La maltraitance des enfants
Le chemin de l enfer
Mme Houria Gherbi
Psychologue clinicienne
Thérapeute de famille
Psycholog...
DROIT DE L ENFANT : RAPPEL
Genève 1989
• Le droit d'être protégé contre
toute forme de discrimination en
raison de sa race...
Physique Sexuel
Psychologique Formes de privation
Maltraitance
de l’enfant
La violence physique
• On entend par violence physique exercée contre un
enfant l’usage intentionnel de la
• force physiqu...
La violence sexuelle
• On entend par violence sexuelle la participation d’un enfant à
une activité sexuelle
• qu’il n’est ...
La violence psychologique
• La violence psychologique est à la fois le fait d’incidents isolés
et de l’échec de l’un des
•...
La négligence
• La négligence concerne des incidents isolés et le défaut
de la part de la part de l’un des parents ou memb...
Violence éducative
=
communication violente et
destructrice
Maltraitance et cerveau
• C’est au cours de cette communication intense et vitale avec
son entourage que son cerveau se fo...
Violence et santé physique
• une gifle ou une fessée, ressent cette situation
• d’isolement comme une situation de danger....
Une bonne confiance en soi: prise d’initiative, action,
croyance qu’on peut réussir, réaction aux situations
nouvelles.
Es...
Maltraitance et estime de soi
Estime de
soi
Vision
de soi
Amour
de soi
Confian
ce en soi
Maltraitance et croyances sociales
Perce que nous sommes le modèle de l’enfant, le frapper serait lui
communiquer :
• - Qu...
Que faut il faire?
Commencer par faire la différence entre discipline et punition
:
• Discipline, s’agissant d’enfant, imp...
• La punition, quant à elle, implique soit des mesures
physiques ou psychologiques qui sont le reflet
• de la colère ou du...
À ne jamais faire
• Humilier son enfant devant les autres
• Le comparer à d autres enfants
• Parler à ses enseignants derr...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La maltraitance des enfants

1 417 vues

Publié le

Le chemin de l enfer

Mme Houria Gherbi
Psychologue clinicienne
Thérapeute de famille
Psychologie du traumatisme et de la violence
Enseignante à l’université –Alger 2-

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 417
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La maltraitance des enfants

  1. 1. La maltraitance des enfants Le chemin de l enfer Mme Houria Gherbi Psychologue clinicienne Thérapeute de famille Psychologie du traumatisme et de la violence Enseignante à l’université –Alger 2-
  2. 2. DROIT DE L ENFANT : RAPPEL Genève 1989 • Le droit d'être protégé contre toute forme de discrimination en raison de sa race, de sa religion, de son origine ou de son sexe • Le droit d’avoir un nom et une nationalité • Le droit à une alimentation suffisante et saine • Le droit d’être soigné(e) et de bénéficier de soins et de traitement adaptés à l’âge • Le droit à l’éducation • Le droit d’être nourri, logé et de grandir dans de bonnes conditions • Le droit de jouer, de rire, de rêver • Le droit d’accéder à l’information, d’exprimer son avis et d’être entendu • Le droit d’être protégé de la violence et de l’exploitation • Le droit à une protection spéciale pour tous les enfants réfugiés et / ou handicapés
  3. 3. Physique Sexuel Psychologique Formes de privation Maltraitance de l’enfant
  4. 4. La violence physique • On entend par violence physique exercée contre un enfant l’usage intentionnel de la • force physique qui entraîne – ou risque fortement d’entraîner – un préjudice réel pour • la santé de l’enfant, sa survie, son développement ou sa dignité. Cela comprend les actes • qui consistent à frapper, battre, donner des coups de pieds, secouer, mordre, étrangler, • infliger des brûlures de toutes sortes, empoisonner et faire suffoquer. Bien des actes de • violence envers des enfants sont infligés à la maison dans le but de punir.
  5. 5. La violence sexuelle • On entend par violence sexuelle la participation d’un enfant à une activité sexuelle • qu’il n’est pas pleinement en mesure de comprendre, à laquelle il ne peut consentir en • connaissance de cause ou pour laquelle il n’est pas préparé du point de vue de son développement, • ou encore qui viole les lois ou les tabous sociaux de la société. Les enfants • peuvent être à la fois victimes de violence sexuelle exercée par des adultes et par d’autres • enfants qui – du fait de leur âge ou de leur stade de développement – ont un lien de • responsabilité, de confiance ou de pouvoir avec la victime.
  6. 6. La violence psychologique • La violence psychologique est à la fois le fait d’incidents isolés et de l’échec de l’un des • parents ou de l’une des personnes s’occupant des enfants à fournir un environnement • qui soit approprié et favorable au développement des enfants. Les actes de cette catégorie • risquent fortement d’entraîner pour l’enfant des préjudices pour sa santé mentale ou son • développement physique, mental, spirituel, moral ou social. Les abus de ce type sont la • restriction de mouvement, les propos désobligeants, accusateurs, menaçants, effrayants, • discriminatoires ou humiliants et d’autres formes de rejet ou de traitement hostile.
  7. 7. La négligence • La négligence concerne des incidents isolés et le défaut de la part de la part de l’un des parents ou membres de la famille de pouvoir subvenir au développement et au bien-être des enfants – s’il est en mesure de le faire – dans un ou plusieurs des domaines • suivants : • santé ; • éducation; • développement affectif ; • nutrition; • foyer et conditions de vie en sécurité. • Les parents d’enfants négligés ne sont pas nécessairement pauvres. Ils peuvent tout aussi être aisés.
  8. 8. Violence éducative = communication violente et destructrice
  9. 9. Maltraitance et cerveau • C’est au cours de cette communication intense et vitale avec son entourage que son cerveau se forme. • La neurobiologie nous apprend que la communication interne entre les neurones dépend en partie des formes de communication que l’enfant établit avec ceux qui l’entourent • le lobe frontal n’est pas assez développé pour aider la personne à être en contact avec le présent. Elle sera incapable d’enregistrer des informations nouvelles et d’apprendre par expérience. • Même des perturbations mineures des systèmes neuraux spécifiques suscitent une modification majeure des phénomènes mentaux
  10. 10. Violence et santé physique • une gifle ou une fessée, ressent cette situation • d’isolement comme une situation de danger. Tout son corps sait qu’il ne peut pas survivre seul. Et la relation de confiance établie avec ses parents est pour lui vitale. Attaqué par ceux qui assurent sa survie, ce que son corps éprouve, c’est angoisse et stress. • Une situation de danger constante qui mobilise le corps à se défendre et à puiser ses moyens énergétiques… • ….corps plus a même de développer toutes sortes de maladies . • …organisme qui inhibe toute autre activité que la défense; immunité , cognition, affect moduler… • Les • punitions corporelles peuvent avoir un rapport avec la dépression. Elles humilient les enfants et peuvent entraîner • des préjudices corporels et de graves anomalies liées au développement.
  11. 11. Une bonne confiance en soi: prise d’initiative, action, croyance qu’on peut réussir, réaction aux situations nouvelles. Estime de soi Amour de soi La vision de soi La confiance en soi Maltraitanc e
  12. 12. Maltraitance et estime de soi Estime de soi Vision de soi Amour de soi Confian ce en soi
  13. 13. Maltraitance et croyances sociales Perce que nous sommes le modèle de l’enfant, le frapper serait lui communiquer : • - Quand on n’est pas d’accord avec quelqu’un, on a le droit de le frapper, même si on l’aime. • - Quand on est grand et fort, on a le droit de frapper les êtres petits et faibles. • - Quand quelqu’un vous frappe ou vous menace, il faut se soumettre à lui( Enfant faible devant le parent ou autre )préparation à la manipulation et à la victimisation. • - La violence est un mal mais c’est aussi un bien, puisque c’est “pour son bien” qu’on frappe l’enfant. • L’empathie, base innée de l’altruisme est détruite: (un cœur de pierre)
  14. 14. Que faut il faire? Commencer par faire la différence entre discipline et punition : • Discipline, s’agissant d’enfant, implique éducation et aide à la formation du jugement, du sens des limites, de la maîtrise de soi, de l’autosuffisance et d’une attitude sociale positive. • Les stratégies positives de discipline reconnaissent la valeur individuelle des enfants. Elles visent à renforcer leur opinion d’eux-mêmes et leur capacité à se comporter de manière appropriée, à établir des relations positives. • Tous les enfants ont besoin de discipline et il est plus bénéfique pour eux de les aider à s’autodiscipliner
  15. 15. • La punition, quant à elle, implique soit des mesures physiques ou psychologiques qui sont le reflet • de la colère ou du découragement des personnes s’occupant des enfants, • plutôt que des stratégies raisonnées pour l’encourager • à comprendre le comportement qu’on attend de lui. • Ce genre de punition a recours à des moyens de contrôle externes et implique pouvoir et dominance. • De plus, ces punitions sont souvent inadaptées à l’âge de l’enfant et à son stade de développement.
  16. 16. À ne jamais faire • Humilier son enfant devant les autres • Le comparer à d autres enfants • Parler à ses enseignants derrière son dos • L ignorer afin de le punir • Le laisser sans encadrement • L empêcher d’voir son jardin secret et sa petite vie privée.

×