Services numériques en médiathèque

4 481 vues

Publié le

Formation ayant eu lieu les jeudi 26 et vendredi 27 mars 2015 à la Gaité Lyrique à Paris avec Catherine Di Sciullo, responsable du centre de ressources de la Gaîté lyrique. Plus d'infos sur http://gaite-lyrique.net/gaite-formations
Cette formation alternait entre notions théoriques et pratiques avec des temps où les stagiaires ont pu réaliser des outils à mettre en place dès le retour dans leurs établissements : carte heuristique d'analyse de l'existant, plan d'atelier numérique, tests d'applications...
La formation abordait des questions comme la médiation numérique, communication, l’organisation des services numériques, exemples de ressources numériques, veille sur les applications, la mise en place d'ateliers pratiques en fonction des besoins et des publics.

Publié dans : Technologie
3 commentaires
5 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 481
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 794
Actions
Partages
0
Téléchargements
45
Commentaires
3
J’aime
5
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Services numériques en médiathèque

  1. 1. Services numériques en médiathèque Paris 26 & 27 Mars 2015 Cosette Spirin 1
  2. 2. Sommaire de la matinée 1. Comment définir la médiation numérique ? 2. Les ressources numériques : ▫ Panorama/présentation de CVS (exemple de Vélizy-Villacoublay), ▫ le CAREL 3. L’importance de la communication en ligne 2
  3. 3. 3 Source / Source 2
  4. 4. Préambule Situation actuelle des bibs. : • Questionnements & inquiétudes • Fréquentations en baisse dans certains secteurs (CD, DVD) • Budgets & personnels en baisse ; crise économique • Concurrence avec Google et tous les services de streaming en ligne (Deezer, NetFlix, Youboox…) • Difficultés à renouveler son public  Les services offerts par les bibs correspondent-ils aux besoins actuels ? 4
  5. 5. Préambule • Aujourd’hui, pas médiation à travers des produits/services documentaires traditionnels ▫ mais produits/services élaborés de façon ciblée ! • Réponse/conseil à un besoin spécifique, technique & ponctuel. 5 Besoin d’infos Médiation Sources d’infos
  6. 6. Notre métier, c’est la médiation • Chaque étape de nos métiers comprend un aspect de médiation. • Notre rôle  intermédiaire. • ≠ types de médiation en bib : ▫ Médiation d’information / documentaire ▫ Sociale ▫ Culturelle ▫ Technologique ▫ Et… Numérique. 6
  7. 7. Définition de Silvère Mercier • La médiation numérique est une démarche visant à mettre en œuvre des dispositifs de flux, des dispositifs passerelles et des dispositifs ponctuels pour favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation et la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire. 7 Source
  8. 8. Définition de Xavier Galaup • La médiation numérique est une démarche hybride entre outil de mise en valeur des contenus, outil de communication et outil de relation à l’usager. 8 Source
  9. 9. Valorisation de contenu • Mise en avant de contenus choisis par les médiathécaires. • Dimension technique forte (mutation métier/études) : ▫ Gestion de site web ▫ Automatisation de certaines tâches  Réseaux sociaux, site bib/de la ville, panneaux électroniques, journal de la ville, autres sites… ▫ Implique travail de « community management » ▫ Attractivité / ergonomie des contenus 9
  10. 10. Enjeux • Développer présence en ligne : e-réputation • Sélection / validation de sources d’information : confiance • Créer & enrichir de l’info validée et à jour 10
  11. 11. Contenus • Critiques de documents (tous supports confondus) • Bibliographies thématiques / Nouvelles acquisitions ▫ Mais plus uniquement en simple liste papier  Renvoi direct vers catalogue en ligne  Critiques (Babelio, Télérama…)  Interviews, extraits, bandes-annonces, playlists… • Vie et activités de la bib. (expositions virtuelles) • Agrégation de contenus externes : ▫ « Balade aux liens » par exemple • Ressources numériques gratuites ou payantes •  Sous des formes variées ! ▫ Textes, photos, vidéos… 11
  12. 12. Label de qualité pour promouvoir la médiation numérique • Décision d’Axelle Lemaire / 9 juil  9 oct 2014 • Ambition : identifier initiatives innovantes et donner visibilité aux actions menées sur le territoire national. • Prolongement des recommandations et constatations du rapport du CNN • Objectif : développer de nouvelles solidarités et répondre aux besoins d’accompagnement dans l’accès au numérique, d’usage des matériels et des services, ou de conception de projets individuels ou collectifs par le numérique. 12
  13. 13. Label de qualité pour promouvoir la médiation numérique • Maillage de lieux dédiés : ▫ EPN, ▫ maisons de service au public, ▫ tiers-lieux (médiathèques ?!) ▫ FabLabs ▫ ou d’espaces de travail partagé • 764 contributions : 2ème Assise Nationales à Bordeaux le 17 oct 2014. • Faisons un petit tour sur le bilan. 13
  14. 14. • Présentation de CVS : • Exemple de Vélizy-Villacoublay • Le CAREL 14
  15. 15. Présentation de la médiathèque de Vélizy-Villacoublay • 1er étage : espace jeunesse d’un côté et de l’autre, secteur adulte, Discothèque, Vidéothèque. Photos. • 2ème étage : Espace Numérique • WiFi gratuit (2h par jour) partout. • Nombre de documents : ▫ 15 500 documentaires, 13 000 romans, 6 000 BD ▫ 18 000 CD ▫ 4 000 DVD ▫ 12 bib d’écoles primaires • Nombre d’habitants : 21 372 (2015) • Nombre d’adhérents actifs : 3 969 • Surface nette utile : 1505 m² 15
  16. 16. Communication en ligne • Pas de site ou portail dédié mais section dédiée sur le site de la ville. • Réseaux sociaux ville : • Réseau social d’images « à nous » : Pinterest. ▫ Photos/affiches des animations ▫ Des revues de presse ▫ Pas de statistiques de consultations… 16
  17. 17. Catalogue en ligne • Orphée • Consultation de tous les documents (en rayon et en réserve) • Réservation / Prolongation 24h/24 (si pas de retard ou de réservations par d’autres lecteurs) • Jusqu’à 250 consultations le dimanche. 17
  18. 18. La « Médiathèque Numérique » : historique du projet • Volonté de la directrice de la Médiathèque dès sa prise de poste en juin 2012. • Contact de la société CVS en 2012. Avantages : ▫ ≠ types de ressources réunies en un seul site et abonnement à un bouquet de ressources en fonction des besoins. ▫ Plateforme clé en main ▫ Collaborative • Négociation avec tous les éditeurs et la société CVS • Mise en place de la plateforme en mars 2013 • Recrutement en juillet 2013 de la Chargée du Numérique • Création des supports de médiation + éditorialisation + valorisation du contenu • Ouverture officielle le 1er octobre 2013 18
  19. 19. Médiathèque Numérique • Un ensemble de ressources/services numériques proposé par la Médiathèque : • Accessible 7j/7 et 24h/24 de chez soi (mobilité). • Adapté au format mobile et tablette. • Offre de contenus riche et variée. • 100% légal. • Accès libre en tant qu’adhérent : ▫ inscription gratuite pour les Véliziens (habitants, salariés, scolarisés) • http://velizy.cvs-mediatheques.com/velizy/ 19
  20. 20. Objectifs professionnels • Pratiquer son anglais professionnel. • Apprendre des nouvelles langues étrangères (24 langues). • S’informer sur l’actualité économique nationale et internationale + archives de presse numérique + archives du Monde de 1944 à nos jours. • Acquérir de nouvelles compétences informatiques à l’aide de centaines de manuels en ligne. • 25 000 heures de vidéo de formation individuelle en bureautique. 20
  21. 21. Objectifs culture & loisirs • VOD : fiction, séries TV, documentaires. • Livres numériques : textes lus, livres à télécharger en pdf ou ebooks. • Musique : Partitions, webradios, créations locales. • Relay : feuilletage de revues. • Code de la route. • Un portail spécifique enfants : contes interactifs, musique, jeux 21
  22. 22. http://velizy.cvs-mediatheques.com/ 22
  23. 23. Statistiques • Au 31 déc. 2014 : 807 comptes créés, 397 activés. ▫ 49% des comptes créés  actifs (en allant au moins une fois sur la plateforme) ▫ Soit 10% d’adhérents-internautes actifs par rapport au nombre total d’adhérents de la bib.  Contre 2% seulement espéré au bout d’un an. • Excellente progression grâce à une forte promotion par toutes les collègues au public, communication (réseaux sociaux, JEI, magazine de la ville). • Médiation constante : démonstration en direct. 23
  24. 24. Les titres de presse les + consultés sur Europresse 24 • Complémentarité de l’offre de presse papier, • Disponibilité 24h/24, • Pour les quotidiens, « prêt numérique des derniers numéros ».
  25. 25. Les films les + visionnées oct-déc 2014 1. Sous les jupes des filles 2. Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? 3. Divergente 4. We are what we are 5. Fiston 6. Yves Saint-Laurent 7. 13 sins 8. Grace de Monaco 9. Pompéi 10. Il n’est jamais trop tard 25 • 228 streams • 2534 jetons dépensés Nouveautés : • Le multi-visionnage en streaming permet de répondre à une demande impossible à satisfaire avec un DVD en unique exemplaire. • Redéfinition de la politique d’acquisition des DVD recommandée.
  26. 26. Les ressources les + consultées en 2014 26 Ressources Nb streams Europresse 30 991 MyCow Anglais 733 Licences particulières Rosetta Stone 1322 VOD 1078 ENI 272 Vodeclic 429 Code de la route 266
  27. 27. Médiation / Guides en ligne • Téléchargeables sur : ▫ Le Site de la ville ▫ La Médiathèque Numérique • Modes d'emploi de la Médiathèque Numérique : ▫ Guide d’utilisation (vu 604 fois) ▫ Guide Europresse (vu 489 fois) ▫ Guide MyCow (vu 291 fois) ▫ Guide Rosetta Stone (vu 200 fois) ▫ Guide Codes Rousseau (vu 123 fois) ▫ Guide Arrêt sur Images (vu 43 fois) • Plaquettes : ▫ Offre numérique (vu 572 fois) ▫ Programme d’actions culturelles janv-août 2015 (vu 362 fois) 27
  28. 28. Détails Espace Enfants (jusqu’à 10 ans) 28 Noms ressources ABC Melody Enfance & Musique Souris qui raconte Planet Nemo
  29. 29. Autres ressources numériques 29 Livres Youboox Izneo Pack dictionnaires Petit Robert Encyclopédique Robert illustré Un autre Robert Robert Junior offert dans chaque pack Langues Tell me more (licence) Musique 1D Touch Enfants Skipy Planet Kidilangues Scolaire Paraschool (niveau CP-Terminale) Annabac Français Voltaire (Français, orthographe) iGerip (dyslexie, mémoire)
  30. 30. Le CAREL • Création en 2012. • Coopération pour l’Accès aux Ressources Numériques en Bibliothèques. • L’association est un réseau national de compétences et d’échanges en matière de documentation électronique pour les bibliothèques publiques, structuré notamment autour un outil collaboratif en ligne. • But : Négocier avec les fournisseurs des offres commerciales adaptées aux besoins spécifiques des bibliothèques pour que ces dernières puissent rendre aux lecteurs, dans l’univers numérique, autant de services de proximité qu’elles le font avec l’imprimé. • Statuts de l’association. / + d’infos • Enquête sur les ressources numériques en bib Ministère Cult/Com Avril 2014. 30
  31. 31. 31
  32. 32. Espace Numérique : le « Labo’ Numérique » • Commande politique ▫ Achat tablettes / liseuses en 2012 ▫ Recrutement juillet 2013 (1 ETP) ▫ Retard livraison PC par DSI, PC installés déc 2013 ▫ Ouverture 15 février 2014 • Horaires (17h hebdo) : ▫ Mercredi/samedi : 10h / 12h30 – 14h / 18h ▫ Vendredi : 15h / 19h • Fréquentations de l’espace : ▫ En moyenne 13 personnes par jour (sur 1 an d’existence) 32
  33. 33. Labo’ Numérique • Espace coloré qui met à disposition sur place : ▫ 5 tablettes avec une sélection d’applis (300 environ par tablettes), ▫ 4 liseuses avec des centaines d’ebooks libres/gratuits (classiques) en français et langues étrangères, ▫ une dizaine de PC dont 7 tout-en-un Windows 8 avec des logiciels libres de bureautique, montage son/vidéo/photo, calibre, etc. ▫ Connexion Wi-Fi. ▫ Imprimer/scanner gratuitement (en apportant papier A4 vierge) ▫ 37 places assises pour travailler • Photos 33
  34. 34. Partenariats • Service emploi / GRETA • Résidences ARPEJ • EPN Service Jeunesse ▫ Minecraft (Ville Biomimétique mai/juillet 2014) • Entreprises (Inovel Parc) ▫ Horizon Employeur ▫ Club DRH ▫ Inscriptions directes des salariés de Thalès en juin 2014 dans le cadre de la Semaine de « Qualité de Vie au Travail » : 69 inscrits. • Centres de loisirs de la ville • Gérontologue / Maison de retraite 34
  35. 35. 35
  36. 36. Définition 36 EmetteurRécepteur Un message Par le canal le + approprié
  37. 37. Quelques repères • La comm’ sur un service a 3 objectifs : ▫ Fonction cognitive : faire connaitre l’existence ▫ Fonction affective : Valoriser prestation, susciter intérêt, donner envie ▫ Fonction comportementale : faire « consommer » • Gérer l’attente du service : informer (et implicitement, ce qu’il n’y aura pas) • Gérer la participation de l’usager : infos pratiques 37
  38. 38. Principes de bases • Existence • Continuité • Différenciation • Clarté • Déclinaison : adaptation sans modification • Cohérence : réalité • Acceptation : par tous les collaborateurs 38
  39. 39. Quand on veut faire passer un message • Accentuation sur les solutions et non les moyens. • Départ des besoins. • Commencement sur le bénéfice- usager. • Fondation sur critères de satisfaction des usagers. 39
  40. 40. Plan de communication institutionnelle •Vocation : Pourquoi ? •Cible : Qui ? •Support : Comment ? •Fréquence : Quand ? •Autres acteurs / Budget •Evaluation 41
  41. 41. Stratégie 42 5 W Les questions à se poser : Qui ? Quelles sont nos cibles ? Pourquoi ? Quels sont mes objectifs de comm’ ? Quelles fonctions doivent assurer ces actions ? Quoi ? Quels sujets de comm’ faut-il traiter ? Quel service valoriser ? Comment ? Quel est le contenu de notre message ? Quand ? Quel est le timing (variable par cible ou non) ? Quel contexte ? Quel canal de comm’ ?
  42. 42. Quelques recommandations… • Pas d’opposition entre comm’ papier & en ligne : complémentarité. • Ecrire pour le papier comme pour le web. • Avoir des photos HD et/ou banque d’images • Un bon logo car cela en dit long... • Règles des 90 / 9 / 1 ? 43
  43. 43. Exemples de moyens de comm’ possibles en bib 44 Public cible Papier / Humain En ligne Adhérents bib / nouveaux publics Plaquettes, flyers, dépliants… Site ville / site bib, blog ou portail (app ?) Programme de actions culturelles Réseaux sociaux ville / bib, partages photo/vidéo, autres (Deezer…) Journal de la ville et presse/radio/TV locale Catalogue / SIGB Marque-pages, guides mais aussi QR Codes !! E-mailing (newsletter) Professionnels des bib Revues pro Sites pro Participation / Intervention Journées d’études pros Diffusion sur Twitter/Slideshare ou site perso…
  44. 44. Le QR Code : entre critique & pratique. 45
  45. 45. Zoom sur le QR code • QR code : Code-barres à 2 dimensions. Infos encodées ↕ & ↔ • Avantages : ▫ rapide à éditer, rapide à scanner ▫ Peut stocker jusqu’à 7089 caractères numériques, 4296 caractères alphanumériques (contrairement au code-barres « traditionnel » qui lui ne peut stocker que de 10 à 13 caractères) ou 2953 octets. • Gratuit, créé en 1994. • Générateur gratuit, facile d’utilisation, personnalisable. App gratuite pour smartphone. Source 46
  46. 46. Le QR Code en bib • Médiation par le catalogue : relier une notice bibliographique : ▫ pour ne pas noter la cote ▫ à une bbg commentée (sur Calaméo par exemple) ▫ Aux versions numériques (ebooks) ▫ Aux commentaires des médiathécaires ou lecteurs (Babelio, LibraryThing, etc.) + ajout de commentaires ▫ À des infos enrichies (résumé, bio, vidéo, site intéressant…) 47
  47. 47. Le QR code en bib • Pour accéder aux ressources numériques de la bib à partir d’une plaquette papier • Matérialiser dans les rayons les ebooks dispos en ligne • Tout autre infos pratiques : ▫ Guide d’utilisation ▫ Site web bib ▫ Renvoi vers catalogue en ligne ▫ … • Plus d’infos 48
  48. 48. Bilan mitigé • Intéressant uniquement pour un évènement ponctuel pour faire découvrir un fonds spécifique autour d’un temps fort. • Car pas très utilisé sinon au quotidien… 49
  49. 49. Expérience à Lille • Oct 2014 à mars 2015, • Dans les transports en commun  partenariat riche : ▫ visibilité maximum, ▫ image modernisée, ▫ attrait nouveau public • QR Code ou NFC. • Chargement gratuit sur smartphone des textes issus du catalogue numérique de la Bib de Lille. • 24 textes (nouvelles) + 1 roman découpé en 6 feuilletons sur le thème du voyage en général. • Se renseigner sur le bilan (tout récent). 50
  50. 50. Nouveauté !  Faire le buzz • Faire le buzz, c’est faire mouche ! • Un bad buzz, prendre la mouche (c’est aussi une question d’appréciation, un point de vue de culture, d’histoire…) • Référence au bourdonnement d’une ruche : méthode de comm’ de type virale le + souvent sur le web. ▫ Rumeur ▫ action ▫ Volontairement provoqué ▫ Involontaire • L’essentiel n’est-il pas d’en faire un ? Source. 51
  51. 51. Marketing viral • Bouche à oreille • Réseaux sociaux • Photos + Vidéos Youtube / Dailymotion • Se servir de la notoriété déjà existante • Affiches/flyers • Evénement avec des boissons & de la nourriture • E-Mail avec titre d’objet « chic/choc » • Créer un blog 52
  52. 52. Communiquer sur l’événement • Avant : annoncer sur tous les canaux • Pendant : live tweet, Instagram, Facebook… • Après : photos sur Flickr, Pinterest, Facebook, site, article blog, presse… (Evènementiel) 53
  53. 53. Être en mode « SWOT » régulièrement 54 INTERNE Forces S Faiblesses W MARCHÉ Opportunités O Menaces T ATOUTS HANDICAPS
  54. 54. A vous de jouer ! 55 • Réalisez un SWOT sur votre communication actuelle. INTERNE Forces S Faiblesses W MARCHÉ Opportunités O Menaces T ATOUTS HANDICAPS
  55. 55. Sommaire de l’après-midi 1. Veille sur les apps’ pour tablettes 2. Panorama d’ateliers numériques & exemples de la médiathèque de Vélizy-Villacoublay 3. Clés pédagogiques : mettre en place une formation 4. Evaluation des deux journées 56
  56. 56. 57 Thèmes iOs / Apple Android Windows 8 Appareils Fabrique ses propres machines (iPad, iPhone, iPod, iMac…) Plusieurs marques (Samsung, LG, HTC, Motorola…) Microsoft a acheté Nokia modèle Lumia pour smartphone, Asus/Surface pour tablette… OS OS fermé et propriétaire : peu de personnalisation Cœur Linux (open source) avec surcouches constructeurs, forte personnalisation OS fermé et propriétaire Prix Cher car produits de luxe (philosophie/religion) De l’entrée de gamme au haut de gamme De l’entrée de gamme au haut de gamme Appli Source App Store le plus + fourni : 1,3 million Google Play fourni : 1 million Windows store « pauvre » 300 000 Sécurité Le + sécurisé car contrôle total - Sécurisé car ≠ types de machines… Ok, surtout Contrôle Parental Dvt Source Complexe, long, nécessite un Mac (objective C) Simple, rapide, « universel » (Java) HTML5 et JavaScript
  57. 57. Méthodologie de veille sur les applications • Les critères de choix d’applis : ▫ Gratuité ou non (selon budget) ▫ Nouveauté ▫ Popularité ▫ Qualité (graphique, ludique, etc.) ▫ Disponibilité sur l’OS en question ▫ Public cible ▫ Langue (pas forcément pour les jeux) 58
  58. 58. Qu’est-ce qu’une application ? • Une application mobile est un logiciel applicatif développé pour un appareil électronique mobile, tel […] qu’un « smartphone », un baladeur numérique, une tablette tactile, ou encore certains ordinateurs fonctionnant avec le système d'exploitation Windows Phone. • Elles sont pour la plupart distribuées depuis des plateformes de téléchargement intégrées, telles que l'App Store (plateforme d'Apple), le Google Play (plateforme de Google), ou encore le Windows Phone Store (plateforme de Microsoft. • (Source Wikipedia) 59
  59. 59. « Bibliothécaire », « médiathècaire » & maintenant « applithécaire » ! • Une application = un document comme un autre. • Donc même travail d’acquisition que pour les autres supports plus classiques (livre, CD, DVD, ebooks…) [Slideshare T. Fourmeux] 60 Veilles Téléchargement TestsValorisations Désherbage
  60. 60. Boutiques d’applis : la course à la popularité • Notre valeur ajoutée : trouver les applis que l’usager lambda ne verra/trouvera/cherchera pas… 61 • Il faut avoir certaines applis les + populaires pour attirer mais tout comme lors d’une médiation, rediriger vers du contenu neuf/inconnu/intéressant.
  61. 61. Boutiques d’applis : la course à la popularité • Applis jeux importantes : car attrait/fidélisation public qui vient aussi pour se détendre à la bib  choix de jeux ludiques. • Ainsi, bib = lieu repère (parfois même affectif) + image modernisée de la bib et succès du bouche à oreille par la suite… et attrait de nouveaux publics. • Et tout ça, dans le respect des règles mais avec le sourire ! 62
  62. 62. Quelques chiffres • Google Play Store : 1,43 million d’apps ▫ Mais « que » 7 milliards $... • App Store : 1,21 million d’apps ▫ Mais 15 milliards $  (dont 4,5 $ direct dans la poche) • Windows Store : 300 000 apps • Amazon (Androïd) : - de 300 000 apps (pour ses tablettes Kindle Fire). 63 Source : Les Echos 14/01/15
  63. 63. Google Play Store / Accueil / Catégories 64
  64. 64. Google Play Store / Nouveautés 65
  65. 65. Remarques  L’usager peut être vite perdu/découragé.  Il n’utilisera pas sa tablette au max. de ses capacités grâce à des applis qui :  facilitent le quotidien (RATP, banque, Marmiton, listes de courses…),  Pour communiquer avec ses proches (skype, etc.)  culturelles (Gallica, abo mag, etc.)  mais aussi des jeux en fonction des goûts de chacun qui stimulent le cerveau :  Interface ludique, gestes manuels, réflexion, challenge… 66
  66. 66. Google Play Store / Jeux 67
  67. 67. App Store (version iTunes) 68
  68. 68. App Store / Catégories 69
  69. 69. App Store / Jeux 70
  70. 70. Remarques • Ce sont à peu près les mêmes applis qui sont mise en vitrine sur : ▫ le Google Play Store et l’App Store. (hors app spécifique OS) •Valorisation publicitaire. 71
  71. 71. Windows Store / Accueil 72
  72. 72. Windows Store / Jeux • Interface un peu plus claire grâce aux « grosses tuiles »… et classement assez réaliste car boutique d’applis moins fournies que les autres. 73
  73. 73. Quelques sites… • S’abonner aux newsletters  info push • Déclickids, BibApps, Souris Grise • CitrusApp • Appiday • Appgratis • Tablettes-tactiles.net • Tom’s Guide • Gizmodo Australia 74 • Applimini • Kenji • SuperJulie • Edululu • Educapplis • Doigts de l’école
  74. 74. Valorisation/Exemples de catalogues • Par la Médiathèque de Vélizy-Villacoublay : ▫ Apple ▫ Android ▫ Windows 8 • Par la Médiathèque de Nexon : ▫ Apple Adulte • Moyens de valorisation : ▫ compensation si pas d’intégration au SIGB ! ▫ ateliers découvertes d’appli (ex : Appli’quons-nous à la Gaité Lyrique) 75  Par la Cyber- base de Compiègne :  Apple
  75. 75. Gestion d’acquisitions • Plusieurs choix possibles : ▫ Par services ▫ Collaborative ▫ Par personne-ressource ▫ En transversalité avec celle-ci ▫ … 76
  76. 76. Témoigner, partager • Exemples de retours d’expériences : ▫ http://experimentation.cg63.fr/ ▫ http://espacenumeriqueaulnay.blogspot.fr/ ▫ http://www.crl-midipyrenees.fr/tabenbib/Blog/ • Mais aussi par publications de supports de formations sur Slideshare par exemple • Pour une meilleure mutualisation des connaissances… 77
  77. 77. Méthode pour l’achat d’applis • Les collectivités payent généralement par mandats administratifs. • Nécessité de passer par la régie d’avance et acheter en espèces. • Le modèle le + répandue en médiathèques : ▫ Achat de cartes correspondantes à l’OS de la tablette :  iTunes Store  Google Play Store  Pas de solution pour W8 pour le moment 78
  78. 78. Où trouver des ebooks gratuits ? ▫ Paris Littéraire (Google Maps) ▫ FNAC ▫ Projet Gutenberg ▫ Ebooks libres et gratuits ▫ Gallica ▫ Numilog ▫ Bib électronique du Québec ▫ Didactibook 79 Une sélection de sites d’ebooks libres et gratuits :  Framabook  Wikisource  Bib Malgache  UQAC  Feedbooks  Manybooks.net  Livres pour tous  Zebook
  79. 79. Panorama des ateliers numériques & exemples de la Médiathèque de Vélizy- Villacoublay 80
  80. 80. Petite intro en vidéo • Vidéo intéressante également sur la neutralité du net. Mais un peu hors-sujet pour notre formation… 81
  81. 81. Illectronisme • 85% des Français se connectent chaque mois à internet via un ordinateur, une tablette, un téléphone mobile ou un téléviseur ▫ (Source : Mediametrie, juillet 2014) • Sur les 15% qui restent, il y en a qui n’identifient pas la bib comme lieu d’accès à des ordinateurs. Idées reçues : ▫ Matériel dépassé, payant, attente ▫ Personnel pas formé et pas gentil • Mais les quelques qui restent : nous pouvons intervenir. ▫ Rapport sur la perception des avantages offerts par les TIC dans les bib fr : point de vue usagers. ▫ Citoyens d’une société numérique : accès, littératie, médiations, pouvoir d’agir : pour une nouvelle politique d’inclusion 82
  82. 82. Pourquoi ce type d’ateliers en bib ? • S’il y a présence d’un espace numérique : ▫ « Ok, t’as de belles tablettes avec pleins d’applis super funs mais comment ça s’allume ? » ▫ « C’est évident pour vous car vous êtes jeune » : oui, c’est aussi une question de génération mais pas que ! ▫ « C’est un gadget inutile » : Utilité à démontrer (Skype, Marmiton, e-banque…) ▫ « Mais avant, je vivais bien sans internet » : E-admin, e- commerce, infos… • C’est dans l’air du temps : les enfants ou petits-enfants offrent l’iPad dernier cri aux grands-parents pour rester connectés et être « dans le coup ». • Importance donc que les bib. se positionnent sur ce créneau d’accès à la culture en tant qu’experte. 83
  83. 83. Et pourquoi ne serait-ce pas plutôt le rôle d’un EPN ou Cyber-Base ? • Respect des missions de bibliothèques. ▫ « soutenir l’autoformation » ▫ « faciliter le développement des compétences de base pour utiliser l'information et l'informatique »  Selon le Manifeste de l’UNESCO sur la bib. publique. • Oui, mais… dans notre cas, l’EPN Service Jeunesse n’est équipé ni de wifi ni de tablettes. • Pas qu’initiation mais aussi création numérique & accès à des contenus. 84
  84. 84. Un espace numérique dédié ou des espaces hybrides ? • Un Salon de lecture numérique favorise la manipulation des outils. • Acculturation presque achevée maintenant. ▫ Les parents initient leurs enfants dès le plus jeune âge aux écrans. • Considération actuelle  un espace dédié est désuet. 85
  85. 85. Un espace numérique dédié ou des espaces hybrides ? • Donc : Dissémination dans toute la bib, espaces hybrides. ▫ Tablette presse dans espace presse, etc. • Mais tout dépend de l’espace disponible et du public ! ▫ Cf : Test chez nous  lecteurs indifférents. 86
  86. 86. Et vous, qu’en pensez-vous ? 87
  87. 87. Idée 1 : Borne DOOB • Plaquette / site • Bornes écran tactile interactives de partage culturel sous Ubuntu : USB/wifi. 88 • Œuvres libres et/ou entrées dans le domaine public. • Chargement de contenu possible par le personnel. • Lecture CD / DVD • Création en 2007 en concertation avec l’ACIM. • Archives numériques : La Ruche, ZikLibreEnBib, Inlibroveritas.
  88. 88. Idée 2 : Bibliobox • Dispositif de partage de ressources numériques (ebooks, vidéos, musique, logiciels, photos). • Génération d’un réseau auquel on se connecte en wifi puis on télécharge les contenus disponibles. • Contenus : domaine public ou publiés sous des licences libres comme les Creative Commons. 89
  89. 89. Que font nos collègues en fonction de leurs publics et de leurs partenariats. 90
  90. 90. Ateliers heure du conte numérique • Petite Bibliothèque Ronde de Clamart : bib associative. • Fiche explicative. • Tablette branchée sur TV ou vidéoprojecteur • Jeu de type « point & click » 91 • Un bib. manipule la tablette tandis que les enfants donnent les réponses et lisent à voix haute l’histoire en jouant les rôles des personnages.
  91. 91. Ateliers « iPad pour mes études » • Pour les étudiants. • Ils ont la facilité d’utilisation des nouveaux outils ▫ Nous pouvons les aider à les maitriser • Montrer des applis très utiles pour les études. • Océrisation (Reconnaissance optique de caractères) : scanner des documents pour les transformer en texte manipulable/modifiable. • Création d’un écosystème informationnel personnel : Pocket, Evernote, Diigo, Documents. • Faire découvrir les Creatives Commons. 92 Source
  92. 92. Ateliers « Jeux Vidéo en ligne » • Exemple de Minecraft. • Jeu de construction virtuel : ▫ univers vidéoludique, ▫ construire environnement, ▫ seul ou multijoueur, ▫ parti pris graphique qui fait penser aux premiers âges du jeu vidéo. 93 • Création d’un serveur dédié à la bib accessible uniquement dans les murs. • Pas obligation d’avoir des machines très puissantes (version pocket) • Article intéressant sur le sujet avec exemples américains. • Coopération, lien social, • Appropriation de la bib
  93. 93. Effets indirects • Les jeunes reviennent uniquement à la bib pour jouer à ce jeu (même si c’est Ascentia) et à rien d’autre ! ▫ Ascentia : serveur cracké illégal. • Jouer entre bande de copains les énervent rapidement. ▫ Tranquillité des lieux ébranlée. 94
  94. 94. Découverte de la musique avec une tablette • Composition/DJing sur iPad par exemple • Reconnaissance avec Shazam. • Streaming audio : apps’ Deezer, Spotify, Grooveshark, Soundcloud, 8tracks mais aussi Soundsgood sur navigateur. (Comparatif) • Streaming vidéo : Youtube, Dailymotion, Arte. • Radio : TuneIn, Radio.fr… • Podcast : BeyonPod • Aide pour apprentissage instruments… • Source 95
  95. 95. Ateliers « Création d’un roman photo » • Exemple du Centre Départemental de documentation pédagogique des Hautes-Pyrénées. • Participation d’une classe de 4ème au prix littéraire « Pris par le polar » : concours de roman-photo numérique policier. • Lecture de polars, maîtrise des styles littéraires associés , lecture d’images. • Usage tablette en classe de français + logiciel d’assemblages (B2i) sur 20h durant année scolaire. • Rendre les élèves auteurs de l’histoire inventée collectivement. 96
  96. 96. Idées qui sortent de l’ordinaire • BM Lyon : ▫ Réaménager son intérieur avec le logiciel gratuit « Sweet Home 3D » (jeudi fin AM) ▫ Détourner une affiche avec « Gimp » (Vendredi AM) ▫ « Découverte de la Bibliobox » (Samedi AM) • Médiathèque Lisieux ▫ « Ecouter de la musique sur le web » (jeudi fin matinée) 97
  97. 97. Toute idée en fonction de votre public ! • L’important est de mener des ateliers en fonction des besoins de vos usagers ▫ Un atelier X qui fonctionne dans la bib Y peut ne pas fonctionner chez vous  Se remettre en question lors de « ratés » . • Comment savoir ? Pendant le service public ! ▫ Être à l’écoute et attentif aux remarques • Faire en fonction du personnel et de l’espace ▫ Formé / dispo / matériel • Communication classique suffit car public réceptif à ce dont il a envie. 98
  98. 98. 99
  99. 99. Genèse des ateliers • Mise en place d’ateliers : sept 2014. • Genèse : demande des usagers + directives + respect des missions de bibliothèques. • Permet de faire vivre/connaître l’espace. • Créer du lien social • Attirer/fidéliser de nouveaux publics • Moderniser l’image de la bib. • Proposer un nouveau et répondre à un besoin. 100
  100. 100. Types d’ateliers • Ateliers de découverte d’applications ▫ 1 fois dans le trimestre • Ateliers « Médiathèque Numérique » ▫ 3 fois dans le trimestre • Ateliers de navigation sur tablette mais aussi smartphone ▫ Hebdomadaire : tous les vendredis à 17h30 (sauf absence) 101
  101. 101. 102
  102. 102. Public cible • Tout public mais axé famille. 103 Objectifs pédagogiques • Créer du lien social en projetant des applis sur un grand écran et faire jouer ensemble. • Valoriser du contenu. • Montrer une autre utilisation possible de la tablette.
  103. 103. Résultats • Une seule inscription pour le samedi à 16h. • Atelier réalisé avec 2 ou 3 enfants présents à ce moment-là. • Mais ils se sont amusés et ont découvert du contenu. 104 Réorientation • Temps libre tests de plusieurs jeux + jeux collectif projeté par HDMI. • Avec des enfants de centres de loisirs : ▫ donc on n’attend pas le public, on va le chercher là où il est et a besoin de nous.
  104. 104. 105
  105. 105. Public cible • Tout public. 106 Objectifs pédagogiques • Découvrir en profondeur la navigation sur cette plateforme aux multiples facettes. • Mieux connaître l’utilisation des ressources phares. • Découvrir les nombreux guides à disposition. • S’approprier l’outil. • Autonomie pour s’autoformer mais aussi les loisirs.
  106. 106. • Un seul inscrit pour la première session, aucun par la suite. 107 Conclusion Résultats • Notre public a besoin de médiation ponctuelle comme c’est le cas depuis le début. • Issu d’une directive, cet atelier ne sera pas reconduit sous cette exacte forme. • Dans chaque atelier, lorsque l’occasion se présente, la démonstration de la Médiathèque Numérique est effectuée.
  107. 107. 108
  108. 108. Public cible • Essentiellement des jeunes mais aussi quelques parents « gamers ». 109 Objectifs pédagogiques • Découverte de consoles récentes et d’autres jeux que « Fifa ». • Multi-joueurs, lien social • Coordination info de l’écran / gestuelles. • S’amuser et sortir de chez soi ! • Modernisation de l’image de la médiathèque, appropriation des lieux
  109. 109. Résultats • Succès car : ▫ Consoles récentes : Xbox 360, Wii.  Jeux : Guitar Hero, Just Dance, Super Mario Bros, Mario Kart… ▫ Réponse à un besoin précis ▫ Fidélisation des jeunes ▫ Grande satisfaction de cette modernisation de l’image de « leur » médiathèque. ▫ Bouche à oreille rapide car l’usager est content. ▫ Jusqu’à 25 enfants en même temps. ▫ Renforcement partenariat avec Service Jeunesse 110
  110. 110. Effets indirects • « C’est tous les mercredis comme ça ? » • Nécessité d’au moins deux animateurs (sans oublier le service public) • Les adultes peuvent se sentir exclus à la vue de tous ces jeunes. • Tranquillité des lieux ébranlée ponctuellement. 111
  111. 111. 112
  112. 112. Public cible • Essentiellement de séniors pour les ateliers tablette/smartphone. 113 Objectifs pédagogiques • Autonomie • Appréhension de son OS (gestuelles, spécificités) • Personnalisation/appropriation de sa tablette • Démonstration de la valeur ajoutée d’une tablette • Valorisation de contenus : applications, clouds. •  Réduction de la fracture numérique
  113. 113. Résultats • Succès car : ▫ Réponse à un besoin précis ▫ Fidélisation du public qui peut revenir plusieurs fois si besoin (ça rassure). ▫ Grande satisfaction de cette modernisation de l’image de « leur » médiathèque. ▫ Bouche à oreille rapide car l’usager est content. ▫ Ateliers quasi-complets de semaine en semaine. 114
  114. 114. Effets indirects • Connexion wifi personnelle. ▫ Pas assez de médiation de la part des opérateurs. • Problèmes autres : imprimante par ex. ▫ Champ d’intervention : le visible. • « Un mot de passe iTunes/Gmail, ah bon ? Mais quel mot de passe ? » ▫ La base d’internet  combo E-mail / MDP. • Côté social : « Allo ? Oui, ça marche pas… » ▫ Réponse 24H/24 : délimiter notre action. 115
  115. 115. 2015 • Ateliers tablette/smartphone continuent. • Ajout d’un nouvel atelier : « Initiation au PC, mieux connaître W7/W8, se débarrasser des logiciels malveillants, etc. » ▫ Réponse à un besoin précis. ▫ Objectifs pédagogiques / résultats similaires vu ci- avant. ▫ Ateliers complets de semaine en semaine ▫ Intitulé « flou » exprès car hop ! Réorientation vers la Médiathèque Numérique avec « Vodeclic ». ▫ Usager doublement satisfait car :  Débarrassé d’éventuels programmes inutiles / Conseils personnalisés.  Et ressource d’autoformation pour la maison. 116
  116. 116. Ateliers d’initiation PC • Perspectives : ▫ E-admin ▫ E-commerce ▫ Classement de documents… • Mais aussi, apprentissage de la base. Clavier, souris, adresse e-mail… • « Rendez-vous à la carte » sur le reste du temps de service public : ▫ Tout le monde n’est pas disponible le jour de l’atelier ▫ Permet de faire vivre l’espace, moderniser l’image de la bib, fidéliser public, créer du lien social, réduire fracture numérique… 117
  117. 117. 118
  118. 118. Les séniors • Du baby-boom au papy-boom : 8 millions (soit 31% de la pop. active) de départs en retraite entre 2010 & 2020 en France selon l’INSEE. • Le public le + visible mais pas le + nombreux en terme de chiffres généralement. ▫ Chez nous, ce sont les 10-14 ans. • Le plus + visible car le + disponible : ▫ lisent dans les murs, ▫ lieu de lien social, ▫ s’approprient l’espace. 119
  119. 119. Typologie de séniors concernant la fracture numérique • Certains vont naturellement vers les NTIC. • Certains sont « poussés » et équipés par leurs familles pour communiquer entre eux. • Certains sont veulent s’y mettre mais ont besoin d’être formé/encouragé. • Certains sont complétement réfractaires. 120
  120. 120. Méthodologie pour l’apprentissage des séniors • Ils diffèrent l’utilisation d’internet. • N’imaginant pas le côté pratique, il faut leur faire sentir l’intérêt de cet outil. • Les appâter pour le quotidien : ▫ Recherches d’infos ▫ E-admin, e-commerce ▫ Communication : skype, etc. ▫ Jeux, replay... • Demander de l’aide à un plus jeune n’est pas une position agréable. • Peur constante de faire une bêtise : rassurer • Ateliers dans la convivialité, surtout pas scolaire. 121
  121. 121. Matériel spécifique : exemple d’Ordissimo. • PC ou tablette classiques ne sont pas forcément adaptés à leurs besoins. • Ils existent de outils spécialement développés pour eux : Ordissimo ▫ Prêt à l’emploi : OS intuitif avec page d’accueil modulable, tout le nécessaire déjà installé. ▫ Pas de virus ▫ Clavier simplifié : un caractère par touche ▫ Compatibilité avec tous les formats de fichiers classiques 122
  122. 122. 123
  123. 123. Quelques recommandations • Prévention & éducation pour protéger les enfants dans leur pratique d’utilisation de tous les écrans. • Révolution en cours. • Choc entre la trad. culture du livre VS nouvelle culture numérique. • Recul par rapport au virtuel. • S’adapter au mouvement technologique en restant en phase avec la jeunesse. • Adapter la pédagogie aux âges + autorégulation. • C’est aux bib. de faire comprendre pleinement la variété des technologies aux enfants & aux parents. 124 Source
  124. 124. La « règle des 3-6-9-12 » de Serge Tisseron Avant 3 ans : • Ecrans non interactifs (TV, DVD) n’ont aucun effet positif sur l’enfant passif. • Tablettes tactiles peuvent être utiles au dvt sensori- moteur même si risque d’écartement des autres activités physiques & socio-émotionnelles. ▫ Avantage du « relationnel » • De 2 à 3 ans, on déconseille l’exposition passive devant TV sans présence humaine/interactive/éducative. 125 Source
  125. 125. Entre 3 & 6 ans • Demander à l’enfant de relater ce qu’il fait. Narration personnelle. • A partir de 3 ans : ▫ Dvt des diverses formes de jeux symboliques invitant l’enfant à « faire semblant » l’éduque à distinguer réel/virtuel. • A partir de 4 ans ▫ Ordinateurs/consoles de salon peuvent être un support occasionnel de jeu en famille voire d’apprentissages accompagnés. • Pas de console de jeu perso avant 6 ans. 126 Source
  126. 126. Entre 6 & 9 ans • Sensibilisation aux dangers d’internet • Auto-régulation de son temps d’écran hebdomadaire en le notant sur un carnet. ▫ Même s’il y a mensonge, il y a recul par rapport à sa pratique. • Utilisation pédagogique des outils numériques peuvent apporter des progrès importants. • Logiciel de contrôle parental oui mais pas assez  climat de confiance enfant/parent est essentiel. 127 Source
  127. 127. Entre 9 & 12 ans • Idem ci-avant. • Pas d’internet avant 9 ans et à partir de 9 ans, uniquement accompagnés. • Encourager aussi les pratiques de création = sociabilisation. • Différencier : pratiques excessives = appauvrissantes VS enrichissantes. 128 Source
  128. 128. Adolescence • Premier téléphone vers 13/14 ans. • Pas de TV dans la chambre car c’est une intrusion des écrans. • Les outils numériques rendent le cerveau « hypothético- déductif » • Usage exclusif d’internet créé pensée « zapping » appauvrissant la mémoire, la capacité de synthèse personnelle et d’intériorité. • Education/contrôle des parents importants car maturation cérébrale pas achevée à cet âge. • Encourager encore plus les pratiques de création. • Réseaux sociaux : espace d’expérimentation ; permet de « se définir soi-même », explorer le monde. 129 Source
  129. 129. Cléspédagogiques Cette partie est tirée de la « Formation de formateur » ayant eu lieu les 24, 25, 26 septembre 2013 à la BPI du Centre Pompidou à Paris avec Michel Fauchié et José Mateos©. 130
  130. 130. Clés pédagogiques : programme européen DLit2.0 • Exemple programme européen « Digital Literacy 2.0 » • Coordination par la fondation allemande Stiftung Digitale Chancen. • Formations de formateur (lieux institutionnels) aux TIC  faire montrer les usagers en compétences. • Usagers acquièrent et savoirs nécessaires donc participation à la vie sociale + réduction fracture numérique. • Métier de médiathécaire  mutation. 131 Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  131. 131. Clés pédagogiques : programme européen DLit2.0 • Il y a 5 blocs de contenus qui ont été définis : ▫ 1. Compétences de bases matériels et logiciels :  Souris, pavé ou écran tactile  Clavier physique ou numérique  Tablette ou smartphone  Utiliser/naviguer dans un OS ▫ 2. Compétences de bases internet :  Connexion / Inscription  Recherche d’informations  Compte e-mail  Sécurité active  Protection antivirus  Confidentialité et vol d’identité 132 Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  132. 132. Clés pédagogiques : programme européen DLit2.0 ▫ 3. Communication  Skype  Podcasting avec Audacity (un peu complexe à mon goût : écouter en ligne ?  Publier ses écrits : Wiki (outil complexe à mon avis) Blog, Scribd  Publier des vidéos sur Youtube (+ publication photos d’abord avec Instagram par exemple car vidéo un peu plus difficile…) ▫ 4. Collaboration  Ecriture collaborative avec Google Doc par exemple  Accéder/Importer un document existant  Partager des fichiers avec Dropbox par exemple  Supprimer un document en ligne 133 Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  133. 133. • 5. Réseaux sociaux  Améliorer son employabilité (LinkedIn, Viadeo)  Se connecter avec des amis et la communauté dans son ensemble (Facebook, Twitter…)  Identité numérique  Communauté en ligne  Sondages en ligne (Google, Doodle)  Critiques en ligne (en fonction des centres d’intérêts : restos, films, livres…) 134 Clés pédagogiques : programme européen DLit2.0 Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  134. 134. Préparer une formation • Connaître et être en adéquation avec : ▫ Public cible (âge motivation, sujet, niveau culturel…) ▫ Projet d’établissement / charte usagers (que leur dois-je en tant que service public ?) ▫ Compréhension contexte & objectifs formation ▫ Déf objectifs pédagogiques & contenu formation ▫ Déf méthode pédagogiques les + adaptées au public concerné / objectifs ▫ Sa propre compétence en tant que formateur ▫ Durée de la séance (disponibilité du public cible) ▫ Déf modalités d’évaluation des objectifs pédagogiques 135 Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  135. 135. 136 Préparer une formation Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  136. 136. Triangle pédagogique & institutionnel 137 Savoirs Institution Apprenant Formateur Didactique Contrat de travail ou bénévole Apprentissage Contrat institutionnel Relation pédagogique Contrat pédagogique Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  137. 137. Présenter la formation 138 T.O.A.S.T. Thème Objectif(s) Animation Séquences Timing Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  138. 138. Méthodes pédagogiques • 3 catégories de méthodes sont généralement distinguées et combinées au cours d’une action de formation : 139 Approche positiviste Approche naturaliste Approche constructiviste Transmission des connaissances de façon hiérarchique. Autoformation : apprentissage par le pratique. Intervention en cas de difficulté. Interactions entre tout le monde : stagiaires/stagiaires & stagiaires/formateur. Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  139. 139. Objectifs en formation • Font références à des savoirs, savoir- faire, savoir-être. • Compétences (selon Guy le Boterf) = ▫ Savoirs théoriques ▫ Procédure ▫ Expérience ▫ Savoirs issus de cette expérience personnelle ▫ Savoir-faire sociaux ▫ Savoir-faire relationnels 140 Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  140. 140. Processus d’apprentissage 141 Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  141. 141. Animer une formation 142 Faciliter Produire Réguler • Gérer le temps • Dominer les lieux • Rendre agréable le climat • Favoriser l’assimilation • Utiliser des méthodes appropriées • Susciter & maintenir l’intérêt • Contrôler dynamique groupe Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  142. 142. Animer une formation 143 • S’adapter au niveau : ▫ N’émettre aucun jugement ▫ Manifester l’égalité de valeur des opinions ▫ Relativiser l’opinion polémique • Adapter les techniques ▫ Question ▫ Ecoute active ▫ Reformulation ▫ Respect des moments de silence ▫ Rapprochement (liens) ▫ Synthèse
  143. 143. Evaluation de le formation • La satisfaction ▫ hiérarchie, ▫ Apprenant, ▫ formateur • des objectifs pédagogiques acquis ▫ nouveaux savoirs ▫ & savoir-faire • De transfert ▫ Utilisation effective de ce qui a été appris ▫ Obstacles ? 144 Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  144. 144. • De effets de la formation ▫ sur l’institution ▫ Amélioration de compétences collectives ▫ mais aussi effets indirects… • Auto-évaluation : ▫ Objectifs ▫ Préparation ▫ Réalisation ▫ Évaluation 145 Evaluation de le formation Copyright Michel Fauchié & José Mateos – B.P.I. 2013
  145. 145. Exemples de fiches pédagogiques de formation 146
  146. 146. Ateliers en partenariat avec la CAF • Présence d’un animateur CAF • 8 séances de 2h, 1 fois/mois 8 pers. Max. • Critères : habitant ville, parler fr, savoir utiliser PC. 147 Objectifs pédagogiques Objectifs généraux • Se connecter en sécurité • Présentation rubriques • « Modifier sa situation » • Trouver & ouvrir ses attestation + imprimer • Se déconnecter, sécurité • Créer lien social • Pas de traitement de cas ou de suivi de dossiers • Viser autonomie • Collaborer avec CAF • Gain de temps • Adapter offre service bib par rapport aux moyens humains & financiers.
  147. 147. Ateliers de mise en page de CV • Séances de 2h : objectif + contrainte ! à partir de 20 modèles sur un logiciel • Mixité sociale • Utilisation correcte du PC requise / + repérage d’une annonce 148 Objectifs pédagogiques Objectifs généraux • Saisir son CV pour un poste précis sur le fond et la forme • Personnaliser modèle de base • Ne pas se sous-estimer • Créer du lien social • Viser autonomie • Répondre aux besoins de usagers • Aider à l’embauche • Donner confiance en soi aux usagers
  148. 148. Ateliers d’initiation information • 4 séances de 2h : utiliser PC, internet, mail. 5 pers. Max. • Test 5 min à l’inscription, suivi facultatif entre séances. 149 Objectifs pédagogiques Objectifs généraux • Utiliser clavier, souris, • Naviguer sur Ordi • Boîte mail • Bases sur internet • Favoriser échanges : présentation de chacun, travail en équipe, Q/R • Permettre à l’usager de valider ses acquis : RV individuel, auto- évaluation. • Viser autonomie • Répondre aux besoins de usagers • Permettre l’alphabétisation numérique • Réduire la fracture numérique
  149. 149. Ateliers tablette/smartphone • Hebdomadaire, séance de max. 1h15 avec 4 pers. Max. • Possibilité de prêter tablette sur place • Connexion wifi 150 Objectifs pédagogiques Objectifs généraux • Naviguer sur sa tablette • La personnaliser • Connaître les spécificités de son OS (gestes, boutique d’apps…) • Créer du lien social • Viser autonomie • Répondre aux besoins de usagers • Permettre l’alphabétisation numérique • Réduire la fracture numérique • Valoriser du contenu (bonnes applis…) • Fidéliser le public (puisque hebdo)
  150. 150. A vous de faire un plan ! Rapide description en 3 points : • 1 • 2 • 3 151 Objectifs pédagogiques Objectifs généraux • Acquisition d’une capacité concrète • Une qualification générale de l’apprenant : ce qu’il sera en mesure de faire à la fin de ses apprentissages
  151. 151. 152 Cosette Spirin cosettespirin@velizy-villacoublay.fr / 01 34 58 12 17 Merci !

×