Cercle des communicants francophones
Itw #8
« Certains professionnels sont encore à la croisée des métiers de concer-
tant...
soit avec du porte-à-porte ou via les réseaux sociaux et les outils numériques en général, il faut aller
vers les citoyens...
Le Cercle vise à faire progresser la communication
publique et politique dans le monde francophone. Il se veut
être un esp...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Communication publique : les concertations publiques à l'ère du numérique

1 735 vues

Publié le

Pascal Nicolle, Directeur du Cabinet-conseil ''La Suite dans les Idées'' et président de Débatlab, l'association des professionnels de la concertation et du débat public, répond à quelques questions pour le Cercle des communicants francophones (CCF).

Publié dans : Internet
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 735
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
395
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Communication publique : les concertations publiques à l'ère du numérique

  1. 1. Cercle des communicants francophones Itw #8 « Certains professionnels sont encore à la croisée des métiers de concer- tant et de communicant mais la tendance est à la clarification » Pascal Nicolle, Directeur du Cabinet-conseil ''La Suite dans les Idées'' et président de Débatlab, l'association des professionnels de la concertation et du débat public, répond à quelques questions pour le Cercle des communicants francophones (CCF). Les expressions ''consultation publique'' et ''concertation publique'' sont sou- vent utilisées comme synonymes. Pensez-vous que ce soit une bonne chose ou faudrait-il les distinguer ? Pascal Nicolle (PN) : Beaucoup de chercheurs et d'intellectuels se penchent sur ces questions mais, pour nous, peu importe le vocabulaire utilisé. Notre expé- rience et notre approche de professionnels nous poussent à penser que le plus im- portant, ce serait que la consultation ou la concertation serve vraiment le projet, pour l'améliorer, le critiquer, le modifier ou même le suspendre. La seule distinc- tion à faire, dans un univers professionnel en pleine évolution, consiste à mieux identifier ce qui relève de l'univers de l'écoute, de la co-construction, de la co- opération autour d'un projet, de ce qui dépend de l'univers de la communication voire de la manipulation ou de la propagande. Certains des professionnels que nous regroupons sont encore à la croisée des métiers de concertant et de communicant mais la ten- dance est à la clarification. C'est une demande des citoyens, tout à fait légitime, qui veulent toujours plus de garanties sur la finalité d'une concertation, avant d'exprimer un point de vue. A quoi servent selon vous les concertations publiques ? A quoi devraient-elles servir ? (PN) : La question est bien là ! Ces concertations ont-elles une simple vocation cosmétique, cherchent-elles à valider un projet élaboré en petit comité, ou aboutiront-elles à modifier le projet ou à le transformer en profondeur ? La plupart des "concertations" en France sont encore souvent des moyens de s'approprier un projet ou de soutenir ses concepteurs. Dans un contexte de crise de la démocratie et de la représentation, les modes de concertation existants à l'échelon local (il y a par exemple plus de 10 000 enquêtes publiques en France) sont sans doute les derniers endroits où les Français devraient pouvoir encore espérer avoir un poids dans les décisions. Cette refonte du débat public est en cours après le drame de Sivens et nous voulons y contribuer fortement. Quelle est la bonne méthode pour organiser une concertation publique ? (PN) : Il n'y a pas de méthodes miracle ! Et il ne serait de toute façon pas facile d'uniformiser les pratiques ou les outils en la matière. Il y a d'abord des enjeux très diversifiés en fonction des projets et des acteurs dont le niveau d'appropriation non seulement du projet mais des règles du jeu du dé- bat est très divers. Mon point de vue personnel (et républicain !) est d'abord de tout faire pour réta- blir la confiance et l'espoir dans la capacité des citoyens à faire changer un projet : des règles claires, des enjeux exposés dans un objectif de transparence, des méthodes et des outils qui per- mettent réellement à toutes et tous de s'exprimer, qu'on soit riche ou pauvre, analphabète ou écri- vain. Mais la crise de confiance est telle que le bonne méthode est sans doute d'abord de ne pas at- tendre que les citoyens se déplacent pour se prononcer ou qu'ils participent à une réunion : que ce
  2. 2. soit avec du porte-à-porte ou via les réseaux sociaux et les outils numériques en général, il faut aller vers les citoyens et leur montrer à quel point leur avis compte pour la réussite du projet collectif ! Quels sont les outils qui ont fait leurs preuves ? (PN) : Loïc Blondiaux, qui est un expert réputé en la matière, a l'habitude de rappeler que les outils sont là et que la plupart fonctionnent mais que c'est la volonté politique qui manque le plus. Les en- trepreneurs que nous regroupons dans notre association Débatlab savent s'adapter aux contextes particuliers de tel ou tel projet, de tel ou tel public. En vérité, ces outils ont fait leur preuve quand ils ont été accompagnés par des compétences professionnelles. Ces compétences existent et nous sommes là pour les promouvoir. Mais elle ne sont pas encore pas assez répandues, même si des cur- sus de formation émergent de plus en plus. Le master "Ingénierie de la concertation", qu'anime Loïc Blondiaux à la Sorbonne en est justement un bon exemple. Comme pour l'apprentissage de la conduite automobile, je crois que le meilleur moyen d'apprendre à animer la concertation, c'est de le faire en conduite accompagnée. Quelles sont les erreurs à éviter ? (PN) : La principale serait de rompre le contrat de confiance énoncé au départ : si l'on se donne des règles communes, c'est pour les respecter. Trop de maîtres d'ouvrage ne respectent pas les règles qu'ils ont édictées et déçoivent les citoyens. Aux côtés de nombreux universitaires et praticiens, nous défendons la notion de "tiers-garant", dont le rôle est de garantir à toutes celles et tous ceux qui participent à la concertation ou à la consultation une indépendance suffisante vis-à-vis du maître d'ouvrage pour prendre en compte tous les points de vue et les restituer fidèlement. Nous, nous pen- sons que ce rôle de tiers de confiance peut être assuré par un professionnel de la concertation, dès lors qu'il aura été assermenté, ou en tous cas qu'il se sera engagé sur le respect d'une éthique du ga- rant. C'est le statut actuel du commissaire-enquêteur qui pourrait évoluer et s'appliquer à davantage de situations, en ayant recours à des outils nouveaux, notamment numériques. Comment envisagez-vous les concertations publiques dans les prochaines années notamment avec l'avènement du numérique ? (PN) : Avant de parler des prochaines années, on peut déjà parler des concertations qui s'appuient d'ores et déjà sur le numérique. Vous l'aurez compris : pour nous, il n'y pas de numérique hors sol, pas de réseau numérique sans réseau humain et donc notre approche de professionnels va le plus souvent consister à accompagner les dispositifs numériques de dispositifs de terrain, de relais, de rencontres… Le numérique va permettre - et permet déjà - de gérer des grandes masses de points de vue, y compris des points de vue argumentés et développés, grâce aux outils d'analyse sémantique qui commencent à être utilisés dans le cadre des grandes concertations. Et puis le numérique, ce sera aussi la possibilité d'assurer une traçabilité complète des processus participatifs : il faut que tout citoyen participant à une concertation puisse vérifier que son avis a bien été pris en compte et puisse suivre la réalisation du projet jusqu'au bout c'est-à-dire en l'éva- luant. Avec le numérique, on doit aussi pouvoir ouvrir davantage les données du débat public : ap- porter des éclairages sur les projets grâce à la data-vision (c'est-à-dire à des infographies réalisées sur la base de données ouvertes), permettre à chaque participant de faire évoluer son point de vue en temps réel, faire émerger des compromis et des coopérations mais aussi clarifier les divergences ou faire apparaître des questions émergentes. Tiers-garant, recours plus systématique aux consultations numériques de grande ampleur, renforcement des moyens de mobilisation citoyenne, ouverture des données... tels sont les grands enjeux sur lesquels Débatlab souhaite mobiliser les pouvoirs publics. Dans cette perspective, nous avons besoin de l'appui de tous les professionnels. Interview réalisée par Damien ARNAUD (@laCOMenchantier) – mars 2015
  3. 3. Le Cercle vise à faire progresser la communication publique et politique dans le monde francophone. Il se veut être un espace de dialogue, de partage d'expériences et de valorisation de tous. Twitter > @com_francophone LinkedIn > Cercle des communicants francophones Facebook > cercledescommunicants

×