucun  (free-­‐party,  squay…)   Contrat  de  cession   Co-­‐réalisamon  avec    minimum  garanm  pour   l'organisateur   Co-­‐réalisamon  avec    minimum  garanm  pour  la   salle   Accord  informel   Mise  à  disposimon  gratuite     Co-­‐producmon   Locamon  de  salle   ContractualisaQon  avec  les  lieux  
  21. 21. 21             0%   10%   20%   30%   40%   50%   60%   70%   80%   90%   Aucun  (free-­‐party,  squay…)   Accord  informel   Co-­‐réalisamon  avec    minimum  garanm  pour  la   salle   Co-­‐réalisamon  avec    minimum  garanm  pour   l'organisateur   Mise  à  disposimon  gratuite     Contrat  de  cession   Co-­‐producmon   Locamon  de  salle   ContractualisaQon  entre  lieux  et  professionnels   0%   10%   20%   30%   40%   50%   60%   70%   Contrat  de  cession   Co-­‐réalisamon  avec    minimum  garanm  pour   l'organisateur   Aucun  (free-­‐party,  squay…)   Co-­‐réalisamon  avec    minimum  garanm  pour  la   salle   Accord  informel   Mise  à  disposimon  gratuite     Co-­‐producmon   Locamon  de  salle   ContractualisaQon  entre  lieux  et  amateurs  
  22. 22. 22       e. L’artistique   i. Style  les  plus  représentées   Le  style  de  musique  électronique  le  plus  représenté  sur  scène  est  la  techno,  programmée  par  71,6%   des  organisateurs.     Suivent  la  house  (58,9%)  ;  l’électro  (58%)  ;  la  bass  music,  terme  qui  regroupe  dubstep,  drum’n’bass  et   jungle  et  que  l’on  retrouve  dans  la  programmation  de  45,4%  des  organisateurs.  La  dance  et  l’EDM  ne   sont  présentes  que  chez  5,7%  des  membres  du  panel.   Dans  la  catégorie  «  Autre  »,  on  retrouve  notamment  le  dub  cité  par  3,9%  des  répondants,  la  deep-­‐ house  (2,6%)  ou  encore  le  nu-­‐disco  (2,2%).   Notons  que  3,9%  des  organisateurs  citent  également  le  hip-­‐hop  dans  les  styles  qu’ils  programment,   et  que  d’autres  musiques  actuelles  comme  le  rock  et  le  reggae.     0%   10%   20%   30%   40%   50%   60%   70%   80%   Nu-­‐disco   Deep-­‐house   Dub   Dance  (musique  dancefloor  grand  public)   Autre   Hardcore,  Hardtek,  Frenchcore,  Tribe   Musique  expérimentale  (noise,  ambient,   acousmamque)     Trance,  Goa     Minimale  et  IDM   Bass  music   Électro   House   Techno   Musique  programmée  
  23. 23. 23     Il   est   également   intéressant   de   remarquer   que   40,2%   des   organisateurs   (92   sur   229   répondants)   organisent   également   des   évènements   non-­‐électroniques.   Mais   pour   88,5%   d’entre   eux,   les   évènements  électroniques  sont  majoritaires  dans  la  programmation.     ii. Nombre  d’artistes   Un   total   de   7  243   artistes   a   joué   dans   les   évènements   de   209   organisateurs   en   2012,   soit   une   moyenne  de  37  artistes  programmés  par  chaque  organisateur  avec  une  médiane  de  20  artistes.   Amateurs   et   professionnels   se   démarquent   sur   le   nombre   d’artistes   programmés,   puisque   3  829   artistes   ont   joué   dans   les   évènements   de   153   structures   amateurs,   soit   une   moyenne   de   25   par   structure   avec   un   maximum   de   150   artistes   programmés   par   un   seul   organisateur,   tandis   que   55   professionnels  ont  fait  jouer  3  354  artistes,  soit  une  moyenne  de  61  par  structure  avec  un  maximum   de  300  artistes.   f. Le  public  touché   i. Les  tranches  d’âge       Le  public  des  évènements  électroniques  est  majoritairement  jeune,  les  organisateurs  estimant  que   58%  du  public  a  moins  de  25  ans.  34%  des  amateurs  de  musiques  électroniques  ont  entre  25  et  40   ans,  et  les  plus  de  40  ans  représentent  8%  du  public  de  ce  type  d’évènement.               8%   50%   34%   8%   Moins  de  18  ans   18  -­‐  25   25  -­‐  40   Plus  de  40   0%   10%   20%   30%   40%   50%   60%   RéparQQon  des  différentes  tranches  d'âge  
  24. 24. 24     ii. Le  nombre  de  spectateurs         Les  estimations  du  public  reçu  par  les  organisateurs  lors  de  leurs  évènements  en  2012  permettent   d’évaluer  le  nombre  total  de  participants  :     -­‐ Minimum  :  660  000  personnes,  soit  3  084  par  organisateur  en  moyenne   -­‐ Moyenne  :  1  114  750  personnes,  soit  5  209  par  organisateur  en  moyenne   -­‐ Maximum  :  1  569  500personnes,  soit  7  734  par  organisateur  en  moyenne   Une  fois  encore,  professionnels  et  amateurs  montrent  une  différence  dans  le  nombre  de  spectateurs   reçus,   le   nombre   d’évènements   et   la   jauge   moyenne   des   évènements   de   chaque   catégorie   d’organisateur  entraine  mécaniquement  un  plus  grand  nombre  de  participants  aux  évènements  des   professionnels  :  les  amateurs  ont  reçu  en  moyenne  3  753  personnes  dans  l’année,  les  professionnels   13  908.   0%   5%   10%   15%   20%   25%   30%   35%   Moins  de   500     Entre  500   et  1000      Entre   1000  et   3000     Entre  3000   et  5000     Entre  5000   et  10  000     Entre   10  000  et   20  000     Plus  de   20  000   Public  reçu  
  25. 25. 25         4. Les  problèmes  rencontrés   61,6%  des  organisateurs  électroniques  ont  rencontré  des  difficultés  lors  de  la  préparation  ou  de  la   réalisation  de  leurs  événements.   33,5%  des  organisateurs  du  panel  ont  été  victimes  de  ce  qu’ils  qualifient  de  discrimination  musicale.   Les   problèmes   concrets   les   plus   souvent   rencontrés   sont   les   refus   d’autorisations   municipale   ou   préfectorale  qui  ont  déjà  concerné  29,9%  des  organisateurs,  29%  ont  également  fait  face  à  des  refus   de  location  de  salle  ou  des  refus  d’autorisation  de  fermeture  tardive  pour  23%  d’entre  eux.  Notons   également  les  pressions  des  autorités  sur  les  propriétaires  des  lieux  (20,5%),  ainsi  que  les  pressions   de  riverains,  regroupés  ou  non  en  associations  de  voisinage  (18%).   0%   5%   10%   15%   20%   25%   30%   35%   40%   Moins  de   500     Entre  500   et  1000      Entre   1000  et   3000     Entre  3000   et  5000     Entre  5000   et  10  000     Entre   10  000  et   20  000     Plus  de   20  000   Public  reçu  par  les  amateurs   0%   5%   10%   15%   20%   25%   30%   Moins  de   500     Entre  500   et  1000      Entre   1000  et   3000     Entre  3000   et  5000     Entre  5000   et  10  000     Entre   10  000  et   20  000     Plus  de   20  000   Public  reçu  par  les  professionnels  
  26. 26. 26         Des   pressions   sur   l’organisation   et   le   public   sont   citées   par   certains   répondants   qui   se   sont   vus   imposer  des  mesures  de  sécurité  parfois  lourdes  et  contraignantes,  ou  une  fouille  systématique  des   participants  sur  la  route  de  l’évènement.   Les  rapports  parfois  difficiles  avec  les  collectivités  locales  peuvent  aussi  selon  certains  se  traduire  par   des  difficultés  à  obtenir  des  subventions,  le  manque  de  considération  des  pouvoirs  publics  entrainant   entre  autres  des  difficultés  à  prouver  l’impact  positif  de  l’action  des  organisateurs  pour  la  collectivité.   Il  est  à  noter  qu’il  n’y  a  pas  de  différences  notables  entre  amateurs  et  professionnels  quand  il  est   question   des   problèmes   rencontrés,   on   retrouve   des   proportions   équivalentes   dans   les   deux   catégories  quelque     La  discrimination  musicale  s’exprime  également  par  la  difficulté  d’accès  aux  lieux  de  diffusion  :  66%   des  organisateurs  estiment  que  l’accès  est  souvent  voire  toujours  rendu  plus  difficile  du  simple  fait   que  le  plateau  proposé  est  composé  de  musiques  électroniques.   La  différence  entre  amateurs  et  professionnels  sur  ce  sentiment  est  ténue,  elle  ne  dépasse  jamais  les   10%  d’écart.   0%   5%   10%   15%   20%   25%   30%   35%   40%   Autre   Discriminamon  musicale     Pression  des  autorités  sur  les  propriétaires  des   lieux     Pression  d'une  associamon  de  voisinage     Refus  d’autorisamon  municipale  ou  préfectorale     Refus  de  délivrance  de  licence  de  débit  de  boisson   temporaire  de  2ème  catégorie     Refus  de  délivrance  d'une  autorisamon  de   fermeture  tardive     Refus  de  locamon  de  salle   Problèmes  rencontrés  
  27. 27. 27             52%   28%   14%   6%   SenQment  de  difficulté  d'accès  aux  lieux   Souvent   Rarement   Toujours   Jamais  
  28. 28. 28     5. LA  REGLEMENTATION     a. Comment  jugent-­‐ils  la  réglementation  ?   Seuls   7,3%   des   organisateurs   jugent   la   règlementation   en   vigueur   en   matière   de   taxes,   droits   et   obligations  comme  étant  claire  et  accessible.  Au  contraire  elle  est  jugée  comme  floue  et  complexe   par  75,5%  des  organisateurs,  et  incompréhensible  par  les  17,2%restants.     La  professionnalisation  des  acteurs  ne  change  que  peu  la  compréhension  de  la  règlementation.  Du   fait  que  l’organisation  d’évènement  est  leur  métier  :  les  professionnels  appliquent  mieux  les  lois  et   règles  en  vigueur  dans  le  spectacle  vivant,  mais  ils  les  jugent  quand  même  comme  étant  peu  claires,   puisque  seuls  9%  des  professionnels  jugent  la  règlementation  comme  claire  et  accessible  et  80%  la   jugent  floue  et  complexe,  11%  la  considérant  incompréhensible.                   76%   17%   7%   RèglementaQon  en  vigueur   Floue  et  complexe   Incompréhensible   Accessible  et  claire  
  29. 29. 29     b. La  pratique  :   i. Salariat  de  l’artiste     Le   salariat   de   l’artiste   et   le   mode   de   contractualisation   montrent   une   méconnaissance   de   la   présomption   de   salariat   de   l’artiste,   51,7%   des   organisateurs   ayant   recours   au   moins   occasionnellement  au  bénévolat,  alors  que  cette  pratique  est  interdite  par  la  loi.     En  effet,  selon  l’article  L7121-­‐3  du  code  du  travail2 ,  «  tout  contrat  par  lequel  une  personne  s'assure,   moyennant   rémunération,   le   concours   d'un   artiste   du   spectacle   en   vue   de   sa   production,   est   présumé  être  un  contrat  de  travail  dès  lors  que  cet  artiste  n'exerce  pas  l'activité  qui  fait  l'objet  de  ce   contrat  dans  des  conditions  impliquant  son  inscription  au  registre  du  commerce.  »  Un  artiste  peut   choisir  de  reverser  sa  rémunération  à  l’organisateur  de  l’évènement,  mais  ce  dernier  aura  tout  de   même  l’obligation  de  s’acquitter  des  charges  sociales  relatives  à  son  salaire.   De  même,  24,2%  règlent  des  factures  d’auto-­‐entrepreneurs  à  certains  artistes  qu’ils  programment   alors  que  ce  statut  ne  peut  être  choisi  par  un  artiste,  puisque  le  code  APE  correspondant  n’existe  pas,   comme  l’a  confirmé  une  circulaire  interministérielle  en  date  du  28  juillet  20103 .  Enfin,  18%  indiquent   utiliser   d’autres   manières   de   rémunérer   les   artistes,   qui   correspondent   souvent   en   un   paiement   liquide  non  déclaré.   Dans  le  cas  du  bénévolat,  29%  des  organisateurs  le  pratiquant  font  adhérer  les  artistes  concernés  à   leur  association,  57%  ne  le  faisant  que  parfois.                                                                                                                             2   http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000006189953&cidTexte=LEGITEXT00000 6072050&dateTexte=20080513   3  http://www.culture.gouv.fr/culture/dmdts/circulaire%20auto-­‐entrepreneur%202010-­‐002.pdf   Je  paye  directement  l’armste  en  umlisant  le  GUSO     Salaire  sous  forme  de  contrat  à  durée  déterminée   d'usage  en  tant  que  musicien     Autre   Salaire  sous  forme  de  contrat  à  durée  déterminée   d'usage  en  tant  qu’armste     Sur  facture  d’un  auto-­‐entrepreneur     Sur  facture  via  un  tourneur     Sur  facture  via  une  structure     Bénévolat     0%   10%   20%   30%   40%   50%   60%   Mode  de  rémunéraQon  des  arQstes  
  30. 30. 30     0%   10%   20%   30%   40%   50%   60%   70%   80%   Autre   Je  paye  directement  l’armste  en  umlisant  le   GUSO     Salaire  sous  forme  de  CDD  d'usage  en  tant  que   musicien     Sur  facture  d’un  auto-­‐entrepreneur     Bénévolat   Salaire  sous  forme  de  CDD  d'usage  en  tant   qu’armste     Sur  facture  via  une  structure     Sur  facture  via  un  tourneur     Mode  de  rémunéraQon  par  les  professionnels  
  31. 31. 31       ii. Le  rapport  aux  institutions     1. CNV   32,6%  des  organisateurs  s’acquittent  de  la  taxe  fiscale  sur  la  billetterie  du  CNV  (Centre  National  des   Variétés).  Les  professionnels  sont  64,2%  à  payer  cette  taxe,  les  amateurs  20,6%.   14%   des   organisateurs   du   panel   sont   affiliés   au   CNV,   quasiment   tous   professionnels.   Seuls   deux   d’entre  eux  ont  bénéficié  d’une  aide  de  l’organisme  hors  droit  de  tirage  (à  savoir  une  aide  financière   sur  un  festival  et  aide  à  la  trésorerie  pour  l’un,  et  une  aide  export  et  un  plan  d’action  conjoncturel   pour  l’autre).   2. Sacem   54,5%   des   répondants   (104   sur   191)   paient   la   redevance   Sacem   sur   les   droits   d’auteurs.   Chez   les   amateurs,  ce  taux  est  de  44%  et  chez  les  professionnels  il  est  de  81,1%.   47,7%   des   organisateurs   qui   ne   paient   pas   la   Sacem   le   justifient   par   le   fait   que   les   œuvres   interprétées  lors  de  leurs  évènements  ne  font  pas  partie  du  répertoire  Sacem  ;  13,6%  ne  savaient  pas   qu’ils  devaient  s’acquitter  de  la  redevance  Sacem.     0,00%  10,00%  20,00%  30,00%  40,00%  50,00%  60,00%  70,00%   Salaire  sous  forme  de  CDD  d'usage  en   tant  que  musicien     Je  paye  directement  l’armste  en   umlisant  le  GUSO     Salaire  sous  forme  de  CDD  d'usage  en   tant  qu’armste     Autre   Sur  facture  d’un  auto-­‐entrepreneur     Sur  facture  via  un  tourneur     Sur  facture  via  une  structure     Bénévolat   RémunéraQon  par  les  amateurs  
  32. 32. 32       Le  taux  Sacem  le  plus  appliqué  est  celui  de  8,8%  réservé  au  spectacle  vivant  (appliqué  pour  40,6%  des   répondants),  suivi  du  taux  musique  enregistré  à  11%  (36,6%  des  répondants)  et  des  forfaits  (31,7%).     8,9%   des   répondants   bénéficient   d’un   taux   négocié,   qui   est   en   moyenne   de   7%   du   prix   de   la   billetterie.     Notons  qu’aucun  des  organisateurs  de  festival  du  panel  ne  bénéficie  d’un  taux  négocié.               48%   38%   14%   Pourquoi  ils  ne  paient  pas  la  Sacem   Car  les  œuvres   interprétées  ne  font   pas  parme  du   répertoire     Je  n’ai  pas  fait  la   démarche     8,9%   31,7%   36,6%   40,6%   Taux  négocié     Forfait   Taux  musique  enregistrée  à   11%     Taux  spectacle  vivant  à  8.8%     Taux  Sacem  
  33. 33. 33         3. SPRE   10,5%   des   organisateurs   (20   sur   190   répondants)   paient   la   redevance   de   droit   au   nom   de   la   redevance  équitable  pour  la  diffusion  de  musique  enregistrée.   6. La  professionnalisation     a. La  licence  d’entrepreneur  du  spectacle  vivant   La  licence  d’entrepreneur  du  spectacle  vivant  est  obligatoire  pour  toute  structure  privée  ou  publique,   à   but   lucratif   ou   non,   dont   l'activité   principale   est   la   production   ou   la   diffusion   de   spectacle   ou   l'exploitation   de   lieu   de   spectacle.   Si   l'activité   principale   de   l'entreprise   n'est   pas   d'organiser   des   spectacles,  la  licence  est  obligatoire  uniquement  à  partir  de  7  représentations  annuelles.  Jusqu'à  6   représentations   annuelles,   la   licence   d'entrepreneur   de   spectacles   n'est   pas   obligatoire  :   le   professionnel  est  considéré  comme  un  entrepreneur  de  spectacle  occasionnel.   Trois  catégories  de  licence  existent  :   1ère  catégorie  :   Exploitant  de  lieux  de  spectacles  aménagés  pour  les  représentations  publiques,   2ème  catégorie  :  Producteur  de  spectacles  ou  entrepreneur  de  tournées  ou  festivals,   3ème  catégorie  :  Diffuseur  de  spectacles.   Sur   les   196   participants   ayant   répondu   à   cette   question,   56   sont   détenteurs   d’une   licence   entrepreneur  du  spectacle,  soit  28,6%  des  organisateurs.  Dans  le  détail  ;  13,8%  des  amateurs  sont   titulaires  d’une  licence,  contre  66,7%  des  professionnels.   Les  catégories  les  plus  répandues  sont  les  catégories  2  et  3,  qui  sont  détenues  par  respectivement   22,9%   et   22,4%   des   titulaires   d’une   licence.   Les   licences   de   catégorie   1   (exploitant   de   lieu)   ne   concernent  que  4  membres  du  panel.   65%  des  détenteurs  d’une  licence  d’entrepreneur  du  spectacle  sont  titulaires  de  deux  licences  de   catégories  2  et  3.    
  34. 34. 34           44%  des  professionnels  qui  n’ont  pas  de  licence  le  justifient  par  le  fait  qu’ils  organisent  moins  de  6   spectacles   par   an,   bien   qu’ils   programment   tous   plus   de   6   artistes   sur   l’année.   28%   ne   sont   pas   intéressés.  Enfin,  28%  d’entre  eux  (soit  8%  de  l’ensemble  des  professionnels)  ne  la  connaissent  pas.       2%   16%   13%   2%   3%   64%   RéparQQon  des  types  de  licences   1ère  catégorie   2ème  catégorie   3ème  catégorie   1ère  et  3ème   1ère,  2ème  et  3ème   2ème  et  3ème   51%   23%   23%   2%  1%   Pourquoi  ne  pas  avoir  la  licence   J’organise  moins  de  6   spectacles  par  an     Je  ne  suis  pas  intéressé  par   ceye  licence     Je  ne  connaissais  pas  ceye   licence   La  DRAC  n’a  pas  renouvelé   ma  licence    
  35. 35. 35     b. De  la  free  au  légal   89   (40,1%)   des   organisateurs   du   panel   ont   déjà   organisé   des   free   parties   ou   des   raves   sauvages.   Parmi  eux,  20  sont  aujourd’hui  des  organisateurs  professionnels.       La  principale  raison  qui  pousse  les  organisateurs  à  aller  vers  la  free-­‐party  est  une  volonté  politique  de   revendication  de  droit  à  la  fête  libre  47,2%.  27,6%  passent  par  la  free-­‐party  pour  ne  pas  risquer  de   refus  d’autorisation,  et  21,4%  pour  ne  pas  avoir  à  effectuer  de  démarches  d’autorisation  ou  autres   formalités   administratives.   Pour   14,2%   des   organisateurs   de   free-­‐parties   ce   sont   les   difficultés   connues  pour  organiser  des  évènements  légaux  qui  les  ont  amenés  à  sortir  du  cadre  légal.     40%   60%   Avez-­‐vous  déjà  organisé  des  free-­‐parQes/raves   sauvages?   Oui   Non   0,00%   5,00%   10,00%   15,00%   20,00%   25,00%   30,00%   35,00%   40,00%   45,00%   50,00%   Vous  vous  êtes   réfugiés  dans  la   free  /  la  rave   sauvage  après   avoir  connu  des   difficultés  à   organiser  des   évènements  légaux     Pour  ne  pas  risquer   de  refus   d’autorisamon     Pour  ne  pas  avoir  à   faire  les  démarches   d'autorisamon  ou   autres  formalités   administramves   Par  volonté   polimque  (droit  à  la   fête  libre)     Autre  :   Pourquoi  organiser  des  free-­‐parQes  
  36. 36. 36     62,4%  des  organisateurs  concernés  ont  arrêté  l’organisation  de  ce  type  d’évènements  pour  diverses   raisons  :  lassitude  pour  39,6%  d’entre  eux,  suite  à  des  actions  de  répression  pour  35,9%  (saisie  de   matériel,   amendes,   condamnation),   ou   encore   parce   qu’ils   considèrent   qu’il   est   plus   facile   d’organiser  des  évènements  légaux  selon  32,1%  de  ces  organisateurs.   Les  organisateurs  qui  sont  toujours  actifs  dans  la  free-­‐party  représentent  13,3%  du  panel.  Notons   que  seuls  deux  participants  à  l’enquête  n’organisent  exclusivement  que  des  free-­‐parties.     c. Une  volonté  de  professionnalisation   Des  «  carrières  »  longues  :  55,5%  des  répondants  organisaient  des  évènements  électroniques  avant   d’exercer  dans  leur  structure  actuelle.     Sur   les   129   amateurs   répondants   à   la   question   «  comptez-­‐vous   développer   votre   activité   d’organisateur   dans   le   but   de   devenir   professionnel  ?  »,   35,7%   ont   répondu   par   l’affirmative,   et   37,2%  sont  indécis  à  ce  sujet.   S’ils  ne  sont  pas  forcément  intéressés  pour  devenir  organisateurs  professionnels,  108  participants  à   l’enquête,  soit  56,3%  des  répondants  à  cette  question,  se  sont  montrés  intéressés  par  une  formation   «  Organisation   d’évènements  »   que   propose   Technopol   –   Techno   Parade,   faisant   preuve   d’une   volonté  d’améliorer  leurs  connaissances  et  compétences.             1988   1989   1992   1993   1994   1995   1996   1997   1998   1999   2000   2001   2002   2003   2004   2005   2006   2007   2008   2009   2010   2011   2012   2013   Année  de  début  de  l'acQvité  d'organisaQon   d'évènements  électroniques  
  37. 37. 37     CONCLUSION   L’objectif   de   l’enquête   était   d’évaluer   le   poids   économique   et   les   pratiques   des   producteurs   électroniques   dans   le   secteur   des   spectacles   de   musiques   actuelles.   La   plupart   des   répondants   appartiennent  à  la  sphère  des  amateurs  et  des  organisateurs  alternatifs,  pour  ne  pas  dire  en  marge   des  organisateurs  professionnels.     Cette  enquête  souligne  encore  plus  la  nécessité  de  structuration  des  organisateurs  se  réclamant  des   musiques  électroniques  :     *   7%   des   sondés   connaissent   la   réglementation  :   la   méconnaissance,   voire   la   méfiance,   de   la   réglementation  du  spectacle  vivant,  profession  encore  réglementée,  est  très  importante,   *  10,5%  des  organisateurs  sondés  payent  la  SPRE  *,   *  46%  ignorent  ou  ne  veulent  pas  de  la  licence  d’entrepreneur  de  spectacle,   *  51,7%  des  organisateurs  ont  recours  au  moins  occasionnellement  au  bénévolat.     Il  faut  pondérer  les  résultats  à  la  lumière  des  éléments  suivants  :     1  –  Panel   Le  panel  est  déclaratif  et  ne  réunit  pas  toutes  les  sociétés  ou  associations  dont  l’activité  a  trait  à  la   production  de  spectacle  dans  les  musiques  électroniques.       2  -­‐  Économie  des  sondés.     Seuls   25   organisateurs   professionnels   (c’est   à   dire   avec   licence   d’entrepreneur   de   spectacle)   ont   répondu  à  cette  question.  Il  n’est  donc  pas  possible  d’évaluer  l’activité  réalisée  par  les  organisateurs   électroniques  en  France,  actuellement  en  pleine  expansion  avec  des  acteurs  internationaux  comme   Live  Nation  ou  des  producteurs  de  taille  plus  réduite  mais  réalisant  des  dizaines  de  milliers  d’entrées   à  des  tarifs  supérieurs  à  20€.     3  -­‐  L’amateurisme  dans  le  spectacle  vivant  est  une  pratique  constante  dans  la  scène  électronique.     L’enquête  révèle  une  économie  échappant  à  la  réglementation  du  spectacle  vivant  réalisée  par  les   «  amateurs  »  avec  une  moyenne  de  13  740€  par  les  75  sondés  ayant  répondu  à  la  question.  Cette   pratique  est  totalement  interdite  au  delà  de  6  représentations  annuelles  et  devrait  faire  l’objet  d’une   réglementation  simplifiée,  sur  le  modèle  de  la  déclaration  simplifiée  créée  par  l’article  53  de  la  Loi   Sécurité  Quotidienne  en  mai  2002  pour  encadrer  les  free  parties,  voir  la  proposition  ci  dessous.     4  -­‐  L’amateurisme  de  l’artiste  :     51,7%  des  organisateurs  ont  recours  au  moins  occasionnellement  au  bénévolat  de  l’artiste,   24,2%  règlent  des  factures  d’auto-­‐entrepreneurs  à  certains  artistes  qu’ils  programment.     Les  pistes  de  réflexion  possibles.     Les  organisateurs  recensés  sont  doublement  en  faute  face  à  la  réglementation  dans  les  deux  derniers   points  évoqués  précédemment.     Technopol  pose  la  question  de  la  place  des  organisateurs  «  amateurs  »  à  l’heure  de  l’Europe.  Comme   l’Union   Européenne   impose   une   libre   concurrence,   l’existence   de   la   licence   d’entrepreneur   de   spectacle  en  France  est  condamnée  à  terme.  Comme  la  réglementation  française  va  devoir  s’adapter,   n’y  a  t  il  pas  un  compromis  possible  pour  satisfaire  au  versement  des  redevances  de  droit  (Sacem),   des  charges  sociales  des  cachets  artistiques  et  personnel  technique,  affiliation  au  CNV  et  taxes  sur  la  
  38. 38. 38     vente   de   boissons  ?   Nous   sommes   aussi   pour   une   simplification   des   critères   de   délivrance   de   la   licence  d’entrepreneur  de  spectacle.     Un   système   de   guichet   unique   à   la   GUSO   de   l’organisation   de   soirée   à   destination   des   petits   événements  serait  une  piste  pour  les  milliers  d’individus  organisant  des  réunions  à  caractère  musical   de  petite  jauge  et  qui  n’ont  ni  les  connaissances,  ni  l’envie  de  respecter  la  réglementation.     Quant  aux  artistes,  l’enquête  démontre  la  place  importante  de  ce  choix  de  statut  pour  facturer  les   prestations   artistiques.   L’auto   entreprenariat   de   l’artiste   oblige   celui-­‐ci   à   détenir   la   licence   d’entrepreneur  de  spectacle,  mais  ce  statut  lui  interdit  de  la  détenir.  L’artiste  amateur  est  donc  dans   une   impasse   face   à   la   loi.   Technopol   –   Techno   Parade   recommande   aux   artistes   de   créer   une   d’Entrepreneur   Individuel   à   Responsabilité́   Limitée   (E.I.R.L.),   mais   ce   type   de   forme   juridique   implique  une  gestion  fiscale  et  sociale  beaucoup  plus  importante.     Un  statut  de  l’artiste  indépendant  amateur  répondrait  à  la  situation  :  contre  un  stage  de  formation   sur  la  présomption  de  salariat  d’une  journée  l’artiste  amateur  se  verrait  autorisé  par  l’administration   à  facturer  de  manière  temporaire  et  limitée  afin  qu’il  puisse  devenir  professionnel  et  donc  salarié.     À   la   lumière   des   résultats   obtenus,   le   réseau   Technopol   –   Techno   Parade   continue   son   travail   de   structuration   et   d’accompagnement   des   acteurs.   La   priorité   de   notre   travail   d’observation   se   concentrera   sur   une   étude   de   simulation   d’un   écosystème   idéal   des   musiques   électroniques   en   France  similaire  aux  autres  pays  européens.  Les  Pays-­‐Bas  sont  un  pays  modèle  d’un  environnement   plus  propice  que  celui  de  la  France  pour  le  développement  des  cultures  et  musiques  électroniques.     Paris,  vendredi  19  décembre  2014.     Enquête  réalisée  par  :     Théo  Jacquet  (avril  2013  :  juillet  2014)  comme  chargé  de  mission  polarité  Organisateurs   Avec  l’aide  de  Clémence  Richert,  stagiaire.   Conclusion  rédigée  par  Christophe  Vix-­‐Gras,  chargé  de  mission  (juillet  2012  /  décembre  2014).     *  Technopol  –  Techno  Parade  milite  depuis  des  années  pour  la  déclaration  en  tant  que  spectacle  vivant  des   événements  électroniques  au  motif  que  les  artistes  (musiciens,  DJs,  VJs…)  sont  des  artistes  à  part  entière  et   non  des  animateurs,  comme  la  SPRE  a  tendance  à  estimer.   Contact  Technopol  –  Techno  Parade  :     Tel.  01  53  36  04  19   Mail  :  info@technopol.net     Enquête  réalisée  en  partenariat  avec  :                 Avec  le  soutien  du  :                                                                                                  
  39. 39. 39              
  40. 40. 40     ANNEXE  :  LE  PANEL     RAISON  SOCIALE   CP   VILLE   1001  BASS   42100   SAINT-­‐ETIENNE   A  COUP  D'ZIK   77420   CHAMPS  SUR  MARNE   ACETONE     25200   BETHONCOURT   ACTIVE  TECHNO  SOUND   77720   QUIERS   ADVANCED  BEATS   31000   TOULOUSE   ALL  IN  ELECTRO   75011   PARIS   AMICAL  SOUND  SYSTEM   59000   LILLE   ANTRE2   75010   PARIS   ARTY  FARTY   69002   LYON   ASSO  3MD   76700   HARFLEUR   ASSOCATION  MOÏ  MOÏ   64500   CIBOURE   ASSOCIATION  "LES  ENFANTS  DE  LA  PLUIE"   67800   BISCHEIM   ASSOCIATION  AMNEZIC   44000   NANTES   ASSOCIATION  BEBOP  SWING   31000   TOULOUSE   ASSOCIATION  ECHO  SONOR'   65240   BAGNÈRES  DE  BIGORE   ASSOCIATION  HADRA   38000   GRENOBLE   AT  HOME   30000   NIMES   ATRAP  RAVE   73000   CHAMBERY   AUDIOCORP  (ELECTROBOTIK  INVASION)   13080   AIX  EN  PROVENCE   AUDIOGENIC   92110   CLICHY   BASS  JUMP   38400   ST  MARTIN  D  HERES   BEAR'D  BOUNCE   67000   STRASBOURG   BEAT  ADDICTS   27110   LE  TREMBLAY-­‐OMONVILLE   BEAT  ME  FOR  A  BEAT   63000   CLERMONT-­‐FD   BEAT'S  KICK   51530   CUIS   BIG  BANG  CORPORATION  /  MARCEL  &  CIE   19100   BRIVE  LA  GAILLARDE   BIG  BROTHERS   75013   PARIS   BLEND  IT   75011   PARIS   BUREAU  DES  ETUDIANTS  SAINT-­‐CHARLES     13013   CHATEAU  GOMBERT     BYBC   75010   PARIS   CALME  MUSIC   92800   PUTEAUX   CARTON  PATE  HOUSE  MASTER  RECORD   38000   GRENOBLE   CHWET  PRODUCTIONS   75020   PARIS   CLYD  MUSIC  CONCEPT   67000   STRASBOURG   COLLECTIF  DES  HERETIQUES  UTOPISTES  (CHU)     BRETAGNE   COLLECTIF  PERCEPSION   07410   SAINT  FELICIEN   COM4PARTY  /  REPREZANT  MTP   34000   MONTPELLIER   COSMOPOLIZM   94140   ALFORTVILLE  
  41. 41. 41     CREATIVE  SOUND  PROJECT   31410   MAUZAC   DA  PYJAMA  CLUB   71100   SAINT  REMY   DANCEFLOOR  CONCEPT  BOOKING   17000   LA  ROCHELLE   DANCING   ROBOTS   (WE   ARE   THE   ROBOTS   /   BOOGIE   NIGHT  /  SUPER  BOOGIE)   35000   RENNES   DEVIATIONS  SONORES   44000   NANTES   EDDY  RUMAS   38000   GRENOBLE   ELECTRO  LEO  ASSOC   61000   ALENÇON   ELECTRO  LIBRE   59240   DUNKERQUE   ELECTRODIDACT   34000   MONTPELLIER   ELECTRONIC  ELEMENTS   75015   PARIS   ELECTROSCOPE   67000   RIXHEIM   ENYGMATIK  CREW   63190   BILLOM   ESKI  TARK   93170   BAGNOLET   F&D  COMPANY  (AGENCE  VATES)   92210   SAINT-­‐CLOUD   FAIRFAX   75018   PARIS   FEELING  &  SOUND   74200   THONON  LES  BAINS   FHD  RECORDING   75017   PARIS   FOLKLORE  COLLECTIF   31300   TOULOUSE   FORECAST  LABEL   75   PARIS   FR33JAK  CREW   13005   MARSEILLE   FRAGRANCE  SONORE   75019   PARIS   FREESSON   84470   CHATEAUNEUF  DE  GADAGNE   FULL  MUSIC  ART   21000   DIJON   GET  HORSES   44000   NANTES   GHETTO  ART   44100   NANTES   GOATRAX   78700   CONFLANS  SAINTE  HONORINE   GRITZ   50400   GRANVILLE   GROUPE  VENDOME  ORGANISATION   75002   PARIS   HARDPORK   16000   ANGOULÊME   HASTE   69001   LYON   HAT  RECORDS   67690   HATTEN   HETERO  CLIT   05000   GAP   HOUZ-­‐MOTIK   92600   ASNIERES  SUR  SEINE   ICE  CREAM  FACTORY   67000   STRASBOURG   INTERZONE   31000   TOULOUSE   JUNGLE  TREK   75000   PARIS   JUST  A  LITTLE  BEAT   69150   DECINES   KARMA  KUSALA   34120   TOURBES   KIRICREW  SOUND  SYSTEM   13003   MARSEILLE   L'ENTRE  DEUX  MONDES   33820   ST  CIERS  SUR  GIRONDE  
  42. 42. 42     L’ESPOIR  FAIT  VIVRE   30128   GARONS   LA  KONNECTION   37000   TOURS   LA  MANGOUSTE  PRODUCTIONS   75018   PARIS   LA  METAMORPHOSE   38000   GRENOBLE   LA  PETITE   31500   TOULOUSE   LA  SYMBIOSE  COMPAGNIE   78250   MEULAN   LE  CITRON  VERT   25000   BESANÇON   LE  MOUTON  NOIR   05100   BRIANCON   LE  SON  DU  COEUR  -­‐  PANORAMX   07200   ST  JULIEN  DU  SERRE   LE  SUBMERSIBLE   91120   PALAISEAU   LEO  WASSMER   71310   MERVANS   LES  ELECTROPICALES   97400   SAINT  DENIS  DE  LA  REUNION   LES  PLAGES  ELECTRONIQUES  (PANDA  EVENTS)   06200   CANNES   LES  SALES  MOMES   75020   PARIS   LIBERTY  OF  SOUND   45000   ORLEANS   LINKED   31500   TOULOUSE   LITE  LICHT   38000   GRENOBLE   LIVRAISON  SONORE   31000   TOULOUSE   LOGISTIK  SOUND   75012   PARIS   LUNARMOUTH/TORI  RECORDS   25660   FONTAIN   MATOOL  GROOVES   67000   STRASBOURG   MECANICK'S   93200   SAINT  DENIS   MEDIATEK   73000   CHAMBERY   MISSION  ELECTRO  SUD   47000   AGEN   MODULE  RECORDS   87000   LIMOGES   MOÏ  MOÏ  /  BALEAPOP   64500   CIBOURE   MONSTART     34000   MONTPELLIER   MUSACT   38000   GRENOBLE   MUSICAL  RIOT   13100   AIX  EN  PROVENCE   MUSIQUE  CONCEPT  SYSTEME     69008   LYON   NEO  TEK  SPIRITS   78480   VERNEUIL  SUR  SEINE   NEUROSONIC   94120   FONTENAY  SOUS  BOIS   NEWTRACK   75016   PARIS   NIBANA   78580   MAULE   NOCTUA   75003   PARIS   NOTHING  IS  DONE   13620   CARRY  LE  ROUET   NYKTALOP  MELODIE   86000   POITIERS   OCTARINE  PRODUCTIONS   21000   DIJON   OFFICE  MUNICIPAL  DE  TOURISME  PORT-­‐BARCARES   66420   LE  BARCARES   OLD  BOYS  MUSIC     59100   ROUBAIX   ONE  ONE  SIX   75003   PARIS  
  43. 43. 43     ORGAN  ART   34470   MONTPELLIER   OVER  SCENE   34000   MONTPELLIER   PACTK   38000   GRENOBLE   PERSHITUDE   77000   ESBLY   PHEROMONE  PRODUCTIONS   74650   CHAVANOD   PME  PANORAMA  DES  MUSIQUES  ELECTRONIQUES   93160   NOISY  LE  GRAND   PSYMAGIK-­‐PEOPLE   51150   TAUXIERES-­‐MUTRY   QUALITYLAB   91080   COURCOURONNES   RAW   35000   RENNES   REGARTS   31200   TOULOUSE   REMY  OTEZUKA  EURL   92700   COLOMBES   RISK   21000   DIJON   ROTATION   31000   TOULOUSE   ROYAL  PACIFIC  EVENTS  LLC   00988   NOUVELLE  CALEDONIE   SARL  CERCLE  2  FEU  PRODUCTIONS   63670   LA  ROCHE  BLANCHE   SARL   DOOP   EVENT   /   SARL   BHL   (TERMINAL   CLUB)   /   ASSOCIATION  ED'N  LEGS   69001   LYON   SARL  LA  NOCHE     31000   TOULOUSE   SARL  WBM  (BTRAX)   75008   PARIS   SAS  VERTIKAL   75006   PARIS   SAVAGE  PARTY   13006   MARSEILLE   SOLARYTHM   41700   OISLY   SOUS  TERRE   60500   CHANTILLY   SOUSLAJUPE   75000   PARIS   SUBAGORA   77470   POINCY   SUBTRONIC   67250   SOULTZ  /  FORET   SWARM   69001   LYON   SYMPHOMIX   69005   LYON   SYNAPSYS  KREW   51140   CHENAY   T.LESCO.P   29600   MORLAIX   TAPAGE  NOCTURNE  ITINERANT   67660   BETSCHDORF   TECHNOLAB   97434   SAINT  GILLES  LES  BAINS   TECHSOUND   90000   BELFORT   TECKYO   34000   MONTPELLIER   TEKNO-­‐EVENTS   94400   VITRY  SUR  SEINE   THE  DARE  NIGHT   38000   GRENOBLE   THEORIZ   69100   VILLEURBANNE   TINITUS  PRODUCTION   03000   NEUVY   TONNERRE  PRODUCTIONS   36100   ISSOUDUN   TOTAAL  REZ   69005   LYON   TRANSUBTIL   13006   MARSEILLE  
  44. 44. 44     TREUZZ  BASS   38367   SAINT  BERNARD  DU  TOUVET   TRIP  &  TEUF   92390   VILLENEUVE  LA  GARENNE   UNDERPOLIS   25000   BESANCON   UNISSON   94270   KREMELIN-­‐BICETRE   UNLIMITED  PUZZLE   68000   COLMAR   URBAN  NATION   33000   BORDEAUX   URBANBASS   34430   ST  JEAN  DE  VEDAS   VOLUM'   89690   CHEROY   VOUS  Y  ETES  !*   69002   LYON   WAY  OF  HOUSE   30900   NIMES   WAZACREW  ART'SYSTEM   38000   GRENOBLE   WE  ARE  THE  ORACLE  (WATO)   75002   PARIS   WELOVEREMIX   75017   PARIS   WISDOM   56100   LORIENT   WOBBLE   94800   VILLEJUIF   YES  WE  CAN  CAN  /  RADIO  BALISTIQ   36000   CHATEAUROUX   ZIRIS  RECORDS   13008   MARSEILLE   ZONE  HUMAINE   33130   BEGLES      

×