Epistémologie en SIC

279 vues

Publié le

Retour d'expérience doctorale sur la question de l'épistémologie en sciences de l'information et de la communication (SIC).
Présenté en 2014 et 2016 auprès de jeunes chercheurs dans le cadre de l'association REPLIC.

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
279
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Epistémologie en SIC

  1. 1. Questions épistémologiques et posture du chercheur-doctorant Clément Dussarps 12 janvier 2016 Retourd’expériencepersonnelle
  2. 2. Plan de la présentation • Interroger son approche théorique • Interroger son approche méthodologique • Quelques conseils pour finir…
  3. 3. Interroger son approche théorique
  4. 4. La question de l’épistémologie « De tradition et de vocation, l'épistémologie est le lieu où se débat de la manière la plus particulière et précisée le problème philosophique de la vérité ; le lieu où ce problème est projeté, circonscrit, déterminé, effectué. C'est le support où toute théorie de la connaissance, quelle qu'elle soit, est obligée d'aller prendre ses valeurs. » (Michel Serres, 1969) => Quel cadre théorique constitue le « socle » de notre recherche ? Dans quelle(s) discipline(s) ? => Pourquoi ces choix ? => Quel positionnement cela implique-t-il (choisir, c’est renoncer) par rapport à l’objet étudié ? => Ce positionnement est-il clair ? Précis ?
  5. 5. « Chercheur-doctorant » ? • Nous sommes en apprentissage • Nous avons droit à l’erreur… • … mais il est bon de l’anticiper • Sur les questions d’épistémologie : • Faire des recherches (livres, articles = Escarpit, Meunier & Peraya…) • Bien se renseigner sur les SIC et les disciplines éventuellement mobilisées dans le travail de thèse, • Demander aux collègues (de tout niveau), • Se demander comment un extérieur percevra votre approche, • Etc.
  6. 6. Les SIC • Les questions d’épistémologie sont complexes pour tout le monde • Idem pour la définition des SIC • Inter-disciplinaires ? • Pluri-disciplinaires ? • Trans-disciplinaires ? • Prendre conscience de ce qu’est une discipline (cadre théorique, outils méthodologiques, approche scientifique…)  écouter différents chercheurs de différentes disciplines sur un même sujet pour comprendre…!
  7. 7. Les erreurs possibles • Ne pas expliquer clairement en quoi l’objet de la thèse est info-communicationnel : • Cadre théorique en SIC ou à relier aux SIC, en replaçant son objet • Questions info-communicationnelles explicites et propres aux SIC, plus que des questions qui peuvent relever des Sc. de l’Education ou de la psychologie… • … via un vocabulaire explicite. • Ne pas aborder les questions de pluri/transdisciplinarité, même de manière succincte, en justifiant votre choix.  Avoir une posture claire et argumenter son choix.
  8. 8. Comment se rattraper ? • Si la thèse est déjà quasiment écrite, soit : • Il est encore temps de modifier certaines parties • La date butoir est très proche : ajouter une partie (possible en introduction, en partie théorique ou méthodologique…) expliquant son positionnement = cela montrera au moins que vous vous êtes posés la question • Si la thèse est déjà déposée : • Préparer la soutenance : la question du positionnement épistémologique semble fréquente en SIC • Au mieux, les rapports orienteront sur cette question (il vaut mieux être fortement critiqué avant que pendant la soutenance !) • S’ils ne le font pas : se préparer au cas où !
  9. 9. Interroger son approche méthodologique
  10. 10. La question de l’épistémologie « De tradition et de vocation, l'épistémologie est le lieu où se débat de la manière la plus particulière et précisée le problème philosophique de la vérité ; le lieu où ce problème est projeté, circonscrit, déterminé, effectué. C'est le support où toute théorie de la connaissance, quelle qu'elle soit, est obligée d'aller prendre ses valeurs. » (Michel Serres, 1969) => Comment questionner le terrain ? (ex. des individus) => Position de l’observateur (réalité relative) => Posture du doute permanent (et si je me trompais ?) => On produit de la connaissance => subjectivité
  11. 11. De la nécessitéde questionnersa posture • Car le (jeune) chercheur modifie parfois ce qu’il étudie … sans même s’en rendre compte • Influences selon la manière même dont est étudié l’objet • Approche d’un problème par un « angle » choisi ou contraint • Car d’autres ont fait des erreurs avant nous • Par tradition dans les SIC : qui sommes-nous, comment travaillons- nous, quelle est notre légitimité ? • Par plaisir intellectuel ! Terrain Chercheur en mouvement ? ? Approche écologique ? Echantillon ? Posture ?
  12. 12. Premiers pas… • J’étais jeune et insouciant  • Positivisme et déterminisme = passé de « matheux », appréhension de l’être humain maladroite par un excès d’objectivisme • Difficultés de cette approche : étudier un système complexe sous la forme de déterminismes ne convient pas => non généralisation, trop d’éléments à prendre en compte… • Méconnaissance du concept d’épistémologie • Critique et acceptation : l’être humain est complexe, il est inscrit dans un écosystème, qu’il influence et qui l’influence. On observe de grandes tendances, pas des vérités généralisables. • Constructivisme = de par sa recherche, le chercheur influence l’objet (ex : entretiens, questionnaires => « on était content qu’on s’intéresse à nous ») - cf. expérience Hawthorne, E. Mayo, 1924-32).
  13. 13. Méthodes d’investigation • Outils méthodologiques (~ sociologie, psychologie) : • Questionnaires : => Aperçu superficiel sous forme de statistiques => Permet d’éprouver des hypothèses avec outils mathématiques • Entretiens : => Précisions et confirmations des observations statistiques. On cherche à mieux comprendre. => L’humain est un système complexe… et chaotique ! Vivant dans un monde complexe… et chaotique ! => On ne peut pas tout savoir : il faudrait connaître les individus rencontrés => On considère qu’ils ne mentent pas
  14. 14. Méthodes d’investigation • Questionnaires : • Marge d’erreur (surtout en SHS) • Qui sont les répondants et… les non répondants ? => profils • /! Echantillonnage = peut-on généraliser ? => Penser à ces éléments pour concevoir le questionnaire et être le plus précis possible • Entretiens : • Que cherche-t-on à recueillir ? Emotions, gestuelle, regards, hésitations ? Représentations ? Eléments factuels (ex : actions réalisées) ? • Entretiens d’explicitation, semi-directifs, directifs…? • Concevoir une grille d’entretien a priori si le cadre théorique le permet
  15. 15. Posture épistémologique : entretiens • Posture compréhensive : • « comprendre, c’est perdre un peu de soi pour gagner un peu de l’autre, accueillir l’inconnu pour se dégager du connu » (Paillé & Mucchielli, 2008) • Recueillir « le vécu et le ressenti d’un autre homme […] à partir d’un effort d’empathie, des significations dont tous les faits humains et sociaux étudiés sont porteurs » (ibid.) • Attention : empathie n’est pas sympathie ; avoir du recul, ne pas faire de sentimentalisme, tout en restant humain ! Froid Insensible Non empathique Affecté Sentimental Romantique Chercheur
  16. 16. Posture épistémologique : entretiens • Influences ? • Toujours approfondir (« pourquoi », « en quoi », « comment »…) pour obtenir du factuel, aider à se rappeler • « Des gens très gentils ça s’est bien passé […] on renvoie une copie on demande des choses ça s’est très bien passé, très courtois, très encourageants, très chouettes » (Inès) => Très gentils ? Ça s’est très bien passé ? Encourageants ? Chouettes ? • L’idée est de limiter l’interprétation car : • Elle dépend du chercheur qui analyse • Elle est source d’erreurs • Elle augmente la subjectivité du résultat => Plus on est précis dans les informations demandées, plus on limite la subjectivité (rappel : postulat de base = l’apprenant ne ment pas)
  17. 17. Postureépistémologique: questionnaires • Influences ? • Thématiques du questionnaire = créent une ambiance • Formulation des questions : Ex : « Avez-vous eu des conflits avec les enseignants ? » => /! sous-entendu => « Comment sont vos relations avec les enseignants ? » neutre • Le chercheur interprète avec ses yeux => le cadre théorique doit aider à prendre de la distance • On observe des tendances, rarement des vérités générales (pas de déterminisme) • /! aux statistiques : des erreurs/approximations possibles, involontairement, selon la manière de traiter ou présenter les résultats => culture de base nécessaire
  18. 18. Pour finir…
  19. 19. Quelques questions… • Vous sentez-vous légitime dans la recherche ? • Si non : vous n’êtes pas seuls ! • L’épistémologie et la posture du chercheur sont toujours floues pour vous ? • Si oui : vous n’êtes pas seuls ! • Osez faire des erreurs ! Osez dire que vous ne savez pas ! Osez demander du soutien ! Osez être insuffisants ! • Mais ne vous complaisez jamais dans l’insuffisance… ;-)
  20. 20. Comment se préparer ? • Le directeur de thèse est là pour aider sur ces questions difficiles • Poser des questions à docteurs ayant récemment soutenus : qu’est-ce qui a posé problème ? Et si c’était à refaire, que changerais-tu ? Etc. • Un regard extérieur sur son travail est important : • Demander à d’autres chercheurs • Présenter sa thèse dans des colloques, séminaires, etc. • Et si possible, face à des chercheurs de sa discipline ou d’autres disciplines : ici aussi, mieux vaut être critiqué avant la soutenance !
  21. 21. Quelques questions… Osez explorer les terrains inconnus
  22. 22. Conseils bibliographiques(méthodes) • Paillé & Mucchielli (2008) • Vermesch (1994/2006)
  23. 23. Conseils bibliographiques(méthodes) • De bonnes bases sans mathématiques : • De bons savoir-faire, regard intéressant sur les stats :
  24. 24. Conseils bibliographiques • Berbaum, J. (s. d.). Etude systémique des actions de formation. • Bizeul, D. (2006). Les ressorts psychologiques sont-ils des faits ? In La méthodologie qualitative : postures de recherche et variables de terrain. Armand Colin. • Durand, D. (1979). La systémique, Que Sais-Je. PUF. • Le Moigne, J.-L. (2010). Les épistémologies constructivistes. Paris: [diffusion] Cairn.info. • Lesourne, J. (1976). Les systèmes du destin. Dalloz. • Morin, E. (1990a). Introduction à la pensée complexe. [Paris]: Seuil. • Morin, E. (1990b). Science avec conscience. Paris: Fayard : Le Seuil. • Morin, E. (1977). La Méthode. Tome I. Paris: Seuil. • Serres, M. (1984). Hermès Tome 1: La Communication. Éditions de Minuit. • St-Arnaud, Y. (1979). La psychologie: modèle systémique. Presses de l’Université de Montréal. • Watzlawick, P. (1980). Le langage du changement : éléments de communication thérapeutique. Paris: Editions du Seuil.
  25. 25. Merci de votre attention La parole est vôtre

×