La Musique et l'Intelligence

1 026 vues

Publié le

La Musique et l'Intelligence

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 026
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
618
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La Musique et l'Intelligence

  1. 1. NEUR()SCIENCES NffiffiW-ffiet h pop ulent stim lecerveau Ecouterde Ia musiqueou pratiquer un instrument améliorentlesperformances cognitiues. les s'éveillent rNrsrque une com e Jotense { Tous sens I l'lrrtinlJ la suitrrr Ler 1rL micfo ré.!ètentlen]s rnorceanr, le de sanedisoir daùs garage la maisonfamilide. lls c!-ssent nn pen les oreilles de leurs !a renls, c.rlcs, mâis c esl !ou] Iâ bome cause.Toui en s€ lâisrnl plàisa les deujeunes geIù âf mtent. . . leu| ceFreau C'est en tout cas ce qu'ont démonûéles neuroscientifiqres aprèsune peiite décenniede recherche la rnusique stimute les pedor rnancesintellectuelles Cette pàr décou.eteâ été amofcée un àrticle publé dans lâ re'ue bfllânniqua ÀIûlr/1. en 1993, soxs Ie titre < Mnsiced tâsk p.dirrnulccs '. Lc ourl tr picr iltair signétâf txoisàulcrs du !.cnrcr for NNfo|i(togl of L€âming ,ùd X[cnLort dc lun lersité de Californie Inùre, Greg Sha$',tutherine Kr et Frànces Rauscher qui ont réâlisél'expériencesuivà.me. 36 étùdiànts, répàrtis en iJois groùpes,ont !âssé des iesis stardards de QI âlrès à!'où âù préatâble écouié pendàrt di{ ninutes nne câsseire relà{â de rio1l, l^ So1l.1tc !ôxtr deu.r K ?ianas.n 1é TrL.ijeur ttt+E de ùIoz|.n, ou le rlorlrr bruit du silence. Résulrâts: i10 ponrts de QI au comlteul lour lc porùcG Ioupe < sjlence,,111 lui < relaaiion, €t. lLg lour le groupe< X{oz t, I Ecoûer cette sonare enleée induimit nn étatd'hurnen] d'éveil €t opli mâl qni condujràit à de plus nauts ni€arlr detredomàrc€s à destestscognitifs. llejllellrs que . l outc.rs derester nri' dir rl.cs dansle calmeabsohr L( cftt X'loz1' était né Jusquedansles âl]]lées2000, I'e{rérience étéreiedée a !âr plusieurs équipes, âné]io en rànt les protocolesde re cherche, élà4jssartle pânel en rlesqjets, enconpâràrràussi et lesæu1€s lllozârtàd'âuù de es 5i lanru::iqr..ie esl :r, rl'rli]. iÉr I r::rr ' n l r r i - , rr r ' , i r , ' , r t r r lebénéf er-rt ice riexr dlez cerl'{ qui écoutaient dt:llt)ot. I C..lûrrû hh? qxc lPs bûPJ:i(estu l'/!Itu1. tù1.i.ak! sut les m?ûù.kis ()ltùitltcs sa)tt tlus ù nilnenryoùtî|ft quurLd. nusique esLappÉ la pat celLtiqu;, L'ëcaute '. ciéê. conclut Glenn Schellenberg. Conîmàtion de SéverineSamson,pfofcsscurr dc lsxchologir: à llùivelsité de Lille et neuro psyc-lùnogne l'ha)pitil dr là Pi à fdsrbêtûèfe àPa]is. i I"?Jar" tLrhi nûrsi{tk ed sleLia Ltut ;.i L'est!u: s"ét:i:littu( Mtzart, à niine s iL est ùtri .jue I n.il es lrnrlELé p.11'lP æ1tr:i dtr rtusi(.ien atitt';ùie en bÈs du .lôrt. eù 1(Li.s.tL .aùnlat. d!fiu.n i.qltedc se-.û'ùtp.si tittL.Mdisntrltr )n|Len ) e! LiLé but auss; bien pùrLetde t'e.lJbt rn?, L'.ttt:et StùùnnnL ou llieLx, si l'écoutemusi(lle p.rs i _ , ! L r ) r _ rL n lt r . . t si.ea un bénéficeà coLùttenne àrâé, lâ pràiiqùe d'un insirumusiques àvcctlus ou rnoinsde ment àuràit, elle, une àction succès.Er 2005notamment, puissrnie el durâble. En 200d, ClcùL Schellenbere. délatedu Glenn Schelenberg, roùjoLlf s mcnl de ps)-clxnogie l'lmi- lui, mène une nouvclleélude de vc|Sila de tronlo lOanadâ). sLu14{ enfarts de 6 ms dirisés lesie nn la.rgelanel d enfants en .tùalfr gr'ûrpcs. cnl0ls Lcs âgésde 10à 11iùs qui écoulent du lrenier suil.ent descolrls de soit de là rusi{tùerro!, soii du liano pendmt trente'sijr seX{ozàr1, bnin disûÙent entre nulrles, cen du derl-nène des ou ou. 1". cherchen.obsen€ alors cou|s dc châni, ccrL drLlrci q'lê le scoreà nn des delr]ltests sièrùc dcs cours dc lhéàlrc, .iognil]1ista'r{lards erercic€ ceLLdu qùauième ricn. Neuf {un dii pliàge de p.tpier) est su!é- m o i s p l u s t â r d , l e u r s . . . 76. SLLINLLS!T 'ElR tr(,TrjlRl200q { ffttss&t8E MUSIllUETo ê AtE:e gânrnre colvrem qu une odave. l2 notes C€s se 'aLrife, gravel'agLr. du à TEMPo: déternrnev tesse a d'exécuton plèce d'une BYTHME : déiermine adLrrée HARII]0NIE:c'est artde pour rendre Ês agéâb à Ês !ISS0NANCE ; correspond à unensemb sors e de donl: succ€ss lasmu onou tanété
  2. 2. NEURl)SCIENCES .ore de l'érechon poils,le des . ,. fameux ftisson mxsicàl Le colpsréagit,le cen€àuâxssi. Limàgeriecérébtà.le lé en noigne. Des équiles, doni celes de Baxbàrà Tïlnurln. du Laboràtoire neuosciences sen sorlelles, comlorteme.nq cogni tion de l'univelsitéLvonI, ont établi qu oulre les âires àuditj.es,ia musique acti.edes aires impliquéesdànsla 1nénloire,dansla si'ncluonisatlon desnow€rnents(pourrlànser ou battrela mesure) âinsiqu€ .le cen'eau émotions En '. des 2001 déjà,RobcrlZàtoûo, de l'uniYersité }lccill (Uontxéal), s€ londàil sur ùne étudepàr TEP(bmogrâlhiepdx émission que de posilons)pou ra1'é1.:f leszones cérébntes plùsâc lcs livéeschezdesàùditcùrs ériou qu'ils ai tânt das musiques maient faisaient partie du cucuit de la récompense de et l éveil.* Crs stzrrrles sonl pow et12 c'.ntues tlcIlresen tétttuLùtue. ULpaû.)in que h rtponeeà rlilLhessti.n'ulieun1xLsMèttssont nèiuèm quc LeSloDol ,Uolri'deïvalù vous tào'rranl",, estimeRobertZàles 'nirL.nusi.iial, dar: bcau domele bourdon, Shlisjtrlt z toûe,roïtû.]t sne. h nautri ' ûup tl'dîtititi m'n m.usi.:ûks. des Rolling Stonesroùs Lû. au lesdrôgues. Où s?it ? Mab attmticn, ce n'est ],.Lyu.'r rcquinque lâjoumée or égâleirent aujourdhui queles lou| .. désespojr, séÉni- fansses notes,eles, activent le elJettwltiAue.t d)ltuL Cebhri- 1n:.1.Gàieté, Jn:eet rrrbab"zent Iié t1u Jdit té. colèreet ioutzeslerùs nu- gl rs paranipoccànliquequi que lû pnt.tique ù la ntLtiAue ancespossibles sont autant engendre sentimentdésâun que profondes peu- gléâble.Quantà unemusique a éLiaP d6 !.u:ul6 klks que d'énotions I dt|etLtinit, la tùûnaiïe. La vent déclencher l'écouteou la histe ou angoissànte, solielie ûn eùflti()l lû dis.:ipline et prâtique là musique. de C'est citeenprenier lieul'amygdale, nous imphquée leslhénornèrcs la, earhnau,a dettuhes pouquoilâplupârtd'entre dans 'notri.es u.$i. Ulrré l'âpp .iieni iân1., polLrsâlorte depeùr. pctitcsl.ruc Sàrscel1.. capacité proroquef état ture cérébûle,la musique à nn des émotiomel émù films d'horreurlaissefaitle latifllier. Ces indilïéfentl tionsrnusicales sort€Ies Éelle spectateur par ment récues I rndrijdu?Oui Cequi nonstouche da.ns une Piusieurs études mesures chanson sontlesparoles, de ce arla physiologiques rér'éléque b'sées les airesdécliées pa.r ont au (aùesde Brocàet werles émotions nùsicâlesengen- lànga8e drâient des modifrcâiionsdu nicke]majslâFrtie jnsh,'nenr$hmecrlrdiâque, æsDiràtor€ lrle, seule, aionslespoLlvoirs ou encore la conduc- pournousémou'ojrEn ,005, de l'équiped'Emmanuel ... ... càlacités co$iti!€s sont ér'aluées, queleur QL Biarnsi lân: si tonslesQI ontaugmenté âptitude. nsenfâ Ceta nts drùât cettepériocle fait norraient pÉdispôsitions des m neur, klaxon ta... âu ce Lrn nlal en!ûlorle d'apprcntlssage qui cérébnles leu pennettent intelrsif ceux desSroupes ( nusicaux, (pià.noou lioix) . lorellleabsoLue,sont que les nates nanière de âbsalue. ont llus augmenté référence, d'ideni (oudê fier auiresEn 2009, JoselhPiro et pfoduif€) halt€uriona de révéleratt si lbnfant que la e CânuoOrtiz,del'ùniverslté de sut noies isolées inné Dof ou LongIslard @tâts-Lrnis), eri]roun entraînenentlna.n'met es .lurant pérlotle a c q ! s l D e p r i s p u s d ' u n nolesl ùn de une sentà l€ur1.our groùpc .16€nfântsdc 6 ânsà u,1prosèce a con1rclerseraft rage. cnflque avant dbnviran l'âse gr nmed àpprentjssage DanieLLev spéci, siede tin, musi6 ars., Aucun d'adu cas te acognition dLr ei cetuea! câ].Di{ nois plustâfd, les enayantacqu don leiard s ce sur à 'ur veaitélilcGillde fântsdu lrogmmmemusicâi naer elTet rélérencé été à Moitréal, passéau bLe cejourDânie Leviin esiime a cr affichenldescapacités lec de rornbrc d'étLdes Écenl€s lnre supénenrescelles 57 à des p a r u e s s lu rq u e s t o r . Il v r e propon Dealcolp p!s 0n a enfa.nts groQetéùroi.. du 4Il,u auftnt ùnc .lastun tfsû mportanielapopLrlaiion de sesconcusons: ( // semble '.ntrc possèdecedonmas gnofe, dr carnpétetu:es npdrft^ ry disti nsuerI'infiue nce.le mlncak-, etnotl1ni!"ticola, 1,a sume Sé.erine Sanson. ,ïr à lâge requis. I'envt nenent d anscette ran siqu.e un .rutil puissantqui est njdètÊ]e.:meoiu nJû).J,ivnlt deoh114ri.(,N.j dtlV.p,nte. dnw à za et cérébrotes k1!ôts. > I'inteiian r). 79). Le bénéJice 1 Le circuit la de <Nûmbre t,ntl xxr.tlt)tt..etLr rL'el !&t tûornentxi! il, estslt - 4 récompense d. s'aclive foreille absoluetravaille se d,e GleLt S.lLelLeLbelu,I ak he 1qu'tl u o.beaucôu:p go.à t? lner à oipprerLl h m usi.lue, conclut kâbele Pereiz,lrofesselll depsychologieà lnnir.eEité de X[ontré!.I,cofondatncedu l,aboranrûeintemâtional de rc che.che sul le c€reâu, là mu siqueet ]e son (Bmas) et pion rière dils ce donâinÊ a/'1" t stesse...-s'etp m€nt
  3. 3. , I I fnïlTilïl{n p,ofesseure psycho de ISABEtLE PERETz, dudéparremerlcreose ,!five^itéde !roniféâ, codirectf du LablrÉioi€Brairs Lce personnes âgées, t <Chezles *lebénéfice immédiat> est vous êt€s pionnière dâns la r€cherche sur le ceNeâù nusical. Comr€nt ai'€z-voùB convâincu vos conftèrcs de connrillr Le lbnctiomeNent cé, rébnl er sénéml.Noussomres passés url€peliie ceniâm€ d de chercheursà environ 500 âu joud hui àtar.eË l€ onde. ( En 2000, conféf€nce Mulà Votr€ làboratoile est désiqueei c€neàu, que nous sonnàk le plus lùgl-tech qùi àr'ionso|ga séeà la NewYork ! o i t . . . r v e c u n p i a r o à m A c à d e m yo f S c i e n c e , o ù conftèr€ Robert Zatone{codi les lrojets defechelclÉ sesoni recieurdeBralns)ei lnor lilême nultipliés ei er ,00;. noùsno!.s un dolésdu Laboratory à corLslllua toùmàni. Aù!à somm€s lor B|âi UùsnrJnd SoundRe quollaje trâ!ârlrls delujs les seâfch(Bmms).Entf€ autres ânnécs1980étâii nurginâle, équi!crrcnls ex*]ptiornels, vojremalwe par la connlrunan- nous djsposons cflel d'ùn en té scientifiqne,qui re la consi- desmejleurslianos à queue du pas déra.rt conme xn objet de monde: il est iffomaiisé €r rcchercheséd€nx.A NewYork, équipédu sxsiène d€ déiec ele â gâgné légriimié etnons don desmouen.n$. r_ordina sâ cnrisibilile. Noùsâvonsen€lïel teù P€ùt âinsi reprodùirel€ le dù dânsles lrour'é qu'étudier cen€au touc]rer r)usnri€n mnsicâlcontlibuait à mieuri noindres nuânccs. Noùsâ!.ors aussiaccèsà ùne sâlle de des€ffetslosilifs d€lâ mnsiqne. corceÉ oiL lcs !âramètres Nousrous iriéressons é8alephJsiologiqùes 50auditews rll€rt à ceù,{qui re salent pâs de et du cheld orchesbe leuvent êlr€eùegistrés simultanémeni, C o n n e n t s o i g n e r l e s âirsi quà des alpâreilsde stnrulation cérébrale,EEG, Nousalons rccruté desaitolesi (le 2mX{ ùnPct-scdn .. cerls amnslqnes tesr peut Yotr€trâlail se corcentre êtreréalisé ligne:J. pr€en La âqioùrd'hri lur les p€r- mière étap€de ler"éderce est qui , sonnes nra€ntendent del€lÙcorner nr ba.lâdenr loxf pâsla mùsiqùe. Cett€ .ùnù- qù'ils écouicîl soii de la mx siqùe, dcshls|oires,ct dtn! soil si€, est-elleincuàbtê ? Enhe5er159idelà popù]ârion sen er leùrstrcgfès. Dâis un poùr'là deûxièmc lcmps. ils suiEoni n oni àucur penchr.nr mnsiqu€, inca!àbl€s re- ungt mjnui€sdecolusd€liâno sort de co nâitr€ mélodi€ de parjouf, cetie année. NonséhL nle on chùrter ùIonéquip€ ex- dierons Leurceneau ar,ant et lusr€. pLorc ceNorll€rtla possibi- aprèsaplrentissàge. .n Comùeils lité due originegénétique sonl enlhâse d€llâsticiré .iaÉ à cette anlusi€ei enl,isage une brâleimpol1 t€, ùneàméliorâ réédLrcation, que jndir,j- iion delrâri êir€ visible afn les dus toxchés bénéficiel Fâut-i] encouragerl'âctiviluissent té nusicale, ch€zl€3 €nfânts, les persollnes âgé€s? Il fâut sdmLrler l'intérêi desen iârts lou lâ nù,iqùe.c'estsill car les bénéfices sort ar'â€s €t rejaillisseni sIrI toutes les conn€xjons cérébrales, lo1]€ à teme. 0e qu on sairmoins,c est quechez p€lsomes les âgées, le bénéfice le comportement su| esi égalemeni énome, innédiât ei sansaucun€ffet secon dâlre.C'e$ ù vûitàble . apai sant , ou stimulani nàhuel. Labs€nce musique de dansles marsors de retfàlte est une par Propos recueillis E-S- *Àvtz-v0us f0REtLLE tuustctEtil{E? possède despianos plushigh,iechau A Montréal,Ie lâboiaioire Brams un les monde. lordinateur auquel il€stGliéDeutreDroduireletoùcherd'unmrsiciendânssesmoindresnuances. *ss.braûs.!h0nÙeâl.câl 2009 SCIENCIS AIENIR . 79 F.T OCTOBRI I
  4. 4. fnfiÏilqffll pforesseure ISABEILE PEBETz, psychoose versiiér4onrféai dLrdèpaflenreirtde de,un de codn€ctrd! LaboraroirÊ ce Brams ' <Chezlespersonnes âgées, le bénéficeestimmédiat> Vous êtes pionnièr€ dàns lâ recherchesnr l€ cerveau nÉicâ.I. Colnment avez-mù! convaincu vos conlrères dê coruuitre fonciionnement l€ cé rébml gélér"nl. sornnes en Nous d'uno de !âssés letite centaine chercheurs€nlifon;00 àuà jorùd'hxiàtr,*€|s le monde. . Ën 2000, conférence I{u lâ Votreleboratoire déest qlli si']ùe et cerreau, qù€ nous soûnairIe phs high-t€ch âviors orgàisée à là NewYork soit... âvec ùn liano à ,{cad€my of Science, mon conftèfe Rob€rt Zatore (codl recteùdeBùns) otmoi nénre a constituéun tonmari Anta' mvant, c€tte sc'erce sur là' qu€ll€ je travaillais depuis Les années1980était Narginale, loire nx'lnc !àr lâ conlrnuàù lé scianiillqùc, qui ne là consj démii pâs conm€ un objet dc reche-rche sérieLlr. N€wYork, A enea ga€né lé$timité €t noxs sa envisibilité.Nonsavorls efiet en frouvé qu éhrdier le cen.eau musical contribnaità mi€ui aussiaccèsà me sâlle de des efetslositifsdelanLrsiqu€. conce où les !âràrnèlros Nous nousintéressons égalephlsiologiqùcs 50auditeus mentà ceu- n€ saï€nipâs qm de p€lv€nt el dr chefd'orchestre êtr€erucgistrés simultânément, Comlnent soigner l€s àinsi qu'à des âptare;lsde sdnlulâiion cérébràle, EEG, Nous 5 àvons rccnté d€s àdoles: IRM, P€tscân. nn . (le cents arnusiqu€s r€stleut Irotre hâvâil se @ncentr€ êtreféatisé ligne+). preen La ks proj.tsderccherche sont aujoùrd'hùi sùr les per, mièrcétale d€I e&ûienceest s€ qui multipliés en2005, nous sormes nl entendent deleurcori€I m bâ]âdeur , pour et nous somln€s dotés làbôrâlory pa! la mulique.Cette.âInù- qu'ils dû écoùlent de la musoit for B|ah.Mnsic SomdRÈ sie' est-elleincuâble ? àrd sique, dcsllst^riros, d'ob soit et search[Br tls). Enile âurfos Entre et 15%dela popdâiron serl€rlaùs progrès 5 Dmsun pour équi!emenis exce!tionnels, nbnraucun lemls,ils sùiuont lerchâ-nt 1â deLllènle nousdiwosorls €ff€td'un ltùsiqùe, incapables r€, ling mnrûes cours piârlo en soni d€ de de pianos queue connâiirc mélodie de larjonr, cetteâmée. des n€illeurs ùn€ à du ou Nous élùjuslc.Nonéquipe monde il estinlormâtisé chànier et ex dierons leur cerreana'àntet en équipé un systèm€ dét€c- plorc c€momeni d de lalossibi' après alpreniissage Conmeils génétique sonr plùscdcplâsiicilrr tiondes monements. Lordrnâ lité d'une ongLne à en céré teul peni ainsirclrodulrele cetie amusle enrisàge imlortânte, âmélioE une €t une brâ.le toucherdu mnsicien dallsles réédùcatio qn€lesindin- tiondevrait risible. ébe afin moirdres nruchés ruarces. Nons àr,ors dus l'ârtivi. luissenibénéfici€r Fàut-il €ncoûrâger té nùlicâle, cheztesenfânrç, te8p€Eonnes âgées ? Il fàui siimiLer I'i]rlér'êi en des frntslour ld mnsique, sûr, c'est carl€sbûéficessontâérés et rcjaillissentsur iouies les comexioN cérébrales, à long teme.0equonsaitmoins, est c que chez lemonn€s les âgées, le bénéfice le comportement sur est égalelllent énonne, imné' diàtet sarsâucureffeisecon daire. C'est iéritable. apàrun sânt' on stimulant natLrrel. Lâbsence musique de darlsies maisons rctrâiteest une d€ | Éelleabsurdité par Propos recueillis E.S. : A Moniréal,le plushighiechau laboratoiG B6mspossède undespianosles monde. lordinateû auquel peutreoroduire 'l esirelié letoucherd'un musicien ses dans moindres nuances, *ÀvEz-v0us f0REtLLt tullstctfill{E? Tesi ligresur en estedu laboratoire r Brams wrr.brânr.umônÙBâl.cal 2009 SCIENCIS AvENlR.79 OCTOBRË ET
  5. 5. ilEUR0SCtEiICES Des vertus analgésiques a I estunivesellenent a adnisauela musidue pout rcconnue sesvetus Ele peutête unstmulânt ouà Iinverse nôyen un , dedininuet]e stress. peLt Lamusique rnême s des " Deputs décennies, ]a nustque canstaté, est distnction à lénotian ou postwe suscitée Unde I nôsdoctannts, ath l4 ieu /'erqréi-" poursu a t ", cherclr€use delvlortréa. dlx-huii volontâires à des désagréables, ence, ens agréable désaséab ou e. a mlsqle agréable i réd! I'effet uslcaI dé passe n conclut lsabelle Perêtz. Les vertus â rnLrsqre de m eux m eutéiud en ées. gésie, aussi Ana mais Jacteur Écupération de vasculaire cérébral, bon pour sysième o le card vascu re,llite conire a ladémerce... sujeis es iniel]raiioraédtéepar e, Sage, tulée iit Muslc ard ... Bjga.nd, Lâborâloire cette connâlssance du imllicile d'étndede l'apprenl.issâée du engcndrefa des attentes. Si et développenent (LEAD) de quelqu'unnons dit ( t€ :i0," a I mivelsité de Boxrgogneà Di- d,?s.. ,, noùs anticipom le mot . jon, a nontré que ceiie réponse ( ?agï1"s ,. Eh bi€n en muémoilonneltesun€nait 250mil siquec'estpârÊil.Tel accofd, lisecondcs seulement alrès le telle noie ou lonâlité appelle début de l'écoute. Soit aussirâ tels autres,àutomaliqucment. pidemenli que le réflexe dc Sansen àvoir conscience,l'au rccul devant un dangcr En un ciin d æjl, le cen€ar re!ère les grândes caraciéristiqucs dm morcean.l,atonaLté agmùnes) j le node (majeur ou lnineur), le Gmssd1}ro.to, 4ihm€, letempo. ùn air en node mqjeLuâu tem, !o mpide suscite lâ gàieté,I'es!oir. - . Alors quele mêmeajr.en modemineù et tempo lent pro voquem trisi€sse ou mélarco du mtaicien esi rlonc de clécr lâ sùfpdse sarns s'éloignortxop du sdéma connu.Et su]1oùtd€ sâvoirlrolonger les âttcntes, rekrdcr les résolutions, pour engendrcrù nidimr,.n depiaisif. Lorc dne conférence àu Colège de Frânce, Enmanuel Biga.nd écouipr à son audifait tolc un e{rait d nne slnpho nie de Tchâikolsh/. On eniend rùle nonlae en puissance des instlumentsj un plateau, suiù d'une explosion orchestate, le i coup de cymlrâ.]e... Trft.ot tô?|.skA rctrfiJ,e I'cq)Ias,ion, le nanmt uttffi.dt1i, quelques d,e paut fu|rc (nîte Le sec1ndes suspenseet lP.,pL.,kir d{, la résolritrn,, anàlysc le cher diteur antlcipesâ.ns cêssêce cheur. Plus ces âii.entes, ces Dans un deuxièmetemps. le $ri va sui,re.( C €sl cr qr'rr tensionsse multiplient, s'encenreàu vâ écoutef plns fine oApeLlE JùtenlLr;N(r:t' "l'att châssenl plus fod]] seraI'er.pê meni lâ stntcture du molceâu plique Enlnunùcl Bigdnd.Cette dence nusicâle, l'émotion liée ei en tirer du llàisir ou non. atrenre Imrôque m na6 une à lâ #solution de cestensions. Comnent ? NIêne s'il n'a jà- L sian qù setfl sôuldgé.c:t)txr est nais fâit dc solfège de sa vie, kt "résalutiorl" .!ui 1r1 nlue 1l [a mémoire r, solliciléeétendue ei tout individu esl un er?ert en d1,?1ar&r , Tout l'âr1du com musiquequi s ignore.Depuissà poslrexl esr oe Jouer ù€c ces Quahepel.sorùles âgées soufnàissarce,l'eiftnt acquiet, en attentes.Sil'àudiieùJpânient à i:ni de gavestroubles neuro écoutantberceùses, musique préroir à toxs les coups ce qui logiques dont desdémences anbialte. . ., lês taxanètres de và sui,re, rl fouverâ lâ mNique deble Alzhejner obtierment la mùsique de sa cultnre. Lcn ennuyeuse.Si âu contmire, il le mêne scorc à des tests fâni. occjdent?.I egistfe ainsi est surtns en pennanencepâr de mémoifedepàroleset nu e les lois de hiérâ,lchie entre les dcs ( violatioN hâmoniqùes ), siques 90seluors bonno que en ot€s,les accods et I€s tonali- jl épfou€râ nne sensâtion dô santéIVoici le résuliâtsx4re tés, qui régjsseni aussi bien lâ sâ€réable, son ânygdâle cé nantqu'apubliéenjuj]]el der car nusique clâssique, l€ rock, le rébrale (impliqrée dâns les nier l'équipe LolâCuddy, de du jâzz, Lapop ou âutre... Par là phénomènesrle sfess el peur) Music CognitionLàb de lâ sùite, tout au long de sa vie, s âriti!€, c est pour'é | h géni€ Queens Univelsih à Kingston Même s'il n'a appris lamais lesolfège, tout individu un est expert mustque en AO. SCIENCES ETAVÈNIR.OCTOBRE 2OO9 Ë
  6. 6. l : : (ftlladâ). Ul.pothèsed'Lme Ir! 1âi.ive lrésen'ation des aptitutlcs musicalesdes pritients Alzheimer qui présententdes iroubles de la néllloiJe et du langàge sembledellus enplùs éiàyée pâr les obsen'âtions sur le te àin. Plusprès denous, desâteliemde chantshebdona dàires ont été lâncés dans lâ nLdsoDde retrâilo les Perprès de Càenjlar le vench€s, docrêu odrle Letoftù àssociée à Hen'é Plateldu laborâtoircIrsenn Neuropsychologi. cognilve et neuroanàtomle fonctionnelle de la rnémoire hunahe Lesé]èves DespàtientsNzhei ? mer atieinls detroublesnussils de la lnénoire. -{u bout de huit semalnesles malades soni câ pâbles de càântef la nouveilo chaffon I Lrnecapacité qul va pemjsterllusieuls nojs, là mu slque éi2rl. nieu- retenùe que les pâroles. Cette e$ériencê de tenajn - et d'âùres . renforcée lar. des éiudes de n€nro rnlagerie.lève un voile sur lâ si.ruûure de là mémoire nrusicrle. Àins], selon Hen'é Plâtel, nlêne si les réseàùr neuronàù-r&r lar€âge et ceux de lâ nùrsiqueont unc certaine lroxinlité, ils sont distincts et indé.pendants.Ce qul p€lmei, mêmeà despcrsomes àyant une grande djlficulté à pardersuil€ à une àttâqùecérébfale (âphàsiques)de pousser la chansonnette. études Les monl.rent égàlemei quelà co gnilionmusicâle distribuée est dars les deu-{ hémisphères de nunièredlffuse contrairenent àù langage co qui la rend,visiblement, leâucoup 1à musiqueà t'échele del'évolu tion hrùnâine." Pru tdrtes ks .:iùil'isatiôtÉ elLea été ?,:entieLle.ELL!cst utilisée tollr lransnellft le saLoit turis ûLst'i poLr oÂsù".!,la cohÆiLtt soddl... " Pour r,ssenbler les foul€s, on n'â" en etret, encorc Prs trouvé mieux que là mù dappadenance quc cesoit lols desrituels /f te besoin sique, 'f estcomblé socièu-{dc célébÉiions, d éé Là musique esfclle utile !ou} nements sportifs ou... de I'espèce hlunâine I N'est-elle gùene. Una étude suédoj,cca !âs seulement ùn artefàci montré en 2003 que le tàu! comme le penscnl cel1ams d ocl,tocinc. ùne homone pro cher.iews ? SelonisabellePe duite pà.r le ce .eàu qui pâr1i reiz, il faut consûéref le rôle de cipe à contérerun seniimentde Le d'oreille ver s'incruste senDte touerenboucle., qu'adéveoppée uneidée Américâin 0liver Sacks dans avez'vous athâpé . ver !n sor li're L,lusicophiliâ. Nous : a u d i T , ,c h â n s o n p a dê d e sonnes letlenententourés t ou de chafsonquvousobsède. nustqLetnrntenanpueque ' Dansuneétudeen couts natre}stène auditifen êst nausavans que dëcauveft les surchâ Celaprovoquera rEé. it veÊdbrctllesont trèspraches I appatition piusfréquente de de la veian ariglnale la , de vels audlt/s. l/lâis pourquo lrransDr, eiplique vie Sy cesrltourne obsédanies es ? ' Peut-êtrc versd'areille ces Iui vers de Vlofhéalet té atdent-ils lâ réEulalon à chercheLSe laboratoif âu e énationnelle, aident ou unettacennésiquequi coffi âr1ce, àugmentaitsignilics hvem.ni chez des chanLenNet Leursprofèsseurs de chant, aprèsl€ couN de châit. En ma.Is 2009,l'hsiitutMàr ck (AllÈ n magne) et ]'rLlriversiléde Sâ.lz bourg (Auûlche) âppotent une nute donnéesu4renante. Huit duosde guiiâxi.stes €quipés sont d'élecirodesqui emegistreni leur àctilté cérébràle tândis qu'jls jouent ensemble cond nn lnorceâu de jazz, 60 fois de sùte. Suqrrise,de fépétition en répétition, lcs ondescâébrâ.les desderl musicrenssesynchro sent ) < La nusiwc tépandrtlit à, url besôi b.iolaaittue II ryryo.11r, tu1tu:e. a,ur P Ir.ê eù er teg npe socid, I'erolutioll a rdLt tlonc ca'nsené nans le cen).aL Lûxtrdiitl ùt tdptlcité ù îessentir des énLôtiansa|)ec kl,m srquecôlhmeun mollen Elenâ ender S plus Pour savoir en gMusicophiliâ, o wr sacks, Seùl.lln homme,lrappé par la roudr€seréveille méomane. Un autr€, alteintdedéJic t menta némorse2000opé És. . Autanid h sto resexiraoÊ dinatesnaréespârt€cétèbre neùro osue. ireabsôûmeni. A te ceteâûdeMoza( Bernard Lechevaler O,iilelacob. f0rcillenusicieinE, aude c l l e n r C h o u a rG , l m a r d . i da . ocToBll! 200q scTINc! tIÀvENIt. 8t ',.

×