Couleur(s) d'automne édition 2011

355 vues

Publié le

Entre Nature & Culture, Couleru(s) d'Automne est un festiva construit autour du concept «Ce que la nature donne, ce que l’Homme en fait».

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
355
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
45
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Couleur(s) d'automne édition 2011

  1. 1. Couleur(s) d’automne “Entre Nature et Culture” Festival Land art et art environnemental – Édition 2011
  2. 2. ARTISTES 2011 Dominique Aussage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 4-5 Violaine Dejoie-Robin. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 6-7 Luciano Di Rosa. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 8-9 Baptiste et Dominique Falda. . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 10-11 Sophie Goyard. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 12-13 Fabienne Guisle etJulie Pagesse . . . . . . . p 14-15 Margrit Neuendorf et Olivier Huet (les Fujak). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 16-17 Pedro Marzorati. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 18-19 Marie-Lorraine Peignier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 20-21 Polska. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 22-23 Muriel Pozzi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 24-25 Karin Van Der Molen. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 26-27 Directeur de la publication: Georges Deléaval, Président d’Annemasse Agglo Coordination éditoriale: Services Culture et Communication d’Annemasse Agglo Suivi éditorial: Catherine Deremble, Vice-Présidente d’Annemasse Agglo, déléguée à la Culture Gabriel Doublet, Vice-Président d’Annemasse Agglo, délégué à la Communication Conception: Atelier Toro Bravo Impression: Imprimerie Uberti-Jourdan Crédit photos: Padibi, Jimmy Rivet et Karin Van der Molen ISBN: 978-2-9534185-0-7 Dépôt légal: 2012 2 000 exemplaires imprimés en France, sur papier recyclé à 60% et issu de forêts gérées durablement - FSC à 40%. Prix de vente 12,00 € TTC UN ÉVÈNEMENT Annemasse-Agglo.fr Aux artistes du festival Land art et art environnemental, qui chaque année enchantent le lac de Machilly par leurs créations originales et aux photo- graphes qui immortalisent ces œuvres. À Annemasse les Voirons Tourisme, son Comité de Direction et son équipe, pour l’organisation logistique de Couleur(s) d’automne et la communication autour de cette manifestation. Aux personnels des services administratifs et techniques d’Annemasse Agglo et des communes qui la composent. Aux bénévoles ainsi qu’à tous ceux qui ont permis la réalisation de Couleur(s) d’automne. Aux partenaires qui ont contribué à la réalisation du Festival Land art et art environnemental en 2011: Le SIFOR – Les Brigades Vertes du Genevois – L’École des Beaux-arts du Genevois (EBAG) Art Catalyse – Landart.fr – La MAPRA – La Vie saine – La Maison Familiale et Rurale de Bonne – Shopping Etrembières – Padibi.com – France Bleu Pays de Savoie – Le Messager L’Imprimerie Uberti Jourdan – L’Atelier Toro Bravo. Annemasse Agglo tient à exprimer ses remerciements: Chers lecteurs, Depuis 2007, la Communauté d’ag- glomération Annemasse Agglo orga- nise au mois de septembre autour du lac de Machilly un événement original, articulé autour du lien qui unit l’homme à la nature. Au fil des ans, Couleur(s) d’automne est devenu un rendez-vous incontour- nable de notre territoire. Un rendez- vous où la nature est célébrée sous toutes ses formes… Une nature cultivée, par les produc- teurs du marché aux plantes et sa- veurs, Une nature interprétée, par les confé- renciers des rencontres nature et les bibliothécaires du salon de lecture, Et finalement, une nature re-créée, par les artistes du Festival land art et art environnemental. Pendant une semaine, une dizaine d’artistes utilisent le cadre du lac de Machilly comme un support naturel de création. Travaillant in situ, ces artistes utilisent les matériaux de la nature (bois, terre, pierres, sable, herbe, branches, pig- ments…) et creusent, plantent, dé- placent, tracent, tissent… en y ajoutant parfois des produits manufacturés, amenant ainsi le visiteur à porter un autre regard sur le paysage. Grâce à la photographie, partie inté- grante de la démarche artistique du Land art et de l’art environnemental, vous découvrirez les œuvres réalisées lors des éditions 2009 et 2011, par des artistes nationaux et internationaux. L'idée surprenante de sortir l'art du traditionnel musée n’est plus à argu- menter… La preuve est là… Le lac devient l’écrin naturel d’une création originale, parfois monumentale, par- fois intimiste, parfois émouvante, par- fois provocatrice… Mais toujours éblouissante. Georges Deléaval, Président d’Annemasse Agglo Cathy Deremble, Vice-Présidente d’Annemasse Agglo déléguée à la Culture Gabriel Doublet, Vice-Président d’Annemasse Agglo délégué à la Communication.
  3. 3. Aubenas (07) aussage.dominique@wanadoo.fr Dernières expositions: 2011: Sentier artistique de Chaillol (05) 2008: Couleur(s) d’automne, Machilly 2007: Sur mon chemin, un artiste passe, Jaujac (07) Dominique Aussage Séquençage «L’homme est une plante enracinée dans la terre et dans le ciel», Platon. Un signal, un signe… En esquissant la répétition en trame du dessin de jeunes arbres, Domi- nique Aussage s’aventure à un exer- cice de calligraphie ou à l’écriture d’une partition… L’installation, inspirée par les repré- sentations graphiques du séquen- çage de l’ADN, nous invite à imaginer une «nature» modifiée. Les recherches plastiques de Domi- nique Aussage s’inscrivent dans la lignée de ses premières expériences luminocinétiques, et dans une préoc- cupation constante de placer l’œuvre en tant qu’intervention modifiant notre lecture de l’espace. C’est l’interac- tion avec les éléments visuels de l’es- pace investi que nous percevons par notre déambulation, à l’intérieur, ou autour du dispositif, qui fait l’œuvre. Matériaux: bois, peinture. 4 5
  4. 4. Nantes (44) v.dejoierobin@gmail.com www.galerievdr.com Dernières expositions: 2011: Courant d’art, Dole (Jura) 2010: Étangs d’art, Pays de Brocéliande (Ille-et-Vilaine) 2010: Festival AP’art, Saint-Rémy de Provence (Bouches-du-Rhône) Violaine Dejoie-Robin Supplique En ces temps mouvementés où les catastrophes climatiques se multi- plient, nous pourrions un jour n’avoir plus que cet appel au ciel pour de- mander secours. Sans être aussi pessimiste, ce re- gard peut être aussi une émotion que l’on peut avoir devant un paysage d’automne: la nature donne un der- nier éclat flamboyant, l’été est loin, la brise du matin est froide, les brumes s’installent dans les vallées, et une certaine mélancolie nous en- vahie… Pendant vingt ans, Violaine Dejoie- Robin a travaillé en tant que cinéaste au rythme de 24 images par se- conde et aujourd’hui, elle réalise une image par mois. L’image prend dés- ormais le temps de sa matérialisa- tion et de sa maturation. Elle utilise une technique qui peut s’apparenter à de la tapisserie: l’image est compo- sée point par point. Le geste fait corps avec un travail archaïque. Matériaux: filet de pêche, toile de spi, cadre métal. 6 7 …nous pourrions un jour n’avoir plus que cet appel au ciel pour demander secours.
  5. 5. Torre del Greco (Italie) lucianodirosa@yahoo.it Dernières expositions: 2011: Sculpture Key West, Floride (États-Unis) 2011: In Situ 0.6, Arles (Provence-Alpes-Côtes d’Azur) 2010: Art Omi, NY (États-Unis) 2010: Sentier art et nature, Pontechianale (Italie) / Molines en Queyras (Hautes-Alpes) Luciano Di RosaLe chant suspendu Un domino bloqué à la moitié de sa chute. Les pièces ont un côté coloré et l’autre est réfléchissant. Tant qu’ils sont dans une position verticale, ils ne se réfléchissent qu’entre eux. En revanche, en tombant, ils arrivent à ouvrir leur formation et à refléter l’espace naturel. C’est seulement en tombant qu’ils prennent leur sens. Et cette chute est produite par une réaction en chaîne: la pièce antérieu- re fait tomber la postérieure, laquelle en fait tomber une autre, jusqu’à la dernière pièce du domino, dans un processus qui, symboliquement, re- présente une dynamique de réconci- liation avec la nature. Pourquoi ce processus est inachevé? Ou peut-être est-il bloqué? Luciano Di Rosa laisse cette réflexion au spectateur. Entre-temps, les pièces du domino restent là dans l’attente de se laisser tomber, pour se coucher l’une sur l’autre. Matériaux: contreplaqué, fer, miroirs 8 9 Pourquoi ce processus est inachevé? Ou peut-être est-il bloqué?
  6. 6. Saint Genix sur Guiers (73) baptiste.falda@orange.fr dominiquefalda@orange.fr Dernières expositions: Baptiste Falda: 2011: Sentiers du Rhône, Cruas (Ardèche) Actuellement à la faculté d’Arts plastiques de Saint Étienne Dominique Falda: 2011: Résidence à la French Américan International School Portland Oregon (États-Unis) 2011: Sentiers du Rhône, Cruas (Ardèche) 2010: Parcours des fées, Crévoux (Hautes-Alpes) 2009: Couleur(s) d’automne, Machilly Hôtel des Oiseaux 35 chambres tout confort à l’usage des petits volatiles. Vue sur le lac. Chaque lieu de transit ou de loisir génère ses propres infrastructures et ses outils de développement. Ainsi une gare se couplera de son traditionnel «hôtel des voyageurs», un lieu balnéaire accouchera de ses «hôtels de la plage», «villa beau sé- jour», «résidence des bains»… L’homme laissant l’empreinte de ses loisirs sur le lieu et son imaginaire, Baptiste et Dominique Falda ont dé- cidé de renverser cette proposition en offrant aux premiers résidants tran- sitoires du lieu, les oiseaux, un hôtel composé de 35 chambres indivi- duelles. Matériaux: contreplaqué laqué. 10 11 35 chambres tout confort à l’usage des petits volatiles. Vue sur le lac. Baptiste vet Dominique Falda
  7. 7. Ville-la-Grand (74) sogo66@aliceadsl.fr http://sophie.goyard.over-blog.fr Dernières expositions: 2009 et 2007: Couleur(s) d’automne, Machilly 2006: Happening «sur les traces de la matière», Allinges (Haute-Savoie) 2006: Exposition personnelle «Mandalas», Annemasse Sophie Goyard Mauvaise graine (Canetta calamitas perennis) A l’origine de cette œuvre, un constat tout simple: la quantité d’emballages et autres déchets abandonnés avec insouciance dans le paysage urbain et naturel. Le travail métaphorique qui en résulte offre un regard à la fois humoristique et poétique sur cette négligence humaine et le manque de respect de l’environnement dont elle témoigne. A travers ce simple geste de recy- clage, il est possible de prendre cons- cience que toutes ces «mauvaises graines », lorsqu’on prend la peine de les récolter puis de les cultiver, peuvent se transformer en «remar- quables espèces horticoles»… Matériaux: canettes aluminium, fil métallique, bouteilles plastiques. 12 13 …un regard à la fois humoristique et poétique sur cette négligence humaine…
  8. 8. Nous fantasmons sur ces territoires lointains. Nous rêvons d’un paradis perdu. Lyon (69) julie.pagesse@free.fr fb.guisle@gmail.com Dernières expositions: Julie Pagesse: 2010: Festival P’ARTcourt dans la ville, Bron (Rhône) 2010: Festival International des Jardins, Domaine de Chau- mont-sur-Loire (Loir-et-Cher) 2009: Installation de la couverture végétale de la Fuste de Hans de W., Saint-Martial (Corrèze) Fabienne Guisle: Architecte paysagiste En cours: poésie autour de l’abandon et des mutations. Mise en parallèle des producteurs du marché de Lyon (Croix-rousse) et des territoires agricoles de l’agglomération par l’outil photo- graphique. Réflexion sur les enjeux et les transformations que subissent ces espaces. Julie Pagesse et Fabienne GuisleCeci n’est pas… et ça? Nature, espace naturel, nature vierge, campagne, verdure, les concepts et les définitions sont parfois flous et les exemples nombreux. D’une part, on nous donne à voir à travers des émissions télévisées une nature riche, luxuriante, presque vierge, souvent éloignée. On nous vend des trecks, des aventures Nature… Nous fantas- mons sur ces territoires lointains. Nous rêvons d’un paradis perdu. D’autre part, nous fuyons la ville le week-end et partons à la campagne, véritable lieu de villégiature, lieu res- sourçant, ludique. Mais au fait, qu’est ce que la nature ? L’illusion de l’absence de l’homme ? Une certaine valeur écologique ? Ou quelque chose de plus global ? Cette question est au centre du con- cept de Julie Pagesse et Fabienne Guisle. À la manière de Magritte qui pendant près de 40 ans a interrogé le rapport entre l’objet, son identifica- tion et sa représentation («Ceci n’est pas une pomme»), cette installation permet de questionner la notion de représentation de la nature en pro- posant divers points de vue sur l’es- pace environnant. Matériaux: pédalo, végétation prélevée sur site, terre, palettes et planches en bois, papier calque. 14 15
  9. 9. Avignon (84) fujak@orange.fr www.margritn.info www.olivierhuet.info Dernières expositions: 2011: Cycle d’Art Contemporain, Vernand (Loire) 2011: Sentier Art Nature du Gorneton, Chasse-sur-Rhône (Isère) 2011: Festival Land Art, Buthiers (Seine-et-Marne) 2010: YATOO International Residence, Wongol (Corée du Sud) Margrit Neuendorf et Olivier Huet (les Fujak) Grandeur nature Les interventions de Margrit Neuen- dorf et Olivier Huet en Land art sont animées par une préoccupation ré- currente: quelle est la place de l’hom- me dans la nature, mais aussi quelle place se donne-t-il? L’installation proposée à Machilly est en lien avec le paysage vaste et ouvert du lac et donne à voir au sens littéral «l’échelle du paysage». Dans la pente enherbée, une inscription monumen- tale représente une échelle métrique à taille réelle, et donc grandeur nature. Cette sculpture confère au lac et à son environnement une nouvelle lec- ture, que le promeneur expérimente en arpentant la carte du territoire. Matériaux: herbe. 16 17 …quelle est la place de l’homme dans la nature, mais aussi quelle place se donne-t-il?
  10. 10. Paris (75) pedromarzorati@gmail.com www.pedromarzorati.com Dernières expositions: 2011: Drawing Now, Salon du dessin contemporain, LUCIE WEIL & SELIGMANN, Paris 2011: I PARK, USA 2011: Chemin faisant, Villeneuve Lez Avignon 2010: Festival Out of space, Pays-Bas Pedro MarzoratiWhere the Tides Ebb and Flow “Where the Tides Ebb and Flow” est une installation de land art qui illustre le thème de la montée des eaux suite au réchauffement de la planète. Elle se positionne comme un acte de «militantisme poétique» destiné à faire prendre conscience d’une pro- blématique prégnante. Ces sculp- tures plus ou moins immergées repré- sentent les populations qui sombrent déjà dans les flots ou qui menacent bientôt de l’être. Cette installation devient un emblème poétique des problèmes et des inégalités dus au réchauffement climatique. Matériaux: résine, fer. 18 19 …acte de «militantisme poétique» destiné à faire prendre conscience d’une problématique prégnante.
  11. 11. 22 23 Image à 100% trop petite, taille désirée pour les images: 300dpi pour une largeur/ hauteur minimale de 18/19 cm… (cadrage carré!) Paris (75) polskapolska@free.fr www.polskapolska.com Dernières interventions: 2011: Jardin de Belleville, Paris 2010: Fête des feuilles, Parc de la Tête d’Or, Lyon 2010: Festival éphémère de L’Estran, Tregastel (Bretagne) La nuageuse Légère, très légère comme une feuille d’arbre en automne, elle tremble aux premiers vents. Elle se détache dou- cement sur un fond de ciel ou d’eau, comme une calligraphie rehaussée de lavis. Construite avec la nature et pour la nature: branches de bambous doré, osiers rouge, brun ou noir choisis, elle se revêt de crin ou de lin, roux, blond, blanc ou noir en dégradé. Elle semble paraître fragile mais elle danse comme le feuillage d’automne lorsque la pluie lui donne un poids lé- ger mais suffisant… Elle ne craint pas les intempéries, elle fait partie de la nature. La spirale bleue qui l’entoure exprime l’énergie de l’automne. Celle qui enroule la feuille de l’automne lorsqu’elle a quitté sa branche. La pirogue est solitaire, silencieuse, secrète, porteuse de tous les rêves dont nous voulons bien la charger. Elle s’offre à la nature qui en est le maître d’œuvre… Les perches qui la soutiennent attra- pent les nuages et attirent les oiseaux. Rien n’est fixe… Tout est en devenir… Matériaux: bambous, osiers, crin, chanvre. Polska La pirogue est solitaire, silencieuse, secrète, porteuse de tous les rêves dont nous voulons bien la charger.
  12. 12. Bonne (74) pozziandco@hotmail.fr Dernières expositions: 2010: Grand art, Epagny (Haute-Savoie) 2009: Sentier Art Nature du Gorneton, Chasse-sur-Rhône (Isère) 2008: Floralies internationales, Genève 2008: Exposition «Poulompioukou», Vienne (Isère) 2007: Couleur(s) d’automne, Machilly …un mouvement qui part de la terre pour finir les pieds dans l’eau. Muriel PozziGraminées Tressées, attachées et suspendues à des bambous, ces graminées toutes différentes se balancent au gré du vent pour former une œuvre monu- mentale gracieuse et poétique. Elles créent un mouvement qui part de la terre pour finir les pieds dans l’eau. Cette œuvre met en évidence l’im- portance de l’eau dans notre vie et notre environnement. Matériaux: bois, branches, feuillages et bambous. 24 25
  13. 13. Pays-Bas karin.molen@gmail.com www.karinvandermolen.nl Installations récentes: 2011: Atelier Heemtuin, Leiderdorp (Pays-Bas) 2011: Sculpture by the Sea, Aarhus (Danmark) 2011: Übergriffe, Landart Aachen (Allemagne) 2011: Kunst trifft Khole, Münster (Allemagne) …l’homme a besoin d’une aide pour s’habituer et devenir aussi agile qu’une tige de bambou dans le vent. Karin Van Der MolenLe passage Ce passage zèbre s’élève et disparaît dans le lac. Il signifie le passage d’une saison à l’autre, d’un monde à l’autre. Et les bambous ont déjà la couleur de l’automne… La nature est en perpétuel mouve- ment, elle change toujours. Parfois l’homme a de la difficulté avec ces changements et a besoin d’une aide pour s’habituer et devenir aussi agile qu’une tige de bambou dans le vent. Le passage est récurrent dans l’œu- vre de Karin Van der Molen, puisqu’il permet au spectateur de laisser libre cours à son imagination et parfois même d’entrer physiquement dans l’œuvre. Matériaux : bambous. 26 27
  14. 14. Saint-Pierre de Chartreuse (38) mlorrainep@orange.fr Dernières expositions: 2011: Fenêtres sur Combe Laval, Saint-Jean et Saint-Lau- rent en Royans, Drôme 2009, 2008: Couleur(s) d’automne, Machilly, Haute Savoie …percevoir différemment l’espace libre extérieur. Marie-Lorraine Peignier La Porte Par la présence surréaliste dans le paysage d’une porte - élément carac- téristique de l’habitat, dont elle est le filtre symbolique - Marie-Lorraine Peignier invite le visiteur à s’interroger sur l’espace construit, et ainsi à per- cevoir différemment l’espace libre ex- térieur. En ouvrant la porte sur une perspec- tive faussée, elle poursuit un travail mené sur la perception que nous avons de l’espace et notre façon de l’appréhender. Nous croyons sou- vent ce que nous voyons. La confrontation à la réalité physique est parfois surprenante. Matériaux: bois peint, métal. 20 21

×