Couleur(s) d'automne édition 2008

397 vues

Publié le

Entre Nature & Culture, Couleru(s) d'Automne est un festiva construit autour du concept «Ce que la nature donne, ce que l’Homme en fait».

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
397
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
37
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Couleur(s) d'automne édition 2008

  1. 1. Couleur(s) d’automne “Entre Nature et Culture” Festival Land art - Édition 2008
  2. 2. Couleur(s) d’automne “Entre Nature et Culture” Festival Land art - Édition 2008
  3. 3. Directeur de la publication: Robert Borrel, Président d’Annemasse Agglo Coordination éditoriale: Service Tourisme, en partenariat avec les services Culture et Communication d'Annemasse Agglo. Suivi éditorial: Bernard Pechaubès, Vice Président délégué au Tourisme, Catherine Deremble, Vice-Présidente déléguée à la Culture, Guillaume Mathelier, vice-président délégué à l’information et la Communication. Conception: Atelier Toro Bravo, Impression: Imprimerie Les Deux-Ponts Crédit photos: Magali Coquard, Eizo Sakata ISBN: 978-2-9534185 Dépôt légal: 2009 1000 exemplaires imprimés en France, sur papier recyclé à 60% et issu de forêts gérées durablement - FSC à 40%. Prix de vente 12,00 € TTC Aux partenaires qui ont permis la réalisation du festival land art: la Région Rhône-Alpes et le SIMBAL, la Villa du Parc - Centre d’art contem- porain d’Annemasse, Shopping Étrembières. Aux personnels des services administratifs et techniques. Aux personnels des services administratifs, d’animation et techniques des communes d’Annemasse Agglo. Aux bénévoles ainsi qu’à tous ceux qui ont permis la réalisation de Couleur(s) d’automne. Annemasse Agglo remercie également tous les partenaires de Couleur(s) d’automne: La Région Rhône Alpes - Le SIMBAL - Le SIFOR - L’Office du Tourisme de l’agglomération Annemassienne - La TAC - La Villa du Parc Centre d’Art Comtemporain - Botanic Shopping Étrembières - Le Crédit Agricole - Le Lycée Professionnel du Salève - La Maison Familliale et Rurale de Bonne - L’Imprimerie Uberti Jourdan. Annemasse Agglo tient à exprimer aux artistes sa reconnaissance et son admiration. Annemasse Agglo tient à exprimer ses remerciements:
  4. 4. ARTISTES 2008 Dominique Aussage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 4-5 Yves Deloustal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 6-7 François Fréchet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 8-9 Pierre Guimet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 10-11 Brigitte Kohl. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 12-13 François Lelong . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 14-15 Marie Loiseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 16-17 MADE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 18-19 Myriam Martinez . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 20-21 Marie-Lorraine Peignier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 22-23 Pascale Planche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 24-25 Régine Raphoz. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 26-27 Sylvaine et Arnaud de la Sablière. . . . . . . . p 28-29 Eizo Sakata . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 30-31 Jean-Pierre Treille. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 32-33 Jean-Marc Voillot. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 34-35 Chers lecteurs, En 2007, la Communauté de Com- munes des Voirons relevait le défi d’organiser autour du lac de Machilly un événement original, articulé autour du lien qui unit l’homme et la nature. Couleur(s) d’automne est né. La Communauté d’agglomération Annemasse Agglo, constituée en janvier 2008, a placé cette rencontre automnale comme un rendez-vous incontournable de notre territoire. Un rendez-vous où la nature est célébrée sous toutes ses formes… Une nature cultivée, par les produc- teurs du marché aux plantes rares. Une nature interprétée, par les confé- renciers des rencontres thématiques. Une nature cuisinée, par les chefs cuisiniers et pâtissiers du restaurant végétal. Une nature imaginée, par les enfants des ateliers de création land art. Et finalement, une nature re-créée, par les artistes du Festival land art et art éphémère. Grâce à la photographie, partie inté- grante de la démarche artistique land art, vous découvrirez les œuvres réalisées lors des éditions 2007 et 2008, par des artistes nationaux et internationaux. L'idée surprenante de sortir l'art du traditionnel musée n’est plus à argu- menter… La preuve est là… Le lac devient l’écrin naturel d’une création originale, parfois monumentale, par- fois intimiste, parfois émouvante, parfois provocatrice… Mais toujours éblouissante. Bernard Péchaubès Vice-Président délégué au Tourisme Cathy Deremble Vice-Présidente déléguée à la Culture
  5. 5. Bessas (07) aussage.dominique@wanadoo.fr Dernières expositions: 2007: «Sur mon chemin un artiste passe» - Jaujac 2004: Intervention scénographique «Des routes» La Griotte - Die Dans ce village qu’est devenu la planète, tout le monde ne mange pas à la même table Dominique Aussage Convivialité – La terre nourricière Cette création tente de nous rappe- ler in situ que dans ce village qu’est devenu la planète, tout le monde ne mange pas à la même table… Encore une fois, le dévelop- pement de la production d’éthanol face à la multiplication des famines nous interpelle. Matériaux: Assiettes, piquets, colle 2 5
  6. 6. Échirolles (38) ydeloustal-art-plastique@club-internet.fr Dernières expositions: 2007: Fort intérieur/Fort extérieur - Fort du Mûrier - Gières 2006: Jazz picturales - Théâtre Romain - Vienne Yves Deloustal À marquer d’une pierre Au cours de la première moitié du XXème siècle, le grand-père paternel d’Yves Deloustal a récolté objets ma- tériels, photos, récits… auprès du peuple Ka Tu qu’il côtoyait. D’après une photographie brièvement anno- tée, représentant un poteau creusé d’une niche abritant un crâne humain et submergé par la végétation, Yves Deloustal a pu retrouver le rapport de son ancêtre relatant les faits. Partant des traces de cet événement, il met en scène, autour d’une sculp- ture recréée à l’image du poteau- niche et d’un galet symbolisant le crâne humain, des représentations dessinées des pages du texte et de photographies et leur juxtapose d’au- tres représentations de sa propre réalité. Matériaux: Tronc, planches de bois, charbon, galet, plante 4 7
  7. 7. Monbazillac (24) francois.frechet@wanadoo.fr http://pagesperso-orange.fr/francois.frechet Dernières expositions: 2008: «Girasol» - Guandu International Outdoor Sculpture Festival - Taipeh (Taiwan) 2007: «Le Passe-rivière» - Le Gorneton Solosary - Isère (France) 2007: «Labourer’s shed» - Greeen revolution Natuurkunst Drenthe (Hollande) François FréchetAqua-Terra « Aqua-Terra est une installation de l’eau à la terre. Elle symbolise le pas- sage de la vie, de l’eau à la terre, mais aussi le lien insécable entre l’eau et la terre. La terre, les plantes et les hommes ont besoin d’eau pour vivre. L’eau est un bien inestimable, précieux et en danger. La nature nous a donné de l’eau en immense quantité et qua- lité, c’est un bien universel. L’homme en a fait un liquide mortel, chargé de pesticides. L’homme en a fait une marchandise, une poule aux œufs d’or, privant les plus démunis de cette ressource appartenant à tous les êtres vivant sur cette terre. La nature nous a donné la terre, pour marcher, pour habiter, pour cultiver. L’homme en a fait une poubelle ou un désert, suivant les endroits et sui- vant surtout les intérêts mercantiles. L’homme a fait la déforestation, qui entraîne un lessivage des sols, la bonne terre s’en va… elle disparaît, il ne reste plus qu’un désert aride, qu’il faudra rééquilibrer à grands coups d’engrais chimiques, pour pouvoir y cultiver quelque chose. L’homme en a fait une matière stérile, à force de surexploitation. La nature nous a donné des plantes, des légumes. Des plantes pour nous soigner, pour nous vêtir, des légumes pour nous nourrir. L’homme en a fait des plantes monstrueuses. L’homme a modifié génétiquement les plantes et les légumes, pour qu’ils résistent à ces pesticides. La nature nous donnera ces plantes. L’homme les mangera. Et… » Cette structure, comme un animal sortant de l’eau, ressemble à une chaî- ne composée de plusieurs maillons, rappelant le lien entre l’eau et la terre entre tous les êtres vivants compo- sant la biodiversité. Matériaux: Branches, fils de fer, raphia6 9
  8. 8. Sciez (74) pierre.guimet@free.fr Dernières expositions: 2007: «Lard de la guerre» - Galerie de la MJC La Roche sur Foron 2007: Couleur(s) d’automne - Machilly 2006: Galerie Art espace - Thonon Pierre GuimetUne île nommée Utopie « Une île nommée Utopie» est une ins- tallation flottante qui se présente comme une plate-forme posée à la surface de l’eau, symbolisant une île basse et portant érigé le mot «Utopie». Prise ici dans le sens de «société idéale», l’utopie désigne également le lieu fictif, qui n’existe pas (u-topos = sans lieu) capable d’accueillir cette cité parfaite où la notion de propriété n’existerait pas et où l’homme, dédai- gnant les richesses matérielles, vivrait en totale harmonie avec lui-même et la nature. La littérature utopique décrit le plus souvent ce lieu comme étant une île. Matériaux: Bois, matériaux synthétiques, faux gazon, fleurs synthétiques 8 11
  9. 9. Montclar sur Gervanne (26) bkimage@wanadoo.fr www.brigitte-kohl.com Dernières expositions: 2008: Performance photographique «à 4 mails» - Quai du polar - Lyon 2008: Art in situ «La Terre comme Témoin» «Traumas» - La Roche sur Grane (26) 2008: «Within Walls» - Oxford Museum workshop Woodstock ( Angleterre) Brigitte KohlFaces-à-Faces – phase III d’un work in progress – Les flops. Dans le land art, la photographie est en général utilisée en témoin docu- mentaire de l’œuvre. Ce «work in progress» est une alter- native à cette problématique: l’artiste n’œuvre pas dans l’objet mais dans la proposition du changement de paysage et de l’interrogation. L’objet est un support à cette image qui intervient dans la lecture de l’en- vironnement – la facture des images interpelle – l’esthétique passe au second plan car la surprise provoque l’intérêt pour l’espace dans lequel cette émotion apparaît. Faces-à-faces est une proposition artistique expérimentale menée de- puis deux ans. Les FLOPS, sortes de portraits sur plateaux, plus grands que nature, soulignent, par leur implantation, la tension existante en- tre l’homme, son rapport à l’espace et à l’image, et le paysage. Matériaux: Plateaux en acier galvanisé alimentaire, impressions sur papier, verni marine 10 13
  10. 10. Nedde (87) françois-lelong@orange.fr Dernières expositions: 2007: Volcan de Jaujac (Ardèche) 2007: Arte Sella - Borgo Valsugana (Italie) 2006: Étangs d’art - Brocéliande (Bretagne) François Lelong Sans titre Matériaux: Arbuste, branchages 12 15
  11. 11. Saint Genix sur Guiers (73) dominiquefalda@orange.fr Dernières expositions: 2008: «Chapitre Nature» - Le Blanc 2008: «Rencontre des arts» - Mers sur Indre 2007: «I colori del Sacro» - Padova 2007: Étangs d’art, exposition d’art in situ - Brocéliande Marie Loiseau Les gardiens des rêves « Les gardiens des rêves existaient avant le début du temps, existeront après la fin du temps. Le temps des rêves est permanent. Les gardiens sont vêtus de lambeaux de tissu, de morceaux de vêtements, de vieux draps… C’est dans le lit que nous passons le plus de temps de notre vie terres- tre. C’est dans le lit que nous nais- sons, que nous nous aimons et nous mourrons. Le lit est le témoin privilé- gié de notre vie psychique. Le tissu qui nous entoure et nous protège est le filet dans lesquels s’enchevêtrent nos rêves. Les rêves ne sont pas personnels, ils sont des archétypes indépendants de toute temporalité. Les rêves nous habitent un instant ou l’instant d’une vie, puis s’en vont habiter d’autres hommes.» Marie Loiseau installe dans la nature ces gardiens en enterrant à leurs pieds des rêves confiés par des ano- nymes. Les gardiens sont des sculp- tures nomades, des sans-papiers qui ne transportent avec eux que leurs rêves ou les rêves qui leur sont confiés. Depuis quelques temps, ces sculptures sont installées par des voyageurs et occupent petit à petit des endroits secrets de notre pla- nète (désert de Libye, côte Turque, Gaspésie…) Matériaux: Plâtre, tissus, pieux en bois 14 17 Les rêves nous habitent un instant ou l’instant d’une vie
  12. 12. Massy (91) made.com@wanadoo.fr www.nature.art.free.fr Dernières expositions: 2008: Symposium de sculptures - Gongju - Corée 2008: Duos des arbres - Parc du Pilat 2007: Fête des feuilles - Parc de la tête d’Or - Lyon L’automne arrive, la nature va se dévêtir, perdre sa parure de parade MADETransparences d’automne « L’automne arrive, la nature va se dé- vêtir, perdre sa tenue de parade qu’elle a portée tout l’été et se draper des couleurs chaudes de l’automne qu’un rayon de soleil viendra cares- ser. A l’instar de la nature, nos vêtements portent les couleurs des saisons. En été, les robes portent les couleurs éclatantes des fruits et des fleurs, au printemps les camaïeu de vert rem- plissent les corsages. Avant les grands froids noirs et blancs de l’hi- ver, l’automne nous couvre de ses couleurs chaudes dans ses chemi- siers oranges, rouges, jaunes, ocres. Le vent va venir effeuiller la nature, pour la montrer toute nue.» Cette création constitue une invitation à entrer dans l’intimité de cette nature qui sur une corde à linge a étalé une partie de sa garde robe. Le vent, la pluie, vont peu à peu dévoiler ces transparences qu’un rayon d’au- tomne nous laissera entrevoir. Matériaux: Piquets en bois, branches, fil de fer, osiers, végétaux… 16 19
  13. 13. Paris martinez_myriam@yahoo.fr www.myriammartinez.free.fr Dernières expositions: 2008: Costumes du spectacle «Alb’atroz, solo sous surveillance» Compagnie Anouchka Vallon, festival des Hivernales - Avignon 2007: Installation de crochet sur arbre, festival Arts-au-vert - Le Maettlé 2007: Publications de photographies du Mexique, collection Kharakter, éditions du Terrail. 2007: Costumes et scénographie pour le spectacle «Nonobstant» de Stéphanie Auberville, espace Khiasma - Les Lilas. L’artiste démaille la terre pour la remailler à mesure humaine Myriam MartinezSources du dehors Tisser, c’est élargir l’air, créer du vide dans un paysage aux signes saturés, une nouvelle respiration dans le plein des choses. Une sorte d’enveloppe alvéolée, qui n’enferme pas mais dé- voile la sensualité qui nous relie au monde et qui porte le fruit nourricier. De manière silencieuse, et sans inter- rompre le cycle naturel, cette installa- tion soulève le tissu du paysage pour y introduire la lumière sous forme de nervures. Comme d’une bobine dont nous tenons tous nos origines, cette œuvre consiste à jouer avec les fils, de les rendre danseurs du secret originel ainsi dévoilé. A la manière de l’agriculteur, l’artiste démaille la terre pour la remailler à mesure humaine, qui est une mesure silencieuse, celle du paysage et du travail des terres. Matériaux: Laine et/ou coton pour crochet 18 21
  14. 14. 20 23 Saint-Pierre de Chartreuse (38) mlorrainep@orange.fr Dernières interventions: 2008: Festival Rencontres Brel - Saint-Pierre de Chartreuse (38) 2007: Festival Rencontres Brel - Saint-Pierre de Chartreuse (38) LifeBOX L’angle droit est incongru dans une production de la Nature. Cette sur- face rectangulaire cache et calque tout à la fois le morceau de paysage qu’elle tente de reproduire. Le tissage du papier, issu à la fois du monde végétal et du monde industriel nous rappelle le monde dans lequel nous évoluons tous. En se référant aux pra- tiques «primitives», des débris orga- niques (matière végétale, animale, minérale) sont insérés à cette base. La présence d’un vestige d’embal- lage alimentaire trouvé à proximité du site témoigne du lien intime qui s’est mis à exister entre ces éléments (les déchets naturels et ceux de notre société de consommation) tout en faisant apparaître leur différence éco- logique fondamentale. D’une structure à l’autre, une suite de passages, de traversées de l’ex- térieur à l’intérieur se succèdent. De loin, on peut s’amuser à retrouver l’angle de vue unique où l’image semble se reconstituer. Matériaux: Bois et ficelle, papier, matière végétale, animale, minérale, vestiges d’emballages Marie-Lorraine Peignier
  15. 15. Image à 100% trop petite, taille désirée pour les images: 300dpi pour une largeur/ hauteur minimale de 18/19 cm… (cadrage carré!)
  16. 16. Goven (35) pascale.planche@wanadoo.fr www.pascaleplancheartist.free.fr Dernières expositions: 2008: «Girasol»- Guandu International Outdoor Sculpture Festival - Taipeh (Taiwan) 2007: «Le Passe-rivière» - Le Gorneton Seyssuel et Chasse sur Rhône (38) 2007: «Labourer’s shed» - Greeen revolution Natuurkunst Drenthe (Hollande) L’exubérance végétale, atout ou péril des changements à venir? Pascale PlancheFleur d’automne Cette installation, composée d’une structure de branches assemblées, dessine dans l’espace une forme rappelant la corolle d’une fleur surdi- mensionnée déjà étiolée, laissant voir ses nervures en cette fin d’été. Telles une fleur de physallis ou une feuille d’arbre usée par le temps, son ossa- ture apparaît, transparente et légère. L’installation «Fleur d’automne» met en valeur ce moment particulier de l’automne où la nature, avant de s’en- dormir, prépare et mature le réveil du printemps : les graines tombent à terre, s’enfouissent pour se préparer à renaître. Ici la graine est en terre, seule la corolle, sa protection est visible. L’exubérance de «Fleur d’automne» sortant de terre, dialogue avec le paysage des Voirons et nous mène entre réalité et imaginaire. L’exubé- rance végétale, atout ou péril des changements à venir? Notre empreinte menace la biodiver- sité, modifiant ces équilibres fragiles. Profitons des lieux, de la vie biologi- que et de l’énergie qui s’y déploient comme des rêves que nous pouvons y faire, en toute sagesse… Matériaux: Branches, pigments, liants, fils de fer 22 25
  17. 17. Reignier (74) regine.raphoz@wanadoo.fr Installations récentes: 2008: Carrefour des Résistances Saint Apollinaire de Rias (07) 2007: Sentier Art et Nature Le Gorneton Seyssuel et Chasse sur Rhône (38) 2007: Couleur(s) d’automne - Machilly (74) 2007: Installation commémorative, Chartreuse de Mélan (Commande Conseil Général de Haute-Savoie) Les hommes mènent le monde, à l’envers. Régine Raphoz¡¿On marche sur la tête?! Poirier IX08 latitude 46° 15' 09" longitude 06° 19' 55" Hommage rendu à une nature pré- cieuse et manière de réaffirmer qu’il convient pour notre survie de revenir sans cesse à un positionnement res- ponsable à l’égard des ressources naturelles. Cet arbre inversé est le signe em- blématique que nous marchons sur la tête, une façon de dénoncer la manière dont les hommes mènent le monde, à l’envers. L’arbre fruitier a été choisi afin de si- gnifier plus précisément que les vieux vergers se meurent. Matériaux : Poirier 24 27
  18. 18. Suresnes (92) 2.lasabliere@gmail.com www.a.s.lasabliere.free.fr Dernières expositions: 2008: Étangs d’Art - Brocéliande (Bretagne) 2008: Kielzog - Vollenhove (Hollande) 2008: Brid et broc’Art - Roisy (Champagne) Sylvaine et Arnaud de la SablièreQuête de sens… « Confrontés à un avenir menaçant, nombreux sont les docteurs en pros- pective prêts à nous indiquer des marches à suivre aussi fluctuantes que variées. L’accélération de l’his- toire, l’abolition des distances, la fré- nésie des communications boulever- sent les stratégies économiques et politiques. Plus les menaces se précisent (chan- gement climatique, pénurie d’éner- gie…), plus les boussoles des éco- nomistes semblent s’affoler, devenant girouettes sous les vents capricieux de l’intérêt immédiat. Au creux du lac de Machilly, site cal- me et agreste, une forêt mouvante de flèches est dirigée tous azimuts… Si elle paraît illustrer une quête de sens désordonnée, ou encore pointer alen- tour des menaces sur ce lieu magique, elle peut aussi être vue comme une invitation à s’y arrêter, et – pourquoi pas – rêver un instant dans cette na- ture paisible à ce que pourrait être le bon sens… » Matériaux: Perches, tasseaux, feuilles d’aluminium, blocs de polystyrène 26 29
  19. 19. Paris eizo@club-internet.fr http://eizo.club.fr Dernières expositions: 2008: «Arts au Vert» - Vallée de Munster - Alsace 2008: «Histoires d’Eaux, histoires d’Art» Gréoux - Alpes de Haute Provence 2007: «Chant de pluie, Rêve de fruits» L-gallery - Nagoya (Japon) Le soleil entrera au milieu des ouvertures avant de disparaître à l’horizon Eizo SakataObservatoire du coucher du soleil de l’équinoxe Depuis une dizaine d’années, Eizo Sakata réalise des œuvres in situ en respectant le principe à la lettre: ins- pirées par le lieu, construites avec des matériaux trouvés sur place et ins- tallées dans le même environnement. À l’origine, ces objets en plein air, dans les bois et les champs consti- tuaient des tentatives de réconciliation avec la nature. Puis ces objets ont été installés sur les terres cultivées, parfois dans les maisons, en bref dans le domaine de l’homme. Ces créations, souvent sans projet préalable, sortes d’improvisations avec le temps et l’espace commen- cent par des observations de la na- ture. Cette approche constitue pour Eizo Sakata une «Passivité active». Passivité puisque c’est l’environne- ment qui dirige la réalisation finale et active car la conception de ces œuvres nécessite une curiosité et une ouverture d’esprit. « L’observatoire du coucher du soleil d’équinoxe» est constitué d’un mur circulaire fait de bambous plantés dans le sol. Le mur a deux ouver- tures diamétralement opposées dans la direction Est-Ouest. Les soirs des 20 et 21 septembre, le soleil entrera au milieu des ouvertures, avant de disparaître à l’horizon. Matériaux: Bambous, tiges en fer, ficelle 28 31
  20. 20. Crest (26) jean-pierre.treille@wanadoo.fr www.jp-art.fr Dernières expositions: 2008: Exposition et workshop land’art Art in situ - les Amanins 2008: Lauréat du concours de nouvelles «Lire en vert» Mirande – Pyrénées-Orientales 2007: Exposition à Bonn au Kunstlerforum «dépaysement» Jean-Pierre TreilleCocktail L’intention est de montrer ici une scène qui met en relation directe l’eau naturelle du site et l’image culturelle commune que porte l’image de la boisson fraîche: farniente, vacances, confort, civilisation … Nature et culture communiquent direc- tement par la paille. Derrière cette image idéalisée de l’osmose entre l’homme et la nature se cache une double réflexion: - pour que ce plaisir simple soit encore possible, il faut protéger l’eau de la pollution - notre corps et la nature sont en relation plus directe qu’on pourrait le penser. Matériaux: PVC, bois, tissus, cuir 30 33
  21. 21. Pierrelatte (26) jm.voillot@wanadoo.fr www.jmvoillot.com Dernières expositions: 2008 et 2007: «Histoires d’eau, histoires d’art» Gréoux-les-Bains (Alpes de Haute Provence) 2006: Centre culturel Aragon - Oyonnax (Ain) 2006: «Feuilles mortes - Art vivant» - Parc de la Tête d’Or (Lyon) Jean-Marc VoillotLes trois miroirs de vert tournant (the turning three green mirrors) L’installation «les trois miroirs de vert tournant » est composée de trois jardins flottants, reliés entre eux et pouvant tourner sur un axe central. Elle propose au passant la réflexion… à la fois du paysage dans lequel s’in- sère l’œuvre, additionnée de l’image de son jardin. Composée telle un jeu architectural, ludique, interactif avec le public qui peut selon son choix intégrer l’œuvre par le reflet de sa personne dans le quadrillage des miroirs; elle permet au passant de méditer sur sa place dans le paysage aux couleurs d’au- tomne. Le jardin décline les variations de la vie du cycle naturel, de la terre vierge à la terre ensemencée (pelouse). L’eau par le reflet donne une version inversée doublant la dimension es- thétique. Matériaux: Bois, corde blanche, miroirs, pelouse, terre 32 35

×