Sémiologie cutanée

13 689 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
3 commentaires
18 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
13 689
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
40
Actions
Partages
0
Téléchargements
1 690
Commentaires
3
J’aime
18
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Sémiologie cutanée

  1. 1. Sémiologie cutanée Dr. AMROUNE Sce de médecine interne
  2. 2. Introduction: L’observation de la peau, des muqueuses et des phanères fait partie de tout examen clinique. La peau est un organe externe, accessible à lexamen clinique et aux explorations para cliniques. Les maladies dermatologiques sont très nombreuses et très répandues. Elles sont parfois le témoin daffections générales, permettant ainsi de les suspecter et de les reconnaître. La peau est souvent le miroir de l’organisme; la découverte de signes cutanés, facilement accessibles à l’examen sémiologique et à la biopsie, peut ainsi épargner au malade d’autres explorations coûteuses ou inconfortables.
  3. 3. RAPPEL DE LA STRUCTURE DE LA PEAU: Le revêtement cutané comporte la peau et ses annexes. La peau est constituée, de lextérieur vers lintérieur par 3 zones distinctes:  lépiderme  le derme  lhypoderme.
  4. 4. PRINCIPALES FONCTIONS DE LA PEAU: La peau, située à la limite du corps et du milieu extérieur est prédestinée à permettre certains échanges entre ces deux milieux et surtout à assurer la protection du milieu interne contre un environnement extrêmement agressif. Ces agressions sont multiples: mécaniques, caloriques, lumineuses, chimiques, microbiennes....
  5. 5. L’examen de l’appareil cutané  Anamnèse  Examen clinique
  6. 6. L’Anamnèse : recherche : le maître signe fonctionnel est le prurit et l’on distingue: des dermatoses prurigineuseset d’autres non prurigineuses. Autres signes fonctionnels : brûlures, tension, fourmillements...
  7. 7. L’Anamnèse : les modalités évolutives de l’éruption :  son mode de début : localisé ou diffus, brutal ou progressif  laspect initial des lésions : les lésions actuelles sont elles identiques ou différentes de celles qui ont inauguré la maladie ?  le mode d’extension des lésions  lévolution générale de l’éruption: permanente ou marquée de phases de rémission et de rechute ?  les traitements appliqués : ce qui peut modifier l’aspect de la maladie initiale et gêner le diagnostic.
  8. 8. L’Anamnèse :L’interrogatoire recherchera également les facteursenvironnementaux susceptibles d’influencer l’éruption tels lesfacteurs: physiques: - soleil, - froid chimique: - entourage professionnel, - application de parfums ou cosmétique, - contact avec des allergènes ....
  9. 9. L’examen physique: conditions d’examen:  Il faut regarder la peau, les muqueuses et les phanères sans omettre les plis, les paumes, les plantes et le cuir chevelu.  Le malade étant complètement dénudé.  Il faut exiger un bon éclairage (lumière blanche ou lumière naturelle).  On peut s’aider par un examen à la loupe, un grattage doux à la curette ou avec un vaccinostyle, un examen en lumière de Wood (lampe U.V.).NB: l’examen clinique se base sur l’inspection et la palpation
  10. 10. L’examen physique:Résultats:Cet examen physique recherche : la nature de la lésion élémentaire : macules, papules, pustules, vésicules, bulles... le groupement de ces lésions : lésions isolées, distinctes les unes des autres ou disposées sur un mode linéaire arciforme, annulaire... ou confluentes pour former des plaques, placards ou nappe (selon la taille). Les limites de ces plaques peuvent être nettes ou émiettées. La topographie :
  11. 11. L’examen physique: La topographie : - Topographies électives de certaines dermatoses : psoriasis (coudes, genoux, ...), lichen (poignet...). - Oriente vers l’étiologie d’une dermite de contact (montre, bracelet, boucles d’oreilles...). - La symétrie de certaines éruptions (érythème polymorphe...) Au terme de cet examen clinique, le clinicien établit souvent son diagnostic. Plus rarement, il est nécessaire d’effectuer quelques examens complémentaires qui reposent généralement sur des techniques simples.
  12. 12. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:Définition: C’est la lésion initiale, primaire, telle qu’elle apparaît à l’œil nu. C’est grâce à elle qu’on fait un diagnostic immédiat et par là, une classification de la dermatose. La lésion élémentaire évolue dans le temps ; beaucoup de facteurs peuvent la modifier : la surinfection, le grattage, l’eczématisation, le terrain  d’où la difficulté diagnostique qui peut en résulter.
  13. 13. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES: 1. La macule ou tache: C’est une simple modification de la coloration normale des téguments. Cest une tache, donc un changement de couleur, sans relief ni infiltration. couleur On distingue quatre types de macules : - la macule érythémateuse, - la macule purpurique, - la macule dyschromique - la macule artificielle.
  14. 14. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:a) La macule érythémateuse : L’érythème est une rougeur due à une vasodilatation des vaisseaux dermiques. Cette rougeur congestive s’efface à la vitropression et à la tension cutanée. L’érythème peut être: - généralisé: érythème scarlatiniforme, morbiliforme,ou - localisé circonscrit: érythème fessier du nourrisson, intertrigo
  15. 15. Erythème
  16. 16. érythème
  17. 17. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES: b) La macule purpurique : Le purpura résulte de l’extravasation d’hématies dans le derme qui s’exprime par une tache rouge, punctiforme ou lenticulaire ne s’effaçant pas à la vitropression. vitropression Il faut distinguer ces macules purpuriques des télangiectasies, c’est-à-dire de la vasodilatation permanente des vaisseaux du derme, lesquelles télangiectasies s’effacent à la pression. Les macules purpuriques peuvent s’associer à d’autres lésions élémentaires pustules, nodules, vésicules... Ce bariolage lésionnel oriente souvent dans la recherche de l’étiologie du purpura.
  18. 18. purpura
  19. 19. macule
  20. 20. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:c) La macule artificielle :  Elle résulte d’un dépôt d’un pigment non habituel.  Elle peut être provoquée: * volontairement : le tatouage * accidentelle : dépôt de grain d’argent ou argyrie dans le derme à la suite d’un traitement par les sels d’argent...
  21. 21. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:d) La macule dyschromique : Les dyschromies sont des modifications de la coloration normale des téguments. Dans ce groupe, on distingue les achromies et l’hyperchromie ; le panachage des deux réalisant les leuco mélanodermies. Les achromies: sont caractérisées par une coloration en moins de la peau. On distingue : - les achromies congénitales: albinisme, sclérose tubéreuse de Bourneville, maladie de Fanconi, naevi achromiques - les achromies acquises: qui peuvent être: * secondaires: pityriasis versicolor achromiant, lèpre achromique ;ou * primitives: vitiligo.
  22. 22. Pityriasis versicolor Vitiligo
  23. 23. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES: Les hyperchromie: sont caractérisées par une coloration en plus de la peau. Quand elles sont:  généralisées: mélanodermies  régionales: mélanoses  circonscrites: macules pigmentaires.
  24. 24. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES: Les mélanodermies: mélanodermies peuvent être d’origine:  endocrinienne (maladie d’Addison...)  cirrhotique (hémochromatose)  toxique (mélanodermies arsenicales, aurique...)  carentielle et métabolique (pellagre, scorbut, hypovitaminose A...)
  25. 25. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES: Les mélanoses : le chloasma réalise le " masque de grossesse " mais peut s’observer en dehors de l’état gravide: (troubles ovariens, ménopause...). Il a été aussi constaté après usage de pilules contraceptives.
  26. 26. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES: Les macules pigmentées circonscrites:  naevi pigmentaires  les éphélides: taches de rousseur
  27. 27. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:2. Lésions érythémato-squameuses : Les dermatoses érythémato-squameuses sont caractérisées par des macules rouges congestives, recouvertes d’emblée par des squames. Cette définition élimine donc de ce cadre: - d’une part les dermatoses érythémateuses qui ne deviennent squameuses que secondairement - d’autre part les dermatoses infiltrées. Exemples : le psoriasis, le pityriasis rosé de Gibert, le pityriasis versicolor.
  28. 28. squames
  29. 29. psoriasis
  30. 30. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES: Erythrodermie: c’est la généralisation à toute la surface cutanée d’une dermatose érythémateuse ou érythémato-squameuse. Le pronostic d’une érythrodermie est sévère, il dépend de l’étiologie de celle-ci et de la survenue d’infections cutanées et systémiques sur un terrain fragilisé.
  31. 31. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:3. La papule : La papule est une petite lésion circonscrite, solide résistante à la palpation, de la taille d’une tête d’épingle à celle d’une grosse lentille, résolutive sans cicatrice. Épiderme: verrue plane juvénile. Dermique: Œdémateuse: papule urticarienne  infiltrée: papule de la syphilis secondaire lichen myxœdémateux lichen amyloïde. dermo-épidermique: papule du lichen plan.
  32. 32. Urticaire
  33. 33. papules
  34. 34. Papule: verrue
  35. 35. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:4. Les vésicules : petits soulèvements épidermiques, généralement ronds, contenant un liquide clair, quelquefois louche, jaunâtre ou teinté de sang ; leurs dimensions varient de celles d’une pointe d’épingle à celles d’un « gros pois » :  l’eczéma  l’herpès  le zona  La varicelle
  36. 36. vésicules
  37. 37. Zona généralisé
  38. 38. zona
  39. 39. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:5. Les bulles : La bulle n’est qu’une grosse vésicule, c’est une cavité intra-épidermique ou sous-épidermique remplie de liquide interstitiel avec ou sans éléments cellulaires. Exemples: impétigo pemphigus certaines formes d’eczéma La survenue d’une éruption bulleuse sur le tégument ou les muqueuses doit toujours inquiéter le praticien, certaines dermatoses bulleuses mettant rapidement en jeu le pronostic vital.
  40. 40. bulles
  41. 41. herpes
  42. 42. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:6. Les pustules : C’est une collection en relief purulente d’emblée, contenant une sérosité louche ou du pus franc Souvent les pustules sont d’origine infectieuse, il ne faut pas les confondre avec des vésicules surinfectées secondairement. On distingue; - Les pustules folliculaires : folliculites - Les pustules non folliculaires : pseudo folliculites
  43. 43. pustules
  44. 44. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:7. Les tubercules : Infiltrations dermiques profondes, à évolution lente et habituellement destructive. Exemples :  la syphilis  la lèpre,  lupus tuberculeux.
  45. 45. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:8. Les nodules : Sont dus à des infiltrats cellulaires dermiques ou hypodermiques qui repoussent l’épiderme. Ils sont perçus par la palpation comme une masse ferme enchâssée dans la peau. La peau de recouvrement peut être normale ou érythémateuse: érythème noueux.
  46. 46. Erythème noueux Nodule
  47. 47. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:9. Les gommes : Sont des tuméfactions limitées qui en s’ulcérant, laissant s’écouler du liquide. L’ulcération qui en résulte laisse une cicatrice. Exemple : gomme syphilitique.
  48. 48. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:1O. Ulcérations et exulcérations : L’ulcération est une perte de substance cutanée qui en guérissant laisse une cicatrice. L’exulcération est une érosion superficielle épidermique qui ne laisse pas de cicatrice. La fissure est une érosion linéaire, elle siège dans les plis. (Perlèche, intertrigo candidosiques ou en surface (eczéma fissuraire).
  49. 49. ulcérations
  50. 50. Erosions et croutes Fissures
  51. 51. LESIONS CUTANEESELEMENTAIRES:11. La gangrène: Représente un aspect de nécrose cutanée qui intéresse le derme et l’hypoderme et laisse une cicatrice majeure: gangrène ischémique gangrène septique.
  52. 52. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:12. Les tumeurs: Ce sont des lésions très nettement en relief d’aspect variable, étalées en choux fleur, pédiculées ou digitiformes. Elles correspondent à une poussée hypertrophique de l’épiderme. Elle peuvent témoigner de l’existence d’une tumeur: - bénigne (végétation vénérienne). - maligne (carcinomes baso et spinocellulaire).
  53. 53. Cancer cutané
  54. 54. Melanome malin
  55. 55. Melanome malin metastatique
  56. 56. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:13. Kératose et hyperkératose: C’est le développement important de la couche cornée de l’épiderme. Aux paumes et aux plantes, la kératose réalise la kératodermie palmo-plantaire. La kératose peut être généralisée, c’est le cas de l’ichtyose héréditaire ou acquise.
  57. 57. Hyperkératose
  58. 58. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:14- La sclérose: C’est une induration particulière de la peau. Elle peut être: - localisée: sclérose cicatricielle,ou - généralisée: la sclérodermie.
  59. 59. LESIONS CUTANEES ELEMENTAIRES:15. L’atrophie: C’est la diminution de lépaisseur de lépiderme: - le lichen scléroatrophique, - cicatrice atrophique...
  60. 60. croutes
  61. 61. dermographisme
  62. 62. Acrocyanose
  63. 63. Xérose: peau sèche
  64. 64. acné
  65. 65. Acné
  66. 66. gale
  67. 67. Erysipèle
  68. 68. Mycose
  69. 69. Taches maculopapuleuses: toxidermie
  70. 70. Examen des phanères:1. Sémiologie des lésions muqueuses:Muqueuse buccale: la leuco kératose : ou leucoplasie: épaississement de l’épithélium muqueux ; elle réalise une plaque blanchâtre. Exemples : leuco kératose tabagique, leuco kératose du lichen plan, candidose buccale. La biopsie est obligatoire car c’est une lésion près-cancéreuse. Erosions buccales : - aphtes - herpès - cheilite
  71. 71. Cheilite Aphtes
  72. 72. Examen des phanères: Muqueuses génitales : Muqueuse génitale mâle : Exemples : - balanites érythémateuse : (candidosique, microbienne, maladie de Bowen) - ulcération : chancre, herpès, aphtes. Muqueuses génitales féminines : vulvo-vaginites infectieuse (candidas trichomonas, dermite de contact, corps étranger...)
  73. 73. Examen des phanères:Sémiologie des cheveux: - La leucotrichie: ou décoloration congénitale des poils peut être - généralisée (albinisme)ou - partielle (mèche blanche). - La canitie: est la décoloration acquise des cheveux. -Lalopécie est la perte des cheveux: - circonscrite en plaques dans la peladeou - généralisée dans la pelade décalvante totale.
  74. 74. Examen des phanères:Sémiologie des ongles: dyschromie unguéale: - Les leuconychies ou coloration blanche des ongles: peuvent être: totalesou partielles, ponctuées ou en stries. - Les xanthonychies ou coloration blanc-jaunâtre ou jaune des ongles: congénitale, mycosique, médicamenteuse. - La coloration verte des ongles est souvent due au bacille pyocyanique ou au candida albicans. - Les mélanonychies: mélanonychies coloration brune, bleu foncé ou noire intéressent un ou plusieurs ongles.NB: un seul ongle: mélanome malin péri ou sous-unguéal???
  75. 75. Examen des phanères: Onychodystrophies unguéales. traumatique, chimique, congénitale ou mycosique.  Les stries longitudinales  Les sillons transversaux  Les érosions ponctuées: sont de petites dépressions en " dé à coudre " les psoriasis, la pelade...
  76. 76. Examen des phanères: L’onycholyse: -destruction de l’ongle: mycoseou - hyperkératose:  traumatismes professionnels,  psoriasis,  onychomycoses. La pachyonychie: épaississement de l’ongle par hyperkératose du lit unguéal: psoriasis, lichen plan La koïlonychie: Réalise un ongle en " cuvette ", en " cuiller ", elle peut être: héréditaireou acquise: anémie hypochrome ou par avitaminose C
  77. 77. Examen des phanères: L’hippocratisme unguéal: Réalise des ongles en " verre de montre " Se voit dans les affections: pleuro-pulmonaires, cardio-vasculaires, dans les amyloses, les polyglobulies... Le perionyxis: est l’inflammation de replis péri-unguéaux. Il est dû le plus souvent à une infection locale (candida albicans, bacille pyocyanique..) mais il peut accompagner certaines dermatoses.
  78. 78. PRINCIPALES EXPLORATIONS PARACLINIQUES:  · Lexamen histopathologique  Les réactions dimmuno-fluorscences  Les explorations allergologiques  Les examens mycologiques  Autres examens microbiologiques: bactériologiques et virologiques
  79. 79. Batterie de tests épicutanés
  80. 80. Tests épicutanés
  81. 81. Érythème après décollage des tests
  82. 82. CONCLUSION: Les dermatoses sont très variées et répandues. Leur diagnostic repose sur un interrogatoire bien conduit et un bon examen clinique dont le temps capital est une inspection minutieuse et méthodique faite dans de bonnes conditions. Cet examen a pour but didentifier la lésion élémentaire dont lanalyse et la confrontation éventuelle avec les données des explorations paracliniques (histologie, immunofluorescence...) vont permettre détablir un diagnostic précis et dinstituer un traitement adéquat.

×