Équipe du bulletin
Anne Pasquier
Carole Benjamin
Valérie Lépine
Mise en Page
Audrey Bernard
Illustration
Carole Benjamin
-...
PAGE 2
Clker.com Free clipart
steppée car les bailleurs de fonds la font parfois avancer mais aussi
reculer et parfois tou...
PAGE 3
 En plus d’augmenter et diversifier le membership, consolider les liens entre la Table et ses membres et les
membr...
PAGE 4
Sous-comité sur l’itinérance des femmes
Dans la foulée du forum de 2012, il s’agit d’offrir aux groupes de femmes e...
PAGE 5
Rassemblement d'opposition aux
électrochocs en mai 2014
Allocution de la TGFM lors du Rassemblement
d’opposition au...
PAGE 6
Atelier : Femmes à l’intersection - Diversité et accessibilité des femmes
aux services de santé à Montréal
Le comit...
PAGE 7
Sondage : L’itinérance des femmes, vers un meilleur partage des
connaissances et des pratiques
Le comité du bulleti...
PAGE 8
«Our Body Ourselves» est un ouvrage
de référence sur la santé des femmes
dans une perspective féministe et
critique...
PAGE 9
Le 4 octobre 2014, la solidarité en action : Exigeons une commission
d’enquête nationale sur les femmes autochtones...
PAGE 10
Standing Buffalo, dans le sud-est de la province de Saskatchewan, de Janet Henry, de la nation
KwaKwaQueWak de Kin...
PAGE 11
au fonctionnement démocratique et égalitaire de ces instances. Nous avons travaillé avec l'AFEME durant
ces derniè...
PAGE 12
Table des groupes de femmes de Montréal
110, rue Sainte-Thérèse, bureau 505
Montréal (Québec), H2Y 1E6
Téléphone: ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bulletin de la Table des groupes de femmes de Montréal - Juillet 2014

782 vues

Publié le

Plus d'infos sur http://www.tgfm.org

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
782
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
481
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bulletin de la Table des groupes de femmes de Montréal - Juillet 2014

  1. 1. Équipe du bulletin Anne Pasquier Carole Benjamin Valérie Lépine Mise en Page Audrey Bernard Illustration Carole Benjamin - Juillet 2014 - Et si on dansait ! Le 22 mai dernier s’est tenue l’assemblée générale de la TGFM, un moment important et ressourçant, car c’est l’occasion de faire le bilan des différentes actions et activités réalisées par la TGFM et d’identifier celles à prioriser pour l’année à venir. C’est par un jeu questionnaire que les représentantes des groupes membres présents ont testé leur connaissance du rapport d’activité de l’année 2013-2014. Un prix était en jeu. Il s’agissait de quelque chose de vivant qui pousse et qui porte des fruits comme la Table des groupes de femmes et ce malgré les temps difficiles qu’elle traverse. C’était un plant biologique de tomates rouges. A suivi une consultation sur les dossiers et les types de projets à privilégier à propos de la condition féminine à Montréal et sur le rôle de la TGFM. Nicole Caron de Relais-femmes s’est jointe à l’assemblée pour animer cette partie de la rencontre. Afin de mettre la table et de permettre aux participantes d’illustrer comment elles perçoivent la TGFM, un premier exercice invitait celles-ci à identifier une danse représentant la Table. Voici donc un échantillonnage des diverses danses interprétées par la Table selon les membres présents. La danse acrobatique car elle fait beaucoup avec peu, la danse folklorique car elle est rassembleuse et énergique, la valse quick Dans ce numéro 1-4 Et si on dansait! 5 Rassemblement d'opposition aux électrochocs 6 Atelier : Femmes à l'intersection 7 Sondage : L'itinérance des femmes 7-8 C.O.R.P.S des femmes : le projet de traduction et d'adaptation de l'ouvrage Our bodies, Ourselves 9-10 Le 4 octobre 2014, la solidarité en action 10-11 Yacine Daigne, candidate aux élections municipales de Dakar
  2. 2. PAGE 2 Clker.com Free clipart steppée car les bailleurs de fonds la font parfois avancer mais aussi reculer et parfois tourner en rond, le Zumba moderne car la Table fait preuve de persévérance et de créativité, le Tango danse métissé et issue de l’immigration, première danse à avoir des duos de même sexe avec une gamme de pas infinie, la Danse en ligne où chacun fait sa part, on la danse pour être ensemble et elle est accessible on peut la danser peu importe notre âge, le Rock’n roll, très énergique et le Cha cha cha qui demande beaucoup de coordination. Et pour vous quelle serait la danse qui représenterait le mieux la TGFM ? Un deuxième exercice avait pour but de donner des pistes d’actions pour un proche avenir au Comité de coordination de la TGFM (Coco). Les femmes présentes ont identifié entre autres, l’importance de faire encore plus connaître la TGFM auprès de la population, des groupes de femmes et des différentes instances de Montréal en plus d’assurer la pérennité de la Table. Le coco n’a pas tardé à inclure des recommandations de l’exercice aux priorités de travail de l’année 2014- 2015. Celles-ci ont été adoptées par l’assemblée. En travaillant de concert avec les groupes de femmes de Montréal en vue d’améliorer les conditions de vie des Montréalaises dans une perspective féministe, la TGFM poursuit son travail en ce qui concerne :  La visibilité des questions féministes sur le territoire montréalais;  L’inclusion des femmes de la diversité  La promotion de la participation citoyenne et politique des femmes;  L’action politique en santé et qualité de vie; À travers ses analyses et ses actions, la TGFM est soucieuse d’assurer une prise en compte de l’entrecroisement des réalités vécues par les Montréalaises. Les priorités pour l’année 2014-2015 sont :  Rechercher et diversifier les sources de financement afin d’assurer la survie de la TGFM et la possibilité de répondre à ses mandats.
  3. 3. PAGE 3  En plus d’augmenter et diversifier le membership, consolider les liens entre la Table et ses membres et les membres entre-eux.  Alimenter les groupes membres sur quelques sujets ciblés de fonds et/ou d’actualité touchant les conditions de vie des Montréalaises.  Poursuivre ses actions, plus particulièrement et dans la mesure de ses moyens financiers, en ce qui concerne: o L’itinérance des femmes o La Marche mondiale des femmes 2015 o Femmes et politique municipale  Remettre en fonction le comité Développement régional, de manière à ce qu’il soit séparé du projet sur l’itinérance des femmes.  Augmenter la visibilité de la TGFM dans la population en général et auprès des instances décisionnelles régionales  Commencer la réflexion sur les activités entourant le 20e anniversaire de la Table en 2016. Des élections ont eu lieu pour combler 4 postes vacants. Danielle Pelletier (Réseau habitation femmes) et Joane Turgeon SOS violence conjugale) ont été réélues pour un nouveau mandat et Katia Atif (Action Travail des femmes ) ainsi que Anne Richard-Webb de Femmes du monde de Côte-des-Neiges ont été élues pour un premier mandat. Elles se joignent à Sylvie Majeau (comité de conditions de vie et de travail des femmes- Conseil régional de la FTQ Montréal métropolitain) Danaletchmee Heron (Bureau de la femme-communauté Bah’aïe de Montréal) et Carole Benjamin (représentante des travailleuses) Les comités de travail de la TGFM Quatre comités sont présents à la TGFM : comité santé, comité DLR, Sous-comité DLR- Itinérance et le comité Bulletin. Leurs mandats respectifs sont : Comité Développement local et régional Outiller la Table et ses groupes membres en développement local et régional montréalais d’un point de vue féministe et soutenir la Table dans ses représentations et interventions auprès des différentes structures régionales dédiées au développement. Cibler les angles de travail à privilégier dans le dossier du développement local et régional en tenant compte des actions entreprises par les autres acteurs du milieu.
  4. 4. PAGE 4 Sous-comité sur l’itinérance des femmes Dans la foulée du forum de 2012, il s’agit d’offrir aux groupes de femmes et aux groupes qui travaillent auprès de femmes en situation d’itinérance de collaborer, de se documenter, d’échanger sur leurs pratiques et de parler d’une voix concordante sur les questions qui touchent l’itinérance des femmes. Préalablement, un sondage sera réalisé pour interroger les groupes sur leurs intérêts et besoins sur la question de l’itinérance des femmes. Comité Action politique en santé et services sociaux Cette année, le comité action santé sera disponible notamment pour répondre aux demandes d’animation de l’atelier« Femmes à l’intersection» sur la diversité des femmes utilisatrices du système de santé. Il soutiendra également dans ses développements le projet de traduction et d’adaptation de Our Bodies, Ourselves. Dépendamment de l’avancement des travaux de La Collective pour un ouvrage de référence participatif sur la santé (C.O.R.P.S.), il aura possiblement à offrir son soutien et sa participation à différents niveaux : organisation de focus-groupe, contribution avec des textes, apport d’une perspective spécifique sur la diversité en lien avec le thème de la santé et de la sexualité. Le comité se garde également une marge de manœuvre pour s’outiller et se former au besoin face à de nouveaux enjeux en santé et pour réagir à la conjoncture. Nous demeurons bien sûr vigilantes sur les dossiers d’actualité concernant la santé des femmes notamment le droit à l’avortement. Comité Bulletin Le comité a pour mandat de concevoir et réaliser trois bulletins durant l’année, de solliciter les membres pour la rédaction d’articles et de veiller à la rédaction d’articles de fond permettant de publiciser les prises de positions, activités ou partenariats de la TGFM. Il assure également la diffusion du Bulletin, électroniquement, auprès des membres de la TGFM et d’autres groupes de femmes et institutions de la région de l'île de Montréal. Si vous voulez faire partie d’un de ces comités n’hésitez pas à nous en faire part. D’ailleurs, le comité Bulletin a besoin d’être alimenté pour pouvoir réaliser son mandat. C’est une façon agréable de mieux connaître la Table et de s’y impliquer. Sans minimiser le travail que cela représente, celui- ci est réparti à trois moments durant l’année et ne nécessite que quelques rencontres très conviviales.
  5. 5. PAGE 5 Rassemblement d'opposition aux électrochocs en mai 2014 Allocution de la TGFM lors du Rassemblement d’opposition aux électrochocs Le comité du bulletin À l’occasion de la Fête des Mères, le samedi 10 mai 2014, a eu lieu un rassemblement à Montréal pour demander l’abolition des électrochocs en psychiatrie organisé par le comité Pare-chocs, en collaboration avec Action Autonomie, le collectif pour la défense des droits en santé mentale de Montréal. Une centaine de citoyenEs et de représentantEs d’organismes communautaires et de groupes de femmes ont participé à cet événement conviviale, agrémenté par la participation de la troupe de tambours Kumpa’nia. La TGFM y était pour donner son appui et intervenir lors des prises de parole. Nous avons souligné qu’à « Montréal en 2011, on a administré autour de 2 000 électrochocs. Ce sont en majorité des femmes qui subissent ces électrochocs. » Effectivement, les deux tiers des électrochocs sont donnés à des femmes. Selon des données obtenues par le comité Pare-chocs, 50% des électrochocs seraient donnés à des femmes de 50 ans et plus et 41% à des personnes âgées de 65 ans et plus. Près de 10% seraient administrés à des femmes de 80 ans et plus. « Nous ne considérons pas que les électrochocs puissent améliorer les conditions de vie des femmes. Les problèmes que vivent les femmes ont des causes sociales et c’est sur ces causes que l’on doit agir. Ce sont les systèmes d’oppression de nos sociétés qui ont besoin d’un traitement-choc, pas les femmes. » Pour lire notre allocution complète : http://www.tgfm.org/mtl/2014/05/femmes-et-electrochocs-cest-questionnant.html Une vidéo des prises de paroles lors du rassemblement: http://www.youtube.com/watch?v=gf86eQTXhd8&feature=share Le compte facebook du comité Pare-Chocs : https://www.facebook.com/comite.parechocs Nous vous invitons à devenir amies de la page.
  6. 6. PAGE 6 Atelier : Femmes à l’intersection - Diversité et accessibilité des femmes aux services de santé à Montréal Le comité du bulletin À Montréal, de plus en plus de femmes sont issues soit de l’immigration, soit des communautés culturelles et la question de la prise en compte de la diversité fait de plus en plus partie de la réalité des soins et services de santé. Cependant, au-delà de l’ethnicité et de la migration, plusieurs autres facteurs sont à prendre en compte en matière de diversité : entre autres, l’orientation sexuelle, la situation de handicap, la pauvreté, l’âge, le fait d’être autochtone, la violence subie, etc. Le comité Action politique en santé et services sociaux de la Table des groupes de femmes de Montréal (TGFM) offre un atelier de réflexion pour les personnes intéressées à poursuivre une réflexion intersectionnelle et féministe sur l’accessibilité des femmes aux services de santé et services sociaux L’atelier dure une demi-journée et se divise en quatre activités durant lesquelles les participantes prendront part à des jeux de rôle et des mises en situation qui leur permettront de saisir la complexité de l’intersectionnalité dans l’identité des femmes utilisatrices des services de santé. Nous vous invitons à nous contacter dès maintenant pour planifier cet atelier pour l’automne 2014 ou l’hiver 2015. info@tgfm.org (514) 381-3288 poste 2203
  7. 7. PAGE 7 Sondage : L’itinérance des femmes, vers un meilleur partage des connaissances et des pratiques Le comité du bulletin Dans la foulée du forum de 2012, le comité sur la situation de l’itinérance des femmes a mis beaucoup d’énergie afin de trouver du financement pour pouvoir assurer un suivi. Nous avons finalement reçu des réponses positives du Secrétariat à la condition féminine, de l’Agence de la Santé et des Services sociaux et de la Ville de Montréal et nous espérons la même réponse de la part de la SHQ via le programme PAOC. Cela a permis au comité d’aller de l’avant avec le projet d’offrir aux groupes de femmes et aux groupes qui travaillent auprès de femmes en situation d’itinérance de collaborer, de se documenter, d’échanger sur leurs pratiques et de parler d’une voix concordante sur les questions qui touchent l’itinérance des femmes. Préalablement un sondage sera réalisé pour interroger les groupes sur leurs intérêts et leurs besoins sur la question de l’itinérance des femmes. De ce fait, ce sondage nous aidera également à explorer les possibilités de collaboration et de réseautage entre les groupes. Nous en sommes actuellement au pré-test et le sondage sera diffusé cet automne auprès d’une centaine d’organismes dont tous nos groupes membres. Vous aurez donc l’opportunité très bientôt d’apporter votre contribution à ce projet. C.O.R.P.S. des femmes, le projet de traduction et d’adaptation de l’ouvrage Our Bodies, Ourselves Le comité du bulletin Dans le cadre de la Journée internationale d’action pour la santé des femmes, le 28 mai dernier, un 5 à 7 sur l’invitation du comité de coordination par intérim de C.O.R.P.S. des femmes (Collective pour un Ouvrage de Référence Participatif sur la Santé des femmes) s’est déroulé dans les locaux du CÉAF.
  8. 8. PAGE 8 «Our Body Ourselves» est un ouvrage de référence sur la santé des femmes dans une perspective féministe et critique. Cette publication combine des informations scientifiques et biomédicales à des expériences et témoignages de femmes. Cette « encyclopédie » de la santé des femmes a été publiée pour la première fois par le Boston Women’s Health Book Collective (BWHBC) en 1971. Depuis sa première parution, il a été révisé et réédité 9 fois. Il a été traduit et adapté dans 34 langues ou pays. Sa dernière traduction française date d’il y a plus de 10 ans Dans une atmosphère conviviale, la Collective a pu nous entretenir de leurs démarches depuis septembre 2013 où une rencontre de remue- méninges et de réflexion sur le contenu d’un ouvrage de référence féministe sur la santé des femmes avait réunies à Montréal une douzaine de groupes nationaux et locaux dont la TGFM. Le processus s’est poursuivi et, maintenant, la Collective débute ses travaux avec le chapitre Relations sexuelles. Des démarches de financement ont été entreprises notamment auprès de l’Office de la langue française, mais leur demande s’est vue refusé. Loin de se décourager, la Collective a conçu un feuillet qui décrit le projet et une déclaration de principe et proposition de structure, documents qui ont été présentés lors de la soirée. Au programme, le groupe a également fait la lecture des premiers extraits traduits en français (tirés du chapitre Relations intimes et amoureuses de Our bodies Ourselves). Les témoignages traduits proviennent de femmes aux identités diverses : elles ont de 22 à 63 ans, elles sont lesbienne, bi, hétéro, trans, handicapée, mariée, célibataire, mère, polygame, asexuelle et plus encore. Cette activité a soulevé bien des discussions sur le vécu des femmes présentes. D’ailleurs, un canevas de discussion est disponible avec une liste de questions pour discuter de relations intimes ou amoureuses. Les suites du projet de la Collective pour un Ouvrage de Référence Participatif sur la Santé des femmes sont définitivement à suivre! D’ailleurs, le comité Action politique en santé et services sociaux de la TGFM s’est engagé dans la mesure du possible à offrir son soutien et une participation à différents niveaux (focus- groupe, textes, apport d’une perspective spécifique sur la diversité). Pour télécharger les documents nommés précédemment : http://www.tgfm.org/mtl/2014/06/des-nouvelles-de-corps-des-femmes-le-projet-de-traduction-et- dadaptation-de-louvrage-our-bodies-ours.html
  9. 9. PAGE 9 Le 4 octobre 2014, la solidarité en action : Exigeons une commission d’enquête nationale sur les femmes autochtones disparues/assassinées Le comité du bulletin 1017 femmes autochtones ont été assassinées et 169 sont disparues au Canada de 1980 à 2012, a dévoilé récemment la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Ce sont seulement les cas répertoriés, comme le mentionne Femmes autochtones du Québec dans son communiqué émis le 6 mai dernier. Dans les faits, elles sont indubitablement plus nombreuses. Parmi elles, il y a Loretta, Maisy, Shannon, Tiffany, Kelly, qui vivaient à Terre-Neuve ou ici, au Québec, à Kitigan Zibi près de Maniwaki ou a Kanawake ou encore à Gatineau. Deux d’entre elles étaient enceintes, deux autres avaient 16 et 17 ans. Elles ont été assassinées ou sont disparues dans l’indifférence de la société. Depuis plusieurs années les femmes autochtones revendiquent une commission d’enquête afin de mettre en lumière ces crimes et pour que l’État et la société puissent comprendre pourquoi les femmes autochtones sont ciblées de la sorte. Comme il est mentionné dans le rapport Assez de vies volées d’Amnistie internationale publié en 2009 « Le racisme et la misogynie qui caractérisent les auteurs de ces crimes, l’aide ou la couverture dont ils bénéficient souvent de la part de leur entourage, le manque d’empressement et de sérieux avec lesquels les policiers enquêtent sur les enlèvements présumés de femmes autochtones, et le peu d’indignation suscitée par ce type de crimes dans la population en général sont autant d’illustrations de la nécessité d’analyser la violence contre les femmes autochtones dans un contexte social et historique plus large. » Contrairement à une simple étude, une commission d’enquête pourra servir d’outil pour s’assurer que le gouvernement écoute les familles et les communautés touchées ainsi que les groupes de femmes autochtones et qu’il mette à exécution les solutions qu’elles proposent. Le 4 octobre 2014 la solidarité en action En préparation des actions de la Marche mondiale des femmes en 2015, la Coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes (CQMMF) et les représentantes des nations de femmes autochtones du Québec (FAQ) invitent les groupes de femmes à organiser, conjointement avec les femmes autochtones, des vigiles régionales le 4 octobre prochain pour appeler le gouvernement canadien à tenir une commission d’enquête nationale concernant la disparition et l’assassinat de Helen Betty originaire de Norway House, dans le nord du Manitoba, de Amber Redman, jeune Dakota de dix-neuf ans, originaire de la Première nation de
  10. 10. PAGE 10 Standing Buffalo, dans le sud-est de la province de Saskatchewan, de Janet Henry, de la nation KwaKwaQueWak de Kingcome Inlet, en Colombie-Britannique, de Tiffany Morrison, jeune femme mohawk de vingt-cinq ans originaire du territoire mohawk de Kahnawake, près de Montréal et des 1182 autres femmes autochtones assassinées et disparues. À Montréal un sous comité de la Coalition montréalaise de la Marche mondiale de femmes à été mis sur pied pour organiser la mobilisation et pour se pencher sur comment nous pourrions être en appui et en soutien dans l’organisation prévue par les femmes autochtones à Montréal. Une première rencontre a eu lieu le 17 juin dernier et une autre est prévue à la mi-juillet. Plusieurs idées ont surgi lors de la rencontre et la collaboration pourrait se poursuivre bien au-delà du 4 octobre. Réservez dès maintenant votre 4 octobre 2014 pour être avec nous, à côté des femmes autochtones, en toute solidarité, lors de la journée de commémoration pour les femmes autochtones disparues et assassinées. Yacine Daigne, candidate aux élections municipales de Dakar Le comité du bulletin Beaucoup d'entre vous ont eu la chance de rencontrer Yacine Daigne de l'Association des femmes de la Médina (AFEME), groupe dont la TGFM a été la partenaire pour la réalisation d'un projet de cinq ans "Jeegenu 2012" sur la citoyenneté des femmes et leur place dans les instances décisionnelles municipales à la Médina de Dakar. Comme vous le savez bien, la Table des groupes de femmes de Montréal a toujours eu la conviction qu'une plus grande participation citoyenne des femmes, en particulier au municipal, est essentielle
  11. 11. PAGE 11 au fonctionnement démocratique et égalitaire de ces instances. Nous avons travaillé avec l'AFEME durant ces dernières années à donner les outils nécessaires aux femmes de la Médina pour s'engager plus activement dans cette vie municipale. Yacine est venue plusieurs fois à Montréal dans ce cadre et a rencontré de nombreux groupes membres de la Table. Malgré la fin officielle du partenariat en 2012, la TGFM est restée bien sûr, très proche de l'AFEME et de ses membres et aujourd'hui, nous avons le grand plaisir de vous annoncer que Yacine se présente à la tête d'une liste proportionnelle à l'occasion des élections municipales qui auront lieu le 29 juin prochain. Nous lui souhaitons la plus grande des chances en ce moment historique pour la reconnaissance du rôle important que les femmes peuvent et doivent jouer dans les instances décisionnelles municipales. D'autant plus que, si Yacine est élue, elle pourrait avoir la possibilité de devenir adjointe au maire de la Médina et conseillère à la ville de Dakar. Nous sommes persuadées que l'engagement de Yacine pour la cause des femmes et sa connaissance de l'ensemble des différents dossiers et problématiques du quartier font d'elle une candidate de choix et sera un réel atout pour la Médina. Nous sommes de tout cœur avec toi, Yacine! Pour de plus amples connaissances et pour le plaisir Le comité du bulletin L’été peut être une occasion de prendre le temps pour faire simplement plus ample connaissance avec les peuples autochtones et vous laisser imprégner par leur culture. Près de Montréal il y a les POW WOW de Kahnawake les 12 et 13 juillet et celui de Kanehsatake les 22 et 23 août. Il y a également à Montréal Présence autochtone du 30 juillet au 5 août 2014. Il y a surement aussi d’autres événements que vous pourrez trouver et suggérer à vos amies et amis.
  12. 12. PAGE 12 Table des groupes de femmes de Montréal 110, rue Sainte-Thérèse, bureau 505 Montréal (Québec), H2Y 1E6 Téléphone: (514) 381-3288 Télécopieur: (514) 381-3955 Courriel : info@tgfm.org Site web : www.tgfm.org

×