Fil rouge
Le journal du Service départemental d’incendie et de secours de la Seine-Maritime
Numéro
51
Juin 2014
DOSSIER Le...
Éditorial
Dans quelques semaines, de nouveaux membres du Conseil d’administration seront désignés par leurs
pairs. À l’iss...
4
|Lundi 28 avril 2014 au Havre| Exercice d’évaluation de la capacité d’intervention face à la menace NRBC dans le cadre d...
Certes, le nombre de sorties reste faible
par rapport à la nouvelle capacité
d’intervention de cette garde. Mais une
meill...
98
Dossier
Le groupement Est va faire peau neuve. « En
mai 2015, tous les travaux seront achevés et
nous prendrons nos nou...
11
Sa vie de navigateur débute à 15 ans sur un
dériveur. Il traverse ainsi la Manche en solitaire.
C’est le point de dépar...
Les nouveaux !
Nadia EL KHAOULI
Assistante administrative
(grpts Opérations/Prévision/Equipement)
Annabelle BAILLET
Assist...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Fil rouge n° 51

1 365 vues

Publié le

DOSSIER : Les gardes et la mixité dans les centres volontaires
A GRANDE ÉCHELLE : Elections
PORTRAITS : Denis Lemaître, skipper

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 365
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
429
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fil rouge n° 51

  1. 1. Fil rouge Le journal du Service départemental d’incendie et de secours de la Seine-Maritime Numéro 51 Juin 2014 DOSSIER Les gardes et la mixité dans les centres volontaires A GRANDE ÉCHELLE Elections PORTRAITS Denis Lemaître, skipper Créditphoto:AlexandreOlers
  2. 2. Éditorial Dans quelques semaines, de nouveaux membres du Conseil d’administration seront désignés par leurs pairs. À l’issue des dernières élections municipales, de nouveaux maires et représentants des EPCI, nouvellement élus, siègeront pour six ans au sein du conseil d’administration du Service départemental. Dès leur première séance de travail, le 9 juillet prochain, les élus du Conseil d’administration se prononceront sur les grands principes du nouveau Schéma départemental d’analyse et de couverture des risques (SDACR). Ce futur document, pièce maîtresse de l’organisation opérationnelle, garantira aux administrés l’équité des secours sur l’ensemble du département. Le Règlement intérieur, le règlement opérationnel seront aussi soumis à l’approbation des instances du Sdis. Deux instances représentatives des personnels sont aussi renouvelées à la même période. Les représentants de la Commission administrative et technique des services d’incendie et de secours (CATSIS) et du Comité consultatif départemental des sapeurs-pompiers volontaires seront élus par un vote par correspondance. Celui-ci se déroule jusqu’au 11 juin, le cachet de la poste faisant foi. Je vous encourage à faire entendre votre voix pour élire vos représentants. Enfin, en ce début d’été, je souhaite à tous les personnels de belles vacances. Dominique Randon Président du conseil d’administration du Sdis 76 Tout compte fait 3 Impressionnant incendie à Fécamp Incendie dans une écluse au Havre Les accidents en formation Le quartier du Ramponneau touché Intervention délicate En 2013 : 5 % des accidents survenus chez les SPP ont eu lieu en manœuvre ou en formation. 12 % des accidents survenus chez les SPV ont eu lieu en manœuvre / formation. 8% des accidents survenus chez les pompiers concerne la manœuvre / formation (cumul volontaires + professionnels). 0 Les personnels administratifs et techniques n’ont eu aucun accident lors de formations. Lenombred’accidentssurvenuslorsdesmanœuvresoudes formations chez les sapeurs-pompiers professionnels a diminué. Sur la même période, le nombre a augmenté pour les sapeurs-pompiers volontaires. Untristeexempled’unsapeur-pompierdeSeine- et-Marne décédé lors d’une démonstration d’abattage d’arbre rappelle qu’à tout moment, l’accident peut se produire. Le formateur portait toutes ses protections et avait suivi toutes les règles de sécurité. Il est 9h ce samedi 22 mars 2014 lorsque les secours du secteur de Fécamp sont engagés pour un violent feu d’appartement au dernier étage d’un immeuble de six niveaux du quartier Ramponneau. Les sapeurs- pompiers sont confrontés à plusieurs difficultés : l’appartement en flamme, les combles embrasés, l’évacuation de vingt-huit familles, dont deux personnes transportées vers le centre hospitalier de Fécamp. Cette intervention a mobilisé 18 engins et 84 sapeurs-pompiers. Le 13 février 2014 à 22h30, un incendie est détecté dans l’écluse François 1er au Havre. Il concerne des câbles électriques de 20.000 volts enfouis dans une galerie à 30 mètres de profondeur. Les premières reconnaissances constatent une importante fumée et des difficultés à déterminer les câbles concernés. Par anticipation, les navires sont sortis de l’écluse, des coupures de réseaux sont envisagées et une dalle de béton est levée pour faciliter la ventilation. Après ces actions et la coupure de l’alimentation électrique de cinq terminaux portuaires, des investigations sont engagées à 3h30. L’extinction est réalisée à 5h30. La bonne collaboration inter-services a permis de solutionner cette intervention particulière. Interventions Un bus manque son virage Le chauffeur victime d’un malaise Le 23 avril 2014 à Rouen, un accident de bus articulé a mobilisé un détachement conséquent de 63 sapeurs-pompiers et 23 véhicules. 57 personnes étaient impliquées. 12 des 24 blessés légers ont été transportés à l’hôpital. Créditphoto:GPMH 2 Bureau hygiène et sécurité
  3. 3. 4 |Lundi 28 avril 2014 au Havre| Exercice d’évaluation de la capacité d’intervention face à la menace NRBC dans le cadre de la préparation aux commémorations du 70éme anniversaire du débarquement. |13 mai 2014 à Rouen Sud| Le Cis faisait partie des étapes du City raid. Mission : revêtir l’uniforme le plus vite possible ! L’auteur de cet ouvrage est sapeur-pompier volontaire au Cis de Gournay en Bray. Il décrit de manière très précise l’organisation et les composantes du service d’incendie de New-York dont il est passionné. C’est le fruit d’environ huit mois de travail, de compilation d’informations et de photos rassemblées depuis son premier voyage en 2003 à mars dernier. La façade de Dumé d’Aplemont accueille les travaux de l’école des Beaux-Arts du Havre à l’occasion de la «semaine graphique». |23 mars 2014 à Neufchâtel| |29 mars 2014| Les féminines séniors (Pauline Meunier, Eloïse Monnier, Lorène Le Car et Alissia Lohéac) sont montées sur la deuxième marche du podium. |12 avril 2014 à Notre Dame de Gravenchon| g Détecteurs de fumée D’ici mars 2015, ils seront obligatoires dans tous les logements, qu’ils soient à usage personnel ou locatif. g Urgence 114 Les personnes ayant des difficultés à entendre ou à parler peuvent prévenir les secours en envoyant un SMS au 114. + d’infos sur www.urgence114.fr g Fondation Boulanger Un partenariat a été signé entre le Sdis 76 et Boulanger qui offre des peluches «Tamalou». Elles rassurent les enfants et les aident à indiquer la douleur. g Poupées Kiwanis Le club Kiwanis a fait don de 300 poupées de chiffons au service de santé pour créer du lien entre les sapeurs-pompiers et les enfants en état de choc. g Zoé C’est le nom de la dernière voiture acquise par le Service. Destinée au groupement Sud, c’est une voiture 100% électrique. g Les passations de commandements Le capitaine William Pelloin pilote le centre d’incendie et de secours d’Elbeuf. Le groupement territorial Sud est désormais dirigé par le colonel Didier Durand. Le Cis Montville est commandé par le lieutenant Jean-Charles Caumont. Le capitaine Damien Thébault est dorénavant chef de centre à Fécamp. Manoeuvre NRBC (nucléaire/radiologique/biologique/chimique) City raid Andros New-York city firemen, Olivier Carbonnier Dumé s’expose Cross des jeunes sapeurs-pompiers Cross national des sapeurs-pompiers à Vaudry (Calvados) Journée sportive départementale |13 mars 2014| Les sapeurs-pompiers du centre d’incendie et de secours de Sotteville-lès-Rouen ont participé à une journée de prévention organisée par Habitat 76. Une centaine d’enfants et leurs parents ont pu être sensibilisés aux pratiques sportives en toute sécurité, de manière ludique. Au travers de mini épreuves, les sapeurs- pompiers ont expliqué les règles de base de la sécurité à la maison et sur un terrain de sport. Faites du sport... en toute sécurité ! En bref... Retour sur... Arrêt sur images 5 |1er juin 2014| Du 30 mai au 5 juin 1944, Rouen a subi une série de bombardements des alliés destinés à isoler les allemands, en détruisant notamment les ponts. Cet événement tragique est appelé « la semaine rouge ». Un hommage a été rendu aux sapeurs-pompiers de Paris et de l’agglomération rouennaise venus éteindre les feux et secourir les civils. Maurice Blot (92 ans) a vécu la semaine rouge, attaché alors au centre de Mesnil-Esnard. Il a été mis à l’honneur ce dimanche. 70ème anniversaire des bombardements de 1944
  4. 4. Certes, le nombre de sorties reste faible par rapport à la nouvelle capacité d’intervention de cette garde. Mais une meilleure réactivité des secours sur le secteur Est 3 est à placer dans les points positifs. La garde de 12 heures entraîne aussi une nouvelle dynamique. « Le centre de Saint- Valéry vit au rythme des manœuvres, de l’entretien du matériel, des formations, et du maintien à la condition physique. C’est une nouvelle expérience très formatrice pour les sapeurs-pompiers volontaires ». Une extension du dispositif au 1er août Les centres d’incendie et de secours de Bolbec, Grand Quevilly, Neufchâtel-en- Bray, Sotteville-lès-Rouen et Yvetot vont adopter cette nouvelle organisation à compter du 1er août. « Il s’agit encore une fois d’apporter une réponse équitable aux appels des victimes et d’assurer les départs de ces centres » analyse le chef du groupement Est. L’ouverture en journée de ces cinq centres permettra ainsi d’assurer les interventions de secours à personne sans l’appui des centres professionnels environnants. Depuis quatre mois, le centre d’incendie et de secours de Saint-Valéry-en-Caux expérimente un régime de garde, en journée du lundi au vendredi. Au 1er août, il sera étendu à 5 centres volontaires fortement sollicités. Avecprèsouplusde1000sortiesparan,lessapeurs- pompiers volontaires des centres d’incendie et de secours de Bolbec, Grand Quevilly, Neufchâtel- en-Bray, Sotteville-lès-Rouen, Saint-Valéry-en- Caux et Yvetot connaissaient de grandes difficultés à se rendre disponibles en journée du lundi au vendredi. En milieu urbain, près de la moitié de ces interventions ont lieu en semaine de 7 heures à 19 heures. La mobilisation des volontaires d’astreinte peut allonger le départ. Dans d’autres cas, le CTA/CODIS doit mobiliser d’autres centres volontaires, ou un centre professionnel. Cette augmentation des sorties pour ces centres, sur ces créneaux horaires, nécessite donc une nouvelle organisation des effectifs. Le centre de Saint-Valéry-en-Caux expérimente, depuis le 17 février, un régime de gardes, alliant professionnels et volontaires. L’effectif opérationnel journalier (EJO) est constitué de six sapeurs-pompiers, dont deux professionnels et quatre volontaires (lire encadré). Ils interviennent du lundi au vendredi pour une garde de 12 heures. « Fort logiquement, la majorité des sapeurs- pompiers volontaires travaille en journée. Or, c’est précisément sur ces créneaux que survient le plus grand nombre d’appels. Pour garantir une réponse conforme au Schéma départemental d’analyse et de couverture des risques, nous avons imaginé ce principe de garde » explique le lieutenant-colonel Jean-Marc Paris, chef du groupement Est. Aujourd’hui, le test se montre concluant. Les effectifs sont couverts à 80 %. La journée a été découpée en trois créneaux de 4 heures pour mieux s’adapter aux agendas des volontaires. 6 7 Dossier Le centre d’incendie et de secours de Saint Valéry en Caux Exercice à la lance (LDV500) Professionnels et volontaires font garde commune Composition de la garde 1 chef d’agrès tout-engin sapeur-pompier professionnel + 1 conducteur poids lourd sapeur- pompier professionnel + des sapeurs-pompiers volontaires ou professionels en garde + des sapeurs-pompiers volontaires en astreinte.
  5. 5. 98 Dossier Le groupement Est va faire peau neuve. « En mai 2015, tous les travaux seront achevés et nous prendrons nos nouveaux quartiers à côté du centre d’incendie et de secours de Neufchâtel », explique le lieutenant-colonel Jean-Marc Paris, chef du groupement Est. Installé dans un ancien garage automobile, le groupement Est avait besoin de locaux adaptés aux exigences de fonctionnement de ses activités. Son déménagement, déjà prévu, s’accélère. Le service départemental s’est déjà rendu acquéreur d’une ancienne entreprise commerciale, contiguë au centre de secours. Le nouveau groupement Est va s’y installer en deux étapes. Phase 1, une partie de l’ancien bâtiment va être réaménagée pour abriter en rez-de-chaussée et à l’étage les services administratifs du groupement. L’autre partie de l’usine sera dévolue aux ateliers et au bureau des factotums. Phase 2, une extension va être construite afin d’accueillir le service de santé et de secours médical. Une salle d’attente, une salle de consultation et des bureaux offriront un accueil privilégié aux agents qui viendront consulter le médecin et l’infirmier. Enfin, les abords seront aussi repensés. Ces travaux devraient s’élever à 1,4 millions d’euros et doteront le groupement Est d’un pôle rapproché groupement et centre d’incendie et de secours. « Nous allons connaître une phase transitoire de septembre à mai. Ensuite, nous allons travailler dans un bâtiment adapté à nos activités et avec tout le confort », conclut le chef de groupement. A l’Est, bientôt un nouveau groupement Pour les centres d’incendie et de secours de Grand Quevilly et Sotteville-lès-Rouen, trois sapeurs pompiers volontaires constitueront également une gardeendébutdenuitdulundiauvendredi.Ilsseront mobilisés de 19 h 30 à 23 h 30. De même, une garde de six volontaires sera active le samedi en journée. Ces dispositions spécifiques tiennent compte de la réalité des interventions sur ce territoire urbain. Christophe Jouen, sergent volontaire à Saint- Valéry-en-Caux, conducteur fourgon échelier. « Dès que le projet de garde m’a été présenté, j’ai immédiatement accepté. En tant que sapeur- pompier volontaire à Saint-Valéry-en-Caux depuis huit ans, je trouve que c’est un pas en avant. Ces gardes nous permettent d’effectuer plus souvent des sorties sur notre secteur. Il s’agit principalement de secours à personnes. Même si le VSAV sort plus souvent que le fourgon, je ne me plains pas. Cela permet de renforcer les professionnels et de partager, le temps de la garde, leur quotidien. Tous les volontaires pratiquent du sport, sont à la manœuvre, quel enrichissement ! Nous étions un petit noyau à être très souvent au centre. À un moment, il fallait que cela évolue et que nous puissions être utiles au Service comme au citoyen. Pour ma part, je suis maître-nageur à Cany- Barville. Je dispose de repos en semaine qui me permettent d’assurer ces gardes. L’extension à d’autres centres d’incendie et de secours va développer la mixité dans les centres volontaires. Le partage de leur expérience et de leur savoir-faire ne sera qu’un plus pour les sapeurs-pompiers volontaires ». Claude Caltéro, est officiercoordinateurchargé de mettre en œuvre le dispositif de garde au centre d’incendie et de secours de Saint Valéry- en-Caux. « Le centre de Saint-Valéry vit au rythme des manœuvres, de l’entretien du matériel, des formations, et du maintien à la condition physique. C’est une nouvelle expérience très formatrice pour les sapeurs-pompiers volontaires. De nouveaux aménagements sont réalisés afin d’améliorer l’accueil des sapeurs-pompiers » déclare le lieutenant Claude Caltero, responsable du projet d’expérimentation. « Au fil des semaines, le système s’améliore. C’est le principe même de l’expérimentation ». « Le grand carénage de la centrale nucléaire de production électrique de Paluel entraîne l’arrivée de 3 000 personnels. Cette petite ville, qui va s’installer pendant trois ans, va générer logiquement un surcroît d’activité », analyse-t-il. « S’enrichir aux côtés des professionnels » Justine Vallée a 24 ans. Elle est infirmière et sapeur-pompier, volontaire à Veules-Les- Roses. Depuis février, elle prend des gardes à Saint-Valéry en Caux. «J’assure72heuresdegardeparmois,lemaximum. C’est une situation que je ne connaissais pas dans mon centre. Ici, tous les jours nous faisons une manœuvre et du sport. Et puis nous sortons plus souvent que sur le centre de Veules. Moins que ce que nous voudrions car nous sommes mobilisés 12 heures. Mais quand nous prenons le VSAV ou le fourgon, le départ est immédiat. C’est nouveau et surtout plus efficace », déclare-t-elle. La vie des centres L’actuel groupement A l’arrière-plan, le Cis de Neufchâtel en Bray Des travaux sont à prévoir dans la partie ateliers
  6. 6. 11 Sa vie de navigateur débute à 15 ans sur un dériveur. Il traverse ainsi la Manche en solitaire. C’est le point de départ d’une longue carrière. Tour à tour skipper et préparateur, il côtoie les plus grands : Philippe Jantot (initiateur du Vendée- Globe) ou Paul Vatine. En 2002, il participe à sa première transat monocoque qui relie Lorient à Saint Barthélémy. 10 000 kilomètres de course où se confrontent des monocoques identiques. « Dans ce type de course, c’est la force de l’homme qui fait la différence », avoue-t-il. La vie à bord du bateau « Durant la course, il n’y a plus de distinction jour/ nuit. Il faut être à fond tout le temps ». C’est ainsi que Denis se relaie avec son coéquipier. Tandis que l’un tient la barre, l’autre recueille les infos de la radio, analyse les données météorologiques, se nourrit, dort et effectue de petites réparations. « Ce qui se passe en mer est très personnel, et inexplicable ». Denis évoque tout de même le partage avec son équipe (près de 10 personnes travaillent à la préparation de la course), le goût de l’effort, et la joie d’arriver. Mais pour Denis, la course n’est que la cerise sur le gâteau. Avant de partir, il faut s’assurer du soutien des partenaires techniques et chercher des sponsors. L’argent finance la location du bateau, la préparation, les droits d’inscription, la publicité exigées par les sponsors, et les emplois générés par la course. « C’est toute une recherche de budget captivante qui nécessite temps et énergie ». Du temps au service d’une passion que Denis partage avec les écoles où il se rend parfois pour parler de son projet, et au sein de son club où il encadre les pratiquants. Des échéances à plus et à moins termes En juillet, Denis tiendra la barre d’un dériveur « Laser » dans une compétition nationale, chevauchera un « 40 pieds » en 2015 pour la Transat Jacques Vabre, puis un « Figaro » pour la transat AG2R de 2016. Le skipper ne s’interdit rien car il aimerait participer à la mythique course en solitaire et sans escale : la Route du Rhum. Souhaitons-lui de réaliser son souhait. 10 Portrait L’eau, l’air et le feuÉlections des instances du Sdis : la Catsis et le CCDSPV se renouvellent Denis Lemaître a le plaisir de maîtriser ces trois éléments. Chef de salle au CTA/ Codis, il est aussi un marin aguerri. Actuellement en préparation de deux compétitions nationales, l’adjudant-chef vise en 2015 la transat Jacques Vabre et pourquoi pas la Route du Rhum en 2018. La suite logique des élections municipales se poursuit avec le renouvellement des instances consultatives des Services départementaux d’incendie et de secours. Le 19 juin, les sapeurs-pompiers de Seine-Maritime vont élire leurs représentants au sein de deux instances représentatives des personnels. Les représentants de la Commission administrative et technique des services d’incendie et de secours (CATSIS) seront élus et les sapeurs- pompiers volontaires désigneront les leurs au sein du Comité consultatif départemental des sapeurs-pompiers volontaires (CCDSPV). Ces scrutins s’effectuent par correspondance, jusqu’au 11 juin 2014. Les premiers titulaires et suppléants de chaque collège de cette commission siègeront au Conseil d’administration du Service départemental d’incendie et de secours de la Seine-Maritime (collèges sapeurs-pompiers professionnels officiers et non-officiers et les sapeurs-pompiers volontaires officiers et non-officiers). Le Conseil d’administration sera aussi désigné, le même jour, par les présidents d’EPCI et les maires des communes concernées. Le CCDSPV est compétent pour donner un avis sur toutes les questions relatives aux sapeurs- pompiers volontaires du corps départemental, à l’exclusion de celles relevant de la discipline. A ce titre, il va par exemple être consulté dans le cadre de l’élaboration du nouveau schéma départemental d’analyse et de couverture des risques. Ce comité est composé d’un nombre égal de représentants de l’administration (qui siègent également au Comité technique paritaire) et de représentants de sapeurs-pompiers volontaires. Les représentants sont élus au scrutin de liste majoritaire à un tour. A l’issue du dépouillement, les membres élus siègeront dans leurs instances respectives pour six ans. Des notes d’informations ont été affichées dans les centres de secours, les sièges des groupements territoriaux et à la direction. Les arrêtés portant convocation des électeurs sont également consultables sur l’intranet (documentàtéléchargerenpaged’accueil).Ysontdétailléeslesconditions requises pour être éligible d’une part et électeur d’autre part. Le vote se fait par correspondance. Le matériel de vote (notice explicative, enveloppes, liste des candidats correspondant à son collège électoral, professions de foi éventuelles des candidats) a été envoyé le 20 mai 2014. La date limite d’envoi des votes est fixée au 11 juin 2014. Le dépouillement des élections aura lieu le 19 juin 2014 à la préfecture de la Seine-Maritime. La Commission administrative et technique des services d’incendie et de secours Le Comité consultatif départemental des sapeurs- pompiers volontairesolontaires A grande échelle La transat AG2R en chiffre 10 000 kilomètres parcourus environ 100 litres d’eau embarqués 11 kilos en moyenne perdus durant la course Zéro douche (économie d’eau et de poids) Une amplitude thermique possible de 17°
  7. 7. Les nouveaux ! Nadia EL KHAOULI Assistante administrative (grpts Opérations/Prévision/Equipement) Annabelle BAILLET Assistante administrative (Ecole départementale, grpt Formation) Laurent DESJARDINS Chargé d’opération de construction (grpt Équipement) Etienne DESSENDIER Chargé de mission énergie (grpt Équipement) Yannis MARCINIAK Coordinateur des projets informatiques (grpt Équipement) Manuela PAPADIA Assistante administrative (grpt Prévention) Sébastien VADECARD Marc ROUSSEL Kevin DAS NEVES Opérateurs CODIS Ils bougent ! Colonel Didier DURAND Chef des groupements > Chef du groupement Sud Lieutenant-Colonel Pascal DOLBEAU Chef du groupement Sud > Chargé de mission qualité de vie au travail Cne Damien THEBAULT Officier au Cis Dumé d’Aplemont > Chef du Cis Fécamp Ltn de 1ère classe Paul TROCHU Officier Prévention (grpt Sud) > Chef du bureau Prévention (groupement Sud) S/C Fabrice LATISTE Sous-officier de jour au Cis Rouen Sud > Préventionniste ERP (grpt Prévention) Réjane PASQUIER Chef du bureau études effectifs et recrutement > Chef de service administration générale et évaluation (grpt Formation) A/C Laurent GROUT Adjoint au sous-officier de garde au Cis Gambetta > Formateur polyvalent, plateau technique de Tourville-la-Rivière Isabelle GUINARD Secrétaire SSSM (Grpt Ouest) > Secrétaire bureau RH / formation (grpt Ouest) Cne Yoann PIETTE Officier au CIS Caucriauville > Adjoint au chef de centre du Havre Nord Cne Cédric LEBORGNE Préventionniste ERP (grpt Prévention) > Adjoint au chef de centre d’Elbeuf Cne Cécile MACAREZ Chef de service prévention et volontariat (grpt Ressources humaines) > Chef du Cis Caucriauville Ltn de 2ème classe José-Manuel BIRRA Officier équipement (grpt Sud) > Adjoint au chef de centre de Sotteville-lès-R. Ltn de 1ère classe Julie JOURDAIN Officier formations SP (grpt Formation) > Officier opérations/prévision au Cis Vétillart A/C William GOUJON Adjoint au chef de garde au Cis Canteleu > Sous-officier de garde au Cis Gambetta Cdt Frédéric QUEYROI Chef du Cis Caucriauville > Chef du Cis Le Havre Nord Cne Jean-Noël PASSANI Officier bureau opérations/prévision (grpt Sud) > Chef de bureau opérations/prévision (grpt Est) Ltn de 2ème classe Philippe FIQUET Formateur permanent (grpt Formation) > Responsable de la mise en oeuvre des formations (grpt Formation) Ltn de 1ère classe Wilfried STEFIC Officier au Cis Gambetta > Adjoint au chef du centre départemental de formation Ltn de 2ème classe Olivier LEMAIRE Chef de garde au Cis Rouen Sud > Officier bureau prévention (grpt Sud) Reynald CORNILLAULT Mécanicien (grpt Sud) > Logisticien (grpt Formation) Ltn de 1ère classe Erwan KEREBEL FILT (formation initiale de lieutenant) > Officier opérations/prévision au Cis Le Havre Nord Ltn de 1ère classe Michael URBAIN FILT (formation initiale de lieutenant) > Officier opérations/prévision au Cis Caucriauville Ltn de 1ère classe Anne LEFEVRE Grpt formation > Officier opérations/prévision au Cis Gambetta Sandrine BATTEUX Assistante administrative au Cis Caucriauville > Assistante administrative au Cis Le Havre Nord Au revoir ! Pauline BELLET Engagée de service civique au centre de formation de Saint Valéry en Caux > Fin de contrat Linda MAHIER Secrétaire accueil/visites (grpt Prévention) > Disponibilité pour convenances personnelles Bonne retraite ! Ltn de 1ère classe Philippe THERINCA Adjoint au chef de centre du Cis Elbeuf (grpt Sud) Le journal du Service départemental d’incendie et de secours de la Seine-Maritime Directeur de la publication : Colonel André Benkemoun. Rédaction et réalisation : Service communication - Impression : IC4 - Tirage : 4 000 exemplaires ISSN 1292-2250 - Dépôt légal à parution Sdis 76, 6 rue du Verger - CS 40078-76192 Yvetot CEDEX - Service communication : 02 35 56 11 06 Fil rouge Le journal du Service départemental d’incendie et de secours de Seine-Maritime Le Sdis en mouvement

×