fiche de lecture Novembre 2010

Pensées sur la
politique
PASCAL

Marie Foulquié
Terminale ES2
Recueil d’André Comte-Sponville et
gravure de l’auteur: Blaise Pascal
Courte biographie de
l’auteur:
Blaise Pascal (19 juin 1623, Clermont
• Enfant(Auvergne) - 19 août 1662, Paris)
précoce, éd...
Pensées sur la politique
« Je ne crains rien, je n’espère rien. » Pascal,
fragment 116

Cette œuvre est un recueil de frag...
Fondement théologique de la doctrine
politique pascalienne

L’état

• l’organisation pacifique
des concupiscences
• Pas d’...
Pour Pascal, mieux vaut une société
inégale, imparfaite mais pacifiée.
Recherche d’une justice
parfaite entre les hommes.
...
Pascal, refus de la tyrannie dans un
monde de concupiscence

Exemple de ce
refus de tyrannie
par son hostilité
face aux fa...
Pour Pascal la
société réside sur
des faits régis par:
la force des
acteurs

Les rapports
entre ces forces

Fragment 84: «...
Le positivisme pascalien
Le fait de
l’imaginat
ion
(fragment
56)
Et de la
coutume

Fondent la
justice qui selon
Pascal tir...
Fragment 59: « Comme la mode fait
l’agrément, elle fait aussi la justice. »
• La nature selon Pascal est voué (fragment 3)...
Justification des faits
par les effets qu’elle
produit, non pas par la
vérité qu’elle requiert
Pascal s’intéresse
à ce qui...
• Vision plus proche de Machiavel que de Rousseau dans le
domaine politique.
• Fragment 79: « Et ainsi ne pouvant faire qu...
Justice et force,
complémentaires dans la
pratique?
• Elle est inefficace car contredite et non respectée.
« la justice • ...
Ordre politique et juridique

Mais c’est « une
fausse image »
(fragment 14),
c’est une fausse
charité dont la
concupiscenc...
Disjonction des ordres
Fragment 109: « Il y
a trois ordres de
choses: la chair,
l’esprit la volonté. »
Chaque ordre pris e...
• On ne peut ni se passer d’un ni se contenter
d’un ordre.
L’homme
est pris
dans les
trois ordres

Il doit
donc
avoir
reco...
L’homme, « un être misérable, qui se complaît dans des
basses occupations, indignes des créatures de dieu. »
Un homme faib...
Pascal dit que jusqu’à nos folies, nous
restons soumis à « son ordre », à Dieu
« cette parfaite
unité »
(Œuvres
complètes)...
Fragment 126: « Deux lois
suffisent pour régler toute la
République Chrétienne, mieux
que toutes les lois politiques. »

L...
« L ’homme sans la foi ne peut
connaître le vrai bien ni la
justice. »
Pascal, Les Pensées
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Pascal pensées sur la politique- marie f - tes2

934 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
934
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pascal pensées sur la politique- marie f - tes2

  1. 1. fiche de lecture Novembre 2010 Pensées sur la politique PASCAL Marie Foulquié Terminale ES2
  2. 2. Recueil d’André Comte-Sponville et gravure de l’auteur: Blaise Pascal
  3. 3. Courte biographie de l’auteur: Blaise Pascal (19 juin 1623, Clermont • Enfant(Auvergne) - 19 août 1662, Paris) précoce, éduqué par son père • Il se consacre tout d’abord aux sciences naturelles et appliquées, clarifiant par exemple les concepts de pression et de vide. • Après son expérience mystique « La Nuit de Feu » à la fin de l’année 1654 , il délaisse les mathématiques et la physique pour la réflexion philosophique et religieuse. • Les Pensées, œuvre majeure de l’auteur ne sera publiée qu’ après sa mort qui succède à une vie
  4. 4. Pensées sur la politique « Je ne crains rien, je n’espère rien. » Pascal, fragment 116 Cette œuvre est un recueil de fragments extraits des Pensées de Pascal, sélectionnés par André Comte- Sponville. Il souhaite mettre en lumière la pensée politique de l’auteur en regroupant les fragments consacrés au pouvoir, à la
  5. 5. Fondement théologique de la doctrine politique pascalienne L’état • l’organisation pacifique des concupiscences • Pas d’interêt à vouloir construire une société parfaite Société parfaite = société divine qui ne peut être celle des Hommes, vouloir une société parfaite mènerait le monde « à la catastrophe ».
  6. 6. Pour Pascal, mieux vaut une société inégale, imparfaite mais pacifiée. Recherche d’une justice parfaite entre les hommes. Révolution perpétuelle car une société parfaite sans inégalité n’est pas possible Mène la société à la guerre civile qui est « le pire des maux » selon Pascal
  7. 7. Pascal, refus de la tyrannie dans un monde de concupiscence Exemple de ce refus de tyrannie par son hostilité face aux fanatiques religieux Etablir un pouvoir religieux pour faire ici-bas le salut des sujets dans l’audelà Manière de chercher à obtenir par une voie ce qui ne peut s’obtenir que par une autre, c’est-àdire une tyrannie
  8. 8. Pour Pascal la société réside sur des faits régis par: la force des acteurs Les rapports entre ces forces Fragment 84: « La force est la reine du Monde. » Fragment 51: «La force règle tout, il y en a partout et toujours ».
  9. 9. Le positivisme pascalien Le fait de l’imaginat ion (fragment 56) Et de la coutume Fondent la justice qui selon Pascal tire sa légitimité dans le simple fait d’être établie par le société « Toutes nos lois établies seront tenues pour justes sans être examinées puisqu’elles sont établies. » (fragment 78)
  10. 10. Fragment 59: « Comme la mode fait l’agrément, elle fait aussi la justice. » • La nature selon Pascal est voué (fragment 3) à un « continuel changement » , il serait donc impossible d’obtenir une justice véritable et immuable. Ce que la justice devrait être: Ce que la justice est • la même pour tous, pascal ne nie pas ce qu’il appelle les « lois naturelles » • elle est soumise à la loi du hasard, de lieu, d’époque et de circonstances: arbitraire et inconstante.
  11. 11. Justification des faits par les effets qu’elle produit, non pas par la vérité qu’elle requiert Pascal s’intéresse à ce qui est non ce qui doit être D’où cette « raison des effets »: qui vise non pas à fonder mais expliquer des faits et non des principes
  12. 12. • Vision plus proche de Machiavel que de Rousseau dans le domaine politique. • Fragment 79: « Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est La morale ne juste fut, on a fait que ce qui est fort fut juste. » connait que des devoirs Loi du plus fort: « l’épée donne un véritable droit. » (fragment 81) La force prime sur la vertu
  13. 13. Justice et force, complémentaires dans la pratique? • Elle est inefficace car contredite et non respectée. « la justice • Pour se faire obéir, elle doit avoir recours à un arsenal judiciaire (lois, juges…) sans la force est • Ces lois sont légitimées par la force du législateur, de la coutume et de impuissant l’imagination. e» « la force • L’exemple des dictatures modernes illustre parfaitement ce principe. sans la • La force a besoin d’être légitimée. justice est tyrannique .» • Mais conclusion de Pascal: " Ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste." • L’idéal d’une justice qui s’impose car elle serait reconnue et acceptée par Il faut tous sans le recours à la force n’existe pas d’où la nécessité d’une donc les assembler « apparence de justice ».
  14. 14. Ordre politique et juridique Mais c’est « une fausse image » (fragment 14), c’est une fausse charité dont la concupiscence est la force. Il constitue un « règlement admirable », « un tableau de charité » (fragment 113) Ŕ permettant de restreindre les pires maux. Il est pourtant nécessaire car il nous protège des pires maux et pour « conserver le bien du peuple. » (fragment 118)
  15. 15. Disjonction des ordres Fragment 109: « Il y a trois ordres de choses: la chair, l’esprit la volonté. » Chaque ordre pris en lui-même est complet et clos Ŕ « principe de l’indépendance, de l’incommunicabilité des ordres » de Jean La charité L’esprit Le corps
  16. 16. • On ne peut ni se passer d’un ni se contenter d’un ordre. L’homme est pris dans les trois ordres Il doit donc avoir recours à tous pour être fini. Homme toujours incomplet et ouvert L’homme ne trouve la vérité qu’en Dieu. Seul Dieu peut le rassasier mais Dieu n’est pas du Monde
  17. 17. L’homme, « un être misérable, qui se complaît dans des basses occupations, indignes des créatures de dieu. » Un homme faible et misérable Une vie d’agitation et d’illusions (fragment Divertissement) L’attachement aux activités futiles: honneurs, richesses, argent, luxe… Il fuit l’idée de la mort et nie sa misérable condition. L’homme tente d’échapper à sa condition par le divertissement mais le bonheur qu’il en retire n’est pas véritable, puisqu’il repose sur la vacuité. Seule une vie consacrée à la quête de Dieu peut mener au vrai bonheur libérateur de l’homme.
  18. 18. Pascal dit que jusqu’à nos folies, nous restons soumis à « son ordre », à Dieu « cette parfaite unité » (Œuvres complètes) FORCE AMOUR INTELLIGENCE « Dieu n’ayant ni parties, ni bornes. » 418-233
  19. 19. Fragment 126: « Deux lois suffisent pour régler toute la République Chrétienne, mieux que toutes les lois politiques. » La « Cité Celeste » de saint Augustin: « Deux ont fait deux cités: l’amour de soi jusqu'au mépris de Dieu la cité terrestre, l’amour de Dieu jusqu’au mépris de soi la cité céleste. », Cité de Dieu.
  20. 20. « L ’homme sans la foi ne peut connaître le vrai bien ni la justice. » Pascal, Les Pensées

×