Les Carnets du Sommeil : le diabete

46 505 vues

Publié le

Les Carnets du Sommeil : le diabete

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
46 505
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
38 100
Actions
Partages
0
Téléchargements
39
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les Carnets du Sommeil : le diabete

  1. 1. SOMMEIL ET DIABÈTE8
  2. 2. AVANT-PROPOS Depuis toujours un rythme de vie rencontrées chez les patients diabétiques.équilibré et un bon sommeil sont conseillés Le sommeil et ses troubles pourraient parau patient diabétique. Le sommeil est ailleurs intervenir dans le développementindispensable à une bonne qualité de vie du diabète. Le syndrome d’apnées dumais aussi à un équilibre psychologique sommeil est ainsi pointé comme un possibleet métabolique. Ces connaissances facteur de risque du diabète, entraînantinnées se sont vues confirmées par de insulinorésistance et intolérance autrès nombreuses recherches ces derniers glucose.temps, tant les liens sont étroits entresommeil et diabète. Mais de manière plus globale encore c’est le temps de sommeil qui semble jouerAvec près de 285 millions de diabétiques un rôle déterminant dans l’apparition oudans le monde et plus de 3% de la l’aggravation du diabète. Dormir moins depopulation française atteinte, le diabète 6 heures par 24 heures serait un facteur deest reconnu comme une véritable épidémie risque de diabète.en pleine expansion.Les troubles du sommeil touchent quant L’INSV et Air Products ont choisi deà eux près d’un tiers des Français. s’associer pour faire le point sur lesCes dernières années, des études ont mis relations entre diabète et troubles duen évidence des liens entre troubles sommeil et vous rappeler l’importance dedu sommeil et diabète. Difficultés bien dormir pour mieux prévenir.d’endormissement et de maintien desommeil sont ainsi plus fréquemment«Préservons notre capital santé, prenons de notre sommeil ! »Pr Damien Léger, Thierry Jamin-ChangeartPrésident de l’Institut National Directeur Général Air Products Healthcare Francedu Sommeil et de la Vigilance
  3. 3. LE DIABÈTE, UNE EPIDÉMIE MONDIALE LE DIABÈTE EN CHIFFRES LES COMPLICATIONS CHRONIQUES DU DIABÈTE1 :• Dans le monde, en 2010, on recensait 285 • Le risque de cardiopathie et d’accident millions de diabétiques. vasculaire cérébral est augmenté.• La prévision mondiale annonce 438 50% des diabétiques meurent d’une millions de diabétiques en 2030. maladie cardio-vasculaire.• En 2004, le diabète a tué environ 3,4 mil- • La rétinopathie diabétique est une cause lions de personnes dans le monde1. importante de cécité. Après 15 ans de• Plus de 80% des décès par diabète se diabète, près de 2% des sujets deviennent produisent dans des pays à revenu faible aveugles et environ 10% présentent des ou intermédiaire1. atteintes visuelles graves.• En France, on compte 3% de diabétiques • L’insuffisance rénale : 10 à 20% des diabé- dont 90% de diabète de type1. tiques meurent d’une insuffisance rénale.• Une maladie cardio-vasculaire est à l’ori- • La neuropathie (atteinte des nerfs) gine de plus de 50% des décès chez les diabétique touche jusqu’à 50% des diabétiques. diabétiques. Elle augmente la probabilité• Le diabète est devenu l’une des prin- d’apparition d’ulcères des pieds et cipales causes de maladie et de décès d’amputation des membres. prématurés dans la plupart des pays, • Le risque général de décès chez les principalement du fait du risque accru de diabétiques est au minimum deux fois maladies cardiovasculaires. plus élevé que chez les non diabétiques.LE DIABÈTELe diabète est une maladie chronique qui se ca- Le diabète de type 1 est caractérisé par une productionractérise par un excès de sucre dans le sang et insuffisante d’insuline par le pancréas en raison d’unedonc une glycémie (taux de glucose) trop élevé. Il réaction auto immune qui détruit les cellules bêta duest dû à une production insuffisante d’insuline ou pancréas. On ignore les causes précises qui poussentà une mauvaise utilisation de l’insuline produite. le système immunitaire à réagir. Certains individus se- raient prédisposés de part leur hérédité.L’insuline est l’hormone produite par les cellules bêtadu pancréas qui régule la concentration de sucre dans Le diabète de type 2 résulte d’une mauvaise utilisationle sang. Grâce à l’insuline, le glucose peut pénétrer de l’insuline par l’organisme. Il est en grande partie ledans les cellules de l’organisme : les muscles, le tissu résultat d’une surcharge pondérale et de la sédenta-adipeux, et le foie où il va être transformé et stocké. rité.1 - Aide-Mémoire 312, septembre 2011, OMS 3
  4. 4. LE SOMMEILUNE FONCTIONVITALELE SOMMEIL EST UNE FONCTION VITALE DE L’ORGANISME QUI PERMET UNE RÉ-CUPÉRATION PHYSIQUE, PSYCHOLOGIQUE ET INTELLECTUELLE. UN MAUVAISSOMMEIL A UN IMPACT SUR : Le sommeil malmené• Le maintien de la vigilance à l’état de Une privation chronique de sommeil est avérée veille, chez les Français, même en tenant compte des• Le maintien de la température corporelle, besoins de sommeil différents d’une personne• La reconstitution des stocks énergétiques à l’autre. Alors que le besoin moyen est estimé des cellules musculaires et nerveuses, à 8h de sommeil environ, la durée moyenne en• La production d’hormones et en par- semaine est de 7h2. Un tiers de la population ticulier l’hormone de croissance et la française déclare même dormir 6 heures ou mélatonine, moins par nuit. En 50 ans, les études ont révélé• La régulation de fonctions métaboliques une réduction de la durée de sommeil de 1h30 (régulation de la glycémie, de l’appétit), sur 24 heures, une évolution liée à la générali-• L’élimination des toxines, sation de la lumière artificielle, mais aussi au• La stimulation des défenses immunitaires, développement des télécommunications, à• La régulation de l’humeur et de l’activa- l’évolution de l’organisation du travail et de nos tion du stress, modes de vies. Pourtant, une durée de sommeil• Les mécanismes d’apprentissage et de courte ou qui a été diminuée est associée à une mémorisation, augmentation de la mortalité.3 4• La performance physique ou intellectuelle. Les pathologies du sommeil telles que le syndrome d’apnées du sommeil, l’insomnie ou le syndrome des jambes sans repos ont éga- lement pour conséquences la réduction de la durée de sommeil ou la dégradation de sa qualité. D’autres maladies, sans lien avec le sommeil, peuvent influencer celui-ci de manière négative, et cela d’autant plus qu’elles sont parfois asso- ciées à une pathologie du sommeil.2 - Enquête INSV/MGEN 20113 - Patel SR, Ayas NT, Malhotra MR, et al. A prospective study of sleep duration and mortality risk in womaen. Sleep 2004 ;27 :440-44 - Ferrie JE, Shipley MJ, Cappuccio FP, et al. A prospective study of change in sleep duration : association with mortality in the Whi-tehall II cohort. Sleep 2007 ;30 :1659-66
  5. 5. PRIVATION DE SOMMEIL,ATTENTION DIABÈTEUne durée de sommeil inférieure à 6 heu- Dormir trop ne semble pas non plus êtreres expose davantage au risque de diabète5 , protecteur. Les personnes dormant plus decertainement en raison des perturbations 9 heures semblent également plus suscepti-endocriniennes liées à la privation de sommeil. bles d’être un jour diabétiques3. Ceci est pro-Les études ont mis en évidence des modifica- bablement expliqué par le fait que ces longstions importantes du métabolisme du glucose dormeurs sont en fait porteurs de maladies dusuite à une privation de sommeil : sommeil non diagnostiquées.• réduction de 40% du métabolisme du Chez le patient diabétique, dette de sommeil et glucose6 mauvaise qualité de sommeil sont associés à• réduction de 30% de la réponse insulini- un mauvais contrôle glycémique. que4 (baisse de la quantité d’insuline pro- Dormir mieux et plus permettrait donc de mieux duite) réguler son diabète de type 2.• augmentation de 50% de la résistance à l’insuline4 (baisse de l’action de l’insuline) Le syndrome métabolique désigne la présence d’un ensemble d’anomalies métaboliquesLes courts dormeurs sont également plus (embonpoint abdominal, hypertriglycéridémie,exposés au risque de développer un syndrome hypertension, faible taux de « bon » cholestérolmétabolique, condition favorable à l’apparition (HDL), hyperglycémie élevée) qui accroissent ledu diabète . risque de diabète de type 2, de maladies car- diaques et d’accident vasculaire cérébral. MANQUE DE SOMMEIL, RISQUE D’OBÉSITÉ ?Le sommeil est normalement une période sans La réduction du temps de sommeil entraîneprise alimentaire. Pour cela l’organisme (les cel- l’augmentation de la durée de la sécrétion delules adipeuses) secrète la nuit une hormone, la l’hormone favorisant la faim. L’individu va alorsleptine, qui fait disparaître la sensation de faim spontanément et sans s’en rendre compteet augmente la dépense énergétique. À l’inverse, manger davantage avec une prédilection pourle jour, l’estomac sécrète une autre hormone, les aliments sucrés, entraînant une prise dela ghréline qui facilite la prise alimentaire. poids.5 - Gangwisch JE; Heymsfield SB; Boden-Albala B; Buijs RM; Kreier F; Pickering TG; Rundle AG; Zammit GK; Malaspina D. Sleepduration as a risk factor for diabetes incidence in a large US sample. SLEEP 2007;30(12):1667-1673.6- Spiegel K, Leproult R, Van Cauter E. Impact of sleep debt on metabolic and endocrin function.Lancet 1999 ;354 :1435-97 - Hall MH, Muldoon MF, Jennings JR, Buysse DJ, Flory JD, Manuck SB. Self-reported sleep duration is associated with meta-bolic syndrome in midlife adults. Sleep 2008 ;31 :635-43 5
  6. 6. LE DIABÈTE, SOURCE D’ALTÉRATION DU SOMMEIL ?LE DIABÈTE, COMME LA PLUPART DESMALADIES CHRONIQUES, PEUT ÊTREUNE SOURCE D’ALTÉRATION DE LA QUA-LITÉ DU SOMMEIL. IL EST AINSI ASSO-CIÉ À UNE FRÉQUENCE PLUS ÉLEVÉEDE TROUBLES DU SOMMEIL, NOTAM-MENT D’INSOMNIE.Difficultés d’endormissement et de maintien desommeil sont plus fréquemment rencontréeschez les patients diabétiques.La durée de sommeil est alors réduite entrai-nant une possible dérégulation du métabolismeglucidique.Du fait de ces insomnies, les patients dia-bétiques sont également souvent plus grosconsommateurs d’hypnotique.Certaines conséquences du diabète tels que le Le syndrome des jambes sans repos estbesoin fréquent d’uriner la nuit ou des douleurs fréquent chez le patient diabétique et peutmusculo-squelettiques provoquent des réveils conduire à une altération de son sommeil.nocturnes qui peuvent expliquer les insomnies Le syndrome des jambes sans repos est unde maintien du sommeil. trouble du système nerveux qui se manifeste par une sensation désagréable au niveau desLes insomnies peuvent également être liées membres accompagnée d’un besoin impérieuxà des troubles de la régulation glycémique, de bouger. La gêne survient essentiellement leen particulier aux hypoglycémies nocturnes, soir ou la nuit et est favorisée par l’immobilité.fréquentes chez les diabétiques de type 1. Il semble qu’une neuropathie périphériqueLes conséquences des hypoglycémies peuvent (atteinte des nerfs), conséquence du diabète,être très sévères, parfois fatales. La nuit est est à l’origine du syndrome des jambes sansen effet la période la plus vulnérable pour les repos chez certains patients diabétiques.hypoglycémies car le sommeil atténue la Un tiers seulement des patients diabétiques deréponse contre-régulatrice à l´hypoglycémie. type 2 souffrant du syndrome des jambes sansLe changement rapide du niveau de glucose repos sont traités8 , alors que les conséquencesprovoque par ailleurs des éveils nocturnes, qui sur la qualité de sommeil peuvent être impor-peuvent devenir sources d’insomnie. tantes.8 - Cuellar NG, Ratcliffe SJ, Restless legs syndromein type 2 diabetes : implications to diabetes educatoir.Daibetes Educ 2008 ;34 :218-34
  7. 7. MON AGENDAPOUR LE SOMMEILCOMPRENDREET PRENDRE SOINDE SON SOMMEILVous souhaitez mieux connaître vos habitudes de sommeil ?Vous vous posez des questions sur la qualité de votre sommeil ?Vous avez des problèmes de sommeil et vous ne savez pascomment les résoudre ?Remplissez l’agenda et présentez-le à votre médecin au coursd’une première consultation. Vous pourrez faire le point ensembleet trouver des solutions adaptées.NOM : ………………………………………………………………………….....................PRÉNOM : ……………………………………………………………………....................MES NOTES SUITE À MA CONSULTATION DU ………/………/20……..........…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………............................................... 7
  8. 8. DATE Temps de travail1 Temps de travail2 Temps de travail3 Temps de travail4 Temps de travail5 Temps de travail6 Temps de travail7 Temps de travail8 Temps de travail9 Temps de travail10 Temps de travail11 Temps de travail12 Temps de travail13 Temps de travail14 Temps de travail sommeil ou sieste volontaire Heure de mise au lit Heure de lever Somnolence dans la journée sommeil ou sieste
  9. 9. Petit éveil Temps de travail Notation de 1 à 10 Heure de repas
  10. 10. SYNDROME D’APNÉES DU SOMMEIL, FACTEUR DE RISQUE DU DIABÈTE ?Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) est une maladie fréquen-te qui se caractérise par des arrêts répétés (apnées) de la respiration au coursdu sommeil. Ces apnées sont dues à une obstruction du pharynx empêchant lepassage de l’air. Il touche entre 5 et 15 % de la population adulte, selon l’âge.Des études récentes ont mis en évidence uneassociation entre troubles respiratoires du LES SIGNES ÉVOCATEURSsommeil et diabète de type 2. D’APNÉES DU SOMMEIL• 58 % des personnes diabétiques présentent SONT : un trouble respiratoire du sommeil9,• 30 à 35% des personnes ayant un diabète de • Ronflements très bruyants type 2 souffrent également d’un syndrome • Arrêts de la respiration (ou pause d’apnées du sommeil nécessitant un trai- respiratoire) durant le sommeil tement, 10 11 • Sentiment de ne pas avoir• Près de 40% des personnes atteintes de récupéré pendant la nuit SAOS auront un jour le diabète12 13. • Somnolence dans la journée • Troubles de la mémoire et deIndépendamment des autres facteurs de risque la concentration(âge, obésité), l’apnée du sommeil, en raison de • Irritabilité et baisse de lala fragmentation du sommeil et de l’hypoxémie concentrationimportante (baisse du taux d’oxygène dans • Envie d’uriner la nuitle sang) qu’elle entraîne, semble jouer un rôledans le développement et l’apparition d’undiabète de type 2 par :• La baisse de l’action de l’insuline (insulino- résistance), 9 - Resnick HE, Redline S, Shahar E, Gilpin A, Newman A, Walter• La baisse de la tolérance au glucose R, Ewy GA, HowardBV, Punjabi NM: Diabetes and sleep distur- (intolérance au glucose), stade fréquent de bances: findings from the Sleep Heart Health Study. Diabetes Care 26(3): 702-709, 2003 transition vers le diabète de type 2. 10 - Babu et al. Arch Inter Med, 2005;165:447-452 11 - (20) Laaban et al, Diabetes & Metabolism, 2009;35(5):372-7Quelques études récentes suggèrent égale- 12 - Meslier N, Gagnadoux F, Giraud P, Person C, Ouksel H, Urban T, Racineux JL: Impaired glucose-insulin metabolism in malesment que le SAOS est fréquent dans le diabète with obstructive sleep apnoea syndrome. Eur Respir J 22(1):de type 1. 156-160, 2003 13 - Elmasry A, Lindberg E, Berne C, Janson C, Gislason T, Awad Tageldin M, Boman G: Sleepdisordered breathing and glucose metabolism in hypertensive men: a population-based study. J Intern Med 249(2): 153-161, 2001
  11. 11. TRAITER LE SAOS COMMENTINFLUENCE-T-IL TRAITERL’ÉVOLUTION LES APNÉESDU DIABÈTE ? DU SOMMEIL ?Le traitement de l’apnée du sommeil par Pres- • Le traitement de référence est l’appli-sion Positive Continu (PPC), traitement de ré- cation nocturne d’une Pression Positiveférence, semble avoir un effet bénéfique sur Continue ou PPC. Un masque facial, nasalle contrôle du métabolisme glucidique des pa- ou narinaire insuffle de l’air dans les voiestients diabétiques apnéiques : aériennes empêchant la fermeture du pha- rynx pendant le sommeil.• Amélioration du contrôle de la glycémie et de l’HbA1C (ou hémoglobine glyquée, • L’orthèse d’avancée mandibulaire (appa- paramètre biologique de référence dans reil dentaire à porter la nuit) est indiquée la surveillance de l’équilibre glycémique pour les cas moins sévères. des patients diabétiques. Son pourcen- tage est en effet le reflet de l’équilibre • Supprimer la consommation d’alcool le de la glycémie sur les 3 derniers mois) soir et limiter certains médicaments comme les somnifères sont conseillés car• Amélioration de la sensibilité à l’insuline, ils peuvent aggraver les apnées. particulièrement chez les patients les moins obèses • De même, une perte de poids et le respect des règles alimentaires sont fortement recommandés car la prise de poids est uneLES RECOMMANDATIONS des causes les plus fréquentes d’apnéesDE DÉPISTAGE du sommeil.La Fédération Internationale du Diabète a pu-blié en 2008 une déclaration de consensus surle syndrome d’apnées du sommeil et le diabètede type 2. Elle recommande notamment :• La recherche d’un diabète chez tous les patients ayant des apnées du sommeil,• Le dépistage et la prise en charge de l’ap- née du sommeil chez les patients diabé- tiques présentant des signes évocateurs (ronflements, arrêt de la respiration la nuit et somnolence dans la journée),• le dépistage de l’apnée du sommeil chez les patients diabétiques ayant une hyper- tension artérielle très sévère. 11
  12. 12. L’INSOMNIEMÉNE-T-ELLE AU DIABÈTE ?Comme la durée de sommeil, l’insomnie chronique est associée à unrisque plus élevé de diabète et d’obésité, et cela d’autant plus quel’insomnie est accompagnée d’une durée de sommeil inférieure à 5heures14.Chez le patient diabétique, la mauvaise qualité Comment se définit l’insomnie ?de sommeil semble ainsi contribuer à un mau-vais contrôle du diabète. L’insomnie se définit par une difficulté d’endor- missement, de maintien du sommeil et/ou unLe manque de sommeil lié à l’insomnie aurait en réveil trop précoce qui survient au moins troiseffet, selon des études, des répercussions sur fois par semaine depuis au moins un mois avecle métabolisme des sucres et sur une possible répercussion sur le fonctionnement dans larésistance de l’organisme à l’action de l’insu- journée. En l’absence de cause, l’insomnie estline. dite primaire. Elle peut également être secon- daire c’est-à-dire reliée à une cause identifiée. Les causes de l’insomnie L’insomnie peut être occasionnelle et transitoire quand elle est liée à un événement stressant ou à un environnement perturbé (bruit, tempéra- ture…) Quand elle évolue depuis plusieurs mois, on parle alors d’insomnie chronique. Elle est alors souvent associée à un trouble psychologique ouLe stress induit par le manque de sommeil à une autre maladie.pourrait être la cause des perturbations de Anxiété, stress, dépression sont les causes lesl’action de l’insuline. plus fréquentes d’insomnie. Mais, des maladies physiques peuvent être également la source deReste à savoir si le fait d’améliorer le sommeil l’insomnie (douleur, troubles thyroïdiens, refluxdes patients diabétiques permet un meilleur gastro-œsophagien, allergies, asthme).contrôle de leur diabète. Des études sont en Enfin, d’autres maladies liées au sommeilcours. comme les apnées et le syndrome des jambes sans repos peuvent provoquer l’insomnie.14 - Vgontzas AN, Liao D, Pejovic S, Calhoun S, et al. Insomniawith objective short sleep duration is associated with type 2diabetes : a population-based study.Diabetes Care 2009 ;32 :1980-5
  13. 13. D’AUTRES PATHOLOGIES DU SOMMEIL PEUVENT-ELLE ETRE LIÉES AU DIABÈTE ?Une étude récente a montré queles troubles du rythme circadiensont plus fréquents chez les pa-tients diabètiques de types 2que chez les personnes non dia-bétiques15.Le trouble du rythme circadien est un dérè- repas deviennent irréguliers ajoutant uneglement de l’horloge biologique interne qui se difficulté supplémentaire dans le gestion dumanifeste par une désynchronisation des diabète.horaires de veille et de sommeil. L’Homme possède une « horloge biologiqueIl existe deux grands troubles du rythme circa- interne » réglée sur 24 heures environ : l’horlogedien : circadienne. Elle régule les rythmes veille-• le syndrome de retard de phase : sommeil et est synchronisée par des donneurs heure du coucher et du réveil tardive, de temps dont les principaux sont l’activité• le syndrome d’avance de phase : sociale et la lumière. La lumière passe heure du coucher et du réveil prématurée. directement de la rétine à l’horloge biologique par l’intermédiaire de la voie rétino-hypothala-L’augmentation des perturbations des rythmes mique. L’horloge déclenche ainsi la sécrétion decircadiens observée chez les patients diabéti- la mélatonine en période d’obscurité et marque leques peut s’expliquer en partie par les compli- déclenchement du sommeil. Lorsque la lumièrecations du diabète. du jour apparaît, la production de la mélatonineEn effet, la rétinopathie diabétique est une des cesse et l’éveil est plus facile.complications graves du diabète car respon-sable de cécité. Chez les patients atteints, la Quid de la narcolepsie ?diminution de la perception lumineuse peutperturber les rythmes circadiens et notamment La narcolepsie est une maladie chronique trèsle rythme veille-sommeil qui se dérègle alors. rare. Chez les patients narcoleptiques, certainesOn observe ainsi des retards de phase et des études retrouvent une prise de poids. Cetterythmes veille-sommeil très irréguliers. prise de poids, si elle est importante, peut favo- riser l’apparition d’un diabète de type 2.Chez les patients traités par insuline, ces trou- Par ailleurs, comme le diabète de type 1, lables du rythme circadien peuvent constituer narcolepsie a vraisemblablement une origineune complication dans la gestion du diabète. auto immune. Cependant, le marqueur de pré-Le décalage des horaires de coucher et de lever disposition génétique qui lui est fréquemmentne permet plus une prise correcte des traite- associé aurait plutôt un effet protecteur vis-à-ments. L’injection d’insuline du matin est bien vis de diabète de type1.souvent décalée au midi ce qui perturbe l’équi- 15 - Tsujimura T, Matsuo Y, Keyaki T, et al. Correlations of sleeplibre du traitement. De plus, les horaires des disturbance with the immune system in type 2 diabetes melli- tus. Diabetes Tes Clin Prat 2009 ;85 :286-92 13
  14. 14. SOMMEIL ET DIABETE :UNE MÊME HYGIENE DE VIE Pratiquer une activité physiqueL’activité physique permet d’augmenter lesommeil lent profond, particulièrement ré-cupérateur, et de lutter contre l’anxiété et la bral) ou une crise cardiaque qu’un diabétiquedépression, causes fréquentes de troubles du non fumeur et 3 fois plus de risques d’être at-sommeil. teint des reins et d’artérite aux jambes .Pour être efficace, l’activité doit être : La nicotine est également un perturbateur du sommeil. Elle est un stimulant et retarde l’en-• de préférence une activité d’endurance dormissement, augmente les réveils nocturnes non compétitive : marche à pieds, course, et rend le sommeil plus léger. natation, vélo…• d’intensité modérée et d’allure régulière, Limiter l’alcool• suivie d’une phase de récupération (étirements, relaxation, hydratation…), L’alcool augmente le risque de complications,• régulièrement pratiquée : une ½ heure d’hyperglycémies et d’hypoglycémies sévères minimum au moins 3 ou 4 fois par se- (surtout pendant le sommeil) chez le diabétique. maine, En cas de complication déclarée (neuropathie,• pratiquée à l’extérieur, elle permet de pro- complication cardiovasculaire ou hépatique...) fiter de l’exposition à la lumière du jour, l’arrêt de l’alcool est souvent conseillé16.• pratiquée entre 4 et 8 heures avant le Sur le sommeil, bien qu’ayant une action coucher. sédative, l’alcool favorise l’instabilité du som- meil avec des éveils nocturnes fréquents.En outre, l’activité physique joue un rôle essentieldans la prévention du diabète et contribue à Dépister et traiterl’équilibre glycémique chez la personne diabé-tique. Dépister et traiter d’éventuelles pathologies du sommeil permet d’améliorer la durée et la Eviter le tabac qualité du sommeil et peut avoir un impact sur le développement du diabète.Le tabac constitue un facteur de risque impor-tant de complications chez la personne diabéti- Une alimentation saine et équilibrée et uneque. Sur le plan cardiovasculaire, le tabac favo- bonne hygiène de vie incluant la pratique d’unerise la formation de caillots, de thromboses et activité physique et un bon sommeil sont desde spasme. Il fait diminuer le bon cholestérol et moyens efficaces pour retarder l’apparition duagit sur l’équilibre glycémique. diabète.Un diabétique fumeur a ainsi 2 fois plus de ris-ques de faire un AVC (accident vasculaire céré- 16 - Association Française des Diabétiques
  15. 15. LES CONDITIONS FAVORABLESPOUR UN SOMMEIL DE BONNE QUALITERECOMMANDATIONS DE L’INSV• Adopter des horaires de sommeil réguliers. • Reconnaitre les signaux du sommeilSe coucher et se lever à des heures régulières (bâillements, yeux qui piquent).facilitent en effet le sommeil. • Ne pas chercher à se rendormir à tout prix si• Se lever tous les jours à la même heure, on se réveille le matin même très tôt. Se leverweek-end compris, a un effet synchroniseur et commencer la journée.du rythme veille-sommeil. • Ne pas utiliser de médicaments pour dormir• Éveiller son corp grâce à un réveil dynamique : sans avoir consulté son médecin.lumière forte, exercices d’étirement, petitdéjeuner complet. • Au lit, éviter la télévision, le travail, la nourriture.• Pratiquer un exercice physique régulierdans la journée favorise l’endormissement. CE QUI DOIT ATTIRER VOTRE ATTENTIONEviter l’exercice physique en soirée, en ET VOUS FAIRE CONSULTER UN MÉDECINparticulier avant d’aller dormir.• Se reposer ou faire une courte sieste en Vous avez du mal à vous endormirdébut d’après-midi. Il suffit de fermer les Vous vous réveillez trop tôtyeux 5 à 20 minutes en relâchant le corps. Vous avez des sensations désagréablesLe sommeil viendra rapidement si le besoin dans les jambes qui vous empêchentest là. La sieste permet de maintenir la vigi- de dormirlance pour le reste de la journée. Vous êtes fatigué le matin Vous avez des envies de dormir• Eviter les excitants après 16 heures. la journéeCafé, thé, cola, vitamine C retardent Vous luttez pour rester actifl’endormissement et augmentent les Votre sommeil est agité, votre entourageréveils nocturnes. s’inquiète du ronflement et des arrêts de la respiration au cours du sommeil• Éviter l’alcool et le tabac. 15
  16. 16. Pour ensavoir plus…www.institut-sommeil-vigilance.orgwww.sfrms.orgwww.prosom.orgwww.reseau-morphee.frPour nous écrire :Institut National du Sommeil et de la Vigilance7, rue Corneille75006 Pariscontact@insv.org

×