V 
août 2014 - www.mariefrance.fr - 445 
© david lefranc. 
TEN 
DAN 
CES 
ivre le quotidien d’une île 
sur le Mékong, ne p...
particulière des voyageurs. Un peu 
août 2014 - www.mariefrance.fr - 447 
TEN 
DAN 
CES 
© david lefranc, pierre-étienne v...
août 2014 - www.mariefrance.fr - 449 
taux (pas trop d’arêtes ni de piment). 
L’équipe de développement rural a minu-tieus...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Parution Double Sens dans le magazine Marie France - Août 2014

373 vues

Publié le

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
373
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
101
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Parution Double Sens dans le magazine Marie France - Août 2014

  1. 1. V août 2014 - www.mariefrance.fr - 445 © david lefranc. TEN DAN CES ivre le quotidien d’une île sur le Mékong, ne plus se contenter de passer en tou-riste lambda, voyager autre-ment… C’est devenu possible avec l’essor récent du tourisme solidaire, qui associe balade et aide au développement. Au Cambodge, en acceptant de se doucher au seau, de dormir sans ventilo ni clim, de suivre le soleil – coucher avec les poules, lever au chant du coq –, on peut alors décaper ses habitudes, se dépayser avec âme. L’expérience, passionnante, se déroule à Koh Phdao, hameau aussi ra-vissant que perdu sur l’île de Roungeav, à plus de 300 km des ruines d’Angkor. Pas d’eau courante ni d’électricité, mais de-puis plus d’un an, un vrai coup de pouce donné aux habitants grâce aux initiatives d’une équipe de développement rural lo-cal (CRDT, Cambodian Rural Develop-ment Team), relayées par une agence française de voyage solidaire, Double Sens. Si l’on veut résider à Koh Phdao pour quelques jours, on s’engage à aider à construire poulailler, toilettes, réservoir d’eau, etc. Chaque groupe de voyageurs est associé à l’achèvement d’un projet choisi par son bénéficiaire : en mai dernier, 21 avaient déjà abouti. Une nature toute-puissante Il s’agissait donc de découvrir le séjour proposé aux lectrices de marie france (voir encadré). À l’identique ou presque. Faute de temps et d’autres touristes, il n’y a pas eu de chantier. Atterrissage à Siem Reap, à côté du site archéologique d’Angkor, classé depuis vingt ans au patrimoine mondial de l’Unesco. Du IXe jusqu’à leur chute au XVe siècle, les souverains d’un vaste empire khmer firent édifier près de 200 monuments dans une zone où la na-ture affiche sa toute-puissance. Dès l’arrivée, son envahissante luxuriance fascine. Dans les jardins, les frangipa-niers s’épanouissent dans la moiteur du jour, les feuilles des palmiers jouent le gigantisme. À l’étal des marchés, fruits du jacquier, mangoustans, ramboutans AU CAMBODGE EN VOYAGE SOLIDAIRE participer À un mode de vie traditionnel dans des paYs du bout du monde, et mÊme donner un coup de pouce sur place : ce nouveau tourisme a le vent en poupe. eXpérience au bord du méKonG, avec une balade conÇue pour MF et ses lectrices. par MartIne azouLaI
  2. 2. particulière des voyageurs. Un peu août 2014 - www.mariefrance.fr - 447 TEN DAN CES © david lefranc, pierre-étienne vincent/double sens, martine azoulai. et mangues se pavanent. Sur l’immense site où l’on circule en tuk-tuk (carriole motorisée), la forêt étale sa force specta-culaire. Pour accorder aux visiteurs (3 millions prévus cette année) le plaisir d’un décor romantique, les archéologues ont laissé d’immenses fromagers écheve-ler leurs racines autour des temples du Ta Prohm. Cet ensemble de sanctuaires et de monastères, bâtis au XIIe siècle, s’éparpille sur 60 hectares. Le passé omniprésent Même lors d’une visite éclair, il faut s’accorder le temps de rêver, d’écouter les oiseaux, de contempler les pierres affaissées piégées par les arbres. On visitera aussi le célèbre Bayon, temple royal aux cinquante-quatre tours ornées chacune de quatre immenses visages presque identiques. Plus de deux cents sourires bouddhiques cernent le visiteur. L’un des attraits du Bayon réside dans ses bas-reliefs. Ils mettent en scène la guerre, mais aussi un quotidien parfois inchangé depuis le XIIe siècle : paysans qui cuisinent leur riz, pêchent, vendent au marché. Construit à la gloire du bouddhisme, le Bayon comporte aussi de nombreuses références hindouistes, tout comme le gigantesque Angkor Vat, lieu de culte si emblématique de la gloire de l’empire khmer qu’il figure sur le drapeau du pays. Cette présence religieuse éclectique a traversé le temps, comme on l’a constaté à Koh Phdao. Poisson à la citronnelle et au galanga, soupe de crevettes au lait de coco… Les dîners sont exquis à Siem Reap, en crois-sance exponentielle avec ses 100 000 habi-tants, plus de 150 hôtels et des marchés à foison. Ensuite, au lit. Demain, la route sera longue. Compter huit heures pour atteindre Sambor, village au bord du Mékong d’où l’on embarque pour l’île de Roungeav. On devine l’approche des villes à la densité soudaine de motos et vespas. Souvent flanquées de bananiers et de manguiers, les maisons sur pilotis de bois ou de béton se coiffent de tuiles, de tôle ou de palmes. Un décor bucolique que À vélo, cernés par une végétation luxuriante, on prend le temps de sentir et d’écouter l’histoire des temples d’Angkor. l’on retrouvera sur l’île. La route cahote le long de plantations d’hévéas, de champs de manioc et de rizières. Partout des chantiers, parfois des vaches, des zébus, et des bâches pour attraper les cri-quets. Attirés la nuit par des lampes, ils se cognent au plastique avant de tomber dans des bacs plein d’eau et finissent grillés en en-cas croustillants. La découverte du village De Sambor, le Mékong se traverse en barque à moteur. Le beige de l’eau tranche avec le ciel couleur vert orage. On longe des berges très érodées où s’ac-crochent des arbres aux racines à vif. La vie du fleuve se dévoile : pose des nasses d’osier pour la pêche dans la mangrove, lessive faite au fil de l’eau, baignades… Après l’accostage, grimpette jusqu’au « homestay », une grande maison sur pilo-tis. Deux escaliers de bois, l’un à l’est, côté route, l’autre plein ouest face au fleuve et au soleil couchant, la desservent. Parois en latanier, sol en lattes de bam-bou très douces à la plante des pieds et découverte de la chambre, délimitée par un rideau dans l’un des angles d’une vaste pièce à vivre. Une moustiquaire se déploie en dais au-dessus d’un matelas fin qui couvre presque tout l’espace. Pré-voir un drap léger et une lampe de poche. Les toilettes sont côté ouest, en bas, comme la douche, installée côté est, où l’on s’ébroue en s’arrosant à la bassinette. Savri, la propriétaire, une dame aux che-veux courts et gris, menue comme une souris, est originaire de Sambor. Elle s’est installée en 1998 à Koh Phdao pour suivre son mari. Son fils vit tout près, sa fille travaille au centre de formation du CRDT à Kratié où elle s’est instruite. Le village compte huit autres familles d’ac-cueil, il y en a cinq de plus à Samphin, le bourg voisin. Pour plus d’équité, chacune prend son tour pour loger les touristes, comme le signale un panneau. Ce que ne comprennent pas toujours les quelques routards en vadrouille qui voudraient choisir leur chambre et se faire servir des repas à leur gré. Or on s’attable à heures fixes et il faut du temps pour préparer les repas. À eux seuls, ils valent l’escale à Koh Phdao. Les plats mêlent avec virtuosité le sucré, le salé et l’acidulé, associant porc ou poisson à l’ananas, au tamarin et au prahok, du poisson fermenté, ingrédient de base des plats khmers. Le CRDT a ini-tié les six cuisinières qui travaillent en binôme à l’hygiène et aux goûts occiden- Ici, on n’attend aucune compétence de coeur et de volonté suffisent. Ces voyageurs Double Sens participent à la construction d’un poulailler pour une famille khmère. Le jour de la fête des morts, les offrandes sont déposées au Temple de Banteay Srei, aussi appelé la Citadelle des femmes. Sur le site d’Angkor, le Temple du Bayon se compose d’une cinquantaine de tours à quatre visages, chacun tourné vers un point cardinal. Près de la ville de Kampong Chnang, la pêche sur le lac Tonlé Sap est une tradition ancestrale. Une mère et sa petite fille vendent des poissons fermentés au marché de Sambor. La technique du tamisage du riz demeure immuable. Instants de lecture et de recueillement sur le site d’Angkor Vat.
  3. 3. août 2014 - www.mariefrance.fr - 449 taux (pas trop d’arêtes ni de piment). L’équipe de développement rural a minu-tieusement balisé le terrain en formant guides, marins, etc. dans les familles enga-gées dans le projet touristique. Protéger les dauphins Pourquoi s’être implanté à Koh Phdao ? Pour les dauphins. De Kratié, à 40 km au sud de Sambor, jusqu’à la frontière lao-tienne au nord, le Mékong n’abrite plus que 85 dauphins d’eau douce (selon le comptage du WWF), qui s’ébattent là où le fleuve est plus profond. L’une de ces piscines naturelles fait face à Koh Phdao. Aider les pêcheurs à diversifier leurs re-venus, avec l’écotourisme notamment, contribue ainsi à limiter la surpêche et protéger les dauphins. Néanmoins, ils restent menacés par la pollution crois-sante du Mékong et le recours clandestin à des filets maillants qui les étranglent. Partis les observer en barque, au soleil déclinant, on a raté toutes les photos tant ils surgissent n’importe où et filent vite ! Mais ils sont bien là, formes luisantes au museau rond. Il y en aurait huit. Retour au village. La chaleur est un peu tombée. Il y a encore assez de lumière pour une virée à vélo. Griserie de pédaler sur les étroits chemins de rizières, de franchir des ponts de bambou, de pouvoir discuter grâce aux deux jeunes guides, Vibol et Ravi, enthousiastes et inlassables X « Voyage et partage », c’est le mot d’ordre de Double Sens. Spécialisée dans le tourisme solidaire, cette agence a travaillé avec marie france pour vous proposer un périple exclusif au Cambodge. Le voyage d’une vie. Passez douze jours inoubliables entre excursions et visites, notamment des célèbres temples d’Angkor, immersion dans la vie locale sur une petite île du Mékong et participation au quotidien de la communauté (petits travaux divers – construction de poulaillers, de douches, etc.). Une expérience passionnante et rare, à la portée de tou(te)s, à vivre seule, en couple ou en famille (groupes de 10 personnes maximum). X 4 dates au choix : – du 27 Septembre au 08 Octobre 2014 – du 04 Octobre au 15 Octobre 2014 – du 22 Novembre au 03 Décembre 2014 – du 29 Novembre au 10 Décembre 2014 X Prix : 2 800 € par personne tout compris – voyage Paris-Paris, hébergement, repas, eau, excursions, traducteurs. Chaque maison possède son histoire. On papote, assis sur les marches, accoudés à l’enclos, depuis les hamacs accrochés près des pilotis. On en oublie qu’on est touriste. Les projets réalisés par les précédents voyageurs ont amélioré la vie, expliquent les intéressés. Même si des toilettes en dur et à l’abri d’une porte ont d’abord désorienté… Chaque ouvrage a été baptisé. Cocotte minute ou Au coq hardi pour des poulaillers dont les enclos couverts limitent la mortalité de la vo-laille pendant la saison des pluies. Copains comme cochons annonce une porcherie. Le jardin magique désigne un enclos de liserons d’eau, courgettes et citronnelle avec son coin compost, amé-nagé près du Mékong. Un pro a guidé l’effort collectif lors des aménagements. Le travail est décomposé en étapes simples : creuser une tranchée, planter des piquets, préparer du ciment… Nul besoin d’un BTS maçon. Un peu de coeur à l’ouvrage suffit. visites, transports locaux. (Ce prix ne comprend pas : visa, assurances, vaccinations, boissons extras et dépenses personnelles). X Santé : pas de vaccins obligatoires. X Renseignements et réservations : 01 48 03 92 38. Par email : cambodge. mariefrance@ doublesens.fr Détails du séjour sur mariefrance.fr/ evasion/ voyages-solidaires partez avec nous ! Le temps s’écoule doucement. Des motos sillonnent la rue centrale. Des portables sonnent, que l’on vient recharger dans l’échoppe très fréquentée de Hang Neang, pendant que la maîtresse des lieux pèle des mangues ou explique les secrets du trapae, un dessert de riz noir gluant. Le séjour réconcilie avec un quotidien plus simple, et doublement béni. La visite à la maison des esprits de Koh Phdao nous a fourni protection et autorisation de séjourner. Peu après, on s’est fait copieusement doucher avec un baquet d’eau lors d’une cérémonie bouddhiste avec offrandes au bonze… C’était juste avant cette fête d’inspiration chamanique où, dans une pénombre accueillante, une femme est entrée en transes au son sourd des tambours pour en émerger dix mi-nutes plus tard avec le plus grand natu-rel. L’alcool de riz circule, les gamins courent sur le plancher en bambou. Instant partagé, tout simplement. On est là, avec et pour les autres. Une cérémonie, une fête, une simple rencontre sont autant d’occasions d’être ensemble. © pierre-étienne vincent/double sens

×