Arendt

1 549 vues

Publié le

Publié dans : Formation, Technologie
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 549
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
131
Actions
Partages
0
Téléchargements
24
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Arendt

  1. 1. LA CRISE DE LA CULTURE LA TRADITION ET L'ÂGE MODERNE Hannah Arendt
  2. 3. Or, cette pensée politique essentielle a connu une rupture fondamentale avec l'entrée dans l'âge moderne (XVIIème siècle).       Depuis Platon, une hiérarchie stricte est établie entre le monde intelligible et le monde sensible. Le politique doit se rapprocher des idées et les employer pour juger et diriger les affaires de la cité. "Notre tradition de pensée politique commença lorsque Platon découvrit qu'il  était en somme inhérent à l'expérience philosophique de se détourner du monde commun des affaires humaines."                  
  3. 4. “ La fin arriva avec la déclaration de Marx selon laquelle la philsophie et sa vérité ne se trouvent pas  en dehors des affaires des hommes et de leur monde commun, mais précisément en eux, et peuvent être réalisées.”
  4. 6. Descartes   A cause de l'hypothèse d'un malin génie, il fait du doute méthodique l'attitude scientifique la plus fiable. Dès lors, n'est rigoureux que ce que l'homme fait par lui-même, par une expérience  propre. Descartes est à l'origine d'une culture de l'action scientifique individuelle et d'une méfiance à l'égard des vérités révélées. Hegel En envisageant l'Histoire comme un tout dialectiquement logique et ordonné, fait d'oppositions et de dépassements, il montre que l'idée d'une tradition de pensée éternellement valable est illusoire. En décrivant le mouvement historique de la matière (Idée, Nature, Esprit) comme identique à celui de l'Esprit, son troisième mouvement (Esprit subjectif, Esprit objectif, Esprit absolu), il efface la frontière entre la matière et l'Esprit, le sensible et l'intelligible.
  5. 7. Kierkegaard Il fait du doute le principal questionnement religieux. Ce faisant, il confronte constamment foi et doute, et installe finalement le doute comme une réalité de la vie religieuse.   Mise en doute des vérités révélées par la foi         Marx Il définit l'homme comme " animal travaillant " et non " animal pensant " (influence cartésienne, considère la violence comme "sage-femme de l'Histoire" et estime que la philosophie doit être " réalisée " plus que " pensée ". Renversement de la hiérachie platonicienne Nietzsche Il opère un "retournement du platonisme", une "transvaluation des valeurs", subsistuant aux idéaux platoniciens "nihilistes" l'exaltation de la vie.
  6. 8. <ul><li>Kierkegaard, Marx et Nietzsche </li></ul><ul><li>ont pensé contre la tradition tout en lui empruntant </li></ul><ul><li>sa &quot;charpente conceptuelle&quot;. Et ce sans succès : </li></ul><ul><li>  </li></ul><ul><ul><li>Kierkegaard , pour répondre au doute cartésien, oppose en un choc frontal et perpétuel foi et raison, croyance et doute, et aboutit à faire de la religion une &quot;absurdité &quot;. </li></ul></ul><ul><li>  </li></ul><ul><ul><li>Marx considère la scholè aristotélicienne (loisir contemplatif, propice à l'activité de pensée) comme un idéal à atteindre, et prédit pour cela l'avènement d'une société sans travail, alors qu'il a défini l'Homme comme &quot;animal travaillant&quot;. </li></ul></ul><ul><li>  </li></ul><ul><ul><li>Nietzsche , en détruisant le monde intelligible, a opéré la destruction de son opposé logique, le monde sensible.                                                                 </li></ul></ul><ul><ul><li>“ Le &quot;monde-vérité&quot;, nous l'avons aboli : quel monde nous est resté ? Le monde des apparences peut-être ? ... Mais non ! avec le monde-vérité nous avons aboli le monde des apparences” Le Crépuscule des Idoles </li></ul></ul><ul><li>  </li></ul><ul><li>  </li></ul><ul><li>  </li></ul>
  7. 10.                     Nécessité de trouver des outils conceptuels adaptés… Echec... … des outils appropriés à la révolution cartésienne : les valeurs. <ul><ul><li>Les valeurs sont des notions conformes à l'expérience sensible échangeables contre de nouvelles (si elles ne décrivent plus la réalité). </li></ul></ul><ul><ul><li>Ce ne sont pas des entités absolues, mais relatives. </li></ul></ul>
  8. 11. Tradition Age moderne
  9. 12. <ul><ul><li>Cette nouvelle forme de pensée combat l'ancienne tradition. </li></ul></ul><ul><ul><li>Mais plus : elle ne peut elle-même être érigée comme tradition qui ferait autorité, car elle recommande l'insoumission à toute tradition. </li></ul></ul><ul><ul><li>Tel est le fondement de la crise de la culture : pour mener son activité vitale de pensée, l'homme ne dispose plus de tradition sur laquelle s'appuyer. </li></ul></ul><ul><ul><li>D'autant que l'ancienne tradition réservait une place de choix à l'activité de pensée, ce que fait bien moins la doctrine du &quot;faire&quot;. </li></ul></ul><ul><ul><li>L'auteur cherche donc, dans les essais suivants (La crise de l'éducation, Qu'est-ce que l'autorité), à nous apprendre à penser en notre temps. </li></ul></ul>

×