Festival              d’automne              Tout le programme              Supplément              Mercredi 12 septembre ...
0123     page deux                                                                                                        ...
0123Mercredi 12 septembre 2012                                                           international                    ...
4         international & europe                                                                                          ...
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
20120912 quo
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

20120912 quo

8 950 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 950
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

20120912 quo

  1. 1. Festival d’automne Tout le programme Supplément Mercredi 12 septembre 2012 - 68e année - N˚21040 - 1,60 ¤ - France métropolitaine - www.lemonde.fr --- Fondateur : Hubert Beuve-Méry - Directeur : Erik Izraelewicz PSA:legouvernement «Un moment de vérité pour la gauche» validelafermetured’Aulnay t Nicolas Hulot exhorte t La suppression de 8 000 emplois au sein du groupe automobile, jugée « inacceptable » en l’Elysée à«fixer juillet par l’Elysée et le gouvernement, se trouve être avalisée par l’expert de M. Montebourg uncap»lors de laconférence environnementale C e qui était « inacceptable » pour Fran- après avoir remis aux syndicats et à la direc- Moscovici assistait pour sa part aux cent ans çois Hollande le 14 juillet est devenu tion de PSA le rapport d’Emmanuel Sartorius, du site de Sochaux, que le ministre connaît Entretien p. 6 presque normal. Même Arnaud Monte- l’expert qu’il avait mandaté fin juin pour se bien pour être depuis des années un élu de la bourg, qui s’était déchaîné avant l’été contre pencher sur le plan social du groupe. région. Avec le rapport Sartorius, le gouver- PSA Peugeot Citroën lors de l’annonce de Dimanche, lors de son intervention sur nement admet que « la nécessité, dans son 8 000 suppressions de postes et de la fermetu- TF1, le président de la République avait indi- principe, d’un plan de réorganisation des acti- re de l’usine d’Aulnay en 2014, juge aujour- qué que l’Etat « accompagnera » le mouve- vités industrielles et de réduction des effectifs d’hui que « des mesures de redressement sont ment de reconversion des salariés concernés de PSA Peugeot Citroën n’est malheureuse- indispensables ». par le plan social. « Il reste de nombreuses ment pas contestable », pour reprendre les C’est en ces termes que le ministre du questions en suspens, et nous entendons que mots de l’expert. redressement productif devait s’exprimer ce plan soit rediscuté et limité au strict néces- Philippe Jacqué mardi 11 septembre à l’Assemblée nationale, saire », nuance M. Montebourg. Lundi, Pierre a Lire la suite page 12 La fiscalité des riches déchaîne les passions françaises « TAXEZ-NOUS, MAIS… » BELGIQUE ET SUISSE BERNARD ARNAULT « Le Monde » a rappelé Les Belges s’agacent de Pour notre chroniqueur les chefs d’entreprise ces fortunes françaises Stéphane Lauer, qui avaient signé un appel qui arrivent pour raisons la démarche du patron dans la presse à l’été 2011 fiscales, alors qu’eux de LVMH et son écho sont pour être davantage supportent de lourds révélateurs de l’incapacité imposés. Ils n’en impôts sur le revenu. de la France à concevoir espéraient pas tant, Bercy parle aussi de une vraie stratégie fiscale. N. Hulot à Saint-Lunaire pas tout de suite... renégocier avec la Suisse. « Pertes & profits » (Ille-et-Vilaine), en avril. THIERRY PASQUET/SIGNATURES Récit Page deux Nos informations page 13 page 14 et Débats page 17 Sept arrestations dans la police 3% de déficit, oui. Mais pourquoi en 2013? du Rhône pour corruption VÉNISSIEUX Quatre jours après la révocation E n annonçant un matraquage cit budgétaire à 3 % du produit ourd’hui – ce qui contribue, jour Le vrai débat porte moins sur fiscal exceptionnel pour intérieur brut en 2013. Pour ce fai- après jour, au rétablissement de cette affaire française – la réparti- du commissaire Neyret, ce coup de filet intervenu tenir les engagements euro- re, il a annoncé 10 milliards d’éco- ses finances. En s’en tenant à ces tion de l’effort budgétaire – que mardi 11septembre dans l’est de l’agglomération lyonnaise péens de la France en matière bud- nomies dans les dépenses de 3 %, une des règles de bon fonc- sur le timing que se sont fixé les risque de provoquer un nouveau traumatisme. P. 11 gétaire, François Hollande a susci- l’Etat et 20 milliards d’impôts sup- tionnement de l’euro, la France Européens. En période d’activité té un beau débat. Patriotisme et plémentaires. renforce la crédibilité de la mon- basse, l’austérité budgétaire ris- fiscalité, finances publiques et croissance – autant de sujets de On peut contester cette réparti- tion de l’effort. On peut regretter naie unique à un moment où elle en a bien besoin. L’Etat s’efforce que de plomber un peu plus la croissance – donc la recette fisca- Mariage homosexuel : Christine dissertation pour diplôme de fin d’année de Science Po. que l’emballage, quoi qu’en dise le président, laisse ce pénible sen- enfin de sortir d’un cycle d’endet- tement lourd – largement provo- le, donc la dette. D’où l’idée, avan- cée par nombre d’économistes, et Taubira préempte le débat Les discussions enflammées timent d’une gauche qui n’aime qué par la détérioration de sa qui figure dans le futur traité bud- SOCIÉTÉ La garde des sceaux dévoile le projet de loi qui ont suivi l’intervention du pré- pas, ou pas assez, les entreprises balance commerciale –, qui est à gétaire européen, d’ajuster les sident sur TF1 dimanche 9septem- et les entrepreneurs. lui seul un facteur de ralentisse- objectifs de déficit aux aléas de la autorisant le mariage et l’adoption aux homosexuels, bre sont intéressantes. De même ment de la croissance. conjoncture. C’est la notion de mais excluant l’assistance médicale à la procréation. P. 11 que celles, plus exotiques, provo- Editorial Le dossier est solide. Nul doute déficit « structurel». Un déficitUK price £ 1,70 quées par l’attirance soudaine que les marchés pénaliseraient la corrigé, sous le contrôle de la Com- pour le climat belge de tel ou tel capitaine d’industrie. Elles ont un Mais M. Hollande ne manque France si elle changeait de cap. Mais M. Hollande – le chantre de mission, en fonction de l’état de la croissance. Ce qui est gravé dans Comment le Twitter chinois défaut: elles sont, largement, à côté de la plaque. pas de bons arguments pour s’ac- crocher à ce cap des 3 %. Il rassure la croissance – s’est arrêté en che- min. Il eût fallu une deuxième par- le marbre, c’est le retour à l’équili- bre ; la variable, la date butoir. creuse la tombe du Parti M.Hollande est fidèle à ses pro- les marchés, qui souscrivent tie à l’exposé, comme on l’ap- Reine du déficit, la France n’est TECHNOLOGIE Weibo, le site chinois de microblogging, messes de campagne et à la parole d’autant plus volontiers aux prend à Science Po. Il eût fallu pas la mieux placée pour défen- de Paris à l’égard de ses partenai- emprunts de l’Etat français. Paris adresser cette question à nos par- dre le « déficit structurel». Mais la est une machine à scoops. Qui enlève chaque jour un res de la zone euro. Il entend tenir a rarement « vendu » sa dette à tenaires de la zone euro : pour- cause méritait que M. Hollande peu de son mystère et de son aura au Parti communiste, cet engagement: ramener le défi- d’aussi bonnes conditions qu’auj- quoi 3 % en 2013, précisément? prît ce risque. p Page 8 estime notre éditorialiste Sylvie Kauffmann. P. 20 Le regard de Plantu Algérie 150 DA, Allemagne 2,20 ¤, Antilles-Guyane 2,00 ¤, Autriche 2,40 ¤, Belgique 1,60 ¤, Cameroun 1 600 F CFA, Canada 4,25 $, Côte d’Ivoire 1 600 F CFA, Croatie 18,50 Kn, Danemark 28 KRD, Espagne 2,00 ¤, Finlande 2,80 ¤, Gabon 1 600 F CFA, Grande-Bretagne 1,70 £, Grèce 2,20 ¤, Hongrie 750 HUF, Irlande 2,00 ¤, Italie 2,20 ¤, Luxembourg 1,60 ¤, Malte 2,50 ¤, Maroc 12 DH, Norvège 28 KRN, Pays-Bas 2,20 ¤, Portugal cont. 2,00 ¤, Réunion 2,00 ¤, Sénégal 1 600 F CFA, Slovénie 2,20 ¤, Suède 35 KRS, Suisse 3,20 CHF, TOM Avion 380 XPF, Tunisie 2,00 DT, Turquie 6,50 TL, USA 3,95 $, Afrique CFA autres 1 600 F CFA,
  2. 2. 0123 page deux Mercredi 12 septembre 2012Et pendant ce temps, au PS, Récit En août2011, ils étaient seize, grands patrons ou grandes fortunes, à avoir signé une tribune pour affirmer leur volonté d’être plus imposés. Maisles hiérarques manœuvrent c’était avant l’élection de François Hollande et la mise en place de sa taxe à 75%O «Taxez-nous!»... mais pas trop n est chez les fous ! » Ce res- Hamon, ministre délégué à l’éco- ponsable socialiste est nomie sociale et solidaire, en pas- pourtant un habitué des se de faire basculer l’aile gauchemontages alambiqués qui précè- du parti dans la majorité contredent les congrès du parti. Mais il une meilleure représentation, etn’en revient pas de la tournure bien sûr de Martine Aubry, quiprise par les événements ces der- « ne veut pas partir en ayant l’im-nières heures, à l’approche du ver- pression d’être chassée», précisedict. Mardi 11 septembre, en effet, un responsable. Chacun exige ser la fiscalité, afin qu’elle frappe moins ladans la journée – ou la soirée –, donc que ses proches occupent création de valeur et l’investissement queMartine Aubry devait annoncer des postes clés dans la future la “rente” et “l’héritage”, serait une erreurle nom du premier signataire de direction. « Si les Français tragique pour notre pays.»la motion majoritaire présentée savaient qu’on passe des heures Les rares dirigeants qui restent fidèles àau congrès de Toulouse fin octo- de négociations pour trois places ce « Taxez- nous ! » expriment un certainbre, et donc celui de son probable de plus au bureau national contre désarroi face à la « taxe Hollande ».successeur à la tête du PS. une de moins au conseil national, M. Richard, ex-homme de gauche devenu La dernière ligne droite a été ils seraient atterrés », se désole un le directeur de cabinet de Christine Lagar-l’occasion de toutes les pressions hiérarque. deà Bercy sous le mandatde Nicolas Sarko-et de tous les coups de bluff. Avec zy, affirme vouloir rester « cohérent ». « Jeun grand enjeu caché: la composi- Appartement témoin continue de penser, sur le fond, qu’il netion de la future équipe dirigean- De l’issue de ce jeu de rôles peuty avoir d’effort de redressement natio-te du PS. « On s’occupe bien moins découlera le choix du premier nal sans gage de la part des plus aisés »,du sommet que des fondations et secrétaire. « C’est du donnant-don- indique-t-il.de l’architecture de l’édifice», nant, décrypte un spécialiste Mais le choix du chef de l’Etat susciteexplique un cadre socialiste. interne. Si les anti-aubrystes l’em- « diverses inquiétudes » chez le patron Et à ce jeu, tout le monde veut portent sur les postes, c’est Jean- d’Orange: la taxation des hauts revenus,apposer sa pierre. Tous les cou- Christophe Cambadélis qui sera souligne-t-il, ne peut se comprendre querants, sous-courants et néocou- désigné pour équilibrer l’ensem- comme un élément d’une réflexion plusrants issus du congrès de Reims ble et respecter chaque sensibilité. globale portant sur la compétitivité deen 2008, revigorés par les résul- Si, en revanche, l’actuelle direc- l’économie française, et particulièrementtats de la primaire socialiste de tion sauve les meubles, ce sera sur le financement de la protection socia-2011 et les nouveaux rapports de Harlem Désir. » le, ainsi que sur le marché du travail.force issus du gouvernement, doi- Sauf que lundi, tard dans la « Je crains qu’on commence par taxervent ainsi être représentés. « Il nuit, les tensions étaient telles les riches et qu’on s’arrête là », dit-il. « On afaut respecter les masses critiques que, selon nos informations, l’hy- le sentiment que tout le poids du redresse-de chacun», résume l’un des pothèse d’un troisième homme ment économique de la France peut repo-maçons. ou d’une troisième femme est ser sur la taxationdes riches et des entrepri- Les hommes forts de l’exécutif même revenue pour tenter de ses. C’est une idée fausse. Non seulement– Manuel Valls, Vincent Peillon, débloquer la situation. Dans tous ce n’est pas crédible mais c’est morale-Pierre Moscovici et Stéphane les cas, une chose est sûre : ment injuste », poursuit M. Richard. « UneLe Foll –, que leurs détracteurs quel(le) que soit l’élu(e) qui sorti- chose est d’appeler au patriotisme écono-ont aimablement surnommés ra de ces « combinazione» à la mique, une autre est d’organiser une for-« la bande des quatre », veulent rose, il ou elle n’aura d’autre me de spoliation qui va relancer la machi-peser. Tout comme Arnaud Mon- choix que d’hériter d’une direc- ne à exil fiscal. »tebourg, le ministre du redresse- tion décidée à l’avance. Comme le Dans les faits, la taxe Hollande s’inscritment productif, qui souhaite ren- nouveau propriétaire d’un appar- dans le cadre d’un effort budgétaire detabiliser ses 17 % de la primaire, tement témoin qui n’a même pas 30milliards d’euros qui touchera tous lesou Ségolène Royal, qui refuse de la liberté de déplacer un pot de Français – avec notamment, l’instaura-connaître une nouvelle humilia- fleurs. p tion d’une nouvelle tranche d’impositiontion. Sans parler de Benoît Bastien Bonnefous à 45 % et diverses taxes sur des produits de Reproduction de la tribune publiée dans « Le Nouvel Observateur » du 25 août 2011. LE NOUVEL OBSERVATEUR consommation.La contributiondes hauts I revenus, jugée symbolique, devrait, elle, l y a ceux qui assument. Ceux qui tique l’un des signataires qui, comme concerner 2 000 à 3 000 personnes. UnLes indégivrables Xavier Gorce regrettent. Et puis, il y a les autres, plus nombreux, qui se font discrets d’autres, entend rester anonyme. Plus direct, Marc Simoncini, fondateur cercle restreint, donc. « Je n’ai aucun regret d’avoir signé cet ou pire encore, porter pâle. Ceux-là du site de rencontres sur Internet Meetic, appel et je le dis d’une manière d’autant brandissent l’excuse d’un agenda explique : « Contrairement à l’appel que plus désintéressée que je ne pense pas être « impossible», d’un conseil d’admi- j’ai signé, la taxe de 75 % n’est pas calculée concernépar lamesure»,relève JeanPeyre- nistration interminable ou… d’un départ dans des proportions raisonnables, dit-il. levade, président de la banque d’affaires imminent pour New York. Il n’est plus Ellepeut avoirdes effets économiquesindé- Leonardo&Co en France.«Ledevoir desoli- temps, en réalité, de faire étalage de leur sirables et accélérer la fuite de talents utiles darité s’impose surtout dans les moments opinion personnelle sur le délicat sujet de à la France.» difficiles, estime-t-il. Mais autant qu’on la taxation des « super-riches». « Il y a trop L’appel « citoyen » des seize patrons puisse en juger, cette taxation à 75 % est de coups à prendre », reconnaît la porte- comportait, il est vrai, de nombreuses une stupidité dangereuse, qui revient, de parole d’un grand patron. conditions. La contribution devait être facto, à interdire l’enrichissement à partir exceptionnelle. Ce qui est le cas, puisque d’un certain niveau de revenus. » «Si j’osais, je dirais que le résultat la taxation de 75 % aura une durée de vie estimée à deux ans. Mais elle devait aussi Le risque, pour l’ex-président du Crédit lyonnais, soutien de François Bayrou lors est au-delà de nos espérances» rester mesurée, afin d’éviter les effets per- de la présidentielle de 2012, est de voir de Stéphane Richard vers, exil fiscal ou fuite des capitaux. jeunes entrepreneurs quitter la France, PDG d’Orange, Les experts ont beau rappeler que le « non pas parce qu’ils sont à ce niveau de signataire de l’appel « Taxez-nous ! » taux de 75%, déduit de la CSG et de la CRDS, revenus, mais parce qu’ils espèrent l’être un ressortira autour de 67 %, et qu’il restera jour ». M. Peyrelevade fustige aussi le pro- Unanplus tôt,ils étaientseizeà revendi- ainsibieninférieuraubarèmed’impôtsins- jet des socialistes d’aligner la fiscalité des quer hautet fortleur civisme et leur solida- tauréauxEtats-Unis,poursortir delaGran- revenus du capital – donc, de l’épargne – rité en ces temps de crise. Seize grands de Dépression des années 1930. Ces diri- sur celle du travail. Une critique souvent patrons, grandes fortunes de France, hom- geants redoutent de voir partir leurs com- entendue dans les milieux économiques. mes et femme d’affaires signataires d’un pèresdanslespaysoùilfaitbonvivreriche. Tout en indiquant avoir pour règle de appel à les taxer davantage, paru dans Le La demande de nationalité belge effec- ne pas commenter l’actualité politique, Nouvel Observateur le 25 août 2011. Parmi tuée par Bernard Arnault, plus grosse for- Franck Riboud, PDG de Danone, fait savoir eux, Maurice Lévy, patron de Publicis, tune de France – qui n’avait pas signéla tri- qu’il reste « favorable, dans le contexte de avait lancé le mouvement le 17 août avec bune – semble démontrer que la menace crise que nous traversons, au principe une tribune dans Le Monde appelant à est réelle. Même si le patron de LV MH d’une contribution exceptionnelle des plus « une contribution exceptionnelle des plus assure, la main sur le cœur, qu’il continue- favorisés. Quelle que soit leur profession.Société éditrice du « Monde » SA riches, des plus favorisés, des nantis ». ra à payer son impôt en France. Mais celle-ci, précise-t-il, doit s’inscrirePrésident du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus Conscients d’avoir bénéficié du « modè- Les super-riches français ont-ils tenté dans un effort plus global de réforme».Directeur du « Monde », membre du directoire, directeur des rédactions Erik IzraelewiczSecrétaire générale du groupe Catherine Sueur le français », ils étaient prêts, disaient-ils, à un coup à la Warren Buffett ? En 2011, quel- Restent les « autres ». Trop « occupés »Directeurs adjoints des rédactions Serge Michel, Didier Pourquery assumer une imposition exceptionnelle. ques jours avant eux, ce milliardaire amé- pour répondre aux sollicitations du Mon-Directeurs éditoriaux Gérard Courtois, Alain Frachon, Sylvie Kauffmann Le texte intitulé « Taxez-nous! » avait fait ricain avait fait paraître, dans le New York de, comme Philippe Varin, PDG du groupeRédacteurs en chef Eric Béziat, Sandrine Blanchard, Luc Bronner, Alexis Delcambre,Jean-Baptiste Jacquin, Jérôme Fenoglio, Marie-Pierre Lannelongue (« M Le magazine du Monde ») grand bruit. Le Nouvel Observateur avait Times, une tribune réclamant que l’Etat automobile PSA, Frédéric Oudéa (SociétéChef d’édition Françoise Tovo réussi un joli coup, quarante ans après la « se décide, enfin, à le taxer comme les générale), en partance pour les Etats-Unis,Directeur artistique Aris Papathéodorou parution du « Manifeste des 343 salopes», autres ». Avec une facture fiscale de Jean-Cyril Spinetta (Air France), MarcMédiateur Pascal Galinier ces femmes qui, pour lutter contre l’hypo- 6,9 millions de dollars par an, le « papy » Ladreit de Lacharrière (Fimalac), AntoineSecrétaire générale de la rédaction Christine LagetDirecteur du développement éditorial Franck Nouchi crisie de la société française, révélaient de la finance précisait que cela revenait à Frérot (Veolia Environnement) et DenisConseil de surveillance Pierre Bergé, président. Gilles van Kote, vice-président s’être fait avorter. reverserà l’Etat 17,4% deses revenusimpo- Hennequin (Accor). Ou ceux qui ne veu- Un an plus tard, tout a changé. François sables. Pas assez, selon le très influent lent pas s’exprimer. Ainsi de Louis0123 est édité par la Société éditrice du «Monde » SA Hollande a été élu. Et son projet de taxer à homme d’affaires américain. Schweitzer, ex-patron de Renault, Mauri-Durée de la société : 99 ans à compter du 15 décembre 2000. Capital social : 94.610.348,70¤. Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).Rédaction 80, boulevard Auguste-Blanqui, 75707Paris Cedex 13 Tél. : 01-57-28-20-00 75 % la part des revenus supérieure à un Mais Paris n’est pas New York, et M. Hol- ce Lévy, patron de Publicis, Jean-PaulAbonnements par téléphone : de France 32-89 million d’euros verra le jour. Très vite. Le lande n’est pas Barack Obama. De ce côté- Agon (L’Oréal) ou encore Christophe de(0,34 ¤ TTC/min); de l’étranger : (33) 1-76-26-32-89ou par Internet : www.lemonde.fr/abojournal chef de l’Etat l’a confirmé, dimanche 9 sep- ci de l’Atlantique, les privilégiés sont plus Margerie (Total). L’avis de Claude Perdriel, tembre. Les super-riches du Nouvel Obs, souventhonnis qu’admirés. La « haine des président du conseil de surveillance du qui se voulaient exemplaires, semblent riches », comme le titrera Le Point en avril, Nouvel Observateur, injoignable, manque La reproduction de tout article est interdite sans l’accord de l’administration. Commission paritaire des publications et agences de presse n° 0712 C 81975 ISSN 0395-2037 pris au piège de leur opération de com’. prospère sur fond de récession. « Pendant aussi à l’appel. Quant à Liliane Betten- « Si j’osais, je dirais que le résultat est la campagne électorale, les riches ont été court, 89 ans, placée sous tutelle, elle n’a au-delà de nos espérances », lance, grin- stigmatisés, fait valoir M. Simoncini, pas été en mesure de nous répondre. çant,StéphaneRichard,PDGd’Orange.Cet- amer. On n’a pas fait le distinguo entre la Selon son entourage, ses tuteurs s’éton- te taxe, tout bien réfléchi, la plupart n’en richesse héritée et celle liée au travail. nent d’ailleurs que la vieille dame se soit 80, bd Auguste-Blanqui, Imprimerie du MondePrésident : Louis Dreyfus 75707 PARIS CEDEX 13 12, rue Maurice-Gunsbourg, veulent pas. Trop lourde, mal calibrée. « Le C’était politiquement facile et très effica- exprimée sur le sujet il y a un an à peine. p 94852 Ivry cedex projetestmoralementlégitime,maisécono- ce. » « Aujourd’hui, poursuit-il, surtaxer Directrice générale : PRINTED IN FRANCE Tél : 01-57-28-39-00 Claire Gatinois Corinne Mrejen Fax : 01-57-28-39-26 miquement et politiquement stupide», cri- “les riches” sans avoir l’ambition de repen- et Anne Michel
  3. 3. 0123Mercredi 12 septembre 2012 international 3Angela Merkel de plus en plus isolée sur l’EuropeLe jugement de la Cour de Karlsruhe, mercredi, s’annonce crucial pour la chancelière, contestée jusque dans ses rangsBerlin des parlements nationaux. ParCorrespondant ailleurs, selon lui, ces décisions sont en contradiction avec les trai-E xceptionnellement, aucun tés de Maastricht et de Lisbonne, rendez-vous international qui interdisent de tels rachats de ne figure à l’agenda d’Angela dettes. Mardi 11 septembre, la CourMerkelen cemilieudu moisde sep- s’est refusée à modifier son calen-tembre.Deuxévénements,partiel- drier.lement liés, retiennent la chance- Les initiatives de Peter Gauwei-lière à Berlin : la discussiondu bud- ler montrent qu’Angela Merkel aget 2013 en première lecture au de plus en plus de difficultés à fai-Bundestag et la décision de la Cour re accepter son action européenneconstitutionnellede Karlsruhesur auprès de son opinion, y comprisle mécanisme européen de stabili- au sein de sa majorité. Longtempsté (MES) et le pacte budgétaire, considérécommeun marginalpar-attendue mercredi 12 septembre à mi les députés sociaux-chrétiens10 heures. Plusieurs ténors de la majorité,dont Wolfgang Schäuble, le minis- Selon un sondagetre des finances, se sont dits de l’institut YouGov,confiants sur le jugement de laCour.AngelaMerkel, elle, avaitpré- 54% des Allemandsvu de commenter celui-ci devant espèrent que la Courles députés dès mercredi matin. Sila Cour approuve ces textes votés donnera raisonpar le Parlement le 29juin, la chan- aux plaignantscelière pourra saluer un jourimportant pour l’Allemagne et bavarois, Peter Gauweiler, 63 ans,pour l’Europe et annoncer une opposant à la monnaie unique demise en œuvre rapide du MES. Si la première heure, est moins isoléau contrairela Cour émetdes réser- qu’il n’y paraît. Le secrétaire géné-ves, voire juge ces textes inconsti- ral de la CSU, Alexander Dobrindt,tutionnels, elle devra faire face a indiqué qu’il observait la démar-aux critiques et expliquer aux che de son collègue « avec uneEuropéens comment elle compte grande sympathie ».sortir de l’impasse ces deux dispo- A un an des élections en Baviè-sitifs considérés comme vitaux re, la CSU a manifestement envie Les membres de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, avec, au centre, son président, Andreas Vosskuhle, en juin. ALEX DOMANSKI/REUTERSpour l’avenir de la zone euro. de donner des gages à un électorat Après l’annonce par la Banque de plus en plus sceptique face à la Plus largement,selon un sonda- intervientà un momentoù Angela l’année en tête-à-tête avec chacun avec Antonis Samaras, le premiercentrale européenne (BCE), jeudi construction européenne. Même ge de l’institut YouGov, 54 % des Merkel tente justement d’accélé- de ses homologues européens. De ministre grec. Sur ce sujet, la chan-6 septembre, qu’elle était prête à unepartie de la gauche ne considè- Allemands espèrent que la Cour rer l’intégration européenne. même, le Spiegel (du 10 septem- celière est en décalage avec sonprocéder sous conditions à des re plus Peter Gauweiler comme un donnera raison aux plaignants. Alors que François Hollande ne bre), citant des sources proches de opinion.achats « illimités » d’obligations pestiféré. Selon le Frankfurter All- 25 % seulement attendent veut surtout pas débattre de la chancelière, affirme que celle-ci C’est également le cas sur lad’Etats incapables de se refinancer gemeine Zeitung, Herta Däubler- l’inverse. Nul ne sait évidemment l’union politique avant que le Par- veut désormais éviter à tout prix politique menée par la BCE. Lessur les marchés, un député de la Gmelin, ancienne ministre de la dans quel sens la Cour tranchera. lement français ne se soit pronon- que la Grèce sorte de l’euro, quel- sondages indiquent que les Alle-majorité, Peter Gauweiler (CSU), à justice sociale-démocrate qui, au Mais si elle est l’institution la plus cé en octobre sur le pacte budgétai- les que soient les conclusions des mands, à l’instar de la quasi-totali-l’origine d’une des plaintes dépo- nomdel’associationPlusde démo- respectée des Allemands, c’est re, Angela Merkel est au contraire experts de la troïka (Fonds moné- té de la presse, jugent que la BCEsées en juillet devant la Cour cratie, a défendu devant les juges notamment parce qu’elle apparaît pressée. taire international, Commission fait le jeu des pays du sud de l’Eu-constitutionnelle,a demandéà cet- de Karlsruhe l’idée que le Parle- comme le dernier recours de la Alors que se profilent les élec- européenne, Banque centrale rope et ne respecte pas son man-te dernière de suspendre sa déci- ment avait outrepassé ses droits, population(quipeut la saisirdirec- tions législatives de septem- européenne) attendues en octo- dat en se portant au secours dession. Selon M. Gauweiler, la BCE s’estconcertéeavec le député bava- tement) contre les puissants. bre 2013, elle aimerait lancer le bre. Une position déjà esquissée pays en difficulté.fait courir un risque majeur aux rois avant l’audition du 10 juillet Cettemontéede l’euroscepticis- débat européen le plus tôt possi- les 23 et 24 août lors de ses rencon- En associant politique budgé-Etats, et ce sans demander l’avis devant la Cour constitutionnelle. me, à droite mais aussi à gauche, ble. Elle le fait depuis le début de tres avec François Hollande puis taire (du ressort des Etats) et monétaire (de son ressort), la ban-La très prudente europhilie des juges constitutionnels que remet en cause son indépen- dance et mène une politique infla- tionniste. Cette thèse est égale- ment celle de Jens Weidmann, pré-Berlin forcement du pouvoir de contrôle tonalité dans le jugement concer- férer de pouvoirs importants. ment de l’intégration européen- sident de la Bundesbank. Mais pasCorrespondant du Bundestag. En 1993, la cour a nant le traité de Lisbonne. «L’unifi- « Nous garantissons que les ne devrait passer par un référen- celle de Wolfgang Schäuble, le estimé que le traité instituant cation de l’Europe sur la base d’une valeurs fondamentales de notre dum en Allemagne. ministre des finances, ni de laLe jugement de la Cour constitu- l’euro ne violait pas les principes union conventionnelle d’Etats sou- Constitution ne se perdent pas sur Les partisans d’une telle inté- chancelière. Le premier affirmetionnelle de Karlsruhe sur le méca- démocratiques mais que l’Union verains, régie par des traités, ne le chemin de l’approfondissement gration goûtent peu les subtilités que la politique de la BCE « n’estnisme européen de stabilité (MES) européenne étant une simple saurait être réalisée de manière tel- de l’intégration européenne. Nous de Karlsruhe. L’ancien ministre pas le début d’un financementet le pacte budgétaire est d’autant association d’Etats, la légitimité le qu’il ne resterait plus dans les protégeons avant tout le droit écologiste des affaires étrangères monétaire de la dette publique ».plus attendu que, jusqu’à présent, démocratique restait ancrée au Etats membres de marge d’action démocratique des citoyens à pou- a jugé « absurde » le jugement de Alors que les Allemands n’ontles juges se sont rarement mon- sein de ces derniers. politique suffisante à l’égard de la voir agir sur ce processus à travers la cour sur le traité de Lisbonne. retenu qu’un mot du discours detrés enthousiastes vis-à-vis de la Les Etats doivent donc pouvoir vie économique, culturelle et socia- le Parlement. Dans cette mesure, Un avis partagé par Karl Mario Draghi – l’intervention« illi-construction européenne. «disposer de domaines d’action le», énonce le jugement. le tribunal soutient l’intégration Lamers. L’ancien député chrétien- mitée » de la BCE –, la chancelière Lorsqu’ils ont dû se prononcer suffisamment importants, dans européenne », expliquait en mai, démocrate, spécialiste des ques- estime que « la conditionnalité esten 1993 sur le traité de Maastricht lesquels leurs nations respectives « Valeurs fondamentales » dans Die Zeit, le président de la tions européennes, jugeait récem- un point important. Les contrôlespuis en 2009 sur le traité de Lis- puissent s’épanouir et agir dans le Pour les juges de Karlsruhe, CVour constitutionnelle, Andreas ment que « Karlsruhe a renforcé et l’aide vont de pair. C’est le che-bonne, leur feu vert a toujours été cadre d’une volonté politique qu’el- tant que l’Europe n’est pas une Vosskuhle. le scepticisme des Allemands min que nous avons toujoursassorti de conditions très strictes, les ont elles-mêmes légitimée et fédération démocratique, le Parle- Ce dernier n’a jamais caché vis-à-vis de l’Europe». p pris », a-t-elle plaidé. ppassant notamment par un ren- orientée», dit le jugement. Même ment allemand ne saurait lui trans- qu’à ses yeux un approfondisse- F. Le. Frédéric Lemaître
  4. 4. 4 international & europe 0123 Mercredi 12 septembre 2012Les Pays-Bas Barack Obama n’arrive pas à mobiliseren quête d’une les milliardaires démocratesmajorité politique Le président américain accuse un important retard dans la collecte de fonds par rapport à Mitt Romney WashingtonL’indécision a marqué jusqu’au bout la campagne Correspondantepour les élections législatives du 12septembre I l y a quatre ans, Norma Gene Lykes avait mis sa somptueuseAmsterdam, La Haye veau programme d’austérité. demeure de la baie de TampaEnvoyé spécial M. Rutte apparaît à une majorité (Floride) à la disposition de la cam- de ses concitoyens comme un pagne électorale de Barack Obama.L a longue campagne électora- homme compétent, capable de «La premièrecollectede fonds dans le néerlandaise touche à sa « faire respecter » les Pays-Bas à la région avait eu lieu chez moi. En fin mais n’a, semble-t-il, pas Bruxelles, ce qui est devenu une deux après-midi, on avait rassem-permis aux Néerlandais de se faire antienne à La Haye. La campagne blé 250 000 dollars [environune opinion claire. Ils hésiteront lui aura, en tout cas, permis d’affi- 196000 euros]. »jusqu’aubout,mercredi 12septem- cher, dans les mots, sa grande fer- Cette année, la mécène, qui diri-bre, à confier à tel ou tel dirigeant meté face, notamment, à la Grèce ge la fondation philanthropiqueles rênes du pouvoir. Quelques et ses demandes d’aide alors qu’il du groupe Lykes, l’un des premiersjours avant le scrutin, 43 % d’entre lui avait été reproché de les avoir conglomérats de Floride, n’a paseux disaient encore hésiter sur approuvées par le passé… organisé de collecte. Elle soutientleur choix et, lundi, moins de deux Son ex-partenaire dans la coali- toujours le président américain,jours avant le scrutin, un dernier tion de droite, le parti chrétien- mais elle estimeque « maintenant,sondage donnait le parti libéral démocrate (CDA) s’est, quant à lui, c’est à lui de se débrouiller». Quand(VVD) du premier ministre sor- moins bien remis de l’épisode gou- ses amis l’interrogent, perplexes,tant, Mark Rutte, et le parti social- vernemental et de la dangereuse elle insiste : « C’est son boulot.»démocrate (PVDA) du jeune leader cohabitation avec M. Wilders. La Norma Gene Lykes n’est pas laDiederik Samsom à égalité : 36 siè- formation centriste semble promi- seul mécène à rester sur la réserve.ges chacun. se à une défaite historique, avec 12 Parmi les financiers habituels de Omniprésentes et très criti- ou 13sièges, alors qu’il a été le pivot la gauche, certaines figures n’ontquées, les enquêtes d’opinion ont de la vie politique de l’après- pas eu de rôle actif. Barack Obama, à l’heure du petit-déjeuner dans un café de Cedar Rapids (Iowa), le 15 août. LARRY DOWNING/REUTERSpesé sur la campagne. Et ont beau- guerre,atteignant même la majori- Certains ont changé de « cause»coup varié depuis avril et la chute et choisi d’autres priorités, comme Il les appelle irrégulièrement, leur PAC, mais il a surtout été vexé, suprême autorisant les finance-de la coalition de droite qui diri-geaitle pays depuis moins de deux Le fait que M.Samsom TomSteyer,ungestionnairedehed- ge funds de San Francisco qui a fait peu de faveurs, les invite rare- ment à bord d’Air Force One. selonle NewYorker, lorsquela Mai- son Blanche lui a organisé une ren- ments politiques illimités. Il n’a jusqu’à présent attiré que quel-ans. Lessondages ont d’abordassu- ou M.Rutte arrive en financé la défense des normes Penny Pritzker, par exemple. En contre privée à New York, alors ques donateurs. L’acteur Morganré un triomphe à la gauche radica-le et populiste,le SocialistischePar- tête pourrait s’avérer d’émissions polluantes des véhicu- les en Californie, attaquées lors 2008,elleétaitlaresponsablenatio- nale des finances de la campagne qu’il avait demandé à rencontrer le président à Washington pour Freemanadonnéunmilliondedol- lars, de même que le comédien Billtij (SP) d’Emile Roemer. Pourtant déterminant en vue d’un référendum en 2010. Ou Jeff Obama.Héritièred’une grandefor- parler relance économique. Maher.LePDGdeDreamWorks,Jef-prudent,le chef de cette formationaux racines marxistes-léninistes, de la formation Bezos, d’Amazon, qui a donné 2,5millionsdedollarspourlemaria- tune de Chicago (les hôtels Hyatt), elle était donnée comme secrétaire « Petits » contributeurs frey Katzenberg, a offert le double. Barack Obama a aussi beau-hostile à « l’Europe néolibérale» et d’un gouvernement gehomosexueldansl’EtatdeWash- au commerce dans le gouverne- Il en va de même avec Peter coup de mal à mobiliser Wallà l’extension des pouvoirs des ins- ington. D’autres s’estiment mal ment Obama. Ses liens avec une Lewis, le PDG des assurances Pro- Street, où il avait recueilli en 2004tances communautaires, avait fini téabsolue(76sièges)en1963.Désor- rétribués,tenusà l’écart ouignorés. banqueimpliquéedans le scandale gressive. Selon son porte-parole, plus que John McCain. Les finan-par se faire à l’idée qu’il pourrait mais, la formation de l’ex-premier Non seulement la collecte de des subprimes en 2008 ont empê- M.Lewis « ne veut pas contribuer à ciers déplorent ce qu’ils estimentremporterle scrutin.Mais sonétoi- ministreJanPeterBalkenendefour- fonds n’est pas le « boulot » préfé- ché sa nomination. Barack Obama pervertir le processus électoral plus être le ton antibusiness et populis-le a pâli, et il n’est désormais crédi- nira, au mieux, l’appoint à une ré de M. Obama, mais le suivi des l’a incluse dans son conseil pour qu’il ne l’est aujourd’hui ». Warren te de ses discours. Il y a quatre ans,té que de 20sièges. coalition de droite ou de gauche. donateurs non plus. Ces dernières l’emploi, mais elle s’est plainte de Buffett lui non plus n’a pas voulu selon Bloomberg, 75 % des dona- C’est peut-être une bonne nou- La dernière et vraie surprise de semaines, le New York Times, Poli- la bureaucratie de l’administra- encourager les Super-PAC. « Je ne tions faites par des employés develle pour l’Union européenne la campagnedans cepays qui éton- tico et le New Yorker ont relaté les tion.Ellequi recevaitla familleOba- veux pas que la démocratie aille Goldman Sachs étaient revenues à(UE), qui devrait s’épargner un tra- ne jusqu’à ses meilleurs politolo- états d’âme des milliardaires ma dans sa propriété de vacances dans cette direction », a-t-il expli- Obama et aux démocrates. Cettecas supplémentaire: même si une guessera la performancedu PVDA, démocrates à l’égard du président. n’a pas été invitée à Camp David. qué au quotidien Politico. Eric Sch- année, 30 % seulement.majorité de Néerlandais reste ou plutôt de son chef, Diederik Surtout,leprésidentn’estpasinter- midt, le président de Google, a ver- L’équipe de Barack Obama seapparemment hostile à un appro- Samsom. Elu il y a quelques mois à M. Obama creuse lécart venu quand les syndicalistes l’ont sé le maximumautorisé parla loi à consoleavec les « petits» contribu-fondissement de la construction la tête d’une formation divisée, cet dans les intentions de vote prise pour cible lors d’un conflit la campagne mais n’a pas non plus teurs. Les dernières statistiques dueuropéenne,les électeursn’assure- ancien militant de Greenpeace est social dans les hôtels de la chaîne. contribué aux Super-PAC. mois d’août montrent que, pour laront qu’un succès relatif au camp parvenu à redresser de manière Barack Obama a profité de la George Soros présente un autre Pour remplir les coffres, Barack première fois depuis avril, le prési-hostile à Bruxelles. Car, si le SP spectaculaire le cours des choses. convention démocrate, du 3 au cas de figure. En 2008, il était l’un Obama a aussi fait appel à un as du dent devance son adversaire Mittdevrait, malgré tout, doubler son Jusqu’à pouvoir prétendre au rôle 6 septembre, pour creuser des plus gros financiers du parti. Il fundraising, son ancien chef de Romney, avec 114 millions de dol-nombre de sièges par rapport à de chef du prochain gouverne- l’écart sur son adversaire répu- avait consacré 5 millionsde dollars cabinet, et aujourd’hui maire de lars collectés (contre 111 millions).2010, de l’autre côté de l’échiquier ment : il a annoncé qu’il ne quitte- blicain Mitt Romney dans les à faire élire Barack Obama. Cette Chicago, Rahm Emanuel. Il est cen- Ce chiffre correspond à 3 millionspolitique, le Parti pour la liberté rait son siège de député qu’à cette intentions de vote, à moins de fois, il a décidé de ne pas alimenter sé aider à renflouer les caisses des de petits donateurs – dont 1,1 mil-(PVV) du député extrémiste Geert seule condition. deux mois de l’élection présiden- le Super-PAC lancé par un ancien Super-PAC liés à la gauche, comme lion se sont manifestés ce mois-là.Wilders voit, semble-t-il, sa pro- Proeuropéen et adepte d’un vas- tielle. Des sondages, lundi 10 sep- porte-parole du président, Priori- Priorities Action. Cet organisme, A titre de comparaison, 33 milliar-gression endiguée. L’homme qui te plan de relance économique tembre, le créditent de cinq à six tiesUSA (30 millionsde dollars col- copié sur le Crossroads de Karl daires ont chacun donnéveut faire sortir son pays de l’Euro- pour l’Union, il est parvenu à éviter points d’avance, et le donnent lectés à ce jour), pour contrebalan- Rove, le stratège républicain, pâtit 250 000 dollars pour assurer lape et de l’euro ne devrait, selon les les questions sur le modèle qu’il en tête dans la plupart des swing cer l’arme de guerre des républi- des ambiguïtés de Barack Obama défaite de Barack Obama. psondages, conserver que 19 de ses propose vraiment pour son pays et States, où se jouera le scrutin. cains. Il désapprouve les Super- sur la décision de 2010 de la Cour Corine lesnes24sièges à la Chambre basse(Twee- pour l’UE alors que la croissance yde Kamer, 150 élus). connaît « une baisse structurelle A en croire les mêmes enquêtesd’opinion,le vote réserverades for-tunes diverses aux trois partis tra- depuis trente ans», comme le souli- gne le politologue Paul Scheffer. Bien entouré, maîtrisant parfai- Un mouvement prônant un troisième mandatditionnels du pays. Le VVD deMark Rutte n’a, apparemment,pas tement les débats télévisés et les nouveauxmédias,cedirigeant,qua- pour la présidente Cristina Kirchner divise les Argentinssouffert de sa cohabitation ratée si-inconnu il y a quelques mois, aavec l’extrême droite et d’une cri- forcé Mark Rutte à durcir le ton. Au D’après un sondage, deux tiers des électeurs sont opposés à une réforme de la Constitutionse déclenchée en pleine tempête cours des derniers jours, le chef dueuropéenne, alors que le premier parti libéral a dénoncé « l’insécuri-ministre voulait imposer un nou- té» qu’engendrerait, selon lui, une Buenos Aires Un groupe d’intellectuels qui Une augmentation du nombre nesse et a accusé le maire de Bue- victoire des sociaux-démocrates. Correspondante soutiennent Mme Kirchner, « Carta d’électeurs – qui passerait de nos Aires, Maurico Macri (opposi-M. Rajoy temporise sur Pour l’emploi (thème principal de Abierta » (Lettre ouverte), juge 25,2millionsà 26,6millions – pour- tion de droite), de recourir à des Cun plan d’aide à l’Espagne la campagne du VVD), pour la fisca- ristinaeterna» (Cristinaéter- pour sa part que l’Argentine a rait bénéficier au gouvernement « pratiques de régime totalitaire », lité,pourlesinvestissementsétran- nelle) : le slogan a été lancé besoin d’une nouvelle Constitu- lors des législatives de 2013 – une pour avoir mis à la disposition desLe chef du gouvernement espa- gers. M. Rutte a par ailleurs finale- par les partisans de Cristina tion pour « approfondir le modè- réforme de la Constitution familles un numéro de téléphonegnol, Mariano Rajoy, a réaffirmé, ment évoqué l’immigration – sujet Kirchner, qui prônent une réfor- le » mis en place par le président requiert la majorité des deux tiers gratuit pour dénoncer toutelundi 10 septembre, à la télévi- étonnamment absent de la campa- me de la Constitution permettant Nestor Kirchner (2003-2007), puis au Congrès – et favoriser la deuxiè- action d’endoctrinement dans lession espagnole, qu’il n’avait tou- gne – en reprochant sa «naïveté» à à la présidente argentine de bri- par son épouse Cristina. me réélection de Mme Kirchner. En écoles.jours pas décidé s’il allait deman- son adversaire, pour lequel le débat guer, en 2015, un troisième man- Selon le politologue Sergio 2007, elle avait été réélue avec « Nous ne sommes pas un paysder ou non un sauvetage finan- sur le multiculturalisme n’a, désor- dat consécutif de quatre ans. L’Ar- Berensztein, le débat a relégué au 54 % des voix et un net avantage fasciste, mais au contraire profon-cier pour son pays, assurant mais, plus de raison d’être. gentine a connu deux réformes second plan les principales préoc- chez les jeunes électeurs. dément démocratique », a affirméque, s’il le fait, il refusera qu’on LefaitqueM.SamsomouM.Rut- constitutionnelles dont l’objectif cupations des citoyens : l’insécuri- Mme Kirchner, qui multiplie les dis-lui dicte les coupes budgétaires te arrive en tête mercredisoir pour- était la réélection d’un président té, l’inflation, le scandale de cor- « Propagande politique » cours retransmis par toutes lesà mener. Le pays, qui bénéficie rait s’avérer déterminant compte péroniste: en 1949, pour le général ruptionéclaboussantle vice-prési- Cette popularité explique la chaînes de télévision et de radio :déjà d’une promesse d’aide de la tenu des nouvelles règles instau- Juan Peron, et en 1994, pour Carlos dent Amado Boudou et les mesu- croissance de La Campora, le mou- plus de 15 heures cette année, enzone euro de 100 milliards d’eu- rées en vue de la formation d’un Menem. res limitant l’achat de devises. vement de jeunes militants fondé dix-sept occasions, selon le quoti-ros pour ses banques, est sous gouvernement, le choix de la per- Cristina Kirchner garde le silen- D’après un récent sondage, 66 % par Maximo Kirchner, le fils de la dien d’opposition Clarin.pression pour demander un sau- sonnalité chargée de conduire les ce sur ses intentions. Au sein du des Argentins sont opposés à une présidente. Après un scandale pro- « Cela n’a rien d’illégal, je n’utili-vetage financier plus large pour négociations revenant à la Cham- mouvementpéroniste, elle a éclip- réformede laConstitutionouvrant voqué par des sorties de prison- se pas la télévision pour raconterson économie. Quelle que soit la bre basse. Si aucune majorité ne se sé tout prétendant à sa succession. la possibilitéd’une nouvelleréélec- niers pour participer à des mee- ma vie, mais pour informer lesdécision, M. Rajoy a prévenu dégage, une alliance pourrait ras- L’opposition est divisée. L’Union tion pour Mme Kirchner. L’enquête tings à l’initiative de La Campora, Argentins des choses qu’on veutqu’il « ne pourrait pas accepter sembler libéraux et sociaux-démo- civique radicale (UCR, centre gau- montre toutefois que la présidente l’intervention de militants « kirch- leur cacher », s’est défendu la pré-qu’on lui dise dans quel domaine crates,appuyéssoitparlesréforma- che),le partile plusancien,a convo- a toujours le vent en poupe, avec neristes » dans des écoles primai- sidente, qui a attaqué la pressepolitique concret il faut ou non teurs proeuropéens de D 66, soit qué à un front commun contre la 51% d’opinions favorables. res et secondaires a provoqué un d’opposition, lors de son allocu-couper » les dépenses. « S’il y a par les chrétiens démocrates. p réélection. « Se perpétuer au pou- Un projet de loi accordant le certain émoi. L’Académie nationa- tion du 6 septembre. « Il faut avoirune chose à laquelle je ne touche- Jean-Pierre Stroobants voir conduit à des abus et à des droit de vote à 16 ans renforce la le de l’éducation a condamné ces peur seulement de Dieu, et aussirai pas, ce sont les retraites, car vices politiques, comme l’autorita- polémique. Présenté par des parle- actes de « propagande politique ». de moi, un petit peu », a lancéle retraité est la personne la plus D Lire aussi p. 16 risme et l’arrogance», a dénoncé le mentaires proches du pouvoir, le La présidenteargentinea reven- Mme Kirchner. pfragile. » – (AFP.) Pays-Bas : La fin des certitudes président de l’UCR, Mario Barletta. texteestcritiquéparlesopposants. diqué le militantisme de la jeu- Christine Legrand

×