L’information est
un médicament
comme les autres

Robert Perreault m.d. FRCPC
Collaboration : MédiMed - FMSQ
D’où vient l’idée?
La communication verbale a ses limites.

“Dans des conditions de rappel
réalistes, une très grande part...
D’où vient l’idée?
Lors d’une visite médicale,

36%

64%

des patients ne reçoivent pas
d’information relative

ne reçoive...
vont
tients
es pa
L

cher
donc

illeurs
her a
c
Y a-t-il un plan “B”

La difficulté de trouver une information bien dosée
et de source fiable représente un défi de taille...
Fondements empiriques
• Un environnement riche en information d’accès facile
constitue une part importante du dossier pers...
Nos objectifs
Documenter la faisabilité d’aider le professionnel
de la santé à informer son patient au sujet d’une
patholo...
Résumé des travaux
• Exploitation d’une base de données de plus de
3000 sujets, les plus souvent rencontrés, concernant
le...
Sélection de 100 sujets

Critère : fréquence du
diagnostic

Présentation par système

Assignation d’un code
numérique à qu...
Formation de 14 médecins à l’utilisation
de la base de données
• Chaque médecin recevait une
tablette de feuilles d’ordonn...
Suivi
•
•
•
•

Période couverte: 31 jours
Nombre de sessions: 161
Moyenne quotidienne: 5.19
Sessions fructueuses: 157 (97%...
Recours au moteur de recherche
au cours des sessions

Nombre de recherches

0

1

2+

Total

Nombre de sessions

52
32%

9...
Évaluation de l’expérience
• Les médecins participants se sont déclarés
satisfaits du modèle;
• Ils ont proposé une simpli...
Discussion
• Le besoin d’un tel outil est reconnu
• Son intégration à la routine de la pratique médicale n’est
pas simple
...
Évaluer l’information sur Internet et prescrire des ressources aux patients - Robert Perreault
Évaluer l’information sur Internet et prescrire des ressources aux patients - Robert Perreault
Évaluer l’information sur Internet et prescrire des ressources aux patients - Robert Perreault
Évaluer l’information sur Internet et prescrire des ressources aux patients - Robert Perreault
Évaluer l’information sur Internet et prescrire des ressources aux patients - Robert Perreault
Évaluer l’information sur Internet et prescrire des ressources aux patients - Robert Perreault
Évaluer l’information sur Internet et prescrire des ressources aux patients - Robert Perreault
Évaluer l’information sur Internet et prescrire des ressources aux patients - Robert Perreault
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Évaluer l’information sur Internet et prescrire des ressources aux patients - Robert Perreault

1 429 vues

Publié le

Présentation réalisée par Danielle Rose dans le cadre du colloque "La communication au coeur de la e-santé. Opportunités et enjeux pour les patients, les professionnels de la santé et les organisations" qui s'est déroulé le 3 octobre 2013 à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Cette session parallèle a été réalisée conjointement avec Danielle Rose et Monique Clar.
Présentation de Monique Clar: http://fr.slideshare.net/communication-e-sante/clar-monique
Présentation de Danielle Rose: http://fr.slideshare.net/communication-e-sante/rose-anielle

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 429
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
36
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Évaluer l’information sur Internet et prescrire des ressources aux patients - Robert Perreault

  1. 1. L’information est un médicament comme les autres Robert Perreault m.d. FRCPC Collaboration : MédiMed - FMSQ
  2. 2. D’où vient l’idée? La communication verbale a ses limites. “Dans des conditions de rappel réalistes, une très grande partie des instructions médicales données au patient ne sera pas remémorée”* *Sandberg EH, Sharma R, Santbertg WS. Anesthesiology. 2012 Oct:117(4):772-9
  3. 3. D’où vient l’idée? Lors d’une visite médicale, 36% 64% des patients ne reçoivent pas d’information relative ne reçoivent pas d’information quant à à surveiller à la maison en cas de besoin aux signes et symptômes qui contacter
  4. 4. vont tients es pa L cher donc illeurs her a c
  5. 5. Y a-t-il un plan “B” La difficulté de trouver une information bien dosée et de source fiable représente un défi de taille.
  6. 6. Fondements empiriques • Un environnement riche en information d’accès facile constitue une part importante du dossier personnel de santé tel que proposé au patient. • Une étude menée chez Kaiser Permanente auprès de 225,000 participants sur trois ans montre que : – Le taux de visites ajustées pour le sexe et l’âge a baissé de 26,2% – Les visites téléphoniques sur rendez-vous ont augmenté par un facteur de 8 et les échanges de courriels sécurisés par un facteur de 6* *Chen C, Garrido T, Chock D, Okawa G, Liang L. Health Aff (Millwood). 2009 Mar-Apr;28(2):323-33. doi: 10.1377/hlthaff.28.2.323. The Kaiser Permanente Electronic Health Record: transforming and streamlining modalities of care.
  7. 7. Nos objectifs Documenter la faisabilité d’aider le professionnel de la santé à informer son patient au sujet d’une pathologie ou d’une condition médicale associée; Faciliter l’accès continu à cette information par le patient et son entourage au lieu et au moment où celle-ci est requise; Aider le médecin à sauver du temps et de la répétition au cours des visites médicales.
  8. 8. Résumé des travaux • Exploitation d’une base de données de plus de 3000 sujets, les plus souvent rencontrés, concernant les problèmes de santé, les mesures d’autosoins et les pratiques préventives; • L’information était pondérée, validée de manière rigoureuse et conçue de manière à être compréhensible aux gens de niveau moyen de littéracie; • Cette base de données faisait alors partie du Portail du Gouvernement du Québec mais était peu publicisée et mal intégrée aux processus de soins.
  9. 9. Sélection de 100 sujets Critère : fréquence du diagnostic Présentation par système Assignation d’un code numérique à quatre chiffres
  10. 10. Formation de 14 médecins à l’utilisation de la base de données • Chaque médecin recevait une tablette de feuilles d’ordonnance personnalisée pour prescrire l’information spécifique aux besoins de chaque patient; • Le nombre de prescriptions d’information et le nombre de pages vues par les patients ont été documentés Réjean M. Hébert 3564 4512
  11. 11. Suivi • • • • Période couverte: 31 jours Nombre de sessions: 161 Moyenne quotidienne: 5.19 Sessions fructueuses: 157 (97%) Définitions: Session fructueuse: Une session s’étant soldée par un accès à une page quelconque du Guide santé; “Recherche”: Une recherche peut avoir donné lieu à la soumission d’une série de chaînes de caractères dans un but unique..e.g. “vaginta”, “vaginite”
  12. 12. Recours au moteur de recherche au cours des sessions Nombre de recherches 0 1 2+ Total Nombre de sessions 52 32% 96 60% 13 8% 161 100%
  13. 13. Évaluation de l’expérience • Les médecins participants se sont déclarés satisfaits du modèle; • Ils ont proposé une simplification au processus: procéder par mot-clé; • L’utilisation a été moindre qu’espérée.
  14. 14. Discussion • Le besoin d’un tel outil est reconnu • Son intégration à la routine de la pratique médicale n’est pas simple • Elle doit faire partie du changement plus fondamental dans le rapport patient-médecin qui s’anonce • Elle est soumise aux mêmes besoins de gestion du changement • La formation quant à la nature des contenus et à la manière d’intégrer la prescription d’information aux processus cliniques devrait améliorer l’utilisation

×