Histoire
Aux racines des festivals bretons Dernière page
BREST
MOSQUÉE DE KERGONAN :
L’EXTENSION DÉNONCÉE
MX805463
GOUESNO...
Alain Le Bloas
« Les acquéreurs ont aujourd’hui
conscience qu’il y a une conjonc-
tion parfaite de prix bas, de taux
très ...
Directeur de l’Adil (association départe-
mentale d’information sur le logement)
du Finistère, Philippe Ranchère nous dit
...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L'immobilier à Brest et sur le Finistère

194 vues

Publié le

Découvrez les prix de l'immobilier sur toute la Bretagne et plus spécialement à Brest et sur le Finistère. Nous sommes là pour vous accompagner pour trouver un crédit au meilleur taux http://www.courtier-brest.fr ou pour investir http://www.west-courtage.com

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
194
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'immobilier à Brest et sur le Finistère

  1. 1. Histoire Aux racines des festivals bretons Dernière page BREST MOSQUÉE DE KERGONAN : L’EXTENSION DÉNONCÉE MX805463 GOUESNOU 02 98 37 92 92 LANDERNEAU 02 98 85 12 36 MORLAIX 02 98 62 72 03 *Voirenmagasin.Selondateslégales. SOLDES * C’EST LE MOMENT D’ACHETER Les acheteurs font doucement leur retour sur le marché de l’immobilier en Bretagne. Une tendance qui s’explique notamment par le niveau bas des prix et la faiblesse des taux d’intérêts. Ce frémissement ne se vérifie pas cependant dans tous les territoires. Tour d’horizon du marché. Pages 2 et 3 PhotoAnthonyRouannet TÉLÉPHÉRIQUE Démarrage du chantier avant la fin de l’été Page 16 La colère gronde, à Kergonan, parmi de très nombreux riverains de la mosquée Sunna, qui s’est vue accorder par la municipalité un permis d’extension avec le projet d’y construire une école d’enseignement islamique. Deux d’entre eux ont déposé des recours auprès du tribunal administratif. Page 17 PhotoAnne-CécileJuillet AFFAIRE ADIDAS Tapie entend réclamer un milliard à l’État Page 6 TOUR DE FRANCE De retour en Bretagne Le Tour fait, aujourd’hui, son retour en Bretagne. À la veille de deux étapes qui s’annoncent splendides sur les routes de l’Ille-et-Vilaine, des Côtes-d’Armor et du Morbihan, le peloton ralliera, ce soir, Fougères (35). L’Allemand Tony Martin (notre photo) ayant été contraint d’abandonner, hier, à la suite d’une nouvelle chute au Havre, aucun coureur n’arborera aujourd’hui le Maillot jaune. Page 9 et en Sports PhotoEPA TOURISME Les voyants sont au vert en Bretagne Page 8 Brest N° 21.775. Vendredi 10 juillet 2015/ www.letelegramme.fr / Tél. 09.69.36.05.29 / 0,95 ¤ .
  2. 2. Alain Le Bloas « Les acquéreurs ont aujourd’hui conscience qu’il y a une conjonc- tion parfaite de prix bas, de taux très bas et de grand choix de biens en vente », résume Chris- tian Foix, président de la Chambre des notaires du Finistère. Consé- quence : « Les acheteurs visitent beaucoup, ils ont une idée précise des prix du marché, et dès qu’un logement est à son prix il est ven- du dans la semaine », ajoute le Nantais Philippe Gautier. Les dernières évolutions du mar- ché sur un an (*) commencent à refléter ce comportement des acquéreurs, avec une augmenta- tion du nombre de ventes qui semble se confirmer - voire s’am- plifier - au printemps, et une réduction des délais de transac- tion. Le retour des grosses ventes Autre signe d’un frémissement de tonus retrouvé : le retour des « grosses ventes », qui avaient quasiment disparu depuis sept ans. Certes, les biens d’exception ont eux aussi subi l’érosion des prix, mais l’ajustement paraît être trouvé. C’est le cas aussi pour les résidences secondaires. Jus- qu’alors carrément sinistrées avec d’énormes chutes de prix, elles recommencent à trouver des clients. « C’est un marché d’oppor- tunités qui se réveille », com- mente Philippe Gautier. Redémarrage en secteur urbain Ces tendances globales ne se retrouvent pas sur tout le terri- toire breton. Selon l’attractivité des secteurs, la situation de l’em- ploi, la démographie et l’état du parc immobilier, les différentiels d’évolution des prix et des volumes peuvent être considé- rables. Si les secteurs urbains repartent, ce n’est pas le cas des communes rurales isolées. Dans l’ancien, la situation est glo- balement stable (0,4 % d’évolu- tion régionale) avec toutefois une baisse dans les Côtes-d’Armor (-2,9 %) et le Morbihan (-2,6 %). Cette baisse est liée à la déprise de certains littoraux et surtout à la vétusté des produits urbains. « Beaucoup de logements datent des années 60-70, et supposent d’importants travaux d’isola- tion », explique le Briochin Charles-Tanguy Simon. C’est aussi le cas localement dans les villes reconstruites de Saint-Nazaire et Brest, et les quartiers « datés » de Rennes-Sud et Nantes-Sud. En revanche, les centres-villes et les ceintures urbaines se vendent plu- tôt bien. Baisse des prix des maisons Le prix médian des maisons a ten- dance à baisser (- 3 % en moyenne régionale), et le nombre de ventes évolue différemment selon les départements : il progresse en Loire-Atlantique (+4,39 %), Morbi- han (+2,43 %) et Finistère (+2,21 %), stagne dans les Côtes- d’Armor (-1,72 %) et chute en Ille- et-Vilaine (-9,45 %). Il semblerait que cette baisse à contre-courant soit en cours de compensation, Rennes et sa métropole commen- çant à adapter les prix au marché. Localement, on note de fortes évo- lutions de prix qui sont souvent le résultat d’un réajustement après un soubresaut en sens inverse. Les vraies tendances à la baisse sont enregistrées dans les bassins industriels éloignés des grandes villes (Loudéac, 22) et des grands axes de circulation (Redon, Gué- méné-Penfao, sud 44). Les stations du littoral toujours prisées Plus c’est cher, plus ça augmente. Mais on est encore loin des prix de naguère. Les maisons de l’emblé- matique station de La Baule traînent encore avec un malheu- reux prix médian de 345.000 euros, soit 65.000 de moins qu’en 2009. Les appartements de Carnac (56) se vendaient 5.430 euros le m² en 2008, ils sont à 3.800 aujourd’hui. À Perros-Guirec (22), ils sont tom- bés de 3.100 à 2.440 euros le m². t * Transactions effectuées entre le 1er mars 2014 et le 30 avril 2015 (prix médians). « Les acheteurs visitent beaucoup, ils ont une idée précise des prix du marché, et dès qu’un logement est à son prix il est vendu dans la semaine », explique Philippe Gautier, notaire nantais. Les dernières évolutions du marché le confirment : les ventes progressent et les délais de transaction se réduisent. LE FAIT DU JOUR Immobilier. Le timChahuté depuis l’été 2008, le marché de l’immobilier s’assagit progressivement et semble vouloir se stabiliser à un niveau bas. St-Briac à Roz-sur-Couesnon 215.000 € - 4 % 2.740 €/m2 - 3,8% Côte d’Emeraude 180.000 € + 2,6 % 2.740 €/m2 + 4% Plestin-les-Grèves à Binic 150.000 € - 6,3 % 2.300 €/m2 - 7,1% Locmaria-Plouzané à Locquirec 140.000 € - 0,7 % 1.680 €/m2 - 1,7 % Landevennec à Plomeur 132.000 € + 3,5 % 1.860 €/m2 + 9,5 % Penmarc’h à Clohars-Carnoët 160.500 € - 1,2 % 2.130 €/m2 - 2 % Guidel à Pénestin 240.000 € 0 % 3.330 €/m2 - 7,1 % Nord Loire 268.600 € - 4,4 % 4.030 €/m2 + 2,7 % Sud Loire 200.000 € + 2,6 % 2.930 €/m2 - 5,5 % Les volumes de vente Les prix sur le littoral Les prix dans les stations balnéaires La Baule-Escoublac (44) Le Pouliguen (44) Carnac (56) Arzon (56) Quiberon (56) Pornic (44) Dinard (35) Larmor-Plage (56) Sarzeau (56) Saint-Brévin-les-Pins (44) Saint-Malo (35) Bénodet (29) Perros-Guirec (22) Saint-Quay-Portrieux (22) Concarneau (29) La Trinité-sur-Mer (56) La Baule (44) Pornichet (44) Carnac (56) Larmor-Plage (56) Quiberon (56) Bénodet (29) Dinard (35) Saint-Lunaire (35) Pornic (44) Carantec (29) Cancale (35) Saint-Cast-le-Guildo (22) Binic (22) Saint-Brévin-les-Pins (44) 0 1.000 2.000 3.000 4.000 €/m2 0 100 200 300 400 (milliers d’euros) Xxx Maisons anciennes Xxx Appartements anciens Prix médians 2015 Prix et variations sur 1 an Prix médians au m2 des appartements anciens Prix médians des maisons anciennes 2004 2006 2008 2010 2012 2014 10.000 20.000 30.000 40.000 Maison anciennes Appartements anciens Terrains à bâtir Appartements neufs 2 Vendredi 10 juillet 2015 Le Télégramme
  3. 3. Directeur de l’Adil (association départe- mentale d’information sur le logement) du Finistère, Philippe Ranchère nous dit ce qu’il faut savoir avant de se lancer dans l’acquisition d’un premier bien. > Les jeunes ménages doivent-ils avoir nécessairement un apport personnel ? Il vaut mieux en avoir un mais ce n’est pas indispensable. Ce qui a été épargné ne sera pas à emprunter. Avoir un apport personnel, ça veut dire que l’on a un peu préparé son projet et cela per- met de renforcer sa crédibilité face aux banques. À l’Adil, en 2014, la moyenne des apports personnels constatée dans les projets tournait autour de 21.000 € pour une acquisition dont le montant moyen est de l’ordre de 160.000 €. Mais 40 % des primo-accédants avaient un apport inférieur à 1.000 €. La moyenne des revenus des ménages primo-accé- dants est de l’ordre de 2.300 € par mois, ce qui n’est pas énorme. Il y a aus- si parfois des apports très conséquents grâce à l’aide intergénérationnelle. > Quelle est la durée idéale des prêts ? Idéalement, plus la durée est courte mieux c’est. Mais cela doit quand même être pondéré dans la mesure où les taux d’intérêt sont actuellement bas. À vrai dire aujourd’hui, les prêts au long cours ne sont plus vraiment un pro- blème en raison des parcours de vie heurtés. C’est cynique de le dire, mais tout le monde sait, sauf paradoxale- ment le primo-accédant, que la plupart des remboursements n’iront pas à leur terme. La moyenne de détention d’un bien en France est de neuf ans. > De quelles aides peuvent bénéfi- cier les jeunes ménages ? Dans tous les départements, de nom- breuses collectivités ont mis en place des aides locales d’accession à la pro- priété. Il s’agit de subventions ou de prêts bonifiés ou de prêts à taux zéro. Côté financements, il faut mettre les banques en concurrence pour obtenir les meilleures offres, et ne pas hésiter à passer par un courtier, tout en étant vigilant parce qu’il y a courtier et cour- tier. > Mieux vaut-il acheter du neuf ou de l’ancien ? C’est très compliqué. Je dirais que mieux vaut acheter ce dans quoi on se sent le mieux et ce que l’on peut se payer. Le neuf, c’est bon sur le plan thermique. Le problème, c’est que ce n’est pas donné et c’est souvent du fon- cier assez petit, relativement éloigné du centre-ville et des services… L’an- cien a l’avantage d’être souvent moins cher et plus près des commodités avec des surfaces un peu plus grandes. En revanche, ce n’est pas toujours au top sur le plan thermique. Il faut parfois une mise aux normes. Dès le départ, il faut intégrer dans le financement les travaux à faire. On rencontre des « nau- fragés de l’accession », des primo-accé- dants qui ont acheté de l’ancien mais qui n’arrivent pas à faire les travaux. Or, il existe une panoplie d’aides qui permet aux gens d’aller au bout de leur projet. Les primo-accédants ont donc tout intérêt à se tourner vers leur Adil. On leur donnera toutes les informations qui leur permettront de mener leur pro- jet en toute connaissance de cause. Et c’est gratuit… Propos recueillis par Yvon Corre 1 sur 2 Le nombre de ventes de terrains poursuit sa baisse, ce qui n’augure rien de bon pour la construction. La baisse des valeurs (- 5,7 %) correspond à la diminution des surfaces, avec un prix au m² qui reste stable voire en hausse. Les terrains en baisse L’âge de raison ? C’est en Ille-et-Vilaine que l’âge moyen des acheteurs est le plus bas (42 ans). La Loire-Atlantique suit avec 43 ans, puis le Finistère (44 ans), le Morbihan et les Côtes-d’Armor (47 ans). C’est d’ailleurs dans ce département que les plus de 60 ans sont les plus nombreux (un acheteur sur quatre). La part (46 %) des prêts renégociés dans la production totale de crédit immobilier en mai 2015. En 2014, la moyenne des apports per- sonnels tournait autour de 21.000 € pour une acquisition dont le montant moyen est de l’ordre de 160.000 €, selon l’Adil. Le taux moyen des crédits immobiliers en France, en juin dernier. Il progresse de 0,2 %, selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA. 1,99 % L E R E G A R D D E N O N O LE FAIT DU JOUR Primo-accédants : les conseils de l’Adil mide retour des acheteurs Sources : Notaires de l’Ouest Les prix des maisons anciennes CÔTES-D’ARMOR Léhon 194.500 Lamballe 161.200 + 2 % Dinan 160.000 - 5,3 % Paimpol 150.500 - 5 % Lannion 138.400 + 3,7 % Saint-Brieuc 123.000 - 7,5 % Broons 117.800 Loudéac 99.800 Callac 57.900 - 14,3 % FINISTÈRE Plouzané 185.000 + 1,2 % Gouesnou 183.000 Plougastel-Daoulas 180.000 Agglomération de Brest 174.400 - 0,1 % Le Relecq-Kerhuon 167.000 0 % Guilers 155.200 - 11,1 % Agglomération de Quimper 154.800 - 3,2 % Brest 154.000 - 2,5 % Quimper 135.000 - 4,9 % Landerneau 130.000 + 4 % Landivisiau 128.500 Lesneven 123.500 + 0,4 % Quimperlé 120.000 - 14,5 % Saint-Martin-des-Champs 110.000 + 4,8 % Rosporden 105.000 + 1,9 % Morlaix 102.000 + 3,6 % Carhaix 81.000 + 8,7 % MORBIHAN Vannes centre 250.000 + 2,5 % Vannes agglomération 225.000 0 % Lorient 178.000 + 6 % Kervignac 214.300 + 5,8 % Brech 190.000 - 10,8 % Auray 180.000 + 3,9 % Questembert 167.000 + 4,4 % Pluvigner 157.000 - 1,1 % Elven 155.000 + 3,7 % Grand-Champ 150.500 - 13 % Baud 146.500 Locminé 141.600 Ploërmel 128.500 Pontivy 114.000 - 8 % Le Faouët 80.000 - 8 % Gourin 73.000 - 5,5 % ILLE-ET-VILAINE Rennes 314.400 + 4,8 % Rennes première couronne 270.500 - 2,7 % Rennes agglomération 204.800 - 1,3 % Montfort-sur-Meu 200.000 + 14,9 % Bedée 177.400 - 1,5 % Vitré 169.000 - 8,6 % Iffendic 150.000 + 7,1 % Dol-de-Bretagne 145.000 + 5,5 % Montauban de Bretagne 137.100 - 11,5 % Retiers 136.100 - 1,4 % Fougères 134.000 + 8,9 % Combourg 120.000 Redon 110.000 La Guerche-de-Bretagne 92.500 - 15,9 % LOIRE-ATLANTIQUE Nantes 287.000 + 2,5 % Nantes première couronne 239.000 - 0,4 % Nantes agglomération 205.000 - 2,9 % Saint-Nazaire 168.000 - 4,4 % 3Le Télégramme Vendredi 10 juillet 2015

×