Les Carnets du Sommeil : La scolarite

42 717 vues

Publié le

Les Carnets du Sommeil : La scolarite

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
42 717
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
34 939
Actions
Partages
0
Téléchargements
19
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les Carnets du Sommeil : La scolarite

  1. 1. SOMMEIL ET SCOLARITÉ7
  2. 2. AVANT-PROPOS DE L’ENFANCE À L’ADOLESCENCE L’ÉVOLUTION DU SOMMEILChacun sait qu’un sommeil de qualité et en Il est donc primordial d’informer enfants, ET SON RÔLEquantité suffisante est indispensable pour parents, enseignants et plus largementl’apprentissage des enfants à l’école. Pour- tous les éducateurs du rôle fondamental ORGANISATION ET FONCTION heures après l’endormissement pour le premiertant, au cours de ces dernières décennies, d’un sommeil de qualité sur les perfor- épisode. C’est la phase des rêves. Le sommeille temps de sommeil moyen des enfants mances physiques et intellectuelles et Le sommeil de l’enfant a déjà subi des étapes chez l’enfant présente une dynamique qui lui maturatives importantes et présente de plus est propre, qui consiste en une majorité de som-a diminué du fait d’un coucher plus tardif plus particulièrement sur les fonctions en plus de caractéristiques communes avec meil lent profond dans les premières heures quile soir. Chaque année, les enfants entre 3 d’apprentissage. le sommeil de l’adulte. On distingue alors trois suivent l’endormissement et une augmentationet 10 ans perdent 10 minutes de sommeil C’est pourquoi l’INSV, en partenariat avec stades de sommeil différents (lent léger, lent progressive des phases de sommeil paradoxalpar nuit. Cette diminution progressive du la MGEN, a souhaité, à travers cette bro- profond et paradoxal). Vers l’âge de 5 ans, la nuit en fin de nuit. comporte 6 à 7 cycles de sommeil, durant cha- Or ces deux stades ont des fonctions diffé-temps de sommeil est liée à un retard pro- chure, faire le point sur les besoins de cun environ 90 minutes (comme l’adulte) com- rentes et complémentaires. Le sommeil lentgressif de l’heure du coucher souvent dû à sommeil des enfants et des adolescents posé de sommeil lent puis paradoxal. L’enfant profond favorise la récupération physique, lala sur-sollicitation technologique (télévi- au moment où la question des rythmes s’endort en sommeil lent léger puis profond. mémoire à long terme et l’équilibre métaboli-sion, Internet, jeux vidéo, téléphone por- scolaires est largement discutée. L’objec- L’activité musculaire est très discrète, les mou- que et thermodynamique, alors que le sommeil vements oculaires quasi absents. C’est pendant paradoxal contribue au développement du cer-table...) et au décalage du rythme des pa- tif n’est pas ici d’établir un modèle à suivre le sommeil lent profond qu’a lieu la sécrétion veau et à la consolidation des apprentissages.rents qui veulent profiter de leurs enfants mais de replacer au centre de la discus- de l’hormone de croissance qui favorise cha-le soir. sion un élément fondamental et pourtant que nuit la réparation des tissus et des cellu- En résumé, pendant le sommeil on observe : encore trop malmené : le sommeil. les usées. C’est également durant le sommeil lent qu’est sécrétée la prolactine, qui stimule • Récupération physique et mentale le système immunitaire. Le sommeil paradoxal • Croissance et développement se situe en fin de chaque cycle, environ deux • Renforcement des défenses immunitaires • Apprentissage et mémorisation facilités«Pour mieux apprendre, apprenons à connaître notre sommeil ! » SIESTE ET VARIATIONS INTERINDIVIDUELLES Entre 3 et 6 ans l’enfant est en maternelle, la interindividuelle importante, alors qu’il exis- grande majorité de son sommeil est noctur- te une bonne stabilité du rythme et du besoin ne mais du sommeil diurne persiste encore de sommeil pour un enfant donné. Il est doncPr Damien Léger, Thierry Beaudet, sous forme d’une sieste en début d’après- important pour les parents de connaître lesPrésident de l’Institut National Président de la MGEN midi, d’où l’importance d’offrir de bonnes caractéristiques du sommeil de leur enfant :du Sommeil et de la Vigilance conditions de sieste à l’école même pour les dès le plus jeune âge, il existe en effet des moyennes et grandes sections. Vers 5-6 ans, courts et des longs dormeurs. A la rentrée au la sieste va disparaître avec une variabilité CP, le sommeil n’est plus que nocturne. 3
  3. 3. LES BESOINS LES BESOINS DE SOMMEIL SYNDROME DE RETARDDE SOMMEIL Chaque personne est unique et il en va de même DE PHASE DU SOMMEILDES ENFANTS pour les besoins en sommeil. La plupart des adultes ont besoin de 7 à 9 heures de sommeil CHEZ L’ADOLESCENTSCOLARISES AU chaque nuit. Les enfants et les adolescents ontCOURS DE LA eux besoin de davantage de sommeil. Il s’agit d’un trouble du rythme circadien du habituel, mais le sommeil est ensuite de durée sommeil, qui consiste en un décalage perma- et de qualité normales si l’individu n’a pas deSEMAINE nent de l’heure d’endormissement et de réveil, contraintes horaires. Le sommeil se prolonge retardée de plus de 2 h par rapport aux horaires le matin et parfois tard dans la journée. Ce syn- NOS ADOS EN MAL DE DODO… conventionnels. C’est un trouble fréquent chez drome entre en conflit avec les rythmes sociaux l’adolescent (environ 7%). Plusieurs facteurs du jeune, et particulièrement avec les horairesENFANT La période de l’adolescence est une période sont en cause : des facteurs physiologiques liés scolaires. On observe parfois une baisse des ré- mouvementée. Le corps change, la sexualitéMaternelle / 3-5 ans : s’éveille, les copains sont prioritaires, les pa- à l’évolution de l’horloge biologique du som- sultats scolaires. Le jeune se retrouve en dette meil pendant l’adolescence renforcés par des de sommeil, ce qui affecte ses capacités d’at-de 11 à 13 heures rents sont forcément vieux jeu… et l’adolescent facteurs comportementaux et psychologiques. tention et de concentration, sa mémoire et son aime se coucher tard ! C’est une caractéristiquePrimaire / 6-12 ans : des 12-25 ans dont la période d’éveil est pro- Dans quelques rares cas, il existe pour le retard humeur (comportement agressif ou de repli). de phase une composante génétique marquée,de 9 à 11 heures longée par des stimulations auditives (musique, retrouvée dans des familles. Au quotidien, on Dr Agnès Brion, chat, …) et visuelles (TV, jeux vidéo, ordi….) mais constate une difficulté à s’endormir à un horaire psychiatre, médecin du sommeil aussi par des devoirs à faire, la peur de l’avenir,ADOLESCENT les conflits avec les adultes, etc.Collège et Lycée Mais cette tendance est aussi biologique, liée probablement aux transformations hormona- L’APPORT DE L’ENQUÊTE HBSC 2010 :à partir de 12 ans : les de la puberté. Au cours de cette période, le LES ADOS MALMÈNENTde 8h30 à 9h30 sommeil lent profond devient moins abondant, LEUR SOMMEIL le sommeil plus léger en début de nuit et les en- dormissements plus difficiles. En période sco- La diminution de la durée de sommeil entre 11 laire, cela entraine une réduction importante et 15 ans apparaît très nette et assez continue, du sommeil nocturne (parfois jusqu’à 2h entre avec 20 à 30 minutes de sommeil en moins cha- 12 et 18 ans) alors que les besoins physiologi- que année (perdues chaque soir précédent uneLes chiffres indiqués ci-dessus listent les re- ques réels, non seulement ne diminuent pas, journée de classe). Les jeunes de 15 ans dor-commandations des heures de sommeil par mais sont probablement plus importants. On ment ainsi en moyenne 1h31 de moins que ceux24 heures en fonction de l’âge (sieste incluse).Les nuits de week-end et de repos, les enfants constate donc très souvent un déficit chronique de 11 ans les soirs avant la classe.rattrapent souvent 1 à 2 heures supplémentai- de sommeil chez l’ado. L’état de fatigue matinale chronique apparaîtres de sommeil sur 24h. Le déficit s’accumule au cours de la semaine, également de plus en plus fréquent avec l’âge, entrainant une dette de sommeil source de puisqu’il concerne moins d’un quart des élèves somnolence diurne préjudiciable à une bonne de 11 ans (24,1%) contre plus d’un tiers de ceux efficience intellectuelle. Cette dette de som- de 15 ans (34,1%). meil s’accompagne d’un rebond de sommeil lors des week-ends, laissant l’adolescent dans Damien LEGER, Jean Baptiste RICHARD, Emmanuelle GODEAU, François BECK, Chapitre «Sommeil», in Rapport HBSC 2010 un état de grande fatigue le lundi. France, à paraitre à l’INPES en 2012. 5
  4. 4. RYTHMES SCOLAIRES, davantage de l’influence de l’emploi du temps hebdomadaire. SOMMEIL ET VIGILANCE Pour organiser le temps scolaire, il est donc important de tenir compte de la rythmicité de la vigilance. Il serait préférable de réserver les créneaux horaires définis comme étant lesLorsqu’on aborde la question des rythmes scolaires, il est important de pen- plus favorables (fin de matinée/milieu d’après-ser à respecter les rythmes biologiques et psychologiques de l’enfant. De leur midi), à des apprentissages nouveaux néces-stabilité dépend l’adaptation des temps d’apprentissage et des temps sociaux. sitant de l’attention, et, à l’inverse, d’occuper les moments moins favorables à des activitésDans ce contexte, réfléchir à une organisation du temps scolaire est non seule- d’entretien des connaissances ou à caractèrement une question de société, mais aussi une question biologique et de santé plus ludique. De la même manière, il est inutilepublique. de placer en début d’après-midi des matières fondamentales qui nécessitent une vigilance importante.LA CHASSE AUX IDÉES bien calé sur la nuit. En effet, si un coucher tardif ne diminue pas sensiblement le sommeil Tenir compte de l’âge de chacun est également utile. Les plus petits auront besoin de temps deREÇUES… lent profond, en revanche, les phases de som- sieste en maternelle, et ceci même après la pe- meil paradoxal risquent de survenir après le tite section. Pour les élèves des classes primai- Mauvais sommeil =Avec la semaine de 4 jours, les enfants ont plus lever du jour, c’est-à-dire à un moment ou l’am- res, c’est la quantité et la régularité du sommeil altération des capacités d’ap-de temps pour se reposer biance générale n’est plus propice au sommeil : qui est importante. Enfin pour les ados, on de- prentissage entraînant une faible la température et le bruit ainsi que la tempé- vrait pouvoir leur proposer des cours ne débu- réussite scolaire pouvant allerFAUX rature corporelle, sont plus élevés le matin et tant qu’à partir de 9h. jusqu’au retard scolaire, des trou-La semaine de 4 jours qui permet aux enfants constituent des facteurs de perturbation du bles du comportement (violence,de travailler lundi-mardi et jeudi-vendredi et de sommeil. Coucher tard un enfant revient à le Le rythme de vie des parents est souvent en hyperactivité,…), l’anxiété et lase reposer le reste du temps semble en appa- priver d’une qualité de sommeil rarement rat- contradiction avec celui des enfants dépression.rence répondre aux besoins de l’enfant mais a trapée. En effet, le sommeil du matin a perduaussi des inconvénients. En effet, si le mercredi son pouvoir de récupération notamment sur le Il semble aujourd’hui très difficile de respecter Les rythmes biologiques,et les samedi-dimanche sont non travaillés, les plan mental ce qui risque donc de perturber les besoins en sommeil des enfants. En effet, les processus universels duenfants ont largement tendance à se coucher sérieusement les apprentissages car il est plus impératifs scolaires actuels (début des cours monde vivantplus tard les mardi, vendredi et samedi soirs. léger et fractionné. Cependant, il est toujours précoces le matin, devoirs le soir), le temps de Un rythme biologique se définitLeur rythme de coucher n’est donc pas stable, mieux de récupérer une dette de sommeil que transport et les horaires de travail des parents comme une suite de modificationsentraînant une désynchronisation et un risque de se priver de sommeil mais, si possible, sans entrainent des couchers de plus en plus tardifs, physiologiques de différentesde fatigue importante. trop se décaler. car les parents veulent compenser leur manque variables telles que la concentra- de contact avec leurs enfants. On constate un tion de certaines hormones dansSe coucher tard est compensé par une « bonne Rythmicité de la vigilance horaire moyen de coucher vers 21h00 (endor- le sang. Ces rythmes sont appelésgrasse matinée » missement environ 30 minutes plus tard) et de circadiens car leur période s’étend L’activité intellectuelle des élèves fluctue au lever vers 7h00. Ainsi, pour un enfant âgé de 6 ans sur une durée d’environ 24 heures.FAUX cours de la journée et aussi au cours de la se- scolarisé en classe de CP qui a besoin de 11 h de Ils sont ajustés sur 24 heures parOn pense souvent que le fait de coucher tard maine. Ces deux types de fluctuations n’ont pas sommeil, la dette journalière de sommeil sera les synchroniseurs, en particulier,un enfant est compensé par le fait de lui laisser les mêmes causes. Les variations journalières de 1h30. Si cet enfant est en plus « long dor- l’alternance lumière/obscurité. Lafaire une bonne grasse matinée le lendemain. de l’activité intellectuelle sont surtout liées aux meur » elle pourra être de plus de 2h par nuit ! préservation de ces rythmes estOr le sommeil du matin n’a absolument pas le rythmes biologiques de l’enfant, tandis que les Cela se traduit à l’école par des phases de som- une des composantes de notremême pouvoir de récupération qu’un sommeil fluctuations au cours de la semaine résultent nolence, des bâillements, un regard dans le va- bonne santé. gue, une diminution de l’attention, etc. 7
  5. 5. TÉMOIGNAGE ENQUÊTE INSV/MGEN 2011 :SOPHIE T, INFIRMIÈRE SCOLAIRE UN CONSTAT ALARMANTEN RÉGION PARISIENNEDepuis plusieurs années, le service de santé de sans doute beaucoup le comportement de leurl’établissement scolaire dans lequel je travaille enfant et les conséquences négatives que celaa mis en place une évaluation des comporte- entraîne.ments des élèves de 3ème face au sommeil (251 Si 48,3% des élèves répondent se coucher aprèsélèves interrogés).Les résultats sont éloquents 22h30, seuls 33,4% des parents pensent queet nous constatons, pour l’année scolaire leur enfant se couche après cette heure tardive.2010-2011 : 45,7% des jeunes disent utiliser leur téléphone au lit alors que les parents ne sont que 16,7% à• Une heure de coucher trop tardive, surtout penser qu’ils le font. en période de vacances scolaires. 48,3% Une phrase souvent répétée par les adolescents des élèves se couchent après 22h30 en pé- pendant mon intervention : « Une fois couchés, riode scolaire et 80,8% après 23h30 pen- nos parents ne savent pas ce que nous faisons ». dant les vacances : d’où le décalage et la fatigue à chaque rentrée. 41% des parents d’enfants scolarisés de plus de 16 ans sont les plus équipés. Ce suré- quipement des chambres souligne l’importance déclarent que leurs enfants ont du mal à se• 58,8% des élèves ont un écran dans leur du besoin d’une campagne de prévention chez réveiller le matin et 11% d’entre eux ont un chambre. les petits comme chez les grands. Ces erreurs « Les modifications des habitudes enfant se plaignant d’avoir des difficultés en• 20,8% d’entre eux utilisent les multimé- d’hygiène de vie nécessitent en effet un travail de sommeil avec l’utilisation dans classe liée à la somnolence. Pourtant, seuls dias plus de 5 heures par jour et notam- pédagogique auprès des parents et des enfants la soirée des nouveaux médias : 6% des parents concernés disent avoir été ment leur téléphone portable. dès leur plus jeune âge. téléphone portable, jeux en réseaux, alertés par les enseignants d’une somnolence messagerie instantanée, sollicite de leurs enfants en classe. Les parents enten-Depuis deux ans, l’utilisation des téléphones dent-ils les alertes des enseignants ? Depuis beaucoup trop l’attention de nosportables a détrôné l’utilisation des ordinateurs. 2009, l’« électronisation » a gagné la chambre jeunes avant le sommeil. NotreLeur taille et leur technologie en font un outil des enfants : 42% des parents autorisent TÉLÉ, ORDINATEUR, société se doit d’instaurer de nou-précieux pour les jeunes (peu de regard des pa- velles règles du « bien vivre » désormais la radio dans la chambre de leurs INTERNET ET JEUX VIDÉO :rents). Leur consommation devient alarmante ! avec ces nouveaux outils, mer- enfants, 38% un ordinateur, 33% un téléphone LES FAUX AMIS DU veilleux s’ils sont bien utilisés mais fixe ou portable et 31% la télévision. AutantLorsque j’aborde ces thèmes avec ceux qui vien- SOMMEIL néfastes à notre santé si l’on fait d’éléments perturbateurs de sommeil.nent à l’infirmerie, les réponses sont claires : Les enfants dont le temps de sommeil est insuf- L’exposition à la lumière d’écrans, dans n’importe quoi. J’espère qu’une« Je suis toujours en train d’attendre les répon- fisant (moins de 8 heures) et les jeunes lycéens les heures qui précèdent le coucher, af- meilleure connaissance du sommeil fecte le rythme veille-sommeil en modi-ses à mon SMS et je garde mon portable sous permettra aux parents de poser les fiant la sécrétion de mélatonine. De plus,mon oreiller ». Une pratique qui explique sans Références bibliographiques : la lumière augmente le niveau d’activité limites de leur bonne utilisation. »doute que 48,3% des élèves s’endorment au- et d’éveil ce qui retarde l’endormisse-delà du délai normal d’endormissement (- de 30 -Comment retrouver le sommeil par soi-même, ment. Enfin, devant un ordinateur, on est Dr Sylvie Royant-Parola, Dr Sylvie Royant Parola, Editions Odiles Jacob, 2008 très stimulé et on rate plus facilement lesmn). - Les rythmes du corps, signes annonciateurs de sommeil : bâille- psychiatre, médecin du sommeilUne enquête similaire a été réalisée auprès des Dr Marc Schwob, Editions Odiles Jacob, 2007 ment, yeux qui piquent, envie de bouger,parents de ces mêmes élèves de 3ème. Le dé- - Rythmes de l’enfant ; de l’horloge biologique aux rythmes scolaires”, … Collectif, Editions Inserm, 2001calage entre les réponses des parents et celles - DVD sommeil du Reséau Morphée : www.dvdsommeil.frdes enfants est fort. Les parents sous-estiment 9
  6. 6. 2 RYTHMES SCOLAIRES — Quels sont les principaux enseignements que l’on peut tirer de vos recherches actuelles ? la situation scolaire. Habituellement ressen- tis chez certains enfants le lundi, ils perdurent « L’évaluation de l’aménagement du temps sco- jusqu’au mardi midi. De plus, si le volume ho- laire actuel montre que : raire d’enseignement hebdomadaire demeure 5 QUESTIONS À FRANÇOIS TESTU, le même, la répartition de l’enseignement sur PSYCHOLOGUE, PROFESSEUR À L’UNIVERSITÉ • Les variations journalières des performan- ces intellectuelles sont plus présentes 4 jours entraîne soit un alourdissement de la journée scolaire soit une réduction des « peti- FRANÇOIS-RABELAIS DE TOURS chez les élèves qui ne maîtrisent pas la tes vacances » et/ou un allongement du premier tâche. trimestre. Enfin, elle s’accompagne souvent d’une baisse du niveau de performance. » • Les activités éducatives périscolaires et extrascolaires contribuent à l’épanouisse- ment physique et psychique des enfants. 5 — Quelles sont vos recommandations pour • La libération du temps, sans accompagne- réussir les nouveaux aménagements scolaires ? ment péri et extrascolaire, n’est pas syno- nyme d’épanouissement. » • « Respecter les rythmes journaliers de1 — Quels sont les rythmes à respecter en situation scolaire mais également extrascolaire l’enfant, tenir compte de son âge (des jour- nées plus courtes pour les plus jeunes) etpriorité pour proposer un calendrier scolaire et périscolaire et, par voie de conséquence, le proposer des petites vacances scolaires deadapté ?« Si l’on souhaite proposer des emplois du niveau de vigilance et les performances intellec- tuelles. Le sommeil est un besoin fondamental 3 — En matière d’aménagement du temps deux semaines, notamment à la Toussaint. scolaire, quelle serait la solution idéale ?temps vraiment adaptés aux jeunes, trois prin- dont la diminution risque de perturber grande- « Il n’y a pas, aujourd’hui, de situation idéale. Il • Proposer un calendrier annuel équilibré, oùcipaux rythmes doivent être respectés : ment les performances. s’agit seulement de trouver le moins mauvais les périodes de classe de 7 à 8 semaines des compromis entre d’une part, le respect des alternent avec deux semaines de vacan-• le sommeil, Les variations journalières de la vigilance et de rythmes des élèves et la satisfaction de leurs ces.• les variations journalières de l’activité l’activité intellectuelle intérêts et d’autre part, les contraintes socié- intellectuelle et de la vigilance, Grâce aux travaux de chronopsychologie me- tales et l’intérêt des parents. Rappelons que • Respecter le sommeil de l’enfant. Il est pri-• les fluctuations annuelles de la résis- nés en milieu scolaire on sait aujourd’hui que l’élève constitue un tout, qu’il ne s’arrête pas de mordial que les parents comme les ensei- tance à l’environnement. la vigilance et les performances intellectuelles vivre une fois franchi le seuil de l’école et qu’il a gnants, interviennent pour que les enfants fluctuent au cours de la journée. Classique- besoin d’un peu de liberté ! Dans tous les cas, le dorment leur compte. De leur côté, les dé-Le sommeil ment, le niveau de vigilance et les performan- compromis ne peut être trouvé qu’en associant cideurs doivent proposer des heures ma-La durée de sommeil varie selon les enfants (il ces psychotechniques progressent du début tous les partenaires concernés par l’éducation tinales de rentrée en classe plus tardivesexiste des courts et des longs dormeurs à un jusqu’à la fin de la matinée, s’abaissent après le des jeunes. » afin d’éviter des réveils provoqués, sourceâge donné), selon leur âge (voir le tableau page déjeuner, puis progressent à nouveau au cours de manque de sommeil.3), selon les systèmes scolaires (plus l’entrée en de l’après-midi.classe est matinale, plus la durée de sommeil • Alléger le temps scolaire journalier, notam-est écourtée) , selon les lieux de vie (les élèvesde Zones d’Education Prioritaire (Z.E.P.) dorment Les périodes de faible résistance Les êtres humains sont plus vulnérables 4 — Que pensez-vous de la semaine dite de ment pour les plus jeunes. » 4 jours ?moins que les autres) et selon l’environnement physiquement en hiver qu’en été. Si la pé- « Les scientifiques spécialistes des rythmesfamilial (les rythmes de vie des parents impac- riode de fin février-début mars est plus par- biologiques et psychologiques ont montré quetent le sommeil de leur enfant). Malgré ces va- ticulièrement difficile à vivre pour tous, cel- la semaine de 4 jours « secs », c’est-à-dire sansriations interindividuelles, il est primordial de le de la Toussaint est également à risques Pour aller plus loin : politique d’accompagnement péri et extrasco-respecter la durée du sommeil propre à chacun. pour les enfants les plus jeunes qui vont à François Testu, laire ne fait qu’accentuer et allonger les effets Rythmes de vie et rythmes scolaires,De sa quantité, de sa qualité et de sa régularité l’école depuis fin août/début septembre. » perturbateurs du week-end sur l’adaptation à Editions Masson. 2008.dépendent l’adaptation des comportements à la 11
  7. 7. CONSEILS POUR RESPECTER Quelles sont les conséquences d’un manque de sommeil ? Pensez aussi aux pathologies du sommeil LE SOMMEIL DES ENFANTS Les troubles du sommeil sont associés à un Chez l’enfant comme chez l’adolescent, il existe différentes pathologies du sommeil. Parmi les manque d’attention et à des troubles du com- troubles du sommeil les plus fréquemment portement. Il y a diminution des performances décrits, il existe les difficultés, refus ou autresLe sommeil peut être rapidement perturbé par l’environnement ou par des ha- de la mémoire et des apprentissages. L’hype- perturbations du coucher et de l’endormisse-bitudes de vie inadéquates. Ces perturbations peuvent entraîner des modifi- ractivité, elle, est surtout liée à la fragmentation ment, les réveils spontanés répétés dans la du sommeil. Les études confirment le lien entre nuit ainsi que les perturbations paroxystiquescations de l’organisation du sommeil ce qui aura un impact négatif sur le bon déficit de sommeil, difficultés scolaires et trou- du sommeil tels que les terreurs nocturnes etdéveloppement de l’enfant. bles du comportement : les cauchemars. A 5 ans, 19% des enfants se réveillent au moins une fois dans la nuit et 38 • baisse de la performance scolaire du fait % ont régulièrement des cauchemars. Ces pro- de la diminution des capacités attention- blèmes s’estompent en général avec l’âge, tan- Pour que l’horloge biologique de l’enfant pas en cause dans ses problèmes de sommeil à nelles ; dis que d’autres apparaissent à l’adolescence, fonctionne correctement, il faut : lui. Il est bon de chercher en famille des solu- • augmentation du risque d’accident, de telles que les insomnies. Dans tous les cas, au tions que tout le monde peut accepter. syndrome dépressif, voire de risque suici- moindre doute, n’hésitez pas à consulter.• Des heures de coucher et de lever réguliè- daire dans les formes sévères ; Vous souhaitez mieux connaître les habitudes res, y compris pendant le week-end et les • risque de développer une obésité et un de sommeil de votre enfant et faire le point. vacances. Mon enfant manque-t-il de sommeil ? diabète, souvent renforcé par une alimen- Remplissez l’agenda des pages 14 et 15 et• Une exposition suffisante à la lumière tation déséquilibrée. présentez-le à votre médecin au cours d’une extérieure dans la journée pour informer Les mauvais dormeurs sont d’abord somno- consultation spécifique. l’horloge biologique de l’alternance jour/ lents. Ils deviennent volontiers agressifs et ir- nuit. Au contraire, le soir, pas de lumière ritables. Le manque de sommeil se manifeste dans la chambre. soit par une dépression, soit par une hyperac-• Des donneurs de temps : heures de repas tivité et une agitation. Un enfant qualifié «d’im- LES « VOLEURS » DE SOMMEIL régulières, temps de jeu dans la journée, possible » l’est en réalité bien souvent en raison rituel du coucher, etc. d’un sommeil trop court ou de mauvaise qualité. • Rythmes de coucher et • Pression scolaire et• Faire du sommeil un plaisir : bien aména- Un sommeil perturbé cause une grande variété de lever trop irréguliers sociale trop importante ger son lit, ne pas le surcharger de jouets. de troubles comme des vertiges, des crises de • Temps passé devant un • Début d’école trop tétanie, des douleurs, des maux de tête. A l’in- écran le soir. matinal, trajet scolaire verse, l’enfant aura suffisamment dormi s’il se (>2 heures chez le trop long Et chez l’ado ? réveille facilement et de bonne humeur le ma- jeune enfant, • Abus ou prise tardive tin, s’il est calme et attentif à l’école, s’il n’est >3 heures chez les de boissons stimulan-Les parents doivent éviter les attitudes qui isolent pas agressif et intolérant à la moindre frustra- adolescents) tes ou énergisantesleur enfant. Inutile de culpabiliser l’ado en disant : tion le soir. • Absence d’exercice • Stress, anxiété,«Tu es bon à rien» ou de faire la morale : « le mon- physique ou exercice difficultés scolairesde appartient à ceux qui se lèvent tôt ». Mieux physique trop tardif le • Psychopathologievaut, en général, essayer de parler du problè- soir personnelle oume, en dehors des moments où il se pose. Lui • Trop nombreuses acti- familialedemander comment il pense pouvoir être aidé vités extrascolaires Source : DVD du Réseau Morphéeet se demander si notre organisation (activitéprofessionnelle chronophage, dîner trop tardif,mauvaise organisation de la maison, téléviseursou ordinateurs dans toutes les pièces…) ne sont 13
  8. 8. DATE1234567891011121314 sommeil ou sieste volontaire Heure de mise au lit Heure de lever Somnolence dans la journée Petit éveil Temps scolaire Notation de 1 à 10 Heure de repas sommeil ou sieste
  9. 9. Pour ensavoir plus…www.institut-sommeil-vigilance.orgwww.sfrms.orgwww.prosom.orgwww.reseau-morphee.frwww.mgen.fr/sommeil-revePour nous écrire :Institut National du Sommeil et de la Vigilance7, rue Corneille75006 Pariscontact@insv.org

×