F route novachim_2011_13_vf2

845 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
845
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

F route novachim_2011_13_vf2

  1. 1. CENTRE REGIONAL D’INNOVATION ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE CHIMIE-FORMULATION-MATERIAUX FEUILLE DE ROUTE STRATEGIQUE 2011-2013 NOVACHIM : Au service du Futur, La Chimie de l’Innovation…REGION PROVENCE-ALPES-COTE D’AZUR FEVRIER 2011 1/35
  2. 2. SOMMAIRE1. CONTEXTE .......................................................................................................................32. LES CHANTIERS DE NOTRE FEUILLE DE ROUTE 2011-2013 ...............................................10 2.1. Procédés éco-efficients................................................................................................. 10 2.2. Matières premières renouvelables et économie biosourcée...................................... 12 2.3. Matériaux avancés....................................................................................................... 15 2.4. Chimie pour l’Energie ................................................................................................... 16 2.5. Chimie et Recyclage ..................................................................................................... 17 2.6. Le Réseau d’Innovation ................................................................................................ 18 2.7. La Croissance Responsable .......................................................................................... 203. NOTRE ORGANISATION - NOS COMPETENCES ................................................................23 3.1. Notre positionnement .................................................................................................. 23 3.2. Nos compétences.......................................................................................................... 25 • Domaine de compétence 1 : Animation du Collectif d’entreprise.......................... 25 • Domaine de compétences 2 : Accompagnement Individuel des entreprises........ .30 • Domaine de Compétence 3 : Lien entre Recherche Académique et Entreprises . ..33 2/35
  3. 3. 1. CONTEXTEOutre des temps forts tels que la première échéance d’enregistrement de REACH, les débats surla contribution carbone et les émissions de gaz à effet de serre, le lancement du ComitéStratégique de Filière « Chimie et Matériaux », l’année 2010 a été, pour la Filière Chimie, uneannée riche en analyse et réflexions sur le positionnement à adopter pour générer les conditionsd’une croissance durable.Une analyse prospective sur les mutations de la filière parue en février 2010 à l’initiative duPIPAME1 a servi de base de travail à divers groupes de réflexion rassemblant industriels, mondeacadémique et institutions et a conduit à la publication en novembre 2010 de la Feuille de Routede la Chimie Durable Française qui sera portée au niveau européen dans le cadre de laplateforme SUSCHEM.Notre équipe et nos adhérents ont pu participer à ces groupes de travail pour permettre derelayer les préoccupations et d’inscrire les spécificités régionales dans cette démarche globale(14% de contributeurs régionaux à la rédaction de la Feuille de Route Chimie Durable nationale).Après un bref rappel du positionnement de notre structure au sein de la région, nous partageronsles éléments de réflexion sur les mutations de notre secteur d’activité avant d’exposer nosobjectifs, la stratégie définie et sa déclinaison en feuille de route sur 2011/2013. Marchés de nos entreprises - PositionnementLes produits et services des entreprises rassemblées aujourd’hui autour du CRITT Chimie / PRIDESNOVACHIM sont divers et variés. Chimie de base : • chimie minérale : acides et dérivés, chlore, soude, gaz comprimés, engrais. • chimie organique qui traite principalement de la pétrochimie et de son aval, les matières plastiques, le caoutchouc synthétique et les élastomères. Les "grands intermédiaires" de la chimie organique sont notamment léthylène, le propylène, le butadiène, le benzène, léthanol, lacétone ... Chimie Fine (molécules complexes type principes actifs pharmaceutiques) Parachimie : produits possédant des propriétés bien définies pour un usage spécifique • Savons et détergents • Produits dentretien • Produits de beauté • Arômes et Parfums • Peintures, laques, vernis et encres • Colles et adhésifs • Produits de protection des plantes Matières plastiques Matériaux composites Services à l’industrie : Laboratoires, Bureaux d’études1 Mutations Economiques dans le domaine de la chimie – Etude du cabinet AT KEARNEY – Février 2010 3/35
  4. 4. Toutefois, deux caractéristiques communes majeures se dégagent : Le lien avec la science chimie, ses perspectives et ses contraintes La prééminence de l’innovation dans leur stratégie de développementLe positionnement de notre structure CRITT Chimie-Formulation-Matériaux / PRIDESNOVACHIM est en ligne avec les réflexions globales sur la compétitivité de l’industrie : eneffet, la filière ‘Chimie et Matériaux’ a été identifiée comme filière stratégique dans lecadre des les Etats Généraux de l’Industrie.La Chimie est une activité d’accompagnement qui sert la plupart des segments de l’industriemais aussi l’agriculture et le consommateur : Source UICL’industrie chimique est directement liée à la santé de ses marchés avals. Inversement, elle estindispensable à leur développement. 4/35
  5. 5. L’industrie chimique est une industrie clé pour la mise en place d’un développement durable : Mutations à anticiper (évolution des marchés, de la concurrence,…)Notre analyse stratégique s’appuie sur les résultats de l’étude menée par le Cabinet AT KEARNEYpour le PIPAME et parue en 2010.Nous en déclinerons les conclusions au regard des entreprises couvertes par notre réseau.L’industrie chimique française fonctionne largement comme un système ouvert, fortementdépendant de ressources non renouvelables, sur les bases de coûts fluctuantes, encore assezéloigné de la durabilité. Cependant en France, et plus généralement en Europe, la chimie connaîtune fragilité double en amont et en aval de sa chaîne de valeur.En amont, l’activité pétrochimique ou de première transformation est déclinante en Europe etles nouvelles capacités de transformation tendent à se positionner à court terme au Moyen –Orient afin d’accéder directement aux matières premières compétitives, ou en Asie pour unintégration plus directe avec les industries aval.En aval, le déclin des industries traditionnelles est associé à des délocalisations ainsi qu’à desmouvements de concentration qui pèsent sur le pouvoir de négociation des industriesintermédiaires telles que la chimie. La ‘compétitivité-prix’ redevient un enjeu important etinvite à suivre fournisseurs et clients. 5/35
  6. 6. La filière chimie, en tant que fournisseur de produits de base ou de spécialité pour l’agriculture,l’industrie aval ou les services, a une position singulière dans le dispositif de durabilité.La chimie de demain sera donc durable ou ne sera pas.Les voies d’accès à la durabilité sont : l’évolution dans les ressources utilisées l’évolution des procédés de fabrication l’amélioration du produit final la contribution à la durabilité en avalDans ce contexte, l’étude prospective du cabinet AT KEARNEY met en évidence plusieurs leviers –préfigurant les mutations du secteur – qui doivent favoriser l’accès à une Chimie Durable : Améliorer la durabilité intrinsèque de la chimie : par le développement de nouveaux procédés (catalyse, biotechnologies, intensification,…) Utiliser tous les leviers pour faire face à la rareté des ressources : Chimie du végétal Economie du recyclage Economie de la fonctionnalité Intégration dans les filières aval d’avenir : favoriser la durabilité en agissant sur la totalité de la chaîne de valeur. Considérer un marché final et soutenir l’ensemble des industries (dont la chimie) qui concourent à servir ce marché. 6/35
  7. 7. D’après cette analyse prospective, mais également nourris de retours terrains des entreprises denotre réseau et de réflexions stratégiques nationales menées dans le cadre de notre participationau Club Chimie Durable de l’UIC, notre analyse des mutations auxquelles se confrontent nosentreprises et les perspectives qui en découlent s’organise ainsi : Entrée en scène de pays émergents (Chine, Inde, Brésil…) (pays producteurs mais également nouveaux marchés) Pour les secteurs parachimie et matériaux : le maintien dune activité performante passe par linnovation, à la fois dans les produits mais aussi dans les procédés, par l’exportation,… Pour l’industrie chimique de base : le meilleur atout dont dispose encore la France dans ce secteur est l’existence d’un marché intérieur qui exige, pour partie, des ressources de proximité Raréfaction de certaines ressources naturelles générant une orientation vers les matières premières renouvelables la promotion de l’économie du recyclage la promotion de l’efficacité énergétique Attente sociétale forte sur les thèmes de la sécurité, de la protection de l’environnement et de la santé. D’où : Développement de nouveaux procédés permettant d’améliorer la durabilité intrinsèque de la chimie la gestion des règlementations : • évaluer les risques liés à l’utilisation des produits préalablement à une mise sur le marché (règlement européen « REACH »), • prévenir l’exposition des salariés de l’industrie (Directive « CMR »), • réduire l’impact sur l’environnement : air (Directive COV), eau (Directive cadre sur l’eau) Nouveaux marchés : intégrer la chimie dans les filières d’avenir Ressources humaines : diminution régulière de la part de la catégorie ouvriers-employés au profit des catégories agents de maîtrise, techniciens et ingénieurs définir les conditions d’une meilleure prise en charge prévisionnelle des emplois et des compétences rendre les métiers de la chimie plus séduisants Objectifs pour les entreprises de notre territoireEn fonction des éléments précédents, le maintien d’une activité économique performante pour lafilière ‘chimie’ et ses grands sous-domaines (chimie fine, chimie de spécialité, secteurArômes/beauté, plasturgie et matériaux), passe par l’innovation (dans les produits et dans lesprocédés), l’accès aux nouveaux marchés pour ces produits innovants (structuration desdémarches export), la formation.Il est également indispensable de tenir compte des attentes sociétales fortes sur les thèmes de lasécurité, de la protection de l’environnement et de la santé. 7/35
  8. 8. Outre ces remarques globales sur l’innovation, les relations internationales et la formation, lesperspectives pour ces filières sont à chercher dans : Pour la Chimie Fine : dans la mise au point de procédés issus du concept ‘Chimie Verte’2 – procédés Eco-efficients – à partir de matières premières diversifiées, bio-sourcées, et ainsi permettre : de reconquérir une compétitivité autorisant le retour de productions industrielles de volume actuellement en Asie de produire des molécules à haute valeur ajoutée respectueuses des règlementations et porteuses d’une image positive sur le marché mondial, Pour la Parachimie, et notamment : Savons : l’ancrage dans les « valeurs régionales », l’adaptation aux règlementations, l’exportation, l’Eco-conception Détergents, Produits dentretien : formulations issues du développement de molécules « Chimie Durable», l’Eco-conception. Cosmétiques, Arômes et Parfums : l’adaptation aux règlementations, le maintien d’un haut niveau d’innovation, l’ancrage dans les « valeurs régionales », l’exportation Peintures, laques, vernis et encres, colles et adhésifs : l’innovation, l’intégration da matières premières bio-sourcées l’Eco-conception, l’adaptation aux règlementations. Agrochimie : formulations issues du développement de molécules « Chimie Verte », l’innovation, l’Eco-conception, le recyclage Pour les Matières plastiques : dans le développement de matières plastiques « vertes », l’Eco-conception, l’innovation, le recyclage, la biodégradabilité Pour les Matériaux composites : dans l’utilisation de procédés « propres », le développement de matériaux innovants, la mise en place des règlementations, le recyclage, l’Eco-conception, Pour les Services à l’industrie (Laboratoires, Bureaux d’études,..) : l’adaptation aux nouvelles demandes du marché notamment suite à la mise en place du règlement REACH (des perspectives de développement importantes sont à attendre pour les laboratoires anticipant sur les besoins en tests et analyses générés par REACH). Axes stratégiques de notre politique de soutien à nos adhérentsL’ensemble des réflexions précédentes nous a conduit à définir une politique de soutien auxentreprises constituant notre réseau, organisée autour de trois axes stratégiques : Promouvoir et « faciliter » l’innovation auprès des PME/TPE : rendre l’innovation « accessible », en faire une « culture d’entreprise », en mettant au point des outils accessibles et efficients Service ingénierie de projets Méthode ISMA 360 ‘Marketing de l’innovation’ Recherche financements Projets collaboratifs,…2 Au sens d’Anastas et Warner et non pas uniquement Chimie du Végétal 8/35
  9. 9. Soutenir les entreprises face aux évolutions structurelles et règlementaires : La Chimie a l’ambition de s’imposer comme un fournisseur de réponses aux enjeux du Développement Durable. Elle souhaite également accélérer l’évolution de ses pratiques pour réduire son impact environnemental, en contribuant notamment à la valorisation de sources durables de matières primères, à mise sur le marché de solutions éco conçues obtenues par des procédés éco-efficients, à la valorisation des déchets par le recyclage… faire bénéficier les entreprises de nos connaissances spécifiques des évolutions techniques et règlementaires d’une part, d’un accès à un réseau de compétences spécifiques d’autre part, à travers des actions collectives, des clubs, des formations adaptées, pour leur permettre d’anticiper les mises en place des évolutions (REACH, CLP,…, Intégration NTICC, Prise en compte RSE, Internationalisation, Intelligence Economique,…) et d’en générer des avantages compétitifs. Travailler sur l’amélioration de l’intégration de la filière sur deux volets critiques : Le Rôle de la Chimie : se faire connaître pour agrandir le réseau et créer des opportunités, favoriser l’intégration dans les filières avals l’Image de la Chimie : mieux communiquer pour une amélioration. A l’occasion de l’Année Internationale de la Chimie, le CRITT Chimie participera avec l’UIC régionale à l’organisation en 2011 de manifestations en Région PACA. En effet, la nouvelle posture de la chimie (fournisseur de solutions durables) doit être mieux partagée par l’ensemble des parties prenantes, en particulier la société civile. C’est pourquoi la chimie doit à la fois s’employer à faire évoluer ses pratiques dans le sens d’une plus grande durabilité, mais aussi engager un dialogue avec tous les acteurs du monde socio-économique pour faire partager sa vision et l’affiner à la lumière de leurs commentaires.Il convient de décliner cette stratégie en actions spécifiques.Nos actions doivent fondamentalement s’ancrer dans les orientations définies à partir des analysesnationales précédemment citées avec un filtre ‘adapté’ aux spécificités régionales.Nous avons donc choisi de définir nos ‘chantiers’ en considérant les axes majeurs pour ledéveloppement d’une chimie Durable définis dans la Feuille de route de la Chimie Durable – SUSCHEMFrance qui ont du sens pour nos membre (c’est-à-dire pour lesquels les acteurs de notre réseau -industriels et recherche académique – ont contribué à leur élaboration).Nous présentons en partie suivante nos ‘chantiers’ ainsi définis pour la période 2011-2013. 9/35
  10. 10. 2. LES CHANTIERS DE NOTRE FEUILLE DE ROUTE 2011-2013Sur les trois prochaines années, nous nous attacherons à déployer des actions sur les thématiquessuivantes : Procédés éco-efficients Matières premières renouvelables et économie biosourcée Matériaux avancés Chimie pour l’énergie Chimie et recyclage Le Réseau d’Innovation La Croissance ResponsablePour chacune de ces thématiques, après un rapide positionnement (Définition – Contexte – Etatdes Lieux), nous définirons des pistes de travail et nous déclinerons ensuite les actions à réaliser.Pour la réalisation de ces actions, nous nous appuyons sur le positionnement et le savoir-faire denotre structure et la compétence de notre équipe qui seront présentés dans le chapitre 3 2.1. Procédés éco-efficients Définition – ContexteDans le processus de la transformation de la matière, le procédé éco-efficient peut être définicomme : Un procédé plus sûr, moins consommateur d’énergie, de matières premières et de solvants moins polluant. Il répond ainsi à des enjeux environnementaux et énergétiques Un procédé moins onéreux : réduction capitalistique des équipements de procédés, maîtrise des coûts opératoires et de traitement des déchets. Il répondra à des enjeux économiques Et de fait, un procédé qui permettra le maintien d’une industrie de qualité sur notre territoire, répondant ainsi à des enjeux sociétaux. Etat des LieuxL’innovation et les choix technologiques industrialisés jusqu’à présent ont reposé sur unraisonnement fondé sur l’impact économique des alternatives proposées. La vision d’une chimieDurable impose aujourd’hui d’étendre la notion d’optimisation à l’ensemble des impacts desprocédés, à savoir : La sélection de la nature des matières premières, de la voie de synthèse (chimique, biochimique,…) de la forme de catalyse (homogène, hétérogène, enzymatique,…) Intégration/optimisation énergétique et Intégration/optimisation matières Intensification des procédés Intégration du procédé dans le territoire. 10/35
  11. 11. Pistes de travail Développer des technologies innovantes & éco-efficientes : transformations (agro) (bio) chimiques (réactions), physiques (séparations), énergétiques (transfert thermiques), intensification des procédés ; Travailler sur la sécurité des procédés et la durabilité des équipements procédés ; Promouvoir la modélisation, la simulation, le contrôle et la conduite des procédés ; Fédérer les acteurs, réconcilier industrie et société, former les ingénieurs aux méthodologies d’éco-conception et d’éco-exploitation des procédés industriels. Concevoir des technologies et méthodes de mesure en ligne de la qualité des produits et des performances éco-efficientes des procédés Définir et disséminer un référentiel et des méthodologies d’évaluation de l’éco-efficience des procédés durables ; ACTION THEMATIQUE ‘PROCEDES ECOEFFICIENTS’ ‘Innovation et Procédés’Dans le cadre notre nos actions d’accompagnement des entreprises, organisation d’une campagnespécifique pour les entreprises adhérentes des secteurs chimie fine et matériaux (composites etplasturgie) : communication sur innovations procédés et les compétences recherche disponibles,examen des projets innovant sous un angle éco-efficience. ‘Projet Plateforme Intensification des Procédés’Assistance à la gestion de projet et à la recherche de partenaires (financiers, techniques, …) dansle cadre d’un projet de Plate-forme sur l’Intensification des procédés et impliquant PME etlaboratoires de notre région. Les acteurs possèdent un réel savoir-faire innovant (qualification derupture technologique) et performant (évalué dans le cadre d’un projet ANR). ‘DIAG’EAU’Grâce aux travaux réalisés en 2009 au sein du groupe de travail RES’EAU Plus, nous avonsconstitué un fascicule ‘pédagogique’ de présentation des contraintes liées à la Directive-Cadresur l’Eau permettant au chef d’entreprise d’appréhender le contexte règlementaire. A cedocument d’information est associé un outil de diagnostic que nous pouvons être amenés àdéployer, sur demande des entreprises afin d’analyser la problématique de l’entreprise en regardde la gestion de ces rejets. Des préconisations de solutions, de partenaires potentiels pourrontêtre réalisées. Colloques ‘Procédés Eco-efficients’Est prévu en septembre 2011 sur Nice un colloque rassemblant universitaires et entreprises sur lethème : ‘Durabilité intrinsèque de la chimie : Procédés et Catalyse’Autre thème : ‘Les biotechnologies industrielles’ à développer sur 2012-2013 Action Collective : ECO-PERFORMANCE 2En partenariat avec le Pôle de Compétitivité TRIMATEC, proposer une action permettant auxentreprises d’acquérir des méthodes et des outils favorisant leur éco-performance Action Collective : Risques Naturels et ProcédésEn partenariat avec les Pôles RISQUES, TRIMATEC et CAPENERGIES, participation à une actioncollective permettant de recenser et d’analyser l’influence potentielle des risques naturels surles industries de procédés. 11/35
  12. 12. 2.2. Matières premières renouvelables et économie biosourcée Définition – ContexteCette thématique est une réponse à la raréfaction des ressources fossiles.Pour sécuriser l’accès aux matières premières et en particulier au carbone, l’utilisation dematières premières renouvelables, issues de la biomasse, est indispensable.Ceci implique de : Promouvoir l’utilisation de matières premières renouvelables et soutenir les collaborations entre les agro-industriels et les chimistes ; Adapter l’usine à la diversité de la biomasse et développer le concept de bioraffineries ; Développer une forte synergie entre les sciences de la vie et la chimie notamment pour développer les compétences en biotechnologie et favoriser le couplage avec les procédés de catalyse chimique. Etat des Lieux et perspectivesSix modèles de valorisation de la biomasse à des fins chimiques sont possibles. Ils sontcaractérisés par le type de biomasse qu’ils valorisent, les technologies qu’ils utilisent et le niveaude complexité qu’ils savent gérer : l’oléochimie (valorisation par voie principalement non biologique, approche monoentrant/monosortant) la chimie du sucre (valorisation par voie biologique, approche monoentrant/monosortant) l’approche mécanique (valorisation plante entière par voie mécanique, approche multientrants/multisortants) la thermochimie (valorisation plante entière par voie chimique, approche multientrants/multisortants) les systèmes complexes (usine biotechnologique) la valorisation de la lignine (transformation un type de molécules issu du bois par voie chimique ou biologique).Actuellement, seules l’oléochimie, la chimie du sucre et l’approche mécanique ont une réalitéindustrielle. 12/35
  13. 13. Diverses études évoquent et comparent les perspectives d’évolutions économiques ettechnologiques de ces modèles.Elles sont complétées par des études prospectives3 sur le marché des produits finaux issus decette bioindustrie.A des niveaux divers selon les scénarios, les intermédiaires chimiques et les biomatériaux(composites et biopolymères) sont crédités d’un potentiel de développement marché majeur.La matrice suivante justifie pour nous nos actions en ce sens sur les acteurs de notre réseau.En effet, elle permet de classer les filières industrielles en fonction de leur sensibilité auxcomposantes sociétales et technologiques mettant ainsi en évidence celles qui répondront lemieux aux efforts déployés. Pistes de travailSur notre territoire, nous rassemblons des utilisateurs d’intermédiaires chimiques (chimie despécialité et leurs clients cosmétique, arômes,…), des acteurs dans le secteurs des matériaux(composites, plasturgie) et dans le secteurs des peintures/encres/détergents ainsi que descompétences en recherche sur la valorisation de la lignine, sur les systèmes complexes(biotechnologies), les biopolymères,...Une conjonction d’actions au plan sociétal et d’effort technologiques (plus ou moinsimportants) devrait ouvrir à nos entreprises des perspectives d’opportunités.3 Etude Alcimed pour ADEME/AGRICE : Marché actuel des bioproduits industriels et des biocarburants et evolutionsprévisibles à échéance 2015/2030 13/35
  14. 14. Quelques pistes : Favoriser, à travers des accompagnements spécifiques liés à l’implémentation des règlementations, l’introduction de produits issus de l’économie biosourcée Organiser des outils de communications permettant aux entreprises engagées dans ces démarches de valoriser leurs produits et pratiques. Réussir à coupler les biotechnologies blanches et les procédés chimiques Travailler sur la valorisation de la Lignine Donner plus de place aux composites végétaux Etudier la disponibilité des ressources et l’adaptation de la production végétale sur le territoire. Le cas échéant, construire un projet structurant type bioraffinerie. Réfléchir à de nouveaux secteurs utilisateurs ACTION THEMATIQUE ‘MATIERES PREMIERES RENOUVELABLES ET ECONOMIE BIOSOURCEE’ Projet Structurant Intégration d’une économie biosourcée régionale dans la filière Chimie-Parachimie-MatériauxEn partenariat avec la Plateforme Technologique BIOVAL+, nous avons pour objectif de travaillerà la constitution d’une filière de valorisation de bioressources locales permettant d’alimenter desbesoins des entreprises de la filière.Nous commençons, sur la base d’études récentes et des compétences respectives de BIOVAL etdu CRITT, par piloter une ‘analyse des possibles’ avec le soutien d’un post-doctorant.Par ailleurs, nous suivons aussi le groupe de travail spécifique à la Cosmétique. Nous participons àla coordination d’un projet structurant qui pourrait être présenté dans le cadre des financements‘Grand Emprunt’. Ce projet vise à structurer une filière visant à favoriser l’utilisation deprincipes actifs issus de plantes locales dans les produits cosmétiques. Il convient d’organiser uncircuit ‘court’ de production de plantes, traitement, extraction, stockage,… ‘CSENA’REACH’Dans le cadre des missions de notre Cellule de SoutiEN et d’Accompagnement à REACH, favoriserles substitutions par des molécules bio sourcées. ‘Innovation Biosourcée’Suivre l’activité des laboratoires régionaux sur le sujet (participation Conseil Ecole Doctorale,Conseil Scientifique LCP, visites spécifiques,…). Favoriser l’émergence de projets, individuels oucollaboratifs, pluridisciplinaires qui rassemblent les compétences de nos laboratoires régionauxet les entreprises.Dans ce cadre continuer à développer des relation de travail partenariales avec d’autresPôles/PRIDES : Trimatec, PASS, IAR, Eurobiomed, Mer, … ‘Visibilité des acteurs de l’économie durable’Pour ‘booster’ les efforts ‘sociétaux’ de nos adhérents, création d’outils et de procédures decommunication. L’assurance d’une communication efficiente sur de vraies actions sociétales peutêtre un facteur de motivation pour nos adhérents. Nous nous appuyons sur un nouvel outil et surles partenariats/actions avec d’autres médias (Wiki2D, PSE, LCM,…) 14/35
  15. 15. Colloques Economie BiosourcéeEn juin 2011 est prévue à Marseille, la tenue d’un colloque : ‘Matières premières bio-sourcées :identification, caractérisation, traçabilité et analyse’.Pour les années suivantes, nous proposons également : ‘Les marchés des bioproduits’ et Valoriserles possibilité industrielles de la biomasse’ en partenariat notamment avec l’Association Chimiedu Végétal (ACDV). 2.3. Matériaux avancés Définition – ContexteLa chimie est un acteur incontournable pour la production des matériaux nécessaires à la qualitéde vie, à la santé, aux transports, à l’énergie et aux solutions pour lutter contre le changementclimatique.Cette thématique est directement liée à l’évolution de la demande des filières avals. Elle estégalement ‘pluridisciplinaire’ puisqu’elle va concerner également physiciens, opticiens,mécaniciens,…Les technologies des matériaux concernent un domaine très large qui fait intervenir les sciencesdes matériaux au travers de la compréhension de la transformation de la matière, de sa mise enforme et de la caractérisation de ses propriétés. L’objectif est d’apporter les fonctionnalitésrequises pour répondre aux cahiers des charges complexes d’utilisateurs finaux, tout ensatisfaisant les critères de durabilité.Pour franchir de nouvelles frontières et atteindre de nouvelles fonctionnalités, il sera intéressantà la fois de synthétiser de nouveaux polymères et d’optimiser l’assemblage de matériauxexistants soit par l’approche alliage soit par l’approche composite. Etat des LieuxLes enjeux des matériaux sont clairement définis par les besoins des industries en aval etnotamment par ceux qui occupent les places de leaders sur leur marché (transports, énergie,batiments, …).Dans notre région, sont présents des laboratoires de recherche pertinents dans le domaine desmatériaux avancés, des nanomatériaux, des polymères,… (UPR 3118 CNRS, UMR 6264 CNRS,CMOM, CEMEF, C’NANO,…) mais aussi des acteurs industriels du secteur des composites et desmatières plastiques, du traitement de surface,… auxquels il convient d’ajouter des utilisateursavals ‘emblématiques’ (aéronautique, spatial, optique,…).Ces domaines (nanomatériaux et nanotechnologies, composites,…) sont reconnus commedomaines d’excellence de la France. Pistes à suivreFace à la concurrence internationale, travailler sur des axes de différentiation au travers dematériaux à très haute technicité et durables est primordial.Cela ne peut se faire sans un socle solide de connaissances de la matière et de ses interactionsavec son milieu. Les actions suivantes s’avèrent donc nécessaires : Améliorer la compréhension des relations structure/propriétés Développer la modélisation et la simulation comme outils pour une conception plus rapide des matériaux Concevoir de nouveaux composites et multi-matériaux. Renforcer les technologies d’élaboration, de mise en forme et de caractérisation des nanomatériaux 15/35
  16. 16. ACTION THEMATIQUE ‘MATERIAUX AVANCES’ ‘Innovation et Matériaux avancés’Outre le suivi des activités des laboratoires (participation Conseil Ecole Doctorale, ConseilScientifique LCP, visites spécifiques,…) sur cette thématique, notre action majeure consistera enla détection et le suivi de projets collaboratifs pouvant impliquer nos entreprises adhérentesavec les donneurs d’ordre régionaux majeurs. Cela passe par des relations de travail efficientesavec des Pôles/PRIDES des secteurs concernés : PEGASE, OPTITEC, ARTEMIS,… ‘Nanomatériaux et Maîtrise des risques’Nous restons en contact avec le CEREGE qui travaille sur cette problématique. Des actions(colloques / communication, action collective ou projets de recherche) seront déployés sur 2012-2013. 2.4. Chimie pour l’Energie ContexteLa chimie est indispensable dans la résolution de la question énergétique. En particulier, elle està la source de l’innovation pour : Optimiser le stockage de l’énergie électrique (véhicules et sources intermittentes) et thermique (matériaux à changement de phase) Développer les matériaux pour la production des énergies renouvelables, en particulier photovoltaïque. Etat des LieuxSur cette thématiques, plusieurs laboratoires de notre réseau déploient des compétences-pharesnotamment dans : Les Matériaux à Changement de Phase Les capacités de stockage mettant en oeuvre chimie, électrochimie et matériaux Le photovoltaïqueLes industriels du secteur quant à eux sont rattachés à d’autres Pôles/PRIDES. Pistes à suivreOn été identifiés dans divers groupes d’experts, les pistes suivantes pour lesquelles la Chimiepourra être porteuse de solutions : Poursuivre les travaux sur les batteries pour véhicule électrique hybride ou tout électrique Travailler sur le stockage des énergies intermittentes. Intégrer la notion de recyclage dans le stockage électrochimique (utilisation de métaux stratégiques).Ceci doit conduire à élaborer de nouvelles voies techniques (moins de solvants, utilisation de liants que l’on peut récupérer par solubilisation avec des solvants non toxiques, métaux largement disponibles). Concevoir des couches minces organiques pour mettre au point des revêtements protecteurs et encapsulants de modules photovoltaïques à plus fort rendement pour améliorer la durabilité des systèmes et permettre de diminuer le coût des Watt produits pendant la vie de ces systèmes Elaborer des systèmes innovants pour le stockage thermique par matériaux à changement de phase. Ce domaine recèle un potentiel très important, tant en ce qui concerne son apport pour répondre aux enjeux énergétiques que son potentiel de création d’activité économique. 16/35
  17. 17. ACTION THEMATIQUE ‘CHIMIE POUR L’ENERGIE’ ‘Innovation et Chimie pour l’Energie’Comme pour la thématique précédente notre action majeure consistera en la détection et lesuivi de projets collaboratifs pouvant impliquer nos entreprises adhérentes avec les acteurspertinents. Cela passe par des relations de travail efficientes avec des Pôles/PRIDES des secteursconcernés notamment CAPENERGIES 2.5. Chimie et Recyclage Définition - ContextePour répondre aux enjeux de la raréfaction des ressources, le recyclage est un levierparticulièrement adapté aux produits « non périssables », dont les composantes sont susceptiblesd’être récupérées en fin de vie pour être réutilisées et revalorisées. De concevoir, en cohérence avec les filières utilisatrices des produits facilitant le recyclage D’intégrer les produits recyclés dans de vraies filières de productionOn peut distinguer trois grands thèmes impliquant de manière forte la chimie : L’extraction de ressources à partir de flux ciblés de déchets, en particulier les métaux et les terres rares pour sécuriser les approvisionnements de l’Europe en matières premières stratégiques Le recyclage de davantage de plastique post-consommation, au delà des chutes de production Le développement des filières de recyclage / valorisation des solvants et autres déchets liquides ou solides de la chimie. Etat des lieuxLes travaux de recherche sur le recyclage sont principalement concentrés sur les technologies detri qui sont, après la collecte, une étape clé de tout processus de recyclage puisque le résultatconditionne la performance du reste de la chaine de recyclage. Pour le reste, on voitrelativement peu de travaux sur les étapes suivantes, en particulier sur la transformationchimique de la matière issue du tri.Le recyclage est un sujet complexe, nécessitant une approche pluridisciplinaire et multi-acteurs(producteurs, utilisateurs, collecteurs,…), reposant sur un modèle économique éventuellementnouveau (éco-conception, durée de vie longue, facturation d’une fonctionnalité,…), reposantsouvent sur de nouveaux comportements de société, et qui, au global, peine à trouver sa placesur le marché sans nouvelles contraintes règlementaires ou incitationsNous avons pu recenser en région, des compétences en recherche sur la récupération desmatériaux, des acteurs et des initiatives particulières autour du recyclage des solvants et de lafonctionnalité ‘nettoyage’, du recyclage des matières plastiques, du tri,… 17/35
  18. 18. Pistes à suivre Développer les procédés de séparation et purification des métaux rares et des ressources stratégiques Concevoir de nouveaux procédés pour redonner aux matières premières recyclées une valeur ajoutée identique à l’état initial Contribuer à la structuration de la filière en regroupant l’ensemble des acteurs, par exemple dans une « association chimie et recyclage», pour assurer l’efficacité, le rendement et le partage de la valeur. ACTION ‘CHIMIE ET RECYCLAGE’ Colloques Chimie et recyclageNous avons prévu d’organiser en 2012 un colloque pluridisciplinaire ‘Chimie et Recyclage’. Estégalement prévu de traiter ‘les Métaux stratégiques : enjeux et perspectives du recyclage’. 2.6. Le Réseau d’InnovationCompétitivité et excellence sont bien sûr intimement liées à la capacité d’innover. Favoriserl’innovation implique de : Développer une méthodologie d’innovation propre à la chimie prenant en compte les métiers du chimiste en le situant en position de « fournisseur expert » Favoriser l’ouverture pluridisciplinaire, en particulier dans la recherche, décloisonner les spécialités de l’innovation pour diminuer le « time to market » et en intégrant, lorsque cela est possible et a fortiori nécessaire, les sciences humaines et sociales. Accompagner le développement de véritables écosystèmes d’innovation, en particulier autour de plates-formes collaboratives. ACTION THEMATIQUE ‘RESEAU D’INNOVATION’ Participation à l’organisation de PACA INNOVATIONNotre région s’est dotée d’un Réseau régional des acteurs de l’innovation. Pour participeractivement à cette dynamique ‘réseau’, nous sommes engagés dans divers groupes detravail (formation, services, communication, baromètre de l’innovation). Soutien aux plateformes collaborativesParticipation au montage du projet ‘RIVES Med’ porté par ADER Méditerranée en partenariat avecl’Ecole centrale Marseille. Soutien au lancement ‘commercial’. Action Collective / Living LabNous avons pour objectif de construire une action mettant en œuvre les principes de l’innovationouverte. Les premières pistes de réflexion s’orientent vers l’usage de la couleur dans lespeintures, les matériaux, les cosmétiques, mais aussi l’alimentaire,…Les pistes de réflexion sont les suivantes : 18/35
  19. 19. ACTION COLLECTIVE « DES COULEURS A L’INNOVATION : PROJET DE CREATION D’UN LIVING LAB AUTOUR DE LA COULEUR» Objectifs : Développer un environnement propice au développement de l’innovation par l’usage pour les entreprises de notre filière. Notre réflexion s’articule autour des possibilités offertes par le conservatoire des Ocres de Roussillon – ancrage territorial – et de l’Ecole Doctorale Interdisciplinaire du CNRS (scientifiques, sociologues, juristes, philosophes,…), partenaire du Conservatoire. Contenu : créer un espace de rencontres où les développeurs de produits rencontrent les consommateurs finaux - usagers – et où ces derniers, accompagnés par des scientifiques, des sociologues, des philosophes, tester et faire évoluer ces produits, ces usages,… Cible : PME pour lesquelles la couleur est une composante importante de leur offre : cosmétiques, peintures, matériaux, agroalimentaire,… Relais de la Plate-forme Européenne SUSCHEMAprès le travail réalisé sur l’année 2010 qui a vu la concrétisation de la rédaction de la Feuille deroute de la chimie durable française, la période qui s’ouvre doit avoir une connotationeuropéenne. Cela signifie une action au niveau de SUSCHEM France pour aller ‘porter’ à SUSCHEMEurope, les compétences et les attentes de la chimie durable Française. En région, il fautmaintenant accompagner concrètement les entreprises et les laboratoires dans leur participationaux programmes européens.Pour nous cela passe par l’organisation de relais d’informations recueillies via la représentationrégionale à Bruxelles (EEN), les échanges avec OSEO, nos contacts avec les entreprises et leslaboratoires, nos contacts au niveau du réseau des Point de Contacts Nationaux. Participation au Réseau ANTIOPESCréé suite au Grenelle de l’environnement, ce réseau a pour mission de développer les capacitésde Recherche et d’expertise en toxicologie et écotoxicologie – en lien avec la mise en œuvre deREACH - . Nous participons aux réunions du Comité Directeur qui défini les pistes de recherche etvalide les projets. Notre objectif étant d’accompagner les laboratoires et les entreprises de notrerégion à positionner et faire-valoir leurs compétences dans ce domaine. 19/35
  20. 20. 2.7. La Croissance ResponsableNous avons rassemblé dans cette thématique des actions d’animations autour de la ResponsabilitéSociétale des entreprises : clubs d’entreprises, actions collectives, colloques,… qui ont pourobjectif de faire progresser nos entreprises vers une économie durable et responsable, mais ausside communiquer sur les bonnes pratiques. Formations, outils, rencontres-débats font partie de laboite à outils pédagogique que nous souhaitons proposer. ACTION THEMATIQUE ‘CROISSANCE RESPONSABLE’ Club d’Entreprise ‘Croissance Industrielle Responsable’Ce club thématique est organisé autour d’un comité (6 entreprises) qui recueille et sélectionnedes sujets sur lesquels les entreprises souhaitent échanger, obtenir des informations,… Chargeensuite à la structure d’animation du PRIDES de trouver les intervenants pertinents et de gérer lalogistique nécessaire à la tenue de réunions sur ces sujets (locations de salle et matériel, envoides invitations,…). Chaque année, ce sont 4 à 6 réunions d’une demi-journée, sur Aix-en-Provence et sur Nice, qui sont organisées. En moyenne le taux de fréquentation de cesmanifestations varie de 10 à 30 personnes.L’Europôle de l’Arbois, mais également les pôles de compétitivité Risques et Trimatec sontpartenaires de cette action. Des discussions sont en cours avec le Pôle Pass. Actions CollectivesPour mémoire, nous rappelons la manifestation de clotûre de l’action collective EVADD(financement déjà acquis). Cette manifestation se déroulera le 7 avril 2011 et a été labellisé parle MEDEEM, dans le cadre de la semaine du développement Durable. Au cours de deux tablesrondes, les entreprises ayant participé à l’action collective exposerons les bonnes pratiquesdéveloppées. Un retour sera également fait sur les indicateurs ‘DD’ développés. Cettemanifestation sera filmée pour diffusion sur le Web.Nous prévoyons également de travailler à l’élaboration d’une action collective visant à favoriserl’acquisition par les dirigeants de PME/TPE d’un ‘leadership responsable’.Pour info, nous présentons ici les grandes lignes du projet. ACTION COLLECTIVE « MANAGER SOCIALEMENT RESPONSABLE » Objectifs : Prévision des Risques Psychosociaux – Mise en place de cellule ‘d’accompagnement du manager à la prise de décision’. Contenu prévisionnel : Après un première phase de diagnostic – à définir précisément mais s’articulant autour de questionnaires à renseigner et d’entretiens, avec le concours de spécialiste de l’accompagnement des Dirigeants, nous proposons de mettre en place des : ‘Réunions-Rencontres’, d’une durée de deux heures environ, positionnées en fin de journée ou les ‘décideurs des entreprises de notre filière pourraient, sous la houlette d’un professionnel du coaching échanger sur leurs problématiques managériales. L’analyse de ces échanges pourra ensuite donner lieu à proposer des ‘Ateliers de management’ pour apporter des outils sur les problématiques évoquées. 20/35
  21. 21. Seront également proposés des séances ‘d’Assistance Personnalisée’ : le dirigeant pourra disposer, à sa convenance et en fonction des problématiques propres de son entreprise, du soutien personnalisé d’un coach professionnel Cible : Dirigeants de PME/TPE régionales des secteurs Chimie Fine, Parachimie (incluant Cosmétiques, Arômes,…), Matériaux. Nombre de participants attendus : 8 - 10Accompagner les PME/TPE dans une démarche structurée vers l’international, leur permettred’accéder aux nouvelles technologies de l’Information de la Communication et de la Coopération(NTICC) font partie des actions qui peuvent constituer des ‘vecteurs de croissance’.Nous citerons ici deux actions collectives qui vont se déployer sur la période 2011-2013 ACTION COLLECTIVE « CONFIGURATION EXPORT : L’INTERNATIONAL COMME FACTEUR-CLEF DU DEVELOPPEMENT DES PME/TPE DU SECTEUR CHIMIE-PARACHIMIE-MATERIAUX » Objectifs : Permettre à nos PME/TPE d’acquérir les données et les outils permettant de configurer sa stratégie vers l’international. Contenu proposé Formations ♦ Module 1 : Les fondamentaux pour se lancer à l’export Atelier 1 : Le diagnostic : effectuer l’état des lieux et identifier le potentiel de l’entreprise à l’export (1 jour) Atelier 2 : La clef de l’ouverture au marché international : inter- culturalité et adaptation aux coutumes d’un nouveau marché (1 jour) Atelier 3 : Rencontre avec les acteurs régionaux liés à l’export et informations pratiques Atelier 4 : Maîtriser les aspects financiers de la démarche export (1 jour) Atelier 5 : Maîtriser les aspects juridiques liés à l’ouverture internationale : comment mieux appréhender l’environnement légal international ? (1 jour) Atelier 6 : Intelligence économique, Propriété industrielle,… : outils de développement et de protection à l’international (1 jour) ♦ Module2: Elaborer une stratégie à l’export et mettre en œuvre son plan d’action Atelier 7 : Mettre en place une démarche de développement à l’international (1 jour) Atelier 8 : Développer ses partenariats et optimiser ses réseaux à l’export (1 jour) Atelier 9 : Finaliser la démarche : valider les choix stratégiques permettant d’organiser la démarche export (1 journée) Travail en sous-groupes opérationnels Accompagnement individuel Cible : PME/TPE régionales des secteurs Chimie Fine, Parachimie (incluant Cosmétiques, Arômes,…), Matériaux. Nombre de participants attendus : 10 – 12 Partenaires techniques: IRCE, UBIFRANCE, COFACE, Douanes, OSEO, EEN, Sciences-Po Aix,… 21/35
  22. 22. ACTION COLLECTIVE « SOLUTIONS-PME : DECLINAISON DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION, DE LA COMMUNICATION ET DE LA COOPERATION EN OUTILS PRATIQUES ET ADAPTEES AUX PME» Objectifs : Cette action comprend deux volets : Volet 1 : Outil de GESTION – PGI : Définition, Paramétrage, mise en place et formation à l’utilisation d’un outil de gestion intégré adapté aux entreprises Volet 2 : Information et Stratégie – Intelligence Economique : Implémentation d’une démarche d’Intelligence économique incluant de la formation, un diagnostic de l’organisation, la définition et le paramétrage d’un outil de veille, la vérification de l’adaptation outil/organisation et de l’usage de l’information. Contenu proposé Volet 1 : ♦ Diagnostic des besoins ♦ Création maquette logicielle ♦ Mise en œuvre/formation collective ♦ Adaptation individuelle Volet 2 : ♦ Diagnostic organisationnel ♦ Formation en IE ♦ Paramétrage outil de veille ♦ Mise en œuvre – Suivi individualisé Cible : PME/TPE régionales des secteurs Chimie Fine, Parachimie (incluant Cosmétiques, Arômes,…), Matériaux. Nombre de participants attendus : 10 – 12 Partenaires techniques: IUT ARLES pour Volet 1, Institut d’Etudes Politiques – Aix en Provence et Cabinet Coexcel pour Volet 2A noter aussi une réflexion en cours sur une action spécifique de formation et d’accompagnementsur les nouvelles règles d’étiquetage à venir pour les mélanges (sur 2012-2013) Thèse : ‘Les Marques : en faire un outil de valorisation, de différentiation et de protection pour les PME régionales’.En partenariat avec le master Propriété Intellectuelle de la faculté de Droit d’Aix-en-Provence,nous proposons de nous engager dans l’accompagnement d’une thèse en droit comparé qui, àpartir d’une collecte des besoins et des pratiques, d’un benchmark avec le Canada et les Etats-Unis (co-tutelle Canada), de l’évaluation des potentiels d’une marque – collective notamment – apour objectif de proposer des actions – mise en œuvre de pratiques, propositions juridiques –pour faire de la Marque un outil de développement. Une demande de bourse est en cours. 22/35
  23. 23. 3. NOTRE ORGANISATION - NOS COMPETENCES 3.1. Notre positionnementLe CRITT Chimie joue un rôle d’interface : nous recueillons et analysons les besoins de nosmembres en fonction des ‘pressions’ environnementales et nous nous attachons à promouvoir desmoyens, dispensés par nos partenaires – institutionnels et autres - pour répondre à ces attentes.Le schéma ci-dessous illustre ce fonctionnement Une Interface : B. A … UbiFrance Région OSEO Cap. Ademe Coll. Risque Etat Terr. Des Besoins… Mise en Relation Action Collectives Montage Dossier Un Collectif Conseil Dispositifs Spécifiques d’Entreprises Administration Syndicats Professionnels Conseil Comité Pilotage Rx Action Collectives Consulaire Scientifique et … orientation Environnement, Action Structurantes Réglementation, … Conseil Scientifique Universités Action Collectives Ecole Doctorale Projets collaboratifs Clusters Conseil Des Laboratoires Scientifique et Projets européens orientation Pôles Suschem EEN …Aux Moyens! Entreprises Adhérentes Partenaires, Fournisseurs de moyens Laboratoires Partenaires Réalisations, Actions Expression des besoins Environnement Concurrentiel, Règlementaire,… Accompagnement, Soutien spécifique 23/35
  24. 24. Cette représentation met en évidence, d’une part l’existence des relations entre les membres denotre structure (relation entreprises/entreprises, entreprises/laboratoires,..), l’intégration ausein d’un collectif de partenaires (institutions – DRRT, DIRECCTE, REGION, ADEME, INPI, EEN ,…-,autres Pôles et Clusters, Réseau Consulaire, Etablissement de financement – OSEO, SociétésCapital-risque, Clubs BA, Banques, UBIFRANCE, COFACE,… -, sociétés savantes –SECF, SFGP,FFC,…).En référence à notre cadre stratégique, mais également en intégrant les orientations et chantiersde la SRI – notamment accompagnement des entreprises dans la démarche d’innovation, ancragede l’innovation industrielle, perspectives d’innovation sociétale - les compétences acquises parl’équipe du CRITT Chimie sont dans : le soutien au pilotage de projets innovants pour toute PME adhérente l’accompagnement à la recherche de partenaires pertinents pour la réalisation de ces projets l’accompagnement à la recherche de financements adaptés le soutien dans le montage et la présentation des dossiers de financement plus globalement, un accompagnement stratégique du développement de l’entreprise, par des actions de conseil et des mises en relation spécifiques l’animation de réseau la veille technologique et informationnelle la conception, au montage et au pilotage d’actions collectives sur des thématiques spécifiques (REACH, CLP,…) ou transverses ( RSE, Export, TIC,…). Concernant le point particulier des actions collectives, nous souhaitons mentionner notre volonté d’intégrer les chantiers dessinés notamment à travers la Stratégie Régionale de l’Innovation et notamment l’innovation par les usages, l’innovation par les compétences, l’innovation par les territoiresTrois grands domaines de compétence se dégagent donc : un domaine relatif au collectifd’entreprises, un domaine ‘accompagnements individuels des PME/TPE’ et un troisièmespécifique à la dynamisation des relations entre la Recherche publique et les entreprises.Les paragraphes suivants décrivent nos compétences et notre savoir-faire dans ces trois domaines. 24/35
  25. 25. 3.2. Nos compétences Domaine de compétence 1 : Animation du Collectif d’entreprise Animation de Réseau ProspectionLe fondement de notre activité réside dans notre présence effective aux côtés des entreprises.Dans le cadre des actions des chargés de mission sur le terrain, il est prévu de consacrer dutemps sur des actions de prospection auprès d’entreprises de la filière Chimie-Parachimie-Plastiques-Matériaux, nouvelles ou non répertoriées par nos services.Les objectifs de ces visites de prospection sont les suivants : • Découverte et connaissance des entreprises, analyse des besoins et aide au chef d’entreprise dans la définition d’une stratégie de développement • Promotion des dispositifs institutionnels de soutien financier • Incrémentation et mise à jour du répertoire des entreprises régionales de la filière Chimie-Parachimie -Matériaux, participant ainsi à la connaissance du tissu économique régional • Activation du réseau de compétences régionales VisibilitéSur 2009 et 2010, nous avons engagé une reconfiguration de notre site Internet.D’une vitrine figée de nos compétences, nous avons souhaité le transformer en un outil depromotion, un espace de contact et de communication avec et entre nos membres.La configuration de notre outil est la suivante : • Un espace public : Présentation, Actualités, Agenda dont manifestations, colloques, journées à thème avec gestion des inscriptions, Plate-forme services, Contacts,... • Un espace privé : Annuaire des membres, Base documentaire, Moteur de recherche, Gestion des manifestations, Espace d’échanges sécurisés/ projets collaboratifs, Boite à suggestions, Documents spécifiques, Outils d’analyse et de statistique,…Depuis janvier 2011 est créé un poste de ‘Chargée de communication’, responsable de ladiffusion d’informations (voir ci-après) mais également de la diffusion d’information relatives ànos actions et à nos membres.A titre indicatif, est présentée ci-après la page d’accueil. 25/35
  26. 26. Information & OrganisationSous le vocable ‘animation de réseau’, nous avons en charge : • la veille, la collecte et le transfert de toute information pouvant concerner nos adhérents • la collecte et le traitement de toute demande émanant des entreprises • l’organisation d’actions visant à favoriser les échanges et la mise en commun des expériences de nos entreprises • la gestion et le suivi de l’instruction des projets • la gestion du fonctionnement du Comité de Pilotage ‘NOVACHIM’ • le suivi du fonctionnement du Comité Scientifique et d’Orientation • la promotion du ‘Réseau’ : communiquer sur ses caractéristiques, ses spécificités, ses actions, au niveau local, national et européenPour cela, nous nous appuyons sur le travail de collecte, d’analyse, de suivi et de diffusion réalisépar les chargés de valorisation et notre assistante.Le nouvel outil informatique prendra en compte les exigences relatives à ces actions afin de nouspermettre de gagner en efficacité. 26/35
  27. 27. Dans le cadre de cette activité d’animation de réseau, il convient également de mentionnernotre participation au sein de la branche nationale de la Plateforme Européenne SUSCHEM ainsique les activités des groupes thématiques • CRITT Chimie-Formulation-Matériaux: Relais de la Plateforme Européenne SUSCHEM :Objectifs :Poursuivre la construction et le suivi de la feuille de route de la Chimie Durable française :continuer la collecte et la mise à jour des compétences et de actions sur les thématiques de laChimie Durable.Représenter les compétences régionales au sein du Groupe de Travail National, l’objectif final dece dernier étant d’inscrire les besoins et attentes de la France en terme de Chimie Durable dansle prochain Agenda Stratégique de Recherche de SUSCHEM Europe.Participer au décloisonnement des filières pour la prise en compte des besoins et attentes dechaque secteur client (agro-alimentaire, bâtiment, automobile, TIC, aéronautique, énergie,emballage) et faire jouer les synergies.Diffuser les informations aux entreprises et aux laboratoires concernant les outils, lesprogrammes et les recherches de partenariats européens. • CRITT Chimie-Formulation-Matériaux: Membre du Club Chimie Durable de l’UIC (Union des Industries Chimiques)En 2010, suite aux Etats généraux de l’Industrie et en lien avec l’étude menée à la demande duPIPAME, l’UIC a souhaité créé un groupe de réflexion qui puisse tisser des liens entre les cellulesprospectivistes, les institutions (Conférence Nationale de L’industrie, Commissariat Général del’Investissement ,…), les comité stratégiques de filière (COSIC pour la chimie) et les entreprisesgrands groupes et PME. Notre implication à la fois dans la plateforme SUSCHEM mais aussi etsurtout dans le quotidien des PME régionales de notre filière, nous a conduits à être sollicitéspour participer à ce groupe de travail qui a pour objectif de favoriser l’émergence de projetsstructurants pour la filière au niveau national. • CRITT Chimie-Formulation-Matériaux: Représentant de Société des Experts Chimistes de France (SECF)Par convention, nous assurons en région le relais des actions de la SECF :Développer les contacts, les coopérations et les actions avec les autres sociétés savantesfrançaises et européennes.Mobiliser les ressources autour de problématiques scientifiques en vue de mettre à disposition detous les acteurs, lensemble des paramètres utiles à leur action.Développer les contacts, les coopérations et les actions avec les autres sociétés savantesfrançaises et européennes.Mobiliser les ressources autour de problématiques scientifiques en vue de mettre à disposition detous les acteurs, lensemble des paramètres utiles à leur action. 27/35
  28. 28. Diffuser les potentialités de la SECF, grâce à ses réseaux, vers les fédérations professionnellesconcernées, en particulier vers les PME / PMI dans les régions par lintermédiaire de sesreprésentations locales.Faire Connaître les nouvelles applications dans les secteurs mentionnés, adresses utiles etméthodologies, et ainsi contribuer à lactualisation des formations professionnelles.Etablir des relations privilégiées avec les laboratoires concernés.Organiser des manifestations thématiques locales ou nationales, le cas échéant en partenariatavec dautres associations, (FFC, GFC, INRA, SCI, SFC, SFGP, …) ou en participant à leurs propresmanifestations ou congrès. • CRITT Chimie-Formulation-Matériaux: Membre du comité Directeur du Réseau ANTIOPES (Projets de recherche en toxicologie)Ce réseau scientifique réunissant le CEA, lINSERM, le CRITT chimie, lINRA, lUniversité deMarseille, lUniversité de Paris VII et lUniversité de Metz a pour objectif de proposer des projetsde recherche autour des méthodes dévaluation toxicologiques des substances chimiques,alternatives aux essais sur animaux. Ce réseau a pour mission de développer les capacités deRecherche et d’expertise en toxicologie et écotoxicologie – en lien avec la mise en œuvre deREACH - . • Animation de ‘Clubs’Ces club thématiques sont organisés autour d’un comité (6 entreprises) qui recueille etsélectionne des sujets sur lesquels les entreprises souhaitent échanger, obtenir desinformations,… Charge ensuite à la structure d’animation du PRIDES de trouver les intervenantspertinents et de gérer la logistique nécessaire à la tenue de réunions sur ces sujets (locations desalle et matériel, envoi des invitations,…). Chaque année, ce sont 4 à 6 réunions d’une demi-journée qui sont organisées. En moyenne le taux de fréquentation de ces manifestations varie de10 à 30 personnes. Colloques et ManifestationsChaque année, nous nous engageons à organiser 2 à 3 manifestations thématiques en réponse àdes ‘préoccupations’ de nos membres.Les sujets, techniques, technologiques ou transverses sont discutés chaque année au sein duConseil Scientifique et d’orientation et au Comité de Pilotage. A noter également que, dèsétablissement du programme annuel, nous le proposons pour information aux autres Pôles etClusters susceptibles d’être intéressés et leur proposons une co-organisation. Actions CollectivesChaque année nous concevons et pilotons 1 à 2 actions collectives d’accompagnement sur desthématiques spécifiques à notre filière (REACH, CLP,…) ou transverses (Développement Durable,Anticipation des mutations, Export,..). Nous pouvons être amenés à nous impliquer en plus dansdes actions collectives en partenariat avec d’autres structures (Autres Pôles, RéseauConsulaire,…). 28/35
  29. 29. Chaque action collective fait l’objet d’un dossier particulier, expliquant l’origine de ladémarche, les réflexions engagées, les objectifs visés et les moyens déployés pour les atteindre.De façon quasi systématique, nous initions un projet d’action à partir d’une analyse des besoins(construction et administration d’un questionnaire, analyse des résultats,…) auprès de nosadhérents. Intervient ensuite une démarche de collecte et d’analyse d’information en interne,une recherche et sélection de partenaires pour la mise en œuvre.Nous nous attachons à construire en interne le montage des actions. De ce fait, est inclusdans le budget d’animation le temps et les études consacrés à l’élaboration du programme età la recherche des partenaires techniques et financiers.Le financement de la réalisation des actions collectives en elles-mêmes - incluant la phase derecrutement / sélection des entreprises - fait en interne, l’objet d’élaboration de plan definancement spécifiques, avec recherche d’un co-financeur pertinent en regard de lathématique. Toutefois, dans le budget global présenté sur les actions thématiques, est inclusune évaluation des coûts totaux liés à la réalisation des actions collectives. Accompagnement à la mise en place de Projets CollaboratifsProfondément convaincu de la pertinence d’une démarche de mutualisation de moyens pour ledéveloppement de projets innovants, le CRITT Chimie–Formulation–Matériaux a toujours militépour la mise en place de projets collaboratifs entre entreprises et laboratoires de Recherche.C’est effectivement à double titre : ‘moteur-expert’ de l’innovation et interface entre rechercheet entreprises, que le CRITT Chimie se positionne comme un acteur de premier plan sur cesdémarches.Nous avons toutefois pris le parti de favoriser le développement de ce type de projets auprès desPME/TPE, l’objectif étant, en s’appuyant sur la complémentarité des moyens techniques ethumains des entreprises du réseau de générer des développements technologiques pouvantdéboucher directement sur de nouveaux produits/concepts.Divers outils permettent d’accéder au financement de tels projets.A noter sur notre région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le dispositif spécifique (ConseilRégional/OSEO): Appel à Projet Recherche Finalisée.Etant donné l’écho de cet appel à projet depuis trois ans, si ce dispositif perdure, nous pensonspouvoir travailler à la présentation de 2 à 3 projets par an dans ce cadre.Outre ce dispositif spécifique, nous pouvons être amenés à accompagner les démarches de nosPME dans la préparation de projets à soumettre pour labellisation à des Pôles de compétitivité.Notre soutien s’exerce à plusieurs niveaux : l’utilisation de notre réseau pour guider le projet vers le Pôle le plus adapté (voir § suivants la recherche de partenaires (laboratoires, autres entreprises) le soutien à la rédaction voire à la gestion de projet dans le cadre de la Plateforme de Services 29/35
  30. 30. Par l’étendue des développements et des transferts qui sont amenés par l’application de laChimie (de la Chimie fine à la Pharmacie et aux Biotechnologies en passant par la Cosmétique,les Parfums, l’Agroalimentaire, sans oublier les Peintures, Plastiques et autres MatériauxComposites,…), nous poursuivons, à la demande, nos actions de concertation entre divers « Pôlesthématiques » notamment à travers les Pôles de Compétitivité. Citons plus particulièrement desactions communes avec les Pôles : Mer, Risques, Optitec, Cap Energies, Trimatec, PEGASE, Pass,IAR,....Notre implication dans des actions structurantes au plan national et international nous permet dedonner depuis 2010 une nouvelle dimension à cette Action. En effet, à travers nos participationsactives, au sein respectivement, de la Plateforme SUSCHEM et du Réseau ANTIOPES, l’action deNOVACHIM dans la promotion, le pilotage et le suivi des projets collaboratifs acquiert unedimension nationale et européenne.A noter la préparation en cours de deux projets avec le Pôle PEGASE, un projet avec le PôleOPTITEC et un projet avec le Pôle RISQUES. Ces projets pourraient être présentés sur 2011. Domaine de compétences 2 : Accompagnement Individuel des entreprises Accompagnement stratégique à l’innovationDans une conjoncture économique perturbée, l’innovation est plus que jamais un facteur dedifférentiation pouvant permettre à nos PME/TPE de rester compétitives.Faire de notre action en faveur du développement économique par l’innovation et le transfert detechnologie, le ‘fer de lance’ de notre accompagnement auprès des PME/TPE, est le cœur denotre stratégie. Être capable d’appréhender la technologie propre de l’entreprise, maiségalement la nature de son marché – réel et surtout potentiel – nous permet d’instaurer uneréelle relation de confiance avec le chef d’entreprise. Cette confiance est pour nous essentielle àla mise en œuvre d’un accompagnement efficient. Les compétences technologiques de noschargés de valorisation adossées au Comité Scientifique et d’orientation proche de la recherchepublique et privée, confère à notre structure un savoir-faire reconnu en matière d’innovation etde transfert de technologie.Notre action commence par l’écoute des besoins du chef d’entreprise (des directeurs techniques,responsables QSE, …) et l’aide à la définition d’une stratégie. C‘est une phase de soutien dans laconception et la mise en forme de projets qui s’avère déterminante pour l’entreprise.Nos experts proposent ensuite des projets ou orientent les entreprises vers des laboratoires,autres centres techniques et bureaux d’études compétents ou autres entreprises.Une fois le projet défini et validé par nos experts, débute une phase d’accompagnement du chefd’entreprise auprès des institutions (Représentant de l’Europe, de l’Etat, Conseil Régional,Conseils Généraux, OSEO Innovation,…) qui permettront le financement de ces développements.Au-delà de nos interventions sur les développements technologiques, nous nous attachons àreplacer le projet dans le cadre de la vision et de la stratégie globale de développement del’entreprise. Notre objectif est ici de dimensionner un accompagnement efficient, qui puisse parexemple, prendre en compte un ensemble de besoins – intervenant notamment sur divers leviersde développement complémentaires à l’innovation (développement à l’international, TIC,Formation, RSE,…) -, ou bien s’adapter à une typologie de projet – individuel ou collaboratif,national ou européen,… - et/ou à une spécificité du cycle de vie de l’entreprise – reprise,création,…- 30/35
  31. 31. En effet, les divers bouleversements règlementaires et structurels de ces dernières années quireposent eux-mêmes sur de nouvelles attentes des consommateurs finaux, peuvent engendrer desdifficultés d’adaptation au sein des PME/TPE régionales de la filière. Le dirigeant manquesouvent de ressources (temps, compétences spécifiques,…) pour appréhender au mieux lesdemandes et trouver une réponse efficiente aux règles imposées. Par réponse efficiente, nousentendons également : moyen de création d’un avantage compétitif, si possible durable.Nous nous engageons à assurer une veille informative concernant les différents dispositifsd’accompagnement financier auprès des diverses institutions et organismes afin de nousapproprier les différents outils et les proposer de façon pertinente.Le cas échéant, l’entreprise pourra solliciter notre intervention sur une analyse stratégique maiségalement en assistance à la rédaction de dossiers à travers la Plate-forme Services. Plateforme de Services MutualisésSont présentés ci-après la liste des services que nous avons été amenés à constituer au fur et àmesure des années afin de répondre au mieux aux besoins complexes et évolutifs des entreprises.Cette liste n’est pas figée, il est tout à fait probable qu’elle continue son évolution dans lesannées à venir. Soutien à la rédaction de dossiers ‘projets’ : Au cours de séances de travail avec les entreprises, sont abordés des éléments pratiques concernant la rédaction des dossiers de présentation de projets, de demande de subvention et de Business Plan notamment. Ces séances – qui peuvent avoir lieu en groupes restreints ou en individuel – n’ont pas pour objectif de se substituer à l’intervention d’un consultant spécialisé, mais proposent à l’entreprise investie directement dans cette rédaction, des ressources en terme d’information et un avis expérimenté sur le résultat. Si, toutefois l’entreprise ne peut dégager en interne suffisamment de ressources pour finaliser le dossier, nous proposons dans le cadre d’une prestation d’assurer cette rédaction. Un convention de prestation est alors signée avec l’entreprise. Par convention nous conditionnons notre facturation à l’obtention du financement. Veille technologique à la demande : Notre équipe est à l’écoute des besoins en informations (techniques et règlementaires) de nos adhérents et procède à une Veille technologique « à la demande ». Cette veille permet aux experts de notre équipe, de connaître « l’état de l’Art », en termes techniques et règlementaires. Ces informations sont ensuite relayées auprès des entreprises. Analyse de brevets : depuis 2010, nous disposons d’un logiciel d’analyse de brevet et proposons à nos adhérents soit de réaliser des analyses sur les brevets dans un domaine technologique les concernant, soit de leur permettre d’utiliser eux-mêmes cet outil en nos locaux. Marketing de l’Innovation : nous avons choisi fin 2010 d’investir dans la formation de notre équipe à la méthode ‘ISMA 360’ : une méthode de marketing de l’innovation qui s’appuie sur un outil collaboratif constitué sur un principe de logique effectuale. Début 2011, un membre de l’équipe sera en phase 2 de la formation et un autre en phase 1. L’équipe sera formée au rythme d’une personne par an. 31/35
  32. 32. Assistance juridique : En 2008, suite aux propositions émanant du Comité de Pilotage,nous avons complété notre plate-forme par la mise en place d’une assistance juridiquerelative aux développements de projets : rédaction d’accord de confidentialité,accords de consortium, contrats,… . Ce service est déployé en partenariat avec leCentre de Droit Economique d’Aix-en-Provence portant sur l’intervention d’un juristespécialisé sur une consultation ou une assistance, sur des contrats et/ou conventionsen relation avec le déploiement de projets d’innovation. « Cellule de Soutien et d’Accompagnement à la mise en œuvre opérationnelle deREACH – CSENA’REACH » : l’application du Règlement REACH prévoit la collecte dedonnées et l’élaboration d’un certain nombre de documents et notamment les scénariid’exposition à fournir en annexe des FDS dès décembre 2010 pour premiersenregistrements. Ces scénarii doivent également être intégrés dans le Rapport sur laSécurité Chimique (CSR) dans le cadre de l’Evaluation des Risques Chimiques (CSA).Cette démarche nécessite de multiples compétences (réglementation, chimie,toxicologie, écotoxicologie, hygiène, sécurité et environnement, juridique).Nous constituons ainsi un pôle d’expertise et de services dédié aux entreprises quin’auraient pas en interne l’ensemble des compétences requises.Formations : créé depuis 2008 pour répondre à des besoins de formation sur desproblématiques techniques, règlementaires ou de management général, ce serviceoffre les modules suivants :• Volet règlementaire : ♦ Règlement REACH : SIEF, Enregistrement, Scénarii d’exposition ♦ GHS/CLP• Volet technologique : ♦ Techniques de Formulation ♦ Colorimétrie ♦ Risque Chimique ♦ Stratifiés polyesters et gels coats• Volet management ♦ Stratégie ♦ Gestion de Projet ♦ Management de la R&D ♦ Entrepreneuriat ♦ QualitéLe cas échéant, sur demande d’entreprises lors de visites ou par l’intermédiaire duportail internet/extranet, nous pourrons concevoir et animer de nouvelles formations.Expertises, Conseils: En support des actions visant le lancement d’innovations nouspouvons être sollicités en fonction des compétences de notre équipe (salariés etbénévoles – voir liste en annexe). au sein des PME/PMI, viennent s’intégrer diversservices individualisés aux entreprises avec pour objectif de les soutenir dans certainesphases de préparation du projet ou de montage des dossiers. Nous pouvons êtreamenés à proposer des analyses stratégiques, des études d’opportunités, des étudestechnico-économiques, … Ces actions font l’objet de facturations type prestations deservice. 32/35
  33. 33. Domaine de Compétence 3 : Lien entre Recherche Académique et Entreprises Interface Recherche Publique / PMENotre mission d’interface entre la recherche et les PME/PMI, s’articule autour de deux axesfondamentaux : Valorisation des travaux de recherche (diffusion, mise en place de partenariats industriels, essaimage,…) Prise en compte des besoins industriels dans les thématiques de rechercheRéactivé en 2008, notre Comité Scientifique et d’Orientation - animé principalement par desProfesseurs d’Université ayant rejoint notre équipe de chargés de mission a la responsabilité – enlien étroit avec l’équipe opérationnelle – d’animer l’Interface Recherche Publique/PME-TPE.Les actions programmées pour assurer notre mission sont les suivantes : Suivi de l’inventaire des compétences des laboratoires de recherche sur les thématiques Chimie Durable (mis en œuvre dans le cadre de SUSCHEM France). En 2009, grâce à l’action du conseil scientifique, un inventaire des compétences des équipes de recherche en lien avec les thématiques identifiées dans le cadre de la Plateforme européenne SUSCHEM, a été initié. Cet inventaire sert de base, depuis 2010, à l’établissement et au suivi des indicateurs de la feuille de route de la Chimie Durable française. Nous poursuivrons la mise à jour de cet inventaire sur 2011. Diffusion des compétences aux entreprises en fonction de leurs besoins. Par nos actions de mises en relations, nous initions chaque année entre 4 et 8 collaborations entre laboratoires de recherche publique et PME de notre filière. Ces collaborations peuvent s’inscrire dans des dispositifs variés (prestation, thèse, post-doc,…) Informer les universités des besoins des entreprises. Pour cela, Nous avons depuis 2009 choisi de participer aux conseils scientifiques de certaines équipes. De plus en 2010, le Directeur du CRITT Chimie a été sollicité pour participer au conseil de l’Ecole Doctorale de Chimie. La prochaine réunion est programmée au 03 novembre prochain. Diffusion des dispositifs spécifiques : Bourses Doctorales, CIFRE, Stages Longue Durée, Doctorants-Conseils, CIR,… Partenariat VALOR PACA - en cours de demande de labellisation SATT): Le CRITT Chimie et Valorpaca ont convenu de coopérer pour : • informer les membres du CRITT Chimie des compétences disponibles dans les 6 universités de la région PACA • informer les universités des besoins des entreprises • informer les universités des projets technologiques européens, régionaux et départementaux dans lesquels le CRITT Chimie est impliqué • favoriser les transferts technologiques entre laboratoires de recherche et entreprises membres du CRITT Chimie.La convention en cours depuis 2010 a été intégrée dans la candidature SATT de VALOR PACA.VALORPACA nous a fait part de son engagement dans une démarche de labellisation au titre d’uneSATT (proposition dans le cadre de l’appel à projets en cours).Au cours d’une réunion de travail, nous avons réaffirmé nos principes de collaboration. 33/35
  34. 34. Actions d’accompagnement des laboratoires dans des recherches de partenariats. De par notre présence dans la plateforme SUSCHEM, nous avons pu établir un certain nombre de liens avec les acteurs majeurs dans le cadre de la mise en œuvre des programmes européens (Points de Contacts Nationaux Thématiques, Réseau Enterprise Europe Network,…). Ajoutant à cela notre connaissance des entreprises régionales, nous sommes en mesure d’apporter aux laboratoires des partenariats potentiels en fonction des types de programmes auxquels ils souhaitent participer. Cette action est également reproduite à travers notre implication au Comité Directeur du Réseau ANTIOPES. Créé suite au Grenelle de l’environnement, ce réseau a pour mission de développer les capacités de Recherche et d’expertise en toxicologie et écotoxicologie – en lien avec la mise en œuvre de REACH - . Contribution à la formation des étudiants Organisation de conférences, de cours sur les problématiques industrielles : Règlementations (REACH, GHS, Installations classées, Toxicologie règlementaire industrielle…), Entrepreneuriat, management de la R&D, Qualité-Sécurité-Hygiène- Environnement, Système de management intégré… Universités et Ecoles concernées : Ecole Centrale Marseille, USTV (Master en Matériaux en Milieu Marin et Agressif), UNSA (Master II MQM), Université de Provence (Master SENS), POLYTECH’NICE Participation au portage d’une thèse Organisation et suivi de travaux de post-doctorant Suivi de stages : Elèves de Master « Chimie Fine, Formulation, Cosmétique et Qualité » Elèves de Master « Génie des Procédés » Elèves de Master Gestion (IAE) La liste des sujets de stages sera présentée dans le rapport d’activité. Les rapports, sauf cas particuliers de confidentialité sont disponibles sur demande via notre site internet.Page suivante une représentation graphique des ces domaines de compétences et des missionsafférentes, avec une visualisation des partenariats sollicités le cas échéant. 34/35
  35. 35. PromotionUn collectif, des actions, des relations… relations… Animation Institutions Réseau Informations Etablissements de Financement Visibilité Entreprises Transversales Actions Collectives Spécifiques Mise en Autres Autres relation Pôles Pôles && Accompagnement Clusters Clusters Individuel Conseils, Projets Services Etudes Mutualisés Collaboratifs Laboratoires T. Techno, P. Innovant Partenaires publics Sociétés Savantes, et privés Interface Recherche- Entreprises Plateformes Colloques Techniques Entreprises Domaines de compétences Laboratoires Réalisations Développement Projets Environnement - Partenaires 35/35

×