CONFERENCE"Les adolescents et les politiques educatives territoriales"Cette journée à pour but de réunir au sein du CSJC A...
Lobjectif premier du CEL est laccés à lautonomie et lépanouissement de lenfant, M.Delplanque souligneque ces objectifs son...
Pour finir,sont abordés les questions telles que la mutation culturelle, le fossé générationnel, la place delenfant au coe...
Marylin Richard , animatrice au P@M de Folleli , témoigne de sa motivation et son en train à travailler àpartir de rien av...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Conférence ados et politiques territoriales du 25.09.2012

257 vues

Publié le

Mardi 25 septembre 2012 au Centre du Sport et de la Jeunesse de Corse. Organisée par la Direction Régionale de la Jeunesse des Sports et de la Cohésion Sociale en partenariat avec le CSJC et la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations de Corse du Sud

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
257
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
69
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Conférence ados et politiques territoriales du 25.09.2012

  1. 1. CONFERENCE"Les adolescents et les politiques educatives territoriales"Cette journée à pour but de réunir au sein du CSJC Ajaccio , les coordonnateurs, animateurs et partenairesinstitutionnels autour de cette thématique , de manière à explorer ensemble de nouvelles pistes deréflexion,dactions, dans une recherche constante de dynamique et de cohérence éducative afin de co-construire des réponses adaptées aux problématiques de la Corse.Matinée 1er partie : parole aux institutionsDans un premier temps Monsieur Aribaud DDCSPP ( directeur departemental de la cohésion sociale et de laprotection de la population) se positionne autour de la question du devenir des adolescents en Corse. Ilrevient sur des chiffres temoignants dun nombre important de jeunes inactifs sur notre territoire ,moyenne plus élévée que la moyenne Nationale.Il propose donc de mobiliser les dispositifs economiques nécessaires afin de pallier au manque davenir desjeunes.Monsieur Aribaud poursuit avec les CEL pour lemancipation des jeunes.Lobjectif est que laccés pour lémancipation soit égale en zones rurales et en zones urbaines.Il nous propose donc de nous interroger sur les methodes adaptées en terminant son discours sur le "comment surmonter ces difficultés daccés".La parole est prise par Monsieur Pasqualini DJS (directeur jeunesse et sport ) à la CTC , celui-ci restitue lerôle de la CTC par rapport à la Jeunesse en faisant un retour sur les lois ainsi que sur les compétences de laCTC .Il propose de mettre en place une réelle synergie ainsi que des partenariats dans le but de trouver dessolutions face a plusieurs problématiques que rencontre le public jeune telles que lemploi , la santé ...Le discours de Monsieur Pasqualini ce clos sur une nécéssité au regroupement autour de cesproblématique, spécifiant que la CTC ne peut se retrouver sur tous les fronts.Cette première partie se poursuit avec lintervention de Monsieur Delplanque conseiller pedagogiquedepartemental à la direction academique des services de léducation Nationale.Pour commencer , Monsieur Delplanque revient sur la création du CEL et les transformations que ce derniera subit au cours des dernières années. En effet , avant les années 1999 le CEL concernait exclusivement lestemps scolaires, dorénavant, le temps periscolaire est egalement concerné , ce qui permet un équilibre.
  2. 2. Lobjectif premier du CEL est laccés à lautonomie et lépanouissement de lenfant, M.Delplanque souligneque ces objectifs sont aussi ceux de leducation nationale.Par conséquent cette derniere sassure que le programme scolaire sétablisse dans le sens du CEL .Pour terminer , Monsieur Delplanque prend le soin devoquer les chiffres, qui apportent une idée plusconcrète de la mise en place des CEL , 77 écoles sur 112 beneficient des CEL en secteur rurale. Ce qui nestpas négligeable.Cette 1er partie sachève avec lintervention de Madame Corine Durant, conseillère technique a la CAF , quià pour but de faire connaitre les missions dactions sociales.En effet, la CAF recquiert la compétence de maillage de propositions dactions familliales pour bénéficierpar exemple de structures à vocation sociale , mais aussi pour la création de centre de loisirs ...Madame Durant nous propose donc de nous interroger sur "que pouvons nous faire de pertinent pouraccompagner le public adolescent dans leurs loisirs".Nous remercions chacun des intervenants ayant participés a lenrichissement de ce début de journée , et ,allons à présent laisser place à Madame Agnés Pecolo , sociologue et maître de conférences.Matinée 2eme partie : conférence Agné PecoloAgné Pecolo , comme évoqué précedement est sociologue et maître de conférences à luniversité deBordeaux .Spécialisée dans les questions de jeunesse liées aux médias , a la consommation et à la culture , elle nousfait part de ses connaissances en la matière.Lors de cette conférence , Madame Pecolo aborde donc plusieurs questions.Dans un premier temps elle nous fait part dune vue densemble sur ce que lon nomme "adolescence".Différents stades devolution , des données chiffrées, le processus, mais aussi la place des parents , lebrouillage des cycles de vie et la représentation de ladolescence dans les esprits , par la sur-médiatisationde cette période de vie.Madame Pecolo nous informe aussi sur le contexte dans lequel évoluent les adolescents.Elle nous présente alors le contexte famillial et son défaut a pousser ladolescent vers une quête deperformance, ce qui le rend craintif face à lavenir, est aussi exposé le contexte scolaire, là encore il leur fautfaire preuve dexcellence , découte et dingurgitation . Le lien social avec ladolescent est mi de côté et , cedernier nest pas considéré en tant que tel. Sont aussi discutés limpact des médias (net , télévision radio, livres, cinema) et linfluence commerciale àtravers les marques.
  3. 3. Pour finir,sont abordés les questions telles que la mutation culturelle, le fossé générationnel, la place delenfant au coeur des familles, le comportement de ladulte/copain , et une conclusion nous conseillant deprendre en compte tous les facteurs évoqués afin de trouver un juste milieu dans nos interactions avec cepublic, et surtout , de "ne pas lâcher" !Aprés-midi : 1er partie témoignages des coordonnateurs et animateurs UNANIM, nous fait profiter de son expérience en témoignant de son parcours.Patrice Bossard parle tout dabord de son investissement dadolescent au près de leducation populaire. Ildécide ensuite dintégrer une formation donnant lieu au BPJEPS animation sociale à lheure ou le CSJC etaitencore CREPS . Cest durant celle-ci , quil décide avec dautres étudiants, de créer une association en réponse a desmanques quils avaient pu observer sur le territoire.Il témoigne du processus quils ont mis en place pour créer un lien avec les adolescents . En toute simplicitéils se rendent dans les quartiers , les ecoutent et construisent des projets de longue haleine avec eux.Le SIVOM de la Rive Sud ( Coti, Pietrosella, Grossetto,Porticcio), témoigne à son tour du fonctionnement degestion des activités et du public. Leur point fort est le relationnel , en effet , étant sur le terrain depuis unevingtaine dannées les enfants sont demandeurs et les parents sont confiants. En plus , de proposer desactivités diverses et variées , les jeunes ont un accés facilité a ces dernières , car elles sont proposées a destarifs attractifs dus à la bonne volonté des prestataires, étant des connaissances desanimateurs/coordonnateurs.ASEC , cest au tour de Nicolas de témoigner de son expérience en tant que bénévole sur le snow parc duVal dEse . En partenariat avec Jeunesse et Sport , et , la station ainsi que les loueurs de matériels , il à étépermis aux adolescents de zone urbaine de se rendre au plateau dEse pour pratiquer des activitéssportives.Une navette permettant le trajet à 2euros ainsi que des tarifs réduit de moitié pour la location et le forfait ,ont été une offre répondant parfaitement aux attentes des adolescents.Nicolas a remarqué que , hors contexte habituel, les adolescents des quartiers etaient démunis de touteagréssivité et navaient pas de problèmes relationnel avec les personnes présentes sur le site.Eloise Pendino , animatrice/coordinnatrice à la F.A.L.E.P , nous témoigne de son action au-pré des jeunes ,notament par le biais de juniors association , trop peu connu sur le territoire Corse. Elle nous donne donctoutes les informations relatives à la mise en place des juniors associations. De plus , elle précise quelleaccompagne les adolescents tout au long de cette démarche , et les forment une journée ou demi-journéesur la vie associative et la gestion dune association.
  4. 4. Marylin Richard , animatrice au P@M de Folleli , témoigne de sa motivation et son en train à travailler àpartir de rien avec les jeunes et les séniors. Elle dit ne pas rencontrer de difficultés avec les public jeune , letout étant de permettre a ces derniers de pouvoir sexprimer et samuser . Marylin axe ses activités sur larécupération du" vieux" pour en faire du "jeune" . En plus de proposer des activités ludiques , elle suscitedonc un geste en faveur du developpement durable .Cest enrichis des témoignages de chacun que nous nous dirigeons vers des ateliers animés par MadameSylvie Kiné et Marie- Ange Biasini , permettant un temps déchange et de reflexion entre les participants. Merci à tous pour votre participation

×